Haude Morvan, “L’église Sainte-Praxède (Rome) : les remplois comme manifestation du pouvoir pontifical”

L’église Sainte-Praxède à Rome, sur la colline de l’Esquilin, est entièrement reconstruite par le pape Pascal I er (817-824). Depuis la fin du VIIIe siècle, les papes lancent de grands chantiers dans Rome, profitant de la disparition de la menace que représentaient les rois lombards, dont le territoire est occupé par Charlemagne qui noue une alliance avec le pouvoir pontifical. Les papes cherchent à manifester leur grandeur retrouvée par des références à une époque emblématique de l’union entre le pouvoir pontifical et le pouvoir impérial : le règne de Constantin (306-337). Le plan de Sainte-Praxède reprend ainsi (dans des dimensions moindres) celui de la basilique constantinienne de Saint-Pierre de Rome : la nef, divisée en trois vaisseaux (Saint-Pierre en comptait cinq), est précédée d’un atrium ; un transept débordant ouvre sur une abside semi-circulaire peu profonde surélevée par une crypte semi-annulaire.
Cette crypte abrite des restes provenant des catacombes romaines, et supposés comme étant ceux de martyrs. À cette translation de reliques, fait écho la « translation » d’éléments architecturaux antiques, remployés en grand nombre dans le chantier de Pascal Ier. Dans la nef, les colonnes et les chapiteaux qui soutiennent l’architrave proviennent de monuments antiques. On peut d’ailleurs noter que les remplois utilisés pour l’architrave se concentrent à l’extrémité de la nef, au plus près du sanctuaire.
On trouve également à l’entrée de la chapelle Saint-Zénon, mausolée attenant à l’église
bâti par le pape pour sa mère, des chapiteaux ioniques et un élément d’architrave surmonté d’un imposant vase en marbre. Les remplois de Saint-Praxède témoignent du fort poids symbolique de l’Antiquité dans les commandes pontificales au Moyen Âge. Indépendamment de la datation réelle des éléments architecturaux, ils renvoient alors à un passé prestigieux qui est celui de l’empire romain chrétien de Constantin et de ses descendants, que les souverains carolingiens tentent alors de restaurer, sous la protection spirituelle des papes.

Pour citer cet article : Haude Morvan, “L’église Sainte-Praxède (Rome) : les remplois comme manifestation du pouvoir pontifical”, in GDR ReMArch, 04/02/2022, https://remarch.hypotheses.org/738.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.