Florent Delencre, “Remplois de blocs de mortier de tuileau dans les maçonneries d’un atelier de forge moderne (Villards-d’Héria, Jura)”


Fig. 1 Vue sur la coupe NO des ruines de l’atelier de forge moderne, sondage 2 avec le parement sud du mur 13016 (cliché : O. Gros et A. Jeanjacques 2021).

Le site inférieur de Villards-d’Héria (Jura, France) est connu comme un vaste complexe, fouillé anciennement, correspondant aux vestiges d’un sanctuaire gallo-romain au « Pont des Arches » daté du IIe siècle après J.-C., associé à un balnéaire et à des Hospitalia.
Depuis 2019, un PCR coordonné par R. Grebot et S. Lourdaux-Jurietti a pour vocation de caractériser l’occupation autour du site archéologique et de comprendre son évolution. Localisé sur la parcelle « Sur le Brochet » à 150 m en aval du sanctuaire, trois sondages ont été implantés dans ce cadre en lien avec des structures repérées par des prospections géophysiques magnétiques et par la mise en évidence d’anomalies topographiques sur le LiDAR UFC-CNRS UMR 6249 Chrono-Environnement, acquis pour le projet UBFC I-Site PubPrivLands.
Au mois d’août 2021, ces sondages ont mis au jour un bâtiment interprété comme un atelier de forge moderne entre un aqueduc monumental antique en grand appareil et le cours de l’Héria. L’interprétation des vestiges repose sur le mobilier métallique qui se caractérise par des chutes, des soies de préhensions et sur les résidus sidérurgiques (scories et culots de forge). La datation est donnée par le mobilier céramique (post-XVe siècle) et par l’absence du bâtiment sur le Cadastre napoléonien établi en 1833.
Une des maçonneries se caractérise par des remplois évidents. Des blocs de mortier de tuileau ont été retaillés et insérés dans les deux parements de ce mur, au milieu des moellons en calcaire local liés avec un mortier de chaux (Fig. 1). Le mortier de tuileau est constitué de mortier blanc avec un granulat constitué en majorité de très grosses inclusions de terre cuite jusqu’à 4 mm de côté (Fig. 2).


Fig. 2 Détail d’un bloc en mortier de tuileau dans le mur [13016] (cliché : Fl. Delencre 2021).

La construction de cet édifice moderne témoigne d’une récupération opportuniste des ruines antiques localisées à grande proximité. Si les blocs de mortier de tuileau sont des traces évidentes, ils s’associent à des traces de rubéfaction positionnées sur les parties internes et les cassures de certains moellons et à une grande irrégularité des pierres de parement qui semble être liée aux matériaux antiques disponibles. La nature lithique des moellons, déterminée comme le Calcaire à Nérinées daté du Kimméridgien inférieur, est constitutive du substrat du site et correspond également aux blocs de grand appareil de l’aqueduc antique.

Liste des références citées
Delencre 2021 : Delencre Fl., 2021, Carrières & Matériaux. Rapport PCR – Villards-d’Héria. Occupation du territoire, continuité, évolution – année 1 – 2020. Besançon, Service Régional de l’Archéologie Bourgogne-Franche-Comté, 33 p.
Delencre 2022 : Delencre Fl., 2022, Villards-d’Héria (39) « Sur le Brochet ». Sondages entre l’aqueduc monumental et l’Héria. Rapport d’opération de sondage, deuxième année de triennale – 2021, Dijon, Service Régional de l’Archéologie Bourgogne-Franche-Comté, 186 p.
Lerat 1998 : Lerat L., 1998, Les Villards d’Héria (Jura). Recherches archéologiques dirigées par l’auteur de 1958 à 1982 sur le site gallo-romain du « Pont des Arches ». I – Texte. Besançon, Presses Universitaires Franc-Comtoises ; Paris, Les Belles Lettres, 243 p. (Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté, 677, Série Archéologie 44).

Pour citer cet article : Florent Delencre, “Remplois de blocs de mortier de tuileau dans les maçonneries d’un atelier de forge moderne (Villards-d’Héria, Jura)”, in GDR ReMArch, 09/04/2022, https://remarch.hypotheses.org/1101.

Juliette Masson, Hélène Réveillas, “Saint-Pierre de Gradignan (Gironde) : un linteau monolithe à faux claveaux réutilisé dans l’architecture funéraire”


Fig. 1 : Gradignan, Place Roumégoux : coffrage de blocs calcaires liés au mortier, et linteau monolithe réutilisé en logette céphalique (cl. M.-C. Daverat).

Lors des fouilles menées en 2017 et 2018 sur la place Roumégoux à Gradignan (Gironde), portant sur l’église paroissiale, démolie au XIXe siècle, et le cimetière alentour, plusieurs sépultures médiévales présentaient une architecture funéraire composée de blocs de calcaires.

Un de ces coffrages est composé de blocs calcaires non taillés ou juste équarris, d’éléments de silex issus du substrat local et de galets, liés au mortier de chaux. Ce coffrage comporte une logette céphalique monolithe confectionnée dans un calcaire coquillier (Fig. 1). Elle mesure 0,35 m sur 0,45 m pour une épaisseur de près de 0,27 cm. Sur sa face sommitale plusieurs traits sont taillés en bas-relief, larges en moyenne de 1,5 cm. Deux traits circulaires dessinent l’intrados et l’extrados d’un arc et ils sont associés à des traits formant des rayons divergents, l’ensemble simulant 5 faux claveaux.  La logette s’apparente alors à un linteau coiffant une baie en arc plein-cintre, dont plusieurs exemples sont encore conservés dans les églises romanes de la région. J.-A. Brutails rapporte que « souvent le tailleur de pierre a figuré sur la face vue du linteau les joints et l’extrados d’un arc. Avec ou sans ce faux appareil, les linteaux échancrés se rencontrent en bien des églises girondines : Virsac, Sainte-Colombe, Castel-Vieil, Sauviac, Escaude, Lignan-de-Bazas, Lignan-de-Créon, Baurech, Lurzine, Meynac, Tarnès, Lascurade, Nérigean, Saint-Félix de Foncaude, Marsas etc. » (Brutails 2008 : 206). À Pleine-Selve également (Gironde), une baie aménagée XIIIe siècle a conservé un linteau formé de 2 blocs simulant de faux claveaux (Masson 2012 : 603). Un peu plus loin à l’église de Fenioux (Charente-Maritime), datée du XIIe siècle, conserve des linteaux avec 5 faux claveaux.  Dans la même région, le prieuré de Trizay conserve les baies romanes du dortoir des moines, agrémentés d’un linteau avec un faux appareil de 7 claveaux (Gensbeitel 2017 : 40). Dans la description de l’église de Gradignan qu’il propose en 1843, Des Moulins écrivait que les baies étaient très étroites, coiffées de ce type de linteau monolithe à faux claveaux, baies qu’il les datait du Xe siècle (Charles Des Moulins 1843).

Les exemples sont nombreux pour illustrer ces linteaux à claveaux simulés, mais la logette du coffrage de Gradignan montre ici un exemple de linteau recyclé à des fins funéraires. Le linteau semble avoir été retaillé et il est délicat de déduire de la largeur de l’extrados actuel les dimensions de la baie dont il est issu (ouverture de 0,33 m maximum), et si elle présentait un ébrasement. L’intrados a une forme plus quadrangulaire à la base qu’au sommet et pourrait suggérer une reprise pour agrandir l’arc de la baie afin de l’adapter aux formes des logettes réalisées à la même période, offrant au coffrage une forme anthropomorphe. L’extrados a conservé les angles du bloc originel. La face inférieure (face de pose en fonction logette) présente des parties planes et d’autres cassées, il n’est donc pas évident de déterminer si c’est l’épaisseur initiale ou si elle a été réduite pour servir de logette. L’aspect un peu sommaire des faux joints peut sembler archaïque mais face à si peu d’éléments et hors contexte, il n’est pas possible de dater cet élément en tranchant entre le Xe, le XIe ou le XIIe siècle. On peut toutefois proposer que ce linteau soit issu de l’église Saint-Pierre de Gradignan, fruit d’une récupération opportuniste lors de remaniements sur l’édifice doté d’un clocher au XIVe siècle, période où des reprises sont faites aussi sur les élévations (Charles Des Moulins 1843). Enfin, le décor offert par les faux claveaux donne à cette logette une ornementation rayonnante autour de la tête du défunt, détail qu’il semble opportun de souligner.

 

Bibliographie
Brutails 2008
Brutails J.-A., Les Vieilles églises de la Gironde, Bordeaux, France : Feret.
Charles Des Moulins 1843
Charles Des Moulins, « Notes sur les réparations faites à l’église de Gradignan », in Actes de l’Académie Royale des Sciences, Arts et Belles Lettres de Bordeaux, Bordeaux : s.n.
Gensbeitel 2017
Gensbeitel C., Prieuré Saint-Jean-l’Evangéliste dit « abbaye » de Trizay: Une dépendance de La Chaise-Dieu en Saintonge, Lieu de publication inconnu, France : : Abbaye d’Art de Trizay.
Masson 2012
Masson J., Geoffroi du Loroux et l’architecture religieuse en Aquitaine au XIIème siècle, Thèse de doctorat (Pessac, Université Bordeaux Montaigne).

Pour citer cet article : Juliette Masson, Hélène Réveillas, “Saint-Pierre de Gradignan (Gironde) : un linteau monolithe à faux claveaux réutilisé dans l’architecture funéraire”, in GDR ReMArch, 03/04/2022, https://remarch.hypotheses.org/819.

Philippe Bernardi, “Le chantier de démolition de l’ancien palais comtal d’Aix-en-Provence, 1778-1786”


Bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence, Estampe B 9.

 

Le palais aixois des comtes de Provence qui deviendra au XVIe siècle le siège du Parlement de Provence avait englobé dans sa construction trois constructions gallo-romaines, désignées comme les tours du Trésor, de l’Horloge et du Chaperon. Il s’agissait pour deux d’entre-elles d’éléments de l’une des portes de la ville antique (la porte d’Italie) et pour la troisième, d’un mausolée placée au-devant de celle-ci (Tour de l’’Horloge, IIe s. ap. JC).

La démolition de l’ancien palais comtal a été menée à partir de 1778 et durèrent pendant près de huit ans pour permettre la construction d’un palais de justice et d’une prison édifiés sur les plans de Claude-Nicolas Ledoux.

L’estampe anonyme présentée donne à voir les travaux de démolition en cours à la fin du XVIIIe siècle. On peut y observer, au premier plan, un ensemble de matériaux triés et stockés tandis que des hommes emportent sur un véhicule qu’ils tirent ce qui semble être un gros bloc de pierre.

Au fond, un ouvrier semble affairé avec un pic à dégager des blocs de pierre.

Bibliographie :

Jean Boyer, Le Palais comtal d’Aix du Roi René à 1787, in « Société de Statistique d’Histoire et d’Archéologie de Marseille et de Provence », Marseille, 1983, p. 55-95.

Marie Bels et Núria Nin (dir.), Autour du palais, l’Histoire en chantiers, Catalogue réalisé à partir de l’exposition présentée lors des Journées du Patrimoine 1997, Aix-en-Provence, ARPA, 1997.

Charrière, Jean-Louis, La démolition du palais comtal d’Aix-en-Provence 1778-1786, Aix-en-Provence, Association archéologique Entremont, 2019.

Pour citer cet article : Philippe Bernardi, “Le chantier de démolition de l’ancien palais comtal d’Aix-en-Provence, 1778-1786”, in GDR ReMArch, 02/04/2022, https://remarch.hypotheses.org/796.

Haude Morvan, “L’église Sainte-Praxède (Rome) : les remplois comme manifestation du pouvoir pontifical”

L’église Sainte-Praxède à Rome, sur la colline de l’Esquilin, est entièrement reconstruite par le pape Pascal I er (817-824). Depuis la fin du VIIIe siècle, les papes lancent de grands chantiers dans Rome, profitant de la disparition de la menace que représentaient les rois lombards, dont le territoire est occupé par Charlemagne qui noue une alliance avec le pouvoir pontifical. Les papes cherchent à manifester leur grandeur retrouvée par des références à une époque emblématique de l’union entre le pouvoir pontifical et le pouvoir impérial : le règne de Constantin (306-337). Le plan de Sainte-Praxède reprend ainsi (dans des dimensions moindres) celui de la basilique constantinienne de Saint-Pierre de Rome : la nef, divisée en trois vaisseaux (Saint-Pierre en comptait cinq), est précédée d’un atrium ; un transept débordant ouvre sur une abside semi-circulaire peu profonde surélevée par une crypte semi-annulaire.
Cette crypte abrite des restes provenant des catacombes romaines, et supposés comme étant ceux de martyrs. À cette translation de reliques, fait écho la « translation » d’éléments architecturaux antiques, remployés en grand nombre dans le chantier de Pascal Ier. Dans la nef, les colonnes et les chapiteaux qui soutiennent l’architrave proviennent de monuments antiques. On peut d’ailleurs noter que les remplois utilisés pour l’architrave se concentrent à l’extrémité de la nef, au plus près du sanctuaire.
On trouve également à l’entrée de la chapelle Saint-Zénon, mausolée attenant à l’église
bâti par le pape pour sa mère, des chapiteaux ioniques et un élément d’architrave surmonté d’un imposant vase en marbre. Les remplois de Saint-Praxède témoignent du fort poids symbolique de l’Antiquité dans les commandes pontificales au Moyen Âge. Indépendamment de la datation réelle des éléments architecturaux, ils renvoient alors à un passé prestigieux qui est celui de l’empire romain chrétien de Constantin et de ses descendants, que les souverains carolingiens tentent alors de restaurer, sous la protection spirituelle des papes.

Pour citer cet article : Haude Morvan, “L’église Sainte-Praxède (Rome) : les remplois comme manifestation du pouvoir pontifical”, in GDR ReMArch, 04/02/2022, https://remarch.hypotheses.org/738.

Juliette Masson, “Remploi de galets de lest dans un muret de la fouille place Gambetta à Bordeaux”

Sur la place Gambetta à Bordeaux, des fouilles archéologiques sont prescrites et réalisées en 2019 en amont d’un vaste projet de requalification de cet espace. Les vestiges d’un muret (fin Moyen Âge/début époque moderne), composé de plusieurs types de matériaux, a soulevé la question de leur provenance. Large de 0,62 à 0,71 m et conservé sur une hauteur de 0,35 m, ce muret a été observé sur les 2,50 m de largeur de la fenêtre de fouille. Deux à trois assises sont repérables mais irrégulières. Il semble peu perturbé sur sa partie arasée, relativement plane. Parmi les matériaux observés, les galets sont en nette majorité (à hauteur de 40 %), associés à des blocs bruts non taillés issus de roches différentes (schiste, marbre, calcaire), et quelques fragments de briques. Parmi les fragments calcaires, aucun élément n’est un remploi de pierre préalablement taillée puis fragmentée. Ils sont utilisés dans la composition du mur sans organisation particulière en termes de parement/blocage ou assise basse/intermédiaire/haute. En revanche, on note que les galets de forme allongée, et avec un côté plus large que l’autre, sont placés perpendiculairement à l’axe du mur, leur grande largeur positionnée à l’extérieur du mur, et la plus étroite imbriquée vers l’intérieur du mur. Les galets apparaissent plus petits sur le parement, où ils sont relativement bien alignés les uns avec les autres. Aucun mortier n’a été observé.


Bordeaux, place Gambetta : Prise de vue zénithale et relevé du mur MR 3004 (cliché S. Virelli, DAO J. Masson).

Plusieurs prélèvements ont été effectués et l’étude pétrographique révèle l’utilisation de galets issus des moraines des zones nordiques (granite à deux micas, micaschiste et schiste) et d’autres du bassin sédimentaire anglo-normand (silex à patine blanche). Ainsi ce sont vraisemblablement des galets de lest qui sont utilisés dans la confection du muret. Les galets servaient au lestage des bateaux de commerce, venant des îles britanniques et des pays nordiques, qui les laissaient sur les quais de Bordeaux pour les remplacer par des marchandises (Platel, Konik 2002) . La réutilisation des galets de lest est attestée dans l’installation des grèves du port de Bordeaux (Gerber 2010), et leur récupération servait aussi aux pavages et aux maçonneries, notamment dans les fondations des fortifications médiévales (Platel, Jato y Doncel 1983) ou pour des enrochements liés à l’aménagement des berges de la Garonne (Gourdon-Platel et al. 1991). La récupération des matériaux de lestage (galets, sable, cailloutis de silex…) devient règlementée dès le XIVe siècle, jusqu’au XIXe siècle et ce type de remplois est à signaler aussi en Charente-Maritime, à La Rochelle et à Brouage (Gerber 2010).
Place Gambetta, l’utilisation des galets dans la construction permet ainsi de confectionner un solin comme support à un mur de terre (pisé, torchis, adobe…), comme ceux observés par exemple à Valence-Mauboule (Drome), où les galets, non liés au mortier de chaux ou de terre, servaient de drainage aux fondations (Tardieu 2018 ; Tardieu, Royet 2020).

Bibliographie
Gerber 2010
GERBER F., « Le port, lieu de recyclage. Deux exemples à Bordeaux du XIIIe au XVe siècle. », Archéopages [en ligne].

Gourdon-Platel et al. 1991
GOURDON-PLATEL N., HERAULT M., SALOMON J.-N., WERNO J., « Les galets de lest », Aquitania, pp. 214‑216.

Platel, Jato y Doncel 1983
PLATEL N., JATO Y DONCEL L., Etude pétrographique des matériaux constituant les substructions médiévales mises au jour sous la place de la Victoire en 1962, 7, pp. 8‑22.

Platel, Konik 2002
PLATEL N., KONIK S., Les fouilles de la place de la Bourse (2002) : réemploi des galets de lest des navires sur les berges de la Garonne de la fin du XIVe au XVIIIe siècle à Bordeaux. Apport des analyses pétrographiques et morphométriques., Bordeaux.

Tardieu 2018
TARDIEU J., « “…Pierres qui roulent…” : l’architecture de galets. Gisements et transports. », Hypotheses [en ligne], URL : https://chantiers.hypotheses.org/228 [lien valide au 14 juin 2021].

Tardieu, Royet 2020
TARDIEU J., ROYET R., « Mise en œuvre du galet dans l’architecture antique et médiévale en Rhône-Alpes », in Chantiers et matériaux de construction, MOM Editions, Lyon : Anne Baud, Gérard Charpentier, pp. 53‑73.

Pour citer cet article : Juliette Masson, “Remploi de galets de lest dans un muret de la fouille place Gambetta à Bordeaux”, in GDR ReMArch, 03/02/2022, https://remarch.hypotheses.org/723.

Nelly Pousthomis-Dalle, « Le portail de la basilique funéraire de Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne) »

Le portail de la basilique funéraire de Saint-Just de Valcabrère, inséré entre deux contreforts sur le flanc nord de la nef et daté de 1200, a fait l’objet d’une étude archéologique et géologique (Foltran, Steimann 2019) qui précise certains points : la partie basse est exclusivement construite en blocs de marbre de grand format, auquel succède un calcaire dit « pierre de Belbèze » pour la partie supérieure, notamment l’arc et ses voussures. Ces deux roches proviennent de Saint-Béat ou de Belbèze, à des distances respectives de 20 et 50 kilomètres en amont et en aval de la vallée de la Garonne, et sont pour partie des remplois de matériaux antiques, ce qui n’est pas le cas des statues monolithes et du tympan qui ont peut-être fait l’objet d’extractions spécifiques dans le bassin carrier de Saint-Béat, ce qui impliquerait l’existence d’une exploitation marbrière médiévale.

FOLTRAN Julien et STEIMANN Ronan, Les portails nord de la basilique Saint-Just de Valcabrère et ouest de la cathédrale Saint-Bertrand de Comminges (31), Rapport d’archéologie du bâti, Hadès Archéologie, 2019, p.7-16 et annexes.

Pour citer cet article : Nelly Pousthomis-Dalle, « Le portail de la basilique funéraire de Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne) », in GDR ReMArch, 18/01/2022, https://remarch.hypotheses.org/683.

Nelly Pousthomis-Dalle, “Remplois de matériaux antiques dans la basilique funéraire de Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne)”


Basilique Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne), fragment de sarcophage paléochrétien en remploi dans le mur nord de la nef, cl. N. Pousthomis-Dalle


Basilique Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne), tambour de colonne et chapiteau en remploi à l’entrée d’une absidiole et remplois de fragments de frise antique, cl. N. Pousthomis-Dalle

Au pied des Pyrénées, la basilique Saint-Just de Valcabrère est située en lisière de la cité antique de Lugdunum Convenae (Saint-Bertrand-de-Comminges), dans un quartier suburbain. Ses origines païennes et funéraires (Schenck 1996) sont assurées et encore confirmées par la mise au jour récente dans une parcelle voisine du mausolée d’Herrane daté du IIe siècle ap. J.-C. (Van Andringa 2019). Deux constructions antérieures à l’église romane ont été partiellement reconnues au sud entre 1950 et 1958, et au nord en 1988. L’église du XIe siècle comprend une nef triple prévue pour être voûtée et un chevet au plan et aux volumes extérieurs originaux. Elle est en grande partie construite avec des matériaux de remploi, peu retouchés, utilisés en fonction de leurs qualités et de leur aptitude à trouver la meilleure place dans la nouvelle construction (Pousthomis-Dalle 2002). Au chevet et sur une partie de la nef, au nord et dans la quatrième travée, on observe l’utilisation systématique de dalles débitées dans des sarcophages qui donnent un appareil très allongé et assez régulier, où sont mêlés çà et là des fragments de cuves ornées formant des assises plus hautes. Des pierres de très grande taille (0,56 x 0,67 x 0,81 m), en marbre, prélevées sur un ou des monuments antiques, ont servi pour les organes structurels, contreforts, piliers intérieurs et chaînes d’angle du chevet. Des chapiteaux et des tronçons de colonnes antiques sont également remployés à l’intérieur, notamment à l’entrée des absidioles ou comme support de bénitier. Un petit appareil en moellons cubiques ou allongés caractérise principalement les murs ouest et sud de la nef montés pour une bonne part avec des éléments remployés. L’homogénéité de construction des contreforts, des piles et des angles du chevet, la bonne intégration des organes de soutien ou de contrebutement à la maçonnerie plaident en faveur d’une édification assez continue de l’église dans son ensemble, du moins jusqu’au niveau du voûtement de la nef qui fait appel à un calcaire a priori extrait de carrières plus éloignées.
Le portail fait également l’objet de remplois.


Chevet de la basilique Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne), remploi de dalles de sarcophages et de pierres de taille en marbre, cl. N. Pousthomis-Dalle


Basilique Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne), flanc sud de l’église, remploi de matériaux variés notamment de dalles de sarcophages, et de pierres de taille de grand format dans les contreforts (dont l’une avec décorée d’un masque dans le contrefort de droite), cl. N. Pousthomis-Dalle

POUSTHOMIS-DALLE Nelly, « Saint-Just de Valcabrère », in Monuments en Toulousain et Comminges, Actes du Congrès Archéologique de France (1996), Paris, 2002, p. 337-348.
SCHENCK Jean-Luc, « Valcabrère, église Saint-Just », in Les premiers Monuments chrétiens de la France. 2- Sud-Ouest et Centre, Paris, Picard, p. 200-206.
VAN ANDRINGA William, « Face à la ville : le mausolée d’Herrane à Saint-Bertrand-de-Comminges/Lugdunum des Convènes (Haute-Garonne) », Gallia, 76-1, 2019, p. 55-70.

Pour citer cet article : Nelly Pousthomis-Dalle, “Remplois de matériaux antiques dans la basilique funéraire de Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne)”, in GDR ReMArch, 18/01/2022, https://remarch.hypotheses.org/670.

Arnaud Coutelas, “De la domus de Marcus Tullius au temple de Fortune Auguste (Pompéi) : remploi de moellons”


Détail d’un parement de mur de la cella du temple de Fortune Auguste à Pompéi avec indices de remploi de moellons : vestige d’enduit sur le côté d’un moellon en calcaire (flèche) et reste d’un précédent mortier de maçonnerie autour d’un moellon en ponce (pointillés) (© A. Coutelas, Mission archéologique du Temple de Fortune).

En 1823-1824, les travaux de dégagement des abords du forum de Pompéi ont révélé un temple consacré à la « Fortune Auguste » (Van Andringa 2015). Une inscription précise que ce monument a été construit par un membre de l’aristocratie pompéienne, Marcus Tullius, « solo et peq(unia) sua », c’est-à-dire avec ses fonds et sur un terrain lui appartenant, vraisemblablement autour du changement d’ère.
Une maison (domus) occupait les lieux au préalable. Des vestiges apparaissent sous le podium du temple. Celui-ci possède plusieurs salles de soutènement voûtées et comblées par de la terre et des matériaux de construction. Ce cortège de matériaux est issu de la démolition de la maison, et se caractérise par une relative richesse en fragments de mortiers de maçonnerie, de bétons de sol et d’enduits peints. L’absence de moellons ne surprend pas, ceux-ci ont été récupérés pour la construction des murs du temple. En effet, nombreux sont ceux portant des traces de mortiers antérieurs, notamment d’enduit, et la quasi-totalité des moellons en scorie volcanique rouge (ponce) conservent autour d’eux des vestiges d’un autre mortier de maçonnerie que celui des murs du temple (Coutelas et al. 2017). Marcus Tullius aura donc réemployé les moellons de sa maison pour la construction du temple qu’il a offert à la cité.


Mur nord de la cella du temple de Fortune Auguste à Pompéi (© A. Coutelas, Mission archéologique du Temple de Fortune).

Fiche rédigée par Arnaud COUTELAS, le 16/01/2022

Références
COUTELAS Arnaud, CREISSEN Thomas et VAN ANDRINGA William, avec la collab. de LOISEAU Christophe et VIGOT Anne-Sophie (2017) – “Un chantier pour les dieux : la construction du temple de Fortune Auguste à Pompéi”. In AGUSTA-BOULAROT Sandrine, HUBER Sandrine et VAN ANDRINGA William (dir.) – Quand naissent les dieux : fondation des sanctuaires antiques : Motivations, agents, lieux, « Collection de l’École française de Rome » 534, Rome, 151-172.

VAN ANDRINGA William (2015) – “M. Tullius… aedem Fortunae August(ae) solo et peq(unia) sua, Private foundation and Public Cult in a Roman Colony”, in ANDO Clifford & RÜPKE Jörg (ed.) – Public and Private in Ancient Mediterranean Law and Religion, De Gruyter, 99-113.

Mots-clés :
Temple
Moellons
Pierre
Justification, origine des remplois, remploi antique

Pour citer cet article : Arnaud Coutelas, “De la domus de Marcus Tullius au temple de Fortune Auguste (Pompéi) : remploi de moellons”, in GDR ReMArch, 17/01/2022, https://remarch.hypotheses.org/663.

Laura Foulquier, “Les remplois de l’église Saint-Germain de Saint-Germain-Laprade”

À une dizaine de kilomètres à l’est du Puy-en-Velay, le bourg de Saint-Germain- Laprade est bâti sur un mamelon rocheux. L’église Saint-Germain est mentionnée pour la première fois en 1164 dans une bulle papale émanant d’Alexandre III (1159-1181)[1]. Ce dernier accorde à l’Église du Puy la juridiction sur le bourg de Saint-Germain-Laprade.

Les parties orientales de l’édifice sont les plus anciennes. Le chevet, de forme carrée, est composé d’assises irrégulières de moellons. Des blocs de grand appareil et des fragments de corniche gallo-romaines ont été reconnus au niveau des assises inférieures et des chaînages d’angle. La nef est flanquée au sud de deux chapelles gothiques et au nord d’une chapelle moderne.

Trois mufles de lion, en arkose, sont réutilisés au niveau du mur nord, du chevet et d’un contrefort de la chapelle sud.

Une stèle funéraire, fragmentaire, est enchâssée dans le mur nord de l’édifice.

Bibliographie :

  • Robert SAINT-JEAN, « Saint-Germain-Laprade», dans Congrès archéologique de France, 133e session, 1975, Velay, Paris, Société française d’archéologie, 1976, pp. 576-592.
  • Roger GOUNOT, Archéologie gallo-romane en Haute-Loire, numéro spécial des Cahiers de la Haute-Loire, 1989, 1-8.
  • Laura FOULQUIER, Déts lapidaires, réutilisations et remplois (Antiquité-haut Moyen Âge). Pour une nouvelle approche de la christianisation et des sanctuaires de lancien diocèse de Clermont au Moyen Âge, 2008.

[1] Chronicon monasterii Sancti Petri Aniciensis, in U. CHEVALIER, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Chaffre du Monastier, op. cit., n° CCCCXIII., p. 152.

« […] Ipse vero apud Brivatensem vicum nepotibus suis mandans congregare exercitum, omnibus de pontificatu suo coadunatis in unum, in prata Sancti Germani, quae sunt prope Podium, quaesivit ab eis ut pacem firmarent, res pauperum et ecclesiarum non opprimerent, ablata redderent : ut sic, sicut decet fideles Christianos, ita se haberent. Quod illi dedignantes, jussit exercitum suum a Brivate tota nocte venire, mane volens eos constringere, ut pacem jurarent et pro ipsa tenenda obsides darent, rura et castella Beatae Mariae et res ecclesiarum, quas rapuerant, dimitterent : quod et factum fuit, Deo auxiliante. […] ».

Pour citer cet article : Laura Foulquier, “Les remplois de l’église Saint-Germain de Saint-Germain-Laprade”, in GDR ReMArch, 10/01/2022, https://remarch.hypotheses.org/656.

Laura, Foulquier, “Remploi d’un fragment de chancel dans l’église Sainte-Martine de Pont-du-Château”

Situé à une quinzaine de kilomètres au nord-est de Clermont-Ferrand, l’ancien bourg fortifié de Pont-du-Château est implanté sur une terrasse alluviale dominant la vallée de l’Allier.

L’église Sainte-Martine est le siège d’un prieuré clunisien, attesté dès le milieu du XIe siècle[1]. L’église est composée d’une avant-nef, d’une nef, divisée par quatre travées et bordée de collatéraux, d’un transept et d’une abside semi-circulaire.

Un pilier de chancel est enchâssé au revers de la façade occidentale. Des entrelacs à trois brins dessinent une double rangée de cercles noués et entrelacés, bornés de part et d’autre par un bandeau plat.

 

Bibliographie :

  • Laura FOULQUIER, Déts lapidaires, réutilisations et remplois (Antiquité-haut Moyen Âge). Pour une nouvelle approche de la christianisation et des sanctuaires de lancien diocèse de Clermont au Moyen Âge, 2008.

[1] L. A. CHAIX DE LAVARÈNE, Monumenta pontifica Arverniae decurrentibus IXe, Xe, XIe, XIIe saeculis. Correspondance diplomatique des papes concernant l’Auvergne, Clermont, 1880, p. 38, n° 18 et 19.

Pour citer cet article : Laura, Foulquier, “Remploi d’un fragment de chancel dans l’église Sainte-Martine de Pont-du-Château”, in GDR ReMArch, 10/01/2022, https://remarch.hypotheses.org/654.

Maxime L’Héritier, “Remplois dans les fortifications de Villefranche-de-Conflent au XVIIe siècle”

En passant

 

Cité médiévale fortifiée, Villefranche de Conflent a fait l’objet de modifications importantes suite à la conquête française de 1654. Les remparts furent notamment reconstruits sur des plans de Vauban en à partir de 1668. Si l’ensemble de la fortification élevée au XVIIe siècle est constituée de moellons et pierres de dimensions variables, sur l’angle de la fortification du flanc nord-ouest, le parement occidental utilise des pierres de taille de modules plus réguliers dans une construction assisée de plus belle facture, plaquée contre la maçonnerie du rempart. Les moulurations présentes et les quelques éléments sculptés intégrés au parement indiquent que ces pierres auraient pu appartenir à l’ancienne abbaye franciscaine auparavant située en face de cette partie du rempart. Si les modalités de récupération et de collecte de ces matériaux restent inconnues, elles témoignent toutefois d’une opportunité de remploi des matériaux sur le site même, revêtant vraisemblablement également un caractère symbolique.

Mots-clés :  Maçonnerie, éléments d’architecture, pierre, fortification, abbaye, Villefranche-de-Conflent, Occitanie, France.

Pour citer cet article : Maxime L’Héritier, “Remplois dans les fortifications de Villefranche-de-Conflent au XVIIe siècle”, in GDR ReMArch, 10/01/2022, https://remarch.hypotheses.org/647.

Séverine Blin, “Remploi d’un mausolée dans une maçonnerie antique, un exemple de récupération durant l’Antiquité (Brumath)”

La fouille d’une habitation romaine découverte dans le centre de l’agglomération antique de Brumath (Brocomagus, capitale de cité des Triboques) a permis de mettre au jour en 2003 les vestiges encore conservés en élévation d’une cave. Datés des années 180-250 ap. J.-C., ils correspondent à la dernière phase d’occupation de cette maison. Les maçonneries de type mixte étaient composées presque exclusivement de remplois : arases de brique constituées d’éléments de toiture (tegulae et imbrices) et moellons issus du débitage de blocs en calcaire blanc.

Figure 1 : Maçonneries en brique et pierre et remplois en cours de démontage, fin du IIe siècle, Brumath 13 place du Château ©Archives SHABE.

Parmi les dizaines de fragments lapidaires utilisés en remploi, on distingue des éléments architecturaux, inscrits ou sculptés, qui constituent un ensemble homogène techniquement (dimensions, matériaux, techniques de taille, etc.) et stylistiquement (motifs et compositions ornementales). Ils correspondent à un mausolée construit au début du Ier siècle et permettent  de restituer son podium surmonté d’un petit édicule dans lequel se tenait l’effigie en ronde-bosse du défunt.

 

Cet exemple témoigne des phénomènes de remploi ou de recyclage des matériaux de construction et de la diversité de leur mise en œuvre durant l’Antiquité. Le démontage complet d’un monument funéraire du Ier siècle en vue de son remploi dès le IIe siècle, constitue, du moins pour l’instant, un exemple relativement rare.

Figure 2 : Photos d’une sélection de fragments et restitution du mausolée en calcaire blanc daté de la première moitié du Ier siècle, Brumath 13 place du Château © Clichés P. Disdier, dessin et DAO S. Blin, AOROC/CNRS-ENS-PSL.

 

Bibliographie :

BLIN, S. « Monuments funéraires et mausolées de Brumath ». In : SCHNITZLER, B. (éd.), Cat. d’exp. Brumath-Brocomagus, capitale de la cité des Triboques. Musées de la Ville de Strasbourg (Strasbourg 2015), p. 211-216.

 

Mots-clés : Monument funéraire, éléments d’architecture, sculpture, inscription, calcaire, terre cuite, habitat, cave, Brumath, Alsace, France.

Pour citer cet article : Séverine Blin, “Remploi d’un mausolée dans une maçonnerie antique, un exemple de récupération durant l’Antiquité (Brumath)”, in GDR ReMArch, 23/11/2020, https://remarch.hypotheses.org/570.

Véronique Brunet-Gaston, “Le remploi dans les blocs de caniveau des latrines du carré Jaude (Clermont-Ferrand)”

Le remploi d’architecture dans les blocs de caniveau des latrines du carré Jaude à Clermont-Ferrand

Plan du carré Jaude (Clermont-Ferrand)

De nombreux remplois de blocs de pierre ont été observés lors de la fouille du carré Jaude à Clermont-Ferrand. Certains sont particulièrement ingénieux, utilisant la forme de la pièce remployée pour détourner son usage, comme ce bloc majeur, à savoir une vasque a deux pieds en dalle, remployée et retaillée en fontaine a escalier (peut-être parce qu’elle avait été cassée).


Vasque à deux pieds retaillée et remployée en fontaine a escalier

D’autres exemples montrent une généralisation des blocs en remploi, relevant certainement de l’opportunité.
La bordure du bassin est formée d’un puissant stylobate doté de colonnes, accolé à des latrines collectives. Les rigoles de ces latrines sont toutes creusées dans des blocs remployés. Les creusements sont tous de 20 cm de diamètre. Parmi les blocs les plus intéressants : une base (conservée sur 34 cm de haut pour 94 cm de diam.) à un tore conservé, orné d’une tresse, sur une plinthe ornée d’un rinceau.

 


Un linteau orné creusé d’une cavité de bourdon.


Les sièges des latrines eux-mêmes étaient supporté par des blocs de placage de base de pilastre en marbre

 

Bibliographie

Guy Alfonso et al. — Les espaces de cuisine d’un édifice public ou collectif d’Augustonemetum : Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Paris : Editions CNRS, 2013. (GALLIA. CNRS 0016-4119 ; 70/1).

Véronique Brunet-Gaston, L’adaptation du modèle italique des « jardins » dans la Gaule romaine. Quelques exemples récemment fouillés en France, Archéopages, avril 2013 : es jardins, p. 10-17

 

Pour citer cet article : Véronique Brunet-Gaston, “Le remploi dans les blocs de caniveau des latrines du carré Jaude (Clermont-Ferrand)”, in GDR ReMArch, 06/07/2020, https://remarch.hypotheses.org/516.

Haude Morvan, “Les remplois de la cathédrale de Pise (Pise, Italie)”


Cathédrale de Pise, porte des chanoines (côté occidental du bras sud du transept), avec remplois d’éléments architecturaux antiques. Cliché : Haude Morvan.

Dans l’Italie médiévale, Pise est une des plus grandes puissances, jusqu’à sa conquête par Florence en 1406. La cathédrale est reconstruite entre 1064 et le milieu du XIIe siècle en utilisant un grand nombre de remplois. Il s’agit surtout d’éléments architecturaux provenant de monuments antiques, mais aussi d’œuvres islamiques prises aux Sarrasins et d’éléments sculptés provenant de l’ancienne cathédrale (on trouve notamment des fragments de clôture de chœur enchâssés dans le parement du nouveau chevet).
Les remplois antiques sont porteurs d’un discours bien spécifique, explicité par les inscriptions en façade et par la littérature contemporaine. Comme le racontent les inscriptions en façade, la cathédrale a été reconstruite grâce au butin pris aux Sarrasins lors de victoires des Pisans en Méditerranée (en Sicile, Sardaigne, et Afrique du Nord). Les Pisans se comparent aux citoyens romains, vainqueurs des Carthaginois. Dans ces mêmes décennies où la cathédrale est reconstruite, la ville, qui était sous contrôle de l’archevêque, passe progressivement au régime communal. Les magistrats de la commune s’inspirent des institutions antiques romaines, et prennent par exemple le titre de « consuls ». Les remplois antiques participent donc d’un discours qui fait de Pise la nouvelle Rome. Si la plupart des éléments architecturaux proviennent de monuments antiques de Pise, des chapiteaux provenant des thermes de Caracalla à Rome ont été achetés pour l’intérieur de l’église, ce qui montre bien la volonté de s’approprier le prestige de Rome. Des citoyens pisans illustres sont par ailleurs comparés à de grandes figures de l’Antiquité romaine dans les inscriptions et dans la littérature. Ainsi, le premier architecte de la cathédrale, Buscheto, a été inhumé dans un sarcophage antique à strigiles inséré dans la façade terminée au milieu du XIIe siècle, et une inscription le compare à Ulysse et Dédale.
Parmi les remplois antiques, on trouve de nombreuses inscriptions utilisées dans le parement extérieur, qui proviennent vraisemblablement de monuments officiels qui étaient alors encore visibles à Pise. Elles n’ont pas été choisies au hasard, mais le plus souvent soigneusement taillées pour présenter des noms d’empereurs. Les remplois antiques dans la cathédrale de Pise ont en effet une signification supplémentaire : leur connotation impériale rappelle que Pise est une ville gibeline, c’est-à-dire fidèle à l’empereur germanique dans le conflit qui l’oppose au pape.


Cathédrale de Pise, tombe de l’architecte Buscheto en façade, incluant un sarcophage antique à strigiles. Cliché : Haude Morvan.


Cathédrale de Pise, chevet, remploi d’une inscription antique portant des noms d’empereurs. Source : M.M. Donato, ‘Costruita dai suoi cittadini’… (cf. biblio).

Les bâtisseurs de la cathédrale ont aussi très habilement copié des éléments antiques (chapiteaux, architrave, etc.), au point que la différence entre les décors remployés et les décors sculptés aux XIe et XIIe siècle est parfois très peu perceptible. Un sarcophage du IIIe siècle représentant un phare encadré de deux bateaux a été remployé à la verticale comme piédroit d’une fenêtre du chevet. Ce même motif est recopié en face, sur le campanile. Le choix du sarcophage n’est pas anodin : il fait référence à la puissance maritime de Pise, alors plate-forme commerciale et puissance militaire en Méditerranée.


Cathédrale de Pise, chevet. Deux chapiteaux: celui de gauche est du IIe siècle, celui de droite du XIe. Source : M.M. Donato, ‘Costruita dai suoi cittadini’… (cf. biblio).

 

Fiche rédigée par Haude Morvan, le 26/06/2020

Bibliographie
M.M. Donato, ‘Costruita dai suoi cittadini’. La cattedrale di Pisa: storie e domande intorno a un monumento (quasi) millenario, in Opera Nomina Historiae, n°8 (2013), p. 1-57 http://onh.giornale.sns.it/numero_8_2013.php

Pour citer cet article : Haude Morvan, “Les remplois de la cathédrale de Pise (Pise, Italie)”, in GDR ReMArch, 26/06/2020, https://remarch.hypotheses.org/485.

Laura Foulquier, “Remploi de fragments de chancel (cathédrale de Clermont-Ferrand)”

Fragments de chancel remployés dans la crypte de la cathédrale de Clermont-Ferrand

Fragment de chancel remployé dans la crypte de la cathédrale de Clermont-Ferrand. © Laura Foulquier.

En octobre 1855, Aymon Mallay, entreprend des travaux dans le chœur de la cathédrale de Clermont-Ferrand afin de procéder à la pose de l’autel et de grilles. Il dégage partiellement les bases de la crypte et de l’ancien chœur roman. Les fouilles sont limitées au niveau de la chapelle nord-ouest, tandis qu’une partie de la salle centrale est décaissée. Les fouilles prennent fin avant 1870 (MALLAY 1869 : 307-310). La crypte avait été comblée au milieu du XIIIe siècle. Ses fondations étaient constituées d’un certain nombre de blocs architecturaux ou sculptés antiques.

« L’appareil comporte de nombreux remplois de matériaux antiques, des fragments d’inscriptions comme celui remployé au bas du mur ouest de la chapelle nord-ouest, des fragments de colonnes, des morceaux de pierres moulurés (dans les fondations orientales du chevet en particulier faites de blocs énormes, posés presque sans mortier les uns sur les autres ; de très grandes pierres sont aussi remployées dans la pièce centrale ainsi que des pierres de moyen appareil alors qu’à l’intérieur du déambulatoire on trouve plutôt des moellons mal équarris et même cassés au marteau noyés dans des couches de mortier […] ».

En novembre et décembre 1908 et  mai et juin 1909, les fouilles menées par Henri du Ranquet et Georges Rupricht-Robert dégagent la salle centrale, ainsi que la partie orientale du déambulatoire, la chapelle sud-ouest, la chapelle sud-est, de manière partielle, et les courbes de trois chapelles hautes, précisant ainsi le plan de la crypte. Un an plus tard, un sondage effectué dans le déambulatoire gothique, côté sud, met au jour la courbe extérieure de la chapelle rayonnante sud-ouest et l’amorce de l’absidiole du bras sud du transept roman.

Par la suite, une campagne de restauration et divers aménagements ont lieu de 1946 à 1948. C’est à cette occasion que sont fixés au mur certains fragments de chancel extraits des murs.

Enfin, en 1999, de nouvelles interventions archéologiques débutent dans la crypte de la cathédrale, amenant une mise au point des différentes documentations antérieures et de nouvelles perspectives de recherches[1].

La crypte se compose d’une salle rectangulaire, dont la partie centrale est divisée en trois nefs voûtées d’arêtes, et d’un déambulatoire ouvrant sur des chapelles rayonnantes. Ces chapelles sont pourvues d’aménagements liturgiques qui présentent la particularité de réutiliser de nombreux fragments de chancels. Ces fragments, datés du IXe ou du Xe siècle, appartiennent aux installations liturgiques du chœur de la cathédrale préromane. Ils ont été réutilisés dans les maçonneries au XIIe siècle et au début du XIIIe siècle, lors des travaux d’aménagements de la crypte. Dans la chapelle nord-ouest, un autel comportant un certain nombre de fragments de chancel a été adossé contre le mur oriental. Deux piliers de chancel ont été également réutilisés comme montants pour la création d’une armoire liturgique ménagée dans le mur est de la chapelle. La réutilisation de ces fragments annihile tout souvenir de leur fonction primitive. Afin de tirer parti au mieux de ces éléments, les constructeurs n’ont pas hésiter à procéder à un certain nombre de modifications. Les évidements des entrelacs ont été comblés par du mortier de façon à obtenir une surface plane, barrée d’une profonde rainure pour faciliter l’insertion d’une étagère. Enfin, l’armoire était close par une fermeture à deux battants de bois. Ces fragments étaient donc devenus méconnaissables. La chapelle sud-est est partiellement comblée par les massifs de fondations gothiques, de sorte que seule la partie occidentale est aujourd’hui accessible. Deux fragments sculptés d’entrelacs, retaillés, sont réutilisés pour faire fonction de fenestella.

Dans le mur est, une niche de forme rectangulaire est ménagée et présente deux fragments sculptés d’entrelacs.

Une disposition analogue s’observe dans le mur nord, où une niche comporte également un fragment sculpté d’entrelacs.

La paroi nord de la chapelle sud-ouest (VI) offre une grande niche de forme rectangulaire, dont le fond était constitué d’une plaque sculptée d’entrelacs dont ne subsiste que l’empreinte en négatif. Une seconde empreinte en négatif est visible sur la paroi du montant est. Ces fragments de chancel avaient donc été réutilisés sans tenir compte du décor. La réutilisation est strictement pragmatique. Un fragment sculpté d’entrelacs est en outre réutilisé comme linteau de la porte menant à la chapelle.

 

Notice rédigée par Laura Foulquier, juin 2020

 

Bibliographie

CHEVALIER Pascale, « La cathédrale de Clermont-Ferrand : la crypte, dans Congrès Archéologique de France », 158e session, Basse-Auvergne, Grande Limagne, 2000, Paris, Société française d’archéologie, 2003, pp. 135-140.

FOULQUIER Laura, Dépôts lapidaires, réutilisations et remplois (Antiquité-haut Moyen Âge). Pour une nouvelle approche de la christianisation et des sanctuaires de l’ancien diocèse de Clermont au Moyen Âge, Thèse de Doctorat, 2008.

MALLAY A. G., « De quelques découvertes faites en ces derniers temps à la cathédrale de Clermont », dans Semaine religieuse de Clermont, semaine du 30 octobre 1869, pp. 307-310.

PHALIP Bruno, « Clermont-Ferrand, Une cathédrale et un projet (VIIIe-XIIe siècle). Étienne II face à Godescalc », dans Materia y acción en las catedrales medievales (ss. IX-XIII), Gerona, Espagne, 2015, pp.126-144.

RANQUET Henri du, « Les fouilles du chevet de la cathédrale », dans Bulletin monumental, 73, 1909, pp. 311-316.

 

[1] Ces différentes campagnes de fouilles dirigées par Pascale CHEVALIER sont résumées dans « La cathédrale de Clermont-Ferrand : la crypte, dans Congrès Archéologique de France », 158e session, Basse-Auvergne, Grande Limagne, 2000, Paris, Société française d’archéologie, 2003, pp. 135-140.

Pour citer cet article : Laura Foulquier, “Remploi de fragments de chancel (cathédrale de Clermont-Ferrand)”, in GDR ReMArch, 18/06/2020, https://remarch.hypotheses.org/398.