Haude Morvan, “L’église Sainte-Praxède (Rome) : les remplois comme manifestation du pouvoir pontifical”

L’église Sainte-Praxède à Rome, sur la colline de l’Esquilin, est entièrement reconstruite par le pape Pascal I er (817-824). Depuis la fin du VIIIe siècle, les papes lancent de grands chantiers dans Rome, profitant de la disparition de la menace que représentaient les rois lombards, dont le territoire est occupé par Charlemagne qui noue une alliance avec le pouvoir pontifical. Les papes cherchent à manifester leur grandeur retrouvée par des références à une époque emblématique de l’union entre le pouvoir pontifical et le pouvoir impérial : le règne de Constantin (306-337). Le plan de Sainte-Praxède reprend ainsi (dans des dimensions moindres) celui de la basilique constantinienne de Saint-Pierre de Rome : la nef, divisée en trois vaisseaux (Saint-Pierre en comptait cinq), est précédée d’un atrium ; un transept débordant ouvre sur une abside semi-circulaire peu profonde surélevée par une crypte semi-annulaire.
Cette crypte abrite des restes provenant des catacombes romaines, et supposés comme étant ceux de martyrs. À cette translation de reliques, fait écho la « translation » d’éléments architecturaux antiques, remployés en grand nombre dans le chantier de Pascal Ier. Dans la nef, les colonnes et les chapiteaux qui soutiennent l’architrave proviennent de monuments antiques. On peut d’ailleurs noter que les remplois utilisés pour l’architrave se concentrent à l’extrémité de la nef, au plus près du sanctuaire.
On trouve également à l’entrée de la chapelle Saint-Zénon, mausolée attenant à l’église
bâti par le pape pour sa mère, des chapiteaux ioniques et un élément d’architrave surmonté d’un imposant vase en marbre. Les remplois de Saint-Praxède témoignent du fort poids symbolique de l’Antiquité dans les commandes pontificales au Moyen Âge. Indépendamment de la datation réelle des éléments architecturaux, ils renvoient alors à un passé prestigieux qui est celui de l’empire romain chrétien de Constantin et de ses descendants, que les souverains carolingiens tentent alors de restaurer, sous la protection spirituelle des papes.

Extraits des Hauts faits des saints abbés (Gesta abbatum) du monastère de Fontenelle (rédigé entre 823-845)

Abbaye de Saint-Wandrille – anciennement abbaye de Fontenelle (rédigé entre 823-845)

Ce texte, qui concerne l’abbaye de Saint-Wandrille – anciennement abbaye de Fontenelle (Seine-Maritime). La chronique des abbés mentionne que la façade de la basilique (édifiée entre 732 et 743) a été construite à l’aide de « pierres taillées » provenant de l’enceinte antique de Lillebonne, édifiée par Jules César et distante d’une vingtaine de kilomètre.
(Stéphane Büttner, Christian Sapin)

Références
Chronique des abbés de Fontenelle (Saint-Wandrille), texte établi, traduit et commenté par frère Pascal Pradié, Paris, Les Belles Lettres, 1999

Texte
Sub huius denique tempore Ermharius, praepositus eius, aedificauit basilicam beatissimi archangeli Michaeli, licet modico, pulcherrimo tamen opere, allatis uidelicet petris politis de luliobona, castro quondam nobilissimo ac firmissimo, ad contruendos arcus seu frontispicium eiusdem templi. Haec namque ciuitas fertur aedificata fore a Gaio Iulio imperatore Romanorum ante aduentum Domini, dum Gallias uastando circuiret. Ipsum namque castrum Caletus antea uocabatur, quod destructum et in maiori eligantia reparratum, ex suo nomine luliobona uocare placuit.

Traduction
C’est aussi à l’époque de cet abbé, qu’Ermier, prieur de Teutsinde, construisit la basilique du bienheureux archange Michel, un ouvrage sans doute de proportions modestes, mais cependant un très bel ouvrage, avec des pierres taillées apportées du très célèbre et très puissant fortin de Lillebonne, pour édifier la façade de ce temple. On rapporte que cette cité fut édifiée par l’empereur des Romains Jules César avant la naissance du Seigneur, alors qu’il parcourait les Gaules en les dévastant. Or cette place, dénommée auparavant Caletus, étant détruite, il l’avait restaurée avec une grande élégance et décida de lui donner son nom et de l’appeler Iuliobona.

Mots-clés :
A. Type de bâtiment
– Église
– Abbatiale
B. Elément remployé ou récupéré
– Pierre de taille
C. Matériau et produit concerné
– Pierre
D. Notions documentées
– Démontage
– Destination
– Justification (admiration de l’Antique ?)
– Justification (opportunisme ?)
– Origine des remplois
– Récupération
– Remploi antique

Saint-Denis, vers 1144. Extrait du De consecratione ecclesie sancti Dionisii, écrit par Suger.

Saint-Denis, vers 1144

Extrait du De consecratione ecclesie sancti Dionisii, écrit par Suger. Dans ce passage, l’abbé de Saint-Denis raconte qu’il envisageait, pour la construction de la basilique, de faire venir des colonnes de marbre tirées de plusieurs monuments de Rome, dont le palais de Dioclétien. (Ph. Bernardi)

Suger, Écrit sur la consécration de Saint-Denis, in Œuvres, texte établi, traduit et commenté par Françoise Gasparri, Paris, Les Belles Lettres, 1996, p. 1-53 (p. 13-15).

 

Texte :
In agendis siquidem huiusmodi, apprime de convenienta et cohaerentia antiqui et novi operis sollicitus unde marmoreas aut marmoreis aequipollentes haberemus comlumnas, cogitando, speculando, investigando per diversas partium remotarum regiones, cum nullam offerenderemus, hoc solum mente laborantibus et animo supererat, ut ab urbe (Romae enim in palatio Diocletiani et aliis termis saepe mirabiles conspexeramus) ut per mare Mediterraneum tuta classe, exinde per Anglicum, et per tortuosam fluvii Sequanae reflexionem, eas magno sumptu amicorum, inimicorum etiam Sarracenorum proximorum conductu haberemus.

Traduction :
Nous réfléchissions et nous nous demandions où trouver des colonnes de marbre ou de matériau équivalent ; nous cherchions dans diverses régions de pays lointains et nous n’en trouvions aucune ; à notre pensée et à notre esprit anxieux une seule idée dominait : les faire venir de Rome car dans le palais de Dioclétien et dans les autres thermes nous en avions souvent remarqué d’admirables, [les faire acheminer] par une flotte sûre à travers la mer Méditerranée, de là à travers la mer d’Angleterre et par le cours sinueux de la Seine, les obtenir à grands frais de nos amis et même de nos ennemis les Sarrasins les plus proches, moyennant un droit de passage.

 

Matériaux et thèmes documentés :
– Réemploi et admiration de l’Antique
– Marché de la récupération
– Origine des matériaux réemployés
– Transport des réemplois
– Coût(s) de la récupération
– Marbre
– Colonnes