Laura Foulquier, Elise Nectoux, “Remploi de fronton et piédroits dans un porche (cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay)”

Fronton et piédroits remployés dans le porche du For de la cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay

Fronton et piédroits remployés dans le porche du For de la cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay. © Laura Foulquier

 

Juxtaposé à la cathédrale, le porche sud-est, dit du For, est de plan rectangulaire et s’ouvre au sud et à l’est par deux arcades richement décorées. Deux portes communiquent avec l’intérieur de la cathédrale, l’une ouvre sur le bras sud du transept, l’autre sur la chapelle sud du chœur. Cette dernière, dénommée « porte papale », est constituée de blocs antiques.

« Elle était destinée, dit-on, aux dignitaires ecclésiastiques lors des solennités exceptionnelles. La petite ouverture par où le public passe habituellement aujourd’hui existe de temps immémorial et fut, pendant bien des années, connue sous le nom de Porte papale. […] Du reste, la pierre qui couronne cette petite porte se recommande à l’attention des archéologues ; ils y reconnaîtront sans peine un fragment du VIIe siècle. C’est le fronton du cippe funéraire de l’évêque Scutaire, constructeur de la primitive église. Dans le tympan est gravé le monogramme du Christ et le nom même de celui à qui le monument est consacré ; puis au-dessous se lit l’invocation : PAPA VIVE DEO », rapporte Francisque Mandet (Mandet 1860 : 117-118).

Un bloc triangulaire en arkose est réutilisé comme fronton, il est supporté par deux piédroits cannelés, l’ensemble est surmonté d’une arcade en plein cintre, en remploi. L’arcade ornée de S alternativement droits et inversés, ponctués d’hastes, fait partie d’une série locale, antique, connue par son remploi dans la Cathédrale, au Baptistère Saint-Jean voisin, ou aux environs. Il s’agit d’ornements de toiture, faitage, rampants et acrotère, qui ont pu appartenir au sanctuaire in situ (Nectoux 2016 : 738-739). L’emplacement de l’arcature de la porte du For dans le monument initial n’est pas identifié avec précision. Les piédroits cannelés faisaient peut-être partie d’un monument plus vaste avant d’être installés dans cette porte, car le Baptistère Saint-Jean voisin remploie dans une baie de la façade sud, un troisième piédroit semblable, aux dimensions comparables.

Le fronton a une histoire complexe, ponctuée de trois temps forts, au moins : Antiquité, Antiquité tardive / Haut Moyen-Âge, période médiévale.

L’inscription extérieure, volontairement lisible, et notamment le mot « PAPA » a naturellement engendré un certain nombre d’interpolations (en témoigne le nom même de la porte, dite « papale »). On doit lire ici : « PÈRE, VIS EN DIEU ». « PAPA » désigne donc plus vraisemblablement l’évêque Scutaire dont le nom est marqué sur le fronton de part et d’autre du chrisme. Le revers de ce bloc, découvert en octobre 1847, a révélé une inscription beaucoup plus précoce : « ADIDONI ET AUGUSTO SEXTUS TALONIUS MUSICUS D S P P » (ILA, Vellaves, 16/1/7/22). Il s’agit d’une dédicace offerte par Sextus Talonius Musicus réunissant un dieu méconnu probablement local, Adidon, et un empereur vivant qui pourrait être Auguste. Elle atteste en Velay au début du Haut-Empire la pratique du syncrétisme religieux, si importante pour la romanisation des cités. Cette dédicace a fait l’objet d’une première réutilisation en recevant sur le revers une inscription en l’honneur de l’évêque Scutaire, puis d’une seconde réutilisation en étant insérée dans le mur du porche du For. Il ne s’agit donc pas d’une, mais de deux réutilisations. On doit sans doute attirer l’attention sur le fait que cette dédicace païenne soit précisément choisie pour faire office de dédicace chrétienne. La réutilisation s’apparente ici à une forme de conversion.

Cet ensemble s’inscrit dans une façade sud ornée d’autres remplois significatifs : des blocs de grand appareil arborant un trou de louve inutile, deux bas-reliefs dont l’un est situé à l’angle est, l’autre est aujourd’hui globalement masqué par l’emmarchement.

 

Notice rédigée par Laura Foulquier et Élise Nectoux, le 18 juin 2020

 

Bibliographie

FOULQUIER Laura, Dépôts lapidaires, réutilisations et remplois (Antiquité-haut Moyen Âge). Pour une nouvelle approche de la christianisation et des sanctuaires de l’ancien diocèse de Clermont au Moyen Âge, Thèse de Doctorat, Université Blaise-Pascal, Clermont II, UFR Lettres et Sciences Humaines, 2008.

FOULQUIER Laura, NECTOUX Élise, « La vie multiple des pierres. Les remplois antiques de la cathédrale du Puy-en-Velay à travers l’archéologie du XIXe siècle », dans Aedificare, 4, 2018, p. 219-252.

« Apport de l’étude des remplois à l’étude de la topographie urbaine », dans MEREL-BRANDENBURG Anne-Bénédicte, Le baptistère Saint-Jean au sein du groupe épiscopal du Puy-en-Velay, Turnhout, Brepols, 2018, p. 29.

MANDET Francisque, Histoire du Velay, Monuments historiques de la Haute-Loire et du Velay, Le Puy, 1860, VI, pp. 117-118.

NECTOUX Elise, Le Puy-en-Velay et la monumentalisation du Mont-Anis : de l’agglomération secondaire à la civitas nuova, dans Monumental ! La monumentalisation des villes de l’Aquitaine et de l’Hispanie septentrionale durant le Haut-Empire, actes du colloque de Villeneuve-sur-Lot, 10-12 septembre 2015, Aquitania, supplément 37/1, Bordeaux 2016, p. 723-748.

Pour citer cet article : Laura Foulquier, Elise Nectoux, “Remploi de fronton et piédroits dans un porche (cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay)”, in GDR ReMArch, 18/06/2020, https://remarch.hypotheses.org/333.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.