Extraits des comptes du châtelain de Gardanne (1457-1458)

Gardanne, le 21 décembre 1457-28 février 1458.

Extraits des comptes du châtelain de Gardanne évoquant : la démolition de bâtiments ou parties de bâtiments ainsi que le tri des pierres de ces derniers, mises de côté pour servir à d’autres constructions projetées sur place ; le déplacement d’une porte, récupérée sur une maison pour être mise au verger du château de Gardanne. (Philippe Bernardi)

Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 1657.

Texte
fol. 33
Item plus lesd. jour et an [21 décembre 1457] met cy en despence et ce par quatre hommes lesquelz ont besoingne par l’espasse de deux jours a raison de deux gros et quatre pata[1]s chacun jour par homme a cause de adouber la place que par le passe estoit estable pres le portal dudit lieu de Gardane c’est assavoir de aplener les creux estans dedans ledit estable et abatre les murailles et trier les pierres et les mectre a part a cause de y faire aucuns hedifficies des offices dedans la court comme est paneterie, chanconnerie, fruicterie par ledit seigneur ordonnes a fere audit lieu que valent a ladite raison a florins ung florin et huit gros pour ce fl. I gr. VIII.

Fol. 34v

Item plus ledit an et le XXVIIIe jour dudit mois de decembre met cy en despence a cause de six hommes lesquelz ont besoingne a cause de curer et applener d’autre messonnaige tenant lesdits offices dedans ladite court dudit seigneur et abatre les murailles et trier les pierres et les mectre a part et ce a cause de finir et achever lesdits offices et ce par trois jours a raison de deux gros et quatre patas chacun jour que valent a ladite raison trois florins et neuf gros pour ce fl. III gr. IX.

Fol. 45
Item plus lesdits jour et an [15 février 1458] met cy en despence a cause de remuer une porte de pierre de taille que par le passe estoit a la maison dudit president au vergier nouveau dudit seigneur en la mectant en point marche fait avecques Reymond Cheyne a trois florins pour ce fl. III

Fol. 46
Item plus lesdits jour et an [18 février 1458] met cy en despence a cause de deux hommes lesquelz ont tire de pierre du fondement des murailles estans par le passe es vieilles murailles des sueilles[2] et aussi dautres murailles dehors ledit lieu de Gardane converties a la maison des gallines a raison de deux gros et quatre patas le jour par homme et par deux jours que vaulent a ladite raison cinq gros pour ce gr. V

Fol 49
Item plus ledit an et le XXVIIIe jour dudit mois de fevrier [1458] met cy en despence a cause de deux hommes a cause d’avoir abatu les murailles des sueilles et d’autres hors ledit lieu de Gardane et trouver les pierres dans dedans la terre et les mectre en lieu que lesdites charretes les puissent charger et ce par cinq jours a raison deux florins et six gros pour ce fl. II gr. VI

Thèmes évoqués :
– Pierre
– Tri
– Stockage
– Coût de la récupération
– Origine des matériaux de récupération
– Autoconsommation
– Processus de récupération
– Porte
– Bâtiment agricole
– Transport

[1] Un patac valait deux deniers.
[2] Sueille : fosse à fumier.

Extrait de la Chronique rimée de Mauriac par Loys Mourguyos (XVIIe siècle).

Mauriac, XVIIe siècle

Chronique relatant la reconstruction d’un couvent à Mauriac, dans le Cantal, au XVIIe siècle. Le monastère, alors ruiné, est rebâti grâce à la démolition d’édifices alors conservés « dans leur état ancien ». (Laura Foulquier)

Edition : Jeanne Missonnier, « La Chronique rimée de Mourguyos et les nouvelles recherches sur les origines de Mauriac. 1, Chronique rimée de Mauriac par Loys Mourguyos », Revue de la Haute-Auvergne, 65, 1994, p. 291-347.

 

Texte :
A la fin dans Mauriac, ils vinrent à refaire
Le couvent qui estoit presque tout mis à terre
Et en piteux état et à rendre icelluy
Dans son lustre et tout tel qu’on le voit aujourd’hui (v. 845-848).
[…]
Et ce fut en ce temps qu’estant besoin de pierre
On vint à démolir et à mettre par terre
Le cloître et deux maisons de Monsieur le Doyen
Qui estoient lors encore en leur estat ancien
Afin de se servir comme l’on fit d’icelle
Pour la construction de cette œuvre nouvelle,
[…] (v. 853-858).

 

Thèmes évoqués :
– Pierre
– Destruction pour construction
– Origine des matériaux remployés
– Autoconsommation
– Couvent

Gérone, 1432-1433. Décision des conseillers municipaux (jurats)

Gérone, 1432-1433

Décision des conseillers municipaux (jurats) par laquelle ceux-ci s’engagent à donner les clous et les pièces de bois provenant de l’ancien pont pour servir à la réfection de celui-ci. (Sandrine Victor)

AHMG, Manuals d’Acords, 1432-1433, reg. 17544, fol. 92v-93

Texte :
Item los honorables senyors jurats prometen donar e liurar als dits Pere Fuyan e Gonsalvo a obs e en ajuda de les dites obra e reperacions del dit pont tota aquella clavacion qui es stada treta del apartret del dit pont e es en poder del dit Pere Vilar alias Fuyan. E daltra part los dits Pere fuyan e Gonsalvo prenguen e haran tota fusta veya qui sia exidi e exira del apartret del dit pont.

Traduction :
(à faire)

Thèmes abordés :
– Bois
– Clous
– Pont
– Autoconsommation
– Origine des matériaux récupérés
– Mode d’acquisition des matériaux d’occasion
– Intermédiation des artisans

Herculanum, 47 ap. J.-C. Le sénatus-consulte « hosidien »

Herculanum, 47 ap. J.-C.

Le sénatus-consulte « hosidien ». Appelé ainsi par convention, parce qu’il fut pris sous le consulat de Cn. Hosidius Geta, probablement en 47 de notre ère, ce sénatus-consulte est connu par l’épigraphie. Il fut gravé sur une plaque de bronze, retrouvée à Herculanum en 1600, puis perdue, mais dont le texte avait heureusement été recopié sur trois manuscrits. Le texte que nous possédons s’ouvre par les attendus, précisant les motivations des sénateurs en des termes généraux et emphatiques, puis expose un dispositif complexe, sanctionnant les acheteurs et les vendeurs de demeures en vue d’une démolition, mais préservant les propriétaires qui détruiraient leurs maisons tout en en restant propriétaires. (Charles Davoine)

Édition Salvatore Riccobono, Fontes Iuris Romani Antejustiniani I, Florence, 1941, p. 288-290, n. 45; traduction et commentaire de Charles Davoine, « Encadrer le remploi. Destruction des édifices et réutilisation des matériaux dans les textes juridiques romains (Ier – IIIe s. ap. J.-C.) », Ædificare 2018 – 2, n° 4 – Revue internationale d’histoire de la construction, p. 255-276.

 

Texte :
Cn. Hosidio Geta, L. Vagellio cos. | X k. Octobr. S. C. | Cum prouidentia optumi principis tectis quoque urbis nostrae et totius Italiae aeternitati prospexerit, quibus | ipse non solum praecepto augustissimo sed etiam exsemplo | suo prodesset, conueniretq(ue) felicitati saeculi instantis | pro portione publicorum operum etiam priuatorum custodi[a] | deberentque apstinere se omnes cruentissimo genere | negotiationis, ne[que] inimicissimam pace faciem inducere || ruinis domum uillarumque, placere : si quis negotiandi causa | emisset quod aedificium, ut diruendo plus adquireret quam | quanti emisset, tum duplam pecuniam, qua mercatus eam rem | esset, in aerarium inferri, utiq(ue) de eo nihilo minus ad senatum| referretur. Cumque aeque non oportere[t] malo exsemplo uendere quam | emer[e, u]t uenditores quoque coercerentur, qui scientes dolo malo | [co]ntra hanc senatus uoluntatem uendidissent, placere : tales | uenditiones inritas fieri. Ceterum testari senatum domini[s nihil] | constitui, qui rerum suarum possessores futuri aliquas [partes] earum mutauerint, | dum non negotiationis causa id factum [sit]. | Censuere. In senatu fuerunt CCCLXXXIII.

Traduction :
Sous le consulat de Cn. Hosidius Geta et L. Vagellius, le 10e jour avant les calendes d’octobre [22 septembre], sénatus-consulte. Comme la prévoyance du très excellent prince était attentive aussi aux édifices de notre Ville et à l’éternité de toute l’Italie, auxquels lui-même contribuait non seulement par sa très auguste règlementation, mais aussi par son propre exemple ; et comme la conservation des édifices privés proportionnellement aux édifices publics convenait à la félicité du siècle qui s’ouvre ; et comme tous devaient s’abstenir de ce genre très sanguinaire de commerce, et ne pas entraîner une apparence complètement ennemie de la paix par des ruines de maisons et de villas, il a été décidé ceci : si quelqu’un a acheté un édifice dans l’intention d’en faire commerce, pour en retirer plus en le détruisant qu’il n’a dépensé en l’achetant, que soit alors versé au trésor le double de la somme à laquelle il a acheté ce bien, et qu’il n’en soit pas moins référé au Sénat. Et comme il ne fallait pas davantage donner le mauvais exemple en vendant qu’en achetant, afin que soient également punis les vendeurs qui, sciemment et avec une intention mauvaise, auraient vendu contre la volonté présente du Sénat, il a été décidé que de telles ventes seraient nulles. Pour le reste, aucune disposition n’a été prise par le Sénat pour les propriétaires qui, devant rester en possession de leurs biens, auront changé quelques parties de ceux-ci, pourvu que ce ne soit pas fait dans l’intention d’en faire commerce. Ils ont décidé ainsi. Les sénateurs présents étaient 383.

 

Thèmes abordés :
– Réglementation de la récupération
– Commerce des matériaux récupérés
– Origine des matériaux de remploi
– Autoconsommation (remploi in situ)