Le remploi du « choin » de Fay à Lyon et à Vienne (Chopin et al 2020)

LES PRATIQUES DE RÉCUPÉRATION DANS LA CONSTRUCTION: LE REMPLOI DU «CHOIN» DE FAY À LYON ET À VIENNE
(Moyen Âge – Temps modernes)

Revue Archéologique de l’Est, t. 69-2020, p. 263-291 © SAE 2020

Hervé CHOPIN, Charlotte GAILLARD, Victoria KILGALLON dir.

Anne BAUD, Emmanuel BERNOT, Emmanuelle BOISSARD, Hervé CHOPIN, Anne FLAMMIN, Laura FOULQUIER, Charlotte GAILLARD, Victoria KILGALLON, Ghislaine MACABÉO, Olivia PUEL, Jean-François REYNAUD, Nicolas REVEYRON, Hugues SAVAY-GUERAZ, Joëlle TARDIEU, Véronique VACHON*

L’article est disponible ici

Résumé
Le remploi – abordé comme la réutilisation ou le recyclage d’objets ou de matériaux variés – est un phénomène fréquemment rencontré, notamment dans l’analyse des constructions anciennes. Pratiqué de tout temps, il s’inscrit dans la chaîne opératoire ordinaire de la construction. Malgré cette apparente banalité, le regard de l’archéologue ne peut pas toujours en saisir la présence. Il faut en effet qu’il revête un caractère manifeste : il se voit, se repère, lorsque son matériau, sa forme, sa finition, détonne avec le reste de la maçonnerie. Il devient alors évident et nous rappelle son omniprésence dans le bâti. Observé comme le résultat d’un processus dont on perçoit difficilement toutes les étapes, le remploi ne procède pourtant pas d’une récupération hasardeuse. Les matériaux sont choisis, tout comme leur destination dans la construction. À ce titre, le choin de Fay – calcaire froid extrait des carrières du Bugey (Ain) –, fournit un exemple de remploi bien identifié dans les villes de Lyon (Rhône) et de Vienne (Isère). Abondamment utilisée dans les constructions monumentales antiques, cette pierre aux qualités recherchées (facilité de polissage, résistance à la compression et au gel, modules de taille importante) est largement remployée dès l’Antiquité et tout au long du Moyen Âge. Le croisement de plus de 60 ans de données archéologiques et de sources textuelles inédites permet de restituer une partie de la chaîne opératoire, depuis sa récupération jusqu’à sa nouvelle mise en œuvre. Son étude met en lumière la diversité des facteurs qui conduisent à ce remploi : ils sont esthétiques, techniques ou encore économiques. Elle permet de questionner la propriété des gisements et le contexte juridique qui encadre ces pratiques. Derrière l’exemple du choin de Fay, l’économie du remploi peut être ainsi abordée dans toute sa complexité.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.