Haude Morvan, “Les remplois de la cathédrale de Pise (Pise, Italie)”


Cathédrale de Pise, porte des chanoines (côté occidental du bras sud du transept), avec remplois d’éléments architecturaux antiques. Cliché : Haude Morvan.

Dans l’Italie médiévale, Pise est une des plus grandes puissances, jusqu’à sa conquête par Florence en 1406. La cathédrale est reconstruite entre 1064 et le milieu du XIIe siècle en utilisant un grand nombre de remplois. Il s’agit surtout d’éléments architecturaux provenant de monuments antiques, mais aussi d’œuvres islamiques prises aux Sarrasins et d’éléments sculptés provenant de l’ancienne cathédrale (on trouve notamment des fragments de clôture de chœur enchâssés dans le parement du nouveau chevet).
Les remplois antiques sont porteurs d’un discours bien spécifique, explicité par les inscriptions en façade et par la littérature contemporaine. Comme le racontent les inscriptions en façade, la cathédrale a été reconstruite grâce au butin pris aux Sarrasins lors de victoires des Pisans en Méditerranée (en Sicile, Sardaigne, et Afrique du Nord). Les Pisans se comparent aux citoyens romains, vainqueurs des Carthaginois. Dans ces mêmes décennies où la cathédrale est reconstruite, la ville, qui était sous contrôle de l’archevêque, passe progressivement au régime communal. Les magistrats de la commune s’inspirent des institutions antiques romaines, et prennent par exemple le titre de « consuls ». Les remplois antiques participent donc d’un discours qui fait de Pise la nouvelle Rome. Si la plupart des éléments architecturaux proviennent de monuments antiques de Pise, des chapiteaux provenant des thermes de Caracalla à Rome ont été achetés pour l’intérieur de l’église, ce qui montre bien la volonté de s’approprier le prestige de Rome. Des citoyens pisans illustres sont par ailleurs comparés à de grandes figures de l’Antiquité romaine dans les inscriptions et dans la littérature. Ainsi, le premier architecte de la cathédrale, Buscheto, a été inhumé dans un sarcophage antique à strigiles inséré dans la façade terminée au milieu du XIIe siècle, et une inscription le compare à Ulysse et Dédale.
Parmi les remplois antiques, on trouve de nombreuses inscriptions utilisées dans le parement extérieur, qui proviennent vraisemblablement de monuments officiels qui étaient alors encore visibles à Pise. Elles n’ont pas été choisies au hasard, mais le plus souvent soigneusement taillées pour présenter des noms d’empereurs. Les remplois antiques dans la cathédrale de Pise ont en effet une signification supplémentaire : leur connotation impériale rappelle que Pise est une ville gibeline, c’est-à-dire fidèle à l’empereur germanique dans le conflit qui l’oppose au pape.


Cathédrale de Pise, tombe de l’architecte Buscheto en façade, incluant un sarcophage antique à strigiles. Cliché : Haude Morvan.


Cathédrale de Pise, chevet, remploi d’une inscription antique portant des noms d’empereurs. Source : M.M. Donato, ‘Costruita dai suoi cittadini’… (cf. biblio).

Les bâtisseurs de la cathédrale ont aussi très habilement copié des éléments antiques (chapiteaux, architrave, etc.), au point que la différence entre les décors remployés et les décors sculptés aux XIe et XIIe siècle est parfois très peu perceptible. Un sarcophage du IIIe siècle représentant un phare encadré de deux bateaux a été remployé à la verticale comme piédroit d’une fenêtre du chevet. Ce même motif est recopié en face, sur le campanile. Le choix du sarcophage n’est pas anodin : il fait référence à la puissance maritime de Pise, alors plate-forme commerciale et puissance militaire en Méditerranée.


Cathédrale de Pise, chevet. Deux chapiteaux: celui de gauche est du IIe siècle, celui de droite du XIe. Source : M.M. Donato, ‘Costruita dai suoi cittadini’… (cf. biblio).

 

Fiche rédigée par Haude Morvan, le 26/06/2020

Bibliographie
M.M. Donato, ‘Costruita dai suoi cittadini’. La cattedrale di Pisa: storie e domande intorno a un monumento (quasi) millenario, in Opera Nomina Historiae, n°8 (2013), p. 1-57 http://onh.giornale.sns.it/numero_8_2013.php

Pour citer cet article : Haude Morvan, “Les remplois de la cathédrale de Pise (Pise, Italie)”, in GDR ReMArch, 26/06/2020, https://remarch.hypotheses.org/485.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.