Procès-verbal de l’enlèvement des plombs du couvent des ermites de saint Augustin de Brou (1557)

Brou, 1557

Depuis 1535, la Bresse a été envahie par les troupes françaises alors que jusque-là le comté de Bresse dépendait du duché de Savoie. La ville de Bourg-en-Bresse est assiégée par le baron de Polvilliers (ou Bolweïler) à la tête des troupes savoyardes, en octobre 1557. Afin de pouvoir résister, le plomb des toitures de l’église du couvent des ermites de saint Augustin de Brou, récemment construit, fut récupéré pour en faire des balles pour la garnison. (Hervé Chopin)

Références :
Arch. départ. Ain, H 614. Procès-verbal de l’enlèvement des plombs et autres dégâts faits à Brou, par la garnison de Bourg, lors du siège mis devant cette ville par le baron de Polvilliers, novembre 1557. Inédit.

Texte
« (…) lequel plomb, fixé à un sol la livre, ne fut jamais payé, car despuis que la ville fut assiégée, les soldats disaient n’avoir point reçu paye du roy despuis long temps, même les Gascons et Suisses, et estoit force leur délivrer ledit plomb, aultrement ils eussent tout forcé »

Mots-clés :
Couvent-toiture-plomb-prix-démontage-récupération

Extraits des Hauts faits des saints abbés (Gesta abbatum) du monastère de Fontenelle (rédigé entre 823-845)

Abbaye de Saint-Wandrille – anciennement abbaye de Fontenelle (rédigé entre 823-845)

Ce texte, qui concerne l’abbaye de Saint-Wandrille – anciennement abbaye de Fontenelle (Seine-Maritime). La chronique des abbés mentionne que la façade de la basilique (édifiée entre 732 et 743) a été construite à l’aide de « pierres taillées » provenant de l’enceinte antique de Lillebonne, édifiée par Jules César et distante d’une vingtaine de kilomètre.
(Stéphane Büttner, Christian Sapin)

Références
Chronique des abbés de Fontenelle (Saint-Wandrille), texte établi, traduit et commenté par frère Pascal Pradié, Paris, Les Belles Lettres, 1999

Texte
Sub huius denique tempore Ermharius, praepositus eius, aedificauit basilicam beatissimi archangeli Michaeli, licet modico, pulcherrimo tamen opere, allatis uidelicet petris politis de luliobona, castro quondam nobilissimo ac firmissimo, ad contruendos arcus seu frontispicium eiusdem templi. Haec namque ciuitas fertur aedificata fore a Gaio Iulio imperatore Romanorum ante aduentum Domini, dum Gallias uastando circuiret. Ipsum namque castrum Caletus antea uocabatur, quod destructum et in maiori eligantia reparratum, ex suo nomine luliobona uocare placuit.

Traduction
C’est aussi à l’époque de cet abbé, qu’Ermier, prieur de Teutsinde, construisit la basilique du bienheureux archange Michel, un ouvrage sans doute de proportions modestes, mais cependant un très bel ouvrage, avec des pierres taillées apportées du très célèbre et très puissant fortin de Lillebonne, pour édifier la façade de ce temple. On rapporte que cette cité fut édifiée par l’empereur des Romains Jules César avant la naissance du Seigneur, alors qu’il parcourait les Gaules en les dévastant. Or cette place, dénommée auparavant Caletus, étant détruite, il l’avait restaurée avec une grande élégance et décida de lui donner son nom et de l’appeler Iuliobona.

Mots-clés :
A. Type de bâtiment
– Église
– Abbatiale
B. Elément remployé ou récupéré
– Pierre de taille
C. Matériau et produit concerné
– Pierre
D. Notions documentées
– Démontage
– Destination
– Justification (admiration de l’Antique ?)
– Justification (opportunisme ?)
– Origine des remplois
– Récupération
– Remploi antique

Extraits des Miracula sancti Germani écrit par Heiric d’Auxerre (vers 860-875)

Auxerre (vers 860-875)
Le texte évoque la construction de la crypte carolingienne de l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre qui débute dans les années 840. Pour répondre à la magnificence du lieu, et le matériau n’étant pas disponible dans la région, des moines entreprennent d’aller chercher une grande quantité de marbre dans des ruines du sud de la France (Arles, Marseille). Le premier extrait évoque seulement la nature du matériau sans en préciser la nature architecturale. Le second extrait évoque très clairement des colonnes. L’étude archéologique n’a pas permis de mettre en évidence l’utilisation de marbre dans les phases carolingienne de la crypte.
(Stéphane Büttner, Christian Sapin)

Références : J.-Ch. Picard 1990, « Les Miracula sancti Germani d’Heiric d’Auxerre et l’architecture des cryptes de Saint-Germain : le témoignage des textes », in Saint-Germain d’Auxerre – Intellectuels et artistes dans l’Europe carolingienne (IXe-XIe siècles), Auxerre, Abbaye Saint-Germain, p. 97-101 et 105-108.

Texte
Texte cité dans l’édition de la patrologie latine, 124, 1207-1270

Traduction
[Traduction de J.-Ch. Picard]
II, 92. Pour une construction si magnifiquement élaborée, il n’était pas d’ornement qu’ils ne mettent toute leur énergie à se procurer ; et parce qu’en notre région, on est loin de disposer d’une grande abondance de marbres, ils décidèrent d’aller en chercher dans des contrées lointaines. C’est pourquoi quelques frères affrontèrent par deux fois les difficultés d’une expédition dangereuse et, au prix d’un voyage plein de péril dans les énormes remous du Rhône, se rendirent à Arles et ensuite à Marseille, à l’autre bout de la Gaule (…). Aussi, après avoir déblayé les ruines des vieux édifices à l’entour, ils rassemblèrent, soit gratuitement, soit à prix d’argent, une très grande quantité de marbres précieux ; chargeant ce butin de choix sur des navires, ils conduisirent par deux fois un triomphe rendu mémorable par l’issue victorieuse d’entreprises audacieuses.
[…]
II, 95. C’est presqu’un miracle, à mon avis, ce qui s’est produit quand les marbres furent arrivés à destination : toutes les colonnes que l’on avait transportées s’adaptèrent par leur forme à l’ensemble des parties du monument ; elles s’accordaient sans discordance et, comme on dit, impeccablement, adaptant elles-mêmes leur propre contour au projet du modèle. Ce qui, entre autres choses, lors de leur mise en place, est apparu clairement comme une manifestation merveilleuse, j’estime qu’il faut le raconter. Une équipe de manœuvres robustes unissant leurs forces mettait en place sous un arc une de ces colonnes, d’une dimension non négligeable, déjà posée sur sa base. Ils y mettaient toutes leurs forces ; alors que déjà elle se tenait presque debout, la masse monstrueuse fut plus forte que ceux qui la poussaient et, échappant déjà à leurs mains, elle était conduite à la ruine par son propre poids. Tous s’étaient reculés par peur du danger, s’attendant, non sans un profond et douloureux regret à la chute du marbre qui allait bientôt éclater en morceaux. La présence de Dieu renversa la situation contre toute attente ; et ce que la main des hommes n’avait pas été capable de faire fut réalisé par l’intervention de la force divine, beaucoup mieux et beaucoup plus facilement ; si d’abord on la vit dans son élan se précipiter à terre, tout autant on vit ensuite sa masse regagner les hauteurs sans aide visible. Ainsi fixée en place, elle offre superbement un témoignage immobile d’un miracle perpétuel.

Mots-clés :
A. Type de bâtiment
– Église
– Abbatiale
B. Élément remployé ou récupéré
– Colonnes
C. Matériau et produit concerné
– Marbre
D. Notions documentées
– Démontage
– Destination
– Don ou cession
– Origine des remplois
– Récupération
– Remploi antique

 

Contrat de démolition d’un quartier de la ville d’Avignon en vue de l’agrandissement du Palais des Papes (22 mars 1345).

Avignon, le 22 mars 1345

Contrat passé entre la cour pontificale et des terrassiers [leurs qualités et leurs noms ont été perdus avec le début de l’acte] qui s’engagent à démolir les maisons occupant l’espace sur lequel une extension du palais pontifical [ce que l’on désigne comme le Palais Neuf] doit être bâtie. Dans ce texte, il est demandé aux terrassiers-démolisseurs de trier les matériaux récupérés, de laisser sur place ceux qui seront vendus et de transporter et remiser les autres en d’autres lieux. (Philippe Bernardi)

Archives secrètes Vaticanes, Collectoriae 497, fol 1. Publication dans Robert André-Michel, « Le Palais des Papes d’Avignon. Documents inédits », Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 1917, p. 3-124 (p. 97-98) sous la cote erronée Obligationes 497.

Texte
[…] que fuit olim Bertrandi de Podiocavo, de Avinione, sitam prope palacium dicti domini pape ; necnon et omnes alias domos, muros et parietes qui sunt inter ipsam domum que fuit olim dicti Bertrandi et domum habitationis [blanc] Rocamaure, capitanei servientum[1] marescalli curie romane, et de ipsa domo habitationis dicti capitanei unam cannam[2] cum dimidia ; et ab ipsa domo ejusdem capitanei recta linea omnes domos, parietes, muros qui sunt ab eadem domo usque ad carreriam Pairolarie Avinionis, comprehendendo hospicium Helioti de Bufenos, servientis armorum dicti domini pape, tantum quantum de ipso hospicio ipsius Helioti erit diruendum juxta cognicionem magistri Johannis de Luperia, servientis armorum dicti domini pape ac lapiscide.

Item, promiserunt, ut supra, cavare plateas in quibus sunt modo domus et muri predicti dirruendi, necnon et fiundamenta murorum ibidem faciendorum, usque quo inveniant rocam firmam et quantum fuerit necesse juxta cognicionem dicti magistri Johannis de Luperia ; et portare terram et bresilhum et alia inutilia extra dictas plateas alibi in tali loco ubi nulli inferatur dampnum nec possit seu debeat conqueri.
Item promiserunt ponere lapides qui exibunt de dictis bastimentis diruendis ibidem, in dictis plateis, bene et decenter.
Item, tegulas, lausas et fustam que exierent de dictis bastimentis diruendis, ponent ad partem, in dictis plateis, et eo casu quo dicti teguli et lause ac fusta predicti non possent ibidem vendi, promiserunt ipsos tegulos, lausas et fustam portare in orto sive jardino domini nostri pape de Trolhacio.
Item, promiserunt claves et alia ferramenta antiqua que exibunt de dictis bastimentis diruendis, recolligere et realiter ac bene et legaliter assignare dicto magistro Johanni de Luperia, recipienti nomine camere domini pape. Et premissa omnia et singula promiserunt facere bene et legaliter, et ad sancta Dei evangelia, per ipsos et ipsorum quorumlibet corporaliter tacto libro juraverunt ut citius poterit, talem quod, ob defectum dirucionis et cavacionis predictorum bastimentorum palacii nullam patiatur retardacionem et nullum paciatur dampnum ; et statim, cum multis operariis, debent apponere manum ; et premissa promiserunt facere precio quadringentorum florenorum auri ; et propter hoc obligaverunt, ipsi et eorum quilibet, summiserunt jurisdictioni curie camere domini nostri pape et auditoris vicecamerarii, locumtenentis et commissarii eorumdem, ac curie marescalli, omnes et quilibet eorum volentes compelli ad premissa tenendum et [ad] faciendum, per dictas curias et earum quamlibet , captionem et vendicionem bonorum suorum predictorum et qualibet aliam cohertionem ecclesiasticam vel secularem, renunciantes ipsi et eorum quilibet omni exceptioni utriusque juris canonici et civilis ; de quibus dictus dominus thesaurarius quo supra nomine petiit fieri per me Johannem Palaysini, notarium, publicum instrumentum.
Acta sunt hec Avinione, in camera thesaurarii dicti domini pape presentibus venerabilibus viris dominis Michaele Ricomanni, camere predicte clerico, et Poncio Saturnini, canonici Sancti Afrodisii Bituricensis, testibus ad premissa, anno domini M CCC XLV, indictione XIII, die XXII mensis marcii.
Et ego J. Palaysini

Traduction
(à faire)

Thèmes abordés :
Bois
Commerce
Coût des opérations
Démontage
Ferrures
Justification
Maison
Palais
Pierre
Propriété
Stockage
Transport
Tri
Tuile

[1] André-Michel donne servicii tum.
[2] André-Michel donne cameram.

Contrat notarié de démontage (prix-fait) de l’ancienne église des clarisses d’Aix-en-Provence (18 avril 1368)

Aix-en-Provence, le 18 avril 1368

Contrat notarié par lequel les clarisses d’Aix, en la personne de leur abbesse, Huga de Sosmeyre, demandent aux charpentiers Pierre Seguberti et Colin Néble et au plâtrier Hugues de Alvernha, tous habitants d’Aix, de démonter (littéralement « descendre ») avec précaution plusieurs baies de leur ancienne église, hors les murs, ainsi que des éléments appelés coronelli, sans doute en vue de les réemployer dans la nouvelle église qu’elles s’apprêtaient à faire construire en ville. Les artisans sont également chargés de transporter l’ancienne pierre d’autel dans le bâtiment qui sert alors momentanément d’église aux religieuses. Le tout pour 20 florins d’or. (Philippe Bernardi)

Archives départementales des Bouches du Rhône, 308 E 11, fol. 15

Texte
Pro monasterio et pro Seguberti Colino Neble et Hugoni de Alvernha

Anno domini MoCCCLXVIIIo, die XVIII aprilis VIe indictione noverint etc. quod Petrus Seguberti et Colinus Neble, fusterii, et Hugo de Alvernha, giperius, habitatores Aquis, sponte convenerunt cum religiosa domina sorore Huga de Sosmeyre, abbatissa monasterii sancte Clare de Aquis, davallare[1] O[2] quod est in ecclesia ubi prius erat ipsum monasterium, salvo modo et sine fractione aliqua, et coronellos[3] dicte ecclesie ac fenestragia retro altare dicte ecclesie, necnon adducere salvo modo lapidem altaris ipsius ecclesie ad locum ubi nunc est ipsum monasterium, eorum sumptibus, pro precio viginti florenorum auri.

De quo precio, incontinenti, in presencia mei notarii et testium subscriptorum, habuerunt et receperunt florenos auri decem. Et postquam davallaverint ipsum O integre debent habere florenos V, et residuum completo eorum opere.

Fuit de pacto quod ubi per culpam ipsorum magistrorum aliquis lapis de fenestragiis vel de ipso O <et coronellis>[4] frangeretur, quod ipsi teneantur eam facere retalhari simili modo ut prius, eorum sumptibus, de lapidibus tamen dicti monasterii.
[…]

Traduction
Pour le monastère, pour Seguberti, pour Colin Néble et Hugues de Alvernha

L’année du Seigneur 1368, le 18e jour d’avril, 6e indiction, sachent etc. Que Pierre Seguberti et Colin Néble, charpentiers et Hugues de Alvernha, plâtrier, habitants d’Aix, spontanément ont convenu avec [sa] religieuse seigneurie, sœur Huga de Sosmeyre, abbesse du monastère de sainte-Claire d’Aix de déposer l’oculus qui est dans l’église où jadis se trouvait ce monastère de manière sûre et sans aucun bris, ainsi que les corniches ( ?) de la dite église et les fenestrages derrière l’autel de la dite église, et de conduire de manière sûre la pierre d’autel de cette église jusqu’au lieu où, à présent, se trouve ce monastère, à leurs frais et pour le prix de 20 florins d’or.
Du quel prix, sur-le-champ, ils ont eu et reçu 10 florins d’or. Et après qu’ils auront déposé cet oculus, ils doivent avoir 5 florins et le restant, une fois achevé leur travail.
Il a été convenu que si, par la faute de ces maîtres, quelque pierre des fenestrages ou de cet oculus et des corniches était brisée, que ceux-ci soient tenus de la faire retailler de la manière dont elle était auparavant, à leurs frais, avec des pierres, toutefois, dudit monastère.
[…]

Thèmes abordés :
– Pierre
– Baies
– Table d’autel
– Modalités de récupération
– Transport
– Origine des remplois
– Coût de la récupération
– Organisation de la récupération
– Eléments architecturaux récupérés
– Démontage

[1] Pour devallare.
[2] Pour Oculus.
[3] Le sens exact de ce terme nous échappe. Il doit s’agir d’un élément de couronnement.
[4] Ajouté au-dessus de la ligne.

Extrait de la Chronique rimée de Mauriac par Loys Mourguyos (XVIIe siècle).

Mauriac, XVIIe siècle

Chronique relatant la reconstruction d’un couvent à Mauriac, dans le Cantal, au XVIIe siècle. Le monastère, alors ruiné, est rebâti grâce à la démolition d’édifices alors conservés « dans leur état ancien ». (Laura Foulquier)

Edition : Jeanne Missonnier, « La Chronique rimée de Mourguyos et les nouvelles recherches sur les origines de Mauriac. 1, Chronique rimée de Mauriac par Loys Mourguyos », Revue de la Haute-Auvergne, 65, 1994, p. 291-347.

 

Texte :
A la fin dans Mauriac, ils vinrent à refaire
Le couvent qui estoit presque tout mis à terre
Et en piteux état et à rendre icelluy
Dans son lustre et tout tel qu’on le voit aujourd’hui (v. 845-848).
[…]
Et ce fut en ce temps qu’estant besoin de pierre
On vint à démolir et à mettre par terre
Le cloître et deux maisons de Monsieur le Doyen
Qui estoient lors encore en leur estat ancien
Afin de se servir comme l’on fit d’icelle
Pour la construction de cette œuvre nouvelle,
[…] (v. 853-858).

 

Thèmes évoqués :
– Pierre
– Destruction pour construction
– Origine des matériaux remployés
– Autoconsommation
– Couvent

Compte de l’ouvrage de l’entrepreneur Vial d’après les ordres des administrateurs de l’église Saint-Paul de Lyon (11 novembre 1793).

Villefranche, 11 novembre 1793

Compte de l’ouvrage que l’entrepreneur Vial a fait d’après les ordres des administrateurs de église Saint-Paul de Lyon le 21 brumaire An 2 (11 novembre 1793). Lors de la vente des biens du clergé et de la récupération des églises paroissiales, comme ce fut le cas de l’église Saint-Paul de Lyon qui devint un dépôt de salpêtre, certaines églises furent désaffectées. Dans ce compte, non seulement le sieur Vial est payé pour faire disparaître tous les éléments religieux et politiques (évangélistes, armoiries), mais surtout pour récupérer tous les éléments métalliques conservés dans l’église. Ce démontage est fait de manière méticuleuse et méthodique. Toutes les balustrades sont démontées, mais également certaines portes en métal, les cloches, etc. Ils sont ensuite d’abord stockés dans la sacristie en fonction du type de métal avant d’être transférés ensuite dans les différents dépôts de la ville. Cela a nécessité vingt jours et dix hommes avec à leur tête l’entrepreneur Vial. Les outils utilisés ainsi que les conditions du transport sont énumérés, avec leurs prix. (Hervé Chopin)

Original : Archives municipales de Lyon, 475 WP 9. Edition dans H. Chopin, La collégiale Saint-Paul de Lyon, mémoire de maîtrise d’archéologie sous la direction de J.-Fr. Reynaud, université Lumière-Lyon 2, 2000, t. II, p.94-95.

 

Texte

« A Ville affranchie le 21 brumaire l’an 2, la République française une, indivisible et démocratique.

Comptes et ouvrages que Vial a fait d’après les ordres des administrateurs de districts de la campagne, donner par réquisition du citoyen Guitel, administrateur.

Avoir mis bas la grande balustrade qui faisait le pourtour du cœur, ladite balustrade plombée dans le marbre, avoir enlevé tous les ornements en cuivre attenant à ladite balustrade ;
Plus, dans ledit cœur avoir déplacé les rideaux, tringles et pittons placés contre la voûte au nombre de cinq vitreaux ;
Plus, avoir démoli les quatre Evangélistes placés dans le dôme dudit cœur ;
Plus avoir enlevé des bandes de fer qui estoient sur la corniche en plâtre de la nef de l’église ;
Plus avoir mis bas la balustrade de la chapelle nommée les 3 roys, lesdites balustrades plombées dans la pierre et dans les pilliers ;
Plus avoir mis bas la balustrade de la chapelle de Saint Joseph ;
Plus la balustrade de la chapelle de Notre Dame de Grasse ;
Plus la balustrade de la chapelle Saint Paul ;
Plus la balustrade de la chapelle du ci devant évêque ;
Plus la balustrade de la chapelle des frères Tailleurs, la dite composée de grandes portes, deux dormants, une autre façade donnant sur un des bas côtés de ladite église, le tout plombé dans […] ;
Plus dans la chapelle de la Trinité, avoir mis bas une grande barrière composée de deux grandes portes, deux dormants et un chapiteau portant son couronnement ;
Plus la balustrade de la chapelle Saint Jean ;
Plus la balustrade de la chapelle de Notre Dame des Sept Dons ;
Plus la balustrade de la chapelle de Saint Jacques, dans ladite avoir mis bas un Christ qui étoit adapté au tabernacle par 2 barres en fer, serré par des écroux ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle Sainte Magdelaine ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle de Notre Dame ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle de l’Enfant Jésus ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle de Saint Michel ;
Plus avoir mis bas la balustrade des fonds baptismeaux ;
Plus mis bas deux grandes figures de pierre représentant saint Paul et saint Sacerdoce placés dans la chapelle de Notre Dame, avoir mis bas trois autres grandes figures, avoir mutilé plusieurs armoiries, et avoir enlevé la table de marbre sur laquelle étoient une inscription ;
Plus avoir mutilé et enlevé les armoiries et inscriptions qui se sont trouvés dans les autres chapelles ;
Plus avoir fait un échaffaud soutenu par des moufles pour enlever une grande table en marbre sur laquelle étoit une inscription, plus dans la partie touchant la voûte en ladite église, avoir démoly une grande armoirie qui y étoit placée ;
Avoir enlevé tous les ornements en cuivre qui étoient placés au portour du maître autel, lesdits ornements plombés dans le marbre ;
Plus avoir transporté toutes lesdites ferrures dans la sacristie près le cloître et tout le cuivre et le plomb dans la grande sacristie ;
Plus avoir descendu la cloche et avoir disposé les équipages en trois reprises pour arriver au trou de la voûte, avoir déferré ladite cloche et enlevé tous les fers qui étoient après le befroi, les avoir descendu et fermé dans la sacristie ;
Plus avoir démonté la cloche appelée Timbre et avoir démonté tous les ressorts qui la faisoient mouvoir ;
Plus avoir mutilé et enlevé toutes les armoiries et croix qui étoient placé sur le dôme et sur la façade extérieure de l’église ;
Plus avoir occupé dix ouvriers l’espace de 20 jours, ouvriers pour lesdits traveaux et pour charger et décharger les voitures à raison de 4 livres tournois par jour font                                                                                                                                   700      800 l t
Plus pour l’entrepreneur, 20 journées                                                          100      100 l t
Plus pour les équipages consistant en veyrins, moufles, échelles d’engin, échelles ordinaires, cordages, cage, cry, pressons, marteaux, cizeaux et autres outils nécessaires                                                                                                   120      160 l t
1060 l t
Pour transport de toutes les ferrures cuivres et plombs depuis Saint Paul jusqu’à l’entrepôt de l’évêché, deux journées d’une voiture à 2 cheveaux                32 l t    40 l t
Plus pour le transport de la cloche jusqu’à la caserne, ladite cloche portée sur une voiture appelée crapeau, trainée par cinq cheveaux                                     12        20 l t
964 l t 60 l t »

 

Thèmes évoqués :
– Transport des matériaux récupérés
– Fer
– Cuivre
– Plomb
– Coûts de la récupération
– Modalités de la récupération
– Démontage
– Stockage
– Tri
– Prix du matériau d’occasion
– Outillage