Livre des décrets de Burchard de Worms (c. 960-1025)

Burchard de Worms a rédigé le Livre des décrets ou Décret (Decretum) vers 1010 à destination du clergé du diocèse de Worms dont il est évêque depuis 1000. Cette œuvre fondamentale dans l’histoire de la constitution du droit canon mentionne le cas particulier de l’utilisation du bois provenant d’une église dédicacée. Etant rattaché à une église consacrée, le bois de celle-ci ne peut faire l’objet d’une réutilisation en dehors d’un bâtiment consacré. Il ne peut être utilisé dans des constructions laïques. Le bois qui ne peut être réutilisé doit être brûlé. (Hervé Chopin)

Références :
Burchard de Worms, Libri decretorum, dans J.-P. Migne, Patrologia latina, t. 140, col. 679 D.

Texte :
Liber tertius. De ecclesiis. CAP. XXXIX.– De lignis dedicatae ecclesiae, ad quos usus verti debeant. (Ex decr. Ygini papae, cap. 3.) Ligna ecclesiae dedicatae non debent ad aliud opus jungi nisi ad aliam Ecclesiam, vel igni comburenda, vel ad profectum in monasterio fratribus; in laicorum opera non debent admitti.

Traduction
Livre trois. Des églises. Chapitre XXXIX. Des bois d’une église dédicacée (d’après le décret du pape Eugène, chap. 3) Les bois d’une église dédicacée ne doivent pas être utilisés pour une autre œuvre en dehors de celle-ci, ou bien ils devront être brûlés, ou cédés à un monasterium, à des frères ; ils ne peuvent pas être utilisés dans les ouvrages des laïcs.

Mots-clés :
Bois-églises-destination-propriété-règlementation

Toisé des ouvrages faits à la collégiale Saint-Paul de Lyon (1779)

Lyon, 1779

Dans le cadre des travaux concernant l’agrandissement de l’abside et la «baroquisation» de l’église collégiale Saint-Paul de Lyon, dans les années 1779-1784, le maître-maçon Meunier intervient. Il a récupéré une grande quantité de vieux tufs qu’il utilise pour voûter la nouvelle construction. Il ne précise pas l’origine de ces pierres, mais l’ensemble est facturé 60 livres au chapitre. (Hervé Chopin)

Références :
Archives départ. du Rhône et de la métropole de Lyon, 13G323, pièce n°9 : « toisé des ouvrages que Meunier, maître maçon à Lyon, a fait et fourni la réparation de l’église de Saint-Paul, indépendamment des murs du couvert du chœur ». Inédit.
Chopin (H.), Collégiale Saint-Paul de Lyon (Rhône). Etude des archives relatives à l’église, CERIAH-MH, 2000, p. 49.

Texte
« un millier de vieux tufs employé tant à ladite voûte qu’aux pilastres des piliers, 60 livres ».

Mots-clés :
Collégiale–tuf–destination–voûte-abside-prix-qualité

Extraits des Hauts faits des saints abbés (Gesta abbatum) du monastère de Fontenelle (rédigé entre 823-845)

Abbaye de Saint-Wandrille – anciennement abbaye de Fontenelle (rédigé entre 823-845)

Ce texte, qui concerne l’abbaye de Saint-Wandrille – anciennement abbaye de Fontenelle (Seine-Maritime). La chronique des abbés mentionne que la façade de la basilique (édifiée entre 732 et 743) a été construite à l’aide de « pierres taillées » provenant de l’enceinte antique de Lillebonne, édifiée par Jules César et distante d’une vingtaine de kilomètre.
(Stéphane Büttner, Christian Sapin)

Références
Chronique des abbés de Fontenelle (Saint-Wandrille), texte établi, traduit et commenté par frère Pascal Pradié, Paris, Les Belles Lettres, 1999

Texte
Sub huius denique tempore Ermharius, praepositus eius, aedificauit basilicam beatissimi archangeli Michaeli, licet modico, pulcherrimo tamen opere, allatis uidelicet petris politis de luliobona, castro quondam nobilissimo ac firmissimo, ad contruendos arcus seu frontispicium eiusdem templi. Haec namque ciuitas fertur aedificata fore a Gaio Iulio imperatore Romanorum ante aduentum Domini, dum Gallias uastando circuiret. Ipsum namque castrum Caletus antea uocabatur, quod destructum et in maiori eligantia reparratum, ex suo nomine luliobona uocare placuit.

Traduction
C’est aussi à l’époque de cet abbé, qu’Ermier, prieur de Teutsinde, construisit la basilique du bienheureux archange Michel, un ouvrage sans doute de proportions modestes, mais cependant un très bel ouvrage, avec des pierres taillées apportées du très célèbre et très puissant fortin de Lillebonne, pour édifier la façade de ce temple. On rapporte que cette cité fut édifiée par l’empereur des Romains Jules César avant la naissance du Seigneur, alors qu’il parcourait les Gaules en les dévastant. Or cette place, dénommée auparavant Caletus, étant détruite, il l’avait restaurée avec une grande élégance et décida de lui donner son nom et de l’appeler Iuliobona.

Mots-clés :
A. Type de bâtiment
– Église
– Abbatiale
B. Elément remployé ou récupéré
– Pierre de taille
C. Matériau et produit concerné
– Pierre
D. Notions documentées
– Démontage
– Destination
– Justification (admiration de l’Antique ?)
– Justification (opportunisme ?)
– Origine des remplois
– Récupération
– Remploi antique

Extraits des Miracula sancti Germani écrit par Heiric d’Auxerre (vers 860-875)

Auxerre (vers 860-875)
Le texte évoque la construction de la crypte carolingienne de l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre qui débute dans les années 840. Pour répondre à la magnificence du lieu, et le matériau n’étant pas disponible dans la région, des moines entreprennent d’aller chercher une grande quantité de marbre dans des ruines du sud de la France (Arles, Marseille). Le premier extrait évoque seulement la nature du matériau sans en préciser la nature architecturale. Le second extrait évoque très clairement des colonnes. L’étude archéologique n’a pas permis de mettre en évidence l’utilisation de marbre dans les phases carolingienne de la crypte.
(Stéphane Büttner, Christian Sapin)

Références : J.-Ch. Picard 1990, « Les Miracula sancti Germani d’Heiric d’Auxerre et l’architecture des cryptes de Saint-Germain : le témoignage des textes », in Saint-Germain d’Auxerre – Intellectuels et artistes dans l’Europe carolingienne (IXe-XIe siècles), Auxerre, Abbaye Saint-Germain, p. 97-101 et 105-108.

Texte
Texte cité dans l’édition de la patrologie latine, 124, 1207-1270

Traduction
[Traduction de J.-Ch. Picard]
II, 92. Pour une construction si magnifiquement élaborée, il n’était pas d’ornement qu’ils ne mettent toute leur énergie à se procurer ; et parce qu’en notre région, on est loin de disposer d’une grande abondance de marbres, ils décidèrent d’aller en chercher dans des contrées lointaines. C’est pourquoi quelques frères affrontèrent par deux fois les difficultés d’une expédition dangereuse et, au prix d’un voyage plein de péril dans les énormes remous du Rhône, se rendirent à Arles et ensuite à Marseille, à l’autre bout de la Gaule (…). Aussi, après avoir déblayé les ruines des vieux édifices à l’entour, ils rassemblèrent, soit gratuitement, soit à prix d’argent, une très grande quantité de marbres précieux ; chargeant ce butin de choix sur des navires, ils conduisirent par deux fois un triomphe rendu mémorable par l’issue victorieuse d’entreprises audacieuses.
[…]
II, 95. C’est presqu’un miracle, à mon avis, ce qui s’est produit quand les marbres furent arrivés à destination : toutes les colonnes que l’on avait transportées s’adaptèrent par leur forme à l’ensemble des parties du monument ; elles s’accordaient sans discordance et, comme on dit, impeccablement, adaptant elles-mêmes leur propre contour au projet du modèle. Ce qui, entre autres choses, lors de leur mise en place, est apparu clairement comme une manifestation merveilleuse, j’estime qu’il faut le raconter. Une équipe de manœuvres robustes unissant leurs forces mettait en place sous un arc une de ces colonnes, d’une dimension non négligeable, déjà posée sur sa base. Ils y mettaient toutes leurs forces ; alors que déjà elle se tenait presque debout, la masse monstrueuse fut plus forte que ceux qui la poussaient et, échappant déjà à leurs mains, elle était conduite à la ruine par son propre poids. Tous s’étaient reculés par peur du danger, s’attendant, non sans un profond et douloureux regret à la chute du marbre qui allait bientôt éclater en morceaux. La présence de Dieu renversa la situation contre toute attente ; et ce que la main des hommes n’avait pas été capable de faire fut réalisé par l’intervention de la force divine, beaucoup mieux et beaucoup plus facilement ; si d’abord on la vit dans son élan se précipiter à terre, tout autant on vit ensuite sa masse regagner les hauteurs sans aide visible. Ainsi fixée en place, elle offre superbement un témoignage immobile d’un miracle perpétuel.

Mots-clés :
A. Type de bâtiment
– Église
– Abbatiale
B. Élément remployé ou récupéré
– Colonnes
C. Matériau et produit concerné
– Marbre
D. Notions documentées
– Démontage
– Destination
– Don ou cession
– Origine des remplois
– Récupération
– Remploi antique

 

Extrait de la Chronique rimée de Mauriac par Loys Mourguyos (XVIIe siècle).

Mauriac, XVIIe siècle

Chronique relatant la reconstruction d’un couvent à Mauriac, dans le Cantal, au XVIIe siècle. Le monastère, alors ruiné, est rebâti grâce à la démolition d’édifices alors conservés « dans leur état ancien ». (Laura Foulquier)

Edition : Jeanne Missonnier, « La Chronique rimée de Mourguyos et les nouvelles recherches sur les origines de Mauriac. 1, Chronique rimée de Mauriac par Loys Mourguyos », Revue de la Haute-Auvergne, 65, 1994, p. 291-347.

 

Texte :
A la fin dans Mauriac, ils vinrent à refaire
Le couvent qui estoit presque tout mis à terre
Et en piteux état et à rendre icelluy
Dans son lustre et tout tel qu’on le voit aujourd’hui (v. 845-848).
[…]
Et ce fut en ce temps qu’estant besoin de pierre
On vint à démolir et à mettre par terre
Le cloître et deux maisons de Monsieur le Doyen
Qui estoient lors encore en leur estat ancien
Afin de se servir comme l’on fit d’icelle
Pour la construction de cette œuvre nouvelle,
[…] (v. 853-858).

 

Thèmes évoqués :
– Pierre
– Destruction pour construction
– Origine des matériaux remployés
– Autoconsommation
– Couvent

Extrait des Lettres écrites d’Orient du comte Jaubert (1842)

Aydın (Turquie), 1842

Dans les nombreux récits de voyages rédigés au XIXe siècle, on peut glaner des informations précieuses sur la patrimonialisation des ruines et sur les pratiques de récupération à l’œuvre à cette époque. Celles-ci sont, de façon plus ou moins implicites, vues comme un témoignage de la « barbarie » de l’Orient qui vandaliserait un patrimoine dont l’Occident a contrario serait pleinement conscient  de la valeur. Il faut bien sûr avoir à l’esprit ces grilles de lecture qui s’imposent aux voyageurs de l’époque, comme l’a montré Edward Saïd dans L’Orientalisme, et qui biaisent leur analyse. Le comte Jaubert, dans ses « Lettres écrites d’Orient » parues en 1842, évoque l’exemple d’Aidin où les marbres antiques font l’objet d’une récupération et d’une transformation avant d’être réutilisés à des fins funéraires.

Jaubert, « Lettres écrites d’Orient », Revue des Deux-Mondes, 1842, p. 325-379 (p. 343)

 

Texte :
Aidin[1] a, comme Smyrne, des rues étroites, tortueuses, mal pavées, des aqueducs en mauvais état : la misère y étale partout ses tristes livrées, mais la situation est charmante ; les maisons sont entremêlées de verdure ; un vallon, au débouché duquel la ville est bâtie, fournit de belles eaux. C’est de ce côté que se trouvent le kiosque du pacha, le champ de manœuvres de la garnison, et quelques cafés où les oisifs vont faire le kief (repos). Au-dessus, sur un plateau que nous avons parcouru hier matin, était bâtie la ville antique de Tralles[2] ; on n’y trouve pas d’autres vestiges que trois grandes arcades qui s’aperçoivent de très loin, et qui peut-être appartenaient à ce gymnase fameux où s’enseignaient jadis, selon le témoignage de Strabon, la grammaire et la rhétorique. Chaque jour, les marbres épars sur le sol sont employés à décorer les cimetières turcs et juifs, mais après avoir été recoupés et retaillés. C’est ainsi que va s’effaçant tout ce qui restait de l’antiquité ; il ne faut plus guère compter, en fait de sculptures et d’inscriptions, que sur ce que les fouilles bien entendues pourraient fournir.

 

Thèmes évoqués :
– Marbre
– Remplois antiques
– Traitement des matériaux récupérés
– Destination des matériaux récupérés
– Origine des matériaux de remploi

 

[1] Aydın (Turquie), Cæsarea, pendant l’Antiquité.

[2] Nom de la ville pendant la période byzantine.