Extrait du courrier adressé par Charles Ier d’Anjou à son trésorier à Rome, Hugues de Besançon, concernant la sépulture du pape Innocent V (Viterbe, 1276)

Viterbe, 1276

Le prélat français Pierre de Tarentaise est élu pape sous le nom d’Innocent V grâce à son compatriote, Charles Ier d’Anjou, roi de Naples et de Sicile et sénateur de Rome. Innocent V meurt en juin 1276, après seulement cinq mois de pontificat. C’est Charles Ier d’Anjou qui prend en charge sa sépulture. Renouant avec la tradition des sépultures pontificales du XIIe siècle, il fait inhumer Innocent V dans la basilique du Latran, la cathédrale de Rome. Dans une lettre du 27 septembre 1276, il charge son trésorier à Rome, Hugues de Besançon, de trouver un sarcophage antique de porphyre pour servir de tombeau ou, à défaut, de faire construire un monument sur le modèle de celui de la comtesse d’Artois dans la basilique Saint-Pierre. Apparemment, Hugues de Besançon réussit à trouver un sarcophage, puisque, lors des travaux commandés par Innocent X en 1649 dans la basilique du Latran, le corps d’Innocent V est retrouvé dans un grand sarcophage de marbre. Le remploi d’un sarcophage antique de porphyre ou de marbre et le choix du Latran, basilique donnée à saint Sylvestre par Constantin, sont porteurs d’un discours sur l’universalité du pouvoir pontifical. (Haude Morvan)

H.W. Schulz, F. von Quast (éd.), Denkmäler der Kunst des Mittelalters in Unteritalien. IV. Urkunden, Dresden, 1860, p. 49.

  1. Gardner, The tomb of cardinal Annibaldi by Arnolfo di Cambio, in The Burlington Magazine, 114, 1972, p. 136-143, p. 141.

 

Texte
XXVII Septembris V indictionis, aput Viterbium. Scriptum est Magistro Hugoni de Bisumpcio camerario Urbis, etc.
Quia sanctissimus pater et dominus noster dominus Innocentius papa V aput Urbem, ubi habemus regimen, fuit viam universe carnis ingressus et intelleximus, quod aliquis se non intromittit de faciendo tumulo pro eodem, volumus et tibi precipiendo mandamus, quatinus per Urbem inquiras et inquiri facias diligenter, si aliqua conca porfidis vel alicuius alterius pulcri lapidis prout ille, que sunt in sancto Iohanne Laterani, poterit inveniri. Quam si inveneris, emas de pecunia curie nostre, que est vel erit per manus tuas, et in ea corpus dicti summi pontificis reponi facias diligenter in ecclesia sancti Iohannis predicti in aliquo loco eminenti ; et si conca predicta non poterit inveniri, volumus, quod de predicta pecunia curie fieri facias sepulturam consimilem illi comitisse Attrebatensis et etiam si fieri poterit pulcriorem, in qua corpus eiusdem summi pontificis sollemniter reponatur.

Traduction
27 septembre de la 5e indiction, à Viterbe. Adressée à maître Hugues de Besançon, trésorier à Rome.
Parce que le très saint père et seigneur, notre seigneur le pape Innocent V, a pris le chemin de toute chair, à Rome où nous gouvernons, et que nous avons appris que personne n’a pris l’initiative pour lui faire un tombeau, nous voulons et ordonnons selon le précepte que tu cherches et fasses chercher scrupuleusement, dans les limites de Rome, si l’on peut trouver un sarcophage de porphyre ou de quelque autre belle pierre, semblable à ceux qui sont à Saint-Jean du Latran. Si tu le trouves, achète-le avec l’argent de notre curie, qui est ou sera en ta possession, et fais scrupuleusement placer le corps dudit souverain pontife dans [ce sarcophage], dans la susdite église Saint-Jean, dans n’importe quel lieu remarquable. Si l’on ne peut pas trouver le sarcophage susdit, nous voulons qu’avec ce même argent de la curie tu fasses faire une tombe semblable à celle de la comtesse d’Artois (et même, si cela était possible, plus belle encore), dans laquelle sera placé solennellement ce même corps du souverain pontife.

 

Thèmes évoqués :
– Remploi antique
– Sarcophage
– Marché du remploi
– Porphyre



Citer ce billet
Maxime L'Héritier (2020, 18 juin). Extrait du courrier adressé par Charles Ier d’Anjou à son trésorier à Rome, Hugues de Besançon, concernant la sépulture du pape Innocent V (Viterbe, 1276). GDR ReMArch. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tlai

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.