Démolition et récupération d’immeubles pour la construction d’un monastère à Montpellier (1364)

Montpellier, 1364

Pour installer, non loin des écoles de droit et de grammaire, le monastère-collège Saint-Benoît qu’il entendait faire édifier à Montpellier, le pape Urbain fit acquérir à partir de janvier 1364 une cinquantaine d’immeubles. Pour laisser place aux bâtiments du collège et à son église (devenue cathédrale en 1536, sous le vocable de Saint-Pierre), il fallut démolir ces constructions préexistantes, non sans chercher à tirer parti de leurs matériaux. Les comptes relatifs aux débuts de ce chantier pontifical ont enregistré divers paiements liés à la récupération des pierres, tuiles et pièces de bois des maisons détruites. Les extraits proposés mentionnent les salaires versés aux « hommes » chargés de mettre de côté (reservare) ces matériaux, c’est-à-dire de les récupérer et de les trier au fur et à mesure que les lapicides démontaient les maisons.

Une partie de l’action de ces récupérateurs nous parvient à travers quelques mentions comme celle de l’achat de tenailles « pour extraire [vraisemblablement les clous] de pièces de bois ». Les tuiles elles-mêmes sont « préparées », c’est-à-dire sans doute dégagées de leur mortier de scellement avant d’être stockées, comme les autres matériaux dans un jardin clos et fermé à clé, ce qui témoigne de la valeur accordée à ces produits de seconde main. (Philippe Bernardi)

Archives secrètes vaticanes, Camera apostolica, Introitus et Exitus 309, fol.

Fol 36

De manobris

Sequitur, de expensis per me Hugono de Izarno in hedificio Montispessullani factis anno domini millesimo CCCL[X]IIII , a die VIII mensis junii usque ad primam diem mensis martii. Primo de stipendiis hominum diruentium et materias reservantium.

Primo, die sabbati XXII mensis junii, in absentia, magister Petrus Roque, clericus administrator domus, manu domini Guillelmi Fabri, solvit duobus hominibus qui reservaverunt lapides, latera, ligna et fustas hospitiorum dirutorum per magistros lapicidas, cuique V solidos, floreno auri de Fransia pro XXIIII solidis computato, X solidos.

Fol 60

[le 8 juin 1364]

Item, pro una turquesia sive tenallis pro extrahendis de fustibus, II solidos, Vi denarios.

Fol 21

Item, die martis XXIIII mensis septembris, solvi Richardo Fabri, pro una clave pro viridario carmelitarum ubi reponebantur fuste et lapides et alie materie hospitiorum diruendorum, II solidos.

Fol 46v

[le 26 novembre 1364]

Item, solvi Johanni Bedossii cum quisbusdam aliis portaverunt de platea ad viridarium unam quantitatem laterum, in uno floreno : XXIIII solidos.

Item, solvi Guillelmo Ageni, pro abtandis dictis lateribus, IIII solidos, IIII denarios.

Proposition de traduction :

Fol 36

Des manœuvres

Suit, parmi les dépenses faites pour le bâtiment de Montpellier, par moi Hugues de Izarno, l’année du seigneur 1364, du 8e jour du mois de juin jusqu’au premier jour du mois de mars [1365]. Premièrement, des salaires des hommes démolissant et réservant les matériaux :

Premièrement, le samedi 22e jour du mois de juin, en [mon] absence, maître Pierre Roque, clerc administrateur de la maison, par la main du sieur Guillaume Fabri, a payé à deux hommes qui ont mis de côté les pierres, la tuile, le bois et les pièces de charpente des maisons démolies par les maîtres maçons, à chacun 5 sous […], 10 sous.

Fol 60

[le 8 juin 1364]

De même, pour des tenailles pour extraire [les clous] des bois de charpente, 2 sous et 6 deniers.

Fol. 24

De même, le mardi 24e jour du mois de septembre [1364], j’ai payé à Richard Fabri, pour une clé pour le jardin des carmes où étaient déposées les pièces de charpente, les pierres et autres matériaux des maisons démolies, 2 sous.

Fol 46v

[le 26 novembre 1364]

De même, j’ai versé à Jean Bedossii avec quelques autres qui ont porté une certaine quantité de tuiles de la place au jardin, en un florin, 24 sous.

De même, j’ai versé à Guillaume Ageni, pour préparer les dites tuiles, 4 sous 4 deniers.

Thèmes abordés :
– Pierre
– Bois
– Tuile
– Clous
– Stockage
– Tri
– Outillage
– Préparation des matériaux
– Salaire des récupérateurs
– Main d’œuvre
– Coût de la récupération
– Maisons

Questionnement au sein du chapitre de Notre-Dame de Paris sur la conduite à adopter vis-à-vis des pièces de bois extraites du mur mitoyen de deux demeures canoniales lors de travaux de réfection (1425)

Paris, 1425

Alors que la réfection du mur mitoyen entre les maisons des chanoines Jean Chuffart et Guillaume de Ker est envisagée, le chapitre demande, par délibération du 30 avril 1425, à trois de ses membres de se rendre sur place pour visiter le chantier. Ces trois chanoines doivent rendre compte de l’intérêt ou non que pourrait représenter pour le chapitre le fait de donner les pièces de charpente extraites de ce pan de bois au maçon en charge de la réfection du mur. (Philippe Bernardi)

Archives Nationales, LL 113, p. 4

30 avril 1425

Domini mei N. de Dole, G. de Villers et P. de Ordeimonte visitabunt murum medium inter domum magistri J. Chuffart et domum de Kaer et refferent an sit utilitas ecclesie quod lathomus habeat medietatem solivarum que debent amoveri a muro predicto.

Proposition de traduction :

Messeigneurs Nicolas de Dole, Guillaume de Villars et Pierre d’Orgemont visiteront le mur mitoyen entre la maison de maître Jean Chuffard et la maison de [Guillaume de] Ker, afin qu’ils puissent dire (rapporter) si l’avantage de l’église serait que le maçon garde la moitié des solives qui doivent être enlevées du mur susdit.

Thèmes évoqués :
– Maison
– Bois
– Profit
– Valeur des matériaux de seconde main

Récupération et étude de marché à Paris (1432)

Paris, 1432

Propriétaires de plusieurs maisons dans Paris, les chanoines de Notre-Dame gèrent ce patrimoine avec attention. Lorsqu’il apparaît que l’une de leurs propriétés, située dans l’île de la cité, à proximité de l’église de Sainte-Geneviève-la-Petite, se trouve découverte, la question se pose de récupérer les pièces de bois dont elle était bâtie. Les extraits des délibérations capitulaires qui sont présentés nous offrent l’opportunité rare de saisir le processus de décision mis en place dans le déclenchement d’une opération de récupération. Celle-ci se décompose en trois étapes au cours du mois de janvier 1432. Conscients du coût que peut représenter la récupération de ces « vieux bois », les chanoines demandent, dans un premier temps, à ce que le bois et le coût de sa récupération soient évalués par un charpentier. Une dizaine de jours plus tard, le charpentier présente son rapport, chiffrant la valeur marchande du bois et le coût de sa récupération. Le 21 janvier, un des chanoine est nommé responsable de la démolition de la maison. Nous constatons à la lecture de ces délibérations qu’un calcul économique préside à la prise de décision de la démolition mais également que la démolition volontaire, le démontage, paraît, dans ce cas comme justifié par le gain attendu de la revente des matériaux récupérables. (Philippe Bernardi)

Archives nationales, LL 113, p. 270, 272 et 274

[1432 (n. st.) le 2 janvier, p. 270]

De antiquo nemore vendendo

Placet dominis quod visitetur antiquum nemus existens in antiqua domo discoperta constituta in parvo viculo a parte ecclesie Sancte Genovese parve[1] dominus cantor mictet ibi magistrum Robertum Cauvin et refferet.

[…]

[1432 (n. st.), le 13 janvier, p. 272]

Magister Robertus Chauvin carpentarius ecclesie retulit visitasse antiquum nemus existens in antiqua domo a parte Sancte Genovese parve de quo supra et quod ipse nemus bene valebat VII francos et bene poterit decustare ad demoliendum tres francos.

[…]

[1432 (n. st.), le 21 janvier, p. 274]

Dominus Petrus de Cajart comissus est ad demoliendum domum in parvo viculo contiguo ecclesie Sancte Genovese parve.

 

Proposition de traduction :

  1. 270

De vendre le bois vieux

Il plaît aux seigneurs que soit visité le bois vieux existant dans l’ancienne maison qui se trouve dans la ruelle du côté de Sainte-Geneviève-la-Petite. Le seigneur chantre enverra là-bas maître Robert Cauvin et fera un rapport.

  1. 272

Maître Robert Cauvin, charpentier de l’église a rapporté avoir visité le bois vieux existant dans l’ancienne maison du côté de Sainte-Geneviève-la-Petite dont il est question ci-dessus et que ce bois valait bien 7 francs et qu’il pourra bien coûter 3 francs à démolir.

  1. 274

Le seigneur Pierre de Cajart [chanoine de Notre-Dame de Paris] est commis pour démolir [gérer la démolition de] la maison dans la ruelle contiguë à Sainte-Geneviève-la-Petite.

 

Thèmes évoqués :
– Décision de récupérer
– Bois
– Maison
– Coût de la récupération

[1] L’église Sainte-Geneviève-la-Petite appelée ultérieurement Sainte-Geneviève-du-Miracle-des-Ardents était située dans l’île de la Cité à l’emplacement de l’actuel parvis de Notre-Dame. Elle a été détruite au milieu du XVIIIe siècle.

Le marché du bois de seconde main à Paris (1433)

Paris, 1433

Les délibérations du chapitre de Notre-Dame de Paris évoque, au cours du mois d’octobre 1433, la mise en vente des matériaux d’une maison appartenant au dit chapitre. Une partie de l’information nous manque mais nous pouvons restituer les grandes phases de la vente de ces matériaux. Dans un premier temps, le 16 octobre, deux chanoines sont envoyés sur place pour « visiter » la maison, (faire) rassembler les pièces de bois et les tuiles de la maison et les (faire) mettre à part. Il n’est pas alors envisagé de faire réparer la maison mais d’en récupérer ce qui peut l’être et de ne pas laisser perdre ce qui peut avoir de la valeur en le triant et en le stockant dans un endroit sûr. On imagine que c’est lors de cette visite, sans doute effectuée avec des artisans (les charpentiers jurés de l’église ?), qu’une première évaluation des matériaux a été effectuée. Une semaine plus tard, le Chancelier et Pierre d’Orgemont font leur rapport devant le chapitre qui prend la décision de vendre le bois récupéré pour affecter la somme qui en sera tirée au service des enfants de chœur de la cathédrale. Les chanoines fixent alors un prix minimum de 13 francs mais envisagent de vendre le bois éventuellement plus cher. C’est ce qu’ils firent car deux jours plus tard les deux commissaires annoncent avoir vendu le bois en question pour 14 francs.

Les chanoines de Notre-Dame de Paris font montre dans ces délibérations d’une conscience de la valeur qu’un bâtiment, même ruineux, pouvait conserver du fait de ses matériaux. Nous y constatons une relative familiarité avec les pratiques de récupération, organisées par le chapitre. Les fluctuations de prix observées témoignent pour leur part de l’existence d’un marché sur lequel les tarifs semblent se négocier en fonction de critères qui, dans ce cas, nous échappent. (Philippe Bernardi)

Archives nationales, LL 114, p. 68-69

[16 octobre 1433, p. 68]

Cancellarius et Ordeimontis deputantur ad visitandum domum existentem coram domo archidiaconis Therassie et ad recolligendum ligna et tegulam et ea ponenda in securitate.

[Le 24 octobre 1433, p. 69]

Audita relacione dominorum cancellarii et Ordeimontis commissorum ad visitandum quandam domum ruinosam existentem coram domo archidiaconis Therassie, ordinatum est quod nemus antiquum ibidem vendatur ad utilitatem puerorum chori pro XIII francis si non possit haberi maiorem summam.

[Le 26 octobre 1433, p. 69]

Venditur nemus proveniens de quadam domo ruinosa ante domum archidiaconis Therassie per dominos nostros cancelarium et Ordeimontis ad hoc commissos et de qua supra pro XIIII francis ad utilitatem puerorum chori.

 

Proposition de traduction :

[16 octobre 1433, p. 68]

Le chancelier et [Pierre] d’Orgemont [chanoine de Notre-Dame] ont été affectés à la visite de la maison qui existe devant la maison de l’archidiacre de Thiérache et à recueillir le bois et la tuile et les déposer en sécurité.

[Le 24 octobre 1433, p. 69]

Entendu le rapport des seigneurs Chancelier et d’Orgemont, commis à la visite d’une certaine maison en ruine existant devant la maison de l’archidiacre de Thiérache, il est ordonné que le vieux bois soit vendu au même endroit, au profit des enfants de chœur, pour 13 francs si une somme plus importante ne peut [en] être obtenue.

[Le 26 octobre 1433, p. 69]

Le bois provenant d’une certaine maison ruineuse devant la maison de l’archidiacre de Thiérache est vendu par nos seigneurs le Chancelier et d’Orgemont, commis à cela et en raison de ce qui précède, pour 14 francs au profit des enfants de chœur.

Thèmes évoqués :
– Maison
– Bois
– Tuile
– Tri
– Stockage
– Marché des matériaux de seconde main

Contrat de démolition d’un quartier de la ville d’Avignon en vue de l’agrandissement du Palais des Papes (22 mars 1345).

Avignon, le 22 mars 1345

Contrat passé entre la cour pontificale et des terrassiers [leurs qualités et leurs noms ont été perdus avec le début de l’acte] qui s’engagent à démolir les maisons occupant l’espace sur lequel une extension du palais pontifical [ce que l’on désigne comme le Palais Neuf] doit être bâtie. Dans ce texte, il est demandé aux terrassiers-démolisseurs de trier les matériaux récupérés, de laisser sur place ceux qui seront vendus et de transporter et remiser les autres en d’autres lieux. (Philippe Bernardi)

Archives secrètes Vaticanes, Collectoriae 497, fol 1. Publication dans Robert André-Michel, « Le Palais des Papes d’Avignon. Documents inédits », Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 1917, p. 3-124 (p. 97-98) sous la cote erronée Obligationes 497.

Texte
[…] que fuit olim Bertrandi de Podiocavo, de Avinione, sitam prope palacium dicti domini pape ; necnon et omnes alias domos, muros et parietes qui sunt inter ipsam domum que fuit olim dicti Bertrandi et domum habitationis [blanc] Rocamaure, capitanei servientum[1] marescalli curie romane, et de ipsa domo habitationis dicti capitanei unam cannam[2] cum dimidia ; et ab ipsa domo ejusdem capitanei recta linea omnes domos, parietes, muros qui sunt ab eadem domo usque ad carreriam Pairolarie Avinionis, comprehendendo hospicium Helioti de Bufenos, servientis armorum dicti domini pape, tantum quantum de ipso hospicio ipsius Helioti erit diruendum juxta cognicionem magistri Johannis de Luperia, servientis armorum dicti domini pape ac lapiscide.

Item, promiserunt, ut supra, cavare plateas in quibus sunt modo domus et muri predicti dirruendi, necnon et fiundamenta murorum ibidem faciendorum, usque quo inveniant rocam firmam et quantum fuerit necesse juxta cognicionem dicti magistri Johannis de Luperia ; et portare terram et bresilhum et alia inutilia extra dictas plateas alibi in tali loco ubi nulli inferatur dampnum nec possit seu debeat conqueri.
Item promiserunt ponere lapides qui exibunt de dictis bastimentis diruendis ibidem, in dictis plateis, bene et decenter.
Item, tegulas, lausas et fustam que exierent de dictis bastimentis diruendis, ponent ad partem, in dictis plateis, et eo casu quo dicti teguli et lause ac fusta predicti non possent ibidem vendi, promiserunt ipsos tegulos, lausas et fustam portare in orto sive jardino domini nostri pape de Trolhacio.
Item, promiserunt claves et alia ferramenta antiqua que exibunt de dictis bastimentis diruendis, recolligere et realiter ac bene et legaliter assignare dicto magistro Johanni de Luperia, recipienti nomine camere domini pape. Et premissa omnia et singula promiserunt facere bene et legaliter, et ad sancta Dei evangelia, per ipsos et ipsorum quorumlibet corporaliter tacto libro juraverunt ut citius poterit, talem quod, ob defectum dirucionis et cavacionis predictorum bastimentorum palacii nullam patiatur retardacionem et nullum paciatur dampnum ; et statim, cum multis operariis, debent apponere manum ; et premissa promiserunt facere precio quadringentorum florenorum auri ; et propter hoc obligaverunt, ipsi et eorum quilibet, summiserunt jurisdictioni curie camere domini nostri pape et auditoris vicecamerarii, locumtenentis et commissarii eorumdem, ac curie marescalli, omnes et quilibet eorum volentes compelli ad premissa tenendum et [ad] faciendum, per dictas curias et earum quamlibet , captionem et vendicionem bonorum suorum predictorum et qualibet aliam cohertionem ecclesiasticam vel secularem, renunciantes ipsi et eorum quilibet omni exceptioni utriusque juris canonici et civilis ; de quibus dictus dominus thesaurarius quo supra nomine petiit fieri per me Johannem Palaysini, notarium, publicum instrumentum.
Acta sunt hec Avinione, in camera thesaurarii dicti domini pape presentibus venerabilibus viris dominis Michaele Ricomanni, camere predicte clerico, et Poncio Saturnini, canonici Sancti Afrodisii Bituricensis, testibus ad premissa, anno domini M CCC XLV, indictione XIII, die XXII mensis marcii.
Et ego J. Palaysini

Traduction
(à faire)

Thèmes abordés :
Bois
Commerce
Coût des opérations
Démontage
Ferrures
Justification
Maison
Palais
Pierre
Propriété
Stockage
Transport
Tri
Tuile

[1] André-Michel donne servicii tum.
[2] André-Michel donne cameram.