Mathilde Carrive, “Sous les pavés, la peinture : le remploi des enduits dans le monde romain”

Le titre de cette communication a été suggéré par un des contextes fréquents de découverte de lots d’enduits peints fragmentaires antiques : dans les niveaux de préparation de sols construits. Cette pratique a longtemps été considérée comme une simple manière de se débarrasser de matériaux de destruction encombrants et jugés non réutilisables ; néanmoins face à sa récurrence, on a fini par s’interroger sur sa motivation : ces enduits ne pouvaient-ils pas être recherchés et placés là pour leurs qualités propres ? Se pose alors plus largement la question du remploi de ces éléments de décor, une fois détruits – question longtemps restée dans l’ombre : d’un côté les spécialistes des enduits peints tendaient à privilégier les contextes primaires d’effondrement, rangeant les contextes de dépôt secondaires sous la catégorie générique de « remblai » sans guère s’y intéresser ; de l’autre, les spécialistes de l’architecture considéraient souvent ces petits bouts de mortier colorés comme des matériaux sans intérêt constructif, qui n’entraient pas dans leur champ de compétence. C’est sans doute le développement de l’archéologie de la construction et l’intérêt croissant porté à la dynamique des chantiers qui permirent de faire bouger les lignes, en posant notamment la question de la gestion des gravats. Les enduits détruits génèrent en effet une quantité non négligeable de matériaux à gérer. Et l’on revient alors à notre question initiale : ces matériaux ne sont-ils réutilisés dans l’architecture qu’en raison de la présence de gravats disponibles ou peuvent-ils être recherchés à dessein ?

L’exploration des principaux contextes de remploi des enduits fragmentaires montrent que les réponses sont variées. D’un côté, leur utilisation, fréquente, pour combler des structures ou, plus ponctuelle, en parement (notamment pour des bouchages de baies ; voir figure) ou dans le blocage de murs semble bien répondre à des considérations conjoncturelles : gravats à disposition et, peut-être, manque d’autres matériaux. De l’autre, de nombreuses études montrent, comme il a été dit, un usage privilégié de ces matériaux dans les niveaux de préparation de sols construits, en particulier dans des contextes exposés à l’humidité. C’est par exemple le cas à Aquilée, où les problèmes de remontée de la nappe phréatique sont patents[1]. On peut dans ce cas avancer que les enduits fragmentaires sont bien recherchés pour leur qualité drainante et peut-être également pour leur forme, qui permet d’obtenir aisément une surface plane.

Quelques soient les motivations de ces remplois dans la construction, l’étude des lots d’enduits peut apporter une meilleure compréhension des circuits d’approvisionnement. Plusieurs questions sont à se poser : Les fragments remployés appartiennent-ils à un ou plusieurs décors ? Quelle est la dimension des fragments ? Les bords des fragments sont-ils émoussés ou non ? Des éléments de constructions sont-ils aussi présents ? On peut ainsi déterminer si on a affaire au remploi direct d’un décor ou d’un mur qui viennent d’être détruits ou à des matériaux qui sont passés par des phases de stockage intermédiaire. À l’échelle d’un site, l’étude fine de ce matériel peut ainsi permettre de restituer de manière très précise l’organisation d’un chantier, comme cela a été montré au Vieil-Evreux[2].

Enfin, la pratique du remploi à l’identique, c’est-à-dire où la portion d’enduit conserve sa fonction de décoration, est également attestée, que l’on replace dans une nouvelle peinture des tableaux réalisés sur mortier rapporté ou que l’on y insère des fragments d’un autre décor. Ce dernier cas de figure est plus facile à identifier mais plus rare et ses motivations restent mystérieuses.


Pompéi, Casa di Sircus (VII 1, 25-47), péristyle 31 : bouchage d’une porte par des fragments d’enduits peints.

 

 

[1] M. Salvadori, A. Didonè, G. Salvo, « Gli intonaci. Corsi e ricorsi “funzionali”. I  casi di Aquileia », dans M. Carrive (dir.), Remployer, recycler, restaurer. Les autres vies des enduits peints., Rome, 2017 (Collection de l’Ecole française de Rome, 540), p. 63‑70.

[2] L. Bonelli, « Les enduits peints fragmentaires du Vieil-Évreux (Eure). Récupération et gestion des déblais sur les chantiers », dans M. Carrive (dir.), Remployer, restaurer, recycler. Les autres vies des enduits peints, Rome, 2017 (Collection de l’École française de Rome, 540), p. 49‑56.

Pour citer cet article : Mathilde Carrive, “Sous les pavés, la peinture : le remploi des enduits dans le monde romain”, in GDR ReMArch, 22/01/2022, https://remarch.hypotheses.org/698.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.