Procès-verbal de visite des matériaux qui demeurent après la démolition de l’église paroissiale, de son clocher et de la maison curiale de Briançon (1693).

Briançon, le 3 février 1693.

Devant la menace de l’armée savoyarde de Victor-Amédée II qui pénétra dans le royaume de France le 21 juillet 1692 puis marcha sur Guillestre, Embrun et Gap la place de Briançon chercha à prévenir un siège. Cela conduisit à démolir l’église paroissiale, son clocher et la maison curiale qui, bâtis à quelque distance de la ville, auraient pu être aisément investis par l’ennemi et lui servir de camp de base. L’entreprise menée dans l’urgence au cours de l’été (les troupes savoyardes refluèrent en septembre 1692) semble avoir échappé en partie au contrôle de la municipalité. Celle-ci a bien organisé la vente aux enchères, les 17, 26, 27 et 29 août 1692, des « débris de la cure et paroisse de ceste ville », ainsi qu’en atteste la demande de paiement d’honoraires adressée aux autorités par l’huissier qui a alors officié[1]. Plusieurs devis témoignent également du fait que le mobilier, le linge et les cloches ont été mis à l’abri, pour une bonne part dans le couvent des cordeliers situés intra-muros[2]. En février 1693, quand les conditions climatiques permettent enfin aux consuls de se rendre sur place pour « voir et reconnaître ce qui y reste des débris et matériaux pour l’intérêt de lad. ville », ils ne peuvent que constater que l’essentiel des matériaux ont été récupérés et « qu’il ne reste sur le sol que quelques pierres de taille du vestibule et des portes de lad. église ». Voulant éviter d’être critiqués pour leur gestion de ces restes, les consuls, dans l’intérêt de la ville, font mesurer les pierres demeurant sur place avant de procéder à de nouvelles enchères.

Le texte présenté met en évidence l’intérêt économique que peut représenter la revente de la dépouille d’un bâtiment comme une partie du processus de mise sur le marché de ces matériaux de récupération. (Philippe Bernardi)

Archives communales de Briançon, DD 104.

Texte :

Nous, consuls de la ville et communauté de Briançon, sçavoir faisons à tous qu’il appartiendra que ce jourd’huy compté troisième février de l’année mil six cens quatre vingts treize, nous nous sommes porté sur le sol ou estoit basti l’églize parroissielle de cette ville, le clocher et la maison curiale et qui ont esté démoslis l’année précédante, pour voir et reconnoistre ce qui y reste des débris et matériaux pour l’intérest de lad. ville – ce que nous n’avons peu faire plustost à cause que le terren estoit couvert de nege. Et estant sur les lieux, nous avons veu, reconnu et eu pour notoire que tous les débris et matériaux desd. église, clocher et maison curiale ont esté entièrement emportés, pour ce qui est des bois, ferremens, et la plus grande partie des pierres, tant celles qui sont taillées que autres, et particulièrement toutes celles dud. clocher, tant des quatre coins que des fenestres et du haut dud. clocher, ensemble toutes les pierres de touves[3] et autres qui formoient les voutes, tant de l’église que du haut du [verso] clocher, et qu’il ne reste sur le sol que quelques pierres de taille du vestibule et des portes de lad. église dont il y en a mesme une partie de dispercées dans les fonds inférieurs avec les deux figures de lyon en marbre qui sont cassées, et une partie des colonnes qu’ils soutenoient ensemble. Nous y avons trouvé la quantité de [blanc] thoises de pierres communes qui sont restées dud. débris, que des particuliers ont ramacé, et mis en estat d’estre thoisées, que nous avons fait mesurer par l’arpenteur de cette communauté, et affin qu’il ne nous soit rien imputé de présent ny à l’advenir de ce qui manque desd. débris et matériaux et de la dissipation qui en pourroit avoir esté fait l’année précédante, nous en avons fait et dressé le présent procès verbal pour estre montré au conseil de lad. ville et par luy pourveu sur icelluy et servir et valoir à ce que de raison et nous sommes soussignés à Briançon led. jour troisième février mil six cens quatre vingt treize.

Du Prat, consul
Boiron, consul
Fantin, consul

Thèmes abordés :
– Récupération
– Acteurs de la récupération et de la commercialisation
– Pierre
– Eglise
– Maison curiale
– Bois
– Métaux
– Revente (processus de)
– Valorisation financière des ruines
– Stockage
– Mode de commercialisation

[1] Archives communales de Briançon, DD 106.

[2] Archives communales de Briançon, DD 104.

[3] Tuf.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.