Mémoires du maçon Martin Nadaud (1895)

Paris, 1830-1831

Dans le passage de ses mémoires concernant l’hiver 1830-1831, le maçon Martin Nadaud (1815-1898) donne une description des pratiques de récupération et de réemploi alors en vigueur sur les chantiers parisiens. Celui qui deviendra entrepreneur, député et préfet de la Creuse a alors une quinzaine d’années. Il est employé avec « deux autres jeunes garçons de [son] âge » à ramasser, trier et mettre en tas les matériaux issus de travaux de démolition qui doivent être réemployés. (Philippe Bernardi)

Martin Nadaud, Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon, Bourganeuf, A. Doubeix, 1895. La citation est extraite de la réédition sous le titre Léonard maçon de la Creuse, Paris, François Maspero, 1976, p. 59.

Texte

« On nous employa ensuite à une dure corvée dans la rue du Coq-Héron, en face la grande poste ; là nous passâmes l’hiver de 1830 à 1831.

Je ne crois pas avoir jamais traversé de plus mauvais jours que dans ce chantier. D’abord, l’hiver était excessivement rigoureux. Le maître compagnon, François Thaury nous faisait ramasser dans la cour ou le jardin, au moment des plus grands froids, des moellons, de plâtras provenant de la démolition, et que nous mettions en petits tas pour resservir à la nouvelle construction. De même, il fallait aussi trier les vieilles lattes, les vieilles tuiles, la vieille charpente. »

Thèmes évoqués
– Acteurs de la récupération
– Bois
– Tuiles
– Pierre
– Plâtras
– Tri


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.