Extraits des comptes du châtelain de Gardanne (1457-1458)

Gardanne, le 21 décembre 1457-28 février 1458.

Extraits des comptes du châtelain de Gardanne évoquant : la démolition de bâtiments ou parties de bâtiments ainsi que le tri des pierres de ces derniers, mises de côté pour servir à d’autres constructions projetées sur place ; le déplacement d’une porte, récupérée sur une maison pour être mise au verger du château de Gardanne. (Philippe Bernardi)

Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 1657.

Texte
fol. 33
Item plus lesd. jour et an [21 décembre 1457] met cy en despence et ce par quatre hommes lesquelz ont besoingne par l’espasse de deux jours a raison de deux gros et quatre pata[1]s chacun jour par homme a cause de adouber la place que par le passe estoit estable pres le portal dudit lieu de Gardane c’est assavoir de aplener les creux estans dedans ledit estable et abatre les murailles et trier les pierres et les mectre a part a cause de y faire aucuns hedifficies des offices dedans la court comme est paneterie, chanconnerie, fruicterie par ledit seigneur ordonnes a fere audit lieu que valent a ladite raison a florins ung florin et huit gros pour ce fl. I gr. VIII.

Fol. 34v

Item plus ledit an et le XXVIIIe jour dudit mois de decembre met cy en despence a cause de six hommes lesquelz ont besoingne a cause de curer et applener d’autre messonnaige tenant lesdits offices dedans ladite court dudit seigneur et abatre les murailles et trier les pierres et les mectre a part et ce a cause de finir et achever lesdits offices et ce par trois jours a raison de deux gros et quatre patas chacun jour que valent a ladite raison trois florins et neuf gros pour ce fl. III gr. IX.

Fol. 45
Item plus lesdits jour et an [15 février 1458] met cy en despence a cause de remuer une porte de pierre de taille que par le passe estoit a la maison dudit president au vergier nouveau dudit seigneur en la mectant en point marche fait avecques Reymond Cheyne a trois florins pour ce fl. III

Fol. 46
Item plus lesdits jour et an [18 février 1458] met cy en despence a cause de deux hommes lesquelz ont tire de pierre du fondement des murailles estans par le passe es vieilles murailles des sueilles[2] et aussi dautres murailles dehors ledit lieu de Gardane converties a la maison des gallines a raison de deux gros et quatre patas le jour par homme et par deux jours que vaulent a ladite raison cinq gros pour ce gr. V

Fol 49
Item plus ledit an et le XXVIIIe jour dudit mois de fevrier [1458] met cy en despence a cause de deux hommes a cause d’avoir abatu les murailles des sueilles et d’autres hors ledit lieu de Gardane et trouver les pierres dans dedans la terre et les mectre en lieu que lesdites charretes les puissent charger et ce par cinq jours a raison deux florins et six gros pour ce fl. II gr. VI

Thèmes évoqués :
– Pierre
– Tri
– Stockage
– Coût de la récupération
– Origine des matériaux de récupération
– Autoconsommation
– Processus de récupération
– Porte
– Bâtiment agricole
– Transport

[1] Un patac valait deux deniers.
[2] Sueille : fosse à fumier.

Extrait des recettes du péage établi par les syndics de la ville de Pernes-les-Fontaines (1376)

Pernes-les-Fontaines, le 3 août 1376

Extrait des recettes du péage établi par les syndics de la ville de Pernes-les-Fontaines sur les matériaux. On y constate, entre autre, le transport de tuiles brisées effectué par une femme. (Philippe Bernardi)

Archives municipales de Pernes-les-Fontaines, CC 20.

Texte
Die tertia augusti receperunt dicti sindici a Gaufrida Odolesse de tegulis fractis XVII solidos

Traduction
Le troisième jour d’août, Les dits syndics [de la ville] ont reçu, de Gaufride Odolesse, au sujet de tuiles brisées, 17 sous.

Thèmes abordés
– Tuiles
– Taxes sur les matériaux récupérés
– Commerce des matériaux récupérés

Extraits des comptes de la Chambre apostolique (Avignon, 1363)

Avignon, les 31 juillet et 30 septembre 1363

Extraits des comptes de la Chambre apostolique dans lequel sont enregistrés : la somme due au forgeron Pierre de Pinu pour la fourniture de diverses pièces métalliques avec déduction de la valeur du métal récupéré par ce dernier lors de la démolition d’un mur dans le jardin du palais pontifical ; le salaire de 8 hommes qui ont descendu les vieilles pièces de charpente de la terrasse de la chapelle pontificale, lesquelles pièces ont été réutilisées pour la couverture d’un passage, pour une chaire et une banquette du pape et pour retenir la terre des fondations du jardin et pour la maison où ont été mis les raisins du pape. (Philippe Bernardi)

Archives Secrètes Vaticanes, Introitus et Exitus 307, fol. 84v et 86v.

Texte
Fol. 84v
Item, computat se tradidisse Petro de Pinu XI quintales et LXV libras ferri quod recepit de pariete qui fuit dirutus in viridario domini nostri pape, pretio cuiuslibet quintalis LXII solidorum. Et sic valebant in summa : XXXVI libras II solidos III denarios.
Et recepit ab eo X quintales, IIIIxx III libras ferramentorum de quibus sibi fuerunt, pro quolibet quintale VI libras, XIII solidos, III denarios, et ita ascendebant in summa : LXXII libr. IIII s.
Et sic restabant ad solvendum quas sibi solvit XXXV libras I solidum IX denarios. Que ferramenta recepit in XVIII magnis aspis pro magnis fustis, IIII circulis, IIII gautis magnis pro ingenio et I magna cavilla pro prima porta palatii que est juxta Peyrolariam.

Fol 86v
Item, pro VIII hominibus qui descenderunt fustas veteres de terrassia capelle nove et eis congregaverunt ad rationem VI solidorum pro dieta XLVIII solidos.
De quibus fustis fuerunt facta et reparata, videlicet quedam copertura et solerium in androna que est retro gradarium capelle veteris, quedam cathedra et quoddam scabellum pro domino nostro papa, et puncharrata terre fundamenti viridarii et quedam domus in qua fuerunt positi racemi domini nostri pape.

Traduction
De même, il compte avoir été livrés, par lui, à Pierre de Pinu, 11 quintaux et 65 livres de fer qu’il a reçus du mur qui fut détruit dans le jardin de notre seigneur le pape, au prix de 62 sous chaque quintal. Et ils valaient ainsi au total : 36 livres, 2 sous et 3 deniers.
Et il a reçu de lui 10 quintaux et 83 livres de ferrures, desquels lui sont revenus, à raison de 6 livres 13 sous et 3 deniers chaque quintal, et s’élevaient ainsi au total de 72 livres, 4 sous.
Et ainsi restaient à verser, qu’il lui a versés : 35 livres, 1 sous et 9 deniers. Lesquelles ferrures il a reçues sous la forme de 18 grands agrafes pour les grosses poutres, 4 cerces, 4 grandes joues pour l’engin [de levage] et 1 grande cheville pour la première porte du palais qui est près de la Peyrolerie.

De même, pour 8 hommes qui ont descendus les vieilles pièces de charpente de la terrasse de la chapelle neuve et les ont rassemblées, à raison de 6 sous par jour : 48 sous.
Desquelles pièces de bois ont été faits et réparés, à savoir, un toit et un plancher dans la ruelle qui se trouve derrière l’escalier de la vieille chapelle, une chaire et un escabeau pour notre seigneur le pape, et [desquelles ont été] étayées la terre de la fondation du jardin et une maison dans laquelle ont été entreposés les raisins de notre seigneur le pape.

Thèmes abordés :
– Fer
– Bois
– Prix du métal d’occasion
– Provenance des matériaux de récupération
– Commerce de deuxième main
– Récupération comme mode de paiement
– Conversion des matériaux
– Différence de valeur entre neuf et vieux
– Palais

Contrat de réfection et d’agrandissement d’une rue de Gérone (28 mai 1495)

Gérone, le 28 mai 1495

Extrait du contrat de réfection et d’agrandissement de la rue Ciutadans prévoyant que tous les matériaux récupérés seront déposés devant les maisons et appartiendront à la ville. (Sandrine Victor)

AHMG, Manuals d’Acords, n°95, 1495

Texte
E mes baxara tot lo apartret qui sobrara de la dita obra ço es teules, loses, bigues, regolls, listons e altres coses en lo carrer devant les cases de on exira dit apartret, restant lo dit apartret a la Ciutat.

Traduction
(à faire)

Mots-clés :
Tuiles
Pierre
Bois
Propriété

Contrat de démolition d’un quartier de la ville d’Avignon en vue de l’agrandissement du Palais des Papes (22 mars 1345).

Avignon, le 22 mars 1345

Contrat passé entre la cour pontificale et des terrassiers [leurs qualités et leurs noms ont été perdus avec le début de l’acte] qui s’engagent à démolir les maisons occupant l’espace sur lequel une extension du palais pontifical [ce que l’on désigne comme le Palais Neuf] doit être bâtie. Dans ce texte, il est demandé aux terrassiers-démolisseurs de trier les matériaux récupérés, de laisser sur place ceux qui seront vendus et de transporter et remiser les autres en d’autres lieux. (Philippe Bernardi)

Archives secrètes Vaticanes, Collectoriae 497, fol 1. Publication dans Robert André-Michel, « Le Palais des Papes d’Avignon. Documents inédits », Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 1917, p. 3-124 (p. 97-98) sous la cote erronée Obligationes 497.

Texte
[…] que fuit olim Bertrandi de Podiocavo, de Avinione, sitam prope palacium dicti domini pape ; necnon et omnes alias domos, muros et parietes qui sunt inter ipsam domum que fuit olim dicti Bertrandi et domum habitationis [blanc] Rocamaure, capitanei servientum[1] marescalli curie romane, et de ipsa domo habitationis dicti capitanei unam cannam[2] cum dimidia ; et ab ipsa domo ejusdem capitanei recta linea omnes domos, parietes, muros qui sunt ab eadem domo usque ad carreriam Pairolarie Avinionis, comprehendendo hospicium Helioti de Bufenos, servientis armorum dicti domini pape, tantum quantum de ipso hospicio ipsius Helioti erit diruendum juxta cognicionem magistri Johannis de Luperia, servientis armorum dicti domini pape ac lapiscide.

Item, promiserunt, ut supra, cavare plateas in quibus sunt modo domus et muri predicti dirruendi, necnon et fiundamenta murorum ibidem faciendorum, usque quo inveniant rocam firmam et quantum fuerit necesse juxta cognicionem dicti magistri Johannis de Luperia ; et portare terram et bresilhum et alia inutilia extra dictas plateas alibi in tali loco ubi nulli inferatur dampnum nec possit seu debeat conqueri.
Item promiserunt ponere lapides qui exibunt de dictis bastimentis diruendis ibidem, in dictis plateis, bene et decenter.
Item, tegulas, lausas et fustam que exierent de dictis bastimentis diruendis, ponent ad partem, in dictis plateis, et eo casu quo dicti teguli et lause ac fusta predicti non possent ibidem vendi, promiserunt ipsos tegulos, lausas et fustam portare in orto sive jardino domini nostri pape de Trolhacio.
Item, promiserunt claves et alia ferramenta antiqua que exibunt de dictis bastimentis diruendis, recolligere et realiter ac bene et legaliter assignare dicto magistro Johanni de Luperia, recipienti nomine camere domini pape. Et premissa omnia et singula promiserunt facere bene et legaliter, et ad sancta Dei evangelia, per ipsos et ipsorum quorumlibet corporaliter tacto libro juraverunt ut citius poterit, talem quod, ob defectum dirucionis et cavacionis predictorum bastimentorum palacii nullam patiatur retardacionem et nullum paciatur dampnum ; et statim, cum multis operariis, debent apponere manum ; et premissa promiserunt facere precio quadringentorum florenorum auri ; et propter hoc obligaverunt, ipsi et eorum quilibet, summiserunt jurisdictioni curie camere domini nostri pape et auditoris vicecamerarii, locumtenentis et commissarii eorumdem, ac curie marescalli, omnes et quilibet eorum volentes compelli ad premissa tenendum et [ad] faciendum, per dictas curias et earum quamlibet , captionem et vendicionem bonorum suorum predictorum et qualibet aliam cohertionem ecclesiasticam vel secularem, renunciantes ipsi et eorum quilibet omni exceptioni utriusque juris canonici et civilis ; de quibus dictus dominus thesaurarius quo supra nomine petiit fieri per me Johannem Palaysini, notarium, publicum instrumentum.
Acta sunt hec Avinione, in camera thesaurarii dicti domini pape presentibus venerabilibus viris dominis Michaele Ricomanni, camere predicte clerico, et Poncio Saturnini, canonici Sancti Afrodisii Bituricensis, testibus ad premissa, anno domini M CCC XLV, indictione XIII, die XXII mensis marcii.
Et ego J. Palaysini

Traduction
(à faire)

Thèmes abordés :
Bois
Commerce
Coût des opérations
Démontage
Ferrures
Justification
Maison
Palais
Pierre
Propriété
Stockage
Transport
Tri
Tuile

[1] André-Michel donne servicii tum.
[2] André-Michel donne cameram.

Contrat notarié de démontage (prix-fait) de l’ancienne église des clarisses d’Aix-en-Provence (18 avril 1368)

Aix-en-Provence, le 18 avril 1368

Contrat notarié par lequel les clarisses d’Aix, en la personne de leur abbesse, Huga de Sosmeyre, demandent aux charpentiers Pierre Seguberti et Colin Néble et au plâtrier Hugues de Alvernha, tous habitants d’Aix, de démonter (littéralement « descendre ») avec précaution plusieurs baies de leur ancienne église, hors les murs, ainsi que des éléments appelés coronelli, sans doute en vue de les réemployer dans la nouvelle église qu’elles s’apprêtaient à faire construire en ville. Les artisans sont également chargés de transporter l’ancienne pierre d’autel dans le bâtiment qui sert alors momentanément d’église aux religieuses. Le tout pour 20 florins d’or. (Philippe Bernardi)

Archives départementales des Bouches du Rhône, 308 E 11, fol. 15

Texte
Pro monasterio et pro Seguberti Colino Neble et Hugoni de Alvernha

Anno domini MoCCCLXVIIIo, die XVIII aprilis VIe indictione noverint etc. quod Petrus Seguberti et Colinus Neble, fusterii, et Hugo de Alvernha, giperius, habitatores Aquis, sponte convenerunt cum religiosa domina sorore Huga de Sosmeyre, abbatissa monasterii sancte Clare de Aquis, davallare[1] O[2] quod est in ecclesia ubi prius erat ipsum monasterium, salvo modo et sine fractione aliqua, et coronellos[3] dicte ecclesie ac fenestragia retro altare dicte ecclesie, necnon adducere salvo modo lapidem altaris ipsius ecclesie ad locum ubi nunc est ipsum monasterium, eorum sumptibus, pro precio viginti florenorum auri.

De quo precio, incontinenti, in presencia mei notarii et testium subscriptorum, habuerunt et receperunt florenos auri decem. Et postquam davallaverint ipsum O integre debent habere florenos V, et residuum completo eorum opere.

Fuit de pacto quod ubi per culpam ipsorum magistrorum aliquis lapis de fenestragiis vel de ipso O <et coronellis>[4] frangeretur, quod ipsi teneantur eam facere retalhari simili modo ut prius, eorum sumptibus, de lapidibus tamen dicti monasterii.
[…]

Traduction
Pour le monastère, pour Seguberti, pour Colin Néble et Hugues de Alvernha

L’année du Seigneur 1368, le 18e jour d’avril, 6e indiction, sachent etc. Que Pierre Seguberti et Colin Néble, charpentiers et Hugues de Alvernha, plâtrier, habitants d’Aix, spontanément ont convenu avec [sa] religieuse seigneurie, sœur Huga de Sosmeyre, abbesse du monastère de sainte-Claire d’Aix de déposer l’oculus qui est dans l’église où jadis se trouvait ce monastère de manière sûre et sans aucun bris, ainsi que les corniches ( ?) de la dite église et les fenestrages derrière l’autel de la dite église, et de conduire de manière sûre la pierre d’autel de cette église jusqu’au lieu où, à présent, se trouve ce monastère, à leurs frais et pour le prix de 20 florins d’or.
Du quel prix, sur-le-champ, ils ont eu et reçu 10 florins d’or. Et après qu’ils auront déposé cet oculus, ils doivent avoir 5 florins et le restant, une fois achevé leur travail.
Il a été convenu que si, par la faute de ces maîtres, quelque pierre des fenestrages ou de cet oculus et des corniches était brisée, que ceux-ci soient tenus de la faire retailler de la manière dont elle était auparavant, à leurs frais, avec des pierres, toutefois, dudit monastère.
[…]

Thèmes abordés :
– Pierre
– Baies
– Table d’autel
– Modalités de récupération
– Transport
– Origine des remplois
– Coût de la récupération
– Organisation de la récupération
– Eléments architecturaux récupérés
– Démontage

[1] Pour devallare.
[2] Pour Oculus.
[3] Le sens exact de ce terme nous échappe. Il doit s’agir d’un élément de couronnement.
[4] Ajouté au-dessus de la ligne.

Extrait de la Chronique rimée de Mauriac par Loys Mourguyos (XVIIe siècle).

Mauriac, XVIIe siècle

Chronique relatant la reconstruction d’un couvent à Mauriac, dans le Cantal, au XVIIe siècle. Le monastère, alors ruiné, est rebâti grâce à la démolition d’édifices alors conservés « dans leur état ancien ». (Laura Foulquier)

Edition : Jeanne Missonnier, « La Chronique rimée de Mourguyos et les nouvelles recherches sur les origines de Mauriac. 1, Chronique rimée de Mauriac par Loys Mourguyos », Revue de la Haute-Auvergne, 65, 1994, p. 291-347.

 

Texte :
A la fin dans Mauriac, ils vinrent à refaire
Le couvent qui estoit presque tout mis à terre
Et en piteux état et à rendre icelluy
Dans son lustre et tout tel qu’on le voit aujourd’hui (v. 845-848).
[…]
Et ce fut en ce temps qu’estant besoin de pierre
On vint à démolir et à mettre par terre
Le cloître et deux maisons de Monsieur le Doyen
Qui estoient lors encore en leur estat ancien
Afin de se servir comme l’on fit d’icelle
Pour la construction de cette œuvre nouvelle,
[…] (v. 853-858).

 

Thèmes évoqués :
– Pierre
– Destruction pour construction
– Origine des matériaux remployés
– Autoconsommation
– Couvent

Extrait des Lettres écrites d’Orient du comte Jaubert (1842)

Aydın (Turquie), 1842

Dans les nombreux récits de voyages rédigés au XIXe siècle, on peut glaner des informations précieuses sur la patrimonialisation des ruines et sur les pratiques de récupération à l’œuvre à cette époque. Celles-ci sont, de façon plus ou moins implicites, vues comme un témoignage de la « barbarie » de l’Orient qui vandaliserait un patrimoine dont l’Occident a contrario serait pleinement conscient  de la valeur. Il faut bien sûr avoir à l’esprit ces grilles de lecture qui s’imposent aux voyageurs de l’époque, comme l’a montré Edward Saïd dans L’Orientalisme, et qui biaisent leur analyse. Le comte Jaubert, dans ses « Lettres écrites d’Orient » parues en 1842, évoque l’exemple d’Aidin où les marbres antiques font l’objet d’une récupération et d’une transformation avant d’être réutilisés à des fins funéraires.

Jaubert, « Lettres écrites d’Orient », Revue des Deux-Mondes, 1842, p. 325-379 (p. 343)

 

Texte :
Aidin[1] a, comme Smyrne, des rues étroites, tortueuses, mal pavées, des aqueducs en mauvais état : la misère y étale partout ses tristes livrées, mais la situation est charmante ; les maisons sont entremêlées de verdure ; un vallon, au débouché duquel la ville est bâtie, fournit de belles eaux. C’est de ce côté que se trouvent le kiosque du pacha, le champ de manœuvres de la garnison, et quelques cafés où les oisifs vont faire le kief (repos). Au-dessus, sur un plateau que nous avons parcouru hier matin, était bâtie la ville antique de Tralles[2] ; on n’y trouve pas d’autres vestiges que trois grandes arcades qui s’aperçoivent de très loin, et qui peut-être appartenaient à ce gymnase fameux où s’enseignaient jadis, selon le témoignage de Strabon, la grammaire et la rhétorique. Chaque jour, les marbres épars sur le sol sont employés à décorer les cimetières turcs et juifs, mais après avoir été recoupés et retaillés. C’est ainsi que va s’effaçant tout ce qui restait de l’antiquité ; il ne faut plus guère compter, en fait de sculptures et d’inscriptions, que sur ce que les fouilles bien entendues pourraient fournir.

 

Thèmes évoqués :
– Marbre
– Remplois antiques
– Traitement des matériaux récupérés
– Destination des matériaux récupérés
– Origine des matériaux de remploi

 

[1] Aydın (Turquie), Cæsarea, pendant l’Antiquité.

[2] Nom de la ville pendant la période byzantine.

Acte de fondation de la collégiale de Sainte-Marie et saint Thomas Becket de Fourvière, à Lyon (1192)

Lyon, 1192

Jean Bellesmains, archevêque de Lyon (1182-1193), décide en 1192 d’ériger une chapelle qui avait été fondée quelques années précédemment par un ancien doyen du chapitre cathédral, en l’honneur de la Vierge et de Thomas Becket, son ami, canonisé vingt ans plus tôt. Il s’associe au doyen du chapitre Etienne de Saint-Amour dans cette fondation. En dehors des éléments purement institutionnels, comme toute fondation, celle-ci doit s’accompagner d’une dotation afin de veiller à la construction des bâtiments, mais aussi à l’organisation de la vie des chanoines. Parmi ces dotations, on fait référence aux vestiges antiques. Une répartition est faite entre le chapitre de la cathédrale et la nouvelle collégiale, dépendante. Ainsi, les chanoines du chapitre cathédral conservent le droit de récupérer sur les terres données les marbres et les choins, c’est-à-dire des blocs de calcaire froid, provenant de la carrière de Fay dans l’Ain, qui avaient été utilisés massivement dans la construction antique, la nouvelle collégiale de Fourvière devant se satisfaire des autres pierres. Ce sont les termes fodere et cavare qui nous indiquent qu’il s’agit de blocs anciens. (Hervé Chopin)

Source
Lyon, Archives départementales du Rhône et de la Métropole, 14 G 28 14 G 40 ; 10 G 527 ; 10 G 1595 (copie du xviiie siècle). Longin, Émile, Recherches sur Fourvière : fondation de l’église et de la chapelle Notre-Dame, suivie du Barbet ou recueil de chartes, Lyon : Brun, 1900, p. 83-87. Traduction tirée de Hervé Chopin, « Fondation du chapitre de Saint-Thomas de Fourvière (1192) », Lyon, entre Empire et Royaume (843-1601). Textes et documents. A. Charansonnet, J.-L. Gaulin, P. Mounier et S. Rau (dir.), Classiques Garnier, Paris, 2016 (Bibliothèque médiévale, n°14), p. 245-251.

 

Texte original

Johannes, Dei gratia prime lugdun. Ecclesie, sacerdos humilis et Stephanus ejusdem ecclesie decanus, cum universo capitulo, Dei fidelibus imperpetuum. Ea que in ecclesia Dei, ipso auctore, noviter plantatur, firmis oportet radicibusroborari, ne tractu temporis per oblivionem et incuriam aliquando possint metuere ruinam.

Ea propter,nos presenti scripto future posteritati notum facimus quod nos, in capitulo nostro communiter residentes, capellam de Forverio ab Oliverio bone memorie quondam decano, in fundo nostro, in honore beate Marie et sancti Thome Cantuarians. archiepiscopi et martiris inchoatam, sicut infranotatum est, deo inspirante, instituimus et dotavimus.

In primis concessimus eam fore ecclesiam conventualem, ita quod, ad cultum Dei et ad honorem beate Marie et novi martiris, novi creentur canonici, quibus preficiatur unus de cannicis nostris, et non alius, in capitulo nostro, communi consensu venerabilis pro tempore archiepiscopi et tocius capituli, concorditer electus […].

Donavimus tamen eis ipsum locum, in quo sita est ecclesia, liberum ab omni alia consuetudine, excepta ea que infra notata est, et domiterium, domum et cymiterium et vineas et ortos et campum, ita tamen quod nullum in campo fiat edificium, et quicquid primi capellani tenebant a Crota Rotonda usque ad vineam Vulgrimorum, et locum illum qui vulgo dicitur les Sales, ea tamen platea retenta in qua boves vendi consueverunt.

Dedimus etiam eis plateam in qua turris de Collia fuerat, retento tamen per omnia supradicta quod, si major et mater ecclesia fodere vel cavare voluit, marmorei lapides et illi qui vulgo ducuntur Chaon, proprii erunt ipsius majoris ecclesie; reliqui vero tam ipsius ecclesie, quam ecclesie Sancte Marie et Sancti Thome. Si autem ecclesia Sancte Marie et Sancti Thome fodit vel cavaverit, marmorei lapides et chaon majoris erunt ecclesie, reliqui autem proprii erunt ecclesie Sancte Marie et Sancti Thome.

 Factum est hoc anno ab incarnatione Domini M° C° XC° II°, anno a passione memorati martiris XX°, indictione X, epacta IIII, concurrente III, presidente Rome Celestino Papa III°, imperante Henrico Romanorum imperatore, regnante Philippo Francorum rege. Ut autem super hac nostra donacione nullus successure posteritati oriende dubietatis scrupulus relinquatur, immo firmum et inconcussum vigorem semper obtineat et tenorem, tam archiepiscopi quam ecclesie sigillo presentem cartam fecimus insigniri.

 

Traduction :

« Jean, par la grâce de Dieu, humble prêtre de l’église primatiale de Lyon, et Etienne, doyen de cette même Église, avec tout son chapitre, aux fidèles de Dieu pour l’éternité. Les plantes que l’on vient de planter dans l’Église de Dieu, et que lui-même fait pousser, il faut les renforcer grâce à des racines solides, pour éviter qu’avec le cours du temps, par oubli ou par incurie, elles n’aient à craindre la ruine.

C’est pourquoi, par le présent écrit, nous faisons savoir à la postérité à venir, que nous, siégeant en commun dans notre chapitre, avons institué et doté de la manière indiquée ci-dessous, sous l’inspiration de Dieu, la chapelle de Fourvière, fondée en l’honneur de sainte Marie et de saint Thomas de Canterbury, archevêque et martyr, sur nos possessions, par Olivier de bonne mémoire, autrefois doyen.

En premier lieu, nous avons concédé qu’elle sera une église conventuelle de sorte que, pour le culte de Dieu et en l’honneur de Sainte Marie et du nouveau martyr, de nouveaux chanoines soient créés, qui auront pour chef l’un de nos chanoines, et personne d’autre, choisi en chapitre avec le commun accord du vénérable archevêque siégeant alors et de l’ensemble du chapitre ; […].

Nous leur avons toutefois fait don du lieu même où se trouve l’église, le donnant libre de toute autre coutume, exception faite de celle qui est notée ci-dessous, ainsi que du dortoir, d’une maison et d’un cimetière, de vignes, de jardins et d’un champ, à condition toutefois qu’aucun édifice ne soit bâti dans ce champ ; et tout ce que tenaient les premiers chapelains, de la Grotte ronde[1] jusqu’à la vigne des Vulgrimes[2], ainsi que le lieu qui est appelé en langue vulgaire Les Sales, en conservant cependant la place où sont habituellement vendus les bœufs.

Nous leur avons donné aussi la place où se trouvait la tour de Colle[3], en conservant toutefois, concernant ce qui vient d’être énuméré, ceci : si la grande église mère veut creuser ou fouiller, les blocs de marbre et les pierres que l’on appelle choins en langue vulgaire seront propriété de celle-ci ; le reste en revanche appartiendra autant à cette même grande église qu’à l’église Sainte-Marie-et-Saint-Thomas. Cependant, si c’est l’église Sainte-Marie-et-Saint-Thomas qui fouille ou creuse, le marbre et le choin seront propriété de la grande église et les autres pierres le seront de l’église Sainte-Marie-et-Saint-Thomas.[…]

Ceci a été fait l’année de l’Incarnation du Seigneur 1192, la 20e année de la passion dudit martyr, dixième indiction, épacte 4, troisième concurrent, sous le gouvernement du pape Célestin III à Rome, sous le règne d’Henri empereur des Romains, et alors que Philippe était roi des Francs. Et pour que ne soit laissée à la postérité qui ne nous succèdera pas même la possibilité d’un commencement de doute ou de soupçon sur cette donation que nous faisons, et pour qu’au contraire elle conserve toujours une force et une teneur ferme et inébranlable, nous avons fait marquer la présente charte du sceau tant de l’archevêque que de l’Église. »

 

Thèmes évoqués :
– Nature et qualité des matériaux de récupération
– Propriété des matériaux récupérés
– Pierre
– Marbre
– Remplois antiques
– Modalités de récupération

 

[1] Grota rotonda, peut-être la grotte Bérelle, c’est-à-dire une citerne souterraine gallo-romaine, située sous l’esplanade du lycée Saint-Just à Lyon.

[2] Toponyme non identifié.

[3] Le lieu dénommé Croix de Colle (des décollés) est lié, d’après la tradition, aux martyres des saints Irénée, Alexandre et Epipoy et des 19000 chrétiens qui auraient été décapités sous l’empereur Anthonius Verus.

Compte de l’ouvrage de l’entrepreneur Vial d’après les ordres des administrateurs de l’église Saint-Paul de Lyon (11 novembre 1793).

Villefranche, 11 novembre 1793

Compte de l’ouvrage que l’entrepreneur Vial a fait d’après les ordres des administrateurs de église Saint-Paul de Lyon le 21 brumaire An 2 (11 novembre 1793). Lors de la vente des biens du clergé et de la récupération des églises paroissiales, comme ce fut le cas de l’église Saint-Paul de Lyon qui devint un dépôt de salpêtre, certaines églises furent désaffectées. Dans ce compte, non seulement le sieur Vial est payé pour faire disparaître tous les éléments religieux et politiques (évangélistes, armoiries), mais surtout pour récupérer tous les éléments métalliques conservés dans l’église. Ce démontage est fait de manière méticuleuse et méthodique. Toutes les balustrades sont démontées, mais également certaines portes en métal, les cloches, etc. Ils sont ensuite d’abord stockés dans la sacristie en fonction du type de métal avant d’être transférés ensuite dans les différents dépôts de la ville. Cela a nécessité vingt jours et dix hommes avec à leur tête l’entrepreneur Vial. Les outils utilisés ainsi que les conditions du transport sont énumérés, avec leurs prix. (Hervé Chopin)

Original : Archives municipales de Lyon, 475 WP 9. Edition dans H. Chopin, La collégiale Saint-Paul de Lyon, mémoire de maîtrise d’archéologie sous la direction de J.-Fr. Reynaud, université Lumière-Lyon 2, 2000, t. II, p.94-95.

 

Texte

« A Ville affranchie le 21 brumaire l’an 2, la République française une, indivisible et démocratique.

Comptes et ouvrages que Vial a fait d’après les ordres des administrateurs de districts de la campagne, donner par réquisition du citoyen Guitel, administrateur.

Avoir mis bas la grande balustrade qui faisait le pourtour du cœur, ladite balustrade plombée dans le marbre, avoir enlevé tous les ornements en cuivre attenant à ladite balustrade ;
Plus, dans ledit cœur avoir déplacé les rideaux, tringles et pittons placés contre la voûte au nombre de cinq vitreaux ;
Plus, avoir démoli les quatre Evangélistes placés dans le dôme dudit cœur ;
Plus avoir enlevé des bandes de fer qui estoient sur la corniche en plâtre de la nef de l’église ;
Plus avoir mis bas la balustrade de la chapelle nommée les 3 roys, lesdites balustrades plombées dans la pierre et dans les pilliers ;
Plus avoir mis bas la balustrade de la chapelle de Saint Joseph ;
Plus la balustrade de la chapelle de Notre Dame de Grasse ;
Plus la balustrade de la chapelle Saint Paul ;
Plus la balustrade de la chapelle du ci devant évêque ;
Plus la balustrade de la chapelle des frères Tailleurs, la dite composée de grandes portes, deux dormants, une autre façade donnant sur un des bas côtés de ladite église, le tout plombé dans […] ;
Plus dans la chapelle de la Trinité, avoir mis bas une grande barrière composée de deux grandes portes, deux dormants et un chapiteau portant son couronnement ;
Plus la balustrade de la chapelle Saint Jean ;
Plus la balustrade de la chapelle de Notre Dame des Sept Dons ;
Plus la balustrade de la chapelle de Saint Jacques, dans ladite avoir mis bas un Christ qui étoit adapté au tabernacle par 2 barres en fer, serré par des écroux ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle Sainte Magdelaine ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle de Notre Dame ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle de l’Enfant Jésus ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle de Saint Michel ;
Plus avoir mis bas la balustrade des fonds baptismeaux ;
Plus mis bas deux grandes figures de pierre représentant saint Paul et saint Sacerdoce placés dans la chapelle de Notre Dame, avoir mis bas trois autres grandes figures, avoir mutilé plusieurs armoiries, et avoir enlevé la table de marbre sur laquelle étoient une inscription ;
Plus avoir mutilé et enlevé les armoiries et inscriptions qui se sont trouvés dans les autres chapelles ;
Plus avoir fait un échaffaud soutenu par des moufles pour enlever une grande table en marbre sur laquelle étoit une inscription, plus dans la partie touchant la voûte en ladite église, avoir démoly une grande armoirie qui y étoit placée ;
Avoir enlevé tous les ornements en cuivre qui étoient placés au portour du maître autel, lesdits ornements plombés dans le marbre ;
Plus avoir transporté toutes lesdites ferrures dans la sacristie près le cloître et tout le cuivre et le plomb dans la grande sacristie ;
Plus avoir descendu la cloche et avoir disposé les équipages en trois reprises pour arriver au trou de la voûte, avoir déferré ladite cloche et enlevé tous les fers qui étoient après le befroi, les avoir descendu et fermé dans la sacristie ;
Plus avoir démonté la cloche appelée Timbre et avoir démonté tous les ressorts qui la faisoient mouvoir ;
Plus avoir mutilé et enlevé toutes les armoiries et croix qui étoient placé sur le dôme et sur la façade extérieure de l’église ;
Plus avoir occupé dix ouvriers l’espace de 20 jours, ouvriers pour lesdits traveaux et pour charger et décharger les voitures à raison de 4 livres tournois par jour font                                                                                                                                   700      800 l t
Plus pour l’entrepreneur, 20 journées                                                          100      100 l t
Plus pour les équipages consistant en veyrins, moufles, échelles d’engin, échelles ordinaires, cordages, cage, cry, pressons, marteaux, cizeaux et autres outils nécessaires                                                                                                   120      160 l t
1060 l t
Pour transport de toutes les ferrures cuivres et plombs depuis Saint Paul jusqu’à l’entrepôt de l’évêché, deux journées d’une voiture à 2 cheveaux                32 l t    40 l t
Plus pour le transport de la cloche jusqu’à la caserne, ladite cloche portée sur une voiture appelée crapeau, trainée par cinq cheveaux                                     12        20 l t
964 l t 60 l t »

 

Thèmes évoqués :
– Transport des matériaux récupérés
– Fer
– Cuivre
– Plomb
– Coûts de la récupération
– Modalités de la récupération
– Démontage
– Stockage
– Tri
– Prix du matériau d’occasion
– Outillage

 

 

 

 

Extrait de la correspondance entre Georges Rohault de Fleury et l’Abbé Cyprien Perrossier (Valence, 1900).

Valence, 1900

En 1900, l’architecte et historien de l’art Georges Rohault de Fleury (1835-1905) travaille à un ouvrage destiné à réunir des planches et de brèves notices sur tous les couvents dominicains de France, la Gallia dominicana (paru en 1903). Pour rassembler la documentation archivistique et surtout iconographique nécessaire à son projet, Georges Rohault de Fleury correspond depuis son hôtel parisien avec des gens sur place (ecclésiastiques, architectes, érudits membres de sociétés savantes, etc.). Toute cette documentation préparatoire est aujourd’hui conservée à Rome, dans les archives générales de l’ordre des Frères prêcheurs (couvent de Sainte-Sabine).

Dans le dossier sur le couvent de Valence, se trouve une lettre datée du 29 octobre 1900 envoyée par l’Abbé Cyprien Perrossier, archiviste diocésain de Valence. Cette lettre accompagnait un estampage du seul fragment conservé de la pierre tombale du maître général de l’ordre des Frères prêcheurs Humbert de Romans, mort en 1277. Georges Rohault de Fleury publie une reproduction du fragment dans son ouvrage (ci-dessous).

Humbert de Romans avait été inhumé devant l’autel majeur de l’église du couvent de Valence. Le couvent médiéval fut intégralement reconstruit au XVIIe siècle, puis l’église fut détruite deux siècles plus tard. La lettre de l’Abbé Perrossier témoigne du remploi de la plate-tombe du XIIIe siècle comme vulgaire matériau de construction, peut-être dès le XVIIe siècle dans l’église, et comme élément de pavement dans une cour de maison lors de la destruction de l’église au XIXe siècle. (Haude Morvan)

Rome, Archivio Generale dell’Ordine dei Predicatori, XIV.112.

Le texte est édité dans H. Morvan, « Sous les pas des frères ». Les sépultures de papes et de cardinaux chez les Mendiants au XIIIe siècle (à paraître en 2021 aux éditions de l’Ecole française de Rome, collection Befar)

 

Texte :
« Ce précieux fragment a été découvert, il y a environ quinze ans, dans une maison de Valence (rue du Pont-du-Gât) où il servait de pavé à la cour intérieure. Il me fut signalé par un jeune professeur du Petit-Séminaire qui était de la ville, et qui connaissait la maîtresse de la maison, une veuve, dont le mari était entrepreneur de maçonnerie. Celui-ci avait sans doute trouvé cette dalle dans un lot de matériaux provenant de démolitions, comme il lui arrivait souvent d’en acheter. Sa veuve n’a pas su me dire s’il avait trouvé la dalle entière et si c’était lui-même qui l’avait mise en pièces. […] Elle est d’une pierre assez épaisse et d’un grain assez fin de couleur jaunâtre que je crois être de l’Échaillon (près de Grenoble). […] Le tombeau se trouvait dans le chœur de l’église, laquelle est complètement détruite ; elle était dans le clos de l’arsenal actuel, établi dans les bâtiments de l’ancien monastère, à la Basse-Ville. Il en reste peu de choses. […] Ajoutons que l’intérieur des lettres de l’épitaphe était peint en noir, et encore maintenant dans certaines parties, il est rempli d’une sorte de mastic qui en a rendu la reproduction moins nette. »

 

Thèmes évoqués :
– Remploi médiéval (au XIXe siècle)
– Pierre
– Origine du remploi
– Modalité de récupération

Extrait du courrier adressé par Charles Ier d’Anjou à son trésorier à Rome, Hugues de Besançon, concernant la sépulture du pape Innocent V (Viterbe, 1276)

Viterbe, 1276

Le prélat français Pierre de Tarentaise est élu pape sous le nom d’Innocent V grâce à son compatriote, Charles Ier d’Anjou, roi de Naples et de Sicile et sénateur de Rome. Innocent V meurt en juin 1276, après seulement cinq mois de pontificat. C’est Charles Ier d’Anjou qui prend en charge sa sépulture. Renouant avec la tradition des sépultures pontificales du XIIe siècle, il fait inhumer Innocent V dans la basilique du Latran, la cathédrale de Rome. Dans une lettre du 27 septembre 1276, il charge son trésorier à Rome, Hugues de Besançon, de trouver un sarcophage antique de porphyre pour servir de tombeau ou, à défaut, de faire construire un monument sur le modèle de celui de la comtesse d’Artois dans la basilique Saint-Pierre. Apparemment, Hugues de Besançon réussit à trouver un sarcophage, puisque, lors des travaux commandés par Innocent X en 1649 dans la basilique du Latran, le corps d’Innocent V est retrouvé dans un grand sarcophage de marbre. Le remploi d’un sarcophage antique de porphyre ou de marbre et le choix du Latran, basilique donnée à saint Sylvestre par Constantin, sont porteurs d’un discours sur l’universalité du pouvoir pontifical. (Haude Morvan)

H.W. Schulz, F. von Quast (éd.), Denkmäler der Kunst des Mittelalters in Unteritalien. IV. Urkunden, Dresden, 1860, p. 49.

  1. Gardner, The tomb of cardinal Annibaldi by Arnolfo di Cambio, in The Burlington Magazine, 114, 1972, p. 136-143, p. 141.

 

Texte
XXVII Septembris V indictionis, aput Viterbium. Scriptum est Magistro Hugoni de Bisumpcio camerario Urbis, etc.
Quia sanctissimus pater et dominus noster dominus Innocentius papa V aput Urbem, ubi habemus regimen, fuit viam universe carnis ingressus et intelleximus, quod aliquis se non intromittit de faciendo tumulo pro eodem, volumus et tibi precipiendo mandamus, quatinus per Urbem inquiras et inquiri facias diligenter, si aliqua conca porfidis vel alicuius alterius pulcri lapidis prout ille, que sunt in sancto Iohanne Laterani, poterit inveniri. Quam si inveneris, emas de pecunia curie nostre, que est vel erit per manus tuas, et in ea corpus dicti summi pontificis reponi facias diligenter in ecclesia sancti Iohannis predicti in aliquo loco eminenti ; et si conca predicta non poterit inveniri, volumus, quod de predicta pecunia curie fieri facias sepulturam consimilem illi comitisse Attrebatensis et etiam si fieri poterit pulcriorem, in qua corpus eiusdem summi pontificis sollemniter reponatur.

Traduction
27 septembre de la 5e indiction, à Viterbe. Adressée à maître Hugues de Besançon, trésorier à Rome.
Parce que le très saint père et seigneur, notre seigneur le pape Innocent V, a pris le chemin de toute chair, à Rome où nous gouvernons, et que nous avons appris que personne n’a pris l’initiative pour lui faire un tombeau, nous voulons et ordonnons selon le précepte que tu cherches et fasses chercher scrupuleusement, dans les limites de Rome, si l’on peut trouver un sarcophage de porphyre ou de quelque autre belle pierre, semblable à ceux qui sont à Saint-Jean du Latran. Si tu le trouves, achète-le avec l’argent de notre curie, qui est ou sera en ta possession, et fais scrupuleusement placer le corps dudit souverain pontife dans [ce sarcophage], dans la susdite église Saint-Jean, dans n’importe quel lieu remarquable. Si l’on ne peut pas trouver le sarcophage susdit, nous voulons qu’avec ce même argent de la curie tu fasses faire une tombe semblable à celle de la comtesse d’Artois (et même, si cela était possible, plus belle encore), dans laquelle sera placé solennellement ce même corps du souverain pontife.

 

Thèmes évoqués :
– Remploi antique
– Sarcophage
– Marché du remploi
– Porphyre

Laura Foulquier, “Remploi de fragments de chancel (cathédrale de Clermont-Ferrand)”

Fragments de chancel remployés dans la crypte de la cathédrale de Clermont-Ferrand

Fragment de chancel remployé dans la crypte de la cathédrale de Clermont-Ferrand. © Laura Foulquier.

En octobre 1855, Aymon Mallay, entreprend des travaux dans le chœur de la cathédrale de Clermont-Ferrand afin de procéder à la pose de l’autel et de grilles. Il dégage partiellement les bases de la crypte et de l’ancien chœur roman. Les fouilles sont limitées au niveau de la chapelle nord-ouest, tandis qu’une partie de la salle centrale est décaissée. Les fouilles prennent fin avant 1870 (MALLAY 1869 : 307-310). La crypte avait été comblée au milieu du XIIIe siècle. Ses fondations étaient constituées d’un certain nombre de blocs architecturaux ou sculptés antiques.

« L’appareil comporte de nombreux remplois de matériaux antiques, des fragments d’inscriptions comme celui remployé au bas du mur ouest de la chapelle nord-ouest, des fragments de colonnes, des morceaux de pierres moulurés (dans les fondations orientales du chevet en particulier faites de blocs énormes, posés presque sans mortier les uns sur les autres ; de très grandes pierres sont aussi remployées dans la pièce centrale ainsi que des pierres de moyen appareil alors qu’à l’intérieur du déambulatoire on trouve plutôt des moellons mal équarris et même cassés au marteau noyés dans des couches de mortier […] ».

En novembre et décembre 1908 et  mai et juin 1909, les fouilles menées par Henri du Ranquet et Georges Rupricht-Robert dégagent la salle centrale, ainsi que la partie orientale du déambulatoire, la chapelle sud-ouest, la chapelle sud-est, de manière partielle, et les courbes de trois chapelles hautes, précisant ainsi le plan de la crypte. Un an plus tard, un sondage effectué dans le déambulatoire gothique, côté sud, met au jour la courbe extérieure de la chapelle rayonnante sud-ouest et l’amorce de l’absidiole du bras sud du transept roman.

Par la suite, une campagne de restauration et divers aménagements ont lieu de 1946 à 1948. C’est à cette occasion que sont fixés au mur certains fragments de chancel extraits des murs.

Enfin, en 1999, de nouvelles interventions archéologiques débutent dans la crypte de la cathédrale, amenant une mise au point des différentes documentations antérieures et de nouvelles perspectives de recherches[1].

La crypte se compose d’une salle rectangulaire, dont la partie centrale est divisée en trois nefs voûtées d’arêtes, et d’un déambulatoire ouvrant sur des chapelles rayonnantes. Ces chapelles sont pourvues d’aménagements liturgiques qui présentent la particularité de réutiliser de nombreux fragments de chancels. Ces fragments, datés du IXe ou du Xe siècle, appartiennent aux installations liturgiques du chœur de la cathédrale préromane. Ils ont été réutilisés dans les maçonneries au XIIe siècle et au début du XIIIe siècle, lors des travaux d’aménagements de la crypte. Dans la chapelle nord-ouest, un autel comportant un certain nombre de fragments de chancel a été adossé contre le mur oriental. Deux piliers de chancel ont été également réutilisés comme montants pour la création d’une armoire liturgique ménagée dans le mur est de la chapelle. La réutilisation de ces fragments annihile tout souvenir de leur fonction primitive. Afin de tirer parti au mieux de ces éléments, les constructeurs n’ont pas hésiter à procéder à un certain nombre de modifications. Les évidements des entrelacs ont été comblés par du mortier de façon à obtenir une surface plane, barrée d’une profonde rainure pour faciliter l’insertion d’une étagère. Enfin, l’armoire était close par une fermeture à deux battants de bois. Ces fragments étaient donc devenus méconnaissables. La chapelle sud-est est partiellement comblée par les massifs de fondations gothiques, de sorte que seule la partie occidentale est aujourd’hui accessible. Deux fragments sculptés d’entrelacs, retaillés, sont réutilisés pour faire fonction de fenestella.

Dans le mur est, une niche de forme rectangulaire est ménagée et présente deux fragments sculptés d’entrelacs.

Une disposition analogue s’observe dans le mur nord, où une niche comporte également un fragment sculpté d’entrelacs.

La paroi nord de la chapelle sud-ouest (VI) offre une grande niche de forme rectangulaire, dont le fond était constitué d’une plaque sculptée d’entrelacs dont ne subsiste que l’empreinte en négatif. Une seconde empreinte en négatif est visible sur la paroi du montant est. Ces fragments de chancel avaient donc été réutilisés sans tenir compte du décor. La réutilisation est strictement pragmatique. Un fragment sculpté d’entrelacs est en outre réutilisé comme linteau de la porte menant à la chapelle.

 

Notice rédigée par Laura Foulquier, juin 2020

 

Bibliographie

CHEVALIER Pascale, « La cathédrale de Clermont-Ferrand : la crypte, dans Congrès Archéologique de France », 158e session, Basse-Auvergne, Grande Limagne, 2000, Paris, Société française d’archéologie, 2003, pp. 135-140.

FOULQUIER Laura, Dépôts lapidaires, réutilisations et remplois (Antiquité-haut Moyen Âge). Pour une nouvelle approche de la christianisation et des sanctuaires de l’ancien diocèse de Clermont au Moyen Âge, Thèse de Doctorat, 2008.

MALLAY A. G., « De quelques découvertes faites en ces derniers temps à la cathédrale de Clermont », dans Semaine religieuse de Clermont, semaine du 30 octobre 1869, pp. 307-310.

PHALIP Bruno, « Clermont-Ferrand, Une cathédrale et un projet (VIIIe-XIIe siècle). Étienne II face à Godescalc », dans Materia y acción en las catedrales medievales (ss. IX-XIII), Gerona, Espagne, 2015, pp.126-144.

RANQUET Henri du, « Les fouilles du chevet de la cathédrale », dans Bulletin monumental, 73, 1909, pp. 311-316.

 

[1] Ces différentes campagnes de fouilles dirigées par Pascale CHEVALIER sont résumées dans « La cathédrale de Clermont-Ferrand : la crypte, dans Congrès Archéologique de France », 158e session, Basse-Auvergne, Grande Limagne, 2000, Paris, Société française d’archéologie, 2003, pp. 135-140.

Pour citer cet article : Laura Foulquier, “Remploi de fragments de chancel (cathédrale de Clermont-Ferrand)”, in GDR ReMArch, 18/06/2020, https://remarch.hypotheses.org/398.

Laura Foulquier, “Remploi d’une épitaphe (cathédrale du Puy-en-Velay)”

Remploi de l’épitaphe de Nonnius (Le Puy-en-Velay, Auvergne-Rhône-Alpes, France)

Remploi de l’épitaphe de Nonnius (Le Puy-en-Velay, Auvergne-Rhône-Alpes, France) © Laura Foulquier.

Dans le clocher, les six premières assises du chevet de la chapelle nord de la Cathédrale du Puy sont un empilement de blocs antiques. A trois mètres de hauteur, en couronnement de ce mur d’image, trois d’entre eux composent une inscription funéraire monumentale fragmentaire et partiellement masquée, dédiée à Nonnius (dimensions maximales conservées 63 x 388 cm). Trois lignes sont conservées. Magistrat vellave, il est décédé au sommet de sa carrière municipale dans la seconde moitié du IIe siècle ou au début du IIIe siècle (ILA, Vellaves, 16/1/7/25). Peut-être certains bas-reliefs en remploi aux alentours, ornaient-ils le monument funéraire, à la hauteur de l’ostentation du défunt.

Ces blocs étaient visibles au XVIe siècle. Étienne de Médicis atteste la présence d’inscriptions latines et de « pierres entaillées à l’antique » dans les édifices religieux de la ville. Il évoque cette inscription, alors partiellement visible. Puis cette épitaphe fut camouflée par des crépis, et redécouverte au XIXe siècle. Ces fragments furent dégagés en effet en 1856 à l’initiative d’Auguste Aymard : « […] Il fut possible de mettre au jour une très grande inscription en trois lignes, qui couronne, sur cette muraille, huit mètres carrés de bas-reliefs antiques, et dont une partie était cachée derrière un contrefort du clocher ».

[…] FERRARIARGVTVATER PRAEFECTVS
COLON[…]
[…]QVI ANTEQVAM HIC QVIESCOLIBEROSMEOS[…]
[…]VTROSQ VIDINONN FEROCEMFLAM IIV’IR’VMBIS[…]

[…adlector?] ferrariar(um) gutuater praefectus colon(iae) […]
[…] qui antequam hic quiesco, liberos meos […]
[…] utrosq(ue) uidi Nonn(ium) Ferocem flam(inem) IIu’ir’um bis […]

… receveur (?) des mines de fer, gutuater, préfet de colonie…, avant de reposer ici, j’ai vu… mes deux enfants… l’un des deux, Nonnius Ferox, flamine et deux fois duumvir

Transcription et traduction B. REMY (ILA, Vellaves, 16/1/7/25)

 

Notice rédigée par Laura Foulquier, le 18 juin 2020

 

Bibliographie

AYMARD Auguste, in Ann. soc. ag., sc., arts et comm. du Puy, XX, 1855-1856, pp. 543-577.

CIL, XIII, 1577.

MÉDICIS Étienne de, Chroniques d’ Étienne de Médicis, éd. par Auguste Chassaing, Le Puy-en-Velay, Société académique du Puy, 1865, t. I, p. 44 et 339.

RÉMY Bernard, Inscriptions Latines d’Aquitaine (I.L.A), Vellaves, Paris, De Boccard, 1995, 25 pp. 78-81.

Pour citer cet article : Laura Foulquier, “Remploi d’une épitaphe (cathédrale du Puy-en-Velay)”, in GDR ReMArch, 18/06/2020, https://remarch.hypotheses.org/394.

Laura Foulquier, “Remploi de deux stèles funéraires (église Saint-Laurent de Châtel-de-Neuvre)”

Remploi de deux stèles funéraires (église Saint-Laurent de Châtel-de-Neuvre; Auvergne-Rhône-Alpes ; France)

Façade occidentale de l’église Saint-Laurent de Châtel-de-Neuvre; Auvergne-Rhône-Alpes ; France. © Laura Foulquier.

Deux stèles funéraires sont réutilisées au niveau de la façade occidentale, de part et d’autre du tympan. Elles sont placées de part et d’autre du tympan. Le portail est dépourvu de toute décoration. Le choix de réutiliser des œuvres lapidaires au niveau des espaces d’accueil est fréquent. Architecture liminale, le portail marque la césure entre l’espace sacré et l’espace profane. De fait, très souvent, cet espace est scandé par l’écriture ou par l’image, autant d’apostrophes à celui qui s’apprête à pénétrer dans l’espace sacré. De la même façon, cet espace est bien alors souvent un espace de prédilection pour le remploi d’artefacts. Ces stèles ont été retaillées et présentent des personnages à mi-corps. Les reliefs sont très usés.

Détail des deux stèles funéraires. © Laura Foulquier

Le géographe du roi, Nicolas de Nicolaï, qui a sillonné la France au XVIe siècle afin de cartographier le royaume décrit ainsi les lieux :

« […] et sur le mont y a apparence de quelque grande antiquité, tant pour une ancienne mothe qui y est, que pour quelques vieilz fragmens de murailles qui s’y trouvent : mesmes à la porte de l’église se veoid un très antique chapiteau de l’ordre corinthien, faict du temps des Romains »[1].

Jean Ferault Daignet, topographe du duché de Bourbonnais, aurait vu au XVIIe siècle un temple encore en élévation dans le bourg de Châtel-de-Neuvre[2].

Les environs immédiats de l’église ont livré un certain nombre de vestiges antiques. M. Bertrand, membre titulaire de la Société d’Emulation de l’Allier, décrit ainsi les lieux en 1865 :

« Chatel-de-Neuvre, dont l’église est sur le sommet du côteau, au lieu-dit, de Saint-Marc, montre, presque adossé aux murs de l’édifice religieux, une butte artificielle […] ; on y trouve des tuiles à rebords, des fragments de poteries, des meules à bras, etc. »[3].

En 1906, des fouilles sont exécutées à l’occasion du nivellement de la butte artificielle décrite près de trente ans plus tôt par M. Bertrand :

« […] on découvrit quinze pierres de tailles, placées les unes à côté des autres, à plat, calées avec quelques moellons, et mises là comme contribution aux remblais. Quelques jours après, on en retrouva dix-huit autres, dans les mêmes conditions ; […] La majeure partie de ces matériaux sont de gros appareils et sont munis, au centre, d’entailles qu’en terme de construction on nomme : trous de louve, dans lesquels des cisailles s’introduisaient, afin de les monter à destination, avec une grue ou une chèvre »[4].

Un ou plusieurs édifices gallo-romains ont visiblement fait office de carrières de pierre pour la construction de l’église.

 

Notice rédigée par Laura Foulquier, le 18 juin 2020.

 

Bibliographie

BERTRAND M., « Découverte des ruines d’un grand édifice gallo-romain sur le point culminant du bourg de Chatel-Deneuvre (Allier) », dans BSEB, 14, 1906, pp. 215-226.

FOULQUIER Laura, Dépôts lapidaires, réutilisations et remplois (Antiquité-haut Moyen Âge). Pour une nouvelle approche de la christianisation et des sanctuaires de l’ancien diocèse de Clermont au Moyen Âge, Thèse de Doctorat, Université Blaise-Pascal, Clermont II, UFR Lettres et Sciences Humaines, 2008.

 

[1] Nicolas de NICOLAÏ, Description générale du Bourbonnais en 1569, Moulins Desrosiers, 1875, p. 85

[2] J. FERAULT DAIGNET, La topographie du duché de Bourbonnois, avec la carte dudict pays, desdié à monsieur Grangier, seigneur de Liverdy, conseiller et president pour le roy en sa court de parlement à Parys, par Jean Ferault Daignet, enquesteur en la seneschaulcée et siège présidial dudict pays, estably à Molins, Paris, BnF, Français 5402.

[3] M. BERTRAND, « Exploration archéologique de la rive droite de l’Allier », dans Bulletin de la Société d’Emulation du Bourbonnais, 1865, pp. 321-359, ici p. 356.

[4] M. BERTRAND, « Découverte des ruines d’un grand édifice gallo-romain sur le point culminant du bourg de Chatel-Deneuvre (Allier), dans Bulletin de la Société d’Emulation du Bourbonnais, 14, 1906, pp. 215-226, ici p. 220.

Pour citer cet article : Laura Foulquier, “Remploi de deux stèles funéraires (église Saint-Laurent de Châtel-de-Neuvre)”, in GDR ReMArch, 18/06/2020, https://remarch.hypotheses.org/390.