Laura Foulquier, “Les remplois de l’église Saint-Germain de Saint-Germain-Laprade”

À une dizaine de kilomètres à l’est du Puy-en-Velay, le bourg de Saint-Germain- Laprade est bâti sur un mamelon rocheux. L’église Saint-Germain est mentionnée pour la première fois en 1164 dans une bulle papale émanant d’Alexandre III (1159-1181)[1]. Ce dernier accorde à l’Église du Puy la juridiction sur le bourg de Saint-Germain-Laprade.

Les parties orientales de l’édifice sont les plus anciennes. Le chevet, de forme carrée, est composé d’assises irrégulières de moellons. Des blocs de grand appareil et des fragments de corniche gallo-romaines ont été reconnus au niveau des assises inférieures et des chaînages d’angle. La nef est flanquée au sud de deux chapelles gothiques et au nord d’une chapelle moderne.

Trois mufles de lion, en arkose, sont réutilisés au niveau du mur nord, du chevet et d’un contrefort de la chapelle sud.

Une stèle funéraire, fragmentaire, est enchâssée dans le mur nord de l’édifice.

Bibliographie :

  • Robert SAINT-JEAN, « Saint-Germain-Laprade», dans Congrès archéologique de France, 133e session, 1975, Velay, Paris, Société française d’archéologie, 1976, pp. 576-592.
  • Roger GOUNOT, Archéologie gallo-romane en Haute-Loire, numéro spécial des Cahiers de la Haute-Loire, 1989, 1-8.
  • Laura FOULQUIER, Déts lapidaires, réutilisations et remplois (Antiquité-haut Moyen Âge). Pour une nouvelle approche de la christianisation et des sanctuaires de lancien diocèse de Clermont au Moyen Âge, 2008.

[1] Chronicon monasterii Sancti Petri Aniciensis, in U. CHEVALIER, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Chaffre du Monastier, op. cit., n° CCCCXIII., p. 152.

« […] Ipse vero apud Brivatensem vicum nepotibus suis mandans congregare exercitum, omnibus de pontificatu suo coadunatis in unum, in prata Sancti Germani, quae sunt prope Podium, quaesivit ab eis ut pacem firmarent, res pauperum et ecclesiarum non opprimerent, ablata redderent : ut sic, sicut decet fideles Christianos, ita se haberent. Quod illi dedignantes, jussit exercitum suum a Brivate tota nocte venire, mane volens eos constringere, ut pacem jurarent et pro ipsa tenenda obsides darent, rura et castella Beatae Mariae et res ecclesiarum, quas rapuerant, dimitterent : quod et factum fuit, Deo auxiliante. […] ».

Pour citer cet article : Laura Foulquier, “Les remplois de l’église Saint-Germain de Saint-Germain-Laprade”, in GDR ReMArch, 10/01/2022, https://remarch.hypotheses.org/656.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.