Saint Augustin, Sermon 356, (426)

Hippone/Annaba, quelques jours après l’épiphanie 426

Ce sermon qui fait partie des Sermones ad populum de saint Augustin était adressé, comme le sermon 355, à la seule communauté de clercs qui vivait autour de l’évêque d’Hippone depuis son accession à l’épiscopat. Ce sermon porte sur les mœurs de ces clercs et la charité. Il raconte notamment comment un prêtre a acheté une maison afin d‘en récupérer les pierres pour construire un xenodochium, un lieu d’accueil pour les étrangers de passage. Cependant cela fut inutile car l’on trouva des pierres d’une autre manière. Ce sermon est intéressant à plus d’un titre puisqu’il faut noter qu’il était présent notamment dans l’Institutio canonicorum de 816, ce texte rédigé pendant le concile d’Aix-la-Chapelle composé de deux parties : la première compilant toute une série de textes patristiques et une deuxième plus réglementaire, les sermons 355 et 356 faisant la transition entre ces deux parties. (Hervé Chopin)

Source :
Augustinus Hipponensis-Sermones ad populum (CPL 0284) sermo :356, ed. : SPM 1, pag. :139, linea:8; Cyrille Lambot, Stromata patristica et mediaevalia, Utrecht, 1950, vol. I, p. 132-143 ; traduction d’après Saint Augustin, La vie communautaire. Traduction annotée des Sermons 355-356 par Goulven Madec, Paris, Institut des Études augustiniennes, 1996 (Nouvelle bibliothèque augustinienne, 6), p. 53.

Texte
Emerat de ipsa pecunia xenodochii quamdam domum in Carraria , quam sibi existimabat propter lapides profuturam, sed lapides eius domus fabricae necessarii non fuerunt, quoniam aliunde prouisi sunt. Domus ergo ipsa sic remansit, pensionem praestat, sed ecclesiae, non presbytero.

Traduction
Il [le prêtre Leporius] avait acheté avec l’argent du xenodochium une maison à Carraria ; il estimait pouvoir en utiliser les pierres ; mais les pierres de cette maison ne furent pas nécessaires pour la construction, parce qu’on s’en est procuré ailleurs. La maison est donc restée ainsi ; elle est en location, mais pour l’église, pas pour le prêtre.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.