Traité de charpenterie (1890)

Paris, 1890

Dans la partie introductive consacrée aux « Définitions et notions générales » de son Traité de charpente en bois, Gustave Oslet (1852-1936), ingénieur des arts et manufactures qui deviendra, en 1896, professeur de dessin et chef d’atelier des travaux d’architecture à l’Ecole Centrale des Arts et Manufactures, propose (p. 13) une « Classification des ouvrages de charpenterie ». Parmi les cinq cas de figure qu’il évoque, il fait une place à part aux bois de récupération (« vieux bois »). Il évoque clairement la commercialisation de ceux-ci, faisant état de différences de prix suivant que le charpentier a eu ou non à y tailler des assemblages. En revanche, les opérations de transformation consistant à scier la pièce récupérée sont, selon lui, à distinguer du prix d’achat de la pièce et payées à part. (Philippe Bernardi)

Gustave Oslet, Traité de charpente en bois. Encyclopédie théorique et pratique des connaissances civiles et militaires. Partie civile. Cours de construction, publié sous la direction de G. Oslet. IVe partie, Paris, H. Chairgrasse fils, 1890, p. 13.

Texte

VII. Classification des ouvrages de charpenterie.

  1. Les ouvrages de charpente sont classés, selon leurs dimensions et leurs qualités :

En bois ordinaire, jusqu’à 30 centimètres d’équarrissage sur 9 mètres de longueur, ou de qualité, s’ils dépassent l’un de ces dimensions.

Bois sans assemblage ou avec assemblage ;

Bois entiers ou de sciage, c’est-à-dire carrés, ou provenant de bois carrés refendus à la scie. Dans ce dernier cas, le bois est classé selon sa plus grande dimension et on distingue s’il est à un ou à deux traits de scie ;

Bois bruts ou refaits, c’est-à-dire grossièrement équarris, tels que le commerce les livre, ou à vive arête et blanchis à la bizaiguë ou au rabot, sans tenir compte alors du sciage.

Vieux bois. Les vieux bois, remis en œuvre, sont payés à des prix différents selon qu’ils sont avec ou sans assemblage et le sciage se compte à part lorsqu’il y a lieu.

Thèmes évoqués
– Bois
– Commercialisation
– Transformation
– Qualité



Citer ce billet
Maxime L'Héritier (2022, 3 avril). Traité de charpenterie (1890). GDR ReMArch. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tlbr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.