Démolition et reconstruction d’une partie de l’ancienne maison du roi René à Marseille avec récupération des matériaux (1520).

Marseille, 1520

Au début du XVIe siècle, ce que l’on désigne à Marseille comme la Maison du Roi, est constitué de deux corps de bâtiment situés de part et d’autre de la rue des Changeurs (actuelle rue de la Loge). La partie méridionale de cette Maison du Roi, donnant sur le port fut donnée par la ville au roi René en 1474. Après la mort de ce dernier et l’union de la Provence au royaume de France (1482), le tout passa dans le domaine des rois de France qui le conservèrent jusqu’au début du XVIIIe siècle. L’emplacement de ce monument, immédiatement à l’ouest de l’actuelle mairie, est bien connu mais aucune trace ne semble plus aujourd’hui en subsister après les multiples transformations subies depuis sa vente à des particuliers et son morcellement.

Le contrat de construction présenté révèle que ces transformations commencèrent dès le début du XVIe siècle avec la démolition et la reconstruction de la partie septentrionale de l’ensemble, qui était probablement la plus ancienne. Un premier contrat, daté du 7 octobre 1520, envisage de « fondre (démolir) tout le corps de maison de la rue des changes à la galerie » puis de construire trois magasins voûtés et de rebâtir le mur de façade. Les articles donnés ci-dessous envisagent la récupération de divers matériaux de l’ancienne bâtisse (bois, tuiles, ferrures, pierres et plâtras) et leur stockage. Les maçons chargés de la démolition et de la reconstruction se voient demander de veiller à ce que rien en se gâte de la dépouille de l’ancien bâtiment. A plusieurs reprises le commissaire passant commande au nom du grand sénéchal de Provence insiste sur le « profit » que le roi peut ou doit tirer de ces décombres. L’article 6 atteste clairement du réemploi sur place d’une partie des pierres mais également de la conservation sur place de celles qui ne seront pas utilisées. L’article 7 est, lui, plus complexe dans la mesure où la permission donnée au maçons de se servir des vieux bois pour confectionner des cintres est limitée aux pièces « les moins utiles ». Le fait de préciser que les maçons – chargés par ailleurs de bâtir « à leurs propres coûts et dépens ; en fournissant tout ce qui sera nécessaire à faire ceci » (Item, faran losd. maistres las causas subredichas a lurs propris cours et despens en fournissent a aquo fayre tout so que sera neccessari.) – pourront utiliser les bois « sans aucun coût » montre, a contrario, que ces pièces ont bien une valeur marchande et que le propriétaire aurait pu la facturer aux artisans ou la défalquer du coût final. Même in situ, le réemploi peut ainsi faire l’objet de transactions. L’autorisation donnée aux maçons d’utiliser les vieilles pierres laisse alors entendre que le réemploi sur place peut faire l’objet d’une négociation commerciale et n’est donc pas une évidence. Le concierge a, en plus de la garde de la maison, celle d’une partie au moins des matériaux qui y sont entreposés, qu’il reçoit (art. 2) et qu’il délivre le cas échéant (art. 7). Le stockage évoqué permet une gestion raisonnée des restes comme le montre le fait qu’un autre prix-fait, passé quelques mois plus tard, avec les mêmes maçons pour la construction d’un autre mur de façade de la Maison du Roi, évoque la possibilité pour les artisans de « prandre de la pierre que trouveront en ladite maison »[1].

Pour précis qu’il soit, ce texte conserve, comme beaucoup d’autres, quelques ambiguïtés en ce qui concerne la provenance des matériaux utilisés. Les articles 4 et 5 en offrent l’illustration à travers les mentions faites de grilles de métal (cledas) et de pièces de bois fournies par le commanditaire, qui pourraient provenir de la dépouille de l’ancien bâtiment sans que l’on puisse en avoir la certitude. (Philippe Bernardi)

Texte :

S’ensuyvent les paches et conventions faictes pour l’ediffice de la mayson du roy a Marseille et au pris faict prins par maistres Arnaud Allene, Jaques du Pont et Pierre de Culeme alias Lo Picard, maistres massons de Marseille, a eulx donne par monseigneur le maistre Jehan Arbaud, docteur en chacun droict, conseille dud. sieur comissaire a ce depute par messeigneurs le lieutenant de Provence et gens de la Chambre des comptes audit pays, suyvant ce que lur a este mande par monseigneur le grant Seneschal dud. pays.

L’an mil cinq cens et vingt et le VIIe jour d’octobre

[…]

[1] Item, seran tengus gardar la fustalha de lad. maison et los teulles et los mectre la ont lur ordenara et los entreposar en sorto que rein non si gaste.

[2] Item la ferramenta que si trouvera en fondent, comme sont cledas, goffons et autra ferramenta, seran tengus de consignar et baillar au consierge de lad. maison en sorta que vengua al profict deld. seigneur.

[3] Item, seran tengus aussi de gardar et entrepausar las peyras et gippasses de lad. maison la ont lur semblera en sorta que non si degalhon mays si puescan profetar au profict dud. seigneur.

[…]

[4] Item, seran tengus de far en lad. muralha tres portas embe tres fenestras bastardas sus lasd. portas per donar claritat ; las portas a rond et las fenestras cledadas moyenant que lo rey lur bayllera las cledas de la larjour que lur sera devysada.

[5] Item, metran losd. mestres en losd. magasins, au dessus del pe drech, quant vendran a vaultar, de piecas de boys que lur seran bailladas, ainsi que lur sera ordenat.

[…]

[6] Item, sera loysible ausd. maistres, per far lasd. causas, de prendre et si aiudar de las peyras tant de talha que de postoire que provendran de lad. maison et lo demorant gardar comme dessus es declarat au profict dud. seigneur.

[7] Item, aussi lur sera loysible de prandre de la fustalha mens utilla de lad. maison per far sindres ou autras causas neccessarias aud. edifice senssa cousta denguna et aquo per las mans deld. consierge de la maison del rey que sera advisant sus lod. obrage et edifice.

[…]

Proposition de traduction :

S’ensuivent les accords et conventions faits pour l’édification de la maison du roi à Marseille, prise à forfait par maîtres Arnaud Allene, Jacques du Pont et Pierre de Culeme, alias Lo Picard, maîtres maçons de Marseille. [Contrat] à eux donné par monseigneur le maître Jean Arbaud, docteur en chacun droit, conseiller dudit sieur commissaire à cela député par messeigneurs le lieutenant de Provence et les gens de la Chambre des comptes audit pays, suivant ce qui leur a été demandé par monseigneur le grand Sénéchal dudit pays.

Le 7 octobre 1520

[…]

[1] De même, ils seront tenus de conserver le bois de charpente de ladite maison, et les tuiles, et de les mettre là où il leur sera ordonné, les entreposant de façon à ce que rien ne se gâte.

[2] De même, pour les ferrures qui se trouveront en démolissant, telles que grilles, gonds et autres ferrures, ils seront tenus de les réserver et donner au concierge de ladite maison, de façon à ce que cela profite audit seigneur.

[3] De même, ils seront tenus également de conserver et entreposer les pierres et les plâtras de ladite maison là où ils jugeront qu’ils ne se gaspilleront pas mais puissent, au contraire, profiter audit seigneur.

[…]

[4] De même, ils seront tenus de faire dans ladite muraille trois portes avec trois jours (fenêtres bâtardes) au-dessus desdites portes pour donner de la lumière, de la largeur qui leur sera dite ; les portes à couvrement en plein-cintre et les fenêtres fermées d’une grille que le roi leur donnera.

[5] De même, dans lesdits magasins, lesdits maîtres mettront, comme il leur sera précisé, des pièces de bois qui leur seront données, au-dessus des piédroits, quand ils commenceront à voûter.

[…]

[6] De même, il sera loisible auxdits maîtres, pour faire les choses susdites, de prendre et s’aider des pierres tant de taille que de blocage qui proviendront de ladite maison, le demeurant [étant à] garder comme ci-dessus déclaré, au profit dudit seigneur.

[7] De même, il leur sera loisible de prendre le bois le moins utile de la maison, pour faire des cintres ou autres choses nécessaires audit édifice, sans aucuns frais. Et ceci [reçu] des mains dudit concierge de la maison du roi qui avisera en fonction dudit ouvrage et édifice.

[…]

Thèmes abordés :
– Récupération
– Remploi sélectif
– Bois
– Tuile
– Pierre
– Métal
– Plâtras
– Acteurs
– Stockage
– Profit-Revente
– Changement de destination

[1] Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 1450, fol 194v, le 21 janvier 1521 (n. st.).



Citer ce billet
Maxime L'Héritier (2022, 3 avril). Démolition et reconstruction d’une partie de l’ancienne maison du roi René à Marseille avec récupération des matériaux (1520). GDR ReMArch. Consulté le 21 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tlc2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.