Extraits des Miracula sancti Germani écrit par Heiric d’Auxerre (vers 860-875)

Auxerre (vers 860-875)
Le texte évoque la construction de la crypte carolingienne de l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre qui débute dans les années 840. Pour répondre à la magnificence du lieu, et le matériau n’étant pas disponible dans la région, des moines entreprennent d’aller chercher une grande quantité de marbre dans des ruines du sud de la France (Arles, Marseille). Le premier extrait évoque seulement la nature du matériau sans en préciser la nature architecturale. Le second extrait évoque très clairement des colonnes. L’étude archéologique n’a pas permis de mettre en évidence l’utilisation de marbre dans les phases carolingienne de la crypte.
(Stéphane Büttner, Christian Sapin)

Références : J.-Ch. Picard 1990, « Les Miracula sancti Germani d’Heiric d’Auxerre et l’architecture des cryptes de Saint-Germain : le témoignage des textes », in Saint-Germain d’Auxerre – Intellectuels et artistes dans l’Europe carolingienne (IXe-XIe siècles), Auxerre, Abbaye Saint-Germain, p. 97-101 et 105-108.

Texte
Texte cité dans l’édition de la patrologie latine, 124, 1207-1270

Traduction
[Traduction de J.-Ch. Picard]
II, 92. Pour une construction si magnifiquement élaborée, il n’était pas d’ornement qu’ils ne mettent toute leur énergie à se procurer ; et parce qu’en notre région, on est loin de disposer d’une grande abondance de marbres, ils décidèrent d’aller en chercher dans des contrées lointaines. C’est pourquoi quelques frères affrontèrent par deux fois les difficultés d’une expédition dangereuse et, au prix d’un voyage plein de péril dans les énormes remous du Rhône, se rendirent à Arles et ensuite à Marseille, à l’autre bout de la Gaule (…). Aussi, après avoir déblayé les ruines des vieux édifices à l’entour, ils rassemblèrent, soit gratuitement, soit à prix d’argent, une très grande quantité de marbres précieux ; chargeant ce butin de choix sur des navires, ils conduisirent par deux fois un triomphe rendu mémorable par l’issue victorieuse d’entreprises audacieuses.
[…]
II, 95. C’est presqu’un miracle, à mon avis, ce qui s’est produit quand les marbres furent arrivés à destination : toutes les colonnes que l’on avait transportées s’adaptèrent par leur forme à l’ensemble des parties du monument ; elles s’accordaient sans discordance et, comme on dit, impeccablement, adaptant elles-mêmes leur propre contour au projet du modèle. Ce qui, entre autres choses, lors de leur mise en place, est apparu clairement comme une manifestation merveilleuse, j’estime qu’il faut le raconter. Une équipe de manœuvres robustes unissant leurs forces mettait en place sous un arc une de ces colonnes, d’une dimension non négligeable, déjà posée sur sa base. Ils y mettaient toutes leurs forces ; alors que déjà elle se tenait presque debout, la masse monstrueuse fut plus forte que ceux qui la poussaient et, échappant déjà à leurs mains, elle était conduite à la ruine par son propre poids. Tous s’étaient reculés par peur du danger, s’attendant, non sans un profond et douloureux regret à la chute du marbre qui allait bientôt éclater en morceaux. La présence de Dieu renversa la situation contre toute attente ; et ce que la main des hommes n’avait pas été capable de faire fut réalisé par l’intervention de la force divine, beaucoup mieux et beaucoup plus facilement ; si d’abord on la vit dans son élan se précipiter à terre, tout autant on vit ensuite sa masse regagner les hauteurs sans aide visible. Ainsi fixée en place, elle offre superbement un témoignage immobile d’un miracle perpétuel.

Mots-clés :
A. Type de bâtiment
– Église
– Abbatiale
B. Élément remployé ou récupéré
– Colonnes
C. Matériau et produit concerné
– Marbre
D. Notions documentées
– Démontage
– Destination
– Don ou cession
– Origine des remplois
– Récupération
– Remploi antique

 

Extrait des Lettres écrites d’Orient du comte Jaubert (1842)

Aydın (Turquie), 1842

Dans les nombreux récits de voyages rédigés au XIXe siècle, on peut glaner des informations précieuses sur la patrimonialisation des ruines et sur les pratiques de récupération à l’œuvre à cette époque. Celles-ci sont, de façon plus ou moins implicites, vues comme un témoignage de la « barbarie » de l’Orient qui vandaliserait un patrimoine dont l’Occident a contrario serait pleinement conscient  de la valeur. Il faut bien sûr avoir à l’esprit ces grilles de lecture qui s’imposent aux voyageurs de l’époque, comme l’a montré Edward Saïd dans L’Orientalisme, et qui biaisent leur analyse. Le comte Jaubert, dans ses « Lettres écrites d’Orient » parues en 1842, évoque l’exemple d’Aidin où les marbres antiques font l’objet d’une récupération et d’une transformation avant d’être réutilisés à des fins funéraires.

Jaubert, « Lettres écrites d’Orient », Revue des Deux-Mondes, 1842, p. 325-379 (p. 343)

 

Texte :
Aidin[1] a, comme Smyrne, des rues étroites, tortueuses, mal pavées, des aqueducs en mauvais état : la misère y étale partout ses tristes livrées, mais la situation est charmante ; les maisons sont entremêlées de verdure ; un vallon, au débouché duquel la ville est bâtie, fournit de belles eaux. C’est de ce côté que se trouvent le kiosque du pacha, le champ de manœuvres de la garnison, et quelques cafés où les oisifs vont faire le kief (repos). Au-dessus, sur un plateau que nous avons parcouru hier matin, était bâtie la ville antique de Tralles[2] ; on n’y trouve pas d’autres vestiges que trois grandes arcades qui s’aperçoivent de très loin, et qui peut-être appartenaient à ce gymnase fameux où s’enseignaient jadis, selon le témoignage de Strabon, la grammaire et la rhétorique. Chaque jour, les marbres épars sur le sol sont employés à décorer les cimetières turcs et juifs, mais après avoir été recoupés et retaillés. C’est ainsi que va s’effaçant tout ce qui restait de l’antiquité ; il ne faut plus guère compter, en fait de sculptures et d’inscriptions, que sur ce que les fouilles bien entendues pourraient fournir.

 

Thèmes évoqués :
– Marbre
– Remplois antiques
– Traitement des matériaux récupérés
– Destination des matériaux récupérés
– Origine des matériaux de remploi

 

[1] Aydın (Turquie), Cæsarea, pendant l’Antiquité.

[2] Nom de la ville pendant la période byzantine.

Acte de fondation de la collégiale de Sainte-Marie et saint Thomas Becket de Fourvière, à Lyon (1192)

Lyon, 1192

Jean Bellesmains, archevêque de Lyon (1182-1193), décide en 1192 d’ériger une chapelle qui avait été fondée quelques années précédemment par un ancien doyen du chapitre cathédral, en l’honneur de la Vierge et de Thomas Becket, son ami, canonisé vingt ans plus tôt. Il s’associe au doyen du chapitre Etienne de Saint-Amour dans cette fondation. En dehors des éléments purement institutionnels, comme toute fondation, celle-ci doit s’accompagner d’une dotation afin de veiller à la construction des bâtiments, mais aussi à l’organisation de la vie des chanoines. Parmi ces dotations, on fait référence aux vestiges antiques. Une répartition est faite entre le chapitre de la cathédrale et la nouvelle collégiale, dépendante. Ainsi, les chanoines du chapitre cathédral conservent le droit de récupérer sur les terres données les marbres et les choins, c’est-à-dire des blocs de calcaire froid, provenant de la carrière de Fay dans l’Ain, qui avaient été utilisés massivement dans la construction antique, la nouvelle collégiale de Fourvière devant se satisfaire des autres pierres. Ce sont les termes fodere et cavare qui nous indiquent qu’il s’agit de blocs anciens. (Hervé Chopin)

Source
Lyon, Archives départementales du Rhône et de la Métropole, 14 G 28 14 G 40 ; 10 G 527 ; 10 G 1595 (copie du xviiie siècle). Longin, Émile, Recherches sur Fourvière : fondation de l’église et de la chapelle Notre-Dame, suivie du Barbet ou recueil de chartes, Lyon : Brun, 1900, p. 83-87. Traduction tirée de Hervé Chopin, « Fondation du chapitre de Saint-Thomas de Fourvière (1192) », Lyon, entre Empire et Royaume (843-1601). Textes et documents. A. Charansonnet, J.-L. Gaulin, P. Mounier et S. Rau (dir.), Classiques Garnier, Paris, 2016 (Bibliothèque médiévale, n°14), p. 245-251.

 

Texte original

Johannes, Dei gratia prime lugdun. Ecclesie, sacerdos humilis et Stephanus ejusdem ecclesie decanus, cum universo capitulo, Dei fidelibus imperpetuum. Ea que in ecclesia Dei, ipso auctore, noviter plantatur, firmis oportet radicibusroborari, ne tractu temporis per oblivionem et incuriam aliquando possint metuere ruinam.

Ea propter,nos presenti scripto future posteritati notum facimus quod nos, in capitulo nostro communiter residentes, capellam de Forverio ab Oliverio bone memorie quondam decano, in fundo nostro, in honore beate Marie et sancti Thome Cantuarians. archiepiscopi et martiris inchoatam, sicut infranotatum est, deo inspirante, instituimus et dotavimus.

In primis concessimus eam fore ecclesiam conventualem, ita quod, ad cultum Dei et ad honorem beate Marie et novi martiris, novi creentur canonici, quibus preficiatur unus de cannicis nostris, et non alius, in capitulo nostro, communi consensu venerabilis pro tempore archiepiscopi et tocius capituli, concorditer electus […].

Donavimus tamen eis ipsum locum, in quo sita est ecclesia, liberum ab omni alia consuetudine, excepta ea que infra notata est, et domiterium, domum et cymiterium et vineas et ortos et campum, ita tamen quod nullum in campo fiat edificium, et quicquid primi capellani tenebant a Crota Rotonda usque ad vineam Vulgrimorum, et locum illum qui vulgo dicitur les Sales, ea tamen platea retenta in qua boves vendi consueverunt.

Dedimus etiam eis plateam in qua turris de Collia fuerat, retento tamen per omnia supradicta quod, si major et mater ecclesia fodere vel cavare voluit, marmorei lapides et illi qui vulgo ducuntur Chaon, proprii erunt ipsius majoris ecclesie; reliqui vero tam ipsius ecclesie, quam ecclesie Sancte Marie et Sancti Thome. Si autem ecclesia Sancte Marie et Sancti Thome fodit vel cavaverit, marmorei lapides et chaon majoris erunt ecclesie, reliqui autem proprii erunt ecclesie Sancte Marie et Sancti Thome.

 Factum est hoc anno ab incarnatione Domini M° C° XC° II°, anno a passione memorati martiris XX°, indictione X, epacta IIII, concurrente III, presidente Rome Celestino Papa III°, imperante Henrico Romanorum imperatore, regnante Philippo Francorum rege. Ut autem super hac nostra donacione nullus successure posteritati oriende dubietatis scrupulus relinquatur, immo firmum et inconcussum vigorem semper obtineat et tenorem, tam archiepiscopi quam ecclesie sigillo presentem cartam fecimus insigniri.

 

Traduction :

« Jean, par la grâce de Dieu, humble prêtre de l’église primatiale de Lyon, et Etienne, doyen de cette même Église, avec tout son chapitre, aux fidèles de Dieu pour l’éternité. Les plantes que l’on vient de planter dans l’Église de Dieu, et que lui-même fait pousser, il faut les renforcer grâce à des racines solides, pour éviter qu’avec le cours du temps, par oubli ou par incurie, elles n’aient à craindre la ruine.

C’est pourquoi, par le présent écrit, nous faisons savoir à la postérité à venir, que nous, siégeant en commun dans notre chapitre, avons institué et doté de la manière indiquée ci-dessous, sous l’inspiration de Dieu, la chapelle de Fourvière, fondée en l’honneur de sainte Marie et de saint Thomas de Canterbury, archevêque et martyr, sur nos possessions, par Olivier de bonne mémoire, autrefois doyen.

En premier lieu, nous avons concédé qu’elle sera une église conventuelle de sorte que, pour le culte de Dieu et en l’honneur de Sainte Marie et du nouveau martyr, de nouveaux chanoines soient créés, qui auront pour chef l’un de nos chanoines, et personne d’autre, choisi en chapitre avec le commun accord du vénérable archevêque siégeant alors et de l’ensemble du chapitre ; […].

Nous leur avons toutefois fait don du lieu même où se trouve l’église, le donnant libre de toute autre coutume, exception faite de celle qui est notée ci-dessous, ainsi que du dortoir, d’une maison et d’un cimetière, de vignes, de jardins et d’un champ, à condition toutefois qu’aucun édifice ne soit bâti dans ce champ ; et tout ce que tenaient les premiers chapelains, de la Grotte ronde[1] jusqu’à la vigne des Vulgrimes[2], ainsi que le lieu qui est appelé en langue vulgaire Les Sales, en conservant cependant la place où sont habituellement vendus les bœufs.

Nous leur avons donné aussi la place où se trouvait la tour de Colle[3], en conservant toutefois, concernant ce qui vient d’être énuméré, ceci : si la grande église mère veut creuser ou fouiller, les blocs de marbre et les pierres que l’on appelle choins en langue vulgaire seront propriété de celle-ci ; le reste en revanche appartiendra autant à cette même grande église qu’à l’église Sainte-Marie-et-Saint-Thomas. Cependant, si c’est l’église Sainte-Marie-et-Saint-Thomas qui fouille ou creuse, le marbre et le choin seront propriété de la grande église et les autres pierres le seront de l’église Sainte-Marie-et-Saint-Thomas.[…]

Ceci a été fait l’année de l’Incarnation du Seigneur 1192, la 20e année de la passion dudit martyr, dixième indiction, épacte 4, troisième concurrent, sous le gouvernement du pape Célestin III à Rome, sous le règne d’Henri empereur des Romains, et alors que Philippe était roi des Francs. Et pour que ne soit laissée à la postérité qui ne nous succèdera pas même la possibilité d’un commencement de doute ou de soupçon sur cette donation que nous faisons, et pour qu’au contraire elle conserve toujours une force et une teneur ferme et inébranlable, nous avons fait marquer la présente charte du sceau tant de l’archevêque que de l’Église. »

 

Thèmes évoqués :
– Nature et qualité des matériaux de récupération
– Propriété des matériaux récupérés
– Pierre
– Marbre
– Remplois antiques
– Modalités de récupération

 

[1] Grota rotonda, peut-être la grotte Bérelle, c’est-à-dire une citerne souterraine gallo-romaine, située sous l’esplanade du lycée Saint-Just à Lyon.

[2] Toponyme non identifié.

[3] Le lieu dénommé Croix de Colle (des décollés) est lié, d’après la tradition, aux martyres des saints Irénée, Alexandre et Epipoy et des 19000 chrétiens qui auraient été décapités sous l’empereur Anthonius Verus.

Saint-Denis, vers 1144. Extrait du De consecratione ecclesie sancti Dionisii, écrit par Suger.

Saint-Denis, vers 1144

Extrait du De consecratione ecclesie sancti Dionisii, écrit par Suger. Dans ce passage, l’abbé de Saint-Denis raconte qu’il envisageait, pour la construction de la basilique, de faire venir des colonnes de marbre tirées de plusieurs monuments de Rome, dont le palais de Dioclétien. (Ph. Bernardi)

Suger, Écrit sur la consécration de Saint-Denis, in Œuvres, texte établi, traduit et commenté par Françoise Gasparri, Paris, Les Belles Lettres, 1996, p. 1-53 (p. 13-15).

 

Texte :
In agendis siquidem huiusmodi, apprime de convenienta et cohaerentia antiqui et novi operis sollicitus unde marmoreas aut marmoreis aequipollentes haberemus comlumnas, cogitando, speculando, investigando per diversas partium remotarum regiones, cum nullam offerenderemus, hoc solum mente laborantibus et animo supererat, ut ab urbe (Romae enim in palatio Diocletiani et aliis termis saepe mirabiles conspexeramus) ut per mare Mediterraneum tuta classe, exinde per Anglicum, et per tortuosam fluvii Sequanae reflexionem, eas magno sumptu amicorum, inimicorum etiam Sarracenorum proximorum conductu haberemus.

Traduction :
Nous réfléchissions et nous nous demandions où trouver des colonnes de marbre ou de matériau équivalent ; nous cherchions dans diverses régions de pays lointains et nous n’en trouvions aucune ; à notre pensée et à notre esprit anxieux une seule idée dominait : les faire venir de Rome car dans le palais de Dioclétien et dans les autres thermes nous en avions souvent remarqué d’admirables, [les faire acheminer] par une flotte sûre à travers la mer Méditerranée, de là à travers la mer d’Angleterre et par le cours sinueux de la Seine, les obtenir à grands frais de nos amis et même de nos ennemis les Sarrasins les plus proches, moyennant un droit de passage.

 

Matériaux et thèmes documentés :
– Réemploi et admiration de l’Antique
– Marché de la récupération
– Origine des matériaux réemployés
– Transport des réemplois
– Coût(s) de la récupération
– Marbre
– Colonnes