Nicolas Delferrière, “Le démantèlement du castrum tardo-antique de Sens (Yonne) documenté par François Thiollet (1847-1859) : blocs et stèles antiques en remploi”

Le milieu et la seconde moitié du XIXe siècle sont marqués par une large entreprise de démantèlement des murailles des castra tardo-antiques dans les villes de Bourgogne. Sens, dans l’Yonne, n’y fait pas exception. La volonté d’ouvrir les villes anciennes, trop à l’étroit derrière d’imposants murs, livre au fur et à mesure de la destruction de ces derniers, de nombreux blocs antiques, en particulier funéraires, qui avaient été employés pour leur construction. L’opération qui était en cours à Sens a eu la chance d’être documentée par un architecte, François Thiollet, qui produisit plusieurs aquarelles entre 1847 et 1859, dont l’une d’entre-elles est particulièrement significative de l’usage des remplois, avec certains éléments déjà extraits des murs et d’autres encore insérés au cœur de la muraille. On aperçoit à la fois des stèles funéraires, des blocs plus imposants appartenant sans doute à des mausolées, mais également des inscriptions funéraires parfaitement identifiables en raison du formulaire typique de consécrations aux Dieux Mânes « D M ». On constate à partir de ce qui est documenté à Sens, que les blocs remployés n’avaient pas vocation à être visibles, mais à n’être que de simples matériaux de construction, peu chers parce que récupérables facilement dans les nécropoles à l’extérieur de la ville.

François Thiollet, extrait de la planche A3 de l’Album Thiollet, 1847-1851, conservé à la Société archéologique de Sens. Cliché : N. Delferrière, 2022.

Nicolas Delferrière, Marie-Anaïs Janin, “Un autel romain offert à la déesse Sequana remployé dans l’église Notre-Dame de Salmaise (Côte-d’Or)”

Au tout début du XXe s., à l’occasion de travaux de restauration de l’église Notre-Dame de Salmaise menés par Charles Javelle, le démontage des lambris du XVIIIe s. qui composaient le soubassement de l’autel du croisillon sud du transept de l’église Notre-Dame de Salmaise a laissé apparaître un autel romain inscrit daté de la seconde moitié du IIe s., dédié à la déesse Sequana, servant de support à la table en pierre calcaire de l’autel chrétien consacré à la Vierge Marie.


Autel dédié à la Vierge et autel romain antique en remploi qui lui sert de support, dans l’église Notre-Dame de Salmaise (Clichés : N. Delferrière, 2021).

La qualité de cet autel et notamment de son inscription antique païenne sont remarquables. On comprend que l’objet ait pu être utilisé, en raison de sa forme et de sa solidité, comme un support et qu’il ait également été caché aux regards des visiteurs pendant plusieurs siècles en raison du nom de la divinité invoquée dessus. L’inscription se développe sur six lignes ainsi :

Deae Sequanae, // Hilariclus, Cl(audi) / Aviti ser(vos), / pro Hilariano / filio posuit, / v(otum) s(olvit) l(ibens) m(erito).

« À la déesse Séquana, Hilariclus, esclave de Claudius Avitus, pour son fils Hilarianus, a fait poser (cet autel) et s’est acquitté de son vœu librement et à juste titre. »

En raison de la proximité du sanctuaire des Sources de la Seine à environ 7 km à pied, il apparaît très probable que ce magnifique ex-voto lapidaire a été rapporté du site antique pour servir de remploi dans l’église de Salmaise, dont les origines remontent au moins au XIe s. Outre l’origine de l’objet, le fait qu’il a été inséré dans l’autel chrétien avec la volonté de laisser l’inscription apparente interpelle et interroge. Les fidèles semblent avoir pu voir l’inscription avant sa couverture sous des lambris au XVIIIe s., malgré une certaine tendance, aux siècles précédents, à cacher ou détruire ce qui rappelait le paganisme : le mot latin deae au début de l’inscription pouvait avoir une certaine résonnance en contexte chrétien qui a vu ce lieu qualifié de ecclesia sancte Marie, tout en rappelant la victoire du christianisme sur la vieille religion polythéiste par la position du monument antique comme support à un autel chrétien. Son inscription, sa typologie et la qualité de son matériau local (calcaire) ont sans doute eu une incidence sur le choix de la transporter pour un tel remploi au haut Moyen Âge.

 

Bibliographie :

Fonds de la Commission des Antiquités du département de la Côte-d’Or, 69 J 70, « Dossiers documentaires. Salmaise », Archives Départementales de Côte-d’Or.

Deyts Simone, Un peuple de pèlerins : offrandes de pierre et de bronze des sources de la Seine, Dijon, 1994, p. 123, pl. 55-2.

Drioux Georges, Les Lingons. Textes et inscriptions antiques, Paris, 1934, n° 297

Gentil Vincent, Gallo-Romains d’Alésia. Épigraphie et société (Ier siècle av. J.-C. – IIIe siècle ap. J.-C.), Paris, p. 148-149, n° 28.

Héron de Villefosse Antoine, « Une inscription portant le nom de la dea Sequana », Bulletin de la Société nationale des Antiquaires, 1906, p. 309-311.

Hirschfeld Otto, Corpus Inscriptionum Latinarum, XIII, Inscriptiones trium Galliarum et Germaniarum Latinae, Berlin, 1899, n°11575.

Le Bohec Yann, Inscriptions de la cité des Lingons. Inscriptions sur pierre, Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, 2003, n° 275.

Provost Michel et alii, Carte Archéologique de la Gaule, 21/3 : La Côte d’Or (Nuits-Saint-Georges-Voulaines-les-Templiers), Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 2009, p. 166.

Sapin Christian, « Salmaise (Côte-d’Or). Église Notre-Dame », Archéologie Médiévale, 21, 1991, p. 334.

Serbat Louis, « Inscription de Salmaise », Bulletin Monumental, 70, 1906, p. 572.

Nicolas Delferrière, Émeline Retournard, “Une stèle romaine remployée dans la construction du donjon médiéval du château de Vignory (Haute-Marne) au XIIe siècle”

Les travaux de restauration et de rénovation récents du donjon médiéval du château de Vignory (Haute-Marne) ont permis la mise au jour d’une stèle funéraire romaine en remploi. Cette dernière en calcaire oolithique avait été utilisée comme bloc de construction au milieu du XIIe siècle, les traces de retailles et de bûchage permettant une adhésion plus efficace du mortier de construction en témoignent. La partie décorée de la stèle, notamment la figuration du défunt de pied en cap, n’était pas visible sur la façade de l’édifice, au niveau du haut du chaînage d’angle puisque le bloc fut inséré horizontalement ; c’est peut-être d’ailleurs à cette étape que la partie supérieure de la stèle fut détruite en raison de la présence très probable d’une niche semi-circulaire ou triangulaire en partie sommitale, ce qui aurait gêné son remploi. En outre, sa face avant a été arasée afin d’obtenir une épaisseur de pierre homogène et faciliter l’emboîtement de la stèle dans l’angle du donjon (dimensions actuelles de la stèle : 1,17 m x 0,66 m x 0,25 m). Ce n’est qu’en voulant changer quelques pierres usées par le temps et qui menaçaient ruine que les ouvriers ont eu la surprise de la voir apparaître en 2010, bien cachée sous le bloc qui la surmontait et qu’elle fut ensuite déposée au musée municipal de Vignory où on peut désormais l’observer dans de bonnes conditions. Les vestiges antiques de Vignory sont assez nombreux, il n’est donc pas étonnant que les hommes du Moyen Âge se soient servis parmi eux à la recherche de matériaux de construction.

Donjon médiéval du château de Vignory avant le début des restaurations en 2009, avec indication en rouge de l’emplacement du remploi de la stèle romaine dans le chaînage d’angle (Cliché libre de droits).

Stèle romaine en remploi dans le chaînage d’angle du donjon du château de Vignory au moment de sa découverte en 2010 (Cliché : Histoire et Patrimoine de Vignory, avec l’aimable autorisation de Julien Marasi).

Bibliographie :

DELFERRIÈRE Nicolas et RETOURNARD Émeline, « Une statuette antique découverte à Vignory (Haute-Marne) ? », Bulletin de la Société de Sciences Naturelles et d’Archéologie de la Haute-Marne, nouvelle série, n° 16, 2017, p. 28-30.

EDME Anne-Laure, « L’art funéraire de la Lingonie romaine », Les Cahiers Haut-Marnais, 278, 2015-3, p. 37-52.

EDME Anne-Laure, Les différents modes d’évocation des défunts chez les Éduens, les Lingons et les Séquanes au Haut-Empire (Ier-IIIe siècles) : de l’épigraphie à la représentation figurée, thèse de doctorat en archéologie sous la direction de D. Vitali et V. Gaggadis-Robin, Université de Bourgogne-Franche-Comté, Dijon, 2018, vol. 1, p. 112 ; vol. 2, p. 48, fig. 82 ; vol. 3, p. 610, Ling-448.

EDME Anne-Laure, « La seconde vie des sculptures antiques : le phénomène de remploi des monuments funéraires dans l’Est de la Gaule (cités des Éduens, des Lingons et des Séquanes », dans Gaggadis-Robin Vassiliki et Larcquier (de) Nicolas (dir.), La sculpture et ses remplois, Actes des IIe rencontres autour de la sculpture romaine, L’atelier du sculpteur 1, Ausonius, Bordeaux, 2019, p. 105-120.

THÉVENARD Jean-Jacques, avec la collaboration de VILLES Alain et NEISS Robert, La Haute-Marne, Carte archéologique de la Gaule, 52/1, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 1996, p. 316 (Vignory).

Nicolas Delferrière, Émeline Retournard, “Deux colonnes antiques en griotte verte des Pyrénées remployées dans l’église Notre-Dame de Chamalières (Puy-de-Dôme)”

Deux colonnes antiques en griotte verte des Pyrénées remployées dans l’église Notre-Dame de Chamalières (Puy-de-Dôme)

L’église Notre-Dame de Chamalières est l’un des exemples les plus précoces de construction romane en Auvergne. La nef, le narthex et le massif occidental appartiennent à la partie la plus ancienne de l’édifice qui remonterait autour du Xe s. Le narthex communique avec la nef centrale de l’église par trois arcs en plein cintre dont les extrémités sont légèrement recourbées comme en fer à cheval : l’arc central mesure 2,05 m de diamètre tandis que les deux latéraux mesurent 1,10 m. Servant de supports à l’arcade centrale, deux courtes colonnes en griotte verte des Pyrénées (importation provenant de l’autre extrémité de la Gaule Aquitaine) présentent des chapiteaux décorés en arkose (époque carolingienne ?).


Vue des fûts de colonnes antiques en remploi dans le narthex depuis la nef (cliché : Émeline Retournard, 2023).


Plan de l’église Notre-Dame de Chamalières avec indication des deux remplois de colonnes antiques (en vert) dans le narthex (extrait de Chardon du Ranquet de Guérin 1895, p. 419 ; modifications : Émeline Retournard, 2023).

D’après l’abbé Chouvet, curé de la paroisse à la fin du XIXe s. qui fit faire des fouilles à l’intérieur de l’église, la base des colonnes est conservée à environ 1,50 m de profondeur et présentait une « pierre d’arkose circulaire surmontée de deux tores sur lesquels viennent reposer les fûts » (Chardon du Ranquet de Guérin 1895, p. 415). La partie actuellement visible des fûts dans l’édifice mesure 1,04 m de hauteur, 1,20 m de diamètre au sol à la jonction avec le dallage et 1,10 m de diamètre sur la partie sommitale, en lien avec le chapiteau ; la réalisation de ces fouilles permet de contredire le témoignage M. Pasumot qui au début du XIXe s. indiquait qu’il s’agissait de deux fragments « d’une belle colonne en cipolin qu’on a sciées en deux pour appuyer la voûte de la chapelle des fonts baptismaux » (François Pasumot cité dans Provost et Mennessier-Jouannet 1994, p. 68). Polies et parfaitement unies, ces deux colonnes monolithiques mesurent donc au moins 2,54 m de hauteur et proviennent d’un édifice antique qui devait être situé dans les environs de l’église, peut-être des thermes mis au jour derrière le chevet de l’église aux 7 et 9 de la rue Desaix.


Détails des fûts de colonnes antiques en remploi vus depuis le narthex (clichés : Émeline Retournard, 2023).

La qualité esthétique, en particulier chromatique, de la griotte verte et la bonne conservation de ces colonnes ont constitué des critères de choix pour leur remploi comme matériaux de construction dans l’église, alors en construction. Leur antiquité parfaitement identifiable en raison de l’emploi de ce matériau atypique, non local, au regard du reste de l’édifice a également été sans doute un critère significatif. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que les multiples représentations de l’intérieur de l’église au XIXe s. mentionnent et représentent clairement les colonnes antiques du narthex.


Jean-Baptiste-Joseph Jorand (1788-1850), Vue des deux colonnes antiques dans l’église de Chamalières, 182. (date exacte de production inconnue, extrait de https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b77427600.item#) et détail.

Bibliographie :
Chardon du Ranquet de Guérin Henri, « Église de Chamalières près Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) », Bulletin Monumental, 60, 1895, p. 412-444.
Deshoulières François, « L’église de Chamalières (Puy-de-Dôme) », Bulletin Monumental, 92-1, 1933, p. 89-91.
Provost Michel et Mennessier-Jouannet Christine, Le Puy-de-Dôme, 63/2, Carte archéologique de la Gaule, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 1994, p. 68-69.

Séverine Blin, “Remplois de statues antiques, les lions de Saint-Michel des Lions de Limoges (Haute-Vienne)”

L’importance iconographique que revêtent les statues de lions dans le paysage de la région limousine à l’époque médiévale a déjà été mise en évidence par plusieurs travaux, qui traitent notamment de l’utilisation de la figure de cet animal dans le cadre du pouvoir ecclésial. Ces « gardiens de pierre » sont taillés dans des granits locaux, certes solides et résistants mais ingrats pour réaliser des éléments sculptés, qui requièrent donc des savoir-faire particuliers pour leur fabrication. Ils constituent à ce titre des témoignages intéressants sur le niveau de maîtrise et les qualités techniques développées par les artisans locaux, tailleurs de pierre et sculpteurs, capables de déplacer et de mettre en forme ces sculptures particulièrement massives et fragiles. Certains de ces lions présents devant les porches d’entrée des églises du Limousin ont été si bien intégrés à leur nouveau cadre architectural et conceptuel, que la mémoire de leur usage premier a été presque entièrement effacée, si bien que le chemin qui mène vers leur origine antique reste difficile à restituer ou même tout simplement à établir. Ils sont complètement absents des recueils de sculptures antiques, Emile Espérandieu note d’ailleurs que ce territoire est très pauvre en sculptures romaines. C’est donc un cas presque troublant, où le remploi atteint une forme de perfection dans la fusion avec son nouvel usage et le cadre symbolique dans lequel il a désormais été introduit.

Les statues de lions de grande taille disposés devant l’église de Saint-Michel-des-Lions de Limoges constituent de remarquables témoignages de ces remplois d’antiques. Jusqu’en 1840, ils étaient placés sur les extrémités du mur du cimetière, qui a été supprimé et arasé au début du XXe siècle, ils sont aujourd’hui placés devant le portail. On leur a attribué une fonction singulière dans le cadre judiciaire mentionnée à plusieurs reprises depuis les XIe siècle dans les commentaires historiques sur la ville, notamment dans cet extrait de J. A. Dulaure, Description des principaux lieux de France, 1789.
“Saint-Michel-des-Lions est ainsi appelée à cause de deux lions en pierre que l’on voit à l’entrée de cet édifice. Ces figures de lion témoignent l’ancien droit de juridiction d’une église ; elles servoient autrefois, suivant l’abbé Lebœuf, à supporter le siège du juge ecclésiastique, soit official, soit archiprêtre, dans les siècles où leurs” jugemens se prononçoient aux portes des églises”. On trouve plusieurs de ces jugements qui se terminent en effet par cette formule « Datum intra duos leones » “.
D’après Thomas Creissen, ces lions ont peut-être par la même occasion servi à délimiter les juridictions de l’abbaye Saint-Martial et de la vicomté de Limoges.


Figure 1 : Les deux lions de l’église Saint-Michel, Anonyme, 1638. URL : https://bnl-bfm.limoges.fr/s/bibliotheque-virtuelle/item/993

Comme on le voit, ces statues imposantes de Saint-Michel-des-Lions contiennent des fonctions symbolique, religieuse et politique extrêmement importantes. Leur style et leur taille dérogent aussi des autres représentations léonines découvertes dans la région. Le choix de la composition générale comme la qualité d’exécution, qui apparaissent encore assez nettement malgré l’effet de l’érosion (les museaux ont complètement disparu), ou encore le rendu du modelé et des détails anatomiques des animaux ne rencontrent pas de parallèles directes. Bien que les statues de lions couchés, conservées actuellement à Limoges devant la DRAC ou à Saint-Maurice-des-Lions sur la place du Terrier, soient manifestement antiques, elles aussi, elles présentent un traitement moins soigné. Pourtant, les datations proposées pour les lions de Saint-Michel de Limoges restent très aléatoires. C’est que les deux statues n’ont pas encore fait l’objet d’une étude adaptée, qui permettrait de déterminer leur origine. Un simple examen sur place permet de faire plusieurs observations intéressantes qui attestent leur premier emploi dans un cadre architectural très différent de l’actuel : faces de joint taillées sur la partie avant et arrière des statues, présence de mortaise de pince à crochet, mortaises de goujon disposées sur les flancs des statues, etc. Par ailleurs, les différentes données, qu’elles soient issues des caractéristiques techniques ou des éléments stylistiques (composition, traitement du modelé, etc.) convergent en faveur du remploi d’un groupe homogène de deux statues, qui étaient initialement destinées à être présentées de manière symétrique, probablement de part et d’autre d’une ouverture. Elles permettent également de confirmer la datation antique, déjà proposée par J. Loustaud, puis par Thomas Creissen et Jacques Roger. A titre d’hypothèse, ces lions, dont il est dit qu’ils furent découverts dans le secteur de l’amphithéâtre de Limoges, pourraient être issus des vestiges de l’édifice de spectacle, mais le plus probable est de les rapprocher des espaces de nécropoles identifiés non loin. Même si l’on dispose de très peu de données sur la morphologie des monuments funéraires d’époque impériale de la capitale des Lémovices, les lions pourraient être attribués au programme sculpté d’un mausolée antique, où ils jouent habituellement la fonction apotropaïque de protecteurs des tombeaux.

Figure 2 et 3 : Les statues de lions devant Saint-Michel-des-Lions (clichés de l’auteur).

Bibliographie
CHARDONNET S., « Les statues de lions des églises romanes, des gardiens de pierre entre espace profane et espace sacré », Frontière·s [En ligne], 3 | 2020, mis en ligne le 14 décembre 2020, consulté le 06 septembre 2022. URL : https://publications-prairial.fr/frontiere-s/index.php?id=450
CREISSEN T. et ROGER J., « Quelques réflexions sur les remplois antiques en Limousin au cours du Moyen Âge », Hortus Artium Medievalium 17, 2011, p. 61 76.
DESBORDES J.-M. et LOUSTAUD J.-P., Limoges antique (Haute-Vienne), Guides archéologiques de France, 1994, p. 94-95.
DULAURE J. A., Description des principaux lieux de France, 4-Poitou, 1789.
ESPERANDIEU E., Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, t. II Aquitaine, 1908, pour Limoges p. 384-390.
LECLER, André (abbé), Histoire de l’église et de la paroisse Saint-Michel-des-Lions, à Limoges, 1920. URL : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k145984k
MERIGOT A. (abbé), L’église Saint-Michel-des-Lions, Limoges, notice historique et archéologique, Limoges, 1953.

Florent Delencre, “Remplois de blocs de mortier de tuileau dans les maçonneries d’un atelier de forge moderne (Villards-d’Héria, Jura)”


Fig. 1 Vue sur la coupe NO des ruines de l’atelier de forge moderne, sondage 2 avec le parement sud du mur 13016 (cliché : O. Gros et A. Jeanjacques 2021).

Le site inférieur de Villards-d’Héria (Jura, France) est connu comme un vaste complexe, fouillé anciennement, correspondant aux vestiges d’un sanctuaire gallo-romain au « Pont des Arches » daté du IIe siècle après J.-C., associé à un balnéaire et à des Hospitalia.
Depuis 2019, un PCR coordonné par R. Grebot et S. Lourdaux-Jurietti a pour vocation de caractériser l’occupation autour du site archéologique et de comprendre son évolution. Localisé sur la parcelle « Sur le Brochet » à 150 m en aval du sanctuaire, trois sondages ont été implantés dans ce cadre en lien avec des structures repérées par des prospections géophysiques magnétiques et par la mise en évidence d’anomalies topographiques sur le LiDAR UFC-CNRS UMR 6249 Chrono-Environnement, acquis pour le projet UBFC I-Site PubPrivLands.
Au mois d’août 2021, ces sondages ont mis au jour un bâtiment interprété comme un atelier de forge moderne entre un aqueduc monumental antique en grand appareil et le cours de l’Héria. L’interprétation des vestiges repose sur le mobilier métallique qui se caractérise par des chutes, des soies de préhensions et sur les résidus sidérurgiques (scories et culots de forge). La datation est donnée par le mobilier céramique (post-XVe siècle) et par l’absence du bâtiment sur le Cadastre napoléonien établi en 1833.
Une des maçonneries se caractérise par des remplois évidents. Des blocs de mortier de tuileau ont été retaillés et insérés dans les deux parements de ce mur, au milieu des moellons en calcaire local liés avec un mortier de chaux (Fig. 1). Le mortier de tuileau est constitué de mortier blanc avec un granulat constitué en majorité de très grosses inclusions de terre cuite jusqu’à 4 mm de côté (Fig. 2).


Fig. 2 Détail d’un bloc en mortier de tuileau dans le mur [13016] (cliché : Fl. Delencre 2021).

La construction de cet édifice moderne témoigne d’une récupération opportuniste des ruines antiques localisées à grande proximité. Si les blocs de mortier de tuileau sont des traces évidentes, ils s’associent à des traces de rubéfaction positionnées sur les parties internes et les cassures de certains moellons et à une grande irrégularité des pierres de parement qui semble être liée aux matériaux antiques disponibles. La nature lithique des moellons, déterminée comme le Calcaire à Nérinées daté du Kimméridgien inférieur, est constitutive du substrat du site et correspond également aux blocs de grand appareil de l’aqueduc antique.

Liste des références citées
Delencre 2021 : Delencre Fl., 2021, Carrières & Matériaux. Rapport PCR – Villards-d’Héria. Occupation du territoire, continuité, évolution – année 1 – 2020. Besançon, Service Régional de l’Archéologie Bourgogne-Franche-Comté, 33 p.
Delencre 2022 : Delencre Fl., 2022, Villards-d’Héria (39) « Sur le Brochet ». Sondages entre l’aqueduc monumental et l’Héria. Rapport d’opération de sondage, deuxième année de triennale – 2021, Dijon, Service Régional de l’Archéologie Bourgogne-Franche-Comté, 186 p.
Lerat 1998 : Lerat L., 1998, Les Villards d’Héria (Jura). Recherches archéologiques dirigées par l’auteur de 1958 à 1982 sur le site gallo-romain du « Pont des Arches ». I – Texte. Besançon, Presses Universitaires Franc-Comtoises ; Paris, Les Belles Lettres, 243 p. (Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté, 677, Série Archéologie 44).

Juliette Masson, Hélène Réveillas, “Saint-Pierre de Gradignan (Gironde) : un linteau monolithe à faux claveaux réutilisé dans l’architecture funéraire”


Fig. 1 : Gradignan, Place Roumégoux : coffrage de blocs calcaires liés au mortier, et linteau monolithe réutilisé en logette céphalique (cl. M.-C. Daverat).

Lors des fouilles menées en 2017 et 2018 sur la place Roumégoux à Gradignan (Gironde), portant sur l’église paroissiale, démolie au XIXe siècle, et le cimetière alentour, plusieurs sépultures médiévales présentaient une architecture funéraire composée de blocs de calcaires.

Un de ces coffrages est composé de blocs calcaires non taillés ou juste équarris, d’éléments de silex issus du substrat local et de galets, liés au mortier de chaux. Ce coffrage comporte une logette céphalique monolithe confectionnée dans un calcaire coquillier (Fig. 1). Elle mesure 0,35 m sur 0,45 m pour une épaisseur de près de 0,27 cm. Sur sa face sommitale plusieurs traits sont taillés en bas-relief, larges en moyenne de 1,5 cm. Deux traits circulaires dessinent l’intrados et l’extrados d’un arc et ils sont associés à des traits formant des rayons divergents, l’ensemble simulant 5 faux claveaux.  La logette s’apparente alors à un linteau coiffant une baie en arc plein-cintre, dont plusieurs exemples sont encore conservés dans les églises romanes de la région. J.-A. Brutails rapporte que « souvent le tailleur de pierre a figuré sur la face vue du linteau les joints et l’extrados d’un arc. Avec ou sans ce faux appareil, les linteaux échancrés se rencontrent en bien des églises girondines : Virsac, Sainte-Colombe, Castel-Vieil, Sauviac, Escaude, Lignan-de-Bazas, Lignan-de-Créon, Baurech, Lurzine, Meynac, Tarnès, Lascurade, Nérigean, Saint-Félix de Foncaude, Marsas etc. » (Brutails 2008 : 206). À Pleine-Selve également (Gironde), une baie aménagée XIIIe siècle a conservé un linteau formé de 2 blocs simulant de faux claveaux (Masson 2012 : 603). Un peu plus loin à l’église de Fenioux (Charente-Maritime), datée du XIIe siècle, conserve des linteaux avec 5 faux claveaux.  Dans la même région, le prieuré de Trizay conserve les baies romanes du dortoir des moines, agrémentés d’un linteau avec un faux appareil de 7 claveaux (Gensbeitel 2017 : 40). Dans la description de l’église de Gradignan qu’il propose en 1843, Des Moulins écrivait que les baies étaient très étroites, coiffées de ce type de linteau monolithe à faux claveaux, baies qu’il les datait du Xe siècle (Charles Des Moulins 1843).

Les exemples sont nombreux pour illustrer ces linteaux à claveaux simulés, mais la logette du coffrage de Gradignan montre ici un exemple de linteau recyclé à des fins funéraires. Le linteau semble avoir été retaillé et il est délicat de déduire de la largeur de l’extrados actuel les dimensions de la baie dont il est issu (ouverture de 0,33 m maximum), et si elle présentait un ébrasement. L’intrados a une forme plus quadrangulaire à la base qu’au sommet et pourrait suggérer une reprise pour agrandir l’arc de la baie afin de l’adapter aux formes des logettes réalisées à la même période, offrant au coffrage une forme anthropomorphe. L’extrados a conservé les angles du bloc originel. La face inférieure (face de pose en fonction logette) présente des parties planes et d’autres cassées, il n’est donc pas évident de déterminer si c’est l’épaisseur initiale ou si elle a été réduite pour servir de logette. L’aspect un peu sommaire des faux joints peut sembler archaïque mais face à si peu d’éléments et hors contexte, il n’est pas possible de dater cet élément en tranchant entre le Xe, le XIe ou le XIIe siècle. On peut toutefois proposer que ce linteau soit issu de l’église Saint-Pierre de Gradignan, fruit d’une récupération opportuniste lors de remaniements sur l’édifice doté d’un clocher au XIVe siècle, période où des reprises sont faites aussi sur les élévations (Charles Des Moulins 1843). Enfin, le décor offert par les faux claveaux donne à cette logette une ornementation rayonnante autour de la tête du défunt, détail qu’il semble opportun de souligner.

 

Bibliographie
Brutails 2008
Brutails J.-A., Les Vieilles églises de la Gironde, Bordeaux, France : Feret.
Charles Des Moulins 1843
Charles Des Moulins, « Notes sur les réparations faites à l’église de Gradignan », in Actes de l’Académie Royale des Sciences, Arts et Belles Lettres de Bordeaux, Bordeaux : s.n.
Gensbeitel 2017
Gensbeitel C., Prieuré Saint-Jean-l’Evangéliste dit « abbaye » de Trizay: Une dépendance de La Chaise-Dieu en Saintonge, Lieu de publication inconnu, France : : Abbaye d’Art de Trizay.
Masson 2012
Masson J., Geoffroi du Loroux et l’architecture religieuse en Aquitaine au XIIème siècle, Thèse de doctorat (Pessac, Université Bordeaux Montaigne).

Philippe Bernardi, “Le chantier de démolition de l’ancien palais comtal d’Aix-en-Provence, 1778-1786”


Bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence, Estampe B 9.

 

Le palais aixois des comtes de Provence qui deviendra au XVIe siècle le siège du Parlement de Provence avait englobé dans sa construction trois constructions gallo-romaines, désignées comme les tours du Trésor, de l’Horloge et du Chaperon. Il s’agissait pour deux d’entre-elles d’éléments de l’une des portes de la ville antique (la porte d’Italie) et pour la troisième, d’un mausolée placée au-devant de celle-ci (Tour de l’’Horloge, IIe s. ap. JC).

La démolition de l’ancien palais comtal a été menée à partir de 1778 et durèrent pendant près de huit ans pour permettre la construction d’un palais de justice et d’une prison édifiés sur les plans de Claude-Nicolas Ledoux.

L’estampe anonyme présentée donne à voir les travaux de démolition en cours à la fin du XVIIIe siècle. On peut y observer, au premier plan, un ensemble de matériaux triés et stockés tandis que des hommes emportent sur un véhicule qu’ils tirent ce qui semble être un gros bloc de pierre.

Au fond, un ouvrier semble affairé avec un pic à dégager des blocs de pierre.

Bibliographie :

Jean Boyer, Le Palais comtal d’Aix du Roi René à 1787, in « Société de Statistique d’Histoire et d’Archéologie de Marseille et de Provence », Marseille, 1983, p. 55-95.

Marie Bels et Núria Nin (dir.), Autour du palais, l’Histoire en chantiers, Catalogue réalisé à partir de l’exposition présentée lors des Journées du Patrimoine 1997, Aix-en-Provence, ARPA, 1997.

Charrière, Jean-Louis, La démolition du palais comtal d’Aix-en-Provence 1778-1786, Aix-en-Provence, Association archéologique Entremont, 2019.

Haude Morvan, “L’église Sainte-Praxède (Rome) : les remplois comme manifestation du pouvoir pontifical”

L’église Sainte-Praxède à Rome, sur la colline de l’Esquilin, est entièrement reconstruite par le pape Pascal I er (817-824). Depuis la fin du VIIIe siècle, les papes lancent de grands chantiers dans Rome, profitant de la disparition de la menace que représentaient les rois lombards, dont le territoire est occupé par Charlemagne qui noue une alliance avec le pouvoir pontifical. Les papes cherchent à manifester leur grandeur retrouvée par des références à une époque emblématique de l’union entre le pouvoir pontifical et le pouvoir impérial : le règne de Constantin (306-337). Le plan de Sainte-Praxède reprend ainsi (dans des dimensions moindres) celui de la basilique constantinienne de Saint-Pierre de Rome : la nef, divisée en trois vaisseaux (Saint-Pierre en comptait cinq), est précédée d’un atrium ; un transept débordant ouvre sur une abside semi-circulaire peu profonde surélevée par une crypte semi-annulaire.
Cette crypte abrite des restes provenant des catacombes romaines, et supposés comme étant ceux de martyrs. À cette translation de reliques, fait écho la « translation » d’éléments architecturaux antiques, remployés en grand nombre dans le chantier de Pascal Ier. Dans la nef, les colonnes et les chapiteaux qui soutiennent l’architrave proviennent de monuments antiques. On peut d’ailleurs noter que les remplois utilisés pour l’architrave se concentrent à l’extrémité de la nef, au plus près du sanctuaire.
On trouve également à l’entrée de la chapelle Saint-Zénon, mausolée attenant à l’église
bâti par le pape pour sa mère, des chapiteaux ioniques et un élément d’architrave surmonté d’un imposant vase en marbre. Les remplois de Saint-Praxède témoignent du fort poids symbolique de l’Antiquité dans les commandes pontificales au Moyen Âge. Indépendamment de la datation réelle des éléments architecturaux, ils renvoient alors à un passé prestigieux qui est celui de l’empire romain chrétien de Constantin et de ses descendants, que les souverains carolingiens tentent alors de restaurer, sous la protection spirituelle des papes.

Juliette Masson, “Remploi de galets de lest dans un muret de la fouille place Gambetta à Bordeaux”

Sur la place Gambetta à Bordeaux, des fouilles archéologiques sont prescrites et réalisées en 2019 en amont d’un vaste projet de requalification de cet espace. Les vestiges d’un muret (fin Moyen Âge/début époque moderne), composé de plusieurs types de matériaux, a soulevé la question de leur provenance. Large de 0,62 à 0,71 m et conservé sur une hauteur de 0,35 m, ce muret a été observé sur les 2,50 m de largeur de la fenêtre de fouille. Deux à trois assises sont repérables mais irrégulières. Il semble peu perturbé sur sa partie arasée, relativement plane. Parmi les matériaux observés, les galets sont en nette majorité (à hauteur de 40 %), associés à des blocs bruts non taillés issus de roches différentes (schiste, marbre, calcaire), et quelques fragments de briques. Parmi les fragments calcaires, aucun élément n’est un remploi de pierre préalablement taillée puis fragmentée. Ils sont utilisés dans la composition du mur sans organisation particulière en termes de parement/blocage ou assise basse/intermédiaire/haute. En revanche, on note que les galets de forme allongée, et avec un côté plus large que l’autre, sont placés perpendiculairement à l’axe du mur, leur grande largeur positionnée à l’extérieur du mur, et la plus étroite imbriquée vers l’intérieur du mur. Les galets apparaissent plus petits sur le parement, où ils sont relativement bien alignés les uns avec les autres. Aucun mortier n’a été observé.


Bordeaux, place Gambetta : Prise de vue zénithale et relevé du mur MR 3004 (cliché S. Virelli, DAO J. Masson).

Plusieurs prélèvements ont été effectués et l’étude pétrographique révèle l’utilisation de galets issus des moraines des zones nordiques (granite à deux micas, micaschiste et schiste) et d’autres du bassin sédimentaire anglo-normand (silex à patine blanche). Ainsi ce sont vraisemblablement des galets de lest qui sont utilisés dans la confection du muret. Les galets servaient au lestage des bateaux de commerce, venant des îles britanniques et des pays nordiques, qui les laissaient sur les quais de Bordeaux pour les remplacer par des marchandises (Platel, Konik 2002) . La réutilisation des galets de lest est attestée dans l’installation des grèves du port de Bordeaux (Gerber 2010), et leur récupération servait aussi aux pavages et aux maçonneries, notamment dans les fondations des fortifications médiévales (Platel, Jato y Doncel 1983) ou pour des enrochements liés à l’aménagement des berges de la Garonne (Gourdon-Platel et al. 1991). La récupération des matériaux de lestage (galets, sable, cailloutis de silex…) devient règlementée dès le XIVe siècle, jusqu’au XIXe siècle et ce type de remplois est à signaler aussi en Charente-Maritime, à La Rochelle et à Brouage (Gerber 2010).
Place Gambetta, l’utilisation des galets dans la construction permet ainsi de confectionner un solin comme support à un mur de terre (pisé, torchis, adobe…), comme ceux observés par exemple à Valence-Mauboule (Drome), où les galets, non liés au mortier de chaux ou de terre, servaient de drainage aux fondations (Tardieu 2018 ; Tardieu, Royet 2020).

Bibliographie
Gerber 2010
GERBER F., « Le port, lieu de recyclage. Deux exemples à Bordeaux du XIIIe au XVe siècle. », Archéopages [en ligne].

Gourdon-Platel et al. 1991
GOURDON-PLATEL N., HERAULT M., SALOMON J.-N., WERNO J., « Les galets de lest », Aquitania, pp. 214‑216.

Platel, Jato y Doncel 1983
PLATEL N., JATO Y DONCEL L., Etude pétrographique des matériaux constituant les substructions médiévales mises au jour sous la place de la Victoire en 1962, 7, pp. 8‑22.

Platel, Konik 2002
PLATEL N., KONIK S., Les fouilles de la place de la Bourse (2002) : réemploi des galets de lest des navires sur les berges de la Garonne de la fin du XIVe au XVIIIe siècle à Bordeaux. Apport des analyses pétrographiques et morphométriques., Bordeaux.

Tardieu 2018
TARDIEU J., « “…Pierres qui roulent…” : l’architecture de galets. Gisements et transports. », Hypotheses [en ligne], URL : https://chantiers.hypotheses.org/228 [lien valide au 14 juin 2021].

Tardieu, Royet 2020
TARDIEU J., ROYET R., « Mise en œuvre du galet dans l’architecture antique et médiévale en Rhône-Alpes », in Chantiers et matériaux de construction, MOM Editions, Lyon : Anne Baud, Gérard Charpentier, pp. 53‑73.

Nelly Pousthomis-Dalle, « Le portail de la basilique funéraire de Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne) »

Le portail de la basilique funéraire de Saint-Just de Valcabrère, inséré entre deux contreforts sur le flanc nord de la nef et daté de 1200, a fait l’objet d’une étude archéologique et géologique (Foltran, Steimann 2019) qui précise certains points : la partie basse est exclusivement construite en blocs de marbre de grand format, auquel succède un calcaire dit « pierre de Belbèze » pour la partie supérieure, notamment l’arc et ses voussures. Ces deux roches proviennent de Saint-Béat ou de Belbèze, à des distances respectives de 20 et 50 kilomètres en amont et en aval de la vallée de la Garonne, et sont pour partie des remplois de matériaux antiques, ce qui n’est pas le cas des statues monolithes et du tympan qui ont peut-être fait l’objet d’extractions spécifiques dans le bassin carrier de Saint-Béat, ce qui impliquerait l’existence d’une exploitation marbrière médiévale.

FOLTRAN Julien et STEIMANN Ronan, Les portails nord de la basilique Saint-Just de Valcabrère et ouest de la cathédrale Saint-Bertrand de Comminges (31), Rapport d’archéologie du bâti, Hadès Archéologie, 2019, p.7-16 et annexes.

Nelly Pousthomis-Dalle, “Remplois de matériaux antiques dans la basilique funéraire de Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne)”


Basilique Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne), fragment de sarcophage paléochrétien en remploi dans le mur nord de la nef, cl. N. Pousthomis-Dalle


Basilique Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne), tambour de colonne et chapiteau en remploi à l’entrée d’une absidiole et remplois de fragments de frise antique, cl. N. Pousthomis-Dalle

Au pied des Pyrénées, la basilique Saint-Just de Valcabrère est située en lisière de la cité antique de Lugdunum Convenae (Saint-Bertrand-de-Comminges), dans un quartier suburbain. Ses origines païennes et funéraires (Schenck 1996) sont assurées et encore confirmées par la mise au jour récente dans une parcelle voisine du mausolée d’Herrane daté du IIe siècle ap. J.-C. (Van Andringa 2019). Deux constructions antérieures à l’église romane ont été partiellement reconnues au sud entre 1950 et 1958, et au nord en 1988. L’église du XIe siècle comprend une nef triple prévue pour être voûtée et un chevet au plan et aux volumes extérieurs originaux. Elle est en grande partie construite avec des matériaux de remploi, peu retouchés, utilisés en fonction de leurs qualités et de leur aptitude à trouver la meilleure place dans la nouvelle construction (Pousthomis-Dalle 2002). Au chevet et sur une partie de la nef, au nord et dans la quatrième travée, on observe l’utilisation systématique de dalles débitées dans des sarcophages qui donnent un appareil très allongé et assez régulier, où sont mêlés çà et là des fragments de cuves ornées formant des assises plus hautes. Des pierres de très grande taille (0,56 x 0,67 x 0,81 m), en marbre, prélevées sur un ou des monuments antiques, ont servi pour les organes structurels, contreforts, piliers intérieurs et chaînes d’angle du chevet. Des chapiteaux et des tronçons de colonnes antiques sont également remployés à l’intérieur, notamment à l’entrée des absidioles ou comme support de bénitier. Un petit appareil en moellons cubiques ou allongés caractérise principalement les murs ouest et sud de la nef montés pour une bonne part avec des éléments remployés. L’homogénéité de construction des contreforts, des piles et des angles du chevet, la bonne intégration des organes de soutien ou de contrebutement à la maçonnerie plaident en faveur d’une édification assez continue de l’église dans son ensemble, du moins jusqu’au niveau du voûtement de la nef qui fait appel à un calcaire a priori extrait de carrières plus éloignées.
Le portail fait également l’objet de remplois.


Chevet de la basilique Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne), remploi de dalles de sarcophages et de pierres de taille en marbre, cl. N. Pousthomis-Dalle


Basilique Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne), flanc sud de l’église, remploi de matériaux variés notamment de dalles de sarcophages, et de pierres de taille de grand format dans les contreforts (dont l’une avec décorée d’un masque dans le contrefort de droite), cl. N. Pousthomis-Dalle

POUSTHOMIS-DALLE Nelly, « Saint-Just de Valcabrère », in Monuments en Toulousain et Comminges, Actes du Congrès Archéologique de France (1996), Paris, 2002, p. 337-348.
SCHENCK Jean-Luc, « Valcabrère, église Saint-Just », in Les premiers Monuments chrétiens de la France. 2- Sud-Ouest et Centre, Paris, Picard, p. 200-206.
VAN ANDRINGA William, « Face à la ville : le mausolée d’Herrane à Saint-Bertrand-de-Comminges/Lugdunum des Convènes (Haute-Garonne) », Gallia, 76-1, 2019, p. 55-70.

Arnaud Coutelas, “De la domus de Marcus Tullius au temple de Fortune Auguste (Pompéi) : remploi de moellons”


Détail d’un parement de mur de la cella du temple de Fortune Auguste à Pompéi avec indices de remploi de moellons : vestige d’enduit sur le côté d’un moellon en calcaire (flèche) et reste d’un précédent mortier de maçonnerie autour d’un moellon en ponce (pointillés) (© A. Coutelas, Mission archéologique du Temple de Fortune).

En 1823-1824, les travaux de dégagement des abords du forum de Pompéi ont révélé un temple consacré à la « Fortune Auguste » (Van Andringa 2015). Une inscription précise que ce monument a été construit par un membre de l’aristocratie pompéienne, Marcus Tullius, « solo et peq(unia) sua », c’est-à-dire avec ses fonds et sur un terrain lui appartenant, vraisemblablement autour du changement d’ère.
Une maison (domus) occupait les lieux au préalable. Des vestiges apparaissent sous le podium du temple. Celui-ci possède plusieurs salles de soutènement voûtées et comblées par de la terre et des matériaux de construction. Ce cortège de matériaux est issu de la démolition de la maison, et se caractérise par une relative richesse en fragments de mortiers de maçonnerie, de bétons de sol et d’enduits peints. L’absence de moellons ne surprend pas, ceux-ci ont été récupérés pour la construction des murs du temple. En effet, nombreux sont ceux portant des traces de mortiers antérieurs, notamment d’enduit, et la quasi-totalité des moellons en scorie volcanique rouge (ponce) conservent autour d’eux des vestiges d’un autre mortier de maçonnerie que celui des murs du temple (Coutelas et al. 2017). Marcus Tullius aura donc réemployé les moellons de sa maison pour la construction du temple qu’il a offert à la cité.


Mur nord de la cella du temple de Fortune Auguste à Pompéi (© A. Coutelas, Mission archéologique du Temple de Fortune).

Fiche rédigée par Arnaud COUTELAS, le 16/01/2022

Références
COUTELAS Arnaud, CREISSEN Thomas et VAN ANDRINGA William, avec la collab. de LOISEAU Christophe et VIGOT Anne-Sophie (2017) – “Un chantier pour les dieux : la construction du temple de Fortune Auguste à Pompéi”. In AGUSTA-BOULAROT Sandrine, HUBER Sandrine et VAN ANDRINGA William (dir.) – Quand naissent les dieux : fondation des sanctuaires antiques : Motivations, agents, lieux, « Collection de l’École française de Rome » 534, Rome, 151-172.

VAN ANDRINGA William (2015) – “M. Tullius… aedem Fortunae August(ae) solo et peq(unia) sua, Private foundation and Public Cult in a Roman Colony”, in ANDO Clifford & RÜPKE Jörg (ed.) – Public and Private in Ancient Mediterranean Law and Religion, De Gruyter, 99-113.

Mots-clés :
Temple
Moellons
Pierre
Justification, origine des remplois, remploi antique

Laura Foulquier, “Les remplois de l’église Saint-Germain de Saint-Germain-Laprade”

À une dizaine de kilomètres à l’est du Puy-en-Velay, le bourg de Saint-Germain- Laprade est bâti sur un mamelon rocheux. L’église Saint-Germain est mentionnée pour la première fois en 1164 dans une bulle papale émanant d’Alexandre III (1159-1181)[1]. Ce dernier accorde à l’Église du Puy la juridiction sur le bourg de Saint-Germain-Laprade.

Les parties orientales de l’édifice sont les plus anciennes. Le chevet, de forme carrée, est composé d’assises irrégulières de moellons. Des blocs de grand appareil et des fragments de corniche gallo-romaines ont été reconnus au niveau des assises inférieures et des chaînages d’angle. La nef est flanquée au sud de deux chapelles gothiques et au nord d’une chapelle moderne.

Trois mufles de lion, en arkose, sont réutilisés au niveau du mur nord, du chevet et d’un contrefort de la chapelle sud.

Une stèle funéraire, fragmentaire, est enchâssée dans le mur nord de l’édifice.

Bibliographie :

  • Robert SAINT-JEAN, « Saint-Germain-Laprade», dans Congrès archéologique de France, 133e session, 1975, Velay, Paris, Société française d’archéologie, 1976, pp. 576-592.
  • Roger GOUNOT, Archéologie gallo-romane en Haute-Loire, numéro spécial des Cahiers de la Haute-Loire, 1989, 1-8.
  • Laura FOULQUIER, Déts lapidaires, réutilisations et remplois (Antiquité-haut Moyen Âge). Pour une nouvelle approche de la christianisation et des sanctuaires de lancien diocèse de Clermont au Moyen Âge, 2008.

[1] Chronicon monasterii Sancti Petri Aniciensis, in U. CHEVALIER, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Chaffre du Monastier, op. cit., n° CCCCXIII., p. 152.

« […] Ipse vero apud Brivatensem vicum nepotibus suis mandans congregare exercitum, omnibus de pontificatu suo coadunatis in unum, in prata Sancti Germani, quae sunt prope Podium, quaesivit ab eis ut pacem firmarent, res pauperum et ecclesiarum non opprimerent, ablata redderent : ut sic, sicut decet fideles Christianos, ita se haberent. Quod illi dedignantes, jussit exercitum suum a Brivate tota nocte venire, mane volens eos constringere, ut pacem jurarent et pro ipsa tenenda obsides darent, rura et castella Beatae Mariae et res ecclesiarum, quas rapuerant, dimitterent : quod et factum fuit, Deo auxiliante. […] ».

Laura, Foulquier, “Remploi d’un fragment de chancel dans l’église Sainte-Martine de Pont-du-Château”

Situé à une quinzaine de kilomètres au nord-est de Clermont-Ferrand, l’ancien bourg fortifié de Pont-du-Château est implanté sur une terrasse alluviale dominant la vallée de l’Allier.

L’église Sainte-Martine est le siège d’un prieuré clunisien, attesté dès le milieu du XIe siècle[1]. L’église est composée d’une avant-nef, d’une nef, divisée par quatre travées et bordée de collatéraux, d’un transept et d’une abside semi-circulaire.

Un pilier de chancel est enchâssé au revers de la façade occidentale. Des entrelacs à trois brins dessinent une double rangée de cercles noués et entrelacés, bornés de part et d’autre par un bandeau plat.

 

Bibliographie :

  • Laura FOULQUIER, Déts lapidaires, réutilisations et remplois (Antiquité-haut Moyen Âge). Pour une nouvelle approche de la christianisation et des sanctuaires de lancien diocèse de Clermont au Moyen Âge, 2008.

[1] L. A. CHAIX DE LAVARÈNE, Monumenta pontifica Arverniae decurrentibus IXe, Xe, XIe, XIIe saeculis. Correspondance diplomatique des papes concernant l’Auvergne, Clermont, 1880, p. 38, n° 18 et 19.