Nicolas Delferrière, Marie-Anaïs Janin, “Un autel romain offert à la déesse Sequana remployé dans l’église Notre-Dame de Salmaise (Côte-d’Or)”

Au tout début du XXe s., à l’occasion de travaux de restauration de l’église Notre-Dame de Salmaise menés par Charles Javelle, le démontage des lambris du XVIIIe s. qui composaient le soubassement de l’autel du croisillon sud du transept de l’église Notre-Dame de Salmaise a laissé apparaître un autel romain inscrit daté de la seconde moitié du IIe s., dédié à la déesse Sequana, servant de support à la table en pierre calcaire de l’autel chrétien consacré à la Vierge Marie.


Autel dédié à la Vierge et autel romain antique en remploi qui lui sert de support, dans l’église Notre-Dame de Salmaise (Clichés : N. Delferrière, 2021).

La qualité de cet autel et notamment de son inscription antique païenne sont remarquables. On comprend que l’objet ait pu être utilisé, en raison de sa forme et de sa solidité, comme un support et qu’il ait également été caché aux regards des visiteurs pendant plusieurs siècles en raison du nom de la divinité invoquée dessus. L’inscription se développe sur six lignes ainsi :

Deae Sequanae, // Hilariclus, Cl(audi) / Aviti ser(vos), / pro Hilariano / filio posuit, / v(otum) s(olvit) l(ibens) m(erito).

« À la déesse Séquana, Hilariclus, esclave de Claudius Avitus, pour son fils Hilarianus, a fait poser (cet autel) et s’est acquitté de son vœu librement et à juste titre. »

En raison de la proximité du sanctuaire des Sources de la Seine à environ 7 km à pied, il apparaît très probable que ce magnifique ex-voto lapidaire a été rapporté du site antique pour servir de remploi dans l’église de Salmaise, dont les origines remontent au moins au XIe s. Outre l’origine de l’objet, le fait qu’il a été inséré dans l’autel chrétien avec la volonté de laisser l’inscription apparente interpelle et interroge. Les fidèles semblent avoir pu voir l’inscription avant sa couverture sous des lambris au XVIIIe s., malgré une certaine tendance, aux siècles précédents, à cacher ou détruire ce qui rappelait le paganisme : le mot latin deae au début de l’inscription pouvait avoir une certaine résonnance en contexte chrétien qui a vu ce lieu qualifié de ecclesia sancte Marie, tout en rappelant la victoire du christianisme sur la vieille religion polythéiste par la position du monument antique comme support à un autel chrétien. Son inscription, sa typologie et la qualité de son matériau local (calcaire) ont sans doute eu une incidence sur le choix de la transporter pour un tel remploi au haut Moyen Âge.

 

Bibliographie :

Fonds de la Commission des Antiquités du département de la Côte-d’Or, 69 J 70, « Dossiers documentaires. Salmaise », Archives Départementales de Côte-d’Or.

Deyts Simone, Un peuple de pèlerins : offrandes de pierre et de bronze des sources de la Seine, Dijon, 1994, p. 123, pl. 55-2.

Drioux Georges, Les Lingons. Textes et inscriptions antiques, Paris, 1934, n° 297

Gentil Vincent, Gallo-Romains d’Alésia. Épigraphie et société (Ier siècle av. J.-C. – IIIe siècle ap. J.-C.), Paris, p. 148-149, n° 28.

Héron de Villefosse Antoine, « Une inscription portant le nom de la dea Sequana », Bulletin de la Société nationale des Antiquaires, 1906, p. 309-311.

Hirschfeld Otto, Corpus Inscriptionum Latinarum, XIII, Inscriptiones trium Galliarum et Germaniarum Latinae, Berlin, 1899, n°11575.

Le Bohec Yann, Inscriptions de la cité des Lingons. Inscriptions sur pierre, Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, 2003, n° 275.

Provost Michel et alii, Carte Archéologique de la Gaule, 21/3 : La Côte d’Or (Nuits-Saint-Georges-Voulaines-les-Templiers), Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 2009, p. 166.

Sapin Christian, « Salmaise (Côte-d’Or). Église Notre-Dame », Archéologie Médiévale, 21, 1991, p. 334.

Serbat Louis, « Inscription de Salmaise », Bulletin Monumental, 70, 1906, p. 572.



Citer ce billet
Maxime L'Héritier (2023, 5 juin). Nicolas Delferrière, Marie-Anaïs Janin, “Un autel romain offert à la déesse Sequana remployé dans l’église Notre-Dame de Salmaise (Côte-d’Or)” GDR ReMArch. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tlcj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.