Caroline Lefebvre, “Les remplois de l’endiguement de l’Ouvèze (Vaison-la-Romaine)”

L’endiguement de l’Ouvèze à Vaison-la-Romaine (Vaucluse) : un exemple de remploi au Ier siècle.

Figure 1 : le mur-digue de la rive gauche vue depuis l’ouest : la portion orientale est conservée en place alors que la portion occidentale a basculé dans le lit de la rivière © J.-M. Mignon (Service d’archéologie du département de Vaucluse).

 

L’Ouvèze, le cours d’eau qui délimitait au sud la ville de Vasio Vocontiorum durant l’Antiquité, a livré de nombreux vestiges en aval du pont romain, notamment en rive gauche. Les premières fouilles sont réalisées au cours de l’été 1946 par J. Sautel à la suite d’une importante crue de la rivière qui révèle un dispositif assurant les fondations d’une construction d’époque romaine. Ce n’est que près d’une cinquantaine d’années plus tard, après la crue du 22 septembre 1992 qui remet au jour les vestiges alors ensevelis sous les berges, qu’un sondage et une fouille de sauvetage sont réalisés successivement en 1993 et 1996 par J.-M. Mignon. Ces opérations permettent de reconnaître, sur une longueur de près de 80 m, un mur d’endiguement qui devait s’étendre à l’origine sur plusieurs centaines de mètres, probablement sur toute la portion urbaine de l’Ouvèze. La semelle de fondation de cet ouvrage monumental reposait sur une série de pieux en chêne enfoncés dans le lit de la rivière. L’analyse dendrochronologique réalisée sur ces derniers a permis de dater l’abattage des arbres en l’an 82 et de fixer un terminus post quem pour l’érection du mur-digue achevé quelques années plus tard.

Figure 2a et 2b : fragments d’une corniche ornée et d’un panneau d’armes réutilisés dans le double hérisson de pierres de la semelle de fondation du mur-digue © C. Lefebvre.

La portion de la semelle de fondation conservée en place était constituée d’un double hérisson de pierres qui recouvrait le pilotis et dans lequel ont été prélevés des blocs d’architecture ayant été réemployés. L’inventaire a permis de dénombrer une trentaine de fragments dont la plupart appartiennent à des composantes architecturales bien définies (base de colonne, fût lisse de colonne, fûts cannelés de colonnes et d’assises de pilastres ou de piliers, caulicole de chapiteau corinthien, éléments d’entablements décorés et de panneaux d’armes). La provenance de ces éléments reste problématique : sont-ils issus d’un même édifice ou de plusieurs ? Un monument funéraire, un trophée ou bien un arc triomphal auquel peuvent tout autant être rattachés les panneaux d’armes ; ou encore un édifice à caractère monumental auquel aurait pu appartenir certaines composantes en raison de leurs dimensions ? L’analyse typologique des motifs ornementaux ne permet pas de trancher la question de l’identification de l’édifice ou des édifices dont proviennent les fragments. Elle livre toutefois une datation au Ier siècle de notre ère avec un terminus post quem vraisemblablement à la fin de la période augustéenne. Utilisés dans le double hérisson de la fondation établie après l’implantation du pilotis, les réemplois appartenaient donc à une ou plusieurs constructions déjà existantes entre la fin de la période augustéenne et la toute fin du Ier siècle.

 

Notice rédigée par Caroline Lefebvre le 16/06/2020

 

Bibliographie :

Lefebvre (C.), « Les réemplois en architecture : étude de cas à Vaison-la-Romaine (Vasio Vocontiorum) », Mélanges de l’École française de Rome – Moyen Âge, 129-1 | 2017, p. 177-193.

Mignon (J.-M.), « Les aménagements monumentaux de l’Ouvèze (Pont et Quais) à Vaison-la-Romaine (Vaucluse) », Caesarodunum, XXXIII-XXXIV, 1999/2000, p. 127-151.

Mignon (J.-M.), « Les aménagements antiques de l’Ouvèze à Vaison-la-Romaine », Terres Voconces, n° 11, 2016, p. 123-149.

Sautel (J.), « Informations archéologiques, XIIIe Circonscription : Ardèche, Drôme, Vaucluse », Gallia, 6.1, 1948, p. 218-222.

Sautel (J.), « Quais romains sur pilotis à Vaison », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 3, 1948. p. 382-388.

Pour citer cet article : Caroline Lefebvre, “Les remplois de l’endiguement de l’Ouvèze (Vaison-la-Romaine)”, in GDR ReMArch, 17/06/2020, https://remarch.hypotheses.org/319.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.