Récupération et étude de marché à Paris (1432)

Paris, 1432

Propriétaires de plusieurs maisons dans Paris, les chanoines de Notre-Dame gèrent ce patrimoine avec attention. Lorsqu’il apparaît que l’une de leurs propriétés, située dans l’île de la cité, à proximité de l’église de Sainte-Geneviève-la-Petite, se trouve découverte, la question se pose de récupérer les pièces de bois dont elle était bâtie. Les extraits des délibérations capitulaires qui sont présentés nous offrent l’opportunité rare de saisir le processus de décision mis en place dans le déclenchement d’une opération de récupération. Celle-ci se décompose en trois étapes au cours du mois de janvier 1432. Conscients du coût que peut représenter la récupération de ces « vieux bois », les chanoines demandent, dans un premier temps, à ce que le bois et le coût de sa récupération soient évalués par un charpentier. Une dizaine de jours plus tard, le charpentier présente son rapport, chiffrant la valeur marchande du bois et le coût de sa récupération. Le 21 janvier, un des chanoine est nommé responsable de la démolition de la maison. Nous constatons à la lecture de ces délibérations qu’un calcul économique préside à la prise de décision de la démolition mais également que la démolition volontaire, le démontage, paraît, dans ce cas comme justifié par le gain attendu de la revente des matériaux récupérables. (Philippe Bernardi, dans le cadre de l’ANR e-NDP)

Archives nationales, LL 113, p. 270, 272 et 274

[1432 (n. st.) le 2 janvier, p. 270]

De antiquo nemore vendendo

Placet dominis quod visitetur antiquum nemus existens in antiqua domo discoperta constituta in parvo viculo a parte ecclesie Sancte Genovese parve[1] dominus cantor mictet ibi magistrum Robertum Cauvin et refferet.

[…]

[1432 (n. st.), le 13 janvier, p. 272]

Magister Robertus Chauvin carpentarius ecclesie retulit visitasse antiquum nemus existens in antiqua domo a parte Sancte Genovese parve de quo supra et quod ipse nemus bene valebat VII francos et bene poterit decustare ad demoliendum tres francos.

[…]

[1432 (n. st.), le 21 janvier, p. 274]

Dominus Petrus de Cajart comissus est ad demoliendum domum in parvo viculo contiguo ecclesie Sancte Genovese parve.

 

Proposition de traduction :

  1. 270

De vendre le bois vieux

Il plaît aux seigneurs que soit visité le bois vieux existant dans l’ancienne maison qui se trouve dans la ruelle du côté de Sainte-Geneviève-la-Petite. Le seigneur chantre enverra là-bas maître Robert Cauvin et fera un rapport.

  1. 272

Maître Robert Cauvin, charpentier de l’église a rapporté avoir visité le bois vieux existant dans l’ancienne maison du côté de Sainte-Geneviève-la-Petite dont il est question ci-dessus et que ce bois valait bien 7 francs et qu’il pourra bien coûter 3 francs à démolir.

  1. 274

Le seigneur Pierre de Cajart [chanoine de Notre-Dame de Paris] est commis pour démolir [gérer la démolition de] la maison dans la ruelle contiguë à Sainte-Geneviève-la-Petite.

 

Thèmes évoqués :
– Décision de récupérer
– Bois
– Maison
– Coût de la récupération

[1] L’église Sainte-Geneviève-la-Petite appelée ultérieurement Sainte-Geneviève-du-Miracle-des-Ardents était située dans l’île de la Cité à l’emplacement de l’actuel parvis de Notre-Dame. Elle a été détruite au milieu du XVIIIe siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.