Le marché du bois de seconde main à Paris (1433)

Paris, 1433

Les délibérations du chapitre de Notre-Dame de Paris évoque, au cours du mois d’octobre 1433, la mise en vente des matériaux d’une maison appartenant au dit chapitre. Une partie de l’information nous manque mais nous pouvons restituer les grandes phases de la vente de ces matériaux. Dans un premier temps, le 16 octobre, deux chanoines sont envoyés sur place pour « visiter » la maison, (faire) rassembler les pièces de bois et les tuiles de la maison et les (faire) mettre à part. Il n’est pas alors envisagé de faire réparer la maison mais d’en récupérer ce qui peut l’être et de ne pas laisser perdre ce qui peut avoir de la valeur en le triant et en le stockant dans un endroit sûr. On imagine que c’est lors de cette visite, sans doute effectuée avec des artisans (les charpentiers jurés de l’église ?), qu’une première évaluation des matériaux a été effectuée. Une semaine plus tard, le Chancelier et Pierre d’Orgemont font leur rapport devant le chapitre qui prend la décision de vendre le bois récupéré pour affecter la somme qui en sera tirée au service des enfants de chœur de la cathédrale. Les chanoines fixent alors un prix minimum de 13 francs mais envisagent de vendre le bois éventuellement plus cher. C’est ce qu’ils firent car deux jours plus tard les deux commissaires annoncent avoir vendu le bois en question pour 14 francs.

Les chanoines de Notre-Dame de Paris font montre dans ces délibérations d’une conscience de la valeur qu’un bâtiment, même ruineux, pouvait conserver du fait de ses matériaux. Nous y constatons une relative familiarité avec les pratiques de récupération, organisées par le chapitre. Les fluctuations de prix observées témoignent pour leur part de l’existence d’un marché sur lequel les tarifs semblent se négocier en fonction de critères qui, dans ce cas, nous échappent. (Philippe Bernardi)

Archives nationales, LL 114, p. 68-69

[16 octobre 1433, p. 68]

Cancellarius et Ordeimontis deputantur ad visitandum domum existentem coram domo archidiaconis Therassie et ad recolligendum ligna et tegulam et ea ponenda in securitate.

[Le 24 octobre 1433, p. 69]

Audita relacione dominorum cancellarii et Ordeimontis commissorum ad visitandum quandam domum ruinosam existentem coram domo archidiaconis Therassie, ordinatum est quod nemus antiquum ibidem vendatur ad utilitatem puerorum chori pro XIII francis si non possit haberi maiorem summam.

[Le 26 octobre 1433, p. 69]

Venditur nemus proveniens de quadam domo ruinosa ante domum archidiaconis Therassie per dominos nostros cancelarium et Ordeimontis ad hoc commissos et de qua supra pro XIIII francis ad utilitatem puerorum chori.

 

Proposition de traduction :

[16 octobre 1433, p. 68]

Le chancelier et [Pierre] d’Orgemont [chanoine de Notre-Dame] ont été affectés à la visite de la maison qui existe devant la maison de l’archidiacre de Thiérache et à recueillir le bois et la tuile et les déposer en sécurité.

[Le 24 octobre 1433, p. 69]

Entendu le rapport des seigneurs Chancelier et d’Orgemont, commis à la visite d’une certaine maison en ruine existant devant la maison de l’archidiacre de Thiérache, il est ordonné que le vieux bois soit vendu au même endroit, au profit des enfants de chœur, pour 13 francs si une somme plus importante ne peut [en] être obtenue.

[Le 26 octobre 1433, p. 69]

Le bois provenant d’une certaine maison ruineuse devant la maison de l’archidiacre de Thiérache est vendu par nos seigneurs le Chancelier et d’Orgemont, commis à cela et en raison de ce qui précède, pour 14 francs au profit des enfants de chœur.

Thèmes évoqués :
– Maison
– Bois
– Tuile
– Tri
– Stockage
– Marché des matériaux de seconde main

Revente des portes de l’église Saint-Germain d’Argentan (1447-1448)

Argentan (Orne), 1447-1448.

L’église paroissiale Saint-Germain d’Argentan a connu plusieurs campagnes de travaux entre le XIIIe et le XVe siècle. est agrandie. Agrandie en 1255, elle est encore remaniée dans la seconde moitié du XIVe siècle. En 1410, l’édifice est encore inachevé. L’édification du porche, commencée dans la première moitié du XVe siècle se poursuit de manière intermittente jusqu’à son abandon, en 1444. Si le porche n’est alors pas achevé, les portes de bois, commandées à Falaise, en ont été réalisées et posées en 1442.

Les anciennes portes de l’église furent vendues aux enchères peu de temps après et achetées par Charles le Mesnagier, maître de l’Hôtel-Dieu Saint-Thomas. Avec cette courte mention, nous observons une valorisation de l’obsolète de la part des responsables du chantier de l’église Saint-Germain, avec la mise en vente de portes devenues inutiles et sans doute encombrantes. Le choix de la mise aux enchères revient à mettre les acheteurs intéressés en concurrence pour tirer le meilleur prix possible de ces portes. De la part des enchérisseurs, nous constatons que le choix est fait de ne pas passer par la commande mais de profiter d’une opportunité. La destination des portes nous est inconnue, ce qui ne permet pas de savoir si, en l’occurrence, c’est un projet de pose de portes qui devra s’adapter aux vantaux récupérer ou bien s’il y aura revente ou détournement, voire simple remploi du matériau. Les raisons de ce choix ne sont pas explicites. Le moindre coût probable de la seconde main permet-il simplement d’acquérir des portes peu chères ou bien d’accéder à des pièces d’une qualité plus élevée que celle à laquelle il serait permis de prétendre pour du neuf ? (Philippe Bernardi)

Bibliothèque nationale de France nouvelles acquisitions françaises 10 560 – comptes de Saint-Germain, 1447-1448, fol 63v.

Transcription et analyse, Marie-Anne Moulin, Argentan au Moyen Âge, thèse de doctorat en Histoire et Civilisations de l’EHESS, sous la direction de Philippe Braunstein, 2007, p. 519 et 765.

Texte :

Receu de Challes Mesnagier pour les deux vieulles portes de ladicte église a lui vendu par enchière – 12 s.

Thèmes abordés :
– Acteurs
– Eglise
– Porte
– Commercialisation (enchères)

Procès-verbal de visite des matériaux qui demeurent après la démolition de l’église paroissiale, de son clocher et de la maison curiale de Briançon (1693).

Briançon, le 3 février 1693.

Devant la menace de l’armée savoyarde de Victor-Amédée II qui pénétra dans le royaume de France le 21 juillet 1692 puis marcha sur Guillestre, Embrun et Gap la place de Briançon chercha à prévenir un siège. Cela conduisit à démolir l’église paroissiale, son clocher et la maison curiale qui, bâtis à quelque distance de la ville, auraient pu être aisément investis par l’ennemi et lui servir de camp de base. L’entreprise menée dans l’urgence au cours de l’été (les troupes savoyardes refluèrent en septembre 1692) semble avoir échappé en partie au contrôle de la municipalité. Celle-ci a bien organisé la vente aux enchères, les 17, 26, 27 et 29 août 1692, des « débris de la cure et paroisse de ceste ville », ainsi qu’en atteste la demande de paiement d’honoraires adressée aux autorités par l’huissier qui a alors officié[1]. Plusieurs devis témoignent également du fait que le mobilier, le linge et les cloches ont été mis à l’abri, pour une bonne part dans le couvent des cordeliers situés intra-muros[2]. En février 1693, quand les conditions climatiques permettent enfin aux consuls de se rendre sur place pour « voir et reconnaître ce qui y reste des débris et matériaux pour l’intérêt de lad. ville », ils ne peuvent que constater que l’essentiel des matériaux ont été récupérés et « qu’il ne reste sur le sol que quelques pierres de taille du vestibule et des portes de lad. église ». Voulant éviter d’être critiqués pour leur gestion de ces restes, les consuls, dans l’intérêt de la ville, font mesurer les pierres demeurant sur place avant de procéder à de nouvelles enchères.

Le texte présenté met en évidence l’intérêt économique que peut représenter la revente de la dépouille d’un bâtiment comme une partie du processus de mise sur le marché de ces matériaux de récupération. (Philippe Bernardi)

Archives communales de Briançon, DD 104.

Texte :

Nous, consuls de la ville et communauté de Briançon, sçavoir faisons à tous qu’il appartiendra que ce jourd’huy compté troisième février de l’année mil six cens quatre vingts treize, nous nous sommes porté sur le sol ou estoit basti l’églize parroissielle de cette ville, le clocher et la maison curiale et qui ont esté démoslis l’année précédante, pour voir et reconnoistre ce qui y reste des débris et matériaux pour l’intérest de lad. ville – ce que nous n’avons peu faire plustost à cause que le terren estoit couvert de nege. Et estant sur les lieux, nous avons veu, reconnu et eu pour notoire que tous les débris et matériaux desd. église, clocher et maison curiale ont esté entièrement emportés, pour ce qui est des bois, ferremens, et la plus grande partie des pierres, tant celles qui sont taillées que autres, et particulièrement toutes celles dud. clocher, tant des quatre coins que des fenestres et du haut dud. clocher, ensemble toutes les pierres de touves[3] et autres qui formoient les voutes, tant de l’église que du haut du [verso] clocher, et qu’il ne reste sur le sol que quelques pierres de taille du vestibule et des portes de lad. église dont il y en a mesme une partie de dispercées dans les fonds inférieurs avec les deux figures de lyon en marbre qui sont cassées, et une partie des colonnes qu’ils soutenoient ensemble. Nous y avons trouvé la quantité de [blanc] thoises de pierres communes qui sont restées dud. débris, que des particuliers ont ramacé, et mis en estat d’estre thoisées, que nous avons fait mesurer par l’arpenteur de cette communauté, et affin qu’il ne nous soit rien imputé de présent ny à l’advenir de ce qui manque desd. débris et matériaux et de la dissipation qui en pourroit avoir esté fait l’année précédante, nous en avons fait et dressé le présent procès verbal pour estre montré au conseil de lad. ville et par luy pourveu sur icelluy et servir et valoir à ce que de raison et nous sommes soussignés à Briançon led. jour troisième février mil six cens quatre vingt treize.

Du Prat, consul
Boiron, consul
Fantin, consul

Thèmes abordés :
– Récupération
– Acteurs de la récupération et de la commercialisation
– Pierre
– Eglise
– Maison curiale
– Bois
– Métaux
– Revente (processus de)
– Valorisation financière des ruines
– Stockage
– Mode de commercialisation

[1] Archives communales de Briançon, DD 106.

[2] Archives communales de Briançon, DD 104.

[3] Tuf.

Réfection des remparts de la ville de Carpentras avec des pièces et des clous de charrettes (1380 et 1384)

Carpentras (Vaucluse), 1380 et 1384.

Les extraits des comptes de la communauté de Carpentras présentés font état d’achats de fournitures nécessaires à la réfection de plusieurs portes de la cité : celle dite de Monteux, à l’ouest de la ville, celle dite de Mazan, à l’Est, et celle dite de Notre-Dame du Grès, au Sud. Ils interviennent dans une période troublée qui voit, devant la menace que les routiers font peser sur les états pontificaux, nombre de villes et de villages se doter de remparts. Ceux de Carpentras, débutés en 1357, ne furent achevés qu’en 1392.

Le premier compte présenté (texte A), rédigé par le notaire Guillaume de Prada[1], est celui des dépenses effectuées par l’un des élus (syndic) de la communauté, Véran Margarite, en charge des travaux à faire en 1380. Dans le cadre de cette campagne de réparation, nous voyons le syndic acheter à diverses reprises des pièces récupérées sur des charrettes : « vieux clous de charrette » ou « vieilles bandes de charrette » qui servent à réparer des pont-levis. Sur une quinzaine de jours environ, entre le 19 mai et le 2 juin 1380 ce ne sont pas moins de 11 achats de pièces de charrettes usagées qui se trouvent consignées, contre un seul concernant du fer neuf, en dehors de la fourniture de quelques serrures. Loin d’être anecdotique, cet approvisionnement revient au total à 13 livres 19 sous et 8 deniers soit l’équivalent de 25 jours de salaire d’un des maîtres charpentiers employés sur ce même chantier (7 sous) et de 44 jours de rémunération d’un simple manœuvre (4 sous). Le nombre de clous livrés n’est pas toujours précisé et l’on ne peut que relever un minimum de 402 pièces pour une centaine (101) bandes de charrette. Ces « bandes » (benda) de charrette sont sans doute des bandes métalliques clouées à l’origine sur la circonférence des roues ; le terme provençal bendar désignant l’action d’embattre une roue. La destination première de ces bandes nécessite qu’elles soient « redressées » pour s’adapter à leur nouvel usage, tâche dont s’acquitte, par exemple, le forgeron Cortosii le 2 juin.

On peut imaginer que c’est l’urgence des travaux qui conduit à employer ces bandes et ces clous de charrettes mais leur nombre et le fait qu’aucune bande neuve ne soit mentionnée laisse à penser que ce type de reconversion ou de changement d’usage était peut-être assez courant.

Ces extraits de compte permettent aussi de constater que parmi les fournisseurs se trouvent deux forgerons, un charron, un charretier et la femme d’un second charretier soit, pour la moitié des professionnels en lien étroit avec la fabrication des charrettes ou le transport.

Le second compte dont provient la série d’extraits suivante (Texte B) est de deux ans postérieure. Le contexte des travaux est le même et, là encore, bandes et clous de charrettes sont remployés dans le bâtiment. Les précisions portées alors permettent toutefois de mieux cerner la valeur des pièces métalliques fournies dans la mesure où les poids sont plus systématiquement donnés, accompagnés de tarifs unitaires. Nous observons ainsi que les bandes et clous récupérés sont marchandés (ad forum) entre environ 6 deniers et 8 deniers 2/3 la livre, alors que d’autres pièces métalliques, non désignées comme « vieilles » sont vendues de 21 à 24 deniers la livre soit entre 2,4 et 4 fois plus cher. Il est à noter que, dans certains cas, les bandes de charrette ne sont pas qualifiées de « vieilles » mais les prix indiqués et le fait qu’elles puissent être (21 juin) évaluées au même tarif que de vieux clous ne laisse pas de doute sur le fait qu’elles soient de seconde main.

Notons également que le redressement des bandes peut faire l’objet d’un marché indépendant, confié à un forgeron au tarif, comme constaté dans le compte précédent, de 2 deniers la barre. Avec un prix moyen d’environ 20 à 52 deniers par bande, d’après les achats mentionnés, le surcoût du redressement atteint entre environ 4 (3,8) et10 % du prix d’achat.

Texte A : Bibliothèque Inguimbertine, Archives communales de Carpentras, CC 160, fol 8-10.

Texte B : Bibliothèque Inguimbertine, Archives communales de Carpentras, CC 162, fol 23v-26.

Texte A :

[fol 8]

Et primo, anno domini Mo CCCo octuagesimo et die XIX mensis madii, solvit realiter dictus Veranus Margarite alias Ayme de Carpentoracti, sindicus universitatis Carpentoractis, in presencia mei Guillermi de Prada, publici apostolica auctoritate notarii ac scribe negociorum universitatis predicte, et testium subscriptorum : Johanni Suzanne de Carpentoracti pro precio tresdecim duodenarum clavorum antiquorum quadrige ab ipso hodie habitorum pro reparando pontem levaticium portalis de Montilio et clavando bendas ferreas dicti pontis quinque grossos et medium, valentes XI sol.

Presentibus Guillermo Nicholay, cultore, et Petro Boveti, clerico, habitatoribus Carpentoractis, testibus ad premissa.

Item solvit ipso die Philippoto Bertrandi, fabro, pro precio quatuor duodenarum similium clavorum ab ipso, ipsa causa, habitorum, unum grossum et medium, valent III s.

Presentibus Petro Panayrerii et Petro Boveti.

[…]

[fol 8v]

Item solvit dicto die Moneto Guilhelmini, roderio, pro precio octo bendarum antiquarum quadrige ponderantium trigintatres libras, et quatuor duodenarum et medio clavorum antiquorum quadrige ab eodem Moneto habitarum pro ponte predicte, novem grossos, valent XVIII s.

Presentibus Petro Boveti, clerico, et Duranto Symoni.

[…]

[fol 9]

Item, solvit realiter, die XXV mensis madii, Jacobo Giraudi de Carpentoracte, pro precio duodecim bendarum antiquarum quadrige et certe quantitatis clavorum antiquorum quadrige ab ipso emptarum et habitarum pro ponte levaticio portalis de Masano, vigintiduos grossos – valentes II £ IIII s.

Presentibus, Guillermo Bertrandi et Petro Boveti, clerico, et Isnardo Corpatassii.

Item, solvit realiter, die XXIX mensis madii, Jacobe uxori Gauterii, carraterii, pro precio sexdecim librarum clavorum antiquorum quadrige ab ipse habitarum pro ponte levaticio reducti portalis Beate Marie, quatuor grossos – valent VIII s.

Presentibus, Petro Pietavis, de Carpentoracte, et Petro Boveti, clerico.

Item, solvit realiter, dicto die, Guioneto Francisci de Carpentoracte, pro precio tresdecim bendarum antiquarum quadrige ab ipso habitarum pro ponte levaticio portalis de Masano, duodecim grossos – valent I £ IIII s.

Presentibus, Bertrando Laugerii et Petro Pellicerii alias Cabrici.

[…]

[fol 9v]

Item, solvit realiter, die ultima madii, Guilhelmino, carraterio Mathey de Laura, pro precio duodecim bendarum antiquarum quadrige et clavorum ab ipso habitarum pro ponte levaticio portalis de Masano, vigintiduos grossos – valentes II £ IIII s.

Presentibus, Petro de Serris et Petro Boveti.

Item, solvit realiter, die prima junii, Bertrando Marini, pro precio centum quinquaginta clavorum antiquorum quadrige ab ipso habitorum pro ponte predicto, duos grossos – valent IIII s.

Presentibus, Petro Boveti, clerico, et Raymundo Vabassuti alias Del Gorc.

[…]

Item, solvit realiter, ipso die, Georgio De Archa, pro precio duo decem <et novem> bendarum antiquarum quadrige et clavorum ab ipso habitorum unius quadrige ab ipso habitarum et habitorum pro ponte portalis de Masano, duos florenos et decem grossos – valentes III £ VIII s.

Presentibus, Petro Boveti, clerico, et Johanne Floraudi.

[fol 10]

Item, solvit realiter, dicto die, Bertrando Marini, pro precio duodecim bendarum antiquarum quadrige et clavorum duarum rotarum ab ipso habitorum pro dicto ponte levaticio portalis de Masano, sexdecim grossos – valent I £ XII s.

Presentibus, Siffredo Alziassii et Petro Boveti.

Item, solvit realiter, die II mensis junii, Gobino Cortosii, fabro, pro precio novem bendarum ferri quadrige antiquarum ab ipso habitarum pro ponte predicto et per eum adreyssatarum, unum florenum de regina valet I £, III s., VIII d.

Presentibus, Guillermo [2 mots non lus] et Petro Boveti.

Item, solvit realiter, dicto die, Perrino Fabri alias Gros Nas, pro duobus ligaminibus ferri novis per eum, de suo proprio ferro, factis pro contrapondere brachiorum dicti pontis, et pro duabus duodenis clavorum magnorum quadratorum ad opus dicti contraponderis, novem grossos et medium – valent XIX s.

Presentibus, Petro Pretavis et Petro Boveti.

[…]

Proposition de traduction du texte A :

[fol 8]

Et premièrement, l’année du Seigneur 1380 et le 19e jour du mois de mai, ledit Véran Margarite, alias Ayme, de Carpentras, syndic de la ville de Carpentras, a payé en présence de moi, Guillaume de Prada, notaire public et apostolique ainsi que scribe des affaires de la ville susdite, et des témoins souscrits, à Jean Suzanne de Carpentras, pour le prix de 13 douzaines de vieux clous de charrette, reçues ce jour de celui-ci pour réparer le pont-levis du portail [dit] « de Monteux » et clouer les bandes de fer dudit pont, 5 gros et demi – valant 11 sous.

Présents, Guillaume Nicholay, cultivateur, et Pierre Boveti, clerc, habitants de Carpentras, témoins de ce qui précède.

De même, il a versé, ce jour, à Philippot Bertrandi, forgeron, pour prix de 4 douzaines de ces mêmes clous, reçues de celui-ci, pour la même cause, 1 gros et demi, valent 3 sous.

Présents, Pierre Panayrerii et Pierre Boveti.

[…]

[fol 8v]

De même, il a versé, ledit jour, à Monet Guilhelmini, charron, pour prix de 8 vieilles bandes de charrette pesant 33 livres, et pour 4 douzaines et demi de vieux clous de charrette reçues de ce même Monet, pour le pont susdit, 9 gros – valant 19 sous.

Présents, Pierre Boveti, clerc, et Durand Symoni.

[…]

[fol 9]

De même, il a réellement payé, le 25e jour du mois de mai, à Jacques Giraudi de Carpentras, pour le prix de 12 vieilles bandes de charrette et une certaine quantité de vieux clous de charrette achetées et et reçues de celui-ci pour le pont-levis du portail de Mazan, 22 gros – valant 2 livres 4 sous.

Présents, Guillaume Bertrandi et Pierre Boveti, clerc, et Isnard Corpatassii.

De même, il a réellement payé, le 29e jour du mois de mai, à Jacobe épouse de Gautier, charretier, pour prix de 16 livres de vieux clous de charrette reçues de celui-ci pour le pont-levis [à l’écart ?] du portail Notre-Dame, 4 gros – valent 8 sous.

Présents, Pierre Pietavis, de Carpentras, et Pierre Boveti, clerc.

 

De même, il a réellement payé, ledit jour, à Guyonnet Francisci de Carpentras, pour prix de 13 vieilles bandes de charrette reçues de celui-ci pour le pont-levis du portail de Mazan, 12 gros – valent 1 livre, 4 sous.

Présents, Bertrand Laugerii et Pierre Pellicerii alias Cabrici.

[…]

[fol 9v]

De même, il a réellement payé, le dernier jour de mai, à Guillemin, charretier de Mathieu de Laura, pour prix de 12 vieilles bandes de charrette et des clous reçus de ce dernier pour le pont-levis du portail de Mazan, 22 gros – valant 2 livres 4 sous.

Présents, Pierre de Serris et Pierre Boveti.

 

De même, il a réellement payé, le premier jour de juin, à Bertrand Marini, pour prix de 150 vieux clous de charrette reçus de celui-ci pour ledit pont-levis, 2 gros – valent 4 sous.

Présents, Pierre Boveti, clerc, et Raymund Vabassuti alias Del Gorc.

[…]

De même, il a réellement payé, ce jour, à Georges De Archa, pour prix de 19 vieilles bandes de charrette et les clous d’une charrette reçues et reçus de cleui-ci pour le pont du portail de Mazan, 2 florins et 10 gros – valant 3 livres 8 sous.

Présents, Pierre Boveti, clerc, et Jean Floraudi.

[fol 10]

De même, il a réellement payé, ledit jour, à Bertrand Marini, pour prix de 12 vieille bandes de charrette et les clous de deux roues reçus de celui-ci pour le pont-levis du portail de Mazan, 16 gros – valent 1 livre, 12 sous.

Présents Siffrein Alziassii et Pierre Boveti.

De même, il a réellement payé, le 2e jour de juin, à Gobin Cortosii, forgeron, pour prix de 9 vieilles bandes de fer de charrette reçues de celui-ci pour le pont susdit et redressées par lui, 1 florin de la reine, vaut 1 livre, 3 sous, 8 deniers.

Présents, Guillaume [2 mots non lus] et Pierre Boveti.

De même, il a réellement payé, ledit jour, à Perrin Fabri alias Gros Nas, pour deux liens de fer neuf fabriqués par lui de son propre fer pour le contrepoids des flèches (bras) dudit pont, et pour 2 douzaines de grands clous carrés (?) pour ledit contrepoids, 9 gros et demi – valent 19 sous.

Présents, Pierre Pretavis et Pierre Boveti.

[…]

Texte B :

[fol 23v]

Item, [le 7 juin 1384] solvit plus eidem Poncio pro sex bendis antiquis quadrige et quadam quantitate clavorum quadrige ponderantibus quinquagintaquatuor libras, ab ipso habitur pro pontis levaticiis portalium, ad forum trium florenorum pro quintali, decem nonem grossos et medium – I £ XIX s.

Presentibus, Petro Boveti, clerico, et Petro Chaulenqui alias de Fobiis.

[…]

fol 24v

Item, solvit dictus Paulus, sindicus, die XVIII junii, Syffredo Borriani famulo Guillermi Estornelli, pro precio septem librarum clavorum palmares[iorum], ab ipso per dictum Poncium, fusterium, pro causa predicta receptarum, ad forum vigintiunius denariorum pro libra – XII s. III d.

Presentibus, dictis Raymundo Brocheti, Poncio Cornesii et Raymundo Latilis.

[…]

Item, solvit, ipso die, Arnulpho Fornerii, carraterio, pro precio septem bendarum antiquarum quadrige ponderantium vigintiquatuor libras, ad forum sex denariorum pro libra – XII s.

Et pro duodecim libris clavorum antiquorum quadrige, ad forum septem denariorum pro libra que dimidia recepta fuerunt pro ponte levaticio portalis de Montilio – VII s.

Presentibus, Hugone Curelli, fusterio, Bermundo Brocheti et Raymundo Latilis

[…]

[fol 25v]

Item, solvit dicto die [18 juin], presentibus quibus supra, Stephano Juliani, fabro, pro duobus mandris ferri per eum factis pro contrapondere pontis levaticii portalis de Montilio ponderantibus vigintitres libras, ad forum duorum solidorum pro libra – II £ VI s.

Item, pro adreyssando quinquagintaunam bendas ferri quadrige pro pontibus levaticiis, quatuor grossos et unum duplicem, valent VIII s. II d.

Item solvit, dicto die, Moneto Guilhelmini, roderio, pro precio septem bendarum ferri quadrige ponderantium trigintaunam libras, ab ipso emptarum et habitarum pro pontibus supradictis septem gross. et medium, valent XV s.

Presentibus, Raymundo Latilis et Jacobo Jacobi.

fol 26

Item, solvit die XX mensis junii Giraudo Ruffi, pro precio octo bendarum quadrige ponderantium vigintiocto libras, ad forum octo denariorum pro libra, ab ipso emptarum et habitarum pro pontibus portalium, novem grossos et tercium grossi valent – XVIII s. VIII d.

Item, solvit, die XXI junii, eidem Giraudo Ruffi, pro pretio quinque bendarum ponderantium vigintisex libras et pro IIII libris clavorum antiquorum quadrige a dicto Giraudo emptarum et receptarum, ad forum octo denariorum pro libra – I £

Presentibus Stephano Juliani et Raymundo Barati.

Item, solvit ipso die Stephano Juliani, fabro, pro adreyssando duodecim bendas, unum grossum, valet –  II s.

Proposition de traduction du texte B :

[fol 23v]

De même, il a de plus versé à Pons, pour 6 vieilles bandes de charrette et une quantité de clous de charrette pesant 54 livres, reçue de celui-ci pour les ponts-levis des portails, au marché de 3 florins par quintal, 19 gros et demi – 1 £ 19 s[2].

Présents, Pierre Boveti, clerc, et Pierre Chaulenqui alias de Fobiis.

fol 24v

De même, ledit Paul, syndic, a payé le 18e jour du mois de juin, à Siffrein Borriani, serviteur de Guillaume Estornelli, pour prix de 7 livres de clous palmares[3], reçues de celui-ci par ledit Pons, charpentier, pour les choses susdites, au marché de 21 deniers la livre – 12 s. 3 d.

Présents, lesdits Raymund Brocheti, Pons Cornesii et Raymund Latilis.

[…]

De même, il a versé, ce jour, à Arnoux Fornerii, charretier, pour prix de 7 vieilles bandes de charrette pesant 24 livres, au marché de 6 deniers par livre – 12 sous.

Et pour 12 livres de vieux clous de charrette, au marché de 7 deniers par livre, dont la moitié reçue furent [sic] pour le pont-levis du portail de Monteux – 7 sous.

Présents, Hugues Curelli, charpentier, Bermond Brocheti et Raymund Latilis

[…]

[fol 25v]

De même, il a versé ledit jour [18 juin], en présence des personne ci-dessus, à Étienne Juliani, forgeron, pour deux axes de fer pesant 24 livres, faits par lui pour le contrepoids du pont-levis du portail de Monteux, au marché de 2 sous par livre – 2 £ 6 s.

De même, pour redresser 51 bandes de fer de charrette pour les ponts-levis, 4 gros et un double, valent 8 s. 2 d[4].

 

De même, il a versé ledit jour à Monet Guilhelmini, charron, pour prix de 7 bandes de fer de charrette pesant 31 livres, achetées et reçues de lui pour les ponts susdits, 7 gros et demi, valent 15 s[5].

Présents, Raymund Latilis et Jacques Jacobi.

fol 26

De même, il a versé le 20e jour du mois de juin à Gérard Ruffi, pour prix de 8 bandes de charrette pesant 28 livres achetées et reçues de lui pour les ponts des portails, au marché de 8 deniers par livre, 9 gros et un tiers de gros, valent – 18s. 8 d.

De même, il a versé, le 21 juin, à Gérard Ruffi, pour prix de 5 bandes pesant 26 livres et pour 4 livres de vieux clous de charrette achetées et reçues dudit Gérard, au marché de 8 deniers la livre – 1 £

Présents, Étienne Juliani et Raymund Barati.

De même, il a versé ce jour à Étienne Juliani, forgeron, pour redresser 12 bandes, 1 gros, vaut – 2 s.

Thèmes abordés :
– Changement de destination des éléments remployés
– Fer
– Clous
– Commerce de seconde main
– Acteurs du commerce
– Pont-levis
– Transformation des matériaux récupérés
– Prix du matériau vieux par rapport au neuf
– Coût de la transformation

[1] Ce notaire nous est également connu par un registre de minutes à son nom conservé dans les Archives départementales de Vaucluse pour les années 1380-1383 (AD84, 3 E 26/55).

[2] Les indications données permettent d’évaluer la livre à 8 deniers 2/3 pour un quintal de 100 livres et un florin à 24 sous.

[3] Il s’agit d’un type de clou dont les dimensions et le poids nous échappent.

[4] Les chiffres indiqués permettent d’évaluer  le coût de redressement de chaque barre à environ 2 deniers (1,9).

[5] Les chiffres indiqués permettent de restituer un prix de la livre à environ 6 deniers (5,8).

Traité de charpenterie (1890)

Paris, 1890

Dans la partie introductive consacrée aux « Définitions et notions générales » de son Traité de charpente en bois, Gustave Oslet (1852-1936), ingénieur des arts et manufactures qui deviendra, en 1896, professeur de dessin et chef d’atelier des travaux d’architecture à l’Ecole Centrale des Arts et Manufactures, propose (p. 13) une « Classification des ouvrages de charpenterie ». Parmi les cinq cas de figure qu’il évoque, il fait une place à part aux bois de récupération (« vieux bois »). Il évoque clairement la commercialisation de ceux-ci, faisant état de différences de prix suivant que le charpentier a eu ou non à y tailler des assemblages. En revanche, les opérations de transformation consistant à scier la pièce récupérée sont, selon lui, à distinguer du prix d’achat de la pièce et payées à part. (Philippe Bernardi)

Gustave Oslet, Traité de charpente en bois. Encyclopédie théorique et pratique des connaissances civiles et militaires. Partie civile. Cours de construction, publié sous la direction de G. Oslet. IVe partie, Paris, H. Chairgrasse fils, 1890, p. 13.

Texte

VII. Classification des ouvrages de charpenterie.

  1. Les ouvrages de charpente sont classés, selon leurs dimensions et leurs qualités :

En bois ordinaire, jusqu’à 30 centimètres d’équarrissage sur 9 mètres de longueur, ou de qualité, s’ils dépassent l’un de ces dimensions.

Bois sans assemblage ou avec assemblage ;

Bois entiers ou de sciage, c’est-à-dire carrés, ou provenant de bois carrés refendus à la scie. Dans ce dernier cas, le bois est classé selon sa plus grande dimension et on distingue s’il est à un ou à deux traits de scie ;

Bois bruts ou refaits, c’est-à-dire grossièrement équarris, tels que le commerce les livre, ou à vive arête et blanchis à la bizaiguë ou au rabot, sans tenir compte alors du sciage.

Vieux bois. Les vieux bois, remis en œuvre, sont payés à des prix différents selon qu’ils sont avec ou sans assemblage et le sciage se compte à part lorsqu’il y a lieu.

Thèmes évoqués
– Bois
– Commercialisation
– Transformation
– Qualité

Extraits des comptes du châtelain de Gardanne Didier du Han (1478)

Gardanne, 1478

Compte du châtelain de Gardanne Didier du Han. Extraits des recettes dans lequel il note avoir vendu des plâtras et des tuiles vieilles. (Philippe Bernardi)

Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 1665.

Texte
Fol. 168
Item plus, yeu susdit pause avoir receu de maistre Jehan Alezart sartre de Gardane et pour de vieulx gipasses[1] que lui ay vendus present maistre Pierre Le Roux aultrement Coussi et par marchie fait entre lui et moy c’est assavoir trois gros ———-fl. gr. III d.

Item plus, yeu susdit pause avoir receu de Pierre Moute de Gardane et pour ung cent de tieules vieilhes que lui ay vendus c’est assavoir six gros. Pour ce —— fl. gr. VI d.

Thèmes évoqués :
– Tuiles
– Plâtras
– Prix des matériaux récupérés
– Commerce des matériaux récupérés
– Bâtiment agricole

[1] Plâtras.

Extraits des comptes du châtelain de Gardanne Jean de Ponthion (1474)

Gardanne, le 12 avril 1474

Compte du châtelain de Gardanne Jean de Ponthion. Extrait des recettes dans lequel il explique avoir vendu 5 charges (saumées) de plâtras pour 5 gros. (Philippe Bernardi)

Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 1663, fol. 85v.

Texte
Item plus a XII d’avril [1474] jou susdit pause avoir receu dudit Jehan de la Barre et pour de gipasses[1] vieulx que lui ay vendut que n’y a environ cinq sommades[2] desquelx n’en scavois que faire ne en quoy les esplectier. C’est assavoir cinq gros et pour ce  fl. – gr. V d.

Thèmes évoqués :
– Plâtras
– Origine des matériaux récupérés
– Commerce des matériaux récupérés
– Prix des matériaux récupérés
– Justification de la commercialisation
– Bâtiment agricole

[1] Plâtras.
[2] Unité de mesure de capacité valant cinq émines, soit 163,18 litres.

Extraits des comptes de la Chambre apostolique (Avignon, 1363)

Avignon, les 31 juillet et 30 septembre 1363

Extraits des comptes de la Chambre apostolique dans lequel sont enregistrés : la somme due au forgeron Pierre de Pinu pour la fourniture de diverses pièces métalliques avec déduction de la valeur du métal récupéré par ce dernier lors de la démolition d’un mur dans le jardin du palais pontifical ; le salaire de 8 hommes qui ont descendu les vieilles pièces de charpente de la terrasse de la chapelle pontificale, lesquelles pièces ont été réutilisées pour la couverture d’un passage, pour une chaire et une banquette du pape et pour retenir la terre des fondations du jardin et pour la maison où ont été mis les raisins du pape. (Philippe Bernardi)

Archives Secrètes Vaticanes, Introitus et Exitus 307, fol. 84v et 86v.

Texte
Fol. 84v
Item, computat se tradidisse Petro de Pinu XI quintales et LXV libras ferri quod recepit de pariete qui fuit dirutus in viridario domini nostri pape, pretio cuiuslibet quintalis LXII solidorum. Et sic valebant in summa : XXXVI libras II solidos III denarios.
Et recepit ab eo X quintales, IIIIxx III libras ferramentorum de quibus sibi fuerunt, pro quolibet quintale VI libras, XIII solidos, III denarios, et ita ascendebant in summa : LXXII libr. IIII s.
Et sic restabant ad solvendum quas sibi solvit XXXV libras I solidum IX denarios. Que ferramenta recepit in XVIII magnis aspis pro magnis fustis, IIII circulis, IIII gautis magnis pro ingenio et I magna cavilla pro prima porta palatii que est juxta Peyrolariam.

Fol 86v
Item, pro VIII hominibus qui descenderunt fustas veteres de terrassia capelle nove et eis congregaverunt ad rationem VI solidorum pro dieta XLVIII solidos.
De quibus fustis fuerunt facta et reparata, videlicet quedam copertura et solerium in androna que est retro gradarium capelle veteris, quedam cathedra et quoddam scabellum pro domino nostro papa, et puncharrata terre fundamenti viridarii et quedam domus in qua fuerunt positi racemi domini nostri pape.

Traduction
De même, il compte avoir été livrés, par lui, à Pierre de Pinu, 11 quintaux et 65 livres de fer qu’il a reçus du mur qui fut détruit dans le jardin de notre seigneur le pape, au prix de 62 sous chaque quintal. Et ils valaient ainsi au total : 36 livres, 2 sous et 3 deniers.
Et il a reçu de lui 10 quintaux et 83 livres de ferrures, desquels lui sont revenus, à raison de 6 livres 13 sous et 3 deniers chaque quintal, et s’élevaient ainsi au total de 72 livres, 4 sous.
Et ainsi restaient à verser, qu’il lui a versés : 35 livres, 1 sous et 9 deniers. Lesquelles ferrures il a reçues sous la forme de 18 grands agrafes pour les grosses poutres, 4 cerces, 4 grandes joues pour l’engin [de levage] et 1 grande cheville pour la première porte du palais qui est près de la Peyrolerie.

De même, pour 8 hommes qui ont descendus les vieilles pièces de charpente de la terrasse de la chapelle neuve et les ont rassemblées, à raison de 6 sous par jour : 48 sous.
Desquelles pièces de bois ont été faits et réparés, à savoir, un toit et un plancher dans la ruelle qui se trouve derrière l’escalier de la vieille chapelle, une chaire et un escabeau pour notre seigneur le pape, et [desquelles ont été] étayées la terre de la fondation du jardin et une maison dans laquelle ont été entreposés les raisins de notre seigneur le pape.

Thèmes abordés :
– Fer
– Bois
– Prix du métal d’occasion
– Provenance des matériaux de récupération
– Commerce de deuxième main
– Récupération comme mode de paiement
– Conversion des matériaux
– Différence de valeur entre neuf et vieux
– Palais

Contrat de démolition d’un quartier de la ville d’Avignon en vue de l’agrandissement du Palais des Papes (22 mars 1345).

Avignon, le 22 mars 1345

Contrat passé entre la cour pontificale et des terrassiers [leurs qualités et leurs noms ont été perdus avec le début de l’acte] qui s’engagent à démolir les maisons occupant l’espace sur lequel une extension du palais pontifical [ce que l’on désigne comme le Palais Neuf] doit être bâtie. Dans ce texte, il est demandé aux terrassiers-démolisseurs de trier les matériaux récupérés, de laisser sur place ceux qui seront vendus et de transporter et remiser les autres en d’autres lieux. (Philippe Bernardi)

Archives secrètes Vaticanes, Collectoriae 497, fol 1. Publication dans Robert André-Michel, « Le Palais des Papes d’Avignon. Documents inédits », Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 1917, p. 3-124 (p. 97-98) sous la cote erronée Obligationes 497.

Texte
[…] que fuit olim Bertrandi de Podiocavo, de Avinione, sitam prope palacium dicti domini pape ; necnon et omnes alias domos, muros et parietes qui sunt inter ipsam domum que fuit olim dicti Bertrandi et domum habitationis [blanc] Rocamaure, capitanei servientum[1] marescalli curie romane, et de ipsa domo habitationis dicti capitanei unam cannam[2] cum dimidia ; et ab ipsa domo ejusdem capitanei recta linea omnes domos, parietes, muros qui sunt ab eadem domo usque ad carreriam Pairolarie Avinionis, comprehendendo hospicium Helioti de Bufenos, servientis armorum dicti domini pape, tantum quantum de ipso hospicio ipsius Helioti erit diruendum juxta cognicionem magistri Johannis de Luperia, servientis armorum dicti domini pape ac lapiscide.

Item, promiserunt, ut supra, cavare plateas in quibus sunt modo domus et muri predicti dirruendi, necnon et fiundamenta murorum ibidem faciendorum, usque quo inveniant rocam firmam et quantum fuerit necesse juxta cognicionem dicti magistri Johannis de Luperia ; et portare terram et bresilhum et alia inutilia extra dictas plateas alibi in tali loco ubi nulli inferatur dampnum nec possit seu debeat conqueri.
Item promiserunt ponere lapides qui exibunt de dictis bastimentis diruendis ibidem, in dictis plateis, bene et decenter.
Item, tegulas, lausas et fustam que exierent de dictis bastimentis diruendis, ponent ad partem, in dictis plateis, et eo casu quo dicti teguli et lause ac fusta predicti non possent ibidem vendi, promiserunt ipsos tegulos, lausas et fustam portare in orto sive jardino domini nostri pape de Trolhacio.
Item, promiserunt claves et alia ferramenta antiqua que exibunt de dictis bastimentis diruendis, recolligere et realiter ac bene et legaliter assignare dicto magistro Johanni de Luperia, recipienti nomine camere domini pape. Et premissa omnia et singula promiserunt facere bene et legaliter, et ad sancta Dei evangelia, per ipsos et ipsorum quorumlibet corporaliter tacto libro juraverunt ut citius poterit, talem quod, ob defectum dirucionis et cavacionis predictorum bastimentorum palacii nullam patiatur retardacionem et nullum paciatur dampnum ; et statim, cum multis operariis, debent apponere manum ; et premissa promiserunt facere precio quadringentorum florenorum auri ; et propter hoc obligaverunt, ipsi et eorum quilibet, summiserunt jurisdictioni curie camere domini nostri pape et auditoris vicecamerarii, locumtenentis et commissarii eorumdem, ac curie marescalli, omnes et quilibet eorum volentes compelli ad premissa tenendum et [ad] faciendum, per dictas curias et earum quamlibet , captionem et vendicionem bonorum suorum predictorum et qualibet aliam cohertionem ecclesiasticam vel secularem, renunciantes ipsi et eorum quilibet omni exceptioni utriusque juris canonici et civilis ; de quibus dictus dominus thesaurarius quo supra nomine petiit fieri per me Johannem Palaysini, notarium, publicum instrumentum.
Acta sunt hec Avinione, in camera thesaurarii dicti domini pape presentibus venerabilibus viris dominis Michaele Ricomanni, camere predicte clerico, et Poncio Saturnini, canonici Sancti Afrodisii Bituricensis, testibus ad premissa, anno domini M CCC XLV, indictione XIII, die XXII mensis marcii.
Et ego J. Palaysini

Traduction
(à faire)

Thèmes abordés :
Bois
Commerce
Coût des opérations
Démontage
Ferrures
Justification
Maison
Palais
Pierre
Propriété
Stockage
Transport
Tri
Tuile

[1] André-Michel donne servicii tum.
[2] André-Michel donne cameram.

Extrait du courrier adressé par Charles Ier d’Anjou à son trésorier à Rome, Hugues de Besançon, concernant la sépulture du pape Innocent V (Viterbe, 1276)

Viterbe, 1276

Le prélat français Pierre de Tarentaise est élu pape sous le nom d’Innocent V grâce à son compatriote, Charles Ier d’Anjou, roi de Naples et de Sicile et sénateur de Rome. Innocent V meurt en juin 1276, après seulement cinq mois de pontificat. C’est Charles Ier d’Anjou qui prend en charge sa sépulture. Renouant avec la tradition des sépultures pontificales du XIIe siècle, il fait inhumer Innocent V dans la basilique du Latran, la cathédrale de Rome. Dans une lettre du 27 septembre 1276, il charge son trésorier à Rome, Hugues de Besançon, de trouver un sarcophage antique de porphyre pour servir de tombeau ou, à défaut, de faire construire un monument sur le modèle de celui de la comtesse d’Artois dans la basilique Saint-Pierre. Apparemment, Hugues de Besançon réussit à trouver un sarcophage, puisque, lors des travaux commandés par Innocent X en 1649 dans la basilique du Latran, le corps d’Innocent V est retrouvé dans un grand sarcophage de marbre. Le remploi d’un sarcophage antique de porphyre ou de marbre et le choix du Latran, basilique donnée à saint Sylvestre par Constantin, sont porteurs d’un discours sur l’universalité du pouvoir pontifical. (Haude Morvan)

H.W. Schulz, F. von Quast (éd.), Denkmäler der Kunst des Mittelalters in Unteritalien. IV. Urkunden, Dresden, 1860, p. 49.

  1. Gardner, The tomb of cardinal Annibaldi by Arnolfo di Cambio, in The Burlington Magazine, 114, 1972, p. 136-143, p. 141.

 

Texte
XXVII Septembris V indictionis, aput Viterbium. Scriptum est Magistro Hugoni de Bisumpcio camerario Urbis, etc.
Quia sanctissimus pater et dominus noster dominus Innocentius papa V aput Urbem, ubi habemus regimen, fuit viam universe carnis ingressus et intelleximus, quod aliquis se non intromittit de faciendo tumulo pro eodem, volumus et tibi precipiendo mandamus, quatinus per Urbem inquiras et inquiri facias diligenter, si aliqua conca porfidis vel alicuius alterius pulcri lapidis prout ille, que sunt in sancto Iohanne Laterani, poterit inveniri. Quam si inveneris, emas de pecunia curie nostre, que est vel erit per manus tuas, et in ea corpus dicti summi pontificis reponi facias diligenter in ecclesia sancti Iohannis predicti in aliquo loco eminenti ; et si conca predicta non poterit inveniri, volumus, quod de predicta pecunia curie fieri facias sepulturam consimilem illi comitisse Attrebatensis et etiam si fieri poterit pulcriorem, in qua corpus eiusdem summi pontificis sollemniter reponatur.

Traduction
27 septembre de la 5e indiction, à Viterbe. Adressée à maître Hugues de Besançon, trésorier à Rome.
Parce que le très saint père et seigneur, notre seigneur le pape Innocent V, a pris le chemin de toute chair, à Rome où nous gouvernons, et que nous avons appris que personne n’a pris l’initiative pour lui faire un tombeau, nous voulons et ordonnons selon le précepte que tu cherches et fasses chercher scrupuleusement, dans les limites de Rome, si l’on peut trouver un sarcophage de porphyre ou de quelque autre belle pierre, semblable à ceux qui sont à Saint-Jean du Latran. Si tu le trouves, achète-le avec l’argent de notre curie, qui est ou sera en ta possession, et fais scrupuleusement placer le corps dudit souverain pontife dans [ce sarcophage], dans la susdite église Saint-Jean, dans n’importe quel lieu remarquable. Si l’on ne peut pas trouver le sarcophage susdit, nous voulons qu’avec ce même argent de la curie tu fasses faire une tombe semblable à celle de la comtesse d’Artois (et même, si cela était possible, plus belle encore), dans laquelle sera placé solennellement ce même corps du souverain pontife.

 

Thèmes évoqués :
– Remploi antique
– Sarcophage
– Marché du remploi
– Porphyre

Marseille, le 1er février 1331. Délibération du conseil de la ville vicomtale de Marseille

Marseille, le 1er février 1331

Délibération du conseil de la ville vicomtale de Marseille visant à interdire que le verre brisé ne sorte de la ville ou de ses faubourgs et imposant que tout verre brisé proposé à la vente soit apporté à un magistrat de la ville et échangé au prix de deux deniers la livre. (Philippe Bernardi)

Arch. Municipales de Marseille, BB 17, fol. 35v, édité par Danielle Foy, Le Verre médiéval et son artisanat en France méditerranéenne, Paris, éd. du CNRS, 1989, annexe 4, p. 398.

 

Texte :
Item, placuit dicto consilio requirire dictum dominum vycarium quod sic faciat preconisationem per civitatem Massilie quod vitrum fractum non extrahatur de ea civitate nec de eis suburbiis sub certa pena arbitrio curie imponenda. Et quod quicumque vendere voluerit ad magistrum super facto anfforarum dicte civitatis deputatum ,duos denarios a praedicto magistro de singulis libris dicti vitri receptum[1]. Quanto tempore dictus magister opus faciet dicte civitatis.

Traduction :
De même, il a plu au dit conseil de demander au seigneur viguier qu’ainsi il fasse proclamer par la cité de Marseille que le verre brisé ne soit pas exporté de la cité ni de ses faubourgs sous une certaine peine imposée à l’arbitrage de la cour. Et que quiconque aurait voulu vendre [du verre brisé] au maître affecté à la façon des vases de la ville, [qu’il reçoive] deux deniers par livre de ce verre. Tant que le dit maître œuvrera pour la dite cité.

 

Thèmes abordés :
– Verre
– Réglementation du commerce des matériaux de remploi
– Prix du matériau d’occasion
– Recyclage
– Commerce des matériaux récupérés

[1] Sic.

Herculanum, 47 ap. J.-C. Le sénatus-consulte « hosidien »

Herculanum, 47 ap. J.-C.

Le sénatus-consulte « hosidien ». Appelé ainsi par convention, parce qu’il fut pris sous le consulat de Cn. Hosidius Geta, probablement en 47 de notre ère, ce sénatus-consulte est connu par l’épigraphie. Il fut gravé sur une plaque de bronze, retrouvée à Herculanum en 1600, puis perdue, mais dont le texte avait heureusement été recopié sur trois manuscrits. Le texte que nous possédons s’ouvre par les attendus, précisant les motivations des sénateurs en des termes généraux et emphatiques, puis expose un dispositif complexe, sanctionnant les acheteurs et les vendeurs de demeures en vue d’une démolition, mais préservant les propriétaires qui détruiraient leurs maisons tout en en restant propriétaires. (Charles Davoine)

Édition Salvatore Riccobono, Fontes Iuris Romani Antejustiniani I, Florence, 1941, p. 288-290, n. 45; traduction et commentaire de Charles Davoine, « Encadrer le remploi. Destruction des édifices et réutilisation des matériaux dans les textes juridiques romains (Ier – IIIe s. ap. J.-C.) », Ædificare 2018 – 2, n° 4 – Revue internationale d’histoire de la construction, p. 255-276.

 

Texte :
Cn. Hosidio Geta, L. Vagellio cos. | X k. Octobr. S. C. | Cum prouidentia optumi principis tectis quoque urbis nostrae et totius Italiae aeternitati prospexerit, quibus | ipse non solum praecepto augustissimo sed etiam exsemplo | suo prodesset, conueniretq(ue) felicitati saeculi instantis | pro portione publicorum operum etiam priuatorum custodi[a] | deberentque apstinere se omnes cruentissimo genere | negotiationis, ne[que] inimicissimam pace faciem inducere || ruinis domum uillarumque, placere : si quis negotiandi causa | emisset quod aedificium, ut diruendo plus adquireret quam | quanti emisset, tum duplam pecuniam, qua mercatus eam rem | esset, in aerarium inferri, utiq(ue) de eo nihilo minus ad senatum| referretur. Cumque aeque non oportere[t] malo exsemplo uendere quam | emer[e, u]t uenditores quoque coercerentur, qui scientes dolo malo | [co]ntra hanc senatus uoluntatem uendidissent, placere : tales | uenditiones inritas fieri. Ceterum testari senatum domini[s nihil] | constitui, qui rerum suarum possessores futuri aliquas [partes] earum mutauerint, | dum non negotiationis causa id factum [sit]. | Censuere. In senatu fuerunt CCCLXXXIII.

Traduction :
Sous le consulat de Cn. Hosidius Geta et L. Vagellius, le 10e jour avant les calendes d’octobre [22 septembre], sénatus-consulte. Comme la prévoyance du très excellent prince était attentive aussi aux édifices de notre Ville et à l’éternité de toute l’Italie, auxquels lui-même contribuait non seulement par sa très auguste règlementation, mais aussi par son propre exemple ; et comme la conservation des édifices privés proportionnellement aux édifices publics convenait à la félicité du siècle qui s’ouvre ; et comme tous devaient s’abstenir de ce genre très sanguinaire de commerce, et ne pas entraîner une apparence complètement ennemie de la paix par des ruines de maisons et de villas, il a été décidé ceci : si quelqu’un a acheté un édifice dans l’intention d’en faire commerce, pour en retirer plus en le détruisant qu’il n’a dépensé en l’achetant, que soit alors versé au trésor le double de la somme à laquelle il a acheté ce bien, et qu’il n’en soit pas moins référé au Sénat. Et comme il ne fallait pas davantage donner le mauvais exemple en vendant qu’en achetant, afin que soient également punis les vendeurs qui, sciemment et avec une intention mauvaise, auraient vendu contre la volonté présente du Sénat, il a été décidé que de telles ventes seraient nulles. Pour le reste, aucune disposition n’a été prise par le Sénat pour les propriétaires qui, devant rester en possession de leurs biens, auront changé quelques parties de ceux-ci, pourvu que ce ne soit pas fait dans l’intention d’en faire commerce. Ils ont décidé ainsi. Les sénateurs présents étaient 383.

 

Thèmes abordés :
– Réglementation de la récupération
– Commerce des matériaux récupérés
– Origine des matériaux de remploi
– Autoconsommation (remploi in situ)

Saint-Denis, vers 1144. Extrait du De consecratione ecclesie sancti Dionisii, écrit par Suger.

Saint-Denis, vers 1144

Extrait du De consecratione ecclesie sancti Dionisii, écrit par Suger. Dans ce passage, l’abbé de Saint-Denis raconte qu’il envisageait, pour la construction de la basilique, de faire venir des colonnes de marbre tirées de plusieurs monuments de Rome, dont le palais de Dioclétien. (Ph. Bernardi)

Suger, Écrit sur la consécration de Saint-Denis, in Œuvres, texte établi, traduit et commenté par Françoise Gasparri, Paris, Les Belles Lettres, 1996, p. 1-53 (p. 13-15).

 

Texte :
In agendis siquidem huiusmodi, apprime de convenienta et cohaerentia antiqui et novi operis sollicitus unde marmoreas aut marmoreis aequipollentes haberemus comlumnas, cogitando, speculando, investigando per diversas partium remotarum regiones, cum nullam offerenderemus, hoc solum mente laborantibus et animo supererat, ut ab urbe (Romae enim in palatio Diocletiani et aliis termis saepe mirabiles conspexeramus) ut per mare Mediterraneum tuta classe, exinde per Anglicum, et per tortuosam fluvii Sequanae reflexionem, eas magno sumptu amicorum, inimicorum etiam Sarracenorum proximorum conductu haberemus.

Traduction :
Nous réfléchissions et nous nous demandions où trouver des colonnes de marbre ou de matériau équivalent ; nous cherchions dans diverses régions de pays lointains et nous n’en trouvions aucune ; à notre pensée et à notre esprit anxieux une seule idée dominait : les faire venir de Rome car dans le palais de Dioclétien et dans les autres thermes nous en avions souvent remarqué d’admirables, [les faire acheminer] par une flotte sûre à travers la mer Méditerranée, de là à travers la mer d’Angleterre et par le cours sinueux de la Seine, les obtenir à grands frais de nos amis et même de nos ennemis les Sarrasins les plus proches, moyennant un droit de passage.

 

Matériaux et thèmes documentés :
– Réemploi et admiration de l’Antique
– Marché de la récupération
– Origine des matériaux réemployés
– Transport des réemplois
– Coût(s) de la récupération
– Marbre
– Colonnes