Un exemple de réutilisation du plomb à Rouen au milieu du XVe siècle (1453 et 1475-1476)

Rouen, 1453 et 1475-1476

Devenu archevêque de Rouen en 1453, Guillaume d’Estouteville, par ailleurs cardinal, entreprend alors une politique de rénovation et d’agrandissement de l’hôtel archiépiscopal situé à côté de la cathédrale. Le compte de l’année 1454-1455 comporte une entrée (Texte A) qui illustre la réutilisation du plomb pour les travaux de l’hôtel. Leur comparaison avec d’autres entrées de compte permet de renseigner les conditions et le coût du réemploi du plomb au milieu du xve siècle. Il s’agit d’un accord passé avec deux plombiers, Pierre des Vaulx et Guillaume Lefevre, pour la réalisation de « tables de plomb » pour la couverture, que les plombiers doivent réaliser avec du plomb de récupération. Un marché est passé avec les deux artisans qui précise ainsi que Pierre des Vaulx et Guillaume Lefevre fabriqueront des « tables de plomb » correspondant à un poids 1592 livres, à partir de 1592 livres de « vieil » plomb de récupération fourni par l’archevêque ou provenant de l’hôtel de ce dernier. L’emploi du terme « marché fait » montre qu’il y a eu accord sur les quantités et le prix avant la réalisation et le paiement final.

Le travail de fabrication/refonte des tables de plomb à partir de plomb de récupération est rémunéré au prix de 12 sous 6 deniers le cent. Cela fait que le coût de la « refonte » est d’environ 1,5 deniers par livre. Il s’agit du « prix du travail » des plombiers. Cet ordre de grandeur est cohérent avec celui observé vingt ans plus tard, lorsqu’un autre plombier est payé 1 denier par livre de plomb refondu et remis en œuvre dans des circonstances similaires (Texte B). Dans l’entrée de compte de 1454-1455, on trouve également la mention de 78,5 livres de plomb surnuméraires qui sont payées aux plombiers. Ce surplus s’explique par la mise en œuvre du processus de récupération. En effet, les plombiers ont récupéré plus de plomb vieux à fondre que les 1592 livres initialement prévues dans le devis. Si les chiffres sont aussi précis c’est parce que le plomb récupéré était scrupuleusement pesé à la Vicomté de l’eau de Rouen avant refonte, afin d’établir un paiement précis et juste des plombiers.

Une fois leur commande honorée, les plombiers se trouvent en possession d’un surplus de 78,5 livres de plomb, estimé pour un prix total de 42 sous 9 deniers, soit environ 6,5 deniers par livre. Il s’agit ici du prix du matériau (et non du travail de refonte), qui est en cohérence avec les prix relevés dans les comptes archiépiscopaux et dans ceux du chapitre cathédral. Il faut voir dans le paiement de ce surplus de plomb aux plombiers un « paiement en nature ». C’est-à-dire que les plombiers conservent les 78,5 livres de plomb surnuméraire mais leur coût est défalqué de leur salaire total. (Anne Kucab)

Texte A : Archives départementales de Seine-Maritime, G. 52, fol. 44v°-45r°. Publication et analyse Anne Kucab, « Où l’on offre tout ce qui peut se vendre ». Niveaux de vie et consommation à Rouen à la fin du Moyen Âge, thèse de doctorat d’Histoire médiévale soutenu à l’université Sorbonne Université, sous la direction de Mme Elisabeth Crouzet-Pavan, le 04 décembre 2021, p. 473.

Texte B : Archives départementales de Seine-Maritime, G. 71, fol. 27v°.

Textes :

A.
« Item le mercredi devent la saint Michel baillé à Pierre des Vaulx et Guillaume Lefevre, plumbiers, pour avoir refondu et mis en table neufve mil v. c. iiiixx xii livres de plom et rendre autant de neuf comme de vieil par marché fait, pour cent xii s. vi d., ainsi pour ce ix l. xix s. Item pour cent iiiixx iii livres de soudeure à ii s. la livre xviii l. viii s., lesquelles parties montent a xxviii l. vii s. mes pour ce que en avoit plus de vieil lxxviii l. et demy que de neuf de la valleur de xlii s. ix d. laquelle somme a esté baillée pour partie de paiement ausdit plumbiers pour ce xxvi l. iiii s. ».

« Item pour le poys de la vicomté et pour avoir porté icelui plomb, iii s ix d. ».

B.
« A Colin Lemarié, plombier, pour avoir refondu et faict de neuf plomb la goutiere d’entre ladite court et les prisons, où il est entré, oultre le plomb viel qui y estoit, xii l. qui, à viii d. la livre vallent viii s. iiii d., et pour la fachon de vcc iiiixx xii l. de plomb viel, pour chascune livre i d., vallent lxxiiii s., pour ce iiii l. ii s. viii d., et pour ii aultres petites goutieres pesans vixxxix l. dont il en y a cii l. de plomb neuf qui audit prix vallent lxviii s. et pour fachon de xxxvii l. pour chascune livre i d., vallent iiii s. vii d., pour ce icy, pour lesdites parties, vii l. xiii d. ».

Thèmes évoqués :
– Plomb
– Décote du matériau vieux par rapport au neuf
– Le matériau vieux comme moyen de paiement en nature
– Remise en œuvre in situ


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.