Récupération des pierres de l’église romane lors de la construction de la nouvelle église abbatiale de la Chaise-Dieu (1349-1350)

La Chaise-Dieu, 1349-1350

L’abbatiale construite au XIe siècle se trouvant mal adaptée au succès que connut le culte de saint Robert, c’est à Clément VI, ancien moine de la Chaise-Dieu devenu pape, qu’il revint de lancer le chantier de sa reconstruction, en 1344. Les deux extraits de compte proposés prennent place quelques années après le début de ces travaux. En 1349, le chevet de la nouvelle église a déjà été élevé et c’est, depuis le 9 décembre 1347, sur la construction de la nef que se concentrent les efforts. Le mois de novembre 1349 voit la démolition du grand clocher roman situé au niveau de la croisée et au mois de mars suivant c’est l’aumônerie qui est à son tour démontée. Ils mettent en évidence l’attention portée ici par les prieurs à la récupération des pierres et particulièrement des pierres de taille qui doivent être mises à part et que les ouvriers sont tenus de ne pas briser.

Archives secrètes du Vatican, Introitus et Exitus 258, fol 114v et 116.

Textes édités dans Frédérique-Anne Costantini, L’abbatiale Saint-Robert de La Chaise-Dieu. Un chantier de la papauté d’Avignon (1344-1352), Paris, Honoré Champion, 2003, p. 376 et 378.

 

Texte :

[fol. 114v]

Item, die XV novembris [1349], fuit datum in pretio facto Johanni Valantini et Jacobo Dalmatii pro diruendo campanile, magnum usque ad foramen sive lo vuey[1] unde descenderunt magna symbala dicti campanilis, et debent descendere et custodire lapides de la talha sine fractione usque ad solum ecclesie veteris, pretio C £, pro voluntate priorum secundi et tercii, de que suma eis solvi LXXX £ X s.

[…]

[fol 116]

Item, die XIII marcii [1350 n. st.], Johanni Bait et Poncio Alquaysso pro diruendo et rumpendo muros aule helemosine et pro ponendo lapides bonos ad partem et residuum ad aliam, et debent fodere et honerare quadrigas, pretio XX £, pro voluntate prioriis tercii et V s. pro vino.

 

Proposition de traduction :

[fol 114v]

De même, le 15e jour de novembre [1349], a été donné à prix-fait à Jean Valantini et Jacques Dalmatii de démolir le grand clocher jusqu’au passage ou trou[2] d’où ils ont descendu les grandes cloches dudit clocher, et ils doivent descendre les pierres de taille et les garder sans les briser jusqu’au sol de l’ancienne église, au prix de 100 livres, suivant la volonté des deuxième et troisième prieurs, de quelle somme je leur ai versé 80 livres et 10 sous.

[fol 116]

De même, le 12e [jour] de mars [1350], à Jean Bait et Pons Alquaysio, pour démonter et rompre les murs de la salle de l’Aumônerie et pour déposer à part les bonnes pierre et le restant ailleurs, et ils doivent creuser et charger les charrettes, au prix de 20 livres, suivant la volonté du troisième prieur, plus 5 sous pour le vin.

Thèmes documentés :
– Acteurs
– Tri
– Pierre
– Eglise
– Clocher
– Précautions prises lors du démontage et du transport des matériaux récupérés.
– Récupération

[1] Je propose de lire vuey plutôt que buey, comme il a été restitué par l’éditrice ; le terme vuey signifiant « trou, vide » en occitan, ce qui convient bien comme équivalent du latin foramen.

[2] On peut y voir une « baie », comme le propose l’éditrice (p. 177, n. 16), ou bien un simple percement pratiqué dans l’ancien clocher.



Citer ce billet
Maxime L'Héritier (2022, 3 avril). Récupération des pierres de l’église romane lors de la construction de la nouvelle église abbatiale de la Chaise-Dieu (1349-1350). GDR ReMArch. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tlbq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.