Registre des actes consulaires de la chapelle de Fourvière, Lyon (21 mars 1747)

Lyon, 1747

Ce texte renvoie au démontage d’une croix commémorative et son remploi lors de l’agrandissement de la chapelle de Fourvière dédiée à la Vierge en 1747. Le projet retenu prévoit d’empiéter sur le lieu où avait été élevée une croix et une inscription rappelant les travaux effectués à la terrasse soutenant l’église de Fourvière en 1661. Il semble inadmissible de se débarrasser de ce monument. On prévoit donc la réutilisation des différents éléments dans la nouvelle construction : la croix de fer sera replacée au-dessus de la coupole, les matériaux seront réutilisés dans la construction et l’inscription déplacée dans l’église. (Hervé Chopin)

Texte :
« Du mardy 21 mars 1747 f° 36 du registre des actes consulaires
Sur ce qui nous a eté ci devant representé par Mrs les prévôt, sacristain du chapitre de Fourvières de cette ville, qu’en l’année 1661 la terrasse qui soutient l’église dédiée à la Ste Vierge, étant vielle et caduque, pouvant par sa chute causer l’éboulement de ladite eglise, elle fut reparée des deniers publics, Mgr le Maréchal de Villeroy, étant alors gouverneur de cette ville, Mgr Camille de Neuville, archevêque y commandant et sous la prévôté des marchands de M. de Pomey, et de MM. Michel Ferras de Pontsaintpierre et Thomé échevins, l’on y éleva en même tems une croix au bas de laquelle on fit placer et graver sur une grande pierre, une inscription en latin qui contient les faits ci-dessus, mais comme dans le plan que le consulat a approuvé pour les nouvelles constructions qui doivent servir à l’agrandissement de la chapelle de la Sainte Vierge, pour laquelle MM. les prévôt des marchands et échevins et les citoyens de cette ville, ont toujours eu beaucoup de devotion, on s’est aperçu que le pied d’estal de cette croix generoit extremement le passage qui conduit à la nouvelle sacristie, le chapitre nous demandoit la permission d’abatre cette piramide, dont les materiaux entreroient dans les nouvelles constructions qu’il se proposoit de continuer au printems prochain, et de placer la croix de fer qui la surmonte au-dessus du dome qui sera élevé presque au même endroit, de façon qu’il formera un coup d’œil plus satisfaisant pour les citoyens et pour l’embellissement de la ville, promettant même de conserver l’inscription et de la faire mettre dans le bas de l’édifice pour transmettre à la postérité la mémoire de la pieuse générosité des administrateurs de cette grande ville envers la Ste Vierge.
Etc.
Approbation par le consulat »

Source : Archives municipales de Lyon, 3 GG 113, Fourvière, pièce n°11. Inédit.

Mots-Clés :
Croix commémorative-mémoire-fer-inscription

Livre des décrets de Burchard de Worms (c. 960-1025)

Burchard de Worms a rédigé le Livre des décrets ou Décret (Decretum) vers 1010 à destination du clergé du diocèse de Worms dont il est évêque depuis 1000. Cette œuvre fondamentale dans l’histoire de la constitution du droit canon mentionne le cas particulier de l’utilisation du bois provenant d’une église dédicacée. Etant rattaché à une église consacrée, le bois de celle-ci ne peut faire l’objet d’une réutilisation en dehors d’un bâtiment consacré. Il ne peut être utilisé dans des constructions laïques. Le bois qui ne peut être réutilisé doit être brûlé. (Hervé Chopin)

Références :
Burchard de Worms, Libri decretorum, dans J.-P. Migne, Patrologia latina, t. 140, col. 679 D.

Texte :
Liber tertius. De ecclesiis. CAP. XXXIX.– De lignis dedicatae ecclesiae, ad quos usus verti debeant. (Ex decr. Ygini papae, cap. 3.) Ligna ecclesiae dedicatae non debent ad aliud opus jungi nisi ad aliam Ecclesiam, vel igni comburenda, vel ad profectum in monasterio fratribus; in laicorum opera non debent admitti.

Traduction
Livre trois. Des églises. Chapitre XXXIX. Des bois d’une église dédicacée (d’après le décret du pape Eugène, chap. 3) Les bois d’une église dédicacée ne doivent pas être utilisés pour une autre œuvre en dehors de celle-ci, ou bien ils devront être brûlés, ou cédés à un monasterium, à des frères ; ils ne peuvent pas être utilisés dans les ouvrages des laïcs.

Mots-clés :
Bois-églises-destination-propriété-règlementation

Procès-verbal de l’enlèvement des plombs du couvent des ermites de saint Augustin de Brou (1557)

Brou, 1557

Depuis 1535, la Bresse a été envahie par les troupes françaises alors que jusque-là le comté de Bresse dépendait du duché de Savoie. La ville de Bourg-en-Bresse est assiégée par le baron de Polvilliers (ou Bolweïler) à la tête des troupes savoyardes, en octobre 1557. Afin de pouvoir résister, le plomb des toitures de l’église du couvent des ermites de saint Augustin de Brou, récemment construit, fut récupéré pour en faire des balles pour la garnison. (Hervé Chopin)

Références :
Arch. départ. Ain, H 614. Procès-verbal de l’enlèvement des plombs et autres dégâts faits à Brou, par la garnison de Bourg, lors du siège mis devant cette ville par le baron de Polvilliers, novembre 1557. Inédit.

Texte
« (…) lequel plomb, fixé à un sol la livre, ne fut jamais payé, car despuis que la ville fut assiégée, les soldats disaient n’avoir point reçu paye du roy despuis long temps, même les Gascons et Suisses, et estoit force leur délivrer ledit plomb, aultrement ils eussent tout forcé »

Mots-clés :
Couvent-toiture-plomb-prix-démontage-récupération

Les coutumes de Beauvaisis de Philippe de Beaumanoir (1250 ? -1296)

Philippe de Beaumanoir a été bailli de Beauvaisis entre mai 1279 et mai 1283. Pendant qu’il occupe cette fonction qu’il met par écrit les coutumes. Celles-ci permettent d’appréhender le rapport à la nature des objets et leur propriété dans le cadre du droit coutumier du nord du royaume de France dans cette 2e moitié du XIIIe siècle. Ainsi, si un objet est pris à quelqu’un contre sa volonté, et que cet objet a été transformé, on ne peut alors plus le réclamer. On donne ainsi l’exemple de deniers d’argent. Si on les fait fondre, il n’existera pas de preuve de la présence des deniers à l’intérieur des pots ou écuelles qui auront été produits avec. Il en va de même pour la construction. Dans le deuxième texte, on établit que les matériaux qui appartiennent à plusieurs personnes et qui sont utilisés pour construire une maison, ne peuvent plus être récupérés une fois qu’ils ont été transformés. (Hervé Chopin)

Référence :
Philippe de Beaumanoir, Les coutumes de Beauvaisis, Amédée Salmon éd., Paris. A. Picard, 1899 (Collection de textes pour servir à l’étude et à l’enseignement de l’histoire, 24)

Texte
Tome 1, p. 363, n°711 :
Aucune fois avient il que l’en prent aucune chose qui est a autrui sans le congié et sans la volenté de celi qui ele change sa nature et devient autre : si comme se aucuns prent mairien en autrui bois et le met en ouvrage de meson ou de nef ou de mout autres choses que l’en puet fere de mairien ; ou si comme aucuns fet fondre deniers d’argent qui furent a autrui et en fet fere pos, escueles ou hanas. En tous teus cas et en semblables, je ne puis pas demander la chose qui est fete puis qu’il a en la façon autre chose que ce qui du mien vint ; car je ne puis pas demander la meson pour ce se je vueil prouver qu’il i eust mis de mon mairien ; ne je ne puis pas demander les pos ne les escueles pour ce se je vueil prouver qu’il i eust de mon argent. (…).
p. 364, n°712
Se une mesons ou une autre chose est fete des choses qui furent a plusieurs, et chascuns redemande sa chose pour ce qu’il n’est pas paiés du pris qu’il la vendit, et pour ce que l’en ne le veut ou puet paier, la mesons ne doit pas estre depeciee pour rendre a l’un son mairien et a l’autre sa pierre et au tiers sa tieule ; ainçois se doivent cil qui la chose baillierent ou vendirent soufrir de leur dammage, quant il la baillierent sans prendre pleges et a tel personne qui ne puet paier. Mes voirs est, se chascuns trueve sa chose entiere avant qu’ele soit mise en euvre et après le terme que l’en dut estre paié du pris, et ele est encore a celi qui l’acheta, l’en la puet redemander arrieres, se l’acheteres ne fet plein paiement ; car male chose seroit se je trouvoie mon mairien que j’avroie vendu sans estre mis en euvre et en la main de l’acheteur, et je ne pouoie avoir le pris ne le mairien qui fu miens. Et par ce que nous disons du mairien pouvons nous entendre des autres choses vendues.

Mots-clés :
Propriété-don ou cession-valeur juridique

Toisé des ouvrages faits à la collégiale Saint-Paul de Lyon (1779)

Lyon, 1779

Dans le cadre des travaux concernant l’agrandissement de l’abside et la «baroquisation» de l’église collégiale Saint-Paul de Lyon, dans les années 1779-1784, le maître-maçon Meunier intervient. Il a récupéré une grande quantité de vieux tufs qu’il utilise pour voûter la nouvelle construction. Il ne précise pas l’origine de ces pierres, mais l’ensemble est facturé 60 livres au chapitre. (Hervé Chopin)

Références :
Archives départ. du Rhône et de la métropole de Lyon, 13G323, pièce n°9 : « toisé des ouvrages que Meunier, maître maçon à Lyon, a fait et fourni la réparation de l’église de Saint-Paul, indépendamment des murs du couvert du chœur ». Inédit.
Chopin (H.), Collégiale Saint-Paul de Lyon (Rhône). Etude des archives relatives à l’église, CERIAH-MH, 2000, p. 49.

Texte
« un millier de vieux tufs employé tant à ladite voûte qu’aux pilastres des piliers, 60 livres ».

Mots-clés :
Collégiale–tuf–destination–voûte-abside-prix-qualité

Extraits des Hauts faits des saints abbés (Gesta abbatum) du monastère de Fontenelle (rédigé entre 823-845)

Abbaye de Saint-Wandrille – anciennement abbaye de Fontenelle (rédigé entre 823-845)

Ce texte, qui concerne l’abbaye de Saint-Wandrille – anciennement abbaye de Fontenelle (Seine-Maritime). La chronique des abbés mentionne que la façade de la basilique (édifiée entre 732 et 743) a été construite à l’aide de « pierres taillées » provenant de l’enceinte antique de Lillebonne, édifiée par Jules César et distante d’une vingtaine de kilomètre.
(Stéphane Büttner, Christian Sapin)

Références
Chronique des abbés de Fontenelle (Saint-Wandrille), texte établi, traduit et commenté par frère Pascal Pradié, Paris, Les Belles Lettres, 1999

Texte
Sub huius denique tempore Ermharius, praepositus eius, aedificauit basilicam beatissimi archangeli Michaeli, licet modico, pulcherrimo tamen opere, allatis uidelicet petris politis de luliobona, castro quondam nobilissimo ac firmissimo, ad contruendos arcus seu frontispicium eiusdem templi. Haec namque ciuitas fertur aedificata fore a Gaio Iulio imperatore Romanorum ante aduentum Domini, dum Gallias uastando circuiret. Ipsum namque castrum Caletus antea uocabatur, quod destructum et in maiori eligantia reparratum, ex suo nomine luliobona uocare placuit.

Traduction
C’est aussi à l’époque de cet abbé, qu’Ermier, prieur de Teutsinde, construisit la basilique du bienheureux archange Michel, un ouvrage sans doute de proportions modestes, mais cependant un très bel ouvrage, avec des pierres taillées apportées du très célèbre et très puissant fortin de Lillebonne, pour édifier la façade de ce temple. On rapporte que cette cité fut édifiée par l’empereur des Romains Jules César avant la naissance du Seigneur, alors qu’il parcourait les Gaules en les dévastant. Or cette place, dénommée auparavant Caletus, étant détruite, il l’avait restaurée avec une grande élégance et décida de lui donner son nom et de l’appeler Iuliobona.

Mots-clés :
A. Type de bâtiment
– Église
– Abbatiale
B. Elément remployé ou récupéré
– Pierre de taille
C. Matériau et produit concerné
– Pierre
D. Notions documentées
– Démontage
– Destination
– Justification (admiration de l’Antique ?)
– Justification (opportunisme ?)
– Origine des remplois
– Récupération
– Remploi antique

Extraits des Miracula sancti Germani écrit par Heiric d’Auxerre (vers 860-875)

Auxerre (vers 860-875)
Le texte évoque la construction de la crypte carolingienne de l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre qui débute dans les années 840. Pour répondre à la magnificence du lieu, et le matériau n’étant pas disponible dans la région, des moines entreprennent d’aller chercher une grande quantité de marbre dans des ruines du sud de la France (Arles, Marseille). Le premier extrait évoque seulement la nature du matériau sans en préciser la nature architecturale. Le second extrait évoque très clairement des colonnes. L’étude archéologique n’a pas permis de mettre en évidence l’utilisation de marbre dans les phases carolingienne de la crypte.
(Stéphane Büttner, Christian Sapin)

Références : J.-Ch. Picard 1990, « Les Miracula sancti Germani d’Heiric d’Auxerre et l’architecture des cryptes de Saint-Germain : le témoignage des textes », in Saint-Germain d’Auxerre – Intellectuels et artistes dans l’Europe carolingienne (IXe-XIe siècles), Auxerre, Abbaye Saint-Germain, p. 97-101 et 105-108.

Texte
Texte cité dans l’édition de la patrologie latine, 124, 1207-1270

Traduction
[Traduction de J.-Ch. Picard]
II, 92. Pour une construction si magnifiquement élaborée, il n’était pas d’ornement qu’ils ne mettent toute leur énergie à se procurer ; et parce qu’en notre région, on est loin de disposer d’une grande abondance de marbres, ils décidèrent d’aller en chercher dans des contrées lointaines. C’est pourquoi quelques frères affrontèrent par deux fois les difficultés d’une expédition dangereuse et, au prix d’un voyage plein de péril dans les énormes remous du Rhône, se rendirent à Arles et ensuite à Marseille, à l’autre bout de la Gaule (…). Aussi, après avoir déblayé les ruines des vieux édifices à l’entour, ils rassemblèrent, soit gratuitement, soit à prix d’argent, une très grande quantité de marbres précieux ; chargeant ce butin de choix sur des navires, ils conduisirent par deux fois un triomphe rendu mémorable par l’issue victorieuse d’entreprises audacieuses.
[…]
II, 95. C’est presqu’un miracle, à mon avis, ce qui s’est produit quand les marbres furent arrivés à destination : toutes les colonnes que l’on avait transportées s’adaptèrent par leur forme à l’ensemble des parties du monument ; elles s’accordaient sans discordance et, comme on dit, impeccablement, adaptant elles-mêmes leur propre contour au projet du modèle. Ce qui, entre autres choses, lors de leur mise en place, est apparu clairement comme une manifestation merveilleuse, j’estime qu’il faut le raconter. Une équipe de manœuvres robustes unissant leurs forces mettait en place sous un arc une de ces colonnes, d’une dimension non négligeable, déjà posée sur sa base. Ils y mettaient toutes leurs forces ; alors que déjà elle se tenait presque debout, la masse monstrueuse fut plus forte que ceux qui la poussaient et, échappant déjà à leurs mains, elle était conduite à la ruine par son propre poids. Tous s’étaient reculés par peur du danger, s’attendant, non sans un profond et douloureux regret à la chute du marbre qui allait bientôt éclater en morceaux. La présence de Dieu renversa la situation contre toute attente ; et ce que la main des hommes n’avait pas été capable de faire fut réalisé par l’intervention de la force divine, beaucoup mieux et beaucoup plus facilement ; si d’abord on la vit dans son élan se précipiter à terre, tout autant on vit ensuite sa masse regagner les hauteurs sans aide visible. Ainsi fixée en place, elle offre superbement un témoignage immobile d’un miracle perpétuel.

Mots-clés :
A. Type de bâtiment
– Église
– Abbatiale
B. Élément remployé ou récupéré
– Colonnes
C. Matériau et produit concerné
– Marbre
D. Notions documentées
– Démontage
– Destination
– Don ou cession
– Origine des remplois
– Récupération
– Remploi antique

 

Le remploi du “choin” de Fay à Lyon et à Vienne (Chopin et al 2020)

LES PRATIQUES DE RÉCUPÉRATION DANS LA CONSTRUCTION: LE REMPLOI DU «CHOIN» DE FAY À LYON ET À VIENNE
(Moyen Âge – Temps modernes)

Revue Archéologique de l’Est, t. 69-2020, p. 263-291 © SAE 2020

Hervé CHOPIN, Charlotte GAILLARD, Victoria KILGALLON dir.

Anne BAUD, Emmanuel BERNOT, Emmanuelle BOISSARD, Hervé CHOPIN, Anne FLAMMIN, Laura FOULQUIER, Charlotte GAILLARD, Victoria KILGALLON, Ghislaine MACABÉO, Olivia PUEL, Jean-François REYNAUD, Nicolas REVEYRON, Hugues SAVAY-GUERAZ, Joëlle TARDIEU, Véronique VACHON*

L’article est disponible ici

Résumé
Le remploi – abordé comme la réutilisation ou le recyclage d’objets ou de matériaux variés – est un phénomène fréquemment rencontré, notamment dans l’analyse des constructions anciennes. Pratiqué de tout temps, il s’inscrit dans la chaîne opératoire ordinaire de la construction. Malgré cette apparente banalité, le regard de l’archéologue ne peut pas toujours en saisir la présence. Il faut en effet qu’il revête un caractère manifeste : il se voit, se repère, lorsque son matériau, sa forme, sa finition, détonne avec le reste de la maçonnerie. Il devient alors évident et nous rappelle son omniprésence dans le bâti. Observé comme le résultat d’un processus dont on perçoit difficilement toutes les étapes, le remploi ne procède pourtant pas d’une récupération hasardeuse. Les matériaux sont choisis, tout comme leur destination dans la construction. À ce titre, le choin de Fay – calcaire froid extrait des carrières du Bugey (Ain) –, fournit un exemple de remploi bien identifié dans les villes de Lyon (Rhône) et de Vienne (Isère). Abondamment utilisée dans les constructions monumentales antiques, cette pierre aux qualités recherchées (facilité de polissage, résistance à la compression et au gel, modules de taille importante) est largement remployée dès l’Antiquité et tout au long du Moyen Âge. Le croisement de plus de 60 ans de données archéologiques et de sources textuelles inédites permet de restituer une partie de la chaîne opératoire, depuis sa récupération jusqu’à sa nouvelle mise en œuvre. Son étude met en lumière la diversité des facteurs qui conduisent à ce remploi : ils sont esthétiques, techniques ou encore économiques. Elle permet de questionner la propriété des gisements et le contexte juridique qui encadre ces pratiques. Derrière l’exemple du choin de Fay, l’économie du remploi peut être ainsi abordée dans toute sa complexité.

Séverine Blin, “Remploi d’un mausolée dans une maçonnerie antique, un exemple de récupération durant l’Antiquité (Brumath)”

La fouille d’une habitation romaine découverte dans le centre de l’agglomération antique de Brumath (Brocomagus, capitale de cité des Triboques) a permis de mettre au jour en 2003 les vestiges encore conservés en élévation d’une cave. Datés des années 180-250 ap. J.-C., ils correspondent à la dernière phase d’occupation de cette maison. Les maçonneries de type mixte étaient composées presque exclusivement de remplois : arases de brique constituées d’éléments de toiture (tegulae et imbrices) et moellons issus du débitage de blocs en calcaire blanc.

Figure 1 : Maçonneries en brique et pierre et remplois en cours de démontage, fin du IIe siècle, Brumath 13 place du Château ©Archives SHABE.

Parmi les dizaines de fragments lapidaires utilisés en remploi, on distingue des éléments architecturaux, inscrits ou sculptés, qui constituent un ensemble homogène techniquement (dimensions, matériaux, techniques de taille, etc.) et stylistiquement (motifs et compositions ornementales). Ils correspondent à un mausolée construit au début du Ier siècle et permettent  de restituer son podium surmonté d’un petit édicule dans lequel se tenait l’effigie en ronde-bosse du défunt.

 

Cet exemple témoigne des phénomènes de remploi ou de recyclage des matériaux de construction et de la diversité de leur mise en œuvre durant l’Antiquité. Le démontage complet d’un monument funéraire du Ier siècle en vue de son remploi dès le IIe siècle, constitue, du moins pour l’instant, un exemple relativement rare.

Figure 2 : Photos d’une sélection de fragments et restitution du mausolée en calcaire blanc daté de la première moitié du Ier siècle, Brumath 13 place du Château © Clichés P. Disdier, dessin et DAO S. Blin, AOROC/CNRS-ENS-PSL.

 

Bibliographie :

BLIN, S. « Monuments funéraires et mausolées de Brumath ». In : SCHNITZLER, B. (éd.), Cat. d’exp. Brumath-Brocomagus, capitale de la cité des Triboques. Musées de la Ville de Strasbourg (Strasbourg 2015), p. 211-216.

 

Mots-clés : Monument funéraire, éléments d’architecture, sculpture, inscription, calcaire, terre cuite, habitat, cave, Brumath, Alsace, France.

Pour citer cet article : Séverine Blin, “Remploi d’un mausolée dans une maçonnerie antique, un exemple de récupération durant l’Antiquité (Brumath)”, in GDR ReMArch, 23/11/2020, https://remarch.hypotheses.org/570.

Véronique Brunet-Gaston, “Le remploi dans les blocs de caniveau des latrines du carré Jaude (Clermont-Ferrand)

Le remploi d’architecture dans les blocs de caniveau des latrines du carré Jaude à Clermont-Ferrand

Plan du carré Jaude (Clermont-Ferrand)

De nombreux remplois de blocs de pierre ont été observés lors de la fouille du carré Jaude à Clermont-Ferrand. Certains sont particulièrement ingénieux, utilisant la forme de la pièce remployée pour détourner son usage, comme ce bloc majeur, à savoir une vasque a deux pieds en dalle, remployée et retaillée en fontaine a escalier (peut-être parce qu’elle avait été cassée).


Vasque à deux pieds retaillée et remployée en fontaine a escalier

D’autres exemples montrent une généralisation des blocs en remploi, relevant certainement de l’opportunité.
La bordure du bassin est formée d’un puissant stylobate doté de colonnes, accolé à des latrines collectives. Les rigoles de ces latrines sont toutes creusées dans des blocs remployés. Les creusements sont tous de 20 cm de diamètre. Parmi les blocs les plus intéressants : une base (conservée sur 34 cm de haut pour 94 cm de diam.) à un tore conservé, orné d’une tresse, sur une plinthe ornée d’un rinceau.

 


Un linteau orné creusé d’une cavité de bourdon.


Les sièges des latrines eux-mêmes étaient supporté par des blocs de placage de base de pilastre en marbre

 

Bibliographie

Guy Alfonso et al. — Les espaces de cuisine d’un édifice public ou collectif d’Augustonemetum : Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Paris : Editions CNRS, 2013. (GALLIA. CNRS 0016-4119 ; 70/1).

Véronique Brunet-Gaston, L’adaptation du modèle italique des « jardins » dans la Gaule romaine. Quelques exemples récemment fouillés en France, Archéopages, avril 2013 : es jardins, p. 10-17

 

Pour citer cet article : Véronique Brunet-Gaston, “Le remploi dans les blocs de caniveau des latrines du carré Jaude (Clermont-Ferrand), in GDR ReMArch, 06/07/2020, https://remarch.hypotheses.org/516.

Haude Morvan, “Les remplois de la cathédrale de Pise (Pise, Italie)”


Cathédrale de Pise, porte des chanoines (côté occidental du bras sud du transept), avec remplois d’éléments architecturaux antiques. Cliché : Haude Morvan.

Dans l’Italie médiévale, Pise est une des plus grandes puissances, jusqu’à sa conquête par Florence en 1406. La cathédrale est reconstruite entre 1064 et le milieu du XIIe siècle en utilisant un grand nombre de remplois. Il s’agit surtout d’éléments architecturaux provenant de monuments antiques, mais aussi d’œuvres islamiques prises aux Sarrasins et d’éléments sculptés provenant de l’ancienne cathédrale (on trouve notamment des fragments de clôture de chœur enchâssés dans le parement du nouveau chevet).
Les remplois antiques sont porteurs d’un discours bien spécifique, explicité par les inscriptions en façade et par la littérature contemporaine. Comme le racontent les inscriptions en façade, la cathédrale a été reconstruite grâce au butin pris aux Sarrasins lors de victoires des Pisans en Méditerranée (en Sicile, Sardaigne, et Afrique du Nord). Les Pisans se comparent aux citoyens romains, vainqueurs des Carthaginois. Dans ces mêmes décennies où la cathédrale est reconstruite, la ville, qui était sous contrôle de l’archevêque, passe progressivement au régime communal. Les magistrats de la commune s’inspirent des institutions antiques romaines, et prennent par exemple le titre de « consuls ». Les remplois antiques participent donc d’un discours qui fait de Pise la nouvelle Rome. Si la plupart des éléments architecturaux proviennent de monuments antiques de Pise, des chapiteaux provenant des thermes de Caracalla à Rome ont été achetés pour l’intérieur de l’église, ce qui montre bien la volonté de s’approprier le prestige de Rome. Des citoyens pisans illustres sont par ailleurs comparés à de grandes figures de l’Antiquité romaine dans les inscriptions et dans la littérature. Ainsi, le premier architecte de la cathédrale, Buscheto, a été inhumé dans un sarcophage antique à strigiles inséré dans la façade terminée au milieu du XIIe siècle, et une inscription le compare à Ulysse et Dédale.
Parmi les remplois antiques, on trouve de nombreuses inscriptions utilisées dans le parement extérieur, qui proviennent vraisemblablement de monuments officiels qui étaient alors encore visibles à Pise. Elles n’ont pas été choisies au hasard, mais le plus souvent soigneusement taillées pour présenter des noms d’empereurs. Les remplois antiques dans la cathédrale de Pise ont en effet une signification supplémentaire : leur connotation impériale rappelle que Pise est une ville gibeline, c’est-à-dire fidèle à l’empereur germanique dans le conflit qui l’oppose au pape.


Cathédrale de Pise, tombe de l’architecte Buscheto en façade, incluant un sarcophage antique à strigiles. Cliché : Haude Morvan.


Cathédrale de Pise, chevet, remploi d’une inscription antique portant des noms d’empereurs. Source : M.M. Donato, ‘Costruita dai suoi cittadini’… (cf. biblio).

Les bâtisseurs de la cathédrale ont aussi très habilement copié des éléments antiques (chapiteaux, architrave, etc.), au point que la différence entre les décors remployés et les décors sculptés aux XIe et XIIe siècle est parfois très peu perceptible. Un sarcophage du IIIe siècle représentant un phare encadré de deux bateaux a été remployé à la verticale comme piédroit d’une fenêtre du chevet. Ce même motif est recopié en face, sur le campanile. Le choix du sarcophage n’est pas anodin : il fait référence à la puissance maritime de Pise, alors plate-forme commerciale et puissance militaire en Méditerranée.


Cathédrale de Pise, chevet. Deux chapiteaux: celui de gauche est du IIe siècle, celui de droite du XIe. Source : M.M. Donato, ‘Costruita dai suoi cittadini’… (cf. biblio).

 

Fiche rédigée par Haude Morvan, le 26/06/2020

Bibliographie
M.M. Donato, ‘Costruita dai suoi cittadini’. La cattedrale di Pisa: storie e domande intorno a un monumento (quasi) millenario, in Opera Nomina Historiae, n°8 (2013), p. 1-57 http://onh.giornale.sns.it/numero_8_2013.php

Pour citer cet article : Haude Morvan, “Les remplois de la cathédrale de Pise (Pise, Italie)”, in GDR ReMArch, 26/06/2020, https://remarch.hypotheses.org/485.

Extrait du traité d’agronomie Le théâtre d’agriculture et mesnage des champs d’Olivier de Serres, publié en 1600

Le Pradel, 1600

Extrait du traité d’agronomie Le théâtre d’agriculture et mesnage des champs écrit par Olivier de Serres et dans lequel ce dernier livre, entre autres, la recette d’un ciment de fontainier utilisant des « tuiles vieilles ».

Olivier de Serres, Le théâtre d’agriculture et mesnage des champs, [1600], rééd. Arles, Actes Sud, 1996, p. 1085.

Texte
Et à ce que nostre père-de-famille ne se mette en peine d’envoyer loin cercher des cimens pour sa fontaine (selon que la farfanterie des fontainiers en tienne chères les receptes, ne les donnans que rarement, et encores sous promesse de ne les publier), je lui monstrerai le moyen de faire composer en sa présence, les deux cimens susdicts. Pour le ciment chaud, est requis bolus, caillou de rivière, verre, escume de fer des mareschaux, autant de l’un que de l’autre, tuilles vieux, ou à leur défaut des nouveaux, en telle quantité, seul, que de toutes les choses susdictes ensemble : tout cela sera mis en poudre subtile, sassée à travers d’un bluteau, et meslé ensemble. Puis de poix-rexine, sera mise fondre, le double du poids des choses sus-dictes, dans un pot de fer, sur feu de charbon, avec un peu d’huile, plutost de nois que d’autre, et de graisse quelle que soit ; et lors que cela bouillira, jetterés dedans les poudres susdictes petit à petit, en les meslant et remuant sans cesser, jusqu’à ce que verrés avec la spatule, cela filer comme térébentine, et s’endurcir promptement dans l’eau, y en ayant jetté une goutte pour essai. Lors osté du feu, sera le tout versé dans une terrine vernie, y ayant au fons un peu d’eau, pour engarder que la matière ne s’y attache, où soudainement s’affermira, comme métal, que garderés pour provision.

Thèmes évoqués :
– Tuileau
– Fer
– Ciment de fontainier
– Qualité du matériau de récupération
– Recyclage

Extraits des comptes de fabrique de la cathédrale de Rouen (1480)

Rouen, 1480

Extraits des comptes de fabrique de la cathédrale de Rouen qui mentionnent la récupération et la refonte de plomb provenant d’une « tourelle ou feulolle » de la tour lanterne de cette cathédrale en 1480. Les quantités récupérées ainsi que l’équivalent obtenu en « plomb pur » ou en « plomb neuf » sont évoquées, de même que l’opération de lavage des cendres du fourneau, destinée à en récupérer le plomb perdu lors de ces fontes et refontes. (Maxime L’Héritier)

Arch. dép. Seine-Maritime G 2510 fol. 55 r

Texte
55v
En la sepmaine commençant le IIIIe jour de septembre audit Legois et Pierre Pontiz plommiers pour leur paine d’avoir fait IICC XL l. de souldure, avoir fondu IIM VIIXX V l. de plonc (2145 l.) venu de la feulolle de la gresle tour, lequel plonc est venu a XIXCC LXXIII l. de plomc pur (1973 l.) et avoir espaille en partie ledit plomc. Et avoir vacque en ladite sepmaine chacun par quatre jours et demy au pris de V s. pour chacun jour et III s. IIII d. pour le demy jour pour ledit legois vallent et paie XXIII s. IIII d.
Audit Pontiz au pris de V s. pour chacun jour et III s. IIII d. pour le demy jour paie XXIII s. IIII d.

55v-56r
En la sepmaine commencant le XIe jour dudit mois ausdit Legois et Pontiz pour leur paine davoir assis et soulde deux pieces de plomc neuf sur les allees des chapelles de saincte coulombe et saint pierre. Lune pesante VIXX II l. et lautre pesante IIIIXX XVIII l. pour cause que le vieil plomc estoit casse en plusieurs lieux et tout plain de souldure. Et aussy avoir fondu le demourant du plomc vieil venu du pie de la feulolle lequel est venu en plomc neuf a VICC XXXIX l. Et de soudure CXVI l. Et avoir vacque en ladite sepmaine chacun par IIII jours et demy au pris de V s. pour chacun jour et III s. IIII d. pour le demy jour paie XXIII s. IIII d.

56r
Ledit Pontiz au pris de V s. pour chacun jour et III s. IIII d. pour le demy jour paie XXIII s. IIII d.
En la sepmaine commencant le XVIIIe jour dudit mois ausdit Legois et Pontiz pour leur paine d’avoir espaille les tables de plomc nouvellement fondues et avoir lave les cendres lesquelles estoient plaines de plomc affin de les mectre en ung saulmon lequel poise VIC XXX l. Et avoir vacque en ladite sepmaine c’est assavoir ledit Legois par deux jours et ledit Pontiz par IIII jours et demy au pris de V s. pour chacun jour pour ledit Legois paie X s.
Ledit Pontiz au pris de V s. pour chacun jour et III s. IIII d. pour le demy jour paie XXIII s. IIII d.

Thèmes évoqués :
– Plomb
– Prix des matériaux vieux et neufs
– Coût du recyclage
– Opérations de recyclage
– Cathédrale
– Vocabulaire et expressions
– Nature et qualité des matériaux
– Couverture

Extraits des comptes du châtelain de Gardanne Didier du Han (1478)

Gardanne, 1478

Compte du châtelain de Gardanne Didier du Han. Extraits des recettes dans lequel il note avoir vendu des plâtras et des tuiles vieilles. (Philippe Bernardi)

Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 1665.

Texte
Fol. 168
Item plus, yeu susdit pause avoir receu de maistre Jehan Alezart sartre de Gardane et pour de vieulx gipasses[1] que lui ay vendus present maistre Pierre Le Roux aultrement Coussi et par marchie fait entre lui et moy c’est assavoir trois gros ———-fl. gr. III d.

Item plus, yeu susdit pause avoir receu de Pierre Moute de Gardane et pour ung cent de tieules vieilhes que lui ay vendus c’est assavoir six gros. Pour ce —— fl. gr. VI d.

Thèmes évoqués :
– Tuiles
– Plâtras
– Prix des matériaux récupérés
– Commerce des matériaux récupérés
– Bâtiment agricole

[1] Plâtras.

Extraits des comptes du châtelain de Gardanne Jean de Ponthion (1474)

Gardanne, le 12 avril 1474

Compte du châtelain de Gardanne Jean de Ponthion. Extrait des recettes dans lequel il explique avoir vendu 5 charges (saumées) de plâtras pour 5 gros. (Philippe Bernardi)

Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 1663, fol. 85v.

Texte
Item plus a XII d’avril [1474] jou susdit pause avoir receu dudit Jehan de la Barre et pour de gipasses[1] vieulx que lui ay vendut que n’y a environ cinq sommades[2] desquelx n’en scavois que faire ne en quoy les esplectier. C’est assavoir cinq gros et pour ce  fl. – gr. V d.

Thèmes évoqués :
– Plâtras
– Origine des matériaux récupérés
– Commerce des matériaux récupérés
– Prix des matériaux récupérés
– Justification de la commercialisation
– Bâtiment agricole

[1] Plâtras.
[2] Unité de mesure de capacité valant cinq émines, soit 163,18 litres.