Décret du Préfet du Rhône et du Maire de Lyon ordonnant la destruction de la flèche [du clocher de Saint-Paul de Lyon] (1817)

Lyon, 1817

En 1817, la flèche du clocher de l’ancienne collégiale Saint-Paul menace ruine. Le préfet du Rhône, le comte de Chabrol (1814-1817) convoque un ingénieur des ponts et chaussée qui liste un certain nombre d’avis quant au démontage de la flèche, tout en essayant de préserver au mieux le clocher, mais aussi les matériaux qui sont récupérés, la flèche étant en pierre. Les différentes techniques à mettre en œuvre sont décrites très précisément. Le 3 septembre, un seul entrepreneur a répondu à la mission, Joseph Dumon. La mairie prévoit deux possibilités de paiement : avec ou sans les pierres de la flèche, selon si elle décide de les conserver ou non. Finalement, le 18 décembre les travaux sont effectués. les pierres démontées sont déposées dans l’église et réservées à l’usage de la mairie. (Hervé Chopin)

Référence : Arch. municipales de Lyon 475 WP 9
Chopin (H.), Collégiale Saint-Paul de Lyon (Rhône). Etude des archives relatives à l’église, Lyon, CERIAH-MH, 2000, p. 103-105.

Texte
Décret du préfet.
« Lyon, le 18 août 1817,

Monsieur le Maire, j’ai l’honneur de vous adresser ci-joint copie de mon arrêté en date de ce jour, portant que la pyramide du clocher de l’église de Saint-Paul de cette ville, serait immédiatement démolie aux frais de qui de droit.
Quant aux moyens d’exécution, voici l’avis de Monsieur l’Ingénieur en chef des ponts et chaussées :
1° On profitera de l’évidemment intérieur de la pyramide pour s’échafauder en dedans, en ayant soin que les échafauds reposent perpendiculairement sur la tour carrée du bas, et n’aient point de poussée latérale sur les parois du clocher.
2° On reliera par trois polygones de charpente placés à différentes hauteurs, les parrois [sic] intérieures du clocher, afin d’empêcher qu’ils ne poussent au (….)ide après la démolition du sommet, et au fur et à mesure de cette démolition.
3° On commencera la démolition par le sommet, en allant d’abord très doucement. On descendra les pierres par l’intérieur du clocher jusqu’à la tour carrée et de la tour carrée on les descendra dans la rue au moyen d’une poulie ou d’un treuil, en s’appuyant sur la façade sud ou de l’ouest de la tour carrée.
4° On ne fera point d’échafaud en dehors du clocher et les premières pierres seulement seront démolies par un couvreur qui montera en dehors en s’attachant à des crochets, si toutefois il n’est pas possible de les démolir intérieurement.
Veuillez, je vous en prie, Monsieur le Maire, faire toutes les dispositions convenables pour l’exécution de cet arrêté, en ordonnant toutes les mesures indiquées par M. l’ingénieur en chef, ou toutes analogues que l’architecte qui sera par vous chargé de diriger les travaux jugera propres à remplir le même but et à prévenir les mêmes inconvénients.
Agréez Monsieur le Maire, l’assurance de ma considération distinguée.
Le Conseiller d’Etat préfet. »

Décret du Maire

« Nous Maire de la Ville de Lyon,

En exécution de l’arrêté de M. le Conseiller d’Etat Préfet du département du Rhône, du 18 août dernier, portant que la pyramide du clocher de l’église Saint-Paul de cette ville sera immédiatement démolie, attendue que la façade septentrionale de la tour de cette pyramide menace d’une ruine prochaine, et ensuite de sa lettre à Nous adressée sous la date du même jour 18 août, dans laquelle il nous fait part de l’avis de M. l’Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, relatif aux moyens à employer pour l’exécution des travaux de cette démolition.
Après avoir fait appeler auprès de nous divers entrepreneurs et leur avoir donné connaissance tant de l’arrêté de M. le Préfet relatif à cette démolition, que de sa lettre ayant trait aux moyens d’exécution d’icelle, d’après l’avis de M. l’Ingénieur en chef ;
Un seul entrepreneur, le sieur Joseph Dumon, demeurant rue des Capucins, n°b, ayant consenti à faire la soumission de se charger des travaux dont il s’agit aux conditions :
1° Que la Mairie lui abandonnera les matériaux provenant de la démolition, lui laissera la faculté de les déposer sur la place dite Saint-Laurent, pendant l’espace de six mois, pour avoir le tems [sic] de les enlever ;
2° Que la ville lui payera la somme de quatre cent quatre vingt cinq francs pour l’indemniser des échafaudages qu’il est tenu de faire à ses frais et autres dépenses non prévues ;
3° Que, dans le cas où la ville se réservât les matériaux, elle lui payera la somme de neuf cent septante francs pour raison de cette démolition, à la charge par ledit Dumon d’entoiser les pierres, les numéroter assise par assise, et de faire conduire les décombres aux lieux qui lui seront indiqués par M. l’Architecte de la Ville :

Et les autres entrepreneurs ayant tous refusé de soumissionner à ces conditions,
Nous avons accepté la soumission du sieur Dumon sous les restrictions suivantes :

1° la Ville aura un délai d’un mois, à dater du jour de l’approbation par M. le Préfet, de la présente somme de neuf cent septante francs, ou pour lui abandonner lesdits matériaux et ne lui payer dans ce cas que la somme de quatre cent huitante cinq francs, ou si dans le mois, l’option n’est pas faite par la Ville, il sera censé alors qu’elle aura abandonné les matériaux à l’entrepreneur.
2°M. le Maire explique que, dans le cas d’abandon de ces matériaux par la Ville à l’entrepreneur, le sieur Dumon sera tenu de les enlever dans l’espace de trois mois, toujours à partir du jour de l’approbation de M. le Préfet, de la place Saint-Laurent où ils auront été déposés en bon ordre.
3° Le sieur Dumon reste chargé de la fourniture de tous échafaudages, ustensiles, agrêts [sic], payement de main d’œuvre des ouvriers, et généralement de tout ce qui peut être nécessaire à ces travaux : il s’engage à se conformer soit à l’arrêté de M. le Préfet, soit aux instructions énoncées dans sa lettre du 18 août dernier, d’après l’avis de M. l’ingénieur en chef, dont il a déclaré avoir une parfaite connaissance ; il sera tenu également de se conformer aux devis de M. Flacheron, architecte de la Ville, qui demeure chargé de la surveillance des travaux, de concert avec MM. Les membres de la commission nommée par M. le Préfet.
La Mairie s’engage en outre des prix stipulés dans la présente convention, de rembourser à l’entrepreneur les frais d’enregistrement du présent marché.
4° La présente convention sera soumise à l’approbation de M. le Préfet.
Ainsi convenu et fait à l’hôtel de ville.
Lyon le trois septembre 1817.

Le Maire de la Ville de Lyon.
Signé le comte de Fargues et Dumon.

Lu et approuvé par le Conseiller d’Etat, Préfet du Rhône.
Lyon le 12 septembre 1817
Signé le comte Chabrole.

En marge sont écrits les mots suivants :
« Enregistrés à Lyon le seize courant 1817, reçu seize francs six centimes, dixième compris », signé Loliere.

Pour copie conforme :
Le Maire de la Ville de Lyon
L’aide architecte de la Mairie soussigné certifie que la démolition de la pyramide du clocher de Saint-Paul a été faite conformément au présent marché et suivant les ordres qui ont été donnés à l’entrepreneur, et de plus, que les pierres ont été déposées dans ladite église.
Lyon, 18 décembre 1817 signé Benoît

Les architectes soussignés qui ont été chargés par arrêté de M. le Maire de diriger la démolition de la flèche de l’église Saint-Paul règlent à la somme de neuf cent quatre vingt sept francs cinquante six centimes compris les frais de timbre et d’enregistrement, la valeur des ouvrages que le sieur Dumont, adjudicataire, a faits pour la démolition de ladite flèche menaçant ruine, dont toutes les pierres sont réservées à l’usage de la Ville, ensuite de la décision prise par M. le Maire, le neuf du courant.
Lyon, 18 décembre 1817. Signé Flacheron, Thibière. »

Mots-clés : église-démontage-flèche-pierre-récupération-contrat-prix.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.