Les décombres comme mode de paiement de travaux à Vergèze (Gard) (1686)

Vergèze (Gard), 1686

Suite à la révocation de l’édit de Nantes (16 octobre 1685) et dans la perspective de soutenir le culte catholique dans une région protestante telle que le diocèse de Nîmes, le roi de France lance en 1686 une grande campagne de reconstruction ou d’agrandissement des églises de ce diocèse. Pour ce faire, de nombreux prix-faits de construction sont donnés aux enchères dans le courant de l’année 1686, d’après des plans et devis établis par l’architecte carcassonnais Guillaume Cailhau. Dans ces contrats, la question de la récupération des matériaux intervient soit du fait de la démolition partielle du bâtiment préexistant soit à travers référence aux décombres du temple protestant local. Les travaux de l’église paroissiale de Vergèze[1] ont été adjugés le 1er avril 1686 à Jean Cassefiere, fils de Guillaume, maçon et habitant dudit Vergèze. Le contrat de prix-fait passé devant notaire à cette date nous apprend que le maçon a remporté les enchères avec une proposition de prix à 2200 livres et qu’il s’engage à avoir achevé sa tâche dans un délais de dix mois. À titre d’avance, il doit percevoir au moment de la passation du contrat un sixième du prix des travaux soit 366 livres, 13 sols et 4 deniers. Ce premier versement Il accepte alors de recevoir en paiement de cette somme les matériaux provenant du temple protestant détruit, évalués à 215 livres ; le complément de 151 livres 13 sous et 4 deniers lui étant donné « en bonnes espèces d’or et d’argent ». La dépouille du temple protestant permet ainsi de financer près de 10% du chantier. Cette disposition semble avoir été prise dès l’établissement du devis dans la mesure où l’estimation de la récupération a été faite par l’architecte en charge du projet. Les 215 livres sont constituées pour partie des matériaux encore sur place mais également de « ceux qui ont été vendus par les consuls dudit lie ». Sans doute faut-il comprendre que les consuls devront reverser le produit de leur vente au maçon. Il est alors intéressant de voir l’empressement des autorités à tirer parti de la démolition du temple. Nous ignorons, en revanche si l’entrepreneur, chargé de fournir tous les matériaux nécessaires à l’édifice, est autorisé à s’en servir pour la nouvelle église. (Philippe Bernardi)

Archives départementales du Gard, 2 E 36-545, fol. 466v

Finalement fournira led. entrepreneur touts les materiaux a ce necessaire comme pierre de taille, moilon, chaux et sable, bois, briques, ferrements et vitres et sera obligé de faire bon led. ouvrage un an et un jour après la reception d’icelluy quy ne sera que lorsqu’il sera achevé et finy. laquelle construction led. Cassefiere entrepreneur a promis faire conformement aux articles cy dessus pour et moyenant le prix et somme de deux mil deux cent livres et avoir icelle entierement parachevée dans dix mois prochains a peine de touts despens dommages et intherés payable lad. somme sçavoir presentement trois cent soixante six livres treize sols quatre deniers faisant la sixieme partie du susd. prix. En deduction duquel sixieme mess. François de Georges d’Aramon baron de Ledenon sçindic du dioceze dud. Nismes icy present a baillé en payement aud. Cassefiere entrepreneur acceptant les materiaux provenants de la demolition du temple dud. Vergezze tant ceux quy sont presentement sur ces lieux que ceux quy ont esté vendus par les consuls dud. lieu estimés a la somme de deux cent quinze livres par led. sieur Calhaud architecte suivant verbail par luy dressé le [blanc] dernier et les cent cinquante une livres treize sols quatre deniers restantz dud. sixieme led. sieur sçindic les a tout presentement payés aud. Cassefiere entrepreneur par luy retirés et embourcés en bonnes especes d’or d’argent et monnoye voyant moyd. notaire et tesmoins de laquelle somme de trois cent soixante six livres treize sols quatre deniers led. entrepreneur bien payé et satisfaict en deduction de la susd ; somme de deux mil deux cent livres en a quitté et quitte led. sieur sçindic.

Thèmes évoqués :
– Prix des matériaux récupérés
– Vente des matériaux de récupération
– Estimation des matériaux récupérés
– Financement de travaux par la récupération
– Eglise

[1] Vergèze (Gard, ar. Nîmes, can. Vauvert)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.