Maxime L’Héritier, « Remploi d’agrafes métalliques (église Saint-Jean-au-Marché de Troyes) »

Remploi d’agrafes métalliques sur une balustrade de l’église Saint-Jean-au-Marché de Troyes (milieu du XVIe siècle)

Agrafe plate pourvue de deux percements révélant une utilisation antérieure et un remploi, église Saint-Jean-au-Marché de Troyes (milieu du XVIe s.) © Maxime L’Héritier

Cette agrafe dont le corps, très plat, est percé à deux endroits, a été retrouvée sur une balustrade extérieure des combles bas du chœur de l’église Saint- Jean-au-Marché de Troyes, reconstruite au milieu du XVIe siècle. Les deux percements, désormais inutiles, sont la marque d’une utilisation plus ancienne, peut-être comme ferrure de vitrail ou comme élément de fixation ou de suspension (penture ?). Ils témoignent ainsi du remploi de vieux fers pour la forge de ces agrafes.

Les comptabilités de la fabrique de l’église Saint-Jean attestent en outre une récupération et un recyclage fréquent du métal dans la première moitié du XVIe siècle lors de la reconstruction de l’église. En 1548-1549, le serrurier Guillaume Royer est notamment payé « pour la façon de deux C XLVII l. fer en esgrappes […], sur quoy il avoit racchu en viel fer IIC XXVI l. à deduire icelui, pour ce à luy paié pour sadite facon que pour le surplus dudit fer » (Arch. dép. Aube, 15 G 57, fol. 79 ro.)

L’examen métallographique de l’agrafe, prélevée suite à des restaurations, révèle la marque d’au moins trois soudures parallèles témoignant de l’assemblage de plusieurs pièces à la forge pour fabriquer cette agrafe. Les analyses élémentaires réalisées sur les inclusions de scories indiquent en outre qu’il s’agit bien d’une soudure de fers d’origines distinctes, probablement issu de recyclage de vieilles ferrailles, constatation qui peut directement être rapprochée de la mention des comptes de fabriques.

De tels exemples de recyclage, associant traces microscopiques et macroscopiques – en plus de mentions d’archives – sont toutefois rarissimes pour les objets métalliques. Dans la très large majorité des cas, l’étape de forge qui vise à donner une nouvelle forme, voire une nouvelle fonction au métal, vient gommer les traces de la forme et de la fonction anciennes.

 

Notice rédigée par Maxime L’Héritier, le 16 juin 2020

 

Bibliographie :

L’HÉRITIER Maxime, DISSER Alexandre, LEROY Stéphanie, DILLMANN Philippe, « Récupérer et recycler les matériaux ferreux au Moyen Age : des textes à la matière », dans HENIGFELD Yves, HUSI Philippe, RAVOIRE Fabienne, eds., L’objet au Moyen Âge et à l’époque moderne : fabriquer, échanger, consommer et recycler, Actes du XIe congrès de la SAMMC, Bayeux, 28-30 mai 2015, Caen, Publications du CRAHM, 2020, p. 369-383.

L’HÉRITIER Maxime, DILLMANN Philippe, « Récupération et remploi du fer pour la construction des monuments de la période gothique », dans BERNARD Jean-François, BERNARDI Philippe., ESPOSITO Daniela, dir., Il reimpiego in architettura. Recupero, trasformazione, uso, Actes du colloque de Rome, 8-10 novembre 2007, Rome, Collection de l’Ecole Française de Rome, 2009, p. 157-175.

Pour citer cet article : Maxime L’Héritier, « Remploi d’agrafes métalliques (église Saint-Jean-au-Marché de Troyes) », in GDR ReMArch, 16/06/2020, https://remarch.hypotheses.org/309.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.