Les décombres comme mode de paiement de travaux à Langlade (II) (1686)

Vergèze (Gard), 1686

Suite à la révocation de l’édit de Nantes (16 octobre 1685) et dans la perspective de soutenir le culte catholique dans une région protestante telle que le diocèse de Nîmes, le roi de France lance en 1686 une grande campagne de reconstruction ou d’agrandissement des églises de ce diocèse. Pour ce faire, de nombreux prix-faits de construction sont donnés aux enchères dans le courant de l’année 1686, d’après des plans et devis établis par l’architecte carcassonnais Guillaume Cailhau. Dans ces contrats, la question de la récupération des matériaux intervient soit du fait de la démolition partielle du bâtiment préexistant soit à travers référence aux décombres du temple protestant local. Les travaux de l’église paroissiale de Langlade[1] ont été confiés le 2 avril 1686 à un certain Pierre Besses, maître maçon de la ville de Nîmes pour 900 livres. Le prix-fait passé à cette date est proche dans sa forme de celui de l’église de Codognan (voir ce texte). Il envisage deux types de récupérations : le premier est constitué des pierres des parties à abattre pour la réédification, cédées à l’entrepreneur mais sans évaluation ; la seconde consiste dans les matériaux provenant de la démolition du temple protestant du lieu. Ces derniers ont été estimés en amont par l’architecte chargé du projet à cinquante-cinq livres, soit environ 6% du prix de la réédification. Le maçon est alors autorisé à « s’en servir ainsi que bon luy semblera », ce qui ne signifie pas qu’il les réutilisera forcément sur place.

Archives départementales du Gard, 2 E 36-545, fol. fol 480

Finallemant faira deux marches de pierre au travers de l’eglize pour monter au choeur et une balustrade de bois au dessus pavera avec pierre de taille le plan du choeur et sacristie, faira la cloison à icelle de buget bastard et sa porte fermure et serrure et fournira pour tout ce dessus toute sorte de matteriaux, charrois, manoeuvres et autres ouvriers necessaires et la pierre des anciennes demolitions luy appartiendront tout lequel ouvrage led. Besses masson entrepreneur a promis faire suivant et conformemant au plan et devis cy dessus enoncé et d’avoir icelluy parachevé dans huict mois prochains a peyne de tous depens domages et pour et moyenant le prix et somme de neuf cent livres de laquelle desduite celle de cinquante cinq livres de laquelle ont esté estimés les materiaux provenus de la demolition du temple dud. lieu par led. sieur Cailhaud architecte. Lesquels led. Besses entrepreneur sera tenu de prendre ainsy qu’il a promis fere pour s’en servir ainsi que bon luy semblera reste du susd. prix la somme de huit cent quarante cinq livres de laquelle a esté arresté qu’il luy seroit payé la sixiesme partye par messire François de Georges d’Aramon baron de Ledenon syndic du dioceze dud. Nismes lequel a paye aud Besses entrepreneur <et a confesse avoir receu tout presentement dud. sieur syndic et des mains dud. sieur Magne sçindic dud. clergé des deniers par luy receus dud. sçindic> la somme de cent quarante livres seize sols huict deniers pour la sixiesme partye dud. entier prix par luy retirée et embourcée.

 

Thèmes évoqués :
– Récupération des matériaux
– Pierre
– Eglise
– Les matériaux de récupération comme moyen de paiement

[1] Langlade (Gard, ar. Nîmes, can. Saint-Gilles)



Citer ce billet
Maxime L'Héritier (2022, 3 avril). Les décombres comme mode de paiement de travaux à Langlade (II) (1686). GDR ReMArch. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tlc3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.