Laura Foulquier, “Remploi de deux stèles funéraires (église Saint-Laurent de Châtel-de-Neuvre)”

Remploi de deux stèles funéraires (église Saint-Laurent de Châtel-de-Neuvre; Auvergne-Rhône-Alpes ; France)

Façade occidentale de l’église Saint-Laurent de Châtel-de-Neuvre; Auvergne-Rhône-Alpes ; France. © Laura Foulquier.

Deux stèles funéraires sont réutilisées au niveau de la façade occidentale, de part et d’autre du tympan. Elles sont placées de part et d’autre du tympan. Le portail est dépourvu de toute décoration. Le choix de réutiliser des œuvres lapidaires au niveau des espaces d’accueil est fréquent. Architecture liminale, le portail marque la césure entre l’espace sacré et l’espace profane. De fait, très souvent, cet espace est scandé par l’écriture ou par l’image, autant d’apostrophes à celui qui s’apprête à pénétrer dans l’espace sacré. De la même façon, cet espace est bien alors souvent un espace de prédilection pour le remploi d’artefacts. Ces stèles ont été retaillées et présentent des personnages à mi-corps. Les reliefs sont très usés.

Détail des deux stèles funéraires. © Laura Foulquier

Le géographe du roi, Nicolas de Nicolaï, qui a sillonné la France au XVIe siècle afin de cartographier le royaume décrit ainsi les lieux :

« […] et sur le mont y a apparence de quelque grande antiquité, tant pour une ancienne mothe qui y est, que pour quelques vieilz fragmens de murailles qui s’y trouvent : mesmes à la porte de l’église se veoid un très antique chapiteau de l’ordre corinthien, faict du temps des Romains »[1].

Jean Ferault Daignet, topographe du duché de Bourbonnais, aurait vu au XVIIe siècle un temple encore en élévation dans le bourg de Châtel-de-Neuvre[2].

Les environs immédiats de l’église ont livré un certain nombre de vestiges antiques. M. Bertrand, membre titulaire de la Société d’Emulation de l’Allier, décrit ainsi les lieux en 1865 :

« Chatel-de-Neuvre, dont l’église est sur le sommet du côteau, au lieu-dit, de Saint-Marc, montre, presque adossé aux murs de l’édifice religieux, une butte artificielle […] ; on y trouve des tuiles à rebords, des fragments de poteries, des meules à bras, etc. »[3].

En 1906, des fouilles sont exécutées à l’occasion du nivellement de la butte artificielle décrite près de trente ans plus tôt par M. Bertrand :

« […] on découvrit quinze pierres de tailles, placées les unes à côté des autres, à plat, calées avec quelques moellons, et mises là comme contribution aux remblais. Quelques jours après, on en retrouva dix-huit autres, dans les mêmes conditions ; […] La majeure partie de ces matériaux sont de gros appareils et sont munis, au centre, d’entailles qu’en terme de construction on nomme : trous de louve, dans lesquels des cisailles s’introduisaient, afin de les monter à destination, avec une grue ou une chèvre »[4].

Un ou plusieurs édifices gallo-romains ont visiblement fait office de carrières de pierre pour la construction de l’église.

 

Notice rédigée par Laura Foulquier, le 18 juin 2020.

 

Bibliographie

BERTRAND M., « Découverte des ruines d’un grand édifice gallo-romain sur le point culminant du bourg de Chatel-Deneuvre (Allier) », dans BSEB, 14, 1906, pp. 215-226.

FOULQUIER Laura, Dépôts lapidaires, réutilisations et remplois (Antiquité-haut Moyen Âge). Pour une nouvelle approche de la christianisation et des sanctuaires de l’ancien diocèse de Clermont au Moyen Âge, Thèse de Doctorat, Université Blaise-Pascal, Clermont II, UFR Lettres et Sciences Humaines, 2008.

 

[1] Nicolas de NICOLAÏ, Description générale du Bourbonnais en 1569, Moulins Desrosiers, 1875, p. 85

[2] J. FERAULT DAIGNET, La topographie du duché de Bourbonnois, avec la carte dudict pays, desdié à monsieur Grangier, seigneur de Liverdy, conseiller et president pour le roy en sa court de parlement à Parys, par Jean Ferault Daignet, enquesteur en la seneschaulcée et siège présidial dudict pays, estably à Molins, Paris, BnF, Français 5402.

[3] M. BERTRAND, « Exploration archéologique de la rive droite de l’Allier », dans Bulletin de la Société d’Emulation du Bourbonnais, 1865, pp. 321-359, ici p. 356.

[4] M. BERTRAND, « Découverte des ruines d’un grand édifice gallo-romain sur le point culminant du bourg de Chatel-Deneuvre (Allier), dans Bulletin de la Société d’Emulation du Bourbonnais, 14, 1906, pp. 215-226, ici p. 220.

Pour citer cet article : Laura Foulquier, “Remploi de deux stèles funéraires (église Saint-Laurent de Châtel-de-Neuvre)”, in GDR ReMArch, 18/06/2020, https://remarch.hypotheses.org/390.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.