Consignes données pour la remise en œuvre des matériaux issus de la démolition de divers bâtiments lors de la construction de la nouvelle église et de la maison curiale de Briançon, le 21 février 1703.

Briançon, 1703

Extrait du devis de l’église paroissiale de Briançon (actuelle collégiale Notre-Dame-et-Saint-Nicolas), de la maison curiale et du pavage des rues de la ville, dressé le 21 février 1703 par Isaac Robelin[1], ingénieur du roi. L’église paroissiale de Briançon ayant été volontairement démolie pour ne pas nuire à la défense de la ville, à la fin du XVIIe siècle ; la construction d’un nouveau bâtiment est projetée à l’abri de l’enceinte aménagée par Vauban. Nous ne donnons ici qu’un extrait du devis qui fut confié à l’entrepreneur Pierre Renckens, connu pour avoir également été entrepreneur général des fortifications de Mont-Dauphin en 1693. Les deux premiers articles de ce devis concernent tout particulièrement la récupération et la remise en œuvre des matériaux issus de la démolition des bâtiments se trouvant sur l’emplacement prévue pour la nouvelle église ainsi que ceux issus du démontage de l’ancien lieu de culte. Le texte distingue ainsi (article 1er) les « meilleurs matériaux », mis à part et destinés à être réutilisé, et les « décombres et immondices » qui, eux, doivent être portés hors de la ville et servir de remblais pour le glacis des fortifications. L’entrepreneur doit nettoyer la place et garder « à son profit » les matériaux récupérés dont la valeur totale, estimée à 2000 livres, sera défalquée du prix des travaux.

C’est, en effet, l’ensemble des matériaux (bois de charpente, ardoises des couvertures, fers et plombs, moellons et pierres de taille) qui seront récupérés par l’entrepreneur, ce dernier ne pouvant cependant remettre en œuvre sur place que les matériaux de qualité. Pour chacun des matériaux envisagés des critères de choix sont alors énoncés conduisant à des remplois sélectifs en fonction de la qualité estimée et au rejet des matériaux jugés « inutiles et pernicieux ». Loin de s’en tenir à des prescriptions vagues ou générales, le document décrit avec précision les modalités de sélection des matériaux (article 2e). Les bois seront ainsi choisis en fonction de leurs dimensions mais aussi « de bois sain, sans fausse mortaise ou fausse entaille ». Les ardoises de couverture seront, elles, sélectionnées en fonction de leur taille, l’entrepreneur veillant à les retailler d’équerre en cas « d’écornures ». Les pierres de taille devront « souffrir l’épreuve du gros marteaux » et leurs parements seront « reblanchis a la boucharde ». Mais celles qui « sonneront le pot ou le pourry » seront brisées « en gros morceaux pour servir de moellons ». Quant aux gravats employés comme sable par « la plupart des particuliers, par abus et par avarice », on n’en conservera que les meilleurs, bien tamisés, pour servir de remblai sous les pavements. (Philippe Bernardi)

Archives municipales de Briançon, DD 105

Texte :

L’an mil sept cents trois et le vingtunieme jour du mois de fevrier deux heures de relevée en l’hotel de monsieur Bouchu[2] conseiller d’estat intendant de Dauphiné et des armees de sa majesté en Italie, nous Jean Guy Basset[3], premier presidant au bureau des finances de laditte province commis par le roy pour l’execution de ses ordres en l’absance de monsieur Bouchu, sçavoir faisons qu’en suitte de l’arrest du conseil du 9e mars 1700 estant necessaire de passer un bail pour la construction de l’eglise parroissialle de Briançon prebitere ou maison curiale d’un canal pour l’ecoulement des eaux et pour faire le pavé des rues de lad. ville, les plans profils et devis en auroient esté dresses par le sieur Dampierre[4] ingenieur ordinaire du roy en consequence de quoy mondit sieur Bouchu auroit ordonné le premier octobre mil sept cents deux que lesd. ouvrages seroient publiés et l’adjudication passée a sondit hotel par le sieur Marcelier[5] avocat en parlement qu’il auroit commis et subdelegué a cet effect le premier de 9bre suivant lesquels ouvrages ayant été publies tant aud. Briançon qu’en la presante ville suivant les certifficats de publication des 6, 11, 13 et 22 dudit mois d’octobre avec declaration que lad. adjudication seroit faite desd. ouvrages led. jour premier novambre pardevant led. sieur Marcelier auquel jour ledit sieur Marcelier ayant de nouveau fait proclamer lesd. ouvrages au devant dudit hotel par De Bourges crieur juré dud. Grenoble et plusieurs personnes y estant entrées elles auroient fait des offres au rabais lesquelles ne s’estant pas treuvees asses avantageuses apres plusieurs chandelles eteintes l’une apres l’autre led. sieur Marcelier auroit renvoyé laditte adjudication au dixième janvier dernier depuis lequel temps ayant été jugé a propos de faire dresser par le sieur Robelin ingenieur du Roy a Briancon des nouveaux devis plans et profils desd. ouvrages il y auroit satisfait duquel devis la teneur s’ensuit :

Devis et conditions que seront obliges de suivre ceux qui se rendront entrepreneur pour la construction de l’eglise parroissialle et maison curiale, du canal en pierre de taille pour le cours des eaux et du pavé dans les rues ordonné de faire a Briançon le tout conformement aux desseins des plans, et elevations de coupes et profils et suivant les mesures qui en seront données lesquelles ils suivront et observeront exactement sans en rien augmenter ny diminuer de tout l’ouvrage que par ordre de monsieur l’Intendant ou de l’ingenieur qui en aura la conduite

Ier

La demolition des bastiments qui seront indiques pour former la place de l’eglise et maison curiale sera faicte de fond en comble et les meilleurs materiaux seront mis a part pour estre employés dans la construction de l’eglise, en cas qu’ils soient treuvez de bonne qualité. Tous les decombres et immondices seront transportees dehors des portes de la ville au pied des glacis aux endroits qui seront marques par l’ingenieur de la place lesd. demolitions et netoyements de la place seront faits aux dépans des entrepreneurs, moyenant quoy ils auront a leur profit les materiaux qui en proviendront comme aussy ceux de l’ancienne eglise et il leur sera precompté sur le prix de leur rabais la somme de deux mil livres a laquelle a été extimée la valeur des debris desd. maisons

2

Materiaux de demolition

Tous les materiaux provenant de demolitions des maisons et autres bastiments pour la place de l’eglise et maison curiale comme bois de charpente, ardoises des couvertures, les fers et plombs gros et menus qui tiennent a un clou, les pierres de moilons et pierres de taille tant des maisons a demolir que celles que l’on a enserréés[6] des debris de l’ancienne parroisse generalement tous lesd. materiaux et autres seront au proffit des entrepreneurs et aux usages qu’ils voudront les employer ailleurs a leur gré mais dans la construction de l’eglise et maison curiale on n’y employera que les materiaux qui seront reconnus de bonne qualité et des conditions dites cy apres scavoir les bois de charpente comme chevrons, pennes et arbalestiers et autres pièces qui se treuveront des longueurs et grosseurs et de bois sein sans fausse mortoise ou fausse entaille, les entrepreneurs pourront les faire employer dans la construction de la charpente pour la maison curiale les ardoises entieres comme celles qui seront ecornéés en les faisant recouper a l’équairre sur leur hauteur pour en oster l’écornure moyenant que l’ardoise ait encore six pouces en largeur et non au dessous pourront être employéés a la couverture de la maison curiale en premier lieu et s’il se treuvoit des ardoises au dela que lad. couverture en peu contenir l’on fera choix des meilleures pour être employéés a la couverture en apentis au dessus des chambres des sacresties et il n’en sera employée pas une autre a la couverture du grand comble de l’eglise et clocher des tours que celles qui proviendront des carrieres dites cy apres articles 25 et 26

Les gros quartiers de pierre dure faisant forme de libage pourront etre employes dans les fondations pour premiere assise des murs sur toutes les longueurs et epaisseurs a bein de mortier et non autrement, et les pierres dit moilons, generalement tous les gros moilons de pierre dure pourront estre employes dans l’interieur de la maçonnerie et non en parement des plus gros murs en fondation, les moilons faisant parement devront etre de pierres vives nouvellement tirées des carrieres aux environs de Briançon afin que y entrant de pierres neuves en partie la maçonnerie se treuve en estat de faire une meilleure liaison.

Les pierres de taille tant celles qui se treuveront dans les bastiments que celles de l’ancienne parroise generalement toutes qui pourront souffrir l’epreuve du gros marteaux et les parements reblanchis a la boucharde pourront etre employées aux endroits convenables pour la construction de l’eglise et maison curiale moyenant que lesd. pierres de taille ayent les longueurs les lits joints et auteurs qu’il est dit cy apres aux articles ou il est fait mention de la pierre de taille ; les pierres de taille qui n’auront peu soufrir l’epreuve du marteau ou se rompant ou se fendant par des delits de même celles qui sonneront le pot ou le pourry seront achevées de rompre en gros morceaux pour servir de moilons si la pierre est dure dans le millieu des gros murs en fondation et non autrement.

Les vieux mortiers, les platras et les roquilles jusques a la grosseur du poing seront rejettees comme materiaux inutiles et pernicieux et seront transportes avec tous les decombres hors de la ville comme il a ête dit cy dessus

Il ne sera pas non plus permis aux entrepreneurs d’employer pour la construction de l’eglise et maison curiale le sable que l’on tire ordinairement des demolitions de murs comme tres dangereux en fait de bastiment cependant passé en usage pour la plus par des particuliers par abus et par avarice mais le sable qui sera reconnu d’asses bonne qualité et passé a la fine claye pourra être employé pour servir de plate forme au pave en pierre de taille ou pave ordinaire tant celuy de l’eglise que celuy que l’on doit faire dans les rues de la ville estant tres bon pour ces usages

Les entrepreneurs ne pourront entreposer les materiaux de demolition et autres qu’aux endroits indiques par l’ingenieur de la place pour ce qui regarde la fortification et par messieurs de ville pour ce qui regarde les dedans de la ville de plus il ne sera pas permis aux entrepreneurs de fonder en partie pour l’employ de leurs materiaux s’ils ne sont pas en état de continuer tout le circuit de l’église immediatement apres au mesme niveau de trois en trois pieds de hauteur il en soit fait de même pour la maison curiale

Au surplus il sera permis aux entrepreneurs de faire de breches dans le parapet des bastions 18 et dresser un pont pour le transport et passage de leurs materiaux aux conditions de reparer bien les breches immediatement apres leur ouvrages fait.

[…]

Thèmes abordés :
– Récupération
– Tri
– Modalités de sélection
– Stockage
– Traitement des matériaux récupérés
– Remplois sélectifs
– Répartition des matériaux neufs et vieux
– Valeur des matériaux récupérés
– Bois
– Pierre
– Plâtras
– Gravats
– Métaux
– Ardoises de couverture
– Sable
– Mortier

[1] Isaac Robelin (1660-1728), ingénieur du roi formé par Vauban, fils de l’ingénieur militaire Isaac Robelin (1631-1709), également collaborateur de Vauban.

[2] Étienne-Jean Bouchu (23 septembre 1655-27 octobre 1715), marquis de Sancergue et de Lessart, baron de Loisy et de Pont-de-Vesle, intendant du Dauphiné de 1686 à 1705, intendant du Dauphiné et des armées d’Italie, conseiller d’État en 1702.

[3] Jean-Guy Basset (12 février 1635-10 mai 1724),pPremier président du bureau des finances de la généralité de Grenoble de 1691 à 1724, subdélégué général dans la généralité de Dauphiné, en l’absence de l’intendant Bouchu, par commission du roi de France du 14 janvier 1702. Voir Laurent Perrillat, Notes complémentaires au Dictionnaire des magistrats du sénat et de la chambre des comptes de Savoie (1559-1848), par L. Perrillat et C. Townley, Chambéry, 2018. 2019. halshs-02061599.

[4] Aucun renseignement n’a été trouvé sur ce personnage lors de la rapide recherche qui a été menée à partir des indications données par nos sources.

[5] François Marcelier, avocat au Parlement du Dauphiné chargé par Louis XIV de la rédaction des 35 volumes de l’Inventaire des titres de la chambre des comptes du Dauphiné, entre 1688 et 1706. François Marcellier, auteur de l’Inventaire général des titres qui sont dans les archives de la Chambre des comptes de Grenoble, réalisé sur ordre du roi du 19 juin 1688. Subdélégué de l’Intendant à Gap.

[6] Sans doute pour « enterrées ». Nous savons que ces pierres ont été enterrées par un texte de 1693 (Archives communales de Briançon, DD 104) dans lequel les consuls de la ville expliquent que « désirant d’obvier à la perte et dépérissement des pierres qui sont restées dudit démolissement tant de celles qui sont taillées que des brutes dont il en a esté enlevé une partie ladicte année précédente nous avons faict enterrer toutes les pierres taillées que nous avons encores trouvé existantes sur le sol de ladicte église dans un champ inférieur appartenant à la cure dudit Briançon ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.