Laura Foulquier, “Remploi de fragments de chancel (cathédrale de Clermont-Ferrand)”

Fragments de chancel remployés dans la crypte de la cathédrale de Clermont-Ferrand

Fragment de chancel remployé dans la crypte de la cathédrale de Clermont-Ferrand. © Laura Foulquier.

En octobre 1855, Aymon Mallay, entreprend des travaux dans le chœur de la cathédrale de Clermont-Ferrand afin de procéder à la pose de l’autel et de grilles. Il dégage partiellement les bases de la crypte et de l’ancien chœur roman. Les fouilles sont limitées au niveau de la chapelle nord-ouest, tandis qu’une partie de la salle centrale est décaissée. Les fouilles prennent fin avant 1870 (MALLAY 1869 : 307-310). La crypte avait été comblée au milieu du XIIIe siècle. Ses fondations étaient constituées d’un certain nombre de blocs architecturaux ou sculptés antiques.

« L’appareil comporte de nombreux remplois de matériaux antiques, des fragments d’inscriptions comme celui remployé au bas du mur ouest de la chapelle nord-ouest, des fragments de colonnes, des morceaux de pierres moulurés (dans les fondations orientales du chevet en particulier faites de blocs énormes, posés presque sans mortier les uns sur les autres ; de très grandes pierres sont aussi remployées dans la pièce centrale ainsi que des pierres de moyen appareil alors qu’à l’intérieur du déambulatoire on trouve plutôt des moellons mal équarris et même cassés au marteau noyés dans des couches de mortier […] ».

En novembre et décembre 1908 et  mai et juin 1909, les fouilles menées par Henri du Ranquet et Georges Rupricht-Robert dégagent la salle centrale, ainsi que la partie orientale du déambulatoire, la chapelle sud-ouest, la chapelle sud-est, de manière partielle, et les courbes de trois chapelles hautes, précisant ainsi le plan de la crypte. Un an plus tard, un sondage effectué dans le déambulatoire gothique, côté sud, met au jour la courbe extérieure de la chapelle rayonnante sud-ouest et l’amorce de l’absidiole du bras sud du transept roman.

Par la suite, une campagne de restauration et divers aménagements ont lieu de 1946 à 1948. C’est à cette occasion que sont fixés au mur certains fragments de chancel extraits des murs.

Enfin, en 1999, de nouvelles interventions archéologiques débutent dans la crypte de la cathédrale, amenant une mise au point des différentes documentations antérieures et de nouvelles perspectives de recherches[1].

La crypte se compose d’une salle rectangulaire, dont la partie centrale est divisée en trois nefs voûtées d’arêtes, et d’un déambulatoire ouvrant sur des chapelles rayonnantes. Ces chapelles sont pourvues d’aménagements liturgiques qui présentent la particularité de réutiliser de nombreux fragments de chancels. Ces fragments, datés du IXe ou du Xe siècle, appartiennent aux installations liturgiques du chœur de la cathédrale préromane. Ils ont été réutilisés dans les maçonneries au XIIe siècle et au début du XIIIe siècle, lors des travaux d’aménagements de la crypte. Dans la chapelle nord-ouest, un autel comportant un certain nombre de fragments de chancel a été adossé contre le mur oriental. Deux piliers de chancel ont été également réutilisés comme montants pour la création d’une armoire liturgique ménagée dans le mur est de la chapelle. La réutilisation de ces fragments annihile tout souvenir de leur fonction primitive. Afin de tirer parti au mieux de ces éléments, les constructeurs n’ont pas hésiter à procéder à un certain nombre de modifications. Les évidements des entrelacs ont été comblés par du mortier de façon à obtenir une surface plane, barrée d’une profonde rainure pour faciliter l’insertion d’une étagère. Enfin, l’armoire était close par une fermeture à deux battants de bois. Ces fragments étaient donc devenus méconnaissables. La chapelle sud-est est partiellement comblée par les massifs de fondations gothiques, de sorte que seule la partie occidentale est aujourd’hui accessible. Deux fragments sculptés d’entrelacs, retaillés, sont réutilisés pour faire fonction de fenestella.

Dans le mur est, une niche de forme rectangulaire est ménagée et présente deux fragments sculptés d’entrelacs.

Une disposition analogue s’observe dans le mur nord, où une niche comporte également un fragment sculpté d’entrelacs.

La paroi nord de la chapelle sud-ouest (VI) offre une grande niche de forme rectangulaire, dont le fond était constitué d’une plaque sculptée d’entrelacs dont ne subsiste que l’empreinte en négatif. Une seconde empreinte en négatif est visible sur la paroi du montant est. Ces fragments de chancel avaient donc été réutilisés sans tenir compte du décor. La réutilisation est strictement pragmatique. Un fragment sculpté d’entrelacs est en outre réutilisé comme linteau de la porte menant à la chapelle.

 

Notice rédigée par Laura Foulquier, juin 2020

 

Bibliographie

CHEVALIER Pascale, « La cathédrale de Clermont-Ferrand : la crypte, dans Congrès Archéologique de France », 158e session, Basse-Auvergne, Grande Limagne, 2000, Paris, Société française d’archéologie, 2003, pp. 135-140.

FOULQUIER Laura, Dépôts lapidaires, réutilisations et remplois (Antiquité-haut Moyen Âge). Pour une nouvelle approche de la christianisation et des sanctuaires de l’ancien diocèse de Clermont au Moyen Âge, Thèse de Doctorat, 2008.

MALLAY A. G., « De quelques découvertes faites en ces derniers temps à la cathédrale de Clermont », dans Semaine religieuse de Clermont, semaine du 30 octobre 1869, pp. 307-310.

PHALIP Bruno, « Clermont-Ferrand, Une cathédrale et un projet (VIIIe-XIIe siècle). Étienne II face à Godescalc », dans Materia y acción en las catedrales medievales (ss. IX-XIII), Gerona, Espagne, 2015, pp.126-144.

RANQUET Henri du, « Les fouilles du chevet de la cathédrale », dans Bulletin monumental, 73, 1909, pp. 311-316.

 

[1] Ces différentes campagnes de fouilles dirigées par Pascale CHEVALIER sont résumées dans « La cathédrale de Clermont-Ferrand : la crypte, dans Congrès Archéologique de France », 158e session, Basse-Auvergne, Grande Limagne, 2000, Paris, Société française d’archéologie, 2003, pp. 135-140.

Pour citer cet article : Laura Foulquier, “Remploi de fragments de chancel (cathédrale de Clermont-Ferrand)”, in GDR ReMArch, 18/06/2020, https://remarch.hypotheses.org/398.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.