Nelly Pousthomis-Dalle, « Le portail de la basilique funéraire de Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne) »

Le portail de la basilique funéraire de Saint-Just de Valcabrère, inséré entre deux contreforts sur le flanc nord de la nef et daté de 1200, a fait l’objet d’une étude archéologique et géologique (Foltran, Steimann 2019) qui précise certains points : la partie basse est exclusivement construite en blocs de marbre de grand format, auquel succède un calcaire dit « pierre de Belbèze » pour la partie supérieure, notamment l’arc et ses voussures. Ces deux roches proviennent de Saint-Béat ou de Belbèze, à des distances respectives de 20 et 50 kilomètres en amont et en aval de la vallée de la Garonne, et sont pour partie des remplois de matériaux antiques, ce qui n’est pas le cas des statues monolithes et du tympan qui ont peut-être fait l’objet d’extractions spécifiques dans le bassin carrier de Saint-Béat, ce qui impliquerait l’existence d’une exploitation marbrière médiévale.

FOLTRAN Julien et STEIMANN Ronan, Les portails nord de la basilique Saint-Just de Valcabrère et ouest de la cathédrale Saint-Bertrand de Comminges (31), Rapport d’archéologie du bâti, Hadès Archéologie, 2019, p.7-16 et annexes.

Pour citer cet article : Nelly Pousthomis-Dalle, « Le portail de la basilique funéraire de Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne) », in GDR ReMArch, 18/01/2022, https://remarch.hypotheses.org/683.

Nelly Pousthomis-Dalle, “Remplois de matériaux antiques dans la basilique funéraire de Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne)”


Basilique Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne), fragment de sarcophage paléochrétien en remploi dans le mur nord de la nef, cl. N. Pousthomis-Dalle


Basilique Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne), tambour de colonne et chapiteau en remploi à l’entrée d’une absidiole et remplois de fragments de frise antique, cl. N. Pousthomis-Dalle

Au pied des Pyrénées, la basilique Saint-Just de Valcabrère est située en lisière de la cité antique de Lugdunum Convenae (Saint-Bertrand-de-Comminges), dans un quartier suburbain. Ses origines païennes et funéraires (Schenck 1996) sont assurées et encore confirmées par la mise au jour récente dans une parcelle voisine du mausolée d’Herrane daté du IIe siècle ap. J.-C. (Van Andringa 2019). Deux constructions antérieures à l’église romane ont été partiellement reconnues au sud entre 1950 et 1958, et au nord en 1988. L’église du XIe siècle comprend une nef triple prévue pour être voûtée et un chevet au plan et aux volumes extérieurs originaux. Elle est en grande partie construite avec des matériaux de remploi, peu retouchés, utilisés en fonction de leurs qualités et de leur aptitude à trouver la meilleure place dans la nouvelle construction (Pousthomis-Dalle 2002). Au chevet et sur une partie de la nef, au nord et dans la quatrième travée, on observe l’utilisation systématique de dalles débitées dans des sarcophages qui donnent un appareil très allongé et assez régulier, où sont mêlés çà et là des fragments de cuves ornées formant des assises plus hautes. Des pierres de très grande taille (0,56 x 0,67 x 0,81 m), en marbre, prélevées sur un ou des monuments antiques, ont servi pour les organes structurels, contreforts, piliers intérieurs et chaînes d’angle du chevet. Des chapiteaux et des tronçons de colonnes antiques sont également remployés à l’intérieur, notamment à l’entrée des absidioles ou comme support de bénitier. Un petit appareil en moellons cubiques ou allongés caractérise principalement les murs ouest et sud de la nef montés pour une bonne part avec des éléments remployés. L’homogénéité de construction des contreforts, des piles et des angles du chevet, la bonne intégration des organes de soutien ou de contrebutement à la maçonnerie plaident en faveur d’une édification assez continue de l’église dans son ensemble, du moins jusqu’au niveau du voûtement de la nef qui fait appel à un calcaire a priori extrait de carrières plus éloignées.

Chevet de la basilique Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne), remploi de dalles de sarcophages et de pierres de taille en marbre, cl. N. Pousthomis-Dalle

Basilique Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne), flanc sud de l’église, remploi de matériaux variés notamment de dalles de sarcophages, et de pierres de taille de grand format dans les contreforts (dont l’une avec décorée d’un masque dans le contrefort de droite), cl. N. Pousthomis-Dalle

POUSTHOMIS-DALLE Nelly, « Saint-Just de Valcabrère », in Monuments en Toulousain et Comminges, Actes du Congrès Archéologique de France (1996), Paris, 2002, p. 337-348.
SCHENCK Jean-Luc, « Valcabrère, église Saint-Just », in Les premiers Monuments chrétiens de la France. 2- Sud-Ouest et Centre, Paris, Picard, p. 200-206.
VAN ANDRINGA William, « Face à la ville : le mausolée d’Herrane à Saint-Bertrand-de-Comminges/Lugdunum des Convènes (Haute-Garonne) », Gallia, 76-1, 2019, p. 55-70.

Pour citer cet article : Nelly Pousthomis-Dalle, “Remplois de matériaux antiques dans la basilique funéraire de Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne)”, in GDR ReMArch, 18/01/2022, https://remarch.hypotheses.org/670.

Arnaud Coutelas, “De la domus de Marcus Tullius au temple de Fortune Auguste (Pompéi) : remploi de moellons”


Détail d’un parement de mur de la cella du temple de Fortune Auguste à Pompéi avec indices de remploi de moellons : vestige d’enduit sur le côté d’un moellon en calcaire (flèche) et reste d’un précédent mortier de maçonnerie autour d’un moellon en ponce (pointillés) (© A. Coutelas, Mission archéologique du Temple de Fortune).

En 1823-1824, les travaux de dégagement des abords du forum de Pompéi ont révélé un temple consacré à la « Fortune Auguste » (Van Andringa 2015). Une inscription précise que ce monument a été construit par un membre de l’aristocratie pompéienne, Marcus Tullius, « solo et peq(unia) sua », c’est-à-dire avec ses fonds et sur un terrain lui appartenant, vraisemblablement autour du changement d’ère.
Une maison (domus) occupait les lieux au préalable. Des vestiges apparaissent sous le podium du temple. Celui-ci possède plusieurs salles de soutènement voûtées et comblées par de la terre et des matériaux de construction. Ce cortège de matériaux est issu de la démolition de la maison, et se caractérise par une relative richesse en fragments de mortiers de maçonnerie, de bétons de sol et d’enduits peints. L’absence de moellons ne surprend pas, ceux-ci ont été récupérés pour la construction des murs du temple. En effet, nombreux sont ceux portant des traces de mortiers antérieurs, notamment d’enduit, et la quasi-totalité des moellons en scorie volcanique rouge (ponce) conservent autour d’eux des vestiges d’un autre mortier de maçonnerie que celui des murs du temple (Coutelas et al. 2017). Marcus Tullius aura donc réemployé les moellons de sa maison pour la construction du temple qu’il a offert à la cité.


Mur nord de la cella du temple de Fortune Auguste à Pompéi (© A. Coutelas, Mission archéologique du Temple de Fortune).

Fiche rédigée par Arnaud COUTELAS, le 16/01/2022

Références
COUTELAS Arnaud, CREISSEN Thomas et VAN ANDRINGA William, avec la collab. de LOISEAU Christophe et VIGOT Anne-Sophie (2017) – “Un chantier pour les dieux : la construction du temple de Fortune Auguste à Pompéi”. In AGUSTA-BOULAROT Sandrine, HUBER Sandrine et VAN ANDRINGA William (dir.) – Quand naissent les dieux : fondation des sanctuaires antiques : Motivations, agents, lieux, « Collection de l’École française de Rome » 534, Rome, 151-172.

VAN ANDRINGA William (2015) – “M. Tullius… aedem Fortunae August(ae) solo et peq(unia) sua, Private foundation and Public Cult in a Roman Colony”, in ANDO Clifford & RÜPKE Jörg (ed.) – Public and Private in Ancient Mediterranean Law and Religion, De Gruyter, 99-113.

Mots-clés :
Temple
Moellons
Pierre
Justification, origine des remplois, remploi antique

Pour citer cet article : Arnaud Coutelas, “De la domus de Marcus Tullius au temple de Fortune Auguste (Pompéi) : remploi de moellons”, in GDR ReMArch, 17/01/2022, https://remarch.hypotheses.org/663.

Laura Foulquier, “Les remplois de l’église Saint-Germain de Saint-Germain-Laprade”

À une dizaine de kilomètres à l’est du Puy-en-Velay, le bourg de Saint-Germain- Laprade est bâti sur un mamelon rocheux. L’église Saint-Germain est mentionnée pour la première fois en 1164 dans une bulle papale émanant d’Alexandre III (1159-1181)[1]. Ce dernier accorde à l’Église du Puy la juridiction sur le bourg de Saint-Germain-Laprade.

Les parties orientales de l’édifice sont les plus anciennes. Le chevet, de forme carrée, est composé d’assises irrégulières de moellons. Des blocs de grand appareil et des fragments de corniche gallo-romaines ont été reconnus au niveau des assises inférieures et des chaînages d’angle. La nef est flanquée au sud de deux chapelles gothiques et au nord d’une chapelle moderne.

Trois mufles de lion, en arkose, sont réutilisés au niveau du mur nord, du chevet et d’un contrefort de la chapelle sud.

Une stèle funéraire, fragmentaire, est enchâssée dans le mur nord de l’édifice.

Bibliographie :

  • Robert SAINT-JEAN, « Saint-Germain-Laprade», dans Congrès archéologique de France, 133e session, 1975, Velay, Paris, Société française d’archéologie, 1976, pp. 576-592.
  • Roger GOUNOT, Archéologie gallo-romane en Haute-Loire, numéro spécial des Cahiers de la Haute-Loire, 1989, 1-8.
  • Laura FOULQUIER, Déts lapidaires, réutilisations et remplois (Antiquité-haut Moyen Âge). Pour une nouvelle approche de la christianisation et des sanctuaires de lancien diocèse de Clermont au Moyen Âge, 2008.

[1] Chronicon monasterii Sancti Petri Aniciensis, in U. CHEVALIER, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Chaffre du Monastier, op. cit., n° CCCCXIII., p. 152.

« […] Ipse vero apud Brivatensem vicum nepotibus suis mandans congregare exercitum, omnibus de pontificatu suo coadunatis in unum, in prata Sancti Germani, quae sunt prope Podium, quaesivit ab eis ut pacem firmarent, res pauperum et ecclesiarum non opprimerent, ablata redderent : ut sic, sicut decet fideles Christianos, ita se haberent. Quod illi dedignantes, jussit exercitum suum a Brivate tota nocte venire, mane volens eos constringere, ut pacem jurarent et pro ipsa tenenda obsides darent, rura et castella Beatae Mariae et res ecclesiarum, quas rapuerant, dimitterent : quod et factum fuit, Deo auxiliante. […] ».

Pour citer cet article : Laura Foulquier, “Les remplois de l’église Saint-Germain de Saint-Germain-Laprade”, in GDR ReMArch, 10/01/2022, https://remarch.hypotheses.org/656.

Laura, Foulquier, “Remploi d’un fragment de chancel dans l’église Sainte-Martine de Pont-du-Château”

Situé à une quinzaine de kilomètres au nord-est de Clermont-Ferrand, l’ancien bourg fortifié de Pont-du-Château est implanté sur une terrasse alluviale dominant la vallée de l’Allier.

L’église Sainte-Martine est le siège d’un prieuré clunisien, attesté dès le milieu du XIe siècle[1]. L’église est composée d’une avant-nef, d’une nef, divisée par quatre travées et bordée de collatéraux, d’un transept et d’une abside semi-circulaire.

Un pilier de chancel est enchâssé au revers de la façade occidentale. Des entrelacs à trois brins dessinent une double rangée de cercles noués et entrelacés, bornés de part et d’autre par un bandeau plat.

 

Bibliographie :

  • Laura FOULQUIER, Déts lapidaires, réutilisations et remplois (Antiquité-haut Moyen Âge). Pour une nouvelle approche de la christianisation et des sanctuaires de lancien diocèse de Clermont au Moyen Âge, 2008.

[1] L. A. CHAIX DE LAVARÈNE, Monumenta pontifica Arverniae decurrentibus IXe, Xe, XIe, XIIe saeculis. Correspondance diplomatique des papes concernant l’Auvergne, Clermont, 1880, p. 38, n° 18 et 19.

Pour citer cet article : Laura, Foulquier, “Remploi d’un fragment de chancel dans l’église Sainte-Martine de Pont-du-Château”, in GDR ReMArch, 10/01/2022, https://remarch.hypotheses.org/654.

Maxime L’Héritier, “Remplois dans les fortifications de Villefranche-de-Conflent au XVIIe siècle”

En passant

 

Cité médiévale fortifiée, Villefranche de Conflent a fait l’objet de modifications importantes suite à la conquête française de 1654. Les remparts furent notamment reconstruits sur des plans de Vauban en à partir de 1668. Si l’ensemble de la fortification élevée au XVIIe siècle est constituée de moellons et pierres de dimensions variables, sur l’angle de la fortification du flanc nord-ouest, le parement occidental utilise des pierres de taille de modules plus réguliers dans une construction assisée de plus belle facture, plaquée contre la maçonnerie du rempart. Les moulurations présentes et les quelques éléments sculptés intégrés au parement indiquent que ces pierres auraient pu appartenir à l’ancienne abbaye franciscaine auparavant située en face de cette partie du rempart. Si les modalités de récupération et de collecte de ces matériaux restent inconnues, elles témoignent toutefois d’une opportunité de remploi des matériaux sur le site même, revêtant vraisemblablement également un caractère symbolique.

Mots-clés :  Maçonnerie, éléments d’architecture, pierre, fortification, abbaye, Villefranche-de-Conflent, Occitanie, France.

Pour citer cet article : Maxime L’Héritier, “Remplois dans les fortifications de Villefranche-de-Conflent au XVIIe siècle”, in GDR ReMArch, 10/01/2022, https://remarch.hypotheses.org/647.

Saint Augustin, Sermon 356, (426)

Hippone/Annaba, quelques jours après l’épiphanie 426

Ce sermon qui fait partie des Sermones ad populum de saint Augustin était adressé, comme le sermon 355, à la seule communauté de clercs qui vivait autour de l’évêque d’Hippone depuis son accession à l’épiscopat. Ce sermon porte sur les mœurs de ces clercs et la charité. Il raconte notamment comment un prêtre a acheté une maison afin d‘en récupérer les pierres pour construire un xenodochium, un lieu d’accueil pour les étrangers de passage. Cependant cela fut inutile car l’on trouva des pierres d’une autre manière. Ce sermon est intéressant à plus d’un titre puisqu’il faut noter qu’il était présent notamment dans l’Institutio canonicorum de 816, ce texte rédigé pendant le concile d’Aix-la-Chapelle composé de deux parties : la première compilant toute une série de textes patristiques et une deuxième plus réglementaire, les sermons 355 et 356 faisant la transition entre ces deux parties. (Hervé Chopin)

Source :
Augustinus Hipponensis-Sermones ad populum (CPL 0284) sermo :356, ed. : SPM 1, pag. :139, linea:8; Cyrille Lambot, Stromata patristica et mediaevalia, Utrecht, 1950, vol. I, p. 132-143 ; traduction d’après Saint Augustin, La vie communautaire. Traduction annotée des Sermons 355-356 par Goulven Madec, Paris, Institut des Études augustiniennes, 1996 (Nouvelle bibliothèque augustinienne, 6), p. 53.

Texte
Emerat de ipsa pecunia xenodochii quamdam domum in Carraria , quam sibi existimabat propter lapides profuturam, sed lapides eius domus fabricae necessarii non fuerunt, quoniam aliunde prouisi sunt. Domus ergo ipsa sic remansit, pensionem praestat, sed ecclesiae, non presbytero.

Traduction
Il [le prêtre Leporius] avait acheté avec l’argent du xenodochium une maison à Carraria ; il estimait pouvoir en utiliser les pierres ; mais les pierres de cette maison ne furent pas nécessaires pour la construction, parce qu’on s’en est procuré ailleurs. La maison est donc restée ainsi ; elle est en location, mais pour l’église, pas pour le prêtre.

Décret du Préfet du Rhône et du Maire de Lyon ordonnant la destruction de la flèche [du clocher de Saint-Paul de Lyon] (1817)

Lyon, 1817

En 1817, la flèche du clocher de l’ancienne collégiale Saint-Paul menace ruine. Le préfet du Rhône, le comte de Chabrol (1814-1817) convoque un ingénieur des ponts et chaussée qui liste un certain nombre d’avis quant au démontage de la flèche, tout en essayant de préserver au mieux le clocher, mais aussi les matériaux qui sont récupérés, la flèche étant en pierre. Les différentes techniques à mettre en œuvre sont décrites très précisément. Le 3 septembre, un seul entrepreneur a répondu à la mission, Joseph Dumon. La mairie prévoit deux possibilités de paiement : avec ou sans les pierres de la flèche, selon si elle décide de les conserver ou non. Finalement, le 18 décembre les travaux sont effectués. les pierres démontées sont déposées dans l’église et réservées à l’usage de la mairie. (Hervé Chopin)

Référence : Arch. municipales de Lyon 475 WP 9
Chopin (H.), Collégiale Saint-Paul de Lyon (Rhône). Etude des archives relatives à l’église, Lyon, CERIAH-MH, 2000, p. 103-105.

Texte
Décret du préfet.
« Lyon, le 18 août 1817,

Monsieur le Maire, j’ai l’honneur de vous adresser ci-joint copie de mon arrêté en date de ce jour, portant que la pyramide du clocher de l’église de Saint-Paul de cette ville, serait immédiatement démolie aux frais de qui de droit.
Quant aux moyens d’exécution, voici l’avis de Monsieur l’Ingénieur en chef des ponts et chaussées :
1° On profitera de l’évidemment intérieur de la pyramide pour s’échafauder en dedans, en ayant soin que les échafauds reposent perpendiculairement sur la tour carrée du bas, et n’aient point de poussée latérale sur les parois du clocher.
2° On reliera par trois polygones de charpente placés à différentes hauteurs, les parrois [sic] intérieures du clocher, afin d’empêcher qu’ils ne poussent au (….)ide après la démolition du sommet, et au fur et à mesure de cette démolition.
3° On commencera la démolition par le sommet, en allant d’abord très doucement. On descendra les pierres par l’intérieur du clocher jusqu’à la tour carrée et de la tour carrée on les descendra dans la rue au moyen d’une poulie ou d’un treuil, en s’appuyant sur la façade sud ou de l’ouest de la tour carrée.
4° On ne fera point d’échafaud en dehors du clocher et les premières pierres seulement seront démolies par un couvreur qui montera en dehors en s’attachant à des crochets, si toutefois il n’est pas possible de les démolir intérieurement.
Veuillez, je vous en prie, Monsieur le Maire, faire toutes les dispositions convenables pour l’exécution de cet arrêté, en ordonnant toutes les mesures indiquées par M. l’ingénieur en chef, ou toutes analogues que l’architecte qui sera par vous chargé de diriger les travaux jugera propres à remplir le même but et à prévenir les mêmes inconvénients.
Agréez Monsieur le Maire, l’assurance de ma considération distinguée.
Le Conseiller d’Etat préfet. »

Décret du Maire

« Nous Maire de la Ville de Lyon,

En exécution de l’arrêté de M. le Conseiller d’Etat Préfet du département du Rhône, du 18 août dernier, portant que la pyramide du clocher de l’église Saint-Paul de cette ville sera immédiatement démolie, attendue que la façade septentrionale de la tour de cette pyramide menace d’une ruine prochaine, et ensuite de sa lettre à Nous adressée sous la date du même jour 18 août, dans laquelle il nous fait part de l’avis de M. l’Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, relatif aux moyens à employer pour l’exécution des travaux de cette démolition.
Après avoir fait appeler auprès de nous divers entrepreneurs et leur avoir donné connaissance tant de l’arrêté de M. le Préfet relatif à cette démolition, que de sa lettre ayant trait aux moyens d’exécution d’icelle, d’après l’avis de M. l’Ingénieur en chef ;
Un seul entrepreneur, le sieur Joseph Dumon, demeurant rue des Capucins, n°b, ayant consenti à faire la soumission de se charger des travaux dont il s’agit aux conditions :
1° Que la Mairie lui abandonnera les matériaux provenant de la démolition, lui laissera la faculté de les déposer sur la place dite Saint-Laurent, pendant l’espace de six mois, pour avoir le tems [sic] de les enlever ;
2° Que la ville lui payera la somme de quatre cent quatre vingt cinq francs pour l’indemniser des échafaudages qu’il est tenu de faire à ses frais et autres dépenses non prévues ;
3° Que, dans le cas où la ville se réservât les matériaux, elle lui payera la somme de neuf cent septante francs pour raison de cette démolition, à la charge par ledit Dumon d’entoiser les pierres, les numéroter assise par assise, et de faire conduire les décombres aux lieux qui lui seront indiqués par M. l’Architecte de la Ville :

Et les autres entrepreneurs ayant tous refusé de soumissionner à ces conditions,
Nous avons accepté la soumission du sieur Dumon sous les restrictions suivantes :

1° la Ville aura un délai d’un mois, à dater du jour de l’approbation par M. le Préfet, de la présente somme de neuf cent septante francs, ou pour lui abandonner lesdits matériaux et ne lui payer dans ce cas que la somme de quatre cent huitante cinq francs, ou si dans le mois, l’option n’est pas faite par la Ville, il sera censé alors qu’elle aura abandonné les matériaux à l’entrepreneur.
2°M. le Maire explique que, dans le cas d’abandon de ces matériaux par la Ville à l’entrepreneur, le sieur Dumon sera tenu de les enlever dans l’espace de trois mois, toujours à partir du jour de l’approbation de M. le Préfet, de la place Saint-Laurent où ils auront été déposés en bon ordre.
3° Le sieur Dumon reste chargé de la fourniture de tous échafaudages, ustensiles, agrêts [sic], payement de main d’œuvre des ouvriers, et généralement de tout ce qui peut être nécessaire à ces travaux : il s’engage à se conformer soit à l’arrêté de M. le Préfet, soit aux instructions énoncées dans sa lettre du 18 août dernier, d’après l’avis de M. l’ingénieur en chef, dont il a déclaré avoir une parfaite connaissance ; il sera tenu également de se conformer aux devis de M. Flacheron, architecte de la Ville, qui demeure chargé de la surveillance des travaux, de concert avec MM. Les membres de la commission nommée par M. le Préfet.
La Mairie s’engage en outre des prix stipulés dans la présente convention, de rembourser à l’entrepreneur les frais d’enregistrement du présent marché.
4° La présente convention sera soumise à l’approbation de M. le Préfet.
Ainsi convenu et fait à l’hôtel de ville.
Lyon le trois septembre 1817.

Le Maire de la Ville de Lyon.
Signé le comte de Fargues et Dumon.

Lu et approuvé par le Conseiller d’Etat, Préfet du Rhône.
Lyon le 12 septembre 1817
Signé le comte Chabrole.

En marge sont écrits les mots suivants :
« Enregistrés à Lyon le seize courant 1817, reçu seize francs six centimes, dixième compris », signé Loliere.

Pour copie conforme :
Le Maire de la Ville de Lyon
L’aide architecte de la Mairie soussigné certifie que la démolition de la pyramide du clocher de Saint-Paul a été faite conformément au présent marché et suivant les ordres qui ont été donnés à l’entrepreneur, et de plus, que les pierres ont été déposées dans ladite église.
Lyon, 18 décembre 1817 signé Benoît

Les architectes soussignés qui ont été chargés par arrêté de M. le Maire de diriger la démolition de la flèche de l’église Saint-Paul règlent à la somme de neuf cent quatre vingt sept francs cinquante six centimes compris les frais de timbre et d’enregistrement, la valeur des ouvrages que le sieur Dumont, adjudicataire, a faits pour la démolition de ladite flèche menaçant ruine, dont toutes les pierres sont réservées à l’usage de la Ville, ensuite de la décision prise par M. le Maire, le neuf du courant.
Lyon, 18 décembre 1817. Signé Flacheron, Thibière. »

Mots-clés : église-démontage-flèche-pierre-récupération-contrat-prix.

Registre des actes consulaires de la chapelle de Fourvière, Lyon (21 mars 1747)

Lyon, 1747

Ce texte renvoie au démontage d’une croix commémorative et son remploi lors de l’agrandissement de la chapelle de Fourvière dédiée à la Vierge en 1747. Le projet retenu prévoit d’empiéter sur le lieu où avait été élevée une croix et une inscription rappelant les travaux effectués à la terrasse soutenant l’église de Fourvière en 1661. Il semble inadmissible de se débarrasser de ce monument. On prévoit donc la réutilisation des différents éléments dans la nouvelle construction : la croix de fer sera replacée au-dessus de la coupole, les matériaux seront réutilisés dans la construction et l’inscription déplacée dans l’église. (Hervé Chopin)

Texte :
« Du mardy 21 mars 1747 f° 36 du registre des actes consulaires
Sur ce qui nous a eté ci devant representé par Mrs les prévôt, sacristain du chapitre de Fourvières de cette ville, qu’en l’année 1661 la terrasse qui soutient l’église dédiée à la Ste Vierge, étant vielle et caduque, pouvant par sa chute causer l’éboulement de ladite eglise, elle fut reparée des deniers publics, Mgr le Maréchal de Villeroy, étant alors gouverneur de cette ville, Mgr Camille de Neuville, archevêque y commandant et sous la prévôté des marchands de M. de Pomey, et de MM. Michel Ferras de Pontsaintpierre et Thomé échevins, l’on y éleva en même tems une croix au bas de laquelle on fit placer et graver sur une grande pierre, une inscription en latin qui contient les faits ci-dessus, mais comme dans le plan que le consulat a approuvé pour les nouvelles constructions qui doivent servir à l’agrandissement de la chapelle de la Sainte Vierge, pour laquelle MM. les prévôt des marchands et échevins et les citoyens de cette ville, ont toujours eu beaucoup de devotion, on s’est aperçu que le pied d’estal de cette croix generoit extremement le passage qui conduit à la nouvelle sacristie, le chapitre nous demandoit la permission d’abatre cette piramide, dont les materiaux entreroient dans les nouvelles constructions qu’il se proposoit de continuer au printems prochain, et de placer la croix de fer qui la surmonte au-dessus du dome qui sera élevé presque au même endroit, de façon qu’il formera un coup d’œil plus satisfaisant pour les citoyens et pour l’embellissement de la ville, promettant même de conserver l’inscription et de la faire mettre dans le bas de l’édifice pour transmettre à la postérité la mémoire de la pieuse générosité des administrateurs de cette grande ville envers la Ste Vierge.
Etc.
Approbation par le consulat »

Source : Archives municipales de Lyon, 3 GG 113, Fourvière, pièce n°11. Inédit.

Mots-Clés :
Croix commémorative-mémoire-fer-inscription

Livre des décrets de Burchard de Worms (c. 960-1025)

Burchard de Worms a rédigé le Livre des décrets ou Décret (Decretum) vers 1010 à destination du clergé du diocèse de Worms dont il est évêque depuis 1000. Cette œuvre fondamentale dans l’histoire de la constitution du droit canon mentionne le cas particulier de l’utilisation du bois provenant d’une église dédicacée. Etant rattaché à une église consacrée, le bois de celle-ci ne peut faire l’objet d’une réutilisation en dehors d’un bâtiment consacré. Il ne peut être utilisé dans des constructions laïques. Le bois qui ne peut être réutilisé doit être brûlé. (Hervé Chopin)

Références :
Burchard de Worms, Libri decretorum, dans J.-P. Migne, Patrologia latina, t. 140, col. 679 D.

Texte :
Liber tertius. De ecclesiis. CAP. XXXIX.– De lignis dedicatae ecclesiae, ad quos usus verti debeant. (Ex decr. Ygini papae, cap. 3.) Ligna ecclesiae dedicatae non debent ad aliud opus jungi nisi ad aliam Ecclesiam, vel igni comburenda, vel ad profectum in monasterio fratribus; in laicorum opera non debent admitti.

Traduction
Livre trois. Des églises. Chapitre XXXIX. Des bois d’une église dédicacée (d’après le décret du pape Eugène, chap. 3) Les bois d’une église dédicacée ne doivent pas être utilisés pour une autre œuvre en dehors de celle-ci, ou bien ils devront être brûlés, ou cédés à un monasterium, à des frères ; ils ne peuvent pas être utilisés dans les ouvrages des laïcs.

Mots-clés :
Bois-églises-destination-propriété-règlementation

Procès-verbal de l’enlèvement des plombs du couvent des ermites de saint Augustin de Brou (1557)

Brou, 1557

Depuis 1535, la Bresse a été envahie par les troupes françaises alors que jusque-là le comté de Bresse dépendait du duché de Savoie. La ville de Bourg-en-Bresse est assiégée par le baron de Polvilliers (ou Bolweïler) à la tête des troupes savoyardes, en octobre 1557. Afin de pouvoir résister, le plomb des toitures de l’église du couvent des ermites de saint Augustin de Brou, récemment construit, fut récupéré pour en faire des balles pour la garnison. (Hervé Chopin)

Références :
Arch. départ. Ain, H 614. Procès-verbal de l’enlèvement des plombs et autres dégâts faits à Brou, par la garnison de Bourg, lors du siège mis devant cette ville par le baron de Polvilliers, novembre 1557. Inédit.

Texte
« (…) lequel plomb, fixé à un sol la livre, ne fut jamais payé, car despuis que la ville fut assiégée, les soldats disaient n’avoir point reçu paye du roy despuis long temps, même les Gascons et Suisses, et estoit force leur délivrer ledit plomb, aultrement ils eussent tout forcé »

Mots-clés :
Couvent-toiture-plomb-prix-démontage-récupération

Les coutumes de Beauvaisis de Philippe de Beaumanoir (1250 ? -1296)

Philippe de Beaumanoir a été bailli de Beauvaisis entre mai 1279 et mai 1283. Pendant qu’il occupe cette fonction qu’il met par écrit les coutumes. Celles-ci permettent d’appréhender le rapport à la nature des objets et leur propriété dans le cadre du droit coutumier du nord du royaume de France dans cette 2e moitié du XIIIe siècle. Ainsi, si un objet est pris à quelqu’un contre sa volonté, et que cet objet a été transformé, on ne peut alors plus le réclamer. On donne ainsi l’exemple de deniers d’argent. Si on les fait fondre, il n’existera pas de preuve de la présence des deniers à l’intérieur des pots ou écuelles qui auront été produits avec. Il en va de même pour la construction. Dans le deuxième texte, on établit que les matériaux qui appartiennent à plusieurs personnes et qui sont utilisés pour construire une maison, ne peuvent plus être récupérés une fois qu’ils ont été transformés. (Hervé Chopin)

Référence :
Philippe de Beaumanoir, Les coutumes de Beauvaisis, Amédée Salmon éd., Paris. A. Picard, 1899 (Collection de textes pour servir à l’étude et à l’enseignement de l’histoire, 24)

Texte
Tome 1, p. 363, n°711 :
Aucune fois avient il que l’en prent aucune chose qui est a autrui sans le congié et sans la volenté de celi qui ele change sa nature et devient autre : si comme se aucuns prent mairien en autrui bois et le met en ouvrage de meson ou de nef ou de mout autres choses que l’en puet fere de mairien ; ou si comme aucuns fet fondre deniers d’argent qui furent a autrui et en fet fere pos, escueles ou hanas. En tous teus cas et en semblables, je ne puis pas demander la chose qui est fete puis qu’il a en la façon autre chose que ce qui du mien vint ; car je ne puis pas demander la meson pour ce se je vueil prouver qu’il i eust mis de mon mairien ; ne je ne puis pas demander les pos ne les escueles pour ce se je vueil prouver qu’il i eust de mon argent. (…).
p. 364, n°712
Se une mesons ou une autre chose est fete des choses qui furent a plusieurs, et chascuns redemande sa chose pour ce qu’il n’est pas paiés du pris qu’il la vendit, et pour ce que l’en ne le veut ou puet paier, la mesons ne doit pas estre depeciee pour rendre a l’un son mairien et a l’autre sa pierre et au tiers sa tieule ; ainçois se doivent cil qui la chose baillierent ou vendirent soufrir de leur dammage, quant il la baillierent sans prendre pleges et a tel personne qui ne puet paier. Mes voirs est, se chascuns trueve sa chose entiere avant qu’ele soit mise en euvre et après le terme que l’en dut estre paié du pris, et ele est encore a celi qui l’acheta, l’en la puet redemander arrieres, se l’acheteres ne fet plein paiement ; car male chose seroit se je trouvoie mon mairien que j’avroie vendu sans estre mis en euvre et en la main de l’acheteur, et je ne pouoie avoir le pris ne le mairien qui fu miens. Et par ce que nous disons du mairien pouvons nous entendre des autres choses vendues.

Mots-clés :
Propriété-don ou cession-valeur juridique

Toisé des ouvrages faits à la collégiale Saint-Paul de Lyon (1779)

Lyon, 1779

Dans le cadre des travaux concernant l’agrandissement de l’abside et la «baroquisation» de l’église collégiale Saint-Paul de Lyon, dans les années 1779-1784, le maître-maçon Meunier intervient. Il a récupéré une grande quantité de vieux tufs qu’il utilise pour voûter la nouvelle construction. Il ne précise pas l’origine de ces pierres, mais l’ensemble est facturé 60 livres au chapitre. (Hervé Chopin)

Références :
Archives départ. du Rhône et de la métropole de Lyon, 13G323, pièce n°9 : « toisé des ouvrages que Meunier, maître maçon à Lyon, a fait et fourni la réparation de l’église de Saint-Paul, indépendamment des murs du couvert du chœur ». Inédit.
Chopin (H.), Collégiale Saint-Paul de Lyon (Rhône). Etude des archives relatives à l’église, CERIAH-MH, 2000, p. 49.

Texte
« un millier de vieux tufs employé tant à ladite voûte qu’aux pilastres des piliers, 60 livres ».

Mots-clés :
Collégiale–tuf–destination–voûte-abside-prix-qualité

Extraits des Hauts faits des saints abbés (Gesta abbatum) du monastère de Fontenelle (rédigé entre 823-845)

Abbaye de Saint-Wandrille – anciennement abbaye de Fontenelle (rédigé entre 823-845)

Ce texte, qui concerne l’abbaye de Saint-Wandrille – anciennement abbaye de Fontenelle (Seine-Maritime). La chronique des abbés mentionne que la façade de la basilique (édifiée entre 732 et 743) a été construite à l’aide de « pierres taillées » provenant de l’enceinte antique de Lillebonne, édifiée par Jules César et distante d’une vingtaine de kilomètre.
(Stéphane Büttner, Christian Sapin)

Références
Chronique des abbés de Fontenelle (Saint-Wandrille), texte établi, traduit et commenté par frère Pascal Pradié, Paris, Les Belles Lettres, 1999

Texte
Sub huius denique tempore Ermharius, praepositus eius, aedificauit basilicam beatissimi archangeli Michaeli, licet modico, pulcherrimo tamen opere, allatis uidelicet petris politis de luliobona, castro quondam nobilissimo ac firmissimo, ad contruendos arcus seu frontispicium eiusdem templi. Haec namque ciuitas fertur aedificata fore a Gaio Iulio imperatore Romanorum ante aduentum Domini, dum Gallias uastando circuiret. Ipsum namque castrum Caletus antea uocabatur, quod destructum et in maiori eligantia reparratum, ex suo nomine luliobona uocare placuit.

Traduction
C’est aussi à l’époque de cet abbé, qu’Ermier, prieur de Teutsinde, construisit la basilique du bienheureux archange Michel, un ouvrage sans doute de proportions modestes, mais cependant un très bel ouvrage, avec des pierres taillées apportées du très célèbre et très puissant fortin de Lillebonne, pour édifier la façade de ce temple. On rapporte que cette cité fut édifiée par l’empereur des Romains Jules César avant la naissance du Seigneur, alors qu’il parcourait les Gaules en les dévastant. Or cette place, dénommée auparavant Caletus, étant détruite, il l’avait restaurée avec une grande élégance et décida de lui donner son nom et de l’appeler Iuliobona.

Mots-clés :
A. Type de bâtiment
– Église
– Abbatiale
B. Elément remployé ou récupéré
– Pierre de taille
C. Matériau et produit concerné
– Pierre
D. Notions documentées
– Démontage
– Destination
– Justification (admiration de l’Antique ?)
– Justification (opportunisme ?)
– Origine des remplois
– Récupération
– Remploi antique

Extraits des Miracula sancti Germani écrit par Heiric d’Auxerre (vers 860-875)

Auxerre (vers 860-875)
Le texte évoque la construction de la crypte carolingienne de l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre qui débute dans les années 840. Pour répondre à la magnificence du lieu, et le matériau n’étant pas disponible dans la région, des moines entreprennent d’aller chercher une grande quantité de marbre dans des ruines du sud de la France (Arles, Marseille). Le premier extrait évoque seulement la nature du matériau sans en préciser la nature architecturale. Le second extrait évoque très clairement des colonnes. L’étude archéologique n’a pas permis de mettre en évidence l’utilisation de marbre dans les phases carolingienne de la crypte.
(Stéphane Büttner, Christian Sapin)

Références : J.-Ch. Picard 1990, « Les Miracula sancti Germani d’Heiric d’Auxerre et l’architecture des cryptes de Saint-Germain : le témoignage des textes », in Saint-Germain d’Auxerre – Intellectuels et artistes dans l’Europe carolingienne (IXe-XIe siècles), Auxerre, Abbaye Saint-Germain, p. 97-101 et 105-108.

Texte
Texte cité dans l’édition de la patrologie latine, 124, 1207-1270

Traduction
[Traduction de J.-Ch. Picard]
II, 92. Pour une construction si magnifiquement élaborée, il n’était pas d’ornement qu’ils ne mettent toute leur énergie à se procurer ; et parce qu’en notre région, on est loin de disposer d’une grande abondance de marbres, ils décidèrent d’aller en chercher dans des contrées lointaines. C’est pourquoi quelques frères affrontèrent par deux fois les difficultés d’une expédition dangereuse et, au prix d’un voyage plein de péril dans les énormes remous du Rhône, se rendirent à Arles et ensuite à Marseille, à l’autre bout de la Gaule (…). Aussi, après avoir déblayé les ruines des vieux édifices à l’entour, ils rassemblèrent, soit gratuitement, soit à prix d’argent, une très grande quantité de marbres précieux ; chargeant ce butin de choix sur des navires, ils conduisirent par deux fois un triomphe rendu mémorable par l’issue victorieuse d’entreprises audacieuses.
[…]
II, 95. C’est presqu’un miracle, à mon avis, ce qui s’est produit quand les marbres furent arrivés à destination : toutes les colonnes que l’on avait transportées s’adaptèrent par leur forme à l’ensemble des parties du monument ; elles s’accordaient sans discordance et, comme on dit, impeccablement, adaptant elles-mêmes leur propre contour au projet du modèle. Ce qui, entre autres choses, lors de leur mise en place, est apparu clairement comme une manifestation merveilleuse, j’estime qu’il faut le raconter. Une équipe de manœuvres robustes unissant leurs forces mettait en place sous un arc une de ces colonnes, d’une dimension non négligeable, déjà posée sur sa base. Ils y mettaient toutes leurs forces ; alors que déjà elle se tenait presque debout, la masse monstrueuse fut plus forte que ceux qui la poussaient et, échappant déjà à leurs mains, elle était conduite à la ruine par son propre poids. Tous s’étaient reculés par peur du danger, s’attendant, non sans un profond et douloureux regret à la chute du marbre qui allait bientôt éclater en morceaux. La présence de Dieu renversa la situation contre toute attente ; et ce que la main des hommes n’avait pas été capable de faire fut réalisé par l’intervention de la force divine, beaucoup mieux et beaucoup plus facilement ; si d’abord on la vit dans son élan se précipiter à terre, tout autant on vit ensuite sa masse regagner les hauteurs sans aide visible. Ainsi fixée en place, elle offre superbement un témoignage immobile d’un miracle perpétuel.

Mots-clés :
A. Type de bâtiment
– Église
– Abbatiale
B. Élément remployé ou récupéré
– Colonnes
C. Matériau et produit concerné
– Marbre
D. Notions documentées
– Démontage
– Destination
– Don ou cession
– Origine des remplois
– Récupération
– Remploi antique