Caroline Lefebvre, “Devenir et survivances des monuments publics de Vasio Vocontiorum (Vaison-la-Romaine) : la pratique du réemploi de l’Antiquité à nos jours”

Dans le cadre d’une thèse conduite sur L’architecture monumentale et son décor à Vaison‑la‑Romaine du Ier s. av. J.-C. au IIIe s. apr. J.-C., une étude a été réalisée sur plusieurs lots d’éléments architecturaux trouvés en situation de réemploi. Elle a permis d’appréhender les raisons de cette pratique qui est attestée dès le Ier s. de notre ère et qui se poursuit durant l’Antiquité tardive et le Moyen-Age.

Le premier lot provient de la fondation du mur-digue de la rive gauche de l’Ouvèze, érigé durant l’avant-dernière décennie du Ier s. Les éléments d’architecture signalés ont été découverts dans un secteur où la proximité du rocher interdisait la mise en place d’un puissant pilotis en bois comme observé partout ailleurs. Un simple semis de pieux très courts a donc été installé puis recouvert par un double hérisson de pierres, qui renfermait une vingtaine de fragments d’architecture. Les raisons du réemploi paraissent assez évidentes ici, avec une récupération de ces matériaux suivie de leur utilisation comme déchets, soit un recyclage à la fois pratique et économique.

Le deuxième lot est issu du site nommé « Cathédrale‑Nord » et les éléments d’architecture recueillis étaient pris dans les fondations et les élévations de murs datés entre les IVe et VIe s. On en compte près d’une quarantaine parmi lesquels, outre des composantes architecturales, plusieurs fragments de panneaux à décor d’armes ainsi qu’une quinzaine de fragments pouvant être attribués à différents types de clipei. Malgré la qualité de conservation de certaines pièces, ce n’est pas leur valeur esthétique qui prime ici mais de nouveau un intérêt pour le recyclage de matériaux abondamment disponibles.

À la cathédrale Notre-Dame-de‑Nazareth dont le dernier état est daté des XIe et XIIe s., le troisième lot étudié se différencie des deux précédents. Pour la fondation intégralement bâtie à partir de blocs réemployés, on relève que la grande majorité d’entre eux présente un très bon état de conservation avec de rares traces de brisure ou de retaille. Leur forme sert donc parfaitement leur nouvel usage et l’on perçoit également une certaine organisation dans leur mise en place. Par ailleurs, le bon état de conservation des blocs et leur nombre relativement important, invitent à s’interroger sur le processus du réemploi. Il paraît probable que ces éléments aient été démantelés spécifiquement pour la construction de la fondation du chevet, impliquant qu’ils étaient certainement encore en place dans leur architecture d’origine. La fondation du chevet n’est pas le seul lieu de la cathédrale où l’on trouve des réemplois. Présents dans son élévation externe, ils sont parfois retaillés en moellon tout en conservant leur décor (inscriptions, rinceaux, colonnes, pilastres, etc.), ou bien réutilisés sous leur forme primitive notamment au niveau de la frise ornée du bas-côté méridional. Pour cette dernière, les disparités dans le traitement du rinceau d’acanthe permettent de déceler une rupture stylistique qui révèle la réutilisation d’une frise à rinceau courant et volute-pédoncules d’époque romaine, et la réalisation d’une sculpture médiévale qui reproduit avec plus ou moins de conformité le modèle antique. La valeur symbolique, absente dans les précédents cas, apparaît clairement ici. Le réemploi de composantes architecturales provenant de monuments romains en partie sommitale de l’édifice religieux, et la mise en valeur de leur décor laissé volontairement apparent et reproduit, expriment assez manifestement la référence au passé et la volonté d’en conserver le souvenir.

Pour terminer, il convient de signaler un dernier lot constitué d’une dizaine de blocs d’entablement remployés en sarcophage. La réutilisation des composantes d’entablement à cette fin n’est pas un fait rare, mais elle s’avère particulièrement intéressante lorsque celles-ci ont conservé certains motifs ornementaux qui peuvent nous orienter sur leur origine. C’est le cas de deux blocs qui reproduisent le même décor que la corniche du portique de l’esplanade du forum, permettant de reconsidérer la provenance de ces deux éléments. Cette pratique révèle aussi parfois l’existence de composantes architecturales qui ne peuvent être attribuées aux différents édifices connus, témoignant d’une panoplie architecturale beaucoup plus riche que celle que nous appréhendons aujourd’hui.

Figure – Détails de la frise qui orne le bas-côté méridional de la cathédrale Notre-Dame-de‑Nazareth (détail entre le 1er et le 2e contrefort à compter de l’est ; détail entre le 2e et le 3e contrefort ; détail entre le 3e et le 4e contrefort) (clichés C. Lefebvre).

Pour citer cet article : Caroline Lefebvre, “Devenir et survivances des monuments publics de Vasio Vocontiorum (Vaison-la-Romaine) : la pratique du réemploi de l’Antiquité à nos jours”, in GDR ReMArch, 08/02/2022, https://remarch.hypotheses.org/783.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.