Un exemple de réutilisation du plomb à Rouen au milieu du XVe siècle (1453 et 1475-1476)

Rouen, 1453 et 1475-1476

Devenu archevêque de Rouen en 1453, Guillaume d’Estouteville, par ailleurs cardinal, entreprend alors une politique de rénovation et d’agrandissement de l’hôtel archiépiscopal situé à côté de la cathédrale. Le compte de l’année 1454-1455 comporte une entrée (Texte A) qui illustre la réutilisation du plomb pour les travaux de l’hôtel. Leur comparaison avec d’autres entrées de compte permet de renseigner les conditions et le coût du réemploi du plomb au milieu du xve siècle. Il s’agit d’un accord passé avec deux plombiers, Pierre des Vaulx et Guillaume Lefevre, pour la réalisation de « tables de plomb » pour la couverture, que les plombiers doivent réaliser avec du plomb de récupération. Un marché est passé avec les deux artisans qui précise ainsi que Pierre des Vaulx et Guillaume Lefevre fabriqueront des « tables de plomb » correspondant à un poids 1592 livres, à partir de 1592 livres de « vieil » plomb de récupération fourni par l’archevêque ou provenant de l’hôtel de ce dernier. L’emploi du terme « marché fait » montre qu’il y a eu accord sur les quantités et le prix avant la réalisation et le paiement final.

Le travail de fabrication/refonte des tables de plomb à partir de plomb de récupération est rémunéré au prix de 12 sous 6 deniers le cent. Cela fait que le coût de la « refonte » est d’environ 1,5 deniers par livre. Il s’agit du « prix du travail » des plombiers. Cet ordre de grandeur est cohérent avec celui observé vingt ans plus tard, lorsqu’un autre plombier est payé 1 denier par livre de plomb refondu et remis en œuvre dans des circonstances similaires (Texte B). Dans l’entrée de compte de 1454-1455, on trouve également la mention de 78,5 livres de plomb surnuméraires qui sont payées aux plombiers. Ce surplus s’explique par la mise en œuvre du processus de récupération. En effet, les plombiers ont récupéré plus de plomb vieux à fondre que les 1592 livres initialement prévues dans le devis. Si les chiffres sont aussi précis c’est parce que le plomb récupéré était scrupuleusement pesé à la Vicomté de l’eau de Rouen avant refonte, afin d’établir un paiement précis et juste des plombiers.

Une fois leur commande honorée, les plombiers se trouvent en possession d’un surplus de 78,5 livres de plomb, estimé pour un prix total de 42 sous 9 deniers, soit environ 6,5 deniers par livre. Il s’agit ici du prix du matériau (et non du travail de refonte), qui est en cohérence avec les prix relevés dans les comptes archiépiscopaux et dans ceux du chapitre cathédral. Il faut voir dans le paiement de ce surplus de plomb aux plombiers un « paiement en nature ». C’est-à-dire que les plombiers conservent les 78,5 livres de plomb surnuméraire mais leur coût est défalqué de leur salaire total. (Anne Kucab)

Texte A : Archives départementales de Seine-Maritime, G. 52, fol. 44v°-45r°. Publication et analyse Anne Kucab, « Où l’on offre tout ce qui peut se vendre ». Niveaux de vie et consommation à Rouen à la fin du Moyen Âge, thèse de doctorat d’Histoire médiévale soutenu à l’université Sorbonne Université, sous la direction de Mme Elisabeth Crouzet-Pavan, le 04 décembre 2021, p. 473.

Texte B : Archives départementales de Seine-Maritime, G. 71, fol. 27v°.

Textes :

A.
« Item le mercredi devent la saint Michel baillé à Pierre des Vaulx et Guillaume Lefevre, plumbiers, pour avoir refondu et mis en table neufve mil v. c. iiiixx xii livres de plom et rendre autant de neuf comme de vieil par marché fait, pour cent xii s. vi d., ainsi pour ce ix l. xix s. Item pour cent iiiixx iii livres de soudeure à ii s. la livre xviii l. viii s., lesquelles parties montent a xxviii l. vii s. mes pour ce que en avoit plus de vieil lxxviii l. et demy que de neuf de la valleur de xlii s. ix d. laquelle somme a esté baillée pour partie de paiement ausdit plumbiers pour ce xxvi l. iiii s. ».

« Item pour le poys de la vicomté et pour avoir porté icelui plomb, iii s ix d. ».

B.
« A Colin Lemarié, plombier, pour avoir refondu et faict de neuf plomb la goutiere d’entre ladite court et les prisons, où il est entré, oultre le plomb viel qui y estoit, xii l. qui, à viii d. la livre vallent viii s. iiii d., et pour la fachon de vcc iiiixx xii l. de plomb viel, pour chascune livre i d., vallent lxxiiii s., pour ce iiii l. ii s. viii d., et pour ii aultres petites goutieres pesans vixxxix l. dont il en y a cii l. de plomb neuf qui audit prix vallent lxviii s. et pour fachon de xxxvii l. pour chascune livre i d., vallent iiii s. vii d., pour ce icy, pour lesdites parties, vii l. xiii d. ».

Thèmes évoqués :
– Plomb
– Décote du matériau vieux par rapport au neuf
– Le matériau vieux comme moyen de paiement en nature
– Remise en œuvre in situ

La toiture de la tour récupérée pour le four au château de Billiat (1354-1355)

Billiat, 1354-1355

Le château de Billiat, remontant pour partie au XIIIe siècle, fut rasé entre 1603 et 1610. Le compte dont sont extraits les deux passage donnés ici a été dressé par le châtelain Guy de La Ravoire, le jeune, représentant du comte de Savoie dans la châtellenie de Savoie pour la période comprise entre le 25 mars 1354 et le 31 janvier 1355. Le texte évoque la réfection de la toiture de la tour du château rendue nécessaire après que le vent ait détruit la couverture en place. Le non réemploi des pièces de la toiture tombée est justifié par le mauvais état de ces dernières, jugées « quasiment sans valeur » – mais non « totalement ». Les clous métalliques (clavins) employés pour la fixation des tuiles de bois furent néanmoins récupérés pour servir à la couverture du four du château, lui aussi endommagé par le vent. Le second extrait donné évoque les travaux de couverture dudit four qui occupèrent cinq charpentiers pendant près d’une journée . Le compte permet de constater qu’outre les clavins, les bardeaux tombés du toit de la tour furent également employés sur le four. La réutilisation de ces éléments nécessita l’intervention de trois hommes pendant une journée pour déclouer les bardeaux et redresser les clous. Notons que les journées de ces « hommes » furent rémunérées deux fois moins cher que celles des charpentiers mais que leur intervention représente quand même 23 % du coût total de l’opération. (Philippe Bernardi)

Archives départementales de la Côte d’Or, B 7067 (deuxième compte)

Edition et traduction tirés de Paul Cattin, Billiat et sa région (Ain) au XIVe siècle d’après les comptes de la châtellenie, Cahiers René de Lucinge, 4e série, N° 32, 1997, p. 278 et 281-282.

Opera castri

In emptione quater viginti duodenarum grossarum latarum de muyssone emptarum a diversis personis et diversis temporinus, qualibet duodena precio quindecim denariorum gebennensium pro domicilio turris castri domini de Billiaco in tecto de novo omnino domificando quod tectum propter impetum venti ad terram omnino ceciderat et fusta ejusdem tecti putrefactum et vetus erat et quasi nullius valoris ita quod de ipsa fusta in reffectione dicti tecti nec etiam de clavino nil potuit implicari sed de ipsa et clavino veteri in eodem existentibus feci reparari et recoperiri supra furnum dicti castri.

[…]

In stipendis quinque carpentariorum furnum domini de Billiaco decopertum propter impetum venti quasi per unam diem de scindulis et clavino veteribus que et qui ceciderant de turri recoperientium et domificantium capiente quolibet inclusis expensis duos solidos gebennenses inclusis III s. gebennensibus datis in stipendiis trium hominum quasi per unam diem dicta scindula vetera declavantium clavinum dirigentium et ad predicta se juvantium – XIII s. geb.

Proposition de traduction :

Travaux au château

Pour l’achat de 80 douzaines de grosses lattes achetées à diverses personnes et en divers temps, à 15 deniers de Genève la douzaine, pour le bâtiment de la tour du château du seigneur de Billiat, pour construire à neuf le toit qui à cause de la violence du vent était tout entier tombé à terre et dont le bois était pourri et vieux et de presque aucune valeur, en sorte que pour la réfection du dit toit, il ne put rien employer de ce bois, ni même du clavin. Mais du vieux clavin qui se trouvait dans ce toit, il fit réparer et recouvrir le four du dit château.

[…]

Pour les gages de 5 journées de charpentiers pour recouvrir et rebâtir le four du seigneur, de Billiat, découvert à cause de l’impétuosité du vent, avec les vieux bardeaux et clavins qui étaient tombés de la tour, à 2 s. de Genève la journée, y compris les dépenses. Y compris 3 sous de Genève donnés pour les gages de 3 journées d’hommes pour « déclaviner » les dits vieux bardeaux, redresser les clavins et aider à ces travaux – 13 sous de Genève.

Thèmes abordés :
– Bois
– Clous
– Changement de destination
– Préparation des matériaux récupérés
– Valeur des matériaux de seconde main
– Coût de la récupération
– Château

Clous vieux et clous neufs pour la fixation de tuiles de bois à Billiat (1336-1337)

Billiat (Ain), 1336-1337

Le château de Billiat, remontant pour partie au XIIIe siècle, fut rasé entre 1603 et 1610. Le compte dressé par le châtelain Hudry de Châtillon, représentant du comte de Savoie dans la châtellenie de Savoie évoque, dans le passage sélectionné, des réparations faites aux toitures du château entre le 30 avril 1336 et le 25 mars 1337. Il est alors question de remplacer une partie des bardeaux formant la couverture de ce bâtiment. Ces bardeaux étaient fixés au moyen de clous de fer, appelés clavins. L’extrait de compte repris ici fait état de l’achat de 50 000 de ces clavins : 40 000 achetés neufs (novi) et 10 000 d’occasion (veteris). Nous constatons ainsi qu’un cinquième des fixations employées sont de seconde main et que le prix de ces dernières (de 48 deniers les 10 000) est 5,8 fois inférieur à celui des clavins neufs (280 deniers les 10 000). Toutefois, si la somme indiquée pour les clavins neufs correspond à un prix d’achat, on peut se demander si les quatre sous donnés pour les clavins « vieux » ne correspond pas au coût de leur redressement et « réadaptation », plus qu’à un prix à proprement parler. (Philippe Bernardi)

Archives départementales de la Côte d’Or, B 7057 (quatrième compte)

Paul Cattin (éd.), Billiat et sa région (Ain) au XIVe siècle d’après les comptes de la châtellenie, Cahiers René de Lucinge, 4e série, N° 32, 1997, p. 189.

Opera castri

In edificiis castri Billiaci factis per litteram domini de mandato quam reddit : Triginta miliariis scindulorum emptis ab Humberto Gentet de Ardone et ejus socio, quolibet miliario sex solidis, duobus denariis gebensibus, in nemore. Quatuordecim denariis gebenensibus datis pro charreagio cujuslibet miliarii a nemore usque ad castrum, et fuerunt implicati in tectis totius castri de novo copertis. Quadraginta milliari clavini novi, empti quolibet milliario duobus solidis, quatuor denariis, et implicati ibidem. Quatuor solidis gebenensibus datis pro decem milliariis clavini veteris dreciati et rehaptatis et implicatis ibidem. Et fuit ibi positum plus de clavino ad majorem securitatem propter impetum ventorum qui consueverunt  ipsa tecta discoperire. […]

Proposition de traduction :

Travaux au château

Pour les travaux du château de Billiat faits selon l’ordre du seigneur qu’il remet : pour 30 milliers de bardeaux achetés d’Humbert Gentet d’Ardon et de son compagnon, à 6 sous, 2 deniers de Genève le millier, dans le bois. Pour 14 deniers de Genève donnés pour le charroi de chaque millier, du bois jusqu’au château, et ils furent employés dans les toits de tout le château, couverts à neuf. Pour 40 milliers de clavins neufs achetés 2 sous, 4 deniers le millier, employés là. Pour 4 sous de Genève donnés pour 10 milliers de vieux clavins, redressés et réadaptés et employés là. Et on a placé là plus de clavins pour une plus grande sûreté à cause de la violence des vents qui ont l’habitude de découvrir ces toits. […]

Thèmes abordés :
– Clous
– Prix du vieux et du neuf
– Réemploi
– Préparation des matériaux récupérés
– Château
– Coût de la récupération

Les décombres comme mode de paiement de travaux à Codognan (III) (1686)

Codognan (Gard), 1686

Suite à la révocation de l’édit de Nantes (16 octobre 1685) et dans la perspective de soutenir le culte catholique dans une région protestante telle que le diocèse de Nîmes, le roi de France lance en 1686 une grande campagne de reconstruction ou d’agrandissement des églises de ce diocèse. Pour ce faire, de nombreux prix-faits de construction sont donnés aux enchères dans le courant de l’année 1686, d’après des plans et devis établis par l’architecte carcassonnais Guillaume Cailhau. Dans ces contrats, la question de la récupération des matériaux intervient soit du fait de la démolition partielle du bâtiment préexistant soit à travers référence aux décombres du temple protestant local. Les travaux de l’église paroissiale de Codognan[1] furent, comme ceux de l’église de Vergèze, confiés à Jean Cassefiere, fils de Guillaume, maçon habitant de Vergèze, le 1er avril 1686. Dans le prix-fait passé ce jour, le maçon, chargé de réaliser les travaux en fournissant « toutz les materiaux a ce necessaires comme pierre de taille, moilon, chaux et sable, bois, fer, vitres et toutte sorte de charrois et manœuvres » peut disposer des « démolitions » de l’église, c’est-à-dire des matériaux des parties qu’il sera amené à détruire. Mais alors que ces « démolitions » sont simplement mentionnées, sans que leur valeur soit estimée, et que leur cession apparaît relever d’une pratique courante, les matériaux issus de l’ancien temple protestant subissent un traitement particulier. La rapide mention qui en est faite montre tout d’abord que bois et tuiles ont été rapidement vendus – sans doute par les consuls de la communauté comme le précise le prix-fait de Vergèze. Ne demeurent sur place qu’une partie des décombres (la pierre ?) qui est alors cédée à l’entrepreneur Cassefiere. Notons que l’ensemble avait fait l’objet d’une évaluation par l’architecte Cailhau, sans doute au moment où celui-ci s’était rendu à Codognan pour préparer son devis de rénovation de l’église paroissiale. Dès le projet, les autorités ont prévu de tirer parti de la destruction du temple protestant dont la dépouille permet de « compenser » une partie de la dépense. Dans le cas présent, le versement d’un sixième du prix total, fait au moment de la signature du contrat, doit se monter à 250 livres payées pour partie (170 livres) en argent comptant et pour partie avec ladite dépouille (80 livres), soit en matériaux, soit sans doute en argent pour ce qui a été déjà vendu. La dépouille du temple protestant représente avec ces 80 livres, un peu plus de 5% des 1500 livres pour lesquelles les travaux ont été adjugés à Cassefiere.

Archives départementales du Gard, 2 E 36-545, fol. 464

Davantage induira et blanchira touttes les murailles du dedans de lad. eglise et crespira aussy icelles par le dehors faira aussy un petit clocher pour placer une cloche sur une des murailles de lad. eglise de pierre de taille avec une croix au dessus a l’endroit qui luy sera marqué finalement l’entrepreneur et les demolitions luy apartiendront tout lequel ouvrage led. Cassefiere entrepreneur a promis faire conformement aux articles cy dessus pour et moyenant le prix et somme de quinze cent livres et d’avoir entierement achevé icelluy dans dix mois prochains a peine de toutz despens dommages et intheréz payable la somme sçavoir presentement la sixieme partie qui est deux cent cinquante livres Sçavoir en compensation pour les materiaux provenus de la demolition du temple dud. lieu <tant ceux quy ont resté sur ces lieux que ceux quy ont esté vendus ou dispersés comme bois et tuilles> que led. entrepreneur a promis et promet de prendre pour employer aud. bastiment la somme de quatre vingt livres a laquelle lesd. materiaux ont esté estimés par led.sieur Calhaud et en argent comptant cent septante livres.

Thèmes abordés :
– Récupération
– Bois
– Tuile
– Eglise
– Matériaux de récupération comme moyens de paiement
– Valeur des matériaux récupérés
– Tri
– Revente sélective

[1] Codognan (Gard, ar. Nîmes, can. Vauvert)

Les décombres comme mode de paiement de travaux à Langlade (II) (1686)

Vergèze (Gard), 1686

Suite à la révocation de l’édit de Nantes (16 octobre 1685) et dans la perspective de soutenir le culte catholique dans une région protestante telle que le diocèse de Nîmes, le roi de France lance en 1686 une grande campagne de reconstruction ou d’agrandissement des églises de ce diocèse. Pour ce faire, de nombreux prix-faits de construction sont donnés aux enchères dans le courant de l’année 1686, d’après des plans et devis établis par l’architecte carcassonnais Guillaume Cailhau. Dans ces contrats, la question de la récupération des matériaux intervient soit du fait de la démolition partielle du bâtiment préexistant soit à travers référence aux décombres du temple protestant local. Les travaux de l’église paroissiale de Langlade[1] ont été confiés le 2 avril 1686 à un certain Pierre Besses, maître maçon de la ville de Nîmes pour 900 livres. Le prix-fait passé à cette date est proche dans sa forme de celui de l’église de Codognan (voir ce texte). Il envisage deux types de récupérations : le premier est constitué des pierres des parties à abattre pour la réédification, cédées à l’entrepreneur mais sans évaluation ; la seconde consiste dans les matériaux provenant de la démolition du temple protestant du lieu. Ces derniers ont été estimés en amont par l’architecte chargé du projet à cinquante-cinq livres, soit environ 6% du prix de la réédification. Le maçon est alors autorisé à « s’en servir ainsi que bon luy semblera », ce qui ne signifie pas qu’il les réutilisera forcément sur place.

Archives départementales du Gard, 2 E 36-545, fol. fol 480

Finallemant faira deux marches de pierre au travers de l’eglize pour monter au choeur et une balustrade de bois au dessus pavera avec pierre de taille le plan du choeur et sacristie, faira la cloison à icelle de buget bastard et sa porte fermure et serrure et fournira pour tout ce dessus toute sorte de matteriaux, charrois, manoeuvres et autres ouvriers necessaires et la pierre des anciennes demolitions luy appartiendront tout lequel ouvrage led. Besses masson entrepreneur a promis faire suivant et conformemant au plan et devis cy dessus enoncé et d’avoir icelluy parachevé dans huict mois prochains a peyne de tous depens domages et pour et moyenant le prix et somme de neuf cent livres de laquelle desduite celle de cinquante cinq livres de laquelle ont esté estimés les materiaux provenus de la demolition du temple dud. lieu par led. sieur Cailhaud architecte. Lesquels led. Besses entrepreneur sera tenu de prendre ainsy qu’il a promis fere pour s’en servir ainsi que bon luy semblera reste du susd. prix la somme de huit cent quarante cinq livres de laquelle a esté arresté qu’il luy seroit payé la sixiesme partye par messire François de Georges d’Aramon baron de Ledenon syndic du dioceze dud. Nismes lequel a paye aud Besses entrepreneur <et a confesse avoir receu tout presentement dud. sieur syndic et des mains dud. sieur Magne sçindic dud. clergé des deniers par luy receus dud. sçindic> la somme de cent quarante livres seize sols huict deniers pour la sixiesme partye dud. entier prix par luy retirée et embourcée.

 

Thèmes évoqués :
– Récupération des matériaux
– Pierre
– Eglise
– Les matériaux de récupération comme moyen de paiement

[1] Langlade (Gard, ar. Nîmes, can. Saint-Gilles)

Démolition et reconstruction d’une partie de l’ancienne maison du roi René à Marseille avec récupération des matériaux (1520).

Marseille, 1520

Au début du XVIe siècle, ce que l’on désigne à Marseille comme la Maison du Roi, est constitué de deux corps de bâtiment situés de part et d’autre de la rue des Changeurs (actuelle rue de la Loge). La partie méridionale de cette Maison du Roi, donnant sur le port fut donnée par la ville au roi René en 1474. Après la mort de ce dernier et l’union de la Provence au royaume de France (1482), le tout passa dans le domaine des rois de France qui le conservèrent jusqu’au début du XVIIIe siècle. L’emplacement de ce monument, immédiatement à l’ouest de l’actuelle mairie, est bien connu mais aucune trace ne semble plus aujourd’hui en subsister après les multiples transformations subies depuis sa vente à des particuliers et son morcellement.

Le contrat de construction présenté révèle que ces transformations commencèrent dès le début du XVIe siècle avec la démolition et la reconstruction de la partie septentrionale de l’ensemble, qui était probablement la plus ancienne. Un premier contrat, daté du 7 octobre 1520, envisage de « fondre (démolir) tout le corps de maison de la rue des changes à la galerie » puis de construire trois magasins voûtés et de rebâtir le mur de façade. Les articles donnés ci-dessous envisagent la récupération de divers matériaux de l’ancienne bâtisse (bois, tuiles, ferrures, pierres et plâtras) et leur stockage. Les maçons chargés de la démolition et de la reconstruction se voient demander de veiller à ce que rien en se gâte de la dépouille de l’ancien bâtiment. A plusieurs reprises le commissaire passant commande au nom du grand sénéchal de Provence insiste sur le « profit » que le roi peut ou doit tirer de ces décombres. L’article 6 atteste clairement du réemploi sur place d’une partie des pierres mais également de la conservation sur place de celles qui ne seront pas utilisées. L’article 7 est, lui, plus complexe dans la mesure où la permission donnée au maçons de se servir des vieux bois pour confectionner des cintres est limitée aux pièces « les moins utiles ». Le fait de préciser que les maçons – chargés par ailleurs de bâtir « à leurs propres coûts et dépens ; en fournissant tout ce qui sera nécessaire à faire ceci » (Item, faran losd. maistres las causas subredichas a lurs propris cours et despens en fournissent a aquo fayre tout so que sera neccessari.) – pourront utiliser les bois « sans aucun coût » montre, a contrario, que ces pièces ont bien une valeur marchande et que le propriétaire aurait pu la facturer aux artisans ou la défalquer du coût final. Même in situ, le réemploi peut ainsi faire l’objet de transactions. L’autorisation donnée aux maçons d’utiliser les vieilles pierres laisse alors entendre que le réemploi sur place peut faire l’objet d’une négociation commerciale et n’est donc pas une évidence. Le concierge a, en plus de la garde de la maison, celle d’une partie au moins des matériaux qui y sont entreposés, qu’il reçoit (art. 2) et qu’il délivre le cas échéant (art. 7). Le stockage évoqué permet une gestion raisonnée des restes comme le montre le fait qu’un autre prix-fait, passé quelques mois plus tard, avec les mêmes maçons pour la construction d’un autre mur de façade de la Maison du Roi, évoque la possibilité pour les artisans de « prandre de la pierre que trouveront en ladite maison »[1].

Pour précis qu’il soit, ce texte conserve, comme beaucoup d’autres, quelques ambiguïtés en ce qui concerne la provenance des matériaux utilisés. Les articles 4 et 5 en offrent l’illustration à travers les mentions faites de grilles de métal (cledas) et de pièces de bois fournies par le commanditaire, qui pourraient provenir de la dépouille de l’ancien bâtiment sans que l’on puisse en avoir la certitude. (Philippe Bernardi)

Texte :

S’ensuyvent les paches et conventions faictes pour l’ediffice de la mayson du roy a Marseille et au pris faict prins par maistres Arnaud Allene, Jaques du Pont et Pierre de Culeme alias Lo Picard, maistres massons de Marseille, a eulx donne par monseigneur le maistre Jehan Arbaud, docteur en chacun droict, conseille dud. sieur comissaire a ce depute par messeigneurs le lieutenant de Provence et gens de la Chambre des comptes audit pays, suyvant ce que lur a este mande par monseigneur le grant Seneschal dud. pays.

L’an mil cinq cens et vingt et le VIIe jour d’octobre

[…]

[1] Item, seran tengus gardar la fustalha de lad. maison et los teulles et los mectre la ont lur ordenara et los entreposar en sorto que rein non si gaste.

[2] Item la ferramenta que si trouvera en fondent, comme sont cledas, goffons et autra ferramenta, seran tengus de consignar et baillar au consierge de lad. maison en sorta que vengua al profict deld. seigneur.

[3] Item, seran tengus aussi de gardar et entrepausar las peyras et gippasses de lad. maison la ont lur semblera en sorta que non si degalhon mays si puescan profetar au profict dud. seigneur.

[…]

[4] Item, seran tengus de far en lad. muralha tres portas embe tres fenestras bastardas sus lasd. portas per donar claritat ; las portas a rond et las fenestras cledadas moyenant que lo rey lur bayllera las cledas de la larjour que lur sera devysada.

[5] Item, metran losd. mestres en losd. magasins, au dessus del pe drech, quant vendran a vaultar, de piecas de boys que lur seran bailladas, ainsi que lur sera ordenat.

[…]

[6] Item, sera loysible ausd. maistres, per far lasd. causas, de prendre et si aiudar de las peyras tant de talha que de postoire que provendran de lad. maison et lo demorant gardar comme dessus es declarat au profict dud. seigneur.

[7] Item, aussi lur sera loysible de prandre de la fustalha mens utilla de lad. maison per far sindres ou autras causas neccessarias aud. edifice senssa cousta denguna et aquo per las mans deld. consierge de la maison del rey que sera advisant sus lod. obrage et edifice.

[…]

Proposition de traduction :

S’ensuivent les accords et conventions faits pour l’édification de la maison du roi à Marseille, prise à forfait par maîtres Arnaud Allene, Jacques du Pont et Pierre de Culeme, alias Lo Picard, maîtres maçons de Marseille. [Contrat] à eux donné par monseigneur le maître Jean Arbaud, docteur en chacun droit, conseiller dudit sieur commissaire à cela député par messeigneurs le lieutenant de Provence et les gens de la Chambre des comptes audit pays, suivant ce qui leur a été demandé par monseigneur le grand Sénéchal dudit pays.

Le 7 octobre 1520

[…]

[1] De même, ils seront tenus de conserver le bois de charpente de ladite maison, et les tuiles, et de les mettre là où il leur sera ordonné, les entreposant de façon à ce que rien ne se gâte.

[2] De même, pour les ferrures qui se trouveront en démolissant, telles que grilles, gonds et autres ferrures, ils seront tenus de les réserver et donner au concierge de ladite maison, de façon à ce que cela profite audit seigneur.

[3] De même, ils seront tenus également de conserver et entreposer les pierres et les plâtras de ladite maison là où ils jugeront qu’ils ne se gaspilleront pas mais puissent, au contraire, profiter audit seigneur.

[…]

[4] De même, ils seront tenus de faire dans ladite muraille trois portes avec trois jours (fenêtres bâtardes) au-dessus desdites portes pour donner de la lumière, de la largeur qui leur sera dite ; les portes à couvrement en plein-cintre et les fenêtres fermées d’une grille que le roi leur donnera.

[5] De même, dans lesdits magasins, lesdits maîtres mettront, comme il leur sera précisé, des pièces de bois qui leur seront données, au-dessus des piédroits, quand ils commenceront à voûter.

[…]

[6] De même, il sera loisible auxdits maîtres, pour faire les choses susdites, de prendre et s’aider des pierres tant de taille que de blocage qui proviendront de ladite maison, le demeurant [étant à] garder comme ci-dessus déclaré, au profit dudit seigneur.

[7] De même, il leur sera loisible de prendre le bois le moins utile de la maison, pour faire des cintres ou autres choses nécessaires audit édifice, sans aucuns frais. Et ceci [reçu] des mains dudit concierge de la maison du roi qui avisera en fonction dudit ouvrage et édifice.

[…]

Thèmes abordés :
– Récupération
– Remploi sélectif
– Bois
– Tuile
– Pierre
– Métal
– Plâtras
– Acteurs
– Stockage
– Profit-Revente
– Changement de destination

[1] Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 1450, fol 194v, le 21 janvier 1521 (n. st.).

Démolition et récupération d’immeubles pour la construction d’un monastère à Montpellier (1364)

Montpellier, 1364

Pour installer, non loin des écoles de droit et de grammaire, le monastère-collège Saint-Benoît qu’il entendait faire édifier à Montpellier, le pape Urbain fit acquérir à partir de janvier 1364 une cinquantaine d’immeubles. Pour laisser place aux bâtiments du collège et à son église (devenue cathédrale en 1536, sous le vocable de Saint-Pierre), il fallut démolir ces constructions préexistantes, non sans chercher à tirer parti de leurs matériaux. Les comptes relatifs aux débuts de ce chantier pontifical ont enregistré divers paiements liés à la récupération des pierres, tuiles et pièces de bois des maisons détruites. Les extraits proposés mentionnent les salaires versés aux « hommes » chargés de mettre de côté (reservare) ces matériaux, c’est-à-dire de les récupérer et de les trier au fur et à mesure que les lapicides démontaient les maisons.

Une partie de l’action de ces récupérateurs nous parvient à travers quelques mentions comme celle de l’achat de tenailles « pour extraire [vraisemblablement les clous] de pièces de bois ». Les tuiles elles-mêmes sont « préparées », c’est-à-dire sans doute dégagées de leur mortier de scellement avant d’être stockées, comme les autres matériaux dans un jardin clos et fermé à clé, ce qui témoigne de la valeur accordée à ces produits de seconde main. (Philippe Bernardi)

Archives secrètes vaticanes, Camera apostolica, Introitus et Exitus 309, fol.

Fol 36

De manobris

Sequitur, de expensis per me Hugono de Izarno in hedificio Montispessullani factis anno domini millesimo CCCL[X]IIII , a die VIII mensis junii usque ad primam diem mensis martii. Primo de stipendiis hominum diruentium et materias reservantium.

Primo, die sabbati XXII mensis junii, in absentia, magister Petrus Roque, clericus administrator domus, manu domini Guillelmi Fabri, solvit duobus hominibus qui reservaverunt lapides, latera, ligna et fustas hospitiorum dirutorum per magistros lapicidas, cuique V solidos, floreno auri de Fransia pro XXIIII solidis computato, X solidos.

Fol 60

[le 8 juin 1364]

Item, pro una turquesia sive tenallis pro extrahendis de fustibus, II solidos, Vi denarios.

Fol 21

Item, die martis XXIIII mensis septembris, solvi Richardo Fabri, pro una clave pro viridario carmelitarum ubi reponebantur fuste et lapides et alie materie hospitiorum diruendorum, II solidos.

Fol 46v

[le 26 novembre 1364]

Item, solvi Johanni Bedossii cum quisbusdam aliis portaverunt de platea ad viridarium unam quantitatem laterum, in uno floreno : XXIIII solidos.

Item, solvi Guillelmo Ageni, pro abtandis dictis lateribus, IIII solidos, IIII denarios.

Proposition de traduction :

Fol 36

Des manœuvres

Suit, parmi les dépenses faites pour le bâtiment de Montpellier, par moi Hugues de Izarno, l’année du seigneur 1364, du 8e jour du mois de juin jusqu’au premier jour du mois de mars [1365]. Premièrement, des salaires des hommes démolissant et réservant les matériaux :

Premièrement, le samedi 22e jour du mois de juin, en [mon] absence, maître Pierre Roque, clerc administrateur de la maison, par la main du sieur Guillaume Fabri, a payé à deux hommes qui ont mis de côté les pierres, la tuile, le bois et les pièces de charpente des maisons démolies par les maîtres maçons, à chacun 5 sous […], 10 sous.

Fol 60

[le 8 juin 1364]

De même, pour des tenailles pour extraire [les clous] des bois de charpente, 2 sous et 6 deniers.

Fol. 24

De même, le mardi 24e jour du mois de septembre [1364], j’ai payé à Richard Fabri, pour une clé pour le jardin des carmes où étaient déposées les pièces de charpente, les pierres et autres matériaux des maisons démolies, 2 sous.

Fol 46v

[le 26 novembre 1364]

De même, j’ai versé à Jean Bedossii avec quelques autres qui ont porté une certaine quantité de tuiles de la place au jardin, en un florin, 24 sous.

De même, j’ai versé à Guillaume Ageni, pour préparer les dites tuiles, 4 sous 4 deniers.

Thèmes abordés :
– Pierre
– Bois
– Tuile
– Clous
– Stockage
– Tri
– Outillage
– Préparation des matériaux
– Salaire des récupérateurs
– Main d’œuvre
– Coût de la récupération
– Maisons

Questionnement au sein du chapitre de Notre-Dame de Paris sur la conduite à adopter vis-à-vis des pièces de bois extraites du mur mitoyen de deux demeures canoniales lors de travaux de réfection (1425)

Paris, 1425

Alors que la réfection du mur mitoyen entre les maisons des chanoines Jean Chuffart et Guillaume de Ker est envisagée, le chapitre demande, par délibération du 30 avril 1425, à trois de ses membres de se rendre sur place pour visiter le chantier. Ces trois chanoines doivent rendre compte de l’intérêt ou non que pourrait représenter pour le chapitre le fait de donner les pièces de charpente extraites de ce pan de bois au maçon en charge de la réfection du mur. (Philippe Bernardi)

Archives Nationales, LL 113, p. 4

30 avril 1425

Domini mei N. de Dole, G. de Villers et P. de Ordeimonte visitabunt murum medium inter domum magistri J. Chuffart et domum de Kaer et refferent an sit utilitas ecclesie quod lathomus habeat medietatem solivarum que debent amoveri a muro predicto.

Proposition de traduction :

Messeigneurs Nicolas de Dole, Guillaume de Villars et Pierre d’Orgemont visiteront le mur mitoyen entre la maison de maître Jean Chuffard et la maison de [Guillaume de] Ker, afin qu’ils puissent dire (rapporter) si l’avantage de l’église serait que le maçon garde la moitié des solives qui doivent être enlevées du mur susdit.

Thèmes évoqués :
– Maison
– Bois
– Profit
– Valeur des matériaux de seconde main

Récupération et étude de marché à Paris (1432)

Paris, 1432

Propriétaires de plusieurs maisons dans Paris, les chanoines de Notre-Dame gèrent ce patrimoine avec attention. Lorsqu’il apparaît que l’une de leurs propriétés, située dans l’île de la cité, à proximité de l’église de Sainte-Geneviève-la-Petite, se trouve découverte, la question se pose de récupérer les pièces de bois dont elle était bâtie. Les extraits des délibérations capitulaires qui sont présentés nous offrent l’opportunité rare de saisir le processus de décision mis en place dans le déclenchement d’une opération de récupération. Celle-ci se décompose en trois étapes au cours du mois de janvier 1432. Conscients du coût que peut représenter la récupération de ces « vieux bois », les chanoines demandent, dans un premier temps, à ce que le bois et le coût de sa récupération soient évalués par un charpentier. Une dizaine de jours plus tard, le charpentier présente son rapport, chiffrant la valeur marchande du bois et le coût de sa récupération. Le 21 janvier, un des chanoine est nommé responsable de la démolition de la maison. Nous constatons à la lecture de ces délibérations qu’un calcul économique préside à la prise de décision de la démolition mais également que la démolition volontaire, le démontage, paraît, dans ce cas comme justifié par le gain attendu de la revente des matériaux récupérables. (Philippe Bernardi)

Archives nationales, LL 113, p. 270, 272 et 274

[1432 (n. st.) le 2 janvier, p. 270]

De antiquo nemore vendendo

Placet dominis quod visitetur antiquum nemus existens in antiqua domo discoperta constituta in parvo viculo a parte ecclesie Sancte Genovese parve[1] dominus cantor mictet ibi magistrum Robertum Cauvin et refferet.

[…]

[1432 (n. st.), le 13 janvier, p. 272]

Magister Robertus Chauvin carpentarius ecclesie retulit visitasse antiquum nemus existens in antiqua domo a parte Sancte Genovese parve de quo supra et quod ipse nemus bene valebat VII francos et bene poterit decustare ad demoliendum tres francos.

[…]

[1432 (n. st.), le 21 janvier, p. 274]

Dominus Petrus de Cajart comissus est ad demoliendum domum in parvo viculo contiguo ecclesie Sancte Genovese parve.

 

Proposition de traduction :

  1. 270

De vendre le bois vieux

Il plaît aux seigneurs que soit visité le bois vieux existant dans l’ancienne maison qui se trouve dans la ruelle du côté de Sainte-Geneviève-la-Petite. Le seigneur chantre enverra là-bas maître Robert Cauvin et fera un rapport.

  1. 272

Maître Robert Cauvin, charpentier de l’église a rapporté avoir visité le bois vieux existant dans l’ancienne maison du côté de Sainte-Geneviève-la-Petite dont il est question ci-dessus et que ce bois valait bien 7 francs et qu’il pourra bien coûter 3 francs à démolir.

  1. 274

Le seigneur Pierre de Cajart [chanoine de Notre-Dame de Paris] est commis pour démolir [gérer la démolition de] la maison dans la ruelle contiguë à Sainte-Geneviève-la-Petite.

 

Thèmes évoqués :
– Décision de récupérer
– Bois
– Maison
– Coût de la récupération

[1] L’église Sainte-Geneviève-la-Petite appelée ultérieurement Sainte-Geneviève-du-Miracle-des-Ardents était située dans l’île de la Cité à l’emplacement de l’actuel parvis de Notre-Dame. Elle a été détruite au milieu du XVIIIe siècle.

Le marché du bois de seconde main à Paris (1433)

Paris, 1433

Les délibérations du chapitre de Notre-Dame de Paris évoque, au cours du mois d’octobre 1433, la mise en vente des matériaux d’une maison appartenant au dit chapitre. Une partie de l’information nous manque mais nous pouvons restituer les grandes phases de la vente de ces matériaux. Dans un premier temps, le 16 octobre, deux chanoines sont envoyés sur place pour « visiter » la maison, (faire) rassembler les pièces de bois et les tuiles de la maison et les (faire) mettre à part. Il n’est pas alors envisagé de faire réparer la maison mais d’en récupérer ce qui peut l’être et de ne pas laisser perdre ce qui peut avoir de la valeur en le triant et en le stockant dans un endroit sûr. On imagine que c’est lors de cette visite, sans doute effectuée avec des artisans (les charpentiers jurés de l’église ?), qu’une première évaluation des matériaux a été effectuée. Une semaine plus tard, le Chancelier et Pierre d’Orgemont font leur rapport devant le chapitre qui prend la décision de vendre le bois récupéré pour affecter la somme qui en sera tirée au service des enfants de chœur de la cathédrale. Les chanoines fixent alors un prix minimum de 13 francs mais envisagent de vendre le bois éventuellement plus cher. C’est ce qu’ils firent car deux jours plus tard les deux commissaires annoncent avoir vendu le bois en question pour 14 francs.

Les chanoines de Notre-Dame de Paris font montre dans ces délibérations d’une conscience de la valeur qu’un bâtiment, même ruineux, pouvait conserver du fait de ses matériaux. Nous y constatons une relative familiarité avec les pratiques de récupération, organisées par le chapitre. Les fluctuations de prix observées témoignent pour leur part de l’existence d’un marché sur lequel les tarifs semblent se négocier en fonction de critères qui, dans ce cas, nous échappent. (Philippe Bernardi)

Archives nationales, LL 114, p. 68-69

[16 octobre 1433, p. 68]

Cancellarius et Ordeimontis deputantur ad visitandum domum existentem coram domo archidiaconis Therassie et ad recolligendum ligna et tegulam et ea ponenda in securitate.

[Le 24 octobre 1433, p. 69]

Audita relacione dominorum cancellarii et Ordeimontis commissorum ad visitandum quandam domum ruinosam existentem coram domo archidiaconis Therassie, ordinatum est quod nemus antiquum ibidem vendatur ad utilitatem puerorum chori pro XIII francis si non possit haberi maiorem summam.

[Le 26 octobre 1433, p. 69]

Venditur nemus proveniens de quadam domo ruinosa ante domum archidiaconis Therassie per dominos nostros cancelarium et Ordeimontis ad hoc commissos et de qua supra pro XIIII francis ad utilitatem puerorum chori.

 

Proposition de traduction :

[16 octobre 1433, p. 68]

Le chancelier et [Pierre] d’Orgemont [chanoine de Notre-Dame] ont été affectés à la visite de la maison qui existe devant la maison de l’archidiacre de Thiérache et à recueillir le bois et la tuile et les déposer en sécurité.

[Le 24 octobre 1433, p. 69]

Entendu le rapport des seigneurs Chancelier et d’Orgemont, commis à la visite d’une certaine maison en ruine existant devant la maison de l’archidiacre de Thiérache, il est ordonné que le vieux bois soit vendu au même endroit, au profit des enfants de chœur, pour 13 francs si une somme plus importante ne peut [en] être obtenue.

[Le 26 octobre 1433, p. 69]

Le bois provenant d’une certaine maison ruineuse devant la maison de l’archidiacre de Thiérache est vendu par nos seigneurs le Chancelier et d’Orgemont, commis à cela et en raison de ce qui précède, pour 14 francs au profit des enfants de chœur.

Thèmes évoqués :
– Maison
– Bois
– Tuile
– Tri
– Stockage
– Marché des matériaux de seconde main

Les décombres comme mode de paiement de travaux à Vergèze (Gard) (1686)

Vergèze (Gard), 1686

Suite à la révocation de l’édit de Nantes (16 octobre 1685) et dans la perspective de soutenir le culte catholique dans une région protestante telle que le diocèse de Nîmes, le roi de France lance en 1686 une grande campagne de reconstruction ou d’agrandissement des églises de ce diocèse. Pour ce faire, de nombreux prix-faits de construction sont donnés aux enchères dans le courant de l’année 1686, d’après des plans et devis établis par l’architecte carcassonnais Guillaume Cailhau. Dans ces contrats, la question de la récupération des matériaux intervient soit du fait de la démolition partielle du bâtiment préexistant soit à travers référence aux décombres du temple protestant local. Les travaux de l’église paroissiale de Vergèze[1] ont été adjugés le 1er avril 1686 à Jean Cassefiere, fils de Guillaume, maçon et habitant dudit Vergèze. Le contrat de prix-fait passé devant notaire à cette date nous apprend que le maçon a remporté les enchères avec une proposition de prix à 2200 livres et qu’il s’engage à avoir achevé sa tâche dans un délais de dix mois. À titre d’avance, il doit percevoir au moment de la passation du contrat un sixième du prix des travaux soit 366 livres, 13 sols et 4 deniers. Ce premier versement Il accepte alors de recevoir en paiement de cette somme les matériaux provenant du temple protestant détruit, évalués à 215 livres ; le complément de 151 livres 13 sous et 4 deniers lui étant donné « en bonnes espèces d’or et d’argent ». La dépouille du temple protestant permet ainsi de financer près de 10% du chantier. Cette disposition semble avoir été prise dès l’établissement du devis dans la mesure où l’estimation de la récupération a été faite par l’architecte en charge du projet. Les 215 livres sont constituées pour partie des matériaux encore sur place mais également de « ceux qui ont été vendus par les consuls dudit lie ». Sans doute faut-il comprendre que les consuls devront reverser le produit de leur vente au maçon. Il est alors intéressant de voir l’empressement des autorités à tirer parti de la démolition du temple. Nous ignorons, en revanche si l’entrepreneur, chargé de fournir tous les matériaux nécessaires à l’édifice, est autorisé à s’en servir pour la nouvelle église. (Philippe Bernardi)

Archives départementales du Gard, 2 E 36-545, fol. 466v

Finalement fournira led. entrepreneur touts les materiaux a ce necessaire comme pierre de taille, moilon, chaux et sable, bois, briques, ferrements et vitres et sera obligé de faire bon led. ouvrage un an et un jour après la reception d’icelluy quy ne sera que lorsqu’il sera achevé et finy. laquelle construction led. Cassefiere entrepreneur a promis faire conformement aux articles cy dessus pour et moyenant le prix et somme de deux mil deux cent livres et avoir icelle entierement parachevée dans dix mois prochains a peine de touts despens dommages et intherés payable lad. somme sçavoir presentement trois cent soixante six livres treize sols quatre deniers faisant la sixieme partie du susd. prix. En deduction duquel sixieme mess. François de Georges d’Aramon baron de Ledenon sçindic du dioceze dud. Nismes icy present a baillé en payement aud. Cassefiere entrepreneur acceptant les materiaux provenants de la demolition du temple dud. Vergezze tant ceux quy sont presentement sur ces lieux que ceux quy ont esté vendus par les consuls dud. lieu estimés a la somme de deux cent quinze livres par led. sieur Calhaud architecte suivant verbail par luy dressé le [blanc] dernier et les cent cinquante une livres treize sols quatre deniers restantz dud. sixieme led. sieur sçindic les a tout presentement payés aud. Cassefiere entrepreneur par luy retirés et embourcés en bonnes especes d’or d’argent et monnoye voyant moyd. notaire et tesmoins de laquelle somme de trois cent soixante six livres treize sols quatre deniers led. entrepreneur bien payé et satisfaict en deduction de la susd ; somme de deux mil deux cent livres en a quitté et quitte led. sieur sçindic.

Thèmes évoqués :
– Prix des matériaux récupérés
– Vente des matériaux de récupération
– Estimation des matériaux récupérés
– Financement de travaux par la récupération
– Eglise

[1] Vergèze (Gard, ar. Nîmes, can. Vauvert)

Revente des portes de l’église Saint-Germain d’Argentan (1447-1448)

Argentan (Orne), 1447-1448.

L’église paroissiale Saint-Germain d’Argentan a connu plusieurs campagnes de travaux entre le XIIIe et le XVe siècle. est agrandie. Agrandie en 1255, elle est encore remaniée dans la seconde moitié du XIVe siècle. En 1410, l’édifice est encore inachevé. L’édification du porche, commencée dans la première moitié du XVe siècle se poursuit de manière intermittente jusqu’à son abandon, en 1444. Si le porche n’est alors pas achevé, les portes de bois, commandées à Falaise, en ont été réalisées et posées en 1442.

Les anciennes portes de l’église furent vendues aux enchères peu de temps après et achetées par Charles le Mesnagier, maître de l’Hôtel-Dieu Saint-Thomas. Avec cette courte mention, nous observons une valorisation de l’obsolète de la part des responsables du chantier de l’église Saint-Germain, avec la mise en vente de portes devenues inutiles et sans doute encombrantes. Le choix de la mise aux enchères revient à mettre les acheteurs intéressés en concurrence pour tirer le meilleur prix possible de ces portes. De la part des enchérisseurs, nous constatons que le choix est fait de ne pas passer par la commande mais de profiter d’une opportunité. La destination des portes nous est inconnue, ce qui ne permet pas de savoir si, en l’occurrence, c’est un projet de pose de portes qui devra s’adapter aux vantaux récupérer ou bien s’il y aura revente ou détournement, voire simple remploi du matériau. Les raisons de ce choix ne sont pas explicites. Le moindre coût probable de la seconde main permet-il simplement d’acquérir des portes peu chères ou bien d’accéder à des pièces d’une qualité plus élevée que celle à laquelle il serait permis de prétendre pour du neuf ? (Philippe Bernardi)

Bibliothèque nationale de France nouvelles acquisitions françaises 10 560 – comptes de Saint-Germain, 1447-1448, fol 63v.

Transcription et analyse, Marie-Anne Moulin, Argentan au Moyen Âge, thèse de doctorat en Histoire et Civilisations de l’EHESS, sous la direction de Philippe Braunstein, 2007, p. 519 et 765.

Texte :

Receu de Challes Mesnagier pour les deux vieulles portes de ladicte église a lui vendu par enchière – 12 s.

Thèmes abordés :
– Acteurs
– Eglise
– Porte
– Commercialisation (enchères)

Procès-verbal de visite des matériaux qui demeurent après la démolition de l’église paroissiale, de son clocher et de la maison curiale de Briançon (1693).

Briançon, le 3 février 1693.

Devant la menace de l’armée savoyarde de Victor-Amédée II qui pénétra dans le royaume de France le 21 juillet 1692 puis marcha sur Guillestre, Embrun et Gap la place de Briançon chercha à prévenir un siège. Cela conduisit à démolir l’église paroissiale, son clocher et la maison curiale qui, bâtis à quelque distance de la ville, auraient pu être aisément investis par l’ennemi et lui servir de camp de base. L’entreprise menée dans l’urgence au cours de l’été (les troupes savoyardes refluèrent en septembre 1692) semble avoir échappé en partie au contrôle de la municipalité. Celle-ci a bien organisé la vente aux enchères, les 17, 26, 27 et 29 août 1692, des « débris de la cure et paroisse de ceste ville », ainsi qu’en atteste la demande de paiement d’honoraires adressée aux autorités par l’huissier qui a alors officié[1]. Plusieurs devis témoignent également du fait que le mobilier, le linge et les cloches ont été mis à l’abri, pour une bonne part dans le couvent des cordeliers situés intra-muros[2]. En février 1693, quand les conditions climatiques permettent enfin aux consuls de se rendre sur place pour « voir et reconnaître ce qui y reste des débris et matériaux pour l’intérêt de lad. ville », ils ne peuvent que constater que l’essentiel des matériaux ont été récupérés et « qu’il ne reste sur le sol que quelques pierres de taille du vestibule et des portes de lad. église ». Voulant éviter d’être critiqués pour leur gestion de ces restes, les consuls, dans l’intérêt de la ville, font mesurer les pierres demeurant sur place avant de procéder à de nouvelles enchères.

Le texte présenté met en évidence l’intérêt économique que peut représenter la revente de la dépouille d’un bâtiment comme une partie du processus de mise sur le marché de ces matériaux de récupération. (Philippe Bernardi)

Archives communales de Briançon, DD 104.

Texte :

Nous, consuls de la ville et communauté de Briançon, sçavoir faisons à tous qu’il appartiendra que ce jourd’huy compté troisième février de l’année mil six cens quatre vingts treize, nous nous sommes porté sur le sol ou estoit basti l’églize parroissielle de cette ville, le clocher et la maison curiale et qui ont esté démoslis l’année précédante, pour voir et reconnoistre ce qui y reste des débris et matériaux pour l’intérest de lad. ville – ce que nous n’avons peu faire plustost à cause que le terren estoit couvert de nege. Et estant sur les lieux, nous avons veu, reconnu et eu pour notoire que tous les débris et matériaux desd. église, clocher et maison curiale ont esté entièrement emportés, pour ce qui est des bois, ferremens, et la plus grande partie des pierres, tant celles qui sont taillées que autres, et particulièrement toutes celles dud. clocher, tant des quatre coins que des fenestres et du haut dud. clocher, ensemble toutes les pierres de touves[3] et autres qui formoient les voutes, tant de l’église que du haut du [verso] clocher, et qu’il ne reste sur le sol que quelques pierres de taille du vestibule et des portes de lad. église dont il y en a mesme une partie de dispercées dans les fonds inférieurs avec les deux figures de lyon en marbre qui sont cassées, et une partie des colonnes qu’ils soutenoient ensemble. Nous y avons trouvé la quantité de [blanc] thoises de pierres communes qui sont restées dud. débris, que des particuliers ont ramacé, et mis en estat d’estre thoisées, que nous avons fait mesurer par l’arpenteur de cette communauté, et affin qu’il ne nous soit rien imputé de présent ny à l’advenir de ce qui manque desd. débris et matériaux et de la dissipation qui en pourroit avoir esté fait l’année précédante, nous en avons fait et dressé le présent procès verbal pour estre montré au conseil de lad. ville et par luy pourveu sur icelluy et servir et valoir à ce que de raison et nous sommes soussignés à Briançon led. jour troisième février mil six cens quatre vingt treize.

Du Prat, consul
Boiron, consul
Fantin, consul

Thèmes abordés :
– Récupération
– Acteurs de la récupération et de la commercialisation
– Pierre
– Eglise
– Maison curiale
– Bois
– Métaux
– Revente (processus de)
– Valorisation financière des ruines
– Stockage
– Mode de commercialisation

[1] Archives communales de Briançon, DD 106.

[2] Archives communales de Briançon, DD 104.

[3] Tuf.

Consignes données pour la remise en œuvre des matériaux issus de la démolition de divers bâtiments lors de la construction de la nouvelle église et de la maison curiale de Briançon, le 21 février 1703.

Briançon, 1703

Extrait du devis de l’église paroissiale de Briançon (actuelle collégiale Notre-Dame-et-Saint-Nicolas), de la maison curiale et du pavage des rues de la ville, dressé le 21 février 1703 par Isaac Robelin[1], ingénieur du roi. L’église paroissiale de Briançon ayant été volontairement démolie pour ne pas nuire à la défense de la ville, à la fin du XVIIe siècle ; la construction d’un nouveau bâtiment est projetée à l’abri de l’enceinte aménagée par Vauban. Nous ne donnons ici qu’un extrait du devis qui fut confié à l’entrepreneur Pierre Renckens, connu pour avoir également été entrepreneur général des fortifications de Mont-Dauphin en 1693. Les deux premiers articles de ce devis concernent tout particulièrement la récupération et la remise en œuvre des matériaux issus de la démolition des bâtiments se trouvant sur l’emplacement prévue pour la nouvelle église ainsi que ceux issus du démontage de l’ancien lieu de culte. Le texte distingue ainsi (article 1er) les « meilleurs matériaux », mis à part et destinés à être réutilisé, et les « décombres et immondices » qui, eux, doivent être portés hors de la ville et servir de remblais pour le glacis des fortifications. L’entrepreneur doit nettoyer la place et garder « à son profit » les matériaux récupérés dont la valeur totale, estimée à 2000 livres, sera défalquée du prix des travaux.

C’est, en effet, l’ensemble des matériaux (bois de charpente, ardoises des couvertures, fers et plombs, moellons et pierres de taille) qui seront récupérés par l’entrepreneur, ce dernier ne pouvant cependant remettre en œuvre sur place que les matériaux de qualité. Pour chacun des matériaux envisagés des critères de choix sont alors énoncés conduisant à des remplois sélectifs en fonction de la qualité estimée et au rejet des matériaux jugés « inutiles et pernicieux ». Loin de s’en tenir à des prescriptions vagues ou générales, le document décrit avec précision les modalités de sélection des matériaux (article 2e). Les bois seront ainsi choisis en fonction de leurs dimensions mais aussi « de bois sain, sans fausse mortaise ou fausse entaille ». Les ardoises de couverture seront, elles, sélectionnées en fonction de leur taille, l’entrepreneur veillant à les retailler d’équerre en cas « d’écornures ». Les pierres de taille devront « souffrir l’épreuve du gros marteaux » et leurs parements seront « reblanchis a la boucharde ». Mais celles qui « sonneront le pot ou le pourry » seront brisées « en gros morceaux pour servir de moellons ». Quant aux gravats employés comme sable par « la plupart des particuliers, par abus et par avarice », on n’en conservera que les meilleurs, bien tamisés, pour servir de remblai sous les pavements. (Philippe Bernardi)

Archives municipales de Briançon, DD 105

Texte :

L’an mil sept cents trois et le vingtunieme jour du mois de fevrier deux heures de relevée en l’hotel de monsieur Bouchu[2] conseiller d’estat intendant de Dauphiné et des armees de sa majesté en Italie, nous Jean Guy Basset[3], premier presidant au bureau des finances de laditte province commis par le roy pour l’execution de ses ordres en l’absance de monsieur Bouchu, sçavoir faisons qu’en suitte de l’arrest du conseil du 9e mars 1700 estant necessaire de passer un bail pour la construction de l’eglise parroissialle de Briançon prebitere ou maison curiale d’un canal pour l’ecoulement des eaux et pour faire le pavé des rues de lad. ville, les plans profils et devis en auroient esté dresses par le sieur Dampierre[4] ingenieur ordinaire du roy en consequence de quoy mondit sieur Bouchu auroit ordonné le premier octobre mil sept cents deux que lesd. ouvrages seroient publiés et l’adjudication passée a sondit hotel par le sieur Marcelier[5] avocat en parlement qu’il auroit commis et subdelegué a cet effect le premier de 9bre suivant lesquels ouvrages ayant été publies tant aud. Briançon qu’en la presante ville suivant les certifficats de publication des 6, 11, 13 et 22 dudit mois d’octobre avec declaration que lad. adjudication seroit faite desd. ouvrages led. jour premier novambre pardevant led. sieur Marcelier auquel jour ledit sieur Marcelier ayant de nouveau fait proclamer lesd. ouvrages au devant dudit hotel par De Bourges crieur juré dud. Grenoble et plusieurs personnes y estant entrées elles auroient fait des offres au rabais lesquelles ne s’estant pas treuvees asses avantageuses apres plusieurs chandelles eteintes l’une apres l’autre led. sieur Marcelier auroit renvoyé laditte adjudication au dixième janvier dernier depuis lequel temps ayant été jugé a propos de faire dresser par le sieur Robelin ingenieur du Roy a Briancon des nouveaux devis plans et profils desd. ouvrages il y auroit satisfait duquel devis la teneur s’ensuit :

Devis et conditions que seront obliges de suivre ceux qui se rendront entrepreneur pour la construction de l’eglise parroissialle et maison curiale, du canal en pierre de taille pour le cours des eaux et du pavé dans les rues ordonné de faire a Briançon le tout conformement aux desseins des plans, et elevations de coupes et profils et suivant les mesures qui en seront données lesquelles ils suivront et observeront exactement sans en rien augmenter ny diminuer de tout l’ouvrage que par ordre de monsieur l’Intendant ou de l’ingenieur qui en aura la conduite

Ier

La demolition des bastiments qui seront indiques pour former la place de l’eglise et maison curiale sera faicte de fond en comble et les meilleurs materiaux seront mis a part pour estre employés dans la construction de l’eglise, en cas qu’ils soient treuvez de bonne qualité. Tous les decombres et immondices seront transportees dehors des portes de la ville au pied des glacis aux endroits qui seront marques par l’ingenieur de la place lesd. demolitions et netoyements de la place seront faits aux dépans des entrepreneurs, moyenant quoy ils auront a leur profit les materiaux qui en proviendront comme aussy ceux de l’ancienne eglise et il leur sera precompté sur le prix de leur rabais la somme de deux mil livres a laquelle a été extimée la valeur des debris desd. maisons

2

Materiaux de demolition

Tous les materiaux provenant de demolitions des maisons et autres bastiments pour la place de l’eglise et maison curiale comme bois de charpente, ardoises des couvertures, les fers et plombs gros et menus qui tiennent a un clou, les pierres de moilons et pierres de taille tant des maisons a demolir que celles que l’on a enserréés[6] des debris de l’ancienne parroisse generalement tous lesd. materiaux et autres seront au proffit des entrepreneurs et aux usages qu’ils voudront les employer ailleurs a leur gré mais dans la construction de l’eglise et maison curiale on n’y employera que les materiaux qui seront reconnus de bonne qualité et des conditions dites cy apres scavoir les bois de charpente comme chevrons, pennes et arbalestiers et autres pièces qui se treuveront des longueurs et grosseurs et de bois sein sans fausse mortoise ou fausse entaille, les entrepreneurs pourront les faire employer dans la construction de la charpente pour la maison curiale les ardoises entieres comme celles qui seront ecornéés en les faisant recouper a l’équairre sur leur hauteur pour en oster l’écornure moyenant que l’ardoise ait encore six pouces en largeur et non au dessous pourront être employéés a la couverture de la maison curiale en premier lieu et s’il se treuvoit des ardoises au dela que lad. couverture en peu contenir l’on fera choix des meilleures pour être employéés a la couverture en apentis au dessus des chambres des sacresties et il n’en sera employée pas une autre a la couverture du grand comble de l’eglise et clocher des tours que celles qui proviendront des carrieres dites cy apres articles 25 et 26

Les gros quartiers de pierre dure faisant forme de libage pourront etre employes dans les fondations pour premiere assise des murs sur toutes les longueurs et epaisseurs a bein de mortier et non autrement, et les pierres dit moilons, generalement tous les gros moilons de pierre dure pourront estre employes dans l’interieur de la maçonnerie et non en parement des plus gros murs en fondation, les moilons faisant parement devront etre de pierres vives nouvellement tirées des carrieres aux environs de Briançon afin que y entrant de pierres neuves en partie la maçonnerie se treuve en estat de faire une meilleure liaison.

Les pierres de taille tant celles qui se treuveront dans les bastiments que celles de l’ancienne parroise generalement toutes qui pourront souffrir l’epreuve du gros marteaux et les parements reblanchis a la boucharde pourront etre employées aux endroits convenables pour la construction de l’eglise et maison curiale moyenant que lesd. pierres de taille ayent les longueurs les lits joints et auteurs qu’il est dit cy apres aux articles ou il est fait mention de la pierre de taille ; les pierres de taille qui n’auront peu soufrir l’epreuve du marteau ou se rompant ou se fendant par des delits de même celles qui sonneront le pot ou le pourry seront achevées de rompre en gros morceaux pour servir de moilons si la pierre est dure dans le millieu des gros murs en fondation et non autrement.

Les vieux mortiers, les platras et les roquilles jusques a la grosseur du poing seront rejettees comme materiaux inutiles et pernicieux et seront transportes avec tous les decombres hors de la ville comme il a ête dit cy dessus

Il ne sera pas non plus permis aux entrepreneurs d’employer pour la construction de l’eglise et maison curiale le sable que l’on tire ordinairement des demolitions de murs comme tres dangereux en fait de bastiment cependant passé en usage pour la plus par des particuliers par abus et par avarice mais le sable qui sera reconnu d’asses bonne qualité et passé a la fine claye pourra être employé pour servir de plate forme au pave en pierre de taille ou pave ordinaire tant celuy de l’eglise que celuy que l’on doit faire dans les rues de la ville estant tres bon pour ces usages

Les entrepreneurs ne pourront entreposer les materiaux de demolition et autres qu’aux endroits indiques par l’ingenieur de la place pour ce qui regarde la fortification et par messieurs de ville pour ce qui regarde les dedans de la ville de plus il ne sera pas permis aux entrepreneurs de fonder en partie pour l’employ de leurs materiaux s’ils ne sont pas en état de continuer tout le circuit de l’église immediatement apres au mesme niveau de trois en trois pieds de hauteur il en soit fait de même pour la maison curiale

Au surplus il sera permis aux entrepreneurs de faire de breches dans le parapet des bastions 18 et dresser un pont pour le transport et passage de leurs materiaux aux conditions de reparer bien les breches immediatement apres leur ouvrages fait.

[…]

Thèmes abordés :
– Récupération
– Tri
– Modalités de sélection
– Stockage
– Traitement des matériaux récupérés
– Remplois sélectifs
– Répartition des matériaux neufs et vieux
– Valeur des matériaux récupérés
– Bois
– Pierre
– Plâtras
– Gravats
– Métaux
– Ardoises de couverture
– Sable
– Mortier

[1] Isaac Robelin (1660-1728), ingénieur du roi formé par Vauban, fils de l’ingénieur militaire Isaac Robelin (1631-1709), également collaborateur de Vauban.

[2] Étienne-Jean Bouchu (23 septembre 1655-27 octobre 1715), marquis de Sancergue et de Lessart, baron de Loisy et de Pont-de-Vesle, intendant du Dauphiné de 1686 à 1705, intendant du Dauphiné et des armées d’Italie, conseiller d’État en 1702.

[3] Jean-Guy Basset (12 février 1635-10 mai 1724),pPremier président du bureau des finances de la généralité de Grenoble de 1691 à 1724, subdélégué général dans la généralité de Dauphiné, en l’absence de l’intendant Bouchu, par commission du roi de France du 14 janvier 1702. Voir Laurent Perrillat, Notes complémentaires au Dictionnaire des magistrats du sénat et de la chambre des comptes de Savoie (1559-1848), par L. Perrillat et C. Townley, Chambéry, 2018. 2019. halshs-02061599.

[4] Aucun renseignement n’a été trouvé sur ce personnage lors de la rapide recherche qui a été menée à partir des indications données par nos sources.

[5] François Marcelier, avocat au Parlement du Dauphiné chargé par Louis XIV de la rédaction des 35 volumes de l’Inventaire des titres de la chambre des comptes du Dauphiné, entre 1688 et 1706. François Marcellier, auteur de l’Inventaire général des titres qui sont dans les archives de la Chambre des comptes de Grenoble, réalisé sur ordre du roi du 19 juin 1688. Subdélégué de l’Intendant à Gap.

[6] Sans doute pour « enterrées ». Nous savons que ces pierres ont été enterrées par un texte de 1693 (Archives communales de Briançon, DD 104) dans lequel les consuls de la ville expliquent que « désirant d’obvier à la perte et dépérissement des pierres qui sont restées dudit démolissement tant de celles qui sont taillées que des brutes dont il en a esté enlevé une partie ladicte année précédente nous avons faict enterrer toutes les pierres taillées que nous avons encores trouvé existantes sur le sol de ladicte église dans un champ inférieur appartenant à la cure dudit Briançon ».

Réfection des remparts de la ville de Carpentras avec des pièces et des clous de charrettes (1380 et 1384)

Carpentras (Vaucluse), 1380 et 1384.

Les extraits des comptes de la communauté de Carpentras présentés font état d’achats de fournitures nécessaires à la réfection de plusieurs portes de la cité : celle dite de Monteux, à l’ouest de la ville, celle dite de Mazan, à l’Est, et celle dite de Notre-Dame du Grès, au Sud. Ils interviennent dans une période troublée qui voit, devant la menace que les routiers font peser sur les états pontificaux, nombre de villes et de villages se doter de remparts. Ceux de Carpentras, débutés en 1357, ne furent achevés qu’en 1392.

Le premier compte présenté (texte A), rédigé par le notaire Guillaume de Prada[1], est celui des dépenses effectuées par l’un des élus (syndic) de la communauté, Véran Margarite, en charge des travaux à faire en 1380. Dans le cadre de cette campagne de réparation, nous voyons le syndic acheter à diverses reprises des pièces récupérées sur des charrettes : « vieux clous de charrette » ou « vieilles bandes de charrette » qui servent à réparer des pont-levis. Sur une quinzaine de jours environ, entre le 19 mai et le 2 juin 1380 ce ne sont pas moins de 11 achats de pièces de charrettes usagées qui se trouvent consignées, contre un seul concernant du fer neuf, en dehors de la fourniture de quelques serrures. Loin d’être anecdotique, cet approvisionnement revient au total à 13 livres 19 sous et 8 deniers soit l’équivalent de 25 jours de salaire d’un des maîtres charpentiers employés sur ce même chantier (7 sous) et de 44 jours de rémunération d’un simple manœuvre (4 sous). Le nombre de clous livrés n’est pas toujours précisé et l’on ne peut que relever un minimum de 402 pièces pour une centaine (101) bandes de charrette. Ces « bandes » (benda) de charrette sont sans doute des bandes métalliques clouées à l’origine sur la circonférence des roues ; le terme provençal bendar désignant l’action d’embattre une roue. La destination première de ces bandes nécessite qu’elles soient « redressées » pour s’adapter à leur nouvel usage, tâche dont s’acquitte, par exemple, le forgeron Cortosii le 2 juin.

On peut imaginer que c’est l’urgence des travaux qui conduit à employer ces bandes et ces clous de charrettes mais leur nombre et le fait qu’aucune bande neuve ne soit mentionnée laisse à penser que ce type de reconversion ou de changement d’usage était peut-être assez courant.

Ces extraits de compte permettent aussi de constater que parmi les fournisseurs se trouvent deux forgerons, un charron, un charretier et la femme d’un second charretier soit, pour la moitié des professionnels en lien étroit avec la fabrication des charrettes ou le transport.

Le second compte dont provient la série d’extraits suivante (Texte B) est de deux ans postérieure. Le contexte des travaux est le même et, là encore, bandes et clous de charrettes sont remployés dans le bâtiment. Les précisions portées alors permettent toutefois de mieux cerner la valeur des pièces métalliques fournies dans la mesure où les poids sont plus systématiquement donnés, accompagnés de tarifs unitaires. Nous observons ainsi que les bandes et clous récupérés sont marchandés (ad forum) entre environ 6 deniers et 8 deniers 2/3 la livre, alors que d’autres pièces métalliques, non désignées comme « vieilles » sont vendues de 21 à 24 deniers la livre soit entre 2,4 et 4 fois plus cher. Il est à noter que, dans certains cas, les bandes de charrette ne sont pas qualifiées de « vieilles » mais les prix indiqués et le fait qu’elles puissent être (21 juin) évaluées au même tarif que de vieux clous ne laisse pas de doute sur le fait qu’elles soient de seconde main.

Notons également que le redressement des bandes peut faire l’objet d’un marché indépendant, confié à un forgeron au tarif, comme constaté dans le compte précédent, de 2 deniers la barre. Avec un prix moyen d’environ 20 à 52 deniers par bande, d’après les achats mentionnés, le surcoût du redressement atteint entre environ 4 (3,8) et10 % du prix d’achat.

Texte A : Bibliothèque Inguimbertine, Archives communales de Carpentras, CC 160, fol 8-10.

Texte B : Bibliothèque Inguimbertine, Archives communales de Carpentras, CC 162, fol 23v-26.

Texte A :

[fol 8]

Et primo, anno domini Mo CCCo octuagesimo et die XIX mensis madii, solvit realiter dictus Veranus Margarite alias Ayme de Carpentoracti, sindicus universitatis Carpentoractis, in presencia mei Guillermi de Prada, publici apostolica auctoritate notarii ac scribe negociorum universitatis predicte, et testium subscriptorum : Johanni Suzanne de Carpentoracti pro precio tresdecim duodenarum clavorum antiquorum quadrige ab ipso hodie habitorum pro reparando pontem levaticium portalis de Montilio et clavando bendas ferreas dicti pontis quinque grossos et medium, valentes XI sol.

Presentibus Guillermo Nicholay, cultore, et Petro Boveti, clerico, habitatoribus Carpentoractis, testibus ad premissa.

Item solvit ipso die Philippoto Bertrandi, fabro, pro precio quatuor duodenarum similium clavorum ab ipso, ipsa causa, habitorum, unum grossum et medium, valent III s.

Presentibus Petro Panayrerii et Petro Boveti.

[…]

[fol 8v]

Item solvit dicto die Moneto Guilhelmini, roderio, pro precio octo bendarum antiquarum quadrige ponderantium trigintatres libras, et quatuor duodenarum et medio clavorum antiquorum quadrige ab eodem Moneto habitarum pro ponte predicte, novem grossos, valent XVIII s.

Presentibus Petro Boveti, clerico, et Duranto Symoni.

[…]

[fol 9]

Item, solvit realiter, die XXV mensis madii, Jacobo Giraudi de Carpentoracte, pro precio duodecim bendarum antiquarum quadrige et certe quantitatis clavorum antiquorum quadrige ab ipso emptarum et habitarum pro ponte levaticio portalis de Masano, vigintiduos grossos – valentes II £ IIII s.

Presentibus, Guillermo Bertrandi et Petro Boveti, clerico, et Isnardo Corpatassii.

Item, solvit realiter, die XXIX mensis madii, Jacobe uxori Gauterii, carraterii, pro precio sexdecim librarum clavorum antiquorum quadrige ab ipse habitarum pro ponte levaticio reducti portalis Beate Marie, quatuor grossos – valent VIII s.

Presentibus, Petro Pietavis, de Carpentoracte, et Petro Boveti, clerico.

Item, solvit realiter, dicto die, Guioneto Francisci de Carpentoracte, pro precio tresdecim bendarum antiquarum quadrige ab ipso habitarum pro ponte levaticio portalis de Masano, duodecim grossos – valent I £ IIII s.

Presentibus, Bertrando Laugerii et Petro Pellicerii alias Cabrici.

[…]

[fol 9v]

Item, solvit realiter, die ultima madii, Guilhelmino, carraterio Mathey de Laura, pro precio duodecim bendarum antiquarum quadrige et clavorum ab ipso habitarum pro ponte levaticio portalis de Masano, vigintiduos grossos – valentes II £ IIII s.

Presentibus, Petro de Serris et Petro Boveti.

Item, solvit realiter, die prima junii, Bertrando Marini, pro precio centum quinquaginta clavorum antiquorum quadrige ab ipso habitorum pro ponte predicto, duos grossos – valent IIII s.

Presentibus, Petro Boveti, clerico, et Raymundo Vabassuti alias Del Gorc.

[…]

Item, solvit realiter, ipso die, Georgio De Archa, pro precio duo decem <et novem> bendarum antiquarum quadrige et clavorum ab ipso habitorum unius quadrige ab ipso habitarum et habitorum pro ponte portalis de Masano, duos florenos et decem grossos – valentes III £ VIII s.

Presentibus, Petro Boveti, clerico, et Johanne Floraudi.

[fol 10]

Item, solvit realiter, dicto die, Bertrando Marini, pro precio duodecim bendarum antiquarum quadrige et clavorum duarum rotarum ab ipso habitorum pro dicto ponte levaticio portalis de Masano, sexdecim grossos – valent I £ XII s.

Presentibus, Siffredo Alziassii et Petro Boveti.

Item, solvit realiter, die II mensis junii, Gobino Cortosii, fabro, pro precio novem bendarum ferri quadrige antiquarum ab ipso habitarum pro ponte predicto et per eum adreyssatarum, unum florenum de regina valet I £, III s., VIII d.

Presentibus, Guillermo [2 mots non lus] et Petro Boveti.

Item, solvit realiter, dicto die, Perrino Fabri alias Gros Nas, pro duobus ligaminibus ferri novis per eum, de suo proprio ferro, factis pro contrapondere brachiorum dicti pontis, et pro duabus duodenis clavorum magnorum quadratorum ad opus dicti contraponderis, novem grossos et medium – valent XIX s.

Presentibus, Petro Pretavis et Petro Boveti.

[…]

Proposition de traduction du texte A :

[fol 8]

Et premièrement, l’année du Seigneur 1380 et le 19e jour du mois de mai, ledit Véran Margarite, alias Ayme, de Carpentras, syndic de la ville de Carpentras, a payé en présence de moi, Guillaume de Prada, notaire public et apostolique ainsi que scribe des affaires de la ville susdite, et des témoins souscrits, à Jean Suzanne de Carpentras, pour le prix de 13 douzaines de vieux clous de charrette, reçues ce jour de celui-ci pour réparer le pont-levis du portail [dit] « de Monteux » et clouer les bandes de fer dudit pont, 5 gros et demi – valant 11 sous.

Présents, Guillaume Nicholay, cultivateur, et Pierre Boveti, clerc, habitants de Carpentras, témoins de ce qui précède.

De même, il a versé, ce jour, à Philippot Bertrandi, forgeron, pour prix de 4 douzaines de ces mêmes clous, reçues de celui-ci, pour la même cause, 1 gros et demi, valent 3 sous.

Présents, Pierre Panayrerii et Pierre Boveti.

[…]

[fol 8v]

De même, il a versé, ledit jour, à Monet Guilhelmini, charron, pour prix de 8 vieilles bandes de charrette pesant 33 livres, et pour 4 douzaines et demi de vieux clous de charrette reçues de ce même Monet, pour le pont susdit, 9 gros – valant 19 sous.

Présents, Pierre Boveti, clerc, et Durand Symoni.

[…]

[fol 9]

De même, il a réellement payé, le 25e jour du mois de mai, à Jacques Giraudi de Carpentras, pour le prix de 12 vieilles bandes de charrette et une certaine quantité de vieux clous de charrette achetées et et reçues de celui-ci pour le pont-levis du portail de Mazan, 22 gros – valant 2 livres 4 sous.

Présents, Guillaume Bertrandi et Pierre Boveti, clerc, et Isnard Corpatassii.

De même, il a réellement payé, le 29e jour du mois de mai, à Jacobe épouse de Gautier, charretier, pour prix de 16 livres de vieux clous de charrette reçues de celui-ci pour le pont-levis [à l’écart ?] du portail Notre-Dame, 4 gros – valent 8 sous.

Présents, Pierre Pietavis, de Carpentras, et Pierre Boveti, clerc.

 

De même, il a réellement payé, ledit jour, à Guyonnet Francisci de Carpentras, pour prix de 13 vieilles bandes de charrette reçues de celui-ci pour le pont-levis du portail de Mazan, 12 gros – valent 1 livre, 4 sous.

Présents, Bertrand Laugerii et Pierre Pellicerii alias Cabrici.

[…]

[fol 9v]

De même, il a réellement payé, le dernier jour de mai, à Guillemin, charretier de Mathieu de Laura, pour prix de 12 vieilles bandes de charrette et des clous reçus de ce dernier pour le pont-levis du portail de Mazan, 22 gros – valant 2 livres 4 sous.

Présents, Pierre de Serris et Pierre Boveti.

 

De même, il a réellement payé, le premier jour de juin, à Bertrand Marini, pour prix de 150 vieux clous de charrette reçus de celui-ci pour ledit pont-levis, 2 gros – valent 4 sous.

Présents, Pierre Boveti, clerc, et Raymund Vabassuti alias Del Gorc.

[…]

De même, il a réellement payé, ce jour, à Georges De Archa, pour prix de 19 vieilles bandes de charrette et les clous d’une charrette reçues et reçus de cleui-ci pour le pont du portail de Mazan, 2 florins et 10 gros – valant 3 livres 8 sous.

Présents, Pierre Boveti, clerc, et Jean Floraudi.

[fol 10]

De même, il a réellement payé, ledit jour, à Bertrand Marini, pour prix de 12 vieille bandes de charrette et les clous de deux roues reçus de celui-ci pour le pont-levis du portail de Mazan, 16 gros – valent 1 livre, 12 sous.

Présents Siffrein Alziassii et Pierre Boveti.

De même, il a réellement payé, le 2e jour de juin, à Gobin Cortosii, forgeron, pour prix de 9 vieilles bandes de fer de charrette reçues de celui-ci pour le pont susdit et redressées par lui, 1 florin de la reine, vaut 1 livre, 3 sous, 8 deniers.

Présents, Guillaume [2 mots non lus] et Pierre Boveti.

De même, il a réellement payé, ledit jour, à Perrin Fabri alias Gros Nas, pour deux liens de fer neuf fabriqués par lui de son propre fer pour le contrepoids des flèches (bras) dudit pont, et pour 2 douzaines de grands clous carrés (?) pour ledit contrepoids, 9 gros et demi – valent 19 sous.

Présents, Pierre Pretavis et Pierre Boveti.

[…]

Texte B :

[fol 23v]

Item, [le 7 juin 1384] solvit plus eidem Poncio pro sex bendis antiquis quadrige et quadam quantitate clavorum quadrige ponderantibus quinquagintaquatuor libras, ab ipso habitur pro pontis levaticiis portalium, ad forum trium florenorum pro quintali, decem nonem grossos et medium – I £ XIX s.

Presentibus, Petro Boveti, clerico, et Petro Chaulenqui alias de Fobiis.

[…]

fol 24v

Item, solvit dictus Paulus, sindicus, die XVIII junii, Syffredo Borriani famulo Guillermi Estornelli, pro precio septem librarum clavorum palmares[iorum], ab ipso per dictum Poncium, fusterium, pro causa predicta receptarum, ad forum vigintiunius denariorum pro libra – XII s. III d.

Presentibus, dictis Raymundo Brocheti, Poncio Cornesii et Raymundo Latilis.

[…]

Item, solvit, ipso die, Arnulpho Fornerii, carraterio, pro precio septem bendarum antiquarum quadrige ponderantium vigintiquatuor libras, ad forum sex denariorum pro libra – XII s.

Et pro duodecim libris clavorum antiquorum quadrige, ad forum septem denariorum pro libra que dimidia recepta fuerunt pro ponte levaticio portalis de Montilio – VII s.

Presentibus, Hugone Curelli, fusterio, Bermundo Brocheti et Raymundo Latilis

[…]

[fol 25v]

Item, solvit dicto die [18 juin], presentibus quibus supra, Stephano Juliani, fabro, pro duobus mandris ferri per eum factis pro contrapondere pontis levaticii portalis de Montilio ponderantibus vigintitres libras, ad forum duorum solidorum pro libra – II £ VI s.

Item, pro adreyssando quinquagintaunam bendas ferri quadrige pro pontibus levaticiis, quatuor grossos et unum duplicem, valent VIII s. II d.

Item solvit, dicto die, Moneto Guilhelmini, roderio, pro precio septem bendarum ferri quadrige ponderantium trigintaunam libras, ab ipso emptarum et habitarum pro pontibus supradictis septem gross. et medium, valent XV s.

Presentibus, Raymundo Latilis et Jacobo Jacobi.

fol 26

Item, solvit die XX mensis junii Giraudo Ruffi, pro precio octo bendarum quadrige ponderantium vigintiocto libras, ad forum octo denariorum pro libra, ab ipso emptarum et habitarum pro pontibus portalium, novem grossos et tercium grossi valent – XVIII s. VIII d.

Item, solvit, die XXI junii, eidem Giraudo Ruffi, pro pretio quinque bendarum ponderantium vigintisex libras et pro IIII libris clavorum antiquorum quadrige a dicto Giraudo emptarum et receptarum, ad forum octo denariorum pro libra – I £

Presentibus Stephano Juliani et Raymundo Barati.

Item, solvit ipso die Stephano Juliani, fabro, pro adreyssando duodecim bendas, unum grossum, valet –  II s.

Proposition de traduction du texte B :

[fol 23v]

De même, il a de plus versé à Pons, pour 6 vieilles bandes de charrette et une quantité de clous de charrette pesant 54 livres, reçue de celui-ci pour les ponts-levis des portails, au marché de 3 florins par quintal, 19 gros et demi – 1 £ 19 s[2].

Présents, Pierre Boveti, clerc, et Pierre Chaulenqui alias de Fobiis.

fol 24v

De même, ledit Paul, syndic, a payé le 18e jour du mois de juin, à Siffrein Borriani, serviteur de Guillaume Estornelli, pour prix de 7 livres de clous palmares[3], reçues de celui-ci par ledit Pons, charpentier, pour les choses susdites, au marché de 21 deniers la livre – 12 s. 3 d.

Présents, lesdits Raymund Brocheti, Pons Cornesii et Raymund Latilis.

[…]

De même, il a versé, ce jour, à Arnoux Fornerii, charretier, pour prix de 7 vieilles bandes de charrette pesant 24 livres, au marché de 6 deniers par livre – 12 sous.

Et pour 12 livres de vieux clous de charrette, au marché de 7 deniers par livre, dont la moitié reçue furent [sic] pour le pont-levis du portail de Monteux – 7 sous.

Présents, Hugues Curelli, charpentier, Bermond Brocheti et Raymund Latilis

[…]

[fol 25v]

De même, il a versé ledit jour [18 juin], en présence des personne ci-dessus, à Étienne Juliani, forgeron, pour deux axes de fer pesant 24 livres, faits par lui pour le contrepoids du pont-levis du portail de Monteux, au marché de 2 sous par livre – 2 £ 6 s.

De même, pour redresser 51 bandes de fer de charrette pour les ponts-levis, 4 gros et un double, valent 8 s. 2 d[4].

 

De même, il a versé ledit jour à Monet Guilhelmini, charron, pour prix de 7 bandes de fer de charrette pesant 31 livres, achetées et reçues de lui pour les ponts susdits, 7 gros et demi, valent 15 s[5].

Présents, Raymund Latilis et Jacques Jacobi.

fol 26

De même, il a versé le 20e jour du mois de juin à Gérard Ruffi, pour prix de 8 bandes de charrette pesant 28 livres achetées et reçues de lui pour les ponts des portails, au marché de 8 deniers par livre, 9 gros et un tiers de gros, valent – 18s. 8 d.

De même, il a versé, le 21 juin, à Gérard Ruffi, pour prix de 5 bandes pesant 26 livres et pour 4 livres de vieux clous de charrette achetées et reçues dudit Gérard, au marché de 8 deniers la livre – 1 £

Présents, Étienne Juliani et Raymund Barati.

De même, il a versé ce jour à Étienne Juliani, forgeron, pour redresser 12 bandes, 1 gros, vaut – 2 s.

Thèmes abordés :
– Changement de destination des éléments remployés
– Fer
– Clous
– Commerce de seconde main
– Acteurs du commerce
– Pont-levis
– Transformation des matériaux récupérés
– Prix du matériau vieux par rapport au neuf
– Coût de la transformation

[1] Ce notaire nous est également connu par un registre de minutes à son nom conservé dans les Archives départementales de Vaucluse pour les années 1380-1383 (AD84, 3 E 26/55).

[2] Les indications données permettent d’évaluer la livre à 8 deniers 2/3 pour un quintal de 100 livres et un florin à 24 sous.

[3] Il s’agit d’un type de clou dont les dimensions et le poids nous échappent.

[4] Les chiffres indiqués permettent d’évaluer  le coût de redressement de chaque barre à environ 2 deniers (1,9).

[5] Les chiffres indiqués permettent de restituer un prix de la livre à environ 6 deniers (5,8).