La toiture de la tour récupérée pour le four au château de Billiat (1354-1355)

Billiat, 1354-1355

Le château de Billiat, remontant pour partie au XIIIe siècle, fut rasé entre 1603 et 1610. Le compte dont sont extraits les deux passage donnés ici a été dressé par le châtelain Guy de La Ravoire, le jeune, représentant du comte de Savoie dans la châtellenie de Savoie pour la période comprise entre le 25 mars 1354 et le 31 janvier 1355. Le texte évoque la réfection de la toiture de la tour du château rendue nécessaire après que le vent ait détruit la couverture en place. Le non réemploi des pièces de la toiture tombée est justifié par le mauvais état de ces dernières, jugées « quasiment sans valeur » – mais non « totalement ». Les clous métalliques (clavins) employés pour la fixation des tuiles de bois furent néanmoins récupérés pour servir à la couverture du four du château, lui aussi endommagé par le vent. Le second extrait donné évoque les travaux de couverture dudit four qui occupèrent cinq charpentiers pendant près d’une journée . Le compte permet de constater qu’outre les clavins, les bardeaux tombés du toit de la tour furent également employés sur le four. La réutilisation de ces éléments nécessita l’intervention de trois hommes pendant une journée pour déclouer les bardeaux et redresser les clous. Notons que les journées de ces « hommes » furent rémunérées deux fois moins cher que celles des charpentiers mais que leur intervention représente quand même 23 % du coût total de l’opération. (Philippe Bernardi)

Archives départementales de la Côte d’Or, B 7067 (deuxième compte)

Edition et traduction tirés de Paul Cattin, Billiat et sa région (Ain) au XIVe siècle d’après les comptes de la châtellenie, Cahiers René de Lucinge, 4e série, N° 32, 1997, p. 278 et 281-282.

Opera castri

In emptione quater viginti duodenarum grossarum latarum de muyssone emptarum a diversis personis et diversis temporinus, qualibet duodena precio quindecim denariorum gebennensium pro domicilio turris castri domini de Billiaco in tecto de novo omnino domificando quod tectum propter impetum venti ad terram omnino ceciderat et fusta ejusdem tecti putrefactum et vetus erat et quasi nullius valoris ita quod de ipsa fusta in reffectione dicti tecti nec etiam de clavino nil potuit implicari sed de ipsa et clavino veteri in eodem existentibus feci reparari et recoperiri supra furnum dicti castri.

[…]

In stipendis quinque carpentariorum furnum domini de Billiaco decopertum propter impetum venti quasi per unam diem de scindulis et clavino veteribus que et qui ceciderant de turri recoperientium et domificantium capiente quolibet inclusis expensis duos solidos gebennenses inclusis III s. gebennensibus datis in stipendiis trium hominum quasi per unam diem dicta scindula vetera declavantium clavinum dirigentium et ad predicta se juvantium – XIII s. geb.

Proposition de traduction :

Travaux au château

Pour l’achat de 80 douzaines de grosses lattes achetées à diverses personnes et en divers temps, à 15 deniers de Genève la douzaine, pour le bâtiment de la tour du château du seigneur de Billiat, pour construire à neuf le toit qui à cause de la violence du vent était tout entier tombé à terre et dont le bois était pourri et vieux et de presque aucune valeur, en sorte que pour la réfection du dit toit, il ne put rien employer de ce bois, ni même du clavin. Mais du vieux clavin qui se trouvait dans ce toit, il fit réparer et recouvrir le four du dit château.

[…]

Pour les gages de 5 journées de charpentiers pour recouvrir et rebâtir le four du seigneur, de Billiat, découvert à cause de l’impétuosité du vent, avec les vieux bardeaux et clavins qui étaient tombés de la tour, à 2 s. de Genève la journée, y compris les dépenses. Y compris 3 sous de Genève donnés pour les gages de 3 journées d’hommes pour « déclaviner » les dits vieux bardeaux, redresser les clavins et aider à ces travaux – 13 sous de Genève.

Thèmes abordés :
– Bois
– Clous
– Changement de destination
– Préparation des matériaux récupérés
– Valeur des matériaux de seconde main
– Coût de la récupération
– Château

Démolition et reconstruction d’une partie de l’ancienne maison du roi René à Marseille avec récupération des matériaux (1520).

Marseille, 1520

Au début du XVIe siècle, ce que l’on désigne à Marseille comme la Maison du Roi, est constitué de deux corps de bâtiment situés de part et d’autre de la rue des Changeurs (actuelle rue de la Loge). La partie méridionale de cette Maison du Roi, donnant sur le port fut donnée par la ville au roi René en 1474. Après la mort de ce dernier et l’union de la Provence au royaume de France (1482), le tout passa dans le domaine des rois de France qui le conservèrent jusqu’au début du XVIIIe siècle. L’emplacement de ce monument, immédiatement à l’ouest de l’actuelle mairie, est bien connu mais aucune trace ne semble plus aujourd’hui en subsister après les multiples transformations subies depuis sa vente à des particuliers et son morcellement.

Le contrat de construction présenté révèle que ces transformations commencèrent dès le début du XVIe siècle avec la démolition et la reconstruction de la partie septentrionale de l’ensemble, qui était probablement la plus ancienne. Un premier contrat, daté du 7 octobre 1520, envisage de « fondre (démolir) tout le corps de maison de la rue des changes à la galerie » puis de construire trois magasins voûtés et de rebâtir le mur de façade. Les articles donnés ci-dessous envisagent la récupération de divers matériaux de l’ancienne bâtisse (bois, tuiles, ferrures, pierres et plâtras) et leur stockage. Les maçons chargés de la démolition et de la reconstruction se voient demander de veiller à ce que rien en se gâte de la dépouille de l’ancien bâtiment. A plusieurs reprises le commissaire passant commande au nom du grand sénéchal de Provence insiste sur le « profit » que le roi peut ou doit tirer de ces décombres. L’article 6 atteste clairement du réemploi sur place d’une partie des pierres mais également de la conservation sur place de celles qui ne seront pas utilisées. L’article 7 est, lui, plus complexe dans la mesure où la permission donnée au maçons de se servir des vieux bois pour confectionner des cintres est limitée aux pièces « les moins utiles ». Le fait de préciser que les maçons – chargés par ailleurs de bâtir « à leurs propres coûts et dépens ; en fournissant tout ce qui sera nécessaire à faire ceci » (Item, faran losd. maistres las causas subredichas a lurs propris cours et despens en fournissent a aquo fayre tout so que sera neccessari.) – pourront utiliser les bois « sans aucun coût » montre, a contrario, que ces pièces ont bien une valeur marchande et que le propriétaire aurait pu la facturer aux artisans ou la défalquer du coût final. Même in situ, le réemploi peut ainsi faire l’objet de transactions. L’autorisation donnée aux maçons d’utiliser les vieilles pierres laisse alors entendre que le réemploi sur place peut faire l’objet d’une négociation commerciale et n’est donc pas une évidence. Le concierge a, en plus de la garde de la maison, celle d’une partie au moins des matériaux qui y sont entreposés, qu’il reçoit (art. 2) et qu’il délivre le cas échéant (art. 7). Le stockage évoqué permet une gestion raisonnée des restes comme le montre le fait qu’un autre prix-fait, passé quelques mois plus tard, avec les mêmes maçons pour la construction d’un autre mur de façade de la Maison du Roi, évoque la possibilité pour les artisans de « prandre de la pierre que trouveront en ladite maison »[1].

Pour précis qu’il soit, ce texte conserve, comme beaucoup d’autres, quelques ambiguïtés en ce qui concerne la provenance des matériaux utilisés. Les articles 4 et 5 en offrent l’illustration à travers les mentions faites de grilles de métal (cledas) et de pièces de bois fournies par le commanditaire, qui pourraient provenir de la dépouille de l’ancien bâtiment sans que l’on puisse en avoir la certitude. (Philippe Bernardi)

Texte :

S’ensuyvent les paches et conventions faictes pour l’ediffice de la mayson du roy a Marseille et au pris faict prins par maistres Arnaud Allene, Jaques du Pont et Pierre de Culeme alias Lo Picard, maistres massons de Marseille, a eulx donne par monseigneur le maistre Jehan Arbaud, docteur en chacun droict, conseille dud. sieur comissaire a ce depute par messeigneurs le lieutenant de Provence et gens de la Chambre des comptes audit pays, suyvant ce que lur a este mande par monseigneur le grant Seneschal dud. pays.

L’an mil cinq cens et vingt et le VIIe jour d’octobre

[…]

[1] Item, seran tengus gardar la fustalha de lad. maison et los teulles et los mectre la ont lur ordenara et los entreposar en sorto que rein non si gaste.

[2] Item la ferramenta que si trouvera en fondent, comme sont cledas, goffons et autra ferramenta, seran tengus de consignar et baillar au consierge de lad. maison en sorta que vengua al profict deld. seigneur.

[3] Item, seran tengus aussi de gardar et entrepausar las peyras et gippasses de lad. maison la ont lur semblera en sorta que non si degalhon mays si puescan profetar au profict dud. seigneur.

[…]

[4] Item, seran tengus de far en lad. muralha tres portas embe tres fenestras bastardas sus lasd. portas per donar claritat ; las portas a rond et las fenestras cledadas moyenant que lo rey lur bayllera las cledas de la larjour que lur sera devysada.

[5] Item, metran losd. mestres en losd. magasins, au dessus del pe drech, quant vendran a vaultar, de piecas de boys que lur seran bailladas, ainsi que lur sera ordenat.

[…]

[6] Item, sera loysible ausd. maistres, per far lasd. causas, de prendre et si aiudar de las peyras tant de talha que de postoire que provendran de lad. maison et lo demorant gardar comme dessus es declarat au profict dud. seigneur.

[7] Item, aussi lur sera loysible de prandre de la fustalha mens utilla de lad. maison per far sindres ou autras causas neccessarias aud. edifice senssa cousta denguna et aquo per las mans deld. consierge de la maison del rey que sera advisant sus lod. obrage et edifice.

[…]

Proposition de traduction :

S’ensuivent les accords et conventions faits pour l’édification de la maison du roi à Marseille, prise à forfait par maîtres Arnaud Allene, Jacques du Pont et Pierre de Culeme, alias Lo Picard, maîtres maçons de Marseille. [Contrat] à eux donné par monseigneur le maître Jean Arbaud, docteur en chacun droit, conseiller dudit sieur commissaire à cela député par messeigneurs le lieutenant de Provence et les gens de la Chambre des comptes audit pays, suivant ce qui leur a été demandé par monseigneur le grand Sénéchal dudit pays.

Le 7 octobre 1520

[…]

[1] De même, ils seront tenus de conserver le bois de charpente de ladite maison, et les tuiles, et de les mettre là où il leur sera ordonné, les entreposant de façon à ce que rien ne se gâte.

[2] De même, pour les ferrures qui se trouveront en démolissant, telles que grilles, gonds et autres ferrures, ils seront tenus de les réserver et donner au concierge de ladite maison, de façon à ce que cela profite audit seigneur.

[3] De même, ils seront tenus également de conserver et entreposer les pierres et les plâtras de ladite maison là où ils jugeront qu’ils ne se gaspilleront pas mais puissent, au contraire, profiter audit seigneur.

[…]

[4] De même, ils seront tenus de faire dans ladite muraille trois portes avec trois jours (fenêtres bâtardes) au-dessus desdites portes pour donner de la lumière, de la largeur qui leur sera dite ; les portes à couvrement en plein-cintre et les fenêtres fermées d’une grille que le roi leur donnera.

[5] De même, dans lesdits magasins, lesdits maîtres mettront, comme il leur sera précisé, des pièces de bois qui leur seront données, au-dessus des piédroits, quand ils commenceront à voûter.

[…]

[6] De même, il sera loisible auxdits maîtres, pour faire les choses susdites, de prendre et s’aider des pierres tant de taille que de blocage qui proviendront de ladite maison, le demeurant [étant à] garder comme ci-dessus déclaré, au profit dudit seigneur.

[7] De même, il leur sera loisible de prendre le bois le moins utile de la maison, pour faire des cintres ou autres choses nécessaires audit édifice, sans aucuns frais. Et ceci [reçu] des mains dudit concierge de la maison du roi qui avisera en fonction dudit ouvrage et édifice.

[…]

Thèmes abordés :
– Récupération
– Remploi sélectif
– Bois
– Tuile
– Pierre
– Métal
– Plâtras
– Acteurs
– Stockage
– Profit-Revente
– Changement de destination

[1] Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 1450, fol 194v, le 21 janvier 1521 (n. st.).

Réfection des remparts de la ville de Carpentras avec des pièces et des clous de charrettes (1380 et 1384)

Carpentras (Vaucluse), 1380 et 1384.

Les extraits des comptes de la communauté de Carpentras présentés font état d’achats de fournitures nécessaires à la réfection de plusieurs portes de la cité : celle dite de Monteux, à l’ouest de la ville, celle dite de Mazan, à l’Est, et celle dite de Notre-Dame du Grès, au Sud. Ils interviennent dans une période troublée qui voit, devant la menace que les routiers font peser sur les états pontificaux, nombre de villes et de villages se doter de remparts. Ceux de Carpentras, débutés en 1357, ne furent achevés qu’en 1392.

Le premier compte présenté (texte A), rédigé par le notaire Guillaume de Prada[1], est celui des dépenses effectuées par l’un des élus (syndic) de la communauté, Véran Margarite, en charge des travaux à faire en 1380. Dans le cadre de cette campagne de réparation, nous voyons le syndic acheter à diverses reprises des pièces récupérées sur des charrettes : « vieux clous de charrette » ou « vieilles bandes de charrette » qui servent à réparer des pont-levis. Sur une quinzaine de jours environ, entre le 19 mai et le 2 juin 1380 ce ne sont pas moins de 11 achats de pièces de charrettes usagées qui se trouvent consignées, contre un seul concernant du fer neuf, en dehors de la fourniture de quelques serrures. Loin d’être anecdotique, cet approvisionnement revient au total à 13 livres 19 sous et 8 deniers soit l’équivalent de 25 jours de salaire d’un des maîtres charpentiers employés sur ce même chantier (7 sous) et de 44 jours de rémunération d’un simple manœuvre (4 sous). Le nombre de clous livrés n’est pas toujours précisé et l’on ne peut que relever un minimum de 402 pièces pour une centaine (101) bandes de charrette. Ces « bandes » (benda) de charrette sont sans doute des bandes métalliques clouées à l’origine sur la circonférence des roues ; le terme provençal bendar désignant l’action d’embattre une roue. La destination première de ces bandes nécessite qu’elles soient « redressées » pour s’adapter à leur nouvel usage, tâche dont s’acquitte, par exemple, le forgeron Cortosii le 2 juin.

On peut imaginer que c’est l’urgence des travaux qui conduit à employer ces bandes et ces clous de charrettes mais leur nombre et le fait qu’aucune bande neuve ne soit mentionnée laisse à penser que ce type de reconversion ou de changement d’usage était peut-être assez courant.

Ces extraits de compte permettent aussi de constater que parmi les fournisseurs se trouvent deux forgerons, un charron, un charretier et la femme d’un second charretier soit, pour la moitié des professionnels en lien étroit avec la fabrication des charrettes ou le transport.

Le second compte dont provient la série d’extraits suivante (Texte B) est de deux ans postérieure. Le contexte des travaux est le même et, là encore, bandes et clous de charrettes sont remployés dans le bâtiment. Les précisions portées alors permettent toutefois de mieux cerner la valeur des pièces métalliques fournies dans la mesure où les poids sont plus systématiquement donnés, accompagnés de tarifs unitaires. Nous observons ainsi que les bandes et clous récupérés sont marchandés (ad forum) entre environ 6 deniers et 8 deniers 2/3 la livre, alors que d’autres pièces métalliques, non désignées comme « vieilles » sont vendues de 21 à 24 deniers la livre soit entre 2,4 et 4 fois plus cher. Il est à noter que, dans certains cas, les bandes de charrette ne sont pas qualifiées de « vieilles » mais les prix indiqués et le fait qu’elles puissent être (21 juin) évaluées au même tarif que de vieux clous ne laisse pas de doute sur le fait qu’elles soient de seconde main.

Notons également que le redressement des bandes peut faire l’objet d’un marché indépendant, confié à un forgeron au tarif, comme constaté dans le compte précédent, de 2 deniers la barre. Avec un prix moyen d’environ 20 à 52 deniers par bande, d’après les achats mentionnés, le surcoût du redressement atteint entre environ 4 (3,8) et10 % du prix d’achat.

Texte A : Bibliothèque Inguimbertine, Archives communales de Carpentras, CC 160, fol 8-10.

Texte B : Bibliothèque Inguimbertine, Archives communales de Carpentras, CC 162, fol 23v-26.

Texte A :

[fol 8]

Et primo, anno domini Mo CCCo octuagesimo et die XIX mensis madii, solvit realiter dictus Veranus Margarite alias Ayme de Carpentoracti, sindicus universitatis Carpentoractis, in presencia mei Guillermi de Prada, publici apostolica auctoritate notarii ac scribe negociorum universitatis predicte, et testium subscriptorum : Johanni Suzanne de Carpentoracti pro precio tresdecim duodenarum clavorum antiquorum quadrige ab ipso hodie habitorum pro reparando pontem levaticium portalis de Montilio et clavando bendas ferreas dicti pontis quinque grossos et medium, valentes XI sol.

Presentibus Guillermo Nicholay, cultore, et Petro Boveti, clerico, habitatoribus Carpentoractis, testibus ad premissa.

Item solvit ipso die Philippoto Bertrandi, fabro, pro precio quatuor duodenarum similium clavorum ab ipso, ipsa causa, habitorum, unum grossum et medium, valent III s.

Presentibus Petro Panayrerii et Petro Boveti.

[…]

[fol 8v]

Item solvit dicto die Moneto Guilhelmini, roderio, pro precio octo bendarum antiquarum quadrige ponderantium trigintatres libras, et quatuor duodenarum et medio clavorum antiquorum quadrige ab eodem Moneto habitarum pro ponte predicte, novem grossos, valent XVIII s.

Presentibus Petro Boveti, clerico, et Duranto Symoni.

[…]

[fol 9]

Item, solvit realiter, die XXV mensis madii, Jacobo Giraudi de Carpentoracte, pro precio duodecim bendarum antiquarum quadrige et certe quantitatis clavorum antiquorum quadrige ab ipso emptarum et habitarum pro ponte levaticio portalis de Masano, vigintiduos grossos – valentes II £ IIII s.

Presentibus, Guillermo Bertrandi et Petro Boveti, clerico, et Isnardo Corpatassii.

Item, solvit realiter, die XXIX mensis madii, Jacobe uxori Gauterii, carraterii, pro precio sexdecim librarum clavorum antiquorum quadrige ab ipse habitarum pro ponte levaticio reducti portalis Beate Marie, quatuor grossos – valent VIII s.

Presentibus, Petro Pietavis, de Carpentoracte, et Petro Boveti, clerico.

Item, solvit realiter, dicto die, Guioneto Francisci de Carpentoracte, pro precio tresdecim bendarum antiquarum quadrige ab ipso habitarum pro ponte levaticio portalis de Masano, duodecim grossos – valent I £ IIII s.

Presentibus, Bertrando Laugerii et Petro Pellicerii alias Cabrici.

[…]

[fol 9v]

Item, solvit realiter, die ultima madii, Guilhelmino, carraterio Mathey de Laura, pro precio duodecim bendarum antiquarum quadrige et clavorum ab ipso habitarum pro ponte levaticio portalis de Masano, vigintiduos grossos – valentes II £ IIII s.

Presentibus, Petro de Serris et Petro Boveti.

Item, solvit realiter, die prima junii, Bertrando Marini, pro precio centum quinquaginta clavorum antiquorum quadrige ab ipso habitorum pro ponte predicto, duos grossos – valent IIII s.

Presentibus, Petro Boveti, clerico, et Raymundo Vabassuti alias Del Gorc.

[…]

Item, solvit realiter, ipso die, Georgio De Archa, pro precio duo decem <et novem> bendarum antiquarum quadrige et clavorum ab ipso habitorum unius quadrige ab ipso habitarum et habitorum pro ponte portalis de Masano, duos florenos et decem grossos – valentes III £ VIII s.

Presentibus, Petro Boveti, clerico, et Johanne Floraudi.

[fol 10]

Item, solvit realiter, dicto die, Bertrando Marini, pro precio duodecim bendarum antiquarum quadrige et clavorum duarum rotarum ab ipso habitorum pro dicto ponte levaticio portalis de Masano, sexdecim grossos – valent I £ XII s.

Presentibus, Siffredo Alziassii et Petro Boveti.

Item, solvit realiter, die II mensis junii, Gobino Cortosii, fabro, pro precio novem bendarum ferri quadrige antiquarum ab ipso habitarum pro ponte predicto et per eum adreyssatarum, unum florenum de regina valet I £, III s., VIII d.

Presentibus, Guillermo [2 mots non lus] et Petro Boveti.

Item, solvit realiter, dicto die, Perrino Fabri alias Gros Nas, pro duobus ligaminibus ferri novis per eum, de suo proprio ferro, factis pro contrapondere brachiorum dicti pontis, et pro duabus duodenis clavorum magnorum quadratorum ad opus dicti contraponderis, novem grossos et medium – valent XIX s.

Presentibus, Petro Pretavis et Petro Boveti.

[…]

Proposition de traduction du texte A :

[fol 8]

Et premièrement, l’année du Seigneur 1380 et le 19e jour du mois de mai, ledit Véran Margarite, alias Ayme, de Carpentras, syndic de la ville de Carpentras, a payé en présence de moi, Guillaume de Prada, notaire public et apostolique ainsi que scribe des affaires de la ville susdite, et des témoins souscrits, à Jean Suzanne de Carpentras, pour le prix de 13 douzaines de vieux clous de charrette, reçues ce jour de celui-ci pour réparer le pont-levis du portail [dit] « de Monteux » et clouer les bandes de fer dudit pont, 5 gros et demi – valant 11 sous.

Présents, Guillaume Nicholay, cultivateur, et Pierre Boveti, clerc, habitants de Carpentras, témoins de ce qui précède.

De même, il a versé, ce jour, à Philippot Bertrandi, forgeron, pour prix de 4 douzaines de ces mêmes clous, reçues de celui-ci, pour la même cause, 1 gros et demi, valent 3 sous.

Présents, Pierre Panayrerii et Pierre Boveti.

[…]

[fol 8v]

De même, il a versé, ledit jour, à Monet Guilhelmini, charron, pour prix de 8 vieilles bandes de charrette pesant 33 livres, et pour 4 douzaines et demi de vieux clous de charrette reçues de ce même Monet, pour le pont susdit, 9 gros – valant 19 sous.

Présents, Pierre Boveti, clerc, et Durand Symoni.

[…]

[fol 9]

De même, il a réellement payé, le 25e jour du mois de mai, à Jacques Giraudi de Carpentras, pour le prix de 12 vieilles bandes de charrette et une certaine quantité de vieux clous de charrette achetées et et reçues de celui-ci pour le pont-levis du portail de Mazan, 22 gros – valant 2 livres 4 sous.

Présents, Guillaume Bertrandi et Pierre Boveti, clerc, et Isnard Corpatassii.

De même, il a réellement payé, le 29e jour du mois de mai, à Jacobe épouse de Gautier, charretier, pour prix de 16 livres de vieux clous de charrette reçues de celui-ci pour le pont-levis [à l’écart ?] du portail Notre-Dame, 4 gros – valent 8 sous.

Présents, Pierre Pietavis, de Carpentras, et Pierre Boveti, clerc.

 

De même, il a réellement payé, ledit jour, à Guyonnet Francisci de Carpentras, pour prix de 13 vieilles bandes de charrette reçues de celui-ci pour le pont-levis du portail de Mazan, 12 gros – valent 1 livre, 4 sous.

Présents, Bertrand Laugerii et Pierre Pellicerii alias Cabrici.

[…]

[fol 9v]

De même, il a réellement payé, le dernier jour de mai, à Guillemin, charretier de Mathieu de Laura, pour prix de 12 vieilles bandes de charrette et des clous reçus de ce dernier pour le pont-levis du portail de Mazan, 22 gros – valant 2 livres 4 sous.

Présents, Pierre de Serris et Pierre Boveti.

 

De même, il a réellement payé, le premier jour de juin, à Bertrand Marini, pour prix de 150 vieux clous de charrette reçus de celui-ci pour ledit pont-levis, 2 gros – valent 4 sous.

Présents, Pierre Boveti, clerc, et Raymund Vabassuti alias Del Gorc.

[…]

De même, il a réellement payé, ce jour, à Georges De Archa, pour prix de 19 vieilles bandes de charrette et les clous d’une charrette reçues et reçus de cleui-ci pour le pont du portail de Mazan, 2 florins et 10 gros – valant 3 livres 8 sous.

Présents, Pierre Boveti, clerc, et Jean Floraudi.

[fol 10]

De même, il a réellement payé, ledit jour, à Bertrand Marini, pour prix de 12 vieille bandes de charrette et les clous de deux roues reçus de celui-ci pour le pont-levis du portail de Mazan, 16 gros – valent 1 livre, 12 sous.

Présents Siffrein Alziassii et Pierre Boveti.

De même, il a réellement payé, le 2e jour de juin, à Gobin Cortosii, forgeron, pour prix de 9 vieilles bandes de fer de charrette reçues de celui-ci pour le pont susdit et redressées par lui, 1 florin de la reine, vaut 1 livre, 3 sous, 8 deniers.

Présents, Guillaume [2 mots non lus] et Pierre Boveti.

De même, il a réellement payé, ledit jour, à Perrin Fabri alias Gros Nas, pour deux liens de fer neuf fabriqués par lui de son propre fer pour le contrepoids des flèches (bras) dudit pont, et pour 2 douzaines de grands clous carrés (?) pour ledit contrepoids, 9 gros et demi – valent 19 sous.

Présents, Pierre Pretavis et Pierre Boveti.

[…]

Texte B :

[fol 23v]

Item, [le 7 juin 1384] solvit plus eidem Poncio pro sex bendis antiquis quadrige et quadam quantitate clavorum quadrige ponderantibus quinquagintaquatuor libras, ab ipso habitur pro pontis levaticiis portalium, ad forum trium florenorum pro quintali, decem nonem grossos et medium – I £ XIX s.

Presentibus, Petro Boveti, clerico, et Petro Chaulenqui alias de Fobiis.

[…]

fol 24v

Item, solvit dictus Paulus, sindicus, die XVIII junii, Syffredo Borriani famulo Guillermi Estornelli, pro precio septem librarum clavorum palmares[iorum], ab ipso per dictum Poncium, fusterium, pro causa predicta receptarum, ad forum vigintiunius denariorum pro libra – XII s. III d.

Presentibus, dictis Raymundo Brocheti, Poncio Cornesii et Raymundo Latilis.

[…]

Item, solvit, ipso die, Arnulpho Fornerii, carraterio, pro precio septem bendarum antiquarum quadrige ponderantium vigintiquatuor libras, ad forum sex denariorum pro libra – XII s.

Et pro duodecim libris clavorum antiquorum quadrige, ad forum septem denariorum pro libra que dimidia recepta fuerunt pro ponte levaticio portalis de Montilio – VII s.

Presentibus, Hugone Curelli, fusterio, Bermundo Brocheti et Raymundo Latilis

[…]

[fol 25v]

Item, solvit dicto die [18 juin], presentibus quibus supra, Stephano Juliani, fabro, pro duobus mandris ferri per eum factis pro contrapondere pontis levaticii portalis de Montilio ponderantibus vigintitres libras, ad forum duorum solidorum pro libra – II £ VI s.

Item, pro adreyssando quinquagintaunam bendas ferri quadrige pro pontibus levaticiis, quatuor grossos et unum duplicem, valent VIII s. II d.

Item solvit, dicto die, Moneto Guilhelmini, roderio, pro precio septem bendarum ferri quadrige ponderantium trigintaunam libras, ab ipso emptarum et habitarum pro pontibus supradictis septem gross. et medium, valent XV s.

Presentibus, Raymundo Latilis et Jacobo Jacobi.

fol 26

Item, solvit die XX mensis junii Giraudo Ruffi, pro precio octo bendarum quadrige ponderantium vigintiocto libras, ad forum octo denariorum pro libra, ab ipso emptarum et habitarum pro pontibus portalium, novem grossos et tercium grossi valent – XVIII s. VIII d.

Item, solvit, die XXI junii, eidem Giraudo Ruffi, pro pretio quinque bendarum ponderantium vigintisex libras et pro IIII libris clavorum antiquorum quadrige a dicto Giraudo emptarum et receptarum, ad forum octo denariorum pro libra – I £

Presentibus Stephano Juliani et Raymundo Barati.

Item, solvit ipso die Stephano Juliani, fabro, pro adreyssando duodecim bendas, unum grossum, valet –  II s.

Proposition de traduction du texte B :

[fol 23v]

De même, il a de plus versé à Pons, pour 6 vieilles bandes de charrette et une quantité de clous de charrette pesant 54 livres, reçue de celui-ci pour les ponts-levis des portails, au marché de 3 florins par quintal, 19 gros et demi – 1 £ 19 s[2].

Présents, Pierre Boveti, clerc, et Pierre Chaulenqui alias de Fobiis.

fol 24v

De même, ledit Paul, syndic, a payé le 18e jour du mois de juin, à Siffrein Borriani, serviteur de Guillaume Estornelli, pour prix de 7 livres de clous palmares[3], reçues de celui-ci par ledit Pons, charpentier, pour les choses susdites, au marché de 21 deniers la livre – 12 s. 3 d.

Présents, lesdits Raymund Brocheti, Pons Cornesii et Raymund Latilis.

[…]

De même, il a versé, ce jour, à Arnoux Fornerii, charretier, pour prix de 7 vieilles bandes de charrette pesant 24 livres, au marché de 6 deniers par livre – 12 sous.

Et pour 12 livres de vieux clous de charrette, au marché de 7 deniers par livre, dont la moitié reçue furent [sic] pour le pont-levis du portail de Monteux – 7 sous.

Présents, Hugues Curelli, charpentier, Bermond Brocheti et Raymund Latilis

[…]

[fol 25v]

De même, il a versé ledit jour [18 juin], en présence des personne ci-dessus, à Étienne Juliani, forgeron, pour deux axes de fer pesant 24 livres, faits par lui pour le contrepoids du pont-levis du portail de Monteux, au marché de 2 sous par livre – 2 £ 6 s.

De même, pour redresser 51 bandes de fer de charrette pour les ponts-levis, 4 gros et un double, valent 8 s. 2 d[4].

 

De même, il a versé ledit jour à Monet Guilhelmini, charron, pour prix de 7 bandes de fer de charrette pesant 31 livres, achetées et reçues de lui pour les ponts susdits, 7 gros et demi, valent 15 s[5].

Présents, Raymund Latilis et Jacques Jacobi.

fol 26

De même, il a versé le 20e jour du mois de juin à Gérard Ruffi, pour prix de 8 bandes de charrette pesant 28 livres achetées et reçues de lui pour les ponts des portails, au marché de 8 deniers par livre, 9 gros et un tiers de gros, valent – 18s. 8 d.

De même, il a versé, le 21 juin, à Gérard Ruffi, pour prix de 5 bandes pesant 26 livres et pour 4 livres de vieux clous de charrette achetées et reçues dudit Gérard, au marché de 8 deniers la livre – 1 £

Présents, Étienne Juliani et Raymund Barati.

De même, il a versé ce jour à Étienne Juliani, forgeron, pour redresser 12 bandes, 1 gros, vaut – 2 s.

Thèmes abordés :
– Changement de destination des éléments remployés
– Fer
– Clous
– Commerce de seconde main
– Acteurs du commerce
– Pont-levis
– Transformation des matériaux récupérés
– Prix du matériau vieux par rapport au neuf
– Coût de la transformation

[1] Ce notaire nous est également connu par un registre de minutes à son nom conservé dans les Archives départementales de Vaucluse pour les années 1380-1383 (AD84, 3 E 26/55).

[2] Les indications données permettent d’évaluer la livre à 8 deniers 2/3 pour un quintal de 100 livres et un florin à 24 sous.

[3] Il s’agit d’un type de clou dont les dimensions et le poids nous échappent.

[4] Les chiffres indiqués permettent d’évaluer  le coût de redressement de chaque barre à environ 2 deniers (1,9).

[5] Les chiffres indiqués permettent de restituer un prix de la livre à environ 6 deniers (5,8).

Livre des décrets de Burchard de Worms (c. 960-1025)

Burchard de Worms a rédigé le Livre des décrets ou Décret (Decretum) vers 1010 à destination du clergé du diocèse de Worms dont il est évêque depuis 1000. Cette œuvre fondamentale dans l’histoire de la constitution du droit canon mentionne le cas particulier de l’utilisation du bois provenant d’une église dédicacée. Etant rattaché à une église consacrée, le bois de celle-ci ne peut faire l’objet d’une réutilisation en dehors d’un bâtiment consacré. Il ne peut être utilisé dans des constructions laïques. Le bois qui ne peut être réutilisé doit être brûlé. (Hervé Chopin)

Références :
Burchard de Worms, Libri decretorum, dans J.-P. Migne, Patrologia latina, t. 140, col. 679 D.

Texte :
Liber tertius. De ecclesiis. CAP. XXXIX.– De lignis dedicatae ecclesiae, ad quos usus verti debeant. (Ex decr. Ygini papae, cap. 3.) Ligna ecclesiae dedicatae non debent ad aliud opus jungi nisi ad aliam Ecclesiam, vel igni comburenda, vel ad profectum in monasterio fratribus; in laicorum opera non debent admitti.

Traduction
Livre trois. Des églises. Chapitre XXXIX. Des bois d’une église dédicacée (d’après le décret du pape Eugène, chap. 3) Les bois d’une église dédicacée ne doivent pas être utilisés pour une autre œuvre en dehors de celle-ci, ou bien ils devront être brûlés, ou cédés à un monasterium, à des frères ; ils ne peuvent pas être utilisés dans les ouvrages des laïcs.

Mots-clés :
Bois-églises-destination-propriété-règlementation

Toisé des ouvrages faits à la collégiale Saint-Paul de Lyon (1779)

Lyon, 1779

Dans le cadre des travaux concernant l’agrandissement de l’abside et la «baroquisation» de l’église collégiale Saint-Paul de Lyon, dans les années 1779-1784, le maître-maçon Meunier intervient. Il a récupéré une grande quantité de vieux tufs qu’il utilise pour voûter la nouvelle construction. Il ne précise pas l’origine de ces pierres, mais l’ensemble est facturé 60 livres au chapitre. (Hervé Chopin)

Références :
Archives départ. du Rhône et de la métropole de Lyon, 13G323, pièce n°9 : « toisé des ouvrages que Meunier, maître maçon à Lyon, a fait et fourni la réparation de l’église de Saint-Paul, indépendamment des murs du couvert du chœur ». Inédit.
Chopin (H.), Collégiale Saint-Paul de Lyon (Rhône). Etude des archives relatives à l’église, CERIAH-MH, 2000, p. 49.

Texte
« un millier de vieux tufs employé tant à ladite voûte qu’aux pilastres des piliers, 60 livres ».

Mots-clés :
Collégiale–tuf–destination–voûte-abside-prix-qualité

Extraits des Hauts faits des saints abbés (Gesta abbatum) du monastère de Fontenelle (rédigé entre 823-845)

Abbaye de Saint-Wandrille – anciennement abbaye de Fontenelle (rédigé entre 823-845)

Ce texte, qui concerne l’abbaye de Saint-Wandrille – anciennement abbaye de Fontenelle (Seine-Maritime). La chronique des abbés mentionne que la façade de la basilique (édifiée entre 732 et 743) a été construite à l’aide de « pierres taillées » provenant de l’enceinte antique de Lillebonne, édifiée par Jules César et distante d’une vingtaine de kilomètre.
(Stéphane Büttner, Christian Sapin)

Références
Chronique des abbés de Fontenelle (Saint-Wandrille), texte établi, traduit et commenté par frère Pascal Pradié, Paris, Les Belles Lettres, 1999

Texte
Sub huius denique tempore Ermharius, praepositus eius, aedificauit basilicam beatissimi archangeli Michaeli, licet modico, pulcherrimo tamen opere, allatis uidelicet petris politis de luliobona, castro quondam nobilissimo ac firmissimo, ad contruendos arcus seu frontispicium eiusdem templi. Haec namque ciuitas fertur aedificata fore a Gaio Iulio imperatore Romanorum ante aduentum Domini, dum Gallias uastando circuiret. Ipsum namque castrum Caletus antea uocabatur, quod destructum et in maiori eligantia reparratum, ex suo nomine luliobona uocare placuit.

Traduction
C’est aussi à l’époque de cet abbé, qu’Ermier, prieur de Teutsinde, construisit la basilique du bienheureux archange Michel, un ouvrage sans doute de proportions modestes, mais cependant un très bel ouvrage, avec des pierres taillées apportées du très célèbre et très puissant fortin de Lillebonne, pour édifier la façade de ce temple. On rapporte que cette cité fut édifiée par l’empereur des Romains Jules César avant la naissance du Seigneur, alors qu’il parcourait les Gaules en les dévastant. Or cette place, dénommée auparavant Caletus, étant détruite, il l’avait restaurée avec une grande élégance et décida de lui donner son nom et de l’appeler Iuliobona.

Mots-clés :
A. Type de bâtiment
– Église
– Abbatiale
B. Elément remployé ou récupéré
– Pierre de taille
C. Matériau et produit concerné
– Pierre
D. Notions documentées
– Démontage
– Destination
– Justification (admiration de l’Antique ?)
– Justification (opportunisme ?)
– Origine des remplois
– Récupération
– Remploi antique

Extraits des Miracula sancti Germani écrit par Heiric d’Auxerre (vers 860-875)

Auxerre (vers 860-875)
Le texte évoque la construction de la crypte carolingienne de l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre qui débute dans les années 840. Pour répondre à la magnificence du lieu, et le matériau n’étant pas disponible dans la région, des moines entreprennent d’aller chercher une grande quantité de marbre dans des ruines du sud de la France (Arles, Marseille). Le premier extrait évoque seulement la nature du matériau sans en préciser la nature architecturale. Le second extrait évoque très clairement des colonnes. L’étude archéologique n’a pas permis de mettre en évidence l’utilisation de marbre dans les phases carolingienne de la crypte.
(Stéphane Büttner, Christian Sapin)

Références : J.-Ch. Picard 1990, « Les Miracula sancti Germani d’Heiric d’Auxerre et l’architecture des cryptes de Saint-Germain : le témoignage des textes », in Saint-Germain d’Auxerre – Intellectuels et artistes dans l’Europe carolingienne (IXe-XIe siècles), Auxerre, Abbaye Saint-Germain, p. 97-101 et 105-108.

Texte
Texte cité dans l’édition de la patrologie latine, 124, 1207-1270

Traduction
[Traduction de J.-Ch. Picard]
II, 92. Pour une construction si magnifiquement élaborée, il n’était pas d’ornement qu’ils ne mettent toute leur énergie à se procurer ; et parce qu’en notre région, on est loin de disposer d’une grande abondance de marbres, ils décidèrent d’aller en chercher dans des contrées lointaines. C’est pourquoi quelques frères affrontèrent par deux fois les difficultés d’une expédition dangereuse et, au prix d’un voyage plein de péril dans les énormes remous du Rhône, se rendirent à Arles et ensuite à Marseille, à l’autre bout de la Gaule (…). Aussi, après avoir déblayé les ruines des vieux édifices à l’entour, ils rassemblèrent, soit gratuitement, soit à prix d’argent, une très grande quantité de marbres précieux ; chargeant ce butin de choix sur des navires, ils conduisirent par deux fois un triomphe rendu mémorable par l’issue victorieuse d’entreprises audacieuses.
[…]
II, 95. C’est presqu’un miracle, à mon avis, ce qui s’est produit quand les marbres furent arrivés à destination : toutes les colonnes que l’on avait transportées s’adaptèrent par leur forme à l’ensemble des parties du monument ; elles s’accordaient sans discordance et, comme on dit, impeccablement, adaptant elles-mêmes leur propre contour au projet du modèle. Ce qui, entre autres choses, lors de leur mise en place, est apparu clairement comme une manifestation merveilleuse, j’estime qu’il faut le raconter. Une équipe de manœuvres robustes unissant leurs forces mettait en place sous un arc une de ces colonnes, d’une dimension non négligeable, déjà posée sur sa base. Ils y mettaient toutes leurs forces ; alors que déjà elle se tenait presque debout, la masse monstrueuse fut plus forte que ceux qui la poussaient et, échappant déjà à leurs mains, elle était conduite à la ruine par son propre poids. Tous s’étaient reculés par peur du danger, s’attendant, non sans un profond et douloureux regret à la chute du marbre qui allait bientôt éclater en morceaux. La présence de Dieu renversa la situation contre toute attente ; et ce que la main des hommes n’avait pas été capable de faire fut réalisé par l’intervention de la force divine, beaucoup mieux et beaucoup plus facilement ; si d’abord on la vit dans son élan se précipiter à terre, tout autant on vit ensuite sa masse regagner les hauteurs sans aide visible. Ainsi fixée en place, elle offre superbement un témoignage immobile d’un miracle perpétuel.

Mots-clés :
A. Type de bâtiment
– Église
– Abbatiale
B. Élément remployé ou récupéré
– Colonnes
C. Matériau et produit concerné
– Marbre
D. Notions documentées
– Démontage
– Destination
– Don ou cession
– Origine des remplois
– Récupération
– Remploi antique

 

Extrait de la Chronique rimée de Mauriac par Loys Mourguyos (XVIIe siècle).

Mauriac, XVIIe siècle

Chronique relatant la reconstruction d’un couvent à Mauriac, dans le Cantal, au XVIIe siècle. Le monastère, alors ruiné, est rebâti grâce à la démolition d’édifices alors conservés « dans leur état ancien ». (Laura Foulquier)

Edition : Jeanne Missonnier, « La Chronique rimée de Mourguyos et les nouvelles recherches sur les origines de Mauriac. 1, Chronique rimée de Mauriac par Loys Mourguyos », Revue de la Haute-Auvergne, 65, 1994, p. 291-347.

 

Texte :
A la fin dans Mauriac, ils vinrent à refaire
Le couvent qui estoit presque tout mis à terre
Et en piteux état et à rendre icelluy
Dans son lustre et tout tel qu’on le voit aujourd’hui (v. 845-848).
[…]
Et ce fut en ce temps qu’estant besoin de pierre
On vint à démolir et à mettre par terre
Le cloître et deux maisons de Monsieur le Doyen
Qui estoient lors encore en leur estat ancien
Afin de se servir comme l’on fit d’icelle
Pour la construction de cette œuvre nouvelle,
[…] (v. 853-858).

 

Thèmes évoqués :
– Pierre
– Destruction pour construction
– Origine des matériaux remployés
– Autoconsommation
– Couvent

Extrait des Lettres écrites d’Orient du comte Jaubert (1842)

Aydın (Turquie), 1842

Dans les nombreux récits de voyages rédigés au XIXe siècle, on peut glaner des informations précieuses sur la patrimonialisation des ruines et sur les pratiques de récupération à l’œuvre à cette époque. Celles-ci sont, de façon plus ou moins implicites, vues comme un témoignage de la « barbarie » de l’Orient qui vandaliserait un patrimoine dont l’Occident a contrario serait pleinement conscient  de la valeur. Il faut bien sûr avoir à l’esprit ces grilles de lecture qui s’imposent aux voyageurs de l’époque, comme l’a montré Edward Saïd dans L’Orientalisme, et qui biaisent leur analyse. Le comte Jaubert, dans ses « Lettres écrites d’Orient » parues en 1842, évoque l’exemple d’Aidin où les marbres antiques font l’objet d’une récupération et d’une transformation avant d’être réutilisés à des fins funéraires.

Jaubert, « Lettres écrites d’Orient », Revue des Deux-Mondes, 1842, p. 325-379 (p. 343)

 

Texte :
Aidin[1] a, comme Smyrne, des rues étroites, tortueuses, mal pavées, des aqueducs en mauvais état : la misère y étale partout ses tristes livrées, mais la situation est charmante ; les maisons sont entremêlées de verdure ; un vallon, au débouché duquel la ville est bâtie, fournit de belles eaux. C’est de ce côté que se trouvent le kiosque du pacha, le champ de manœuvres de la garnison, et quelques cafés où les oisifs vont faire le kief (repos). Au-dessus, sur un plateau que nous avons parcouru hier matin, était bâtie la ville antique de Tralles[2] ; on n’y trouve pas d’autres vestiges que trois grandes arcades qui s’aperçoivent de très loin, et qui peut-être appartenaient à ce gymnase fameux où s’enseignaient jadis, selon le témoignage de Strabon, la grammaire et la rhétorique. Chaque jour, les marbres épars sur le sol sont employés à décorer les cimetières turcs et juifs, mais après avoir été recoupés et retaillés. C’est ainsi que va s’effaçant tout ce qui restait de l’antiquité ; il ne faut plus guère compter, en fait de sculptures et d’inscriptions, que sur ce que les fouilles bien entendues pourraient fournir.

 

Thèmes évoqués :
– Marbre
– Remplois antiques
– Traitement des matériaux récupérés
– Destination des matériaux récupérés
– Origine des matériaux de remploi

 

[1] Aydın (Turquie), Cæsarea, pendant l’Antiquité.

[2] Nom de la ville pendant la période byzantine.