Florent Delencre, “Remplois de blocs de mortier de tuileau dans les maçonneries d’un atelier de forge moderne (Villards-d’Héria, Jura)”


Fig. 1 Vue sur la coupe NO des ruines de l’atelier de forge moderne, sondage 2 avec le parement sud du mur 13016 (cliché : O. Gros et A. Jeanjacques 2021).

Le site inférieur de Villards-d’Héria (Jura, France) est connu comme un vaste complexe, fouillé anciennement, correspondant aux vestiges d’un sanctuaire gallo-romain au « Pont des Arches » daté du IIe siècle après J.-C., associé à un balnéaire et à des Hospitalia.
Depuis 2019, un PCR coordonné par R. Grebot et S. Lourdaux-Jurietti a pour vocation de caractériser l’occupation autour du site archéologique et de comprendre son évolution. Localisé sur la parcelle « Sur le Brochet » à 150 m en aval du sanctuaire, trois sondages ont été implantés dans ce cadre en lien avec des structures repérées par des prospections géophysiques magnétiques et par la mise en évidence d’anomalies topographiques sur le LiDAR UFC-CNRS UMR 6249 Chrono-Environnement, acquis pour le projet UBFC I-Site PubPrivLands.
Au mois d’août 2021, ces sondages ont mis au jour un bâtiment interprété comme un atelier de forge moderne entre un aqueduc monumental antique en grand appareil et le cours de l’Héria. L’interprétation des vestiges repose sur le mobilier métallique qui se caractérise par des chutes, des soies de préhensions et sur les résidus sidérurgiques (scories et culots de forge). La datation est donnée par le mobilier céramique (post-XVe siècle) et par l’absence du bâtiment sur le Cadastre napoléonien établi en 1833.
Une des maçonneries se caractérise par des remplois évidents. Des blocs de mortier de tuileau ont été retaillés et insérés dans les deux parements de ce mur, au milieu des moellons en calcaire local liés avec un mortier de chaux (Fig. 1). Le mortier de tuileau est constitué de mortier blanc avec un granulat constitué en majorité de très grosses inclusions de terre cuite jusqu’à 4 mm de côté (Fig. 2).


Fig. 2 Détail d’un bloc en mortier de tuileau dans le mur [13016] (cliché : Fl. Delencre 2021).

La construction de cet édifice moderne témoigne d’une récupération opportuniste des ruines antiques localisées à grande proximité. Si les blocs de mortier de tuileau sont des traces évidentes, ils s’associent à des traces de rubéfaction positionnées sur les parties internes et les cassures de certains moellons et à une grande irrégularité des pierres de parement qui semble être liée aux matériaux antiques disponibles. La nature lithique des moellons, déterminée comme le Calcaire à Nérinées daté du Kimméridgien inférieur, est constitutive du substrat du site et correspond également aux blocs de grand appareil de l’aqueduc antique.

Liste des références citées
Delencre 2021 : Delencre Fl., 2021, Carrières & Matériaux. Rapport PCR – Villards-d’Héria. Occupation du territoire, continuité, évolution – année 1 – 2020. Besançon, Service Régional de l’Archéologie Bourgogne-Franche-Comté, 33 p.
Delencre 2022 : Delencre Fl., 2022, Villards-d’Héria (39) « Sur le Brochet ». Sondages entre l’aqueduc monumental et l’Héria. Rapport d’opération de sondage, deuxième année de triennale – 2021, Dijon, Service Régional de l’Archéologie Bourgogne-Franche-Comté, 186 p.
Lerat 1998 : Lerat L., 1998, Les Villards d’Héria (Jura). Recherches archéologiques dirigées par l’auteur de 1958 à 1982 sur le site gallo-romain du « Pont des Arches ». I – Texte. Besançon, Presses Universitaires Franc-Comtoises ; Paris, Les Belles Lettres, 243 p. (Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté, 677, Série Archéologie 44).

Pour citer cet article : Florent Delencre, “Remplois de blocs de mortier de tuileau dans les maçonneries d’un atelier de forge moderne (Villards-d’Héria, Jura)”, in GDR ReMArch, 09/04/2022, https://remarch.hypotheses.org/1101.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.