Contrat notarié de démontage (prix-fait) de l’ancienne église des clarisses d’Aix-en-Provence (18 avril 1368)

Aix-en-Provence, le 18 avril 1368

Contrat notarié par lequel les clarisses d’Aix, en la personne de leur abbesse, Huga de Sosmeyre, demandent aux charpentiers Pierre Seguberti et Colin Néble et au plâtrier Hugues de Alvernha, tous habitants d’Aix, de démonter (littéralement « descendre ») avec précaution plusieurs baies de leur ancienne église, hors les murs, ainsi que des éléments appelés coronelli, sans doute en vue de les réemployer dans la nouvelle église qu’elles s’apprêtaient à faire construire en ville. Les artisans sont également chargés de transporter l’ancienne pierre d’autel dans le bâtiment qui sert alors momentanément d’église aux religieuses. Le tout pour 20 florins d’or. (Philippe Bernardi)

Archives départementales des Bouches du Rhône, 308 E 11, fol. 15

Texte
Pro monasterio et pro Seguberti Colino Neble et Hugoni de Alvernha

Anno domini MoCCCLXVIIIo, die XVIII aprilis VIe indictione noverint etc. quod Petrus Seguberti et Colinus Neble, fusterii, et Hugo de Alvernha, giperius, habitatores Aquis, sponte convenerunt cum religiosa domina sorore Huga de Sosmeyre, abbatissa monasterii sancte Clare de Aquis, davallare[1] O[2] quod est in ecclesia ubi prius erat ipsum monasterium, salvo modo et sine fractione aliqua, et coronellos[3] dicte ecclesie ac fenestragia retro altare dicte ecclesie, necnon adducere salvo modo lapidem altaris ipsius ecclesie ad locum ubi nunc est ipsum monasterium, eorum sumptibus, pro precio viginti florenorum auri.

De quo precio, incontinenti, in presencia mei notarii et testium subscriptorum, habuerunt et receperunt florenos auri decem. Et postquam davallaverint ipsum O integre debent habere florenos V, et residuum completo eorum opere.

Fuit de pacto quod ubi per culpam ipsorum magistrorum aliquis lapis de fenestragiis vel de ipso O <et coronellis>[4] frangeretur, quod ipsi teneantur eam facere retalhari simili modo ut prius, eorum sumptibus, de lapidibus tamen dicti monasterii.
[…]

Traduction
Pour le monastère, pour Seguberti, pour Colin Néble et Hugues de Alvernha

L’année du Seigneur 1368, le 18e jour d’avril, 6e indiction, sachent etc. Que Pierre Seguberti et Colin Néble, charpentiers et Hugues de Alvernha, plâtrier, habitants d’Aix, spontanément ont convenu avec [sa] religieuse seigneurie, sœur Huga de Sosmeyre, abbesse du monastère de sainte-Claire d’Aix de déposer l’oculus qui est dans l’église où jadis se trouvait ce monastère de manière sûre et sans aucun bris, ainsi que les corniches ( ?) de la dite église et les fenestrages derrière l’autel de la dite église, et de conduire de manière sûre la pierre d’autel de cette église jusqu’au lieu où, à présent, se trouve ce monastère, à leurs frais et pour le prix de 20 florins d’or.
Du quel prix, sur-le-champ, ils ont eu et reçu 10 florins d’or. Et après qu’ils auront déposé cet oculus, ils doivent avoir 5 florins et le restant, une fois achevé leur travail.
Il a été convenu que si, par la faute de ces maîtres, quelque pierre des fenestrages ou de cet oculus et des corniches était brisée, que ceux-ci soient tenus de la faire retailler de la manière dont elle était auparavant, à leurs frais, avec des pierres, toutefois, dudit monastère.
[…]

Thèmes abordés :
– Pierre
– Baies
– Table d’autel
– Modalités de récupération
– Transport
– Origine des remplois
– Coût de la récupération
– Organisation de la récupération
– Eléments architecturaux récupérés
– Démontage

[1] Pour devallare.
[2] Pour Oculus.
[3] Le sens exact de ce terme nous échappe. Il doit s’agir d’un élément de couronnement.
[4] Ajouté au-dessus de la ligne.

Acte de fondation de la collégiale de Sainte-Marie et saint Thomas Becket de Fourvière, à Lyon (1192)

Lyon, 1192

Jean Bellesmains, archevêque de Lyon (1182-1193), décide en 1192 d’ériger une chapelle qui avait été fondée quelques années précédemment par un ancien doyen du chapitre cathédral, en l’honneur de la Vierge et de Thomas Becket, son ami, canonisé vingt ans plus tôt. Il s’associe au doyen du chapitre Etienne de Saint-Amour dans cette fondation. En dehors des éléments purement institutionnels, comme toute fondation, celle-ci doit s’accompagner d’une dotation afin de veiller à la construction des bâtiments, mais aussi à l’organisation de la vie des chanoines. Parmi ces dotations, on fait référence aux vestiges antiques. Une répartition est faite entre le chapitre de la cathédrale et la nouvelle collégiale, dépendante. Ainsi, les chanoines du chapitre cathédral conservent le droit de récupérer sur les terres données les marbres et les choins, c’est-à-dire des blocs de calcaire froid, provenant de la carrière de Fay dans l’Ain, qui avaient été utilisés massivement dans la construction antique, la nouvelle collégiale de Fourvière devant se satisfaire des autres pierres. Ce sont les termes fodere et cavare qui nous indiquent qu’il s’agit de blocs anciens. (Hervé Chopin)

Source
Lyon, Archives départementales du Rhône et de la Métropole, 14 G 28 14 G 40 ; 10 G 527 ; 10 G 1595 (copie du xviiie siècle). Longin, Émile, Recherches sur Fourvière : fondation de l’église et de la chapelle Notre-Dame, suivie du Barbet ou recueil de chartes, Lyon : Brun, 1900, p. 83-87. Traduction tirée de Hervé Chopin, « Fondation du chapitre de Saint-Thomas de Fourvière (1192) », Lyon, entre Empire et Royaume (843-1601). Textes et documents. A. Charansonnet, J.-L. Gaulin, P. Mounier et S. Rau (dir.), Classiques Garnier, Paris, 2016 (Bibliothèque médiévale, n°14), p. 245-251.

 

Texte original

Johannes, Dei gratia prime lugdun. Ecclesie, sacerdos humilis et Stephanus ejusdem ecclesie decanus, cum universo capitulo, Dei fidelibus imperpetuum. Ea que in ecclesia Dei, ipso auctore, noviter plantatur, firmis oportet radicibusroborari, ne tractu temporis per oblivionem et incuriam aliquando possint metuere ruinam.

Ea propter,nos presenti scripto future posteritati notum facimus quod nos, in capitulo nostro communiter residentes, capellam de Forverio ab Oliverio bone memorie quondam decano, in fundo nostro, in honore beate Marie et sancti Thome Cantuarians. archiepiscopi et martiris inchoatam, sicut infranotatum est, deo inspirante, instituimus et dotavimus.

In primis concessimus eam fore ecclesiam conventualem, ita quod, ad cultum Dei et ad honorem beate Marie et novi martiris, novi creentur canonici, quibus preficiatur unus de cannicis nostris, et non alius, in capitulo nostro, communi consensu venerabilis pro tempore archiepiscopi et tocius capituli, concorditer electus […].

Donavimus tamen eis ipsum locum, in quo sita est ecclesia, liberum ab omni alia consuetudine, excepta ea que infra notata est, et domiterium, domum et cymiterium et vineas et ortos et campum, ita tamen quod nullum in campo fiat edificium, et quicquid primi capellani tenebant a Crota Rotonda usque ad vineam Vulgrimorum, et locum illum qui vulgo dicitur les Sales, ea tamen platea retenta in qua boves vendi consueverunt.

Dedimus etiam eis plateam in qua turris de Collia fuerat, retento tamen per omnia supradicta quod, si major et mater ecclesia fodere vel cavare voluit, marmorei lapides et illi qui vulgo ducuntur Chaon, proprii erunt ipsius majoris ecclesie; reliqui vero tam ipsius ecclesie, quam ecclesie Sancte Marie et Sancti Thome. Si autem ecclesia Sancte Marie et Sancti Thome fodit vel cavaverit, marmorei lapides et chaon majoris erunt ecclesie, reliqui autem proprii erunt ecclesie Sancte Marie et Sancti Thome.

 Factum est hoc anno ab incarnatione Domini M° C° XC° II°, anno a passione memorati martiris XX°, indictione X, epacta IIII, concurrente III, presidente Rome Celestino Papa III°, imperante Henrico Romanorum imperatore, regnante Philippo Francorum rege. Ut autem super hac nostra donacione nullus successure posteritati oriende dubietatis scrupulus relinquatur, immo firmum et inconcussum vigorem semper obtineat et tenorem, tam archiepiscopi quam ecclesie sigillo presentem cartam fecimus insigniri.

 

Traduction :

« Jean, par la grâce de Dieu, humble prêtre de l’église primatiale de Lyon, et Etienne, doyen de cette même Église, avec tout son chapitre, aux fidèles de Dieu pour l’éternité. Les plantes que l’on vient de planter dans l’Église de Dieu, et que lui-même fait pousser, il faut les renforcer grâce à des racines solides, pour éviter qu’avec le cours du temps, par oubli ou par incurie, elles n’aient à craindre la ruine.

C’est pourquoi, par le présent écrit, nous faisons savoir à la postérité à venir, que nous, siégeant en commun dans notre chapitre, avons institué et doté de la manière indiquée ci-dessous, sous l’inspiration de Dieu, la chapelle de Fourvière, fondée en l’honneur de sainte Marie et de saint Thomas de Canterbury, archevêque et martyr, sur nos possessions, par Olivier de bonne mémoire, autrefois doyen.

En premier lieu, nous avons concédé qu’elle sera une église conventuelle de sorte que, pour le culte de Dieu et en l’honneur de Sainte Marie et du nouveau martyr, de nouveaux chanoines soient créés, qui auront pour chef l’un de nos chanoines, et personne d’autre, choisi en chapitre avec le commun accord du vénérable archevêque siégeant alors et de l’ensemble du chapitre ; […].

Nous leur avons toutefois fait don du lieu même où se trouve l’église, le donnant libre de toute autre coutume, exception faite de celle qui est notée ci-dessous, ainsi que du dortoir, d’une maison et d’un cimetière, de vignes, de jardins et d’un champ, à condition toutefois qu’aucun édifice ne soit bâti dans ce champ ; et tout ce que tenaient les premiers chapelains, de la Grotte ronde[1] jusqu’à la vigne des Vulgrimes[2], ainsi que le lieu qui est appelé en langue vulgaire Les Sales, en conservant cependant la place où sont habituellement vendus les bœufs.

Nous leur avons donné aussi la place où se trouvait la tour de Colle[3], en conservant toutefois, concernant ce qui vient d’être énuméré, ceci : si la grande église mère veut creuser ou fouiller, les blocs de marbre et les pierres que l’on appelle choins en langue vulgaire seront propriété de celle-ci ; le reste en revanche appartiendra autant à cette même grande église qu’à l’église Sainte-Marie-et-Saint-Thomas. Cependant, si c’est l’église Sainte-Marie-et-Saint-Thomas qui fouille ou creuse, le marbre et le choin seront propriété de la grande église et les autres pierres le seront de l’église Sainte-Marie-et-Saint-Thomas.[…]

Ceci a été fait l’année de l’Incarnation du Seigneur 1192, la 20e année de la passion dudit martyr, dixième indiction, épacte 4, troisième concurrent, sous le gouvernement du pape Célestin III à Rome, sous le règne d’Henri empereur des Romains, et alors que Philippe était roi des Francs. Et pour que ne soit laissée à la postérité qui ne nous succèdera pas même la possibilité d’un commencement de doute ou de soupçon sur cette donation que nous faisons, et pour qu’au contraire elle conserve toujours une force et une teneur ferme et inébranlable, nous avons fait marquer la présente charte du sceau tant de l’archevêque que de l’Église. »

 

Thèmes évoqués :
– Nature et qualité des matériaux de récupération
– Propriété des matériaux récupérés
– Pierre
– Marbre
– Remplois antiques
– Modalités de récupération

 

[1] Grota rotonda, peut-être la grotte Bérelle, c’est-à-dire une citerne souterraine gallo-romaine, située sous l’esplanade du lycée Saint-Just à Lyon.

[2] Toponyme non identifié.

[3] Le lieu dénommé Croix de Colle (des décollés) est lié, d’après la tradition, aux martyres des saints Irénée, Alexandre et Epipoy et des 19000 chrétiens qui auraient été décapités sous l’empereur Anthonius Verus.

Compte de l’ouvrage de l’entrepreneur Vial d’après les ordres des administrateurs de l’église Saint-Paul de Lyon (11 novembre 1793).

Villefranche, 11 novembre 1793

Compte de l’ouvrage que l’entrepreneur Vial a fait d’après les ordres des administrateurs de église Saint-Paul de Lyon le 21 brumaire An 2 (11 novembre 1793). Lors de la vente des biens du clergé et de la récupération des églises paroissiales, comme ce fut le cas de l’église Saint-Paul de Lyon qui devint un dépôt de salpêtre, certaines églises furent désaffectées. Dans ce compte, non seulement le sieur Vial est payé pour faire disparaître tous les éléments religieux et politiques (évangélistes, armoiries), mais surtout pour récupérer tous les éléments métalliques conservés dans l’église. Ce démontage est fait de manière méticuleuse et méthodique. Toutes les balustrades sont démontées, mais également certaines portes en métal, les cloches, etc. Ils sont ensuite d’abord stockés dans la sacristie en fonction du type de métal avant d’être transférés ensuite dans les différents dépôts de la ville. Cela a nécessité vingt jours et dix hommes avec à leur tête l’entrepreneur Vial. Les outils utilisés ainsi que les conditions du transport sont énumérés, avec leurs prix. (Hervé Chopin)

Original : Archives municipales de Lyon, 475 WP 9. Edition dans H. Chopin, La collégiale Saint-Paul de Lyon, mémoire de maîtrise d’archéologie sous la direction de J.-Fr. Reynaud, université Lumière-Lyon 2, 2000, t. II, p.94-95.

 

Texte

« A Ville affranchie le 21 brumaire l’an 2, la République française une, indivisible et démocratique.

Comptes et ouvrages que Vial a fait d’après les ordres des administrateurs de districts de la campagne, donner par réquisition du citoyen Guitel, administrateur.

Avoir mis bas la grande balustrade qui faisait le pourtour du cœur, ladite balustrade plombée dans le marbre, avoir enlevé tous les ornements en cuivre attenant à ladite balustrade ;
Plus, dans ledit cœur avoir déplacé les rideaux, tringles et pittons placés contre la voûte au nombre de cinq vitreaux ;
Plus, avoir démoli les quatre Evangélistes placés dans le dôme dudit cœur ;
Plus avoir enlevé des bandes de fer qui estoient sur la corniche en plâtre de la nef de l’église ;
Plus avoir mis bas la balustrade de la chapelle nommée les 3 roys, lesdites balustrades plombées dans la pierre et dans les pilliers ;
Plus avoir mis bas la balustrade de la chapelle de Saint Joseph ;
Plus la balustrade de la chapelle de Notre Dame de Grasse ;
Plus la balustrade de la chapelle Saint Paul ;
Plus la balustrade de la chapelle du ci devant évêque ;
Plus la balustrade de la chapelle des frères Tailleurs, la dite composée de grandes portes, deux dormants, une autre façade donnant sur un des bas côtés de ladite église, le tout plombé dans […] ;
Plus dans la chapelle de la Trinité, avoir mis bas une grande barrière composée de deux grandes portes, deux dormants et un chapiteau portant son couronnement ;
Plus la balustrade de la chapelle Saint Jean ;
Plus la balustrade de la chapelle de Notre Dame des Sept Dons ;
Plus la balustrade de la chapelle de Saint Jacques, dans ladite avoir mis bas un Christ qui étoit adapté au tabernacle par 2 barres en fer, serré par des écroux ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle Sainte Magdelaine ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle de Notre Dame ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle de l’Enfant Jésus ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle de Saint Michel ;
Plus avoir mis bas la balustrade des fonds baptismeaux ;
Plus mis bas deux grandes figures de pierre représentant saint Paul et saint Sacerdoce placés dans la chapelle de Notre Dame, avoir mis bas trois autres grandes figures, avoir mutilé plusieurs armoiries, et avoir enlevé la table de marbre sur laquelle étoient une inscription ;
Plus avoir mutilé et enlevé les armoiries et inscriptions qui se sont trouvés dans les autres chapelles ;
Plus avoir fait un échaffaud soutenu par des moufles pour enlever une grande table en marbre sur laquelle étoit une inscription, plus dans la partie touchant la voûte en ladite église, avoir démoly une grande armoirie qui y étoit placée ;
Avoir enlevé tous les ornements en cuivre qui étoient placés au portour du maître autel, lesdits ornements plombés dans le marbre ;
Plus avoir transporté toutes lesdites ferrures dans la sacristie près le cloître et tout le cuivre et le plomb dans la grande sacristie ;
Plus avoir descendu la cloche et avoir disposé les équipages en trois reprises pour arriver au trou de la voûte, avoir déferré ladite cloche et enlevé tous les fers qui étoient après le befroi, les avoir descendu et fermé dans la sacristie ;
Plus avoir démonté la cloche appelée Timbre et avoir démonté tous les ressorts qui la faisoient mouvoir ;
Plus avoir mutilé et enlevé toutes les armoiries et croix qui étoient placé sur le dôme et sur la façade extérieure de l’église ;
Plus avoir occupé dix ouvriers l’espace de 20 jours, ouvriers pour lesdits traveaux et pour charger et décharger les voitures à raison de 4 livres tournois par jour font                                                                                                                                   700      800 l t
Plus pour l’entrepreneur, 20 journées                                                          100      100 l t
Plus pour les équipages consistant en veyrins, moufles, échelles d’engin, échelles ordinaires, cordages, cage, cry, pressons, marteaux, cizeaux et autres outils nécessaires                                                                                                   120      160 l t
1060 l t
Pour transport de toutes les ferrures cuivres et plombs depuis Saint Paul jusqu’à l’entrepôt de l’évêché, deux journées d’une voiture à 2 cheveaux                32 l t    40 l t
Plus pour le transport de la cloche jusqu’à la caserne, ladite cloche portée sur une voiture appelée crapeau, trainée par cinq cheveaux                                     12        20 l t
964 l t 60 l t »

 

Thèmes évoqués :
– Transport des matériaux récupérés
– Fer
– Cuivre
– Plomb
– Coûts de la récupération
– Modalités de la récupération
– Démontage
– Stockage
– Tri
– Prix du matériau d’occasion
– Outillage

 

 

 

 

Extrait de la correspondance entre Georges Rohault de Fleury et l’Abbé Cyprien Perrossier (Valence, 1900).

Valence, 1900

En 1900, l’architecte et historien de l’art Georges Rohault de Fleury (1835-1905) travaille à un ouvrage destiné à réunir des planches et de brèves notices sur tous les couvents dominicains de France, la Gallia dominicana (paru en 1903). Pour rassembler la documentation archivistique et surtout iconographique nécessaire à son projet, Georges Rohault de Fleury correspond depuis son hôtel parisien avec des gens sur place (ecclésiastiques, architectes, érudits membres de sociétés savantes, etc.). Toute cette documentation préparatoire est aujourd’hui conservée à Rome, dans les archives générales de l’ordre des Frères prêcheurs (couvent de Sainte-Sabine).

Dans le dossier sur le couvent de Valence, se trouve une lettre datée du 29 octobre 1900 envoyée par l’Abbé Cyprien Perrossier, archiviste diocésain de Valence. Cette lettre accompagnait un estampage du seul fragment conservé de la pierre tombale du maître général de l’ordre des Frères prêcheurs Humbert de Romans, mort en 1277. Georges Rohault de Fleury publie une reproduction du fragment dans son ouvrage (ci-dessous).

Humbert de Romans avait été inhumé devant l’autel majeur de l’église du couvent de Valence. Le couvent médiéval fut intégralement reconstruit au XVIIe siècle, puis l’église fut détruite deux siècles plus tard. La lettre de l’Abbé Perrossier témoigne du remploi de la plate-tombe du XIIIe siècle comme vulgaire matériau de construction, peut-être dès le XVIIe siècle dans l’église, et comme élément de pavement dans une cour de maison lors de la destruction de l’église au XIXe siècle. (Haude Morvan)

Rome, Archivio Generale dell’Ordine dei Predicatori, XIV.112.

Le texte est édité dans H. Morvan, « Sous les pas des frères ». Les sépultures de papes et de cardinaux chez les Mendiants au XIIIe siècle (à paraître en 2021 aux éditions de l’Ecole française de Rome, collection Befar)

 

Texte :
« Ce précieux fragment a été découvert, il y a environ quinze ans, dans une maison de Valence (rue du Pont-du-Gât) où il servait de pavé à la cour intérieure. Il me fut signalé par un jeune professeur du Petit-Séminaire qui était de la ville, et qui connaissait la maîtresse de la maison, une veuve, dont le mari était entrepreneur de maçonnerie. Celui-ci avait sans doute trouvé cette dalle dans un lot de matériaux provenant de démolitions, comme il lui arrivait souvent d’en acheter. Sa veuve n’a pas su me dire s’il avait trouvé la dalle entière et si c’était lui-même qui l’avait mise en pièces. […] Elle est d’une pierre assez épaisse et d’un grain assez fin de couleur jaunâtre que je crois être de l’Échaillon (près de Grenoble). […] Le tombeau se trouvait dans le chœur de l’église, laquelle est complètement détruite ; elle était dans le clos de l’arsenal actuel, établi dans les bâtiments de l’ancien monastère, à la Basse-Ville. Il en reste peu de choses. […] Ajoutons que l’intérieur des lettres de l’épitaphe était peint en noir, et encore maintenant dans certaines parties, il est rempli d’une sorte de mastic qui en a rendu la reproduction moins nette. »

 

Thèmes évoqués :
– Remploi médiéval (au XIXe siècle)
– Pierre
– Origine du remploi
– Modalité de récupération