Le marché du bois de seconde main à Paris (1433)

Paris, 1433

Les délibérations du chapitre de Notre-Dame de Paris évoque, au cours du mois d’octobre 1433, la mise en vente des matériaux d’une maison appartenant au dit chapitre. Une partie de l’information nous manque mais nous pouvons restituer les grandes phases de la vente de ces matériaux. Dans un premier temps, le 16 octobre, deux chanoines sont envoyés sur place pour « visiter » la maison, (faire) rassembler les pièces de bois et les tuiles de la maison et les (faire) mettre à part. Il n’est pas alors envisagé de faire réparer la maison mais d’en récupérer ce qui peut l’être et de ne pas laisser perdre ce qui peut avoir de la valeur en le triant et en le stockant dans un endroit sûr. On imagine que c’est lors de cette visite, sans doute effectuée avec des artisans (les charpentiers jurés de l’église ?), qu’une première évaluation des matériaux a été effectuée. Une semaine plus tard, le Chancelier et Pierre d’Orgemont font leur rapport devant le chapitre qui prend la décision de vendre le bois récupéré pour affecter la somme qui en sera tirée au service des enfants de chœur de la cathédrale. Les chanoines fixent alors un prix minimum de 13 francs mais envisagent de vendre le bois éventuellement plus cher. C’est ce qu’ils firent car deux jours plus tard les deux commissaires annoncent avoir vendu le bois en question pour 14 francs.

Les chanoines de Notre-Dame de Paris font montre dans ces délibérations d’une conscience de la valeur qu’un bâtiment, même ruineux, pouvait conserver du fait de ses matériaux. Nous y constatons une relative familiarité avec les pratiques de récupération, organisées par le chapitre. Les fluctuations de prix observées témoignent pour leur part de l’existence d’un marché sur lequel les tarifs semblent se négocier en fonction de critères qui, dans ce cas, nous échappent. (Philippe Bernardi)

Archives nationales, LL 114, p. 68-69

[16 octobre 1433, p. 68]

Cancellarius et Ordeimontis deputantur ad visitandum domum existentem coram domo archidiaconis Therassie et ad recolligendum ligna et tegulam et ea ponenda in securitate.

[Le 24 octobre 1433, p. 69]

Audita relacione dominorum cancellarii et Ordeimontis commissorum ad visitandum quandam domum ruinosam existentem coram domo archidiaconis Therassie, ordinatum est quod nemus antiquum ibidem vendatur ad utilitatem puerorum chori pro XIII francis si non possit haberi maiorem summam.

[Le 26 octobre 1433, p. 69]

Venditur nemus proveniens de quadam domo ruinosa ante domum archidiaconis Therassie per dominos nostros cancelarium et Ordeimontis ad hoc commissos et de qua supra pro XIIII francis ad utilitatem puerorum chori.

 

Proposition de traduction :

[16 octobre 1433, p. 68]

Le chancelier et [Pierre] d’Orgemont [chanoine de Notre-Dame] ont été affectés à la visite de la maison qui existe devant la maison de l’archidiacre de Thiérache et à recueillir le bois et la tuile et les déposer en sécurité.

[Le 24 octobre 1433, p. 69]

Entendu le rapport des seigneurs Chancelier et d’Orgemont, commis à la visite d’une certaine maison en ruine existant devant la maison de l’archidiacre de Thiérache, il est ordonné que le vieux bois soit vendu au même endroit, au profit des enfants de chœur, pour 13 francs si une somme plus importante ne peut [en] être obtenue.

[Le 26 octobre 1433, p. 69]

Le bois provenant d’une certaine maison ruineuse devant la maison de l’archidiacre de Thiérache est vendu par nos seigneurs le Chancelier et d’Orgemont, commis à cela et en raison de ce qui précède, pour 14 francs au profit des enfants de chœur.

Thèmes évoqués :
– Maison
– Bois
– Tuile
– Tri
– Stockage
– Marché des matériaux de seconde main