Contrat notarié de démontage (prix-fait) de l’ancienne église des clarisses d’Aix-en-Provence (18 avril 1368)

Aix-en-Provence, le 18 avril 1368

Contrat notarié par lequel les clarisses d’Aix, en la personne de leur abbesse, Huga de Sosmeyre, demandent aux charpentiers Pierre Seguberti et Colin Néble et au plâtrier Hugues de Alvernha, tous habitants d’Aix, de démonter (littéralement « descendre ») avec précaution plusieurs baies de leur ancienne église, hors les murs, ainsi que des éléments appelés coronelli, sans doute en vue de les réemployer dans la nouvelle église qu’elles s’apprêtaient à faire construire en ville. Les artisans sont également chargés de transporter l’ancienne pierre d’autel dans le bâtiment qui sert alors momentanément d’église aux religieuses. Le tout pour 20 florins d’or. (Philippe Bernardi)

Archives départementales des Bouches du Rhône, 308 E 11, fol. 15

Texte
Pro monasterio et pro Seguberti Colino Neble et Hugoni de Alvernha

Anno domini MoCCCLXVIIIo, die XVIII aprilis VIe indictione noverint etc. quod Petrus Seguberti et Colinus Neble, fusterii, et Hugo de Alvernha, giperius, habitatores Aquis, sponte convenerunt cum religiosa domina sorore Huga de Sosmeyre, abbatissa monasterii sancte Clare de Aquis, davallare[1] O[2] quod est in ecclesia ubi prius erat ipsum monasterium, salvo modo et sine fractione aliqua, et coronellos[3] dicte ecclesie ac fenestragia retro altare dicte ecclesie, necnon adducere salvo modo lapidem altaris ipsius ecclesie ad locum ubi nunc est ipsum monasterium, eorum sumptibus, pro precio viginti florenorum auri.

De quo precio, incontinenti, in presencia mei notarii et testium subscriptorum, habuerunt et receperunt florenos auri decem. Et postquam davallaverint ipsum O integre debent habere florenos V, et residuum completo eorum opere.

Fuit de pacto quod ubi per culpam ipsorum magistrorum aliquis lapis de fenestragiis vel de ipso O <et coronellis>[4] frangeretur, quod ipsi teneantur eam facere retalhari simili modo ut prius, eorum sumptibus, de lapidibus tamen dicti monasterii.
[…]

Traduction
Pour le monastère, pour Seguberti, pour Colin Néble et Hugues de Alvernha

L’année du Seigneur 1368, le 18e jour d’avril, 6e indiction, sachent etc. Que Pierre Seguberti et Colin Néble, charpentiers et Hugues de Alvernha, plâtrier, habitants d’Aix, spontanément ont convenu avec [sa] religieuse seigneurie, sœur Huga de Sosmeyre, abbesse du monastère de sainte-Claire d’Aix de déposer l’oculus qui est dans l’église où jadis se trouvait ce monastère de manière sûre et sans aucun bris, ainsi que les corniches ( ?) de la dite église et les fenestrages derrière l’autel de la dite église, et de conduire de manière sûre la pierre d’autel de cette église jusqu’au lieu où, à présent, se trouve ce monastère, à leurs frais et pour le prix de 20 florins d’or.
Du quel prix, sur-le-champ, ils ont eu et reçu 10 florins d’or. Et après qu’ils auront déposé cet oculus, ils doivent avoir 5 florins et le restant, une fois achevé leur travail.
Il a été convenu que si, par la faute de ces maîtres, quelque pierre des fenestrages ou de cet oculus et des corniches était brisée, que ceux-ci soient tenus de la faire retailler de la manière dont elle était auparavant, à leurs frais, avec des pierres, toutefois, dudit monastère.
[…]

Thèmes abordés :
– Pierre
– Baies
– Table d’autel
– Modalités de récupération
– Transport
– Origine des remplois
– Coût de la récupération
– Organisation de la récupération
– Eléments architecturaux récupérés
– Démontage

[1] Pour devallare.
[2] Pour Oculus.
[3] Le sens exact de ce terme nous échappe. Il doit s’agir d’un élément de couronnement.
[4] Ajouté au-dessus de la ligne.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.