Nicolas Delferrière, Émeline Retournard, “Deux colonnes antiques en griotte verte des Pyrénées remployées dans l’église Notre-Dame de Chamalières (Puy-de-Dôme)”

Deux colonnes antiques en griotte verte des Pyrénées remployées dans l’église Notre-Dame de Chamalières (Puy-de-Dôme)

L’église Notre-Dame de Chamalières est l’un des exemples les plus précoces de construction romane en Auvergne. La nef, le narthex et le massif occidental appartiennent à la partie la plus ancienne de l’édifice qui remonterait autour du Xe s. Le narthex communique avec la nef centrale de l’église par trois arcs en plein cintre dont les extrémités sont légèrement recourbées comme en fer à cheval : l’arc central mesure 2,05 m de diamètre tandis que les deux latéraux mesurent 1,10 m. Servant de supports à l’arcade centrale, deux courtes colonnes en griotte verte des Pyrénées (importation provenant de l’autre extrémité de la Gaule Aquitaine) présentent des chapiteaux décorés en arkose (époque carolingienne ?).


Vue des fûts de colonnes antiques en remploi dans le narthex depuis la nef (cliché : Émeline Retournard, 2023).


Plan de l’église Notre-Dame de Chamalières avec indication des deux remplois de colonnes antiques (en vert) dans le narthex (extrait de Chardon du Ranquet de Guérin 1895, p. 419 ; modifications : Émeline Retournard, 2023).

D’après l’abbé Chouvet, curé de la paroisse à la fin du XIXe s. qui fit faire des fouilles à l’intérieur de l’église, la base des colonnes est conservée à environ 1,50 m de profondeur et présentait une « pierre d’arkose circulaire surmontée de deux tores sur lesquels viennent reposer les fûts » (Chardon du Ranquet de Guérin 1895, p. 415). La partie actuellement visible des fûts dans l’édifice mesure 1,04 m de hauteur, 1,20 m de diamètre au sol à la jonction avec le dallage et 1,10 m de diamètre sur la partie sommitale, en lien avec le chapiteau ; la réalisation de ces fouilles permet de contredire le témoignage M. Pasumot qui au début du XIXe s. indiquait qu’il s’agissait de deux fragments « d’une belle colonne en cipolin qu’on a sciées en deux pour appuyer la voûte de la chapelle des fonts baptismaux » (François Pasumot cité dans Provost et Mennessier-Jouannet 1994, p. 68). Polies et parfaitement unies, ces deux colonnes monolithiques mesurent donc au moins 2,54 m de hauteur et proviennent d’un édifice antique qui devait être situé dans les environs de l’église, peut-être des thermes mis au jour derrière le chevet de l’église aux 7 et 9 de la rue Desaix.


Détails des fûts de colonnes antiques en remploi vus depuis le narthex (clichés : Émeline Retournard, 2023).

La qualité esthétique, en particulier chromatique, de la griotte verte et la bonne conservation de ces colonnes ont constitué des critères de choix pour leur remploi comme matériaux de construction dans l’église, alors en construction. Leur antiquité parfaitement identifiable en raison de l’emploi de ce matériau atypique, non local, au regard du reste de l’édifice a également été sans doute un critère significatif. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que les multiples représentations de l’intérieur de l’église au XIXe s. mentionnent et représentent clairement les colonnes antiques du narthex.


Jean-Baptiste-Joseph Jorand (1788-1850), Vue des deux colonnes antiques dans l’église de Chamalières, 182. (date exacte de production inconnue, extrait de https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b77427600.item#) et détail.

Bibliographie :
Chardon du Ranquet de Guérin Henri, « Église de Chamalières près Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) », Bulletin Monumental, 60, 1895, p. 412-444.
Deshoulières François, « L’église de Chamalières (Puy-de-Dôme) », Bulletin Monumental, 92-1, 1933, p. 89-91.
Provost Michel et Mennessier-Jouannet Christine, Le Puy-de-Dôme, 63/2, Carte archéologique de la Gaule, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 1994, p. 68-69.



Citer ce billet
Maxime L'Héritier (2023, 17 mai). Nicolas Delferrière, Émeline Retournard, “Deux colonnes antiques en griotte verte des Pyrénées remployées dans l’église Notre-Dame de Chamalières (Puy-de-Dôme)” GDR ReMArch. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tlch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.