Séverine Blin, “Remplois de statues antiques, les lions de Saint-Michel des Lions de Limoges (Haute-Vienne)”

L’importance iconographique que revêtent les statues de lions dans le paysage de la région limousine à l’époque médiévale a déjà été mise en évidence par plusieurs travaux, qui traitent notamment de l’utilisation de la figure de cet animal dans le cadre du pouvoir ecclésial. Ces « gardiens de pierre » sont taillés dans des granits locaux, certes solides et résistants mais ingrats pour réaliser des éléments sculptés, qui requièrent donc des savoir-faire particuliers pour leur fabrication. Ils constituent à ce titre des témoignages intéressants sur le niveau de maîtrise et les qualités techniques développées par les artisans locaux, tailleurs de pierre et sculpteurs, capables de déplacer et de mettre en forme ces sculptures particulièrement massives et fragiles. Certains de ces lions présents devant les porches d’entrée des églises du Limousin ont été si bien intégrés à leur nouveau cadre architectural et conceptuel, que la mémoire de leur usage premier a été presque entièrement effacée, si bien que le chemin qui mène vers leur origine antique reste difficile à restituer ou même tout simplement à établir. Ils sont complètement absents des recueils de sculptures antiques, Emile Espérandieu note d’ailleurs que ce territoire est très pauvre en sculptures romaines. C’est donc un cas presque troublant, où le remploi atteint une forme de perfection dans la fusion avec son nouvel usage et le cadre symbolique dans lequel il a désormais été introduit.

Les statues de lions de grande taille disposés devant l’église de Saint-Michel-des-Lions de Limoges constituent de remarquables témoignages de ces remplois d’antiques. Jusqu’en 1840, ils étaient placés sur les extrémités du mur du cimetière, qui a été supprimé et arasé au début du XXe siècle, ils sont aujourd’hui placés devant le portail. On leur a attribué une fonction singulière dans le cadre judiciaire mentionnée à plusieurs reprises depuis les XIe siècle dans les commentaires historiques sur la ville, notamment dans cet extrait de J. A. Dulaure, Description des principaux lieux de France, 1789.
“Saint-Michel-des-Lions est ainsi appelée à cause de deux lions en pierre que l’on voit à l’entrée de cet édifice. Ces figures de lion témoignent l’ancien droit de juridiction d’une église ; elles servoient autrefois, suivant l’abbé Lebœuf, à supporter le siège du juge ecclésiastique, soit official, soit archiprêtre, dans les siècles où leurs” jugemens se prononçoient aux portes des églises”. On trouve plusieurs de ces jugements qui se terminent en effet par cette formule « Datum intra duos leones » “.
D’après Thomas Creissen, ces lions ont peut-être par la même occasion servi à délimiter les juridictions de l’abbaye Saint-Martial et de la vicomté de Limoges.


Figure 1 : Les deux lions de l’église Saint-Michel, Anonyme, 1638. URL : https://bnl-bfm.limoges.fr/s/bibliotheque-virtuelle/item/993

Comme on le voit, ces statues imposantes de Saint-Michel-des-Lions contiennent des fonctions symbolique, religieuse et politique extrêmement importantes. Leur style et leur taille dérogent aussi des autres représentations léonines découvertes dans la région. Le choix de la composition générale comme la qualité d’exécution, qui apparaissent encore assez nettement malgré l’effet de l’érosion (les museaux ont complètement disparu), ou encore le rendu du modelé et des détails anatomiques des animaux ne rencontrent pas de parallèles directes. Bien que les statues de lions couchés, conservées actuellement à Limoges devant la DRAC ou à Saint-Maurice-des-Lions sur la place du Terrier, soient manifestement antiques, elles aussi, elles présentent un traitement moins soigné. Pourtant, les datations proposées pour les lions de Saint-Michel de Limoges restent très aléatoires. C’est que les deux statues n’ont pas encore fait l’objet d’une étude adaptée, qui permettrait de déterminer leur origine. Un simple examen sur place permet de faire plusieurs observations intéressantes qui attestent leur premier emploi dans un cadre architectural très différent de l’actuel : faces de joint taillées sur la partie avant et arrière des statues, présence de mortaise de pince à crochet, mortaises de goujon disposées sur les flancs des statues, etc. Par ailleurs, les différentes données, qu’elles soient issues des caractéristiques techniques ou des éléments stylistiques (composition, traitement du modelé, etc.) convergent en faveur du remploi d’un groupe homogène de deux statues, qui étaient initialement destinées à être présentées de manière symétrique, probablement de part et d’autre d’une ouverture. Elles permettent également de confirmer la datation antique, déjà proposée par J. Loustaud, puis par Thomas Creissen et Jacques Roger. A titre d’hypothèse, ces lions, dont il est dit qu’ils furent découverts dans le secteur de l’amphithéâtre de Limoges, pourraient être issus des vestiges de l’édifice de spectacle, mais le plus probable est de les rapprocher des espaces de nécropoles identifiés non loin. Même si l’on dispose de très peu de données sur la morphologie des monuments funéraires d’époque impériale de la capitale des Lémovices, les lions pourraient être attribués au programme sculpté d’un mausolée antique, où ils jouent habituellement la fonction apotropaïque de protecteurs des tombeaux.

Figure 2 et 3 : Les statues de lions devant Saint-Michel-des-Lions (clichés de l’auteur).

Bibliographie
CHARDONNET S., « Les statues de lions des églises romanes, des gardiens de pierre entre espace profane et espace sacré », Frontière·s [En ligne], 3 | 2020, mis en ligne le 14 décembre 2020, consulté le 06 septembre 2022. URL : https://publications-prairial.fr/frontiere-s/index.php?id=450
CREISSEN T. et ROGER J., « Quelques réflexions sur les remplois antiques en Limousin au cours du Moyen Âge », Hortus Artium Medievalium 17, 2011, p. 61 76.
DESBORDES J.-M. et LOUSTAUD J.-P., Limoges antique (Haute-Vienne), Guides archéologiques de France, 1994, p. 94-95.
DULAURE J. A., Description des principaux lieux de France, 4-Poitou, 1789.
ESPERANDIEU E., Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, t. II Aquitaine, 1908, pour Limoges p. 384-390.
LECLER, André (abbé), Histoire de l’église et de la paroisse Saint-Michel-des-Lions, à Limoges, 1920. URL : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k145984k
MERIGOT A. (abbé), L’église Saint-Michel-des-Lions, Limoges, notice historique et archéologique, Limoges, 1953.



Citer ce billet
Maxime L'Héritier (2022, 16 septembre). Séverine Blin, “Remplois de statues antiques, les lions de Saint-Michel des Lions de Limoges (Haute-Vienne)” GDR ReMArch. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tlcg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.