Mathilde Carrive, “Sous les pavés, la peinture : le remploi des enduits dans le monde romain”

Le titre de cette communication a été suggéré par un des contextes fréquents de découverte de lots d’enduits peints fragmentaires antiques : dans les niveaux de préparation de sols construits. Cette pratique a longtemps été considérée comme une simple manière de se débarrasser de matériaux de destruction encombrants et jugés non réutilisables ; néanmoins face à sa récurrence, on a fini par s’interroger sur sa motivation : ces enduits ne pouvaient-ils pas être recherchés et placés là pour leurs qualités propres ? Se pose alors plus largement la question du remploi de ces éléments de décor, une fois détruits – question longtemps restée dans l’ombre : d’un côté les spécialistes des enduits peints tendaient à privilégier les contextes primaires d’effondrement, rangeant les contextes de dépôt secondaires sous la catégorie générique de « remblai » sans guère s’y intéresser ; de l’autre, les spécialistes de l’architecture considéraient souvent ces petits bouts de mortier colorés comme des matériaux sans intérêt constructif, qui n’entraient pas dans leur champ de compétence. C’est sans doute le développement de l’archéologie de la construction et l’intérêt croissant porté à la dynamique des chantiers qui permirent de faire bouger les lignes, en posant notamment la question de la gestion des gravats. Les enduits détruits génèrent en effet une quantité non négligeable de matériaux à gérer. Et l’on revient alors à notre question initiale : ces matériaux ne sont-ils réutilisés dans l’architecture qu’en raison de la présence de gravats disponibles ou peuvent-ils être recherchés à dessein ?

L’exploration des principaux contextes de remploi des enduits fragmentaires montrent que les réponses sont variées. D’un côté, leur utilisation, fréquente, pour combler des structures ou, plus ponctuelle, en parement (notamment pour des bouchages de baies ; voir figure) ou dans le blocage de murs semble bien répondre à des considérations conjoncturelles : gravats à disposition et, peut-être, manque d’autres matériaux. De l’autre, de nombreuses études montrent, comme il a été dit, un usage privilégié de ces matériaux dans les niveaux de préparation de sols construits, en particulier dans des contextes exposés à l’humidité. C’est par exemple le cas à Aquilée, où les problèmes de remontée de la nappe phréatique sont patents[1]. On peut dans ce cas avancer que les enduits fragmentaires sont bien recherchés pour leur qualité drainante et peut-être également pour leur forme, qui permet d’obtenir aisément une surface plane.

Quelques soient les motivations de ces remplois dans la construction, l’étude des lots d’enduits peut apporter une meilleure compréhension des circuits d’approvisionnement. Plusieurs questions sont à se poser : Les fragments remployés appartiennent-ils à un ou plusieurs décors ? Quelle est la dimension des fragments ? Les bords des fragments sont-ils émoussés ou non ? Des éléments de constructions sont-ils aussi présents ? On peut ainsi déterminer si on a affaire au remploi direct d’un décor ou d’un mur qui viennent d’être détruits ou à des matériaux qui sont passés par des phases de stockage intermédiaire. À l’échelle d’un site, l’étude fine de ce matériel peut ainsi permettre de restituer de manière très précise l’organisation d’un chantier, comme cela a été montré au Vieil-Evreux[2].

Enfin, la pratique du remploi à l’identique, c’est-à-dire où la portion d’enduit conserve sa fonction de décoration, est également attestée, que l’on replace dans une nouvelle peinture des tableaux réalisés sur mortier rapporté ou que l’on y insère des fragments d’un autre décor. Ce dernier cas de figure est plus facile à identifier mais plus rare et ses motivations restent mystérieuses.


Pompéi, Casa di Sircus (VII 1, 25-47), péristyle 31 : bouchage d’une porte par des fragments d’enduits peints.

 

 

[1] M. Salvadori, A. Didonè, G. Salvo, « Gli intonaci. Corsi e ricorsi “funzionali”. I  casi di Aquileia », dans M. Carrive (dir.), Remployer, recycler, restaurer. Les autres vies des enduits peints., Rome, 2017 (Collection de l’Ecole française de Rome, 540), p. 63‑70.

[2] L. Bonelli, « Les enduits peints fragmentaires du Vieil-Évreux (Eure). Récupération et gestion des déblais sur les chantiers », dans M. Carrive (dir.), Remployer, restaurer, recycler. Les autres vies des enduits peints, Rome, 2017 (Collection de l’École française de Rome, 540), p. 49‑56.

Pour citer cet article : Mathilde Carrive, “Sous les pavés, la peinture : le remploi des enduits dans le monde romain”, in GDR ReMArch, 22/01/2022, https://remarch.hypotheses.org/698.

Nelly Pousthomis-Dalle, « Le portail de la basilique funéraire de Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne) »

Le portail de la basilique funéraire de Saint-Just de Valcabrère, inséré entre deux contreforts sur le flanc nord de la nef et daté de 1200, a fait l’objet d’une étude archéologique et géologique (Foltran, Steimann 2019) qui précise certains points : la partie basse est exclusivement construite en blocs de marbre de grand format, auquel succède un calcaire dit « pierre de Belbèze » pour la partie supérieure, notamment l’arc et ses voussures. Ces deux roches proviennent de Saint-Béat ou de Belbèze, à des distances respectives de 20 et 50 kilomètres en amont et en aval de la vallée de la Garonne, et sont pour partie des remplois de matériaux antiques, ce qui n’est pas le cas des statues monolithes et du tympan qui ont peut-être fait l’objet d’extractions spécifiques dans le bassin carrier de Saint-Béat, ce qui impliquerait l’existence d’une exploitation marbrière médiévale.

FOLTRAN Julien et STEIMANN Ronan, Les portails nord de la basilique Saint-Just de Valcabrère et ouest de la cathédrale Saint-Bertrand de Comminges (31), Rapport d’archéologie du bâti, Hadès Archéologie, 2019, p.7-16 et annexes.

Pour citer cet article : Nelly Pousthomis-Dalle, « Le portail de la basilique funéraire de Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne) », in GDR ReMArch, 18/01/2022, https://remarch.hypotheses.org/683.

Nelly Pousthomis-Dalle, “Remplois de matériaux antiques dans la basilique funéraire de Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne)”


Basilique Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne), fragment de sarcophage paléochrétien en remploi dans le mur nord de la nef, cl. N. Pousthomis-Dalle


Basilique Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne), tambour de colonne et chapiteau en remploi à l’entrée d’une absidiole et remplois de fragments de frise antique, cl. N. Pousthomis-Dalle

Au pied des Pyrénées, la basilique Saint-Just de Valcabrère est située en lisière de la cité antique de Lugdunum Convenae (Saint-Bertrand-de-Comminges), dans un quartier suburbain. Ses origines païennes et funéraires (Schenck 1996) sont assurées et encore confirmées par la mise au jour récente dans une parcelle voisine du mausolée d’Herrane daté du IIe siècle ap. J.-C. (Van Andringa 2019). Deux constructions antérieures à l’église romane ont été partiellement reconnues au sud entre 1950 et 1958, et au nord en 1988. L’église du XIe siècle comprend une nef triple prévue pour être voûtée et un chevet au plan et aux volumes extérieurs originaux. Elle est en grande partie construite avec des matériaux de remploi, peu retouchés, utilisés en fonction de leurs qualités et de leur aptitude à trouver la meilleure place dans la nouvelle construction (Pousthomis-Dalle 2002). Au chevet et sur une partie de la nef, au nord et dans la quatrième travée, on observe l’utilisation systématique de dalles débitées dans des sarcophages qui donnent un appareil très allongé et assez régulier, où sont mêlés çà et là des fragments de cuves ornées formant des assises plus hautes. Des pierres de très grande taille (0,56 x 0,67 x 0,81 m), en marbre, prélevées sur un ou des monuments antiques, ont servi pour les organes structurels, contreforts, piliers intérieurs et chaînes d’angle du chevet. Des chapiteaux et des tronçons de colonnes antiques sont également remployés à l’intérieur, notamment à l’entrée des absidioles ou comme support de bénitier. Un petit appareil en moellons cubiques ou allongés caractérise principalement les murs ouest et sud de la nef montés pour une bonne part avec des éléments remployés. L’homogénéité de construction des contreforts, des piles et des angles du chevet, la bonne intégration des organes de soutien ou de contrebutement à la maçonnerie plaident en faveur d’une édification assez continue de l’église dans son ensemble, du moins jusqu’au niveau du voûtement de la nef qui fait appel à un calcaire a priori extrait de carrières plus éloignées.
Le portail fait également l’objet de remplois.


Chevet de la basilique Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne), remploi de dalles de sarcophages et de pierres de taille en marbre, cl. N. Pousthomis-Dalle


Basilique Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne), flanc sud de l’église, remploi de matériaux variés notamment de dalles de sarcophages, et de pierres de taille de grand format dans les contreforts (dont l’une avec décorée d’un masque dans le contrefort de droite), cl. N. Pousthomis-Dalle

POUSTHOMIS-DALLE Nelly, « Saint-Just de Valcabrère », in Monuments en Toulousain et Comminges, Actes du Congrès Archéologique de France (1996), Paris, 2002, p. 337-348.
SCHENCK Jean-Luc, « Valcabrère, église Saint-Just », in Les premiers Monuments chrétiens de la France. 2- Sud-Ouest et Centre, Paris, Picard, p. 200-206.
VAN ANDRINGA William, « Face à la ville : le mausolée d’Herrane à Saint-Bertrand-de-Comminges/Lugdunum des Convènes (Haute-Garonne) », Gallia, 76-1, 2019, p. 55-70.

Pour citer cet article : Nelly Pousthomis-Dalle, “Remplois de matériaux antiques dans la basilique funéraire de Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne)”, in GDR ReMArch, 18/01/2022, https://remarch.hypotheses.org/670.

Arnaud Coutelas, “De la domus de Marcus Tullius au temple de Fortune Auguste (Pompéi) : remploi de moellons”


Détail d’un parement de mur de la cella du temple de Fortune Auguste à Pompéi avec indices de remploi de moellons : vestige d’enduit sur le côté d’un moellon en calcaire (flèche) et reste d’un précédent mortier de maçonnerie autour d’un moellon en ponce (pointillés) (© A. Coutelas, Mission archéologique du Temple de Fortune).

En 1823-1824, les travaux de dégagement des abords du forum de Pompéi ont révélé un temple consacré à la « Fortune Auguste » (Van Andringa 2015). Une inscription précise que ce monument a été construit par un membre de l’aristocratie pompéienne, Marcus Tullius, « solo et peq(unia) sua », c’est-à-dire avec ses fonds et sur un terrain lui appartenant, vraisemblablement autour du changement d’ère.
Une maison (domus) occupait les lieux au préalable. Des vestiges apparaissent sous le podium du temple. Celui-ci possède plusieurs salles de soutènement voûtées et comblées par de la terre et des matériaux de construction. Ce cortège de matériaux est issu de la démolition de la maison, et se caractérise par une relative richesse en fragments de mortiers de maçonnerie, de bétons de sol et d’enduits peints. L’absence de moellons ne surprend pas, ceux-ci ont été récupérés pour la construction des murs du temple. En effet, nombreux sont ceux portant des traces de mortiers antérieurs, notamment d’enduit, et la quasi-totalité des moellons en scorie volcanique rouge (ponce) conservent autour d’eux des vestiges d’un autre mortier de maçonnerie que celui des murs du temple (Coutelas et al. 2017). Marcus Tullius aura donc réemployé les moellons de sa maison pour la construction du temple qu’il a offert à la cité.


Mur nord de la cella du temple de Fortune Auguste à Pompéi (© A. Coutelas, Mission archéologique du Temple de Fortune).

Fiche rédigée par Arnaud COUTELAS, le 16/01/2022

Références
COUTELAS Arnaud, CREISSEN Thomas et VAN ANDRINGA William, avec la collab. de LOISEAU Christophe et VIGOT Anne-Sophie (2017) – “Un chantier pour les dieux : la construction du temple de Fortune Auguste à Pompéi”. In AGUSTA-BOULAROT Sandrine, HUBER Sandrine et VAN ANDRINGA William (dir.) – Quand naissent les dieux : fondation des sanctuaires antiques : Motivations, agents, lieux, « Collection de l’École française de Rome » 534, Rome, 151-172.

VAN ANDRINGA William (2015) – “M. Tullius… aedem Fortunae August(ae) solo et peq(unia) sua, Private foundation and Public Cult in a Roman Colony”, in ANDO Clifford & RÜPKE Jörg (ed.) – Public and Private in Ancient Mediterranean Law and Religion, De Gruyter, 99-113.

Mots-clés :
Temple
Moellons
Pierre
Justification, origine des remplois, remploi antique

Pour citer cet article : Arnaud Coutelas, “De la domus de Marcus Tullius au temple de Fortune Auguste (Pompéi) : remploi de moellons”, in GDR ReMArch, 17/01/2022, https://remarch.hypotheses.org/663.

Laura Foulquier, “Les remplois de l’église Saint-Germain de Saint-Germain-Laprade”

À une dizaine de kilomètres à l’est du Puy-en-Velay, le bourg de Saint-Germain- Laprade est bâti sur un mamelon rocheux. L’église Saint-Germain est mentionnée pour la première fois en 1164 dans une bulle papale émanant d’Alexandre III (1159-1181)[1]. Ce dernier accorde à l’Église du Puy la juridiction sur le bourg de Saint-Germain-Laprade.

Les parties orientales de l’édifice sont les plus anciennes. Le chevet, de forme carrée, est composé d’assises irrégulières de moellons. Des blocs de grand appareil et des fragments de corniche gallo-romaines ont été reconnus au niveau des assises inférieures et des chaînages d’angle. La nef est flanquée au sud de deux chapelles gothiques et au nord d’une chapelle moderne.

Trois mufles de lion, en arkose, sont réutilisés au niveau du mur nord, du chevet et d’un contrefort de la chapelle sud.

Une stèle funéraire, fragmentaire, est enchâssée dans le mur nord de l’édifice.

Bibliographie :

  • Robert SAINT-JEAN, « Saint-Germain-Laprade», dans Congrès archéologique de France, 133e session, 1975, Velay, Paris, Société française d’archéologie, 1976, pp. 576-592.
  • Roger GOUNOT, Archéologie gallo-romane en Haute-Loire, numéro spécial des Cahiers de la Haute-Loire, 1989, 1-8.
  • Laura FOULQUIER, Déts lapidaires, réutilisations et remplois (Antiquité-haut Moyen Âge). Pour une nouvelle approche de la christianisation et des sanctuaires de lancien diocèse de Clermont au Moyen Âge, 2008.

[1] Chronicon monasterii Sancti Petri Aniciensis, in U. CHEVALIER, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Chaffre du Monastier, op. cit., n° CCCCXIII., p. 152.

« […] Ipse vero apud Brivatensem vicum nepotibus suis mandans congregare exercitum, omnibus de pontificatu suo coadunatis in unum, in prata Sancti Germani, quae sunt prope Podium, quaesivit ab eis ut pacem firmarent, res pauperum et ecclesiarum non opprimerent, ablata redderent : ut sic, sicut decet fideles Christianos, ita se haberent. Quod illi dedignantes, jussit exercitum suum a Brivate tota nocte venire, mane volens eos constringere, ut pacem jurarent et pro ipsa tenenda obsides darent, rura et castella Beatae Mariae et res ecclesiarum, quas rapuerant, dimitterent : quod et factum fuit, Deo auxiliante. […] ».

Pour citer cet article : Laura Foulquier, “Les remplois de l’église Saint-Germain de Saint-Germain-Laprade”, in GDR ReMArch, 10/01/2022, https://remarch.hypotheses.org/656.

Laura, Foulquier, “Remploi d’un fragment de chancel dans l’église Sainte-Martine de Pont-du-Château”

Situé à une quinzaine de kilomètres au nord-est de Clermont-Ferrand, l’ancien bourg fortifié de Pont-du-Château est implanté sur une terrasse alluviale dominant la vallée de l’Allier.

L’église Sainte-Martine est le siège d’un prieuré clunisien, attesté dès le milieu du XIe siècle[1]. L’église est composée d’une avant-nef, d’une nef, divisée par quatre travées et bordée de collatéraux, d’un transept et d’une abside semi-circulaire.

Un pilier de chancel est enchâssé au revers de la façade occidentale. Des entrelacs à trois brins dessinent une double rangée de cercles noués et entrelacés, bornés de part et d’autre par un bandeau plat.

 

Bibliographie :

  • Laura FOULQUIER, Déts lapidaires, réutilisations et remplois (Antiquité-haut Moyen Âge). Pour une nouvelle approche de la christianisation et des sanctuaires de lancien diocèse de Clermont au Moyen Âge, 2008.

[1] L. A. CHAIX DE LAVARÈNE, Monumenta pontifica Arverniae decurrentibus IXe, Xe, XIe, XIIe saeculis. Correspondance diplomatique des papes concernant l’Auvergne, Clermont, 1880, p. 38, n° 18 et 19.

Pour citer cet article : Laura, Foulquier, “Remploi d’un fragment de chancel dans l’église Sainte-Martine de Pont-du-Château”, in GDR ReMArch, 10/01/2022, https://remarch.hypotheses.org/654.

Maxime L’Héritier, “Remplois dans les fortifications de Villefranche-de-Conflent au XVIIe siècle”

En passant

 

Cité médiévale fortifiée, Villefranche de Conflent a fait l’objet de modifications importantes suite à la conquête française de 1654. Les remparts furent notamment reconstruits sur des plans de Vauban en à partir de 1668. Si l’ensemble de la fortification élevée au XVIIe siècle est constituée de moellons et pierres de dimensions variables, sur l’angle de la fortification du flanc nord-ouest, le parement occidental utilise des pierres de taille de modules plus réguliers dans une construction assisée de plus belle facture, plaquée contre la maçonnerie du rempart. Les moulurations présentes et les quelques éléments sculptés intégrés au parement indiquent que ces pierres auraient pu appartenir à l’ancienne abbaye franciscaine auparavant située en face de cette partie du rempart. Si les modalités de récupération et de collecte de ces matériaux restent inconnues, elles témoignent toutefois d’une opportunité de remploi des matériaux sur le site même, revêtant vraisemblablement également un caractère symbolique.

Mots-clés :  Maçonnerie, éléments d’architecture, pierre, fortification, abbaye, Villefranche-de-Conflent, Occitanie, France.

Pour citer cet article : Maxime L’Héritier, “Remplois dans les fortifications de Villefranche-de-Conflent au XVIIe siècle”, in GDR ReMArch, 10/01/2022, https://remarch.hypotheses.org/647.

Saint Augustin, Sermon 356, (426)

Hippone/Annaba, quelques jours après l’épiphanie 426

Ce sermon qui fait partie des Sermones ad populum de saint Augustin était adressé, comme le sermon 355, à la seule communauté de clercs qui vivait autour de l’évêque d’Hippone depuis son accession à l’épiscopat. Ce sermon porte sur les mœurs de ces clercs et la charité. Il raconte notamment comment un prêtre a acheté une maison afin d‘en récupérer les pierres pour construire un xenodochium, un lieu d’accueil pour les étrangers de passage. Cependant cela fut inutile car l’on trouva des pierres d’une autre manière. Ce sermon est intéressant à plus d’un titre puisqu’il faut noter qu’il était présent notamment dans l’Institutio canonicorum de 816, ce texte rédigé pendant le concile d’Aix-la-Chapelle composé de deux parties : la première compilant toute une série de textes patristiques et une deuxième plus réglementaire, les sermons 355 et 356 faisant la transition entre ces deux parties. (Hervé Chopin)

Source :
Augustinus Hipponensis-Sermones ad populum (CPL 0284) sermo :356, ed. : SPM 1, pag. :139, linea:8; Cyrille Lambot, Stromata patristica et mediaevalia, Utrecht, 1950, vol. I, p. 132-143 ; traduction d’après Saint Augustin, La vie communautaire. Traduction annotée des Sermons 355-356 par Goulven Madec, Paris, Institut des Études augustiniennes, 1996 (Nouvelle bibliothèque augustinienne, 6), p. 53.

Texte
Emerat de ipsa pecunia xenodochii quamdam domum in Carraria , quam sibi existimabat propter lapides profuturam, sed lapides eius domus fabricae necessarii non fuerunt, quoniam aliunde prouisi sunt. Domus ergo ipsa sic remansit, pensionem praestat, sed ecclesiae, non presbytero.

Traduction
Il [le prêtre Leporius] avait acheté avec l’argent du xenodochium une maison à Carraria ; il estimait pouvoir en utiliser les pierres ; mais les pierres de cette maison ne furent pas nécessaires pour la construction, parce qu’on s’en est procuré ailleurs. La maison est donc restée ainsi ; elle est en location, mais pour l’église, pas pour le prêtre.

Décret du Préfet du Rhône et du Maire de Lyon ordonnant la destruction de la flèche [du clocher de Saint-Paul de Lyon] (1817)

Lyon, 1817

En 1817, la flèche du clocher de l’ancienne collégiale Saint-Paul menace ruine. Le préfet du Rhône, le comte de Chabrol (1814-1817) convoque un ingénieur des ponts et chaussée qui liste un certain nombre d’avis quant au démontage de la flèche, tout en essayant de préserver au mieux le clocher, mais aussi les matériaux qui sont récupérés, la flèche étant en pierre. Les différentes techniques à mettre en œuvre sont décrites très précisément. Le 3 septembre, un seul entrepreneur a répondu à la mission, Joseph Dumon. La mairie prévoit deux possibilités de paiement : avec ou sans les pierres de la flèche, selon si elle décide de les conserver ou non. Finalement, le 18 décembre les travaux sont effectués. les pierres démontées sont déposées dans l’église et réservées à l’usage de la mairie. (Hervé Chopin)

Référence : Arch. municipales de Lyon 475 WP 9
Chopin (H.), Collégiale Saint-Paul de Lyon (Rhône). Etude des archives relatives à l’église, Lyon, CERIAH-MH, 2000, p. 103-105.

Texte
Décret du préfet.
« Lyon, le 18 août 1817,

Monsieur le Maire, j’ai l’honneur de vous adresser ci-joint copie de mon arrêté en date de ce jour, portant que la pyramide du clocher de l’église de Saint-Paul de cette ville, serait immédiatement démolie aux frais de qui de droit.
Quant aux moyens d’exécution, voici l’avis de Monsieur l’Ingénieur en chef des ponts et chaussées :
1° On profitera de l’évidemment intérieur de la pyramide pour s’échafauder en dedans, en ayant soin que les échafauds reposent perpendiculairement sur la tour carrée du bas, et n’aient point de poussée latérale sur les parois du clocher.
2° On reliera par trois polygones de charpente placés à différentes hauteurs, les parrois [sic] intérieures du clocher, afin d’empêcher qu’ils ne poussent au (….)ide après la démolition du sommet, et au fur et à mesure de cette démolition.
3° On commencera la démolition par le sommet, en allant d’abord très doucement. On descendra les pierres par l’intérieur du clocher jusqu’à la tour carrée et de la tour carrée on les descendra dans la rue au moyen d’une poulie ou d’un treuil, en s’appuyant sur la façade sud ou de l’ouest de la tour carrée.
4° On ne fera point d’échafaud en dehors du clocher et les premières pierres seulement seront démolies par un couvreur qui montera en dehors en s’attachant à des crochets, si toutefois il n’est pas possible de les démolir intérieurement.
Veuillez, je vous en prie, Monsieur le Maire, faire toutes les dispositions convenables pour l’exécution de cet arrêté, en ordonnant toutes les mesures indiquées par M. l’ingénieur en chef, ou toutes analogues que l’architecte qui sera par vous chargé de diriger les travaux jugera propres à remplir le même but et à prévenir les mêmes inconvénients.
Agréez Monsieur le Maire, l’assurance de ma considération distinguée.
Le Conseiller d’Etat préfet. »

Décret du Maire

« Nous Maire de la Ville de Lyon,

En exécution de l’arrêté de M. le Conseiller d’Etat Préfet du département du Rhône, du 18 août dernier, portant que la pyramide du clocher de l’église Saint-Paul de cette ville sera immédiatement démolie, attendue que la façade septentrionale de la tour de cette pyramide menace d’une ruine prochaine, et ensuite de sa lettre à Nous adressée sous la date du même jour 18 août, dans laquelle il nous fait part de l’avis de M. l’Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, relatif aux moyens à employer pour l’exécution des travaux de cette démolition.
Après avoir fait appeler auprès de nous divers entrepreneurs et leur avoir donné connaissance tant de l’arrêté de M. le Préfet relatif à cette démolition, que de sa lettre ayant trait aux moyens d’exécution d’icelle, d’après l’avis de M. l’Ingénieur en chef ;
Un seul entrepreneur, le sieur Joseph Dumon, demeurant rue des Capucins, n°b, ayant consenti à faire la soumission de se charger des travaux dont il s’agit aux conditions :
1° Que la Mairie lui abandonnera les matériaux provenant de la démolition, lui laissera la faculté de les déposer sur la place dite Saint-Laurent, pendant l’espace de six mois, pour avoir le tems [sic] de les enlever ;
2° Que la ville lui payera la somme de quatre cent quatre vingt cinq francs pour l’indemniser des échafaudages qu’il est tenu de faire à ses frais et autres dépenses non prévues ;
3° Que, dans le cas où la ville se réservât les matériaux, elle lui payera la somme de neuf cent septante francs pour raison de cette démolition, à la charge par ledit Dumon d’entoiser les pierres, les numéroter assise par assise, et de faire conduire les décombres aux lieux qui lui seront indiqués par M. l’Architecte de la Ville :

Et les autres entrepreneurs ayant tous refusé de soumissionner à ces conditions,
Nous avons accepté la soumission du sieur Dumon sous les restrictions suivantes :

1° la Ville aura un délai d’un mois, à dater du jour de l’approbation par M. le Préfet, de la présente somme de neuf cent septante francs, ou pour lui abandonner lesdits matériaux et ne lui payer dans ce cas que la somme de quatre cent huitante cinq francs, ou si dans le mois, l’option n’est pas faite par la Ville, il sera censé alors qu’elle aura abandonné les matériaux à l’entrepreneur.
2°M. le Maire explique que, dans le cas d’abandon de ces matériaux par la Ville à l’entrepreneur, le sieur Dumon sera tenu de les enlever dans l’espace de trois mois, toujours à partir du jour de l’approbation de M. le Préfet, de la place Saint-Laurent où ils auront été déposés en bon ordre.
3° Le sieur Dumon reste chargé de la fourniture de tous échafaudages, ustensiles, agrêts [sic], payement de main d’œuvre des ouvriers, et généralement de tout ce qui peut être nécessaire à ces travaux : il s’engage à se conformer soit à l’arrêté de M. le Préfet, soit aux instructions énoncées dans sa lettre du 18 août dernier, d’après l’avis de M. l’ingénieur en chef, dont il a déclaré avoir une parfaite connaissance ; il sera tenu également de se conformer aux devis de M. Flacheron, architecte de la Ville, qui demeure chargé de la surveillance des travaux, de concert avec MM. Les membres de la commission nommée par M. le Préfet.
La Mairie s’engage en outre des prix stipulés dans la présente convention, de rembourser à l’entrepreneur les frais d’enregistrement du présent marché.
4° La présente convention sera soumise à l’approbation de M. le Préfet.
Ainsi convenu et fait à l’hôtel de ville.
Lyon le trois septembre 1817.

Le Maire de la Ville de Lyon.
Signé le comte de Fargues et Dumon.

Lu et approuvé par le Conseiller d’Etat, Préfet du Rhône.
Lyon le 12 septembre 1817
Signé le comte Chabrole.

En marge sont écrits les mots suivants :
« Enregistrés à Lyon le seize courant 1817, reçu seize francs six centimes, dixième compris », signé Loliere.

Pour copie conforme :
Le Maire de la Ville de Lyon
L’aide architecte de la Mairie soussigné certifie que la démolition de la pyramide du clocher de Saint-Paul a été faite conformément au présent marché et suivant les ordres qui ont été donnés à l’entrepreneur, et de plus, que les pierres ont été déposées dans ladite église.
Lyon, 18 décembre 1817 signé Benoît

Les architectes soussignés qui ont été chargés par arrêté de M. le Maire de diriger la démolition de la flèche de l’église Saint-Paul règlent à la somme de neuf cent quatre vingt sept francs cinquante six centimes compris les frais de timbre et d’enregistrement, la valeur des ouvrages que le sieur Dumont, adjudicataire, a faits pour la démolition de ladite flèche menaçant ruine, dont toutes les pierres sont réservées à l’usage de la Ville, ensuite de la décision prise par M. le Maire, le neuf du courant.
Lyon, 18 décembre 1817. Signé Flacheron, Thibière. »

Mots-clés : église-démontage-flèche-pierre-récupération-contrat-prix.