Décret du Préfet du Rhône et du Maire de Lyon ordonnant la destruction de la flèche [du clocher de Saint-Paul de Lyon] (1817)

Lyon, 1817

En 1817, la flèche du clocher de l’ancienne collégiale Saint-Paul menace ruine. Le préfet du Rhône, le comte de Chabrol (1814-1817) convoque un ingénieur des ponts et chaussée qui liste un certain nombre d’avis quant au démontage de la flèche, tout en essayant de préserver au mieux le clocher, mais aussi les matériaux qui sont récupérés, la flèche étant en pierre. Les différentes techniques à mettre en œuvre sont décrites très précisément. Le 3 septembre, un seul entrepreneur a répondu à la mission, Joseph Dumon. La mairie prévoit deux possibilités de paiement : avec ou sans les pierres de la flèche, selon si elle décide de les conserver ou non. Finalement, le 18 décembre les travaux sont effectués. les pierres démontées sont déposées dans l’église et réservées à l’usage de la mairie. (Hervé Chopin)

Référence : Arch. municipales de Lyon 475 WP 9
Chopin (H.), Collégiale Saint-Paul de Lyon (Rhône). Etude des archives relatives à l’église, Lyon, CERIAH-MH, 2000, p. 103-105.

Texte
Décret du préfet.
« Lyon, le 18 août 1817,

Monsieur le Maire, j’ai l’honneur de vous adresser ci-joint copie de mon arrêté en date de ce jour, portant que la pyramide du clocher de l’église de Saint-Paul de cette ville, serait immédiatement démolie aux frais de qui de droit.
Quant aux moyens d’exécution, voici l’avis de Monsieur l’Ingénieur en chef des ponts et chaussées :
1° On profitera de l’évidemment intérieur de la pyramide pour s’échafauder en dedans, en ayant soin que les échafauds reposent perpendiculairement sur la tour carrée du bas, et n’aient point de poussée latérale sur les parois du clocher.
2° On reliera par trois polygones de charpente placés à différentes hauteurs, les parrois [sic] intérieures du clocher, afin d’empêcher qu’ils ne poussent au (….)ide après la démolition du sommet, et au fur et à mesure de cette démolition.
3° On commencera la démolition par le sommet, en allant d’abord très doucement. On descendra les pierres par l’intérieur du clocher jusqu’à la tour carrée et de la tour carrée on les descendra dans la rue au moyen d’une poulie ou d’un treuil, en s’appuyant sur la façade sud ou de l’ouest de la tour carrée.
4° On ne fera point d’échafaud en dehors du clocher et les premières pierres seulement seront démolies par un couvreur qui montera en dehors en s’attachant à des crochets, si toutefois il n’est pas possible de les démolir intérieurement.
Veuillez, je vous en prie, Monsieur le Maire, faire toutes les dispositions convenables pour l’exécution de cet arrêté, en ordonnant toutes les mesures indiquées par M. l’ingénieur en chef, ou toutes analogues que l’architecte qui sera par vous chargé de diriger les travaux jugera propres à remplir le même but et à prévenir les mêmes inconvénients.
Agréez Monsieur le Maire, l’assurance de ma considération distinguée.
Le Conseiller d’Etat préfet. »

Décret du Maire

« Nous Maire de la Ville de Lyon,

En exécution de l’arrêté de M. le Conseiller d’Etat Préfet du département du Rhône, du 18 août dernier, portant que la pyramide du clocher de l’église Saint-Paul de cette ville sera immédiatement démolie, attendue que la façade septentrionale de la tour de cette pyramide menace d’une ruine prochaine, et ensuite de sa lettre à Nous adressée sous la date du même jour 18 août, dans laquelle il nous fait part de l’avis de M. l’Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, relatif aux moyens à employer pour l’exécution des travaux de cette démolition.
Après avoir fait appeler auprès de nous divers entrepreneurs et leur avoir donné connaissance tant de l’arrêté de M. le Préfet relatif à cette démolition, que de sa lettre ayant trait aux moyens d’exécution d’icelle, d’après l’avis de M. l’Ingénieur en chef ;
Un seul entrepreneur, le sieur Joseph Dumon, demeurant rue des Capucins, n°b, ayant consenti à faire la soumission de se charger des travaux dont il s’agit aux conditions :
1° Que la Mairie lui abandonnera les matériaux provenant de la démolition, lui laissera la faculté de les déposer sur la place dite Saint-Laurent, pendant l’espace de six mois, pour avoir le tems [sic] de les enlever ;
2° Que la ville lui payera la somme de quatre cent quatre vingt cinq francs pour l’indemniser des échafaudages qu’il est tenu de faire à ses frais et autres dépenses non prévues ;
3° Que, dans le cas où la ville se réservât les matériaux, elle lui payera la somme de neuf cent septante francs pour raison de cette démolition, à la charge par ledit Dumon d’entoiser les pierres, les numéroter assise par assise, et de faire conduire les décombres aux lieux qui lui seront indiqués par M. l’Architecte de la Ville :

Et les autres entrepreneurs ayant tous refusé de soumissionner à ces conditions,
Nous avons accepté la soumission du sieur Dumon sous les restrictions suivantes :

1° la Ville aura un délai d’un mois, à dater du jour de l’approbation par M. le Préfet, de la présente somme de neuf cent septante francs, ou pour lui abandonner lesdits matériaux et ne lui payer dans ce cas que la somme de quatre cent huitante cinq francs, ou si dans le mois, l’option n’est pas faite par la Ville, il sera censé alors qu’elle aura abandonné les matériaux à l’entrepreneur.
2°M. le Maire explique que, dans le cas d’abandon de ces matériaux par la Ville à l’entrepreneur, le sieur Dumon sera tenu de les enlever dans l’espace de trois mois, toujours à partir du jour de l’approbation de M. le Préfet, de la place Saint-Laurent où ils auront été déposés en bon ordre.
3° Le sieur Dumon reste chargé de la fourniture de tous échafaudages, ustensiles, agrêts [sic], payement de main d’œuvre des ouvriers, et généralement de tout ce qui peut être nécessaire à ces travaux : il s’engage à se conformer soit à l’arrêté de M. le Préfet, soit aux instructions énoncées dans sa lettre du 18 août dernier, d’après l’avis de M. l’ingénieur en chef, dont il a déclaré avoir une parfaite connaissance ; il sera tenu également de se conformer aux devis de M. Flacheron, architecte de la Ville, qui demeure chargé de la surveillance des travaux, de concert avec MM. Les membres de la commission nommée par M. le Préfet.
La Mairie s’engage en outre des prix stipulés dans la présente convention, de rembourser à l’entrepreneur les frais d’enregistrement du présent marché.
4° La présente convention sera soumise à l’approbation de M. le Préfet.
Ainsi convenu et fait à l’hôtel de ville.
Lyon le trois septembre 1817.

Le Maire de la Ville de Lyon.
Signé le comte de Fargues et Dumon.

Lu et approuvé par le Conseiller d’Etat, Préfet du Rhône.
Lyon le 12 septembre 1817
Signé le comte Chabrole.

En marge sont écrits les mots suivants :
« Enregistrés à Lyon le seize courant 1817, reçu seize francs six centimes, dixième compris », signé Loliere.

Pour copie conforme :
Le Maire de la Ville de Lyon
L’aide architecte de la Mairie soussigné certifie que la démolition de la pyramide du clocher de Saint-Paul a été faite conformément au présent marché et suivant les ordres qui ont été donnés à l’entrepreneur, et de plus, que les pierres ont été déposées dans ladite église.
Lyon, 18 décembre 1817 signé Benoît

Les architectes soussignés qui ont été chargés par arrêté de M. le Maire de diriger la démolition de la flèche de l’église Saint-Paul règlent à la somme de neuf cent quatre vingt sept francs cinquante six centimes compris les frais de timbre et d’enregistrement, la valeur des ouvrages que le sieur Dumont, adjudicataire, a faits pour la démolition de ladite flèche menaçant ruine, dont toutes les pierres sont réservées à l’usage de la Ville, ensuite de la décision prise par M. le Maire, le neuf du courant.
Lyon, 18 décembre 1817. Signé Flacheron, Thibière. »

Mots-clés : église-démontage-flèche-pierre-récupération-contrat-prix.

Livre des décrets de Burchard de Worms (c. 960-1025)

Burchard de Worms a rédigé le Livre des décrets ou Décret (Decretum) vers 1010 à destination du clergé du diocèse de Worms dont il est évêque depuis 1000. Cette œuvre fondamentale dans l’histoire de la constitution du droit canon mentionne le cas particulier de l’utilisation du bois provenant d’une église dédicacée. Etant rattaché à une église consacrée, le bois de celle-ci ne peut faire l’objet d’une réutilisation en dehors d’un bâtiment consacré. Il ne peut être utilisé dans des constructions laïques. Le bois qui ne peut être réutilisé doit être brûlé. (Hervé Chopin)

Références :
Burchard de Worms, Libri decretorum, dans J.-P. Migne, Patrologia latina, t. 140, col. 679 D.

Texte :
Liber tertius. De ecclesiis. CAP. XXXIX.– De lignis dedicatae ecclesiae, ad quos usus verti debeant. (Ex decr. Ygini papae, cap. 3.) Ligna ecclesiae dedicatae non debent ad aliud opus jungi nisi ad aliam Ecclesiam, vel igni comburenda, vel ad profectum in monasterio fratribus; in laicorum opera non debent admitti.

Traduction
Livre trois. Des églises. Chapitre XXXIX. Des bois d’une église dédicacée (d’après le décret du pape Eugène, chap. 3) Les bois d’une église dédicacée ne doivent pas être utilisés pour une autre œuvre en dehors de celle-ci, ou bien ils devront être brûlés, ou cédés à un monasterium, à des frères ; ils ne peuvent pas être utilisés dans les ouvrages des laïcs.

Mots-clés :
Bois-églises-destination-propriété-règlementation

Procès-verbal de l’enlèvement des plombs du couvent des ermites de saint Augustin de Brou (1557)

Brou, 1557

Depuis 1535, la Bresse a été envahie par les troupes françaises alors que jusque-là le comté de Bresse dépendait du duché de Savoie. La ville de Bourg-en-Bresse est assiégée par le baron de Polvilliers (ou Bolweïler) à la tête des troupes savoyardes, en octobre 1557. Afin de pouvoir résister, le plomb des toitures de l’église du couvent des ermites de saint Augustin de Brou, récemment construit, fut récupéré pour en faire des balles pour la garnison. (Hervé Chopin)

Références :
Arch. départ. Ain, H 614. Procès-verbal de l’enlèvement des plombs et autres dégâts faits à Brou, par la garnison de Bourg, lors du siège mis devant cette ville par le baron de Polvilliers, novembre 1557. Inédit.

Texte
« (…) lequel plomb, fixé à un sol la livre, ne fut jamais payé, car despuis que la ville fut assiégée, les soldats disaient n’avoir point reçu paye du roy despuis long temps, même les Gascons et Suisses, et estoit force leur délivrer ledit plomb, aultrement ils eussent tout forcé »

Mots-clés :
Couvent-toiture-plomb-prix-démontage-récupération

Toisé des ouvrages faits à la collégiale Saint-Paul de Lyon (1779)

Lyon, 1779

Dans le cadre des travaux concernant l’agrandissement de l’abside et la «baroquisation» de l’église collégiale Saint-Paul de Lyon, dans les années 1779-1784, le maître-maçon Meunier intervient. Il a récupéré une grande quantité de vieux tufs qu’il utilise pour voûter la nouvelle construction. Il ne précise pas l’origine de ces pierres, mais l’ensemble est facturé 60 livres au chapitre. (Hervé Chopin)

Références :
Archives départ. du Rhône et de la métropole de Lyon, 13G323, pièce n°9 : « toisé des ouvrages que Meunier, maître maçon à Lyon, a fait et fourni la réparation de l’église de Saint-Paul, indépendamment des murs du couvert du chœur ». Inédit.
Chopin (H.), Collégiale Saint-Paul de Lyon (Rhône). Etude des archives relatives à l’église, CERIAH-MH, 2000, p. 49.

Texte
« un millier de vieux tufs employé tant à ladite voûte qu’aux pilastres des piliers, 60 livres ».

Mots-clés :
Collégiale–tuf–destination–voûte-abside-prix-qualité

Extraits des Hauts faits des saints abbés (Gesta abbatum) du monastère de Fontenelle (rédigé entre 823-845)

Abbaye de Saint-Wandrille – anciennement abbaye de Fontenelle (rédigé entre 823-845)

Ce texte, qui concerne l’abbaye de Saint-Wandrille – anciennement abbaye de Fontenelle (Seine-Maritime). La chronique des abbés mentionne que la façade de la basilique (édifiée entre 732 et 743) a été construite à l’aide de « pierres taillées » provenant de l’enceinte antique de Lillebonne, édifiée par Jules César et distante d’une vingtaine de kilomètre.
(Stéphane Büttner, Christian Sapin)

Références
Chronique des abbés de Fontenelle (Saint-Wandrille), texte établi, traduit et commenté par frère Pascal Pradié, Paris, Les Belles Lettres, 1999

Texte
Sub huius denique tempore Ermharius, praepositus eius, aedificauit basilicam beatissimi archangeli Michaeli, licet modico, pulcherrimo tamen opere, allatis uidelicet petris politis de luliobona, castro quondam nobilissimo ac firmissimo, ad contruendos arcus seu frontispicium eiusdem templi. Haec namque ciuitas fertur aedificata fore a Gaio Iulio imperatore Romanorum ante aduentum Domini, dum Gallias uastando circuiret. Ipsum namque castrum Caletus antea uocabatur, quod destructum et in maiori eligantia reparratum, ex suo nomine luliobona uocare placuit.

Traduction
C’est aussi à l’époque de cet abbé, qu’Ermier, prieur de Teutsinde, construisit la basilique du bienheureux archange Michel, un ouvrage sans doute de proportions modestes, mais cependant un très bel ouvrage, avec des pierres taillées apportées du très célèbre et très puissant fortin de Lillebonne, pour édifier la façade de ce temple. On rapporte que cette cité fut édifiée par l’empereur des Romains Jules César avant la naissance du Seigneur, alors qu’il parcourait les Gaules en les dévastant. Or cette place, dénommée auparavant Caletus, étant détruite, il l’avait restaurée avec une grande élégance et décida de lui donner son nom et de l’appeler Iuliobona.

Mots-clés :
A. Type de bâtiment
– Église
– Abbatiale
B. Elément remployé ou récupéré
– Pierre de taille
C. Matériau et produit concerné
– Pierre
D. Notions documentées
– Démontage
– Destination
– Justification (admiration de l’Antique ?)
– Justification (opportunisme ?)
– Origine des remplois
– Récupération
– Remploi antique

Extraits des Miracula sancti Germani écrit par Heiric d’Auxerre (vers 860-875)

Auxerre (vers 860-875)
Le texte évoque la construction de la crypte carolingienne de l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre qui débute dans les années 840. Pour répondre à la magnificence du lieu, et le matériau n’étant pas disponible dans la région, des moines entreprennent d’aller chercher une grande quantité de marbre dans des ruines du sud de la France (Arles, Marseille). Le premier extrait évoque seulement la nature du matériau sans en préciser la nature architecturale. Le second extrait évoque très clairement des colonnes. L’étude archéologique n’a pas permis de mettre en évidence l’utilisation de marbre dans les phases carolingienne de la crypte.
(Stéphane Büttner, Christian Sapin)

Références : J.-Ch. Picard 1990, « Les Miracula sancti Germani d’Heiric d’Auxerre et l’architecture des cryptes de Saint-Germain : le témoignage des textes », in Saint-Germain d’Auxerre – Intellectuels et artistes dans l’Europe carolingienne (IXe-XIe siècles), Auxerre, Abbaye Saint-Germain, p. 97-101 et 105-108.

Texte
Texte cité dans l’édition de la patrologie latine, 124, 1207-1270

Traduction
[Traduction de J.-Ch. Picard]
II, 92. Pour une construction si magnifiquement élaborée, il n’était pas d’ornement qu’ils ne mettent toute leur énergie à se procurer ; et parce qu’en notre région, on est loin de disposer d’une grande abondance de marbres, ils décidèrent d’aller en chercher dans des contrées lointaines. C’est pourquoi quelques frères affrontèrent par deux fois les difficultés d’une expédition dangereuse et, au prix d’un voyage plein de péril dans les énormes remous du Rhône, se rendirent à Arles et ensuite à Marseille, à l’autre bout de la Gaule (…). Aussi, après avoir déblayé les ruines des vieux édifices à l’entour, ils rassemblèrent, soit gratuitement, soit à prix d’argent, une très grande quantité de marbres précieux ; chargeant ce butin de choix sur des navires, ils conduisirent par deux fois un triomphe rendu mémorable par l’issue victorieuse d’entreprises audacieuses.
[…]
II, 95. C’est presqu’un miracle, à mon avis, ce qui s’est produit quand les marbres furent arrivés à destination : toutes les colonnes que l’on avait transportées s’adaptèrent par leur forme à l’ensemble des parties du monument ; elles s’accordaient sans discordance et, comme on dit, impeccablement, adaptant elles-mêmes leur propre contour au projet du modèle. Ce qui, entre autres choses, lors de leur mise en place, est apparu clairement comme une manifestation merveilleuse, j’estime qu’il faut le raconter. Une équipe de manœuvres robustes unissant leurs forces mettait en place sous un arc une de ces colonnes, d’une dimension non négligeable, déjà posée sur sa base. Ils y mettaient toutes leurs forces ; alors que déjà elle se tenait presque debout, la masse monstrueuse fut plus forte que ceux qui la poussaient et, échappant déjà à leurs mains, elle était conduite à la ruine par son propre poids. Tous s’étaient reculés par peur du danger, s’attendant, non sans un profond et douloureux regret à la chute du marbre qui allait bientôt éclater en morceaux. La présence de Dieu renversa la situation contre toute attente ; et ce que la main des hommes n’avait pas été capable de faire fut réalisé par l’intervention de la force divine, beaucoup mieux et beaucoup plus facilement ; si d’abord on la vit dans son élan se précipiter à terre, tout autant on vit ensuite sa masse regagner les hauteurs sans aide visible. Ainsi fixée en place, elle offre superbement un témoignage immobile d’un miracle perpétuel.

Mots-clés :
A. Type de bâtiment
– Église
– Abbatiale
B. Élément remployé ou récupéré
– Colonnes
C. Matériau et produit concerné
– Marbre
D. Notions documentées
– Démontage
– Destination
– Don ou cession
– Origine des remplois
– Récupération
– Remploi antique