Les décombres comme mode de paiement de travaux à Codognan (III) (1686)

Codognan (Gard), 1686

Suite à la révocation de l’édit de Nantes (16 octobre 1685) et dans la perspective de soutenir le culte catholique dans une région protestante telle que le diocèse de Nîmes, le roi de France lance en 1686 une grande campagne de reconstruction ou d’agrandissement des églises de ce diocèse. Pour ce faire, de nombreux prix-faits de construction sont donnés aux enchères dans le courant de l’année 1686, d’après des plans et devis établis par l’architecte carcassonnais Guillaume Cailhau. Dans ces contrats, la question de la récupération des matériaux intervient soit du fait de la démolition partielle du bâtiment préexistant soit à travers référence aux décombres du temple protestant local. Les travaux de l’église paroissiale de Codognan[1] furent, comme ceux de l’église de Vergèze, confiés à Jean Cassefiere, fils de Guillaume, maçon habitant de Vergèze, le 1er avril 1686. Dans le prix-fait passé ce jour, le maçon, chargé de réaliser les travaux en fournissant « toutz les materiaux a ce necessaires comme pierre de taille, moilon, chaux et sable, bois, fer, vitres et toutte sorte de charrois et manœuvres » peut disposer des « démolitions » de l’église, c’est-à-dire des matériaux des parties qu’il sera amené à détruire. Mais alors que ces « démolitions » sont simplement mentionnées, sans que leur valeur soit estimée, et que leur cession apparaît relever d’une pratique courante, les matériaux issus de l’ancien temple protestant subissent un traitement particulier. La rapide mention qui en est faite montre tout d’abord que bois et tuiles ont été rapidement vendus – sans doute par les consuls de la communauté comme le précise le prix-fait de Vergèze. Ne demeurent sur place qu’une partie des décombres (la pierre ?) qui est alors cédée à l’entrepreneur Cassefiere. Notons que l’ensemble avait fait l’objet d’une évaluation par l’architecte Cailhau, sans doute au moment où celui-ci s’était rendu à Codognan pour préparer son devis de rénovation de l’église paroissiale. Dès le projet, les autorités ont prévu de tirer parti de la destruction du temple protestant dont la dépouille permet de « compenser » une partie de la dépense. Dans le cas présent, le versement d’un sixième du prix total, fait au moment de la signature du contrat, doit se monter à 250 livres payées pour partie (170 livres) en argent comptant et pour partie avec ladite dépouille (80 livres), soit en matériaux, soit sans doute en argent pour ce qui a été déjà vendu. La dépouille du temple protestant représente avec ces 80 livres, un peu plus de 5% des 1500 livres pour lesquelles les travaux ont été adjugés à Cassefiere.

Archives départementales du Gard, 2 E 36-545, fol. 464

Davantage induira et blanchira touttes les murailles du dedans de lad. eglise et crespira aussy icelles par le dehors faira aussy un petit clocher pour placer une cloche sur une des murailles de lad. eglise de pierre de taille avec une croix au dessus a l’endroit qui luy sera marqué finalement l’entrepreneur et les demolitions luy apartiendront tout lequel ouvrage led. Cassefiere entrepreneur a promis faire conformement aux articles cy dessus pour et moyenant le prix et somme de quinze cent livres et d’avoir entierement achevé icelluy dans dix mois prochains a peine de toutz despens dommages et intheréz payable la somme sçavoir presentement la sixieme partie qui est deux cent cinquante livres Sçavoir en compensation pour les materiaux provenus de la demolition du temple dud. lieu <tant ceux quy ont resté sur ces lieux que ceux quy ont esté vendus ou dispersés comme bois et tuilles> que led. entrepreneur a promis et promet de prendre pour employer aud. bastiment la somme de quatre vingt livres a laquelle lesd. materiaux ont esté estimés par led.sieur Calhaud et en argent comptant cent septante livres.

Thèmes abordés :
– Récupération
– Bois
– Tuile
– Eglise
– Matériaux de récupération comme moyens de paiement
– Valeur des matériaux récupérés
– Tri
– Revente sélective

[1] Codognan (Gard, ar. Nîmes, can. Vauvert)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.