Registre des actes consulaires de la chapelle de Fourvière, Lyon (21 mars 1747)

Lyon, 1747

Ce texte renvoie au démontage d’une croix commémorative et son remploi lors de l’agrandissement de la chapelle de Fourvière dédiée à la Vierge en 1747. Le projet retenu prévoit d’empiéter sur le lieu où avait été élevée une croix et une inscription rappelant les travaux effectués à la terrasse soutenant l’église de Fourvière en 1661. Il semble inadmissible de se débarrasser de ce monument. On prévoit donc la réutilisation des différents éléments dans la nouvelle construction : la croix de fer sera replacée au-dessus de la coupole, les matériaux seront réutilisés dans la construction et l’inscription déplacée dans l’église. (Hervé Chopin)

Texte :
« Du mardy 21 mars 1747 f° 36 du registre des actes consulaires
Sur ce qui nous a eté ci devant representé par Mrs les prévôt, sacristain du chapitre de Fourvières de cette ville, qu’en l’année 1661 la terrasse qui soutient l’église dédiée à la Ste Vierge, étant vielle et caduque, pouvant par sa chute causer l’éboulement de ladite eglise, elle fut reparée des deniers publics, Mgr le Maréchal de Villeroy, étant alors gouverneur de cette ville, Mgr Camille de Neuville, archevêque y commandant et sous la prévôté des marchands de M. de Pomey, et de MM. Michel Ferras de Pontsaintpierre et Thomé échevins, l’on y éleva en même tems une croix au bas de laquelle on fit placer et graver sur une grande pierre, une inscription en latin qui contient les faits ci-dessus, mais comme dans le plan que le consulat a approuvé pour les nouvelles constructions qui doivent servir à l’agrandissement de la chapelle de la Sainte Vierge, pour laquelle MM. les prévôt des marchands et échevins et les citoyens de cette ville, ont toujours eu beaucoup de devotion, on s’est aperçu que le pied d’estal de cette croix generoit extremement le passage qui conduit à la nouvelle sacristie, le chapitre nous demandoit la permission d’abatre cette piramide, dont les materiaux entreroient dans les nouvelles constructions qu’il se proposoit de continuer au printems prochain, et de placer la croix de fer qui la surmonte au-dessus du dome qui sera élevé presque au même endroit, de façon qu’il formera un coup d’œil plus satisfaisant pour les citoyens et pour l’embellissement de la ville, promettant même de conserver l’inscription et de la faire mettre dans le bas de l’édifice pour transmettre à la postérité la mémoire de la pieuse générosité des administrateurs de cette grande ville envers la Ste Vierge.
Etc.
Approbation par le consulat »

Source : Archives municipales de Lyon, 3 GG 113, Fourvière, pièce n°11. Inédit.

Mots-Clés :
Croix commémorative-mémoire-fer-inscription


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.