Séverine Blin, “Remploi d’un mausolée dans une maçonnerie antique, un exemple de récupération durant l’Antiquité (Brumath)”

La fouille d’une habitation romaine découverte dans le centre de l’agglomération antique de Brumath (Brocomagus, capitale de cité des Triboques) a permis de mettre au jour en 2003 les vestiges encore conservés en élévation d’une cave. Datés des années 180-250 ap. J.-C., ils correspondent à la dernière phase d’occupation de cette maison. Les maçonneries de type mixte étaient composées presque exclusivement de remplois : arases de brique constituées d’éléments de toiture (tegulae et imbrices) et moellons issus du débitage de blocs en calcaire blanc.

Figure 1 : Maçonneries en brique et pierre et remplois en cours de démontage, fin du IIe siècle, Brumath 13 place du Château ©Archives SHABE.

Parmi les dizaines de fragments lapidaires utilisés en remploi, on distingue des éléments architecturaux, inscrits ou sculptés, qui constituent un ensemble homogène techniquement (dimensions, matériaux, techniques de taille, etc.) et stylistiquement (motifs et compositions ornementales). Ils correspondent à un mausolée construit au début du Ier siècle et permettent  de restituer son podium surmonté d’un petit édicule dans lequel se tenait l’effigie en ronde-bosse du défunt.

 

Cet exemple témoigne des phénomènes de remploi ou de recyclage des matériaux de construction et de la diversité de leur mise en œuvre durant l’Antiquité. Le démontage complet d’un monument funéraire du Ier siècle en vue de son remploi dès le IIe siècle, constitue, du moins pour l’instant, un exemple relativement rare.

Figure 2 : Photos d’une sélection de fragments et restitution du mausolée en calcaire blanc daté de la première moitié du Ier siècle, Brumath 13 place du Château © Clichés P. Disdier, dessin et DAO S. Blin, AOROC/CNRS-ENS-PSL.

 

Bibliographie :

BLIN, S. « Monuments funéraires et mausolées de Brumath ». In : SCHNITZLER, B. (éd.), Cat. d’exp. Brumath-Brocomagus, capitale de la cité des Triboques. Musées de la Ville de Strasbourg (Strasbourg 2015), p. 211-216.

 

Mots-clés : Monument funéraire, éléments d’architecture, sculpture, inscription, calcaire, terre cuite, habitat, cave, Brumath, Alsace, France.

Pour citer cet article : Séverine Blin, “Remploi d’un mausolée dans une maçonnerie antique, un exemple de récupération durant l’Antiquité (Brumath)”, in GDR ReMArch, 23/11/2020, https://remarch.hypotheses.org/570.

Véronique Brunet-Gaston, “Le remploi dans les blocs de caniveau des latrines du carré Jaude (Clermont-Ferrand)

Le remploi d’architecture dans les blocs de caniveau des latrines du carré Jaude à Clermont-Ferrand

Plan du carré Jaude (Clermont-Ferrand)

De nombreux remplois de blocs de pierre ont été observés lors de la fouille du carré Jaude à Clermont-Ferrand. Certains sont particulièrement ingénieux, utilisant la forme de la pièce remployée pour détourner son usage, comme ce bloc majeur, à savoir une vasque a deux pieds en dalle, remployée et retaillée en fontaine a escalier (peut-être parce qu’elle avait été cassée).


Vasque à deux pieds retaillée et remployée en fontaine a escalier

D’autres exemples montrent une généralisation des blocs en remploi, relevant certainement de l’opportunité.
La bordure du bassin est formée d’un puissant stylobate doté de colonnes, accolé à des latrines collectives. Les rigoles de ces latrines sont toutes creusées dans des blocs remployés. Les creusements sont tous de 20 cm de diamètre. Parmi les blocs les plus intéressants : une base (conservée sur 34 cm de haut pour 94 cm de diam.) à un tore conservé, orné d’une tresse, sur une plinthe ornée d’un rinceau.

 


Un linteau orné creusé d’une cavité de bourdon.


Les sièges des latrines eux-mêmes étaient supporté par des blocs de placage de base de pilastre en marbre

 

Bibliographie

Guy Alfonso et al. — Les espaces de cuisine d’un édifice public ou collectif d’Augustonemetum : Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Paris : Editions CNRS, 2013. (GALLIA. CNRS 0016-4119 ; 70/1).

Véronique Brunet-Gaston, L’adaptation du modèle italique des « jardins » dans la Gaule romaine. Quelques exemples récemment fouillés en France, Archéopages, avril 2013 : es jardins, p. 10-17

 

Pour citer cet article : Véronique Brunet-Gaston, “Le remploi dans les blocs de caniveau des latrines du carré Jaude (Clermont-Ferrand), in GDR ReMArch, 06/07/2020, https://remarch.hypotheses.org/516.

Haude Morvan, “Les remplois de la cathédrale de Pise (Pise, Italie)”


Cathédrale de Pise, porte des chanoines (côté occidental du bras sud du transept), avec remplois d’éléments architecturaux antiques. Cliché : Haude Morvan.

Dans l’Italie médiévale, Pise est une des plus grandes puissances, jusqu’à sa conquête par Florence en 1406. La cathédrale est reconstruite entre 1064 et le milieu du XIIe siècle en utilisant un grand nombre de remplois. Il s’agit surtout d’éléments architecturaux provenant de monuments antiques, mais aussi d’œuvres islamiques prises aux Sarrasins et d’éléments sculptés provenant de l’ancienne cathédrale (on trouve notamment des fragments de clôture de chœur enchâssés dans le parement du nouveau chevet).
Les remplois antiques sont porteurs d’un discours bien spécifique, explicité par les inscriptions en façade et par la littérature contemporaine. Comme le racontent les inscriptions en façade, la cathédrale a été reconstruite grâce au butin pris aux Sarrasins lors de victoires des Pisans en Méditerranée (en Sicile, Sardaigne, et Afrique du Nord). Les Pisans se comparent aux citoyens romains, vainqueurs des Carthaginois. Dans ces mêmes décennies où la cathédrale est reconstruite, la ville, qui était sous contrôle de l’archevêque, passe progressivement au régime communal. Les magistrats de la commune s’inspirent des institutions antiques romaines, et prennent par exemple le titre de « consuls ». Les remplois antiques participent donc d’un discours qui fait de Pise la nouvelle Rome. Si la plupart des éléments architecturaux proviennent de monuments antiques de Pise, des chapiteaux provenant des thermes de Caracalla à Rome ont été achetés pour l’intérieur de l’église, ce qui montre bien la volonté de s’approprier le prestige de Rome. Des citoyens pisans illustres sont par ailleurs comparés à de grandes figures de l’Antiquité romaine dans les inscriptions et dans la littérature. Ainsi, le premier architecte de la cathédrale, Buscheto, a été inhumé dans un sarcophage antique à strigiles inséré dans la façade terminée au milieu du XIIe siècle, et une inscription le compare à Ulysse et Dédale.
Parmi les remplois antiques, on trouve de nombreuses inscriptions utilisées dans le parement extérieur, qui proviennent vraisemblablement de monuments officiels qui étaient alors encore visibles à Pise. Elles n’ont pas été choisies au hasard, mais le plus souvent soigneusement taillées pour présenter des noms d’empereurs. Les remplois antiques dans la cathédrale de Pise ont en effet une signification supplémentaire : leur connotation impériale rappelle que Pise est une ville gibeline, c’est-à-dire fidèle à l’empereur germanique dans le conflit qui l’oppose au pape.


Cathédrale de Pise, tombe de l’architecte Buscheto en façade, incluant un sarcophage antique à strigiles. Cliché : Haude Morvan.


Cathédrale de Pise, chevet, remploi d’une inscription antique portant des noms d’empereurs. Source : M.M. Donato, ‘Costruita dai suoi cittadini’… (cf. biblio).

Les bâtisseurs de la cathédrale ont aussi très habilement copié des éléments antiques (chapiteaux, architrave, etc.), au point que la différence entre les décors remployés et les décors sculptés aux XIe et XIIe siècle est parfois très peu perceptible. Un sarcophage du IIIe siècle représentant un phare encadré de deux bateaux a été remployé à la verticale comme piédroit d’une fenêtre du chevet. Ce même motif est recopié en face, sur le campanile. Le choix du sarcophage n’est pas anodin : il fait référence à la puissance maritime de Pise, alors plate-forme commerciale et puissance militaire en Méditerranée.


Cathédrale de Pise, chevet. Deux chapiteaux: celui de gauche est du IIe siècle, celui de droite du XIe. Source : M.M. Donato, ‘Costruita dai suoi cittadini’… (cf. biblio).

 

Fiche rédigée par Haude Morvan, le 26/06/2020

Bibliographie
M.M. Donato, ‘Costruita dai suoi cittadini’. La cattedrale di Pisa: storie e domande intorno a un monumento (quasi) millenario, in Opera Nomina Historiae, n°8 (2013), p. 1-57 http://onh.giornale.sns.it/numero_8_2013.php

Pour citer cet article : Haude Morvan, “Les remplois de la cathédrale de Pise (Pise, Italie)”, in GDR ReMArch, 26/06/2020, https://remarch.hypotheses.org/485.

Laura Foulquier, “Remploi de fragments de chancel (cathédrale de Clermont-Ferrand)”

Fragments de chancel remployés dans la crypte de la cathédrale de Clermont-Ferrand

Fragment de chancel remployé dans la crypte de la cathédrale de Clermont-Ferrand. © Laura Foulquier.

En octobre 1855, Aymon Mallay, entreprend des travaux dans le chœur de la cathédrale de Clermont-Ferrand afin de procéder à la pose de l’autel et de grilles. Il dégage partiellement les bases de la crypte et de l’ancien chœur roman. Les fouilles sont limitées au niveau de la chapelle nord-ouest, tandis qu’une partie de la salle centrale est décaissée. Les fouilles prennent fin avant 1870 (MALLAY 1869 : 307-310). La crypte avait été comblée au milieu du XIIIe siècle. Ses fondations étaient constituées d’un certain nombre de blocs architecturaux ou sculptés antiques.

« L’appareil comporte de nombreux remplois de matériaux antiques, des fragments d’inscriptions comme celui remployé au bas du mur ouest de la chapelle nord-ouest, des fragments de colonnes, des morceaux de pierres moulurés (dans les fondations orientales du chevet en particulier faites de blocs énormes, posés presque sans mortier les uns sur les autres ; de très grandes pierres sont aussi remployées dans la pièce centrale ainsi que des pierres de moyen appareil alors qu’à l’intérieur du déambulatoire on trouve plutôt des moellons mal équarris et même cassés au marteau noyés dans des couches de mortier […] ».

En novembre et décembre 1908 et  mai et juin 1909, les fouilles menées par Henri du Ranquet et Georges Rupricht-Robert dégagent la salle centrale, ainsi que la partie orientale du déambulatoire, la chapelle sud-ouest, la chapelle sud-est, de manière partielle, et les courbes de trois chapelles hautes, précisant ainsi le plan de la crypte. Un an plus tard, un sondage effectué dans le déambulatoire gothique, côté sud, met au jour la courbe extérieure de la chapelle rayonnante sud-ouest et l’amorce de l’absidiole du bras sud du transept roman.

Par la suite, une campagne de restauration et divers aménagements ont lieu de 1946 à 1948. C’est à cette occasion que sont fixés au mur certains fragments de chancel extraits des murs.

Enfin, en 1999, de nouvelles interventions archéologiques débutent dans la crypte de la cathédrale, amenant une mise au point des différentes documentations antérieures et de nouvelles perspectives de recherches[1].

La crypte se compose d’une salle rectangulaire, dont la partie centrale est divisée en trois nefs voûtées d’arêtes, et d’un déambulatoire ouvrant sur des chapelles rayonnantes. Ces chapelles sont pourvues d’aménagements liturgiques qui présentent la particularité de réutiliser de nombreux fragments de chancels. Ces fragments, datés du IXe ou du Xe siècle, appartiennent aux installations liturgiques du chœur de la cathédrale préromane. Ils ont été réutilisés dans les maçonneries au XIIe siècle et au début du XIIIe siècle, lors des travaux d’aménagements de la crypte. Dans la chapelle nord-ouest, un autel comportant un certain nombre de fragments de chancel a été adossé contre le mur oriental. Deux piliers de chancel ont été également réutilisés comme montants pour la création d’une armoire liturgique ménagée dans le mur est de la chapelle. La réutilisation de ces fragments annihile tout souvenir de leur fonction primitive. Afin de tirer parti au mieux de ces éléments, les constructeurs n’ont pas hésiter à procéder à un certain nombre de modifications. Les évidements des entrelacs ont été comblés par du mortier de façon à obtenir une surface plane, barrée d’une profonde rainure pour faciliter l’insertion d’une étagère. Enfin, l’armoire était close par une fermeture à deux battants de bois. Ces fragments étaient donc devenus méconnaissables. La chapelle sud-est est partiellement comblée par les massifs de fondations gothiques, de sorte que seule la partie occidentale est aujourd’hui accessible. Deux fragments sculptés d’entrelacs, retaillés, sont réutilisés pour faire fonction de fenestella.

Dans le mur est, une niche de forme rectangulaire est ménagée et présente deux fragments sculptés d’entrelacs.

Une disposition analogue s’observe dans le mur nord, où une niche comporte également un fragment sculpté d’entrelacs.

La paroi nord de la chapelle sud-ouest (VI) offre une grande niche de forme rectangulaire, dont le fond était constitué d’une plaque sculptée d’entrelacs dont ne subsiste que l’empreinte en négatif. Une seconde empreinte en négatif est visible sur la paroi du montant est. Ces fragments de chancel avaient donc été réutilisés sans tenir compte du décor. La réutilisation est strictement pragmatique. Un fragment sculpté d’entrelacs est en outre réutilisé comme linteau de la porte menant à la chapelle.

 

Notice rédigée par Laura Foulquier, juin 2020

 

Bibliographie

CHEVALIER Pascale, « La cathédrale de Clermont-Ferrand : la crypte, dans Congrès Archéologique de France », 158e session, Basse-Auvergne, Grande Limagne, 2000, Paris, Société française d’archéologie, 2003, pp. 135-140.

FOULQUIER Laura, Dépôts lapidaires, réutilisations et remplois (Antiquité-haut Moyen Âge). Pour une nouvelle approche de la christianisation et des sanctuaires de l’ancien diocèse de Clermont au Moyen Âge, Thèse de Doctorat, 2008.

MALLAY A. G., « De quelques découvertes faites en ces derniers temps à la cathédrale de Clermont », dans Semaine religieuse de Clermont, semaine du 30 octobre 1869, pp. 307-310.

PHALIP Bruno, « Clermont-Ferrand, Une cathédrale et un projet (VIIIe-XIIe siècle). Étienne II face à Godescalc », dans Materia y acción en las catedrales medievales (ss. IX-XIII), Gerona, Espagne, 2015, pp.126-144.

RANQUET Henri du, « Les fouilles du chevet de la cathédrale », dans Bulletin monumental, 73, 1909, pp. 311-316.

 

[1] Ces différentes campagnes de fouilles dirigées par Pascale CHEVALIER sont résumées dans « La cathédrale de Clermont-Ferrand : la crypte, dans Congrès Archéologique de France », 158e session, Basse-Auvergne, Grande Limagne, 2000, Paris, Société française d’archéologie, 2003, pp. 135-140.

Pour citer cet article : Laura Foulquier, “Remploi de fragments de chancel (cathédrale de Clermont-Ferrand)”, in GDR ReMArch, 18/06/2020, https://remarch.hypotheses.org/398.

Laura Foulquier, “Remploi d’une épitaphe (cathédrale du Puy-en-Velay)”

Remploi de l’épitaphe de Nonnius (Le Puy-en-Velay, Auvergne-Rhône-Alpes, France)

Remploi de l’épitaphe de Nonnius (Le Puy-en-Velay, Auvergne-Rhône-Alpes, France) © Laura Foulquier.

Dans le clocher, les six premières assises du chevet de la chapelle nord de la Cathédrale du Puy sont un empilement de blocs antiques. A trois mètres de hauteur, en couronnement de ce mur d’image, trois d’entre eux composent une inscription funéraire monumentale fragmentaire et partiellement masquée, dédiée à Nonnius (dimensions maximales conservées 63 x 388 cm). Trois lignes sont conservées. Magistrat vellave, il est décédé au sommet de sa carrière municipale dans la seconde moitié du IIe siècle ou au début du IIIe siècle (ILA, Vellaves, 16/1/7/25). Peut-être certains bas-reliefs en remploi aux alentours, ornaient-ils le monument funéraire, à la hauteur de l’ostentation du défunt.

Ces blocs étaient visibles au XVIe siècle. Étienne de Médicis atteste la présence d’inscriptions latines et de « pierres entaillées à l’antique » dans les édifices religieux de la ville. Il évoque cette inscription, alors partiellement visible. Puis cette épitaphe fut camouflée par des crépis, et redécouverte au XIXe siècle. Ces fragments furent dégagés en effet en 1856 à l’initiative d’Auguste Aymard : « […] Il fut possible de mettre au jour une très grande inscription en trois lignes, qui couronne, sur cette muraille, huit mètres carrés de bas-reliefs antiques, et dont une partie était cachée derrière un contrefort du clocher ».

[…] FERRARIARGVTVATER PRAEFECTVS
COLON[…]
[…]QVI ANTEQVAM HIC QVIESCOLIBEROSMEOS[…]
[…]VTROSQ VIDINONN FEROCEMFLAM IIV’IR’VMBIS[…]

[…adlector?] ferrariar(um) gutuater praefectus colon(iae) […]
[…] qui antequam hic quiesco, liberos meos […]
[…] utrosq(ue) uidi Nonn(ium) Ferocem flam(inem) IIu’ir’um bis […]

… receveur (?) des mines de fer, gutuater, préfet de colonie…, avant de reposer ici, j’ai vu… mes deux enfants… l’un des deux, Nonnius Ferox, flamine et deux fois duumvir

Transcription et traduction B. REMY (ILA, Vellaves, 16/1/7/25)

 

Notice rédigée par Laura Foulquier, le 18 juin 2020

 

Bibliographie

AYMARD Auguste, in Ann. soc. ag., sc., arts et comm. du Puy, XX, 1855-1856, pp. 543-577.

CIL, XIII, 1577.

MÉDICIS Étienne de, Chroniques d’ Étienne de Médicis, éd. par Auguste Chassaing, Le Puy-en-Velay, Société académique du Puy, 1865, t. I, p. 44 et 339.

RÉMY Bernard, Inscriptions Latines d’Aquitaine (I.L.A), Vellaves, Paris, De Boccard, 1995, 25 pp. 78-81.

Pour citer cet article : Laura Foulquier, “Remploi d’une épitaphe (cathédrale du Puy-en-Velay)”, in GDR ReMArch, 18/06/2020, https://remarch.hypotheses.org/394.

Laura Foulquier, “Remploi de deux stèles funéraires (église Saint-Laurent de Châtel-de-Neuvre)”

Remploi de deux stèles funéraires (église Saint-Laurent de Châtel-de-Neuvre; Auvergne-Rhône-Alpes ; France)

Façade occidentale de l’église Saint-Laurent de Châtel-de-Neuvre; Auvergne-Rhône-Alpes ; France. © Laura Foulquier.

Deux stèles funéraires sont réutilisées au niveau de la façade occidentale, de part et d’autre du tympan. Elles sont placées de part et d’autre du tympan. Le portail est dépourvu de toute décoration. Le choix de réutiliser des œuvres lapidaires au niveau des espaces d’accueil est fréquent. Architecture liminale, le portail marque la césure entre l’espace sacré et l’espace profane. De fait, très souvent, cet espace est scandé par l’écriture ou par l’image, autant d’apostrophes à celui qui s’apprête à pénétrer dans l’espace sacré. De la même façon, cet espace est bien alors souvent un espace de prédilection pour le remploi d’artefacts. Ces stèles ont été retaillées et présentent des personnages à mi-corps. Les reliefs sont très usés.

Détail des deux stèles funéraires. © Laura Foulquier

Le géographe du roi, Nicolas de Nicolaï, qui a sillonné la France au XVIe siècle afin de cartographier le royaume décrit ainsi les lieux :

« […] et sur le mont y a apparence de quelque grande antiquité, tant pour une ancienne mothe qui y est, que pour quelques vieilz fragmens de murailles qui s’y trouvent : mesmes à la porte de l’église se veoid un très antique chapiteau de l’ordre corinthien, faict du temps des Romains »[1].

Jean Ferault Daignet, topographe du duché de Bourbonnais, aurait vu au XVIIe siècle un temple encore en élévation dans le bourg de Châtel-de-Neuvre[2].

Les environs immédiats de l’église ont livré un certain nombre de vestiges antiques. M. Bertrand, membre titulaire de la Société d’Emulation de l’Allier, décrit ainsi les lieux en 1865 :

« Chatel-de-Neuvre, dont l’église est sur le sommet du côteau, au lieu-dit, de Saint-Marc, montre, presque adossé aux murs de l’édifice religieux, une butte artificielle […] ; on y trouve des tuiles à rebords, des fragments de poteries, des meules à bras, etc. »[3].

En 1906, des fouilles sont exécutées à l’occasion du nivellement de la butte artificielle décrite près de trente ans plus tôt par M. Bertrand :

« […] on découvrit quinze pierres de tailles, placées les unes à côté des autres, à plat, calées avec quelques moellons, et mises là comme contribution aux remblais. Quelques jours après, on en retrouva dix-huit autres, dans les mêmes conditions ; […] La majeure partie de ces matériaux sont de gros appareils et sont munis, au centre, d’entailles qu’en terme de construction on nomme : trous de louve, dans lesquels des cisailles s’introduisaient, afin de les monter à destination, avec une grue ou une chèvre »[4].

Un ou plusieurs édifices gallo-romains ont visiblement fait office de carrières de pierre pour la construction de l’église.

 

Notice rédigée par Laura Foulquier, le 18 juin 2020.

 

Bibliographie

BERTRAND M., « Découverte des ruines d’un grand édifice gallo-romain sur le point culminant du bourg de Chatel-Deneuvre (Allier) », dans BSEB, 14, 1906, pp. 215-226.

FOULQUIER Laura, Dépôts lapidaires, réutilisations et remplois (Antiquité-haut Moyen Âge). Pour une nouvelle approche de la christianisation et des sanctuaires de l’ancien diocèse de Clermont au Moyen Âge, Thèse de Doctorat, Université Blaise-Pascal, Clermont II, UFR Lettres et Sciences Humaines, 2008.

 

[1] Nicolas de NICOLAÏ, Description générale du Bourbonnais en 1569, Moulins Desrosiers, 1875, p. 85

[2] J. FERAULT DAIGNET, La topographie du duché de Bourbonnois, avec la carte dudict pays, desdié à monsieur Grangier, seigneur de Liverdy, conseiller et president pour le roy en sa court de parlement à Parys, par Jean Ferault Daignet, enquesteur en la seneschaulcée et siège présidial dudict pays, estably à Molins, Paris, BnF, Français 5402.

[3] M. BERTRAND, « Exploration archéologique de la rive droite de l’Allier », dans Bulletin de la Société d’Emulation du Bourbonnais, 1865, pp. 321-359, ici p. 356.

[4] M. BERTRAND, « Découverte des ruines d’un grand édifice gallo-romain sur le point culminant du bourg de Chatel-Deneuvre (Allier), dans Bulletin de la Société d’Emulation du Bourbonnais, 14, 1906, pp. 215-226, ici p. 220.

Pour citer cet article : Laura Foulquier, “Remploi de deux stèles funéraires (église Saint-Laurent de Châtel-de-Neuvre)”, in GDR ReMArch, 18/06/2020, https://remarch.hypotheses.org/390.

Laura Foulquier, “Remplois de deux plaques et d’un pilier ornés d’entrelacs (église Saint-Priest de Volvic)”

Remplois de deux plaques et d’un pilier ornés d’entrelacs (église Saint-Priest de Volvic ; Auvergne-Rhône-Alpes ; France)

Galerie méridionale du déambulatoire de l’église Saint-Priest de Volvic. © Laura Foulquier.

L’église Saint-Priest est l’un des grands chantiers limagnais entrepris au XIIe siècle. L’édifice est lié à l’épiscopat clermontois. Il est bâti par Avit, en souvenir de Priest, et abrite un temps les reliques de saint Austremoine, évangélisateur de l’Auvergne. L’église Saint-Priest est un édifice en grande partie remanié au XIXe siècle. Seul le chœur est roman. Il est composé de deux travées droites et d’un déambulatoire ouvrant sur trois absidioles semi-circulaires. On ignore quand ces éléments lapidaires ont été réutilisés dans les parties orientales de l’édifice.

Détail des pièces remployées. © Laura Foulquier.

 

Notice rédigée par Laura Foulquier, le 18 juin 2020.

 

Bibliographie

FOULQUIER Laura, Dépôts lapidaires, réutilisations et remplois (Antiquité-haut Moyen Âge). Pour une nouvelle approche de la christianisation et des sanctuaires de l’ancien diocèse de Clermont au Moyen Âge, Thèse de Doctorat, 2008.

ROUX Caroline, « L’église Saint-Priest de Volvic », dans Congrès archéologique de France, 158e session,  Basse-Auvergne, Grande  Limagne, Paris, Société française d’archéologie, 2003, pp. 427-435.

Pour citer cet article : Laura Foulquier, “Remplois de deux plaques et d’un pilier ornés d’entrelacs (église Saint-Priest de Volvic)”, in GDR ReMArch, 18/06/2020, https://remarch.hypotheses.org/386.

Laura Foulquier, Elise Nectoux, “Remploi de fronton et piédroits dans un porche (cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay)”

Fronton et piédroits remployés dans le porche du For de la cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay

Fronton et piédroits remployés dans le porche du For de la cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay. © Laura Foulquier

 

Juxtaposé à la cathédrale, le porche sud-est, dit du For, est de plan rectangulaire et s’ouvre au sud et à l’est par deux arcades richement décorées. Deux portes communiquent avec l’intérieur de la cathédrale, l’une ouvre sur le bras sud du transept, l’autre sur la chapelle sud du chœur. Cette dernière, dénommée « porte papale », est constituée de blocs antiques.

« Elle était destinée, dit-on, aux dignitaires ecclésiastiques lors des solennités exceptionnelles. La petite ouverture par où le public passe habituellement aujourd’hui existe de temps immémorial et fut, pendant bien des années, connue sous le nom de Porte papale. […] Du reste, la pierre qui couronne cette petite porte se recommande à l’attention des archéologues ; ils y reconnaîtront sans peine un fragment du VIIe siècle. C’est le fronton du cippe funéraire de l’évêque Scutaire, constructeur de la primitive église. Dans le tympan est gravé le monogramme du Christ et le nom même de celui à qui le monument est consacré ; puis au-dessous se lit l’invocation : PAPA VIVE DEO », rapporte Francisque Mandet (Mandet 1860 : 117-118).

Un bloc triangulaire en arkose est réutilisé comme fronton, il est supporté par deux piédroits cannelés, l’ensemble est surmonté d’une arcade en plein cintre, en remploi. L’arcade ornée de S alternativement droits et inversés, ponctués d’hastes, fait partie d’une série locale, antique, connue par son remploi dans la Cathédrale, au Baptistère Saint-Jean voisin, ou aux environs. Il s’agit d’ornements de toiture, faitage, rampants et acrotère, qui ont pu appartenir au sanctuaire in situ (Nectoux 2016 : 738-739). L’emplacement de l’arcature de la porte du For dans le monument initial n’est pas identifié avec précision. Les piédroits cannelés faisaient peut-être partie d’un monument plus vaste avant d’être installés dans cette porte, car le Baptistère Saint-Jean voisin remploie dans une baie de la façade sud, un troisième piédroit semblable, aux dimensions comparables.

Le fronton a une histoire complexe, ponctuée de trois temps forts, au moins : Antiquité, Antiquité tardive / Haut Moyen-Âge, période médiévale.

L’inscription extérieure, volontairement lisible, et notamment le mot « PAPA » a naturellement engendré un certain nombre d’interpolations (en témoigne le nom même de la porte, dite « papale »). On doit lire ici : « PÈRE, VIS EN DIEU ». « PAPA » désigne donc plus vraisemblablement l’évêque Scutaire dont le nom est marqué sur le fronton de part et d’autre du chrisme. Le revers de ce bloc, découvert en octobre 1847, a révélé une inscription beaucoup plus précoce : « ADIDONI ET AUGUSTO SEXTUS TALONIUS MUSICUS D S P P » (ILA, Vellaves, 16/1/7/22). Il s’agit d’une dédicace offerte par Sextus Talonius Musicus réunissant un dieu méconnu probablement local, Adidon, et un empereur vivant qui pourrait être Auguste. Elle atteste en Velay au début du Haut-Empire la pratique du syncrétisme religieux, si importante pour la romanisation des cités. Cette dédicace a fait l’objet d’une première réutilisation en recevant sur le revers une inscription en l’honneur de l’évêque Scutaire, puis d’une seconde réutilisation en étant insérée dans le mur du porche du For. Il ne s’agit donc pas d’une, mais de deux réutilisations. On doit sans doute attirer l’attention sur le fait que cette dédicace païenne soit précisément choisie pour faire office de dédicace chrétienne. La réutilisation s’apparente ici à une forme de conversion.

Cet ensemble s’inscrit dans une façade sud ornée d’autres remplois significatifs : des blocs de grand appareil arborant un trou de louve inutile, deux bas-reliefs dont l’un est situé à l’angle est, l’autre est aujourd’hui globalement masqué par l’emmarchement.

 

Notice rédigée par Laura Foulquier et Élise Nectoux, le 18 juin 2020

 

Bibliographie

FOULQUIER Laura, Dépôts lapidaires, réutilisations et remplois (Antiquité-haut Moyen Âge). Pour une nouvelle approche de la christianisation et des sanctuaires de l’ancien diocèse de Clermont au Moyen Âge, Thèse de Doctorat, Université Blaise-Pascal, Clermont II, UFR Lettres et Sciences Humaines, 2008.

FOULQUIER Laura, NECTOUX Élise, « La vie multiple des pierres. Les remplois antiques de la cathédrale du Puy-en-Velay à travers l’archéologie du XIXe siècle », dans Aedificare, 4, 2018, p. 219-252.

« Apport de l’étude des remplois à l’étude de la topographie urbaine », dans MEREL-BRANDENBURG Anne-Bénédicte, Le baptistère Saint-Jean au sein du groupe épiscopal du Puy-en-Velay, Turnhout, Brepols, 2018, p. 29.

MANDET Francisque, Histoire du Velay, Monuments historiques de la Haute-Loire et du Velay, Le Puy, 1860, VI, pp. 117-118.

NECTOUX Elise, Le Puy-en-Velay et la monumentalisation du Mont-Anis : de l’agglomération secondaire à la civitas nuova, dans Monumental ! La monumentalisation des villes de l’Aquitaine et de l’Hispanie septentrionale durant le Haut-Empire, actes du colloque de Villeneuve-sur-Lot, 10-12 septembre 2015, Aquitania, supplément 37/1, Bordeaux 2016, p. 723-748.

Pour citer cet article : Laura Foulquier, Elise Nectoux, “Remploi de fronton et piédroits dans un porche (cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay)”, in GDR ReMArch, 18/06/2020, https://remarch.hypotheses.org/333.

Aurélie Terrier, “Remploi d’un bloc provenant de la cathédrale dans la reconstruction du château d’Akerentia (Calabre – It)”

Remploi d’un bloc provenant de la cathédrale dans la reconstruction du château d’Akerentia (Calabre – It)

Remploi dans la reconstruction du château d’un élément lapidaire provenant de la cathédrale de la ville. Il s’agit d’un bloc en grès avec plusieurs traces de mortiers et sur lequel ont été sculptées en ronde-bosse les armoiries de l’évêque Agazio di Somma, évêque de la ville de 1659 à 1664. © Aurélie Terrier

 

L’intérêt de cet exemple réside dans le fait que la tradition orale voulait que les ruines qui surplombaient la ville fussent celles de l’ancienne cathédrale. Les études archéologiques et architecturales ont démontré sans équivoque qu’il s’agissait des vestiges du château. Retrouver un fragment provenant de ce dernier édifice en remploi dans les murs de l’église du château fut assez surprenant et a posé plusieurs questions.

Nous savons que d’après la visite épiscopale de 1659, l’évêque Agazio di Somma fait reconstruire le campanile de la cathédrale en ruine depuis le tremblement de terre de 1638. Or en 1674, un puissant séisme secoue la Calabre et détruit de nouveau la cathédrale et son clocher, ainsi que le palais épiscopal. Il ne fait aucun doute que ces séismes ont causé d’importants dégâts sur les autres bâtiments de la ville et notamment le château. Ainsi, retrouver un élément provenant de la cathédrale dans un mur du château démontre de manière certaine que les ruines ont dû servir, au moins pendant un temps, de carrière pour la reconstruction de bâtiments privés.

Vestiges du château surplombant la ville d’Akerentia (© Kronos 3D)

Localisation du bloc en remploi © Aurélie Terrier

 

Notice rédigée par Aurélie Terrier, le 17 juin 2020.

 

Bibliographie

Terrier A., Le lieudit « Vescovado » dans l’ancienne ville d’Akerentia, étude archéologique d’un ensemble monumental au cœur de la Calabre, Université de Genève, Genève, 2019, thèse inédite.

Pesavento A., « La cattedrale rovinata di San Teodoro a Cerenzia Vecchia », La provincia KR 21-23 (1998).

Di Somma A., Historico racconto de i terremoti della Calabria dall’anno 1638 fin’anno 41, Napoli, 1641.

 

Sources

Rel. Lim. Cariaten. Et Geruntin. 1659

Rel. Lim. Cariaten. Et Geruntin. 1678

Pour citer cet article : Aurélie Terrier, “Remploi d’un bloc provenant de la cathédrale dans la reconstruction du château d’Akerentia (Calabre – It)”, in GDR ReMArch, 17/06/2020, https://remarch.hypotheses.org/326.

Caroline Lefebvre, “Les remplois de l’endiguement de l’Ouvèze (Vaison-la-Romaine)”

L’endiguement de l’Ouvèze à Vaison-la-Romaine (Vaucluse) : un exemple de remploi au Ier siècle.

Figure 1 : le mur-digue de la rive gauche vue depuis l’ouest : la portion orientale est conservée en place alors que la portion occidentale a basculé dans le lit de la rivière © J.-M. Mignon (Service d’archéologie du département de Vaucluse).

 

L’Ouvèze, le cours d’eau qui délimitait au sud la ville de Vasio Vocontiorum durant l’Antiquité, a livré de nombreux vestiges en aval du pont romain, notamment en rive gauche. Les premières fouilles sont réalisées au cours de l’été 1946 par J. Sautel à la suite d’une importante crue de la rivière qui révèle un dispositif assurant les fondations d’une construction d’époque romaine. Ce n’est que près d’une cinquantaine d’années plus tard, après la crue du 22 septembre 1992 qui remet au jour les vestiges alors ensevelis sous les berges, qu’un sondage et une fouille de sauvetage sont réalisés successivement en 1993 et 1996 par J.-M. Mignon. Ces opérations permettent de reconnaître, sur une longueur de près de 80 m, un mur d’endiguement qui devait s’étendre à l’origine sur plusieurs centaines de mètres, probablement sur toute la portion urbaine de l’Ouvèze. La semelle de fondation de cet ouvrage monumental reposait sur une série de pieux en chêne enfoncés dans le lit de la rivière. L’analyse dendrochronologique réalisée sur ces derniers a permis de dater l’abattage des arbres en l’an 82 et de fixer un terminus post quem pour l’érection du mur-digue achevé quelques années plus tard.

Figure 2a et 2b : fragments d’une corniche ornée et d’un panneau d’armes réutilisés dans le double hérisson de pierres de la semelle de fondation du mur-digue © C. Lefebvre.

La portion de la semelle de fondation conservée en place était constituée d’un double hérisson de pierres qui recouvrait le pilotis et dans lequel ont été prélevés des blocs d’architecture ayant été réemployés. L’inventaire a permis de dénombrer une trentaine de fragments dont la plupart appartiennent à des composantes architecturales bien définies (base de colonne, fût lisse de colonne, fûts cannelés de colonnes et d’assises de pilastres ou de piliers, caulicole de chapiteau corinthien, éléments d’entablements décorés et de panneaux d’armes). La provenance de ces éléments reste problématique : sont-ils issus d’un même édifice ou de plusieurs ? Un monument funéraire, un trophée ou bien un arc triomphal auquel peuvent tout autant être rattachés les panneaux d’armes ; ou encore un édifice à caractère monumental auquel aurait pu appartenir certaines composantes en raison de leurs dimensions ? L’analyse typologique des motifs ornementaux ne permet pas de trancher la question de l’identification de l’édifice ou des édifices dont proviennent les fragments. Elle livre toutefois une datation au Ier siècle de notre ère avec un terminus post quem vraisemblablement à la fin de la période augustéenne. Utilisés dans le double hérisson de la fondation établie après l’implantation du pilotis, les réemplois appartenaient donc à une ou plusieurs constructions déjà existantes entre la fin de la période augustéenne et la toute fin du Ier siècle.

 

Notice rédigée par Caroline Lefebvre le 16/06/2020

 

Bibliographie :

Lefebvre (C.), « Les réemplois en architecture : étude de cas à Vaison-la-Romaine (Vasio Vocontiorum) », Mélanges de l’École française de Rome – Moyen Âge, 129-1 | 2017, p. 177-193.

Mignon (J.-M.), « Les aménagements monumentaux de l’Ouvèze (Pont et Quais) à Vaison-la-Romaine (Vaucluse) », Caesarodunum, XXXIII-XXXIV, 1999/2000, p. 127-151.

Mignon (J.-M.), « Les aménagements antiques de l’Ouvèze à Vaison-la-Romaine », Terres Voconces, n° 11, 2016, p. 123-149.

Sautel (J.), « Informations archéologiques, XIIIe Circonscription : Ardèche, Drôme, Vaucluse », Gallia, 6.1, 1948, p. 218-222.

Sautel (J.), « Quais romains sur pilotis à Vaison », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 3, 1948. p. 382-388.

Pour citer cet article : Caroline Lefebvre, “Les remplois de l’endiguement de l’Ouvèze (Vaison-la-Romaine)”, in GDR ReMArch, 17/06/2020, https://remarch.hypotheses.org/319.

Maxime L’Héritier, “Remploi d’agrafes métalliques (église Saint-Jean-au-Marché de Troyes)”

Remploi d’agrafes métalliques sur une balustrade de l’église Saint-Jean-au-Marché de Troyes (milieu du XVIe siècle)

Agrafe plate pourvue de deux percements révélant une utilisation antérieure et un remploi, église Saint-Jean-au-Marché de Troyes (milieu du XVIe s.) © Maxime L’Héritier

Cette agrafe dont le corps, très plat, est percé à deux endroits, a été retrouvée sur une balustrade extérieure des combles bas du chœur de l’église Saint- Jean-au-Marché de Troyes, reconstruite au milieu du XVIe siècle. Les deux percements, désormais inutiles, sont la marque d’une utilisation plus ancienne, peut-être comme ferrure de vitrail ou comme élément de fixation ou de suspension (penture ?). Ils témoignent ainsi du remploi de vieux fers pour la forge de ces agrafes.

Les comptabilités de la fabrique de l’église Saint-Jean attestent en outre une récupération et un recyclage fréquent du métal dans la première moitié du XVIe siècle lors de la reconstruction de l’église. En 1548-1549, le serrurier Guillaume Royer est notamment payé « pour la façon de deux C XLVII l. fer en esgrappes […], sur quoy il avoit racchu en viel fer IIC XXVI l. à deduire icelui, pour ce à luy paié pour sadite facon que pour le surplus dudit fer » (Arch. dép. Aube, 15 G 57, fol. 79 ro.)

L’examen métallographique de l’agrafe, prélevée suite à des restaurations, révèle la marque d’au moins trois soudures parallèles témoignant de l’assemblage de plusieurs pièces à la forge pour fabriquer cette agrafe. Les analyses élémentaires réalisées sur les inclusions de scories indiquent en outre qu’il s’agit bien d’une soudure de fers d’origines distinctes, probablement issu de recyclage de vieilles ferrailles, constatation qui peut directement être rapprochée de la mention des comptes de fabriques.

De tels exemples de recyclage, associant traces microscopiques et macroscopiques – en plus de mentions d’archives – sont toutefois rarissimes pour les objets métalliques. Dans la très large majorité des cas, l’étape de forge qui vise à donner une nouvelle forme, voire une nouvelle fonction au métal, vient gommer les traces de la forme et de la fonction anciennes.

 

Notice rédigée par Maxime L’Héritier, le 16 juin 2020

 

Bibliographie :

L’HÉRITIER Maxime, DISSER Alexandre, LEROY Stéphanie, DILLMANN Philippe, « Récupérer et recycler les matériaux ferreux au Moyen Age : des textes à la matière », dans HENIGFELD Yves, HUSI Philippe, RAVOIRE Fabienne, eds., L’objet au Moyen Âge et à l’époque moderne : fabriquer, échanger, consommer et recycler, Actes du XIe congrès de la SAMMC, Bayeux, 28-30 mai 2015, Caen, Publications du CRAHM, 2020, p. 369-383.

L’HÉRITIER Maxime, DILLMANN Philippe, « Récupération et remploi du fer pour la construction des monuments de la période gothique », dans BERNARD Jean-François, BERNARDI Philippe., ESPOSITO Daniela, dir., Il reimpiego in architettura. Recupero, trasformazione, uso, Actes du colloque de Rome, 8-10 novembre 2007, Rome, Collection de l’Ecole Française de Rome, 2009, p. 157-175.

Pour citer cet article : Maxime L’Héritier, “Remploi d’agrafes métalliques (église Saint-Jean-au-Marché de Troyes)”, in GDR ReMArch, 16/06/2020, https://remarch.hypotheses.org/309.

Haude Morvan, “Remploi d’éléments antiques (Maison des Crescenzi à Rome)”

Remploi d’éléments antiques dans une maison du XIe, occupée par la famille Crescentius qui percevait un droit de péage pour le passage du ponte Emilius (Ponte Rotto). 

Maison des Crescenzi, Rome (Via Luigi Petroselli, 54), XIe siècle, brique et pierre © Haude Morvan

 

Cette maison a été construite au milieu du XIe siècle par Nicola Crescenzi. Elle se trouvait à côté de l’un des ponts qui permettaient alors de traverser le Tibre : elle avait donc une localisation stratégique.

Son décor remploie de nombreux éléments de monuments antiques (corniche, chapiteaux, entablement). Une longue inscription est gravée sur l’arc qui surmonte la porte. Cet arc est vraisemblablement un fragment de corniche provenant d’un édifice circulaire (tholos). L’inscription développe les topos de la brièveté de la vie, et de la mort que même le riche et le puissant ne peuvent éviter. La première phrase donne une explication au sens des nombreux remplois :

† NON FUIT IGNARUS CUIUS DOMUS HEC NICOLAUS QUOD NIL MOMENTI SIBI MUNDI GLORIA SENTIT / VERUM QUOD FECIT HANC NON TAM VANA COEGIT GLORIA QUAM ROME VETEREM RENOVARE DECOREM

(Traduction : Nicolas, à qui est cette maison, n’a pas été oublieux que la gloire du monde n’a aucune importance en soi ; ce n’a pas été la vaine gloire qui l’a poussé à construire cette maison, mais le désir de restaurer l’antique parure de Rome.)

Le remploi apparaît comme motivé par la volonté d’embellir la ville et de restaurer l’antique grandeur de Rome. Cet intérêt pour l’antique à Rome est alors porté par un climat de renouveau politique qui va mener à la constitution de la commune un siècle plus tard, en 1144 : les magistrats de la commune prendront le nom de « sénateurs », en référence aux institutions de la République romaine, et choisiront comme lieu de réunion l’ancien tabularium sur la colline du Capitole.

 

Notice rédigée par Haude Morvan, le 11 juin 2020. 

Pour citer cet article : Haude Morvan, “Remploi d’éléments antiques (Maison des Crescenzi à Rome)”, in GDR ReMArch, 11/06/2020, https://remarch.hypotheses.org/300.

Caroline Lefebvre, “Remplois d’éléments architecturaux antiques (cathédrale Notre-Dame-de-Nazareth de Vaison-la-Romaine)”

Remplois d’éléments architecturaux antiques dans les fondations du chevet de la cathédrale Notre-Dame-de-Nazareth à Vaison-la-Romaine (Vaucluse, Provence-Alpes-Côte d’Azur, France). Fondation du chevet de la cathédrale Notre-Dame-de-Nazareth à Vaison-la-Romaine. Vue depuis le nord-est © C. Lefebvre.

La cathédrale Notre-Dame-de-Nazareth est datée, pour son troisième et dernier état, entre les XIe et XIIe siècles. Elle a fait l’objet de plusieurs opérations archéologiques à partir du milieu du XXe siècle avec de premiers travaux entrepris entre 1949 et 1953 par le chanoine J. Sautel. Ce dernier déblaie rapidement l’ensemble de la fondation du chevet de l’édifice et constate aussitôt l’usage d’un très grand nombre de blocs d’architecture antiques pour établir l’intégralité de la fondation.

L’étude récemment entreprise sur ces pièces architecturales réemployées a permis d’inventorier une vingtaine de blocs dont la plupart constituent des composantes d’ordre : un chaperon ; un linteau de porte ; un fragment de fût lisse de colonne ; vingt-et-un tambours de fûts cannelés de colonne dont trois sont également rudentés ; et enfin, trois moitiés de chapiteaux corinthiens. L’ensemble des éléments a été taillé dans le calcaire coquillier de Beaumont-du-Ventoux, principal matériau utilisé dans l’architecture monumentale de la ville dont les carrières se situent à une dizaine de kilomètres.

La provenance de ces réemplois reste pour le moment inconnue. Mais l’analyse typologique des motifs ornementaux toujours en cours dans le cadre de nos travaux de thèse sur l’architecture monumentale et son décor à Vaison-la-Romaine (Vasio Vocontiorum) du Ier s. av. J.-C. au IIIe s. apr. J.-C., permettra probablement, par comparaison avec le corpus vaisonnais déjà établi, de rattacher certains de ces blocs aux édifices monumentaux connus à ce jour.

Notice rédigée par Caroline Lefebvre, le 30 mai 2020.

 

Bibliographie :

LEFEBVRE (C.), « Les réemplois en architecture : étude de cas à Vaison-la-Romaine (Vasio Vocontiorum) », Mélanges de l’École française de Rome – Moyen Âge, 129-1, 2017, p. 177-193.

PROVOST (M.), MEFFRE (J.-Cl.), Vaison-la-Romaine et ses campagnes, 84/1, Carte Archéologique de la Gaule, Paris : Académie des Inscriptions et des Belles-Lettres : Ministère de l’éducation nationale : Ministère de la recherche, 2003, p. 129-134.

SALET (Fr.), « Découvertes à la cathédrale de Vaison », dans Bulletin Municipal, 109, 1951, p. 79-80.

SAUTEL (J.), « Bulletin archéologique. Fouilles et découvertes de la période historique », dans Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 10, 1948-1949, p. 165-166.

SAUTEL (J.), « Les origines de la cathédrale Notre- Dame-de-Nazareth à Vaison-la-Romaine », extrait du Bulletin des Facultés Catholiques, 1950.

Mots-clés : France ; Vaucluse ; Vaison-la-Romaine ; cathédrale Notre-Dame-de-Nazareth ; XIe-XIIe siècles ; fondation chevet ; réemplois ; éléments d’architecture ; monuments romains.

Pour citer cet article : Caroline Lefebvre, “Remplois d’éléments architecturaux antiques (cathédrale Notre-Dame-de-Nazareth de Vaison-la-Romaine)”, in GDR ReMArch, 02/06/2020, https://remarch.hypotheses.org/293.

Nicolas Delferrière, “Remplois d’une stèle funéraire et de décors gallo-romains (église Saint-Nazaire de Bourbon-Lancy)”

Remplois d’une stèle funéraire gallo-romaine et de deux fragments de décor architectural gallo-romain dans le chœur de l’église Saint-Nazaire de Bourbon-Lancy (Saône-et-Loire ; Bourgogne-Franche-Comté ; France).

Remplois d’une stèle funéraire gallo-romaine et de deux fragments de décor architectural gallo-romain, abside de l’église Saint-Nazaire de Bourbon-Lancy

Chœur de l’église Saint-Nazaire.

Remplois d’éléments gallo-romains (fin Ier s.-début IIe s. pour la datation de la stèle) ; remploi qui a lieu entre le XIe s. (construction de l’église) et 1855 (1ère attestation de la stèle remployée alors en marche derrière l’autel) ; la situation actuelle de ces remplois dans l’abside est datable entre 1898 et 1903, au moment de la restauration de l’église et de sa transformation en musée municipal.

Marbre blanc pour le fragment de décor avec des cornucopiae en sautoir autour d’un gouvernail central et matériau inconnu (probablement une variante de marbre de Gilly-Diou ?) pour la stèle et le fragment de corniche.

L’intérêt de cet exemple réside dans l’évolution des remplois : probablement utilisés comme matériaux de construction au départ (stèle utilisée comme marche, mais c’est la seule dont nous avons la trace en raison de l’inscription qui a attiré l’œil des érudits locaux), ils ont ensuite été remployés dans l’abside afin d’être exposés de façon permanente dans le nouveau musée constitué.

Notice rédigée par Nicolas Delferrière, le 23 mars 2020.

Clichés : N. Delferrière et A.-L. Edme ; DAO : A.-L. Edme.

 

Bibliographie :

DELFERRIÈRE Nicolas et EDME Anne-Laure, « L’épitaphe du pictor de Bourbon-Lancy (Saône-et-Loire) : une inscription funéraire gallo-romaine méconnue », BOISLÈVE Julien, DARDENAY Alexandra et MONIER Florence (éd.), Peintures murales et stucs d’époque romaine. Études toichographologiques, Actes du 29e colloque de l’Association Française pour la Peinture Murale Antique (AFPMA), Louvres, 18-19 novembre 2016, Pictor, 7, Ausonius, Bordeaux, 2018, p. 317-324.

DELFERRIÈRE Nicolas et EDME Anne-Laure, « Deux stèles funéraires liées aux pictores en remploi à Sens (Yonne) et à Bourbon-Lancy (Saône-et-Loire) », GAGGADIS-ROBIN Vassiliki et LARCQUIER (de) Nicolas (éd.), La sculpture et ses remplois, Actes des IIes rencontres autour de la sculpture romaine, L’atelier du sculpteur, 1, Ausonius, Bordeaux, 2019, p. 153-163.

Pour citer cet article : Nicolas Delferrière, “Remplois d’une stèle funéraire et de décors gallo-romains (église Saint-Nazaire de Bourbon-Lancy)”, in GDR ReMArch, 28/04/2020, https://remarch.hypotheses.org/279.