La toiture de la tour récupérée pour le four au château de Billiat (1354-1355)

Billiat, 1354-1355

Le château de Billiat, remontant pour partie au XIIIe siècle, fut rasé entre 1603 et 1610. Le compte dont sont extraits les deux passage donnés ici a été dressé par le châtelain Guy de La Ravoire, le jeune, représentant du comte de Savoie dans la châtellenie de Savoie pour la période comprise entre le 25 mars 1354 et le 31 janvier 1355. Le texte évoque la réfection de la toiture de la tour du château rendue nécessaire après que le vent ait détruit la couverture en place. Le non réemploi des pièces de la toiture tombée est justifié par le mauvais état de ces dernières, jugées « quasiment sans valeur » – mais non « totalement ». Les clous métalliques (clavins) employés pour la fixation des tuiles de bois furent néanmoins récupérés pour servir à la couverture du four du château, lui aussi endommagé par le vent. Le second extrait donné évoque les travaux de couverture dudit four qui occupèrent cinq charpentiers pendant près d’une journée . Le compte permet de constater qu’outre les clavins, les bardeaux tombés du toit de la tour furent également employés sur le four. La réutilisation de ces éléments nécessita l’intervention de trois hommes pendant une journée pour déclouer les bardeaux et redresser les clous. Notons que les journées de ces « hommes » furent rémunérées deux fois moins cher que celles des charpentiers mais que leur intervention représente quand même 23 % du coût total de l’opération. (Philippe Bernardi)

Archives départementales de la Côte d’Or, B 7067 (deuxième compte)

Edition et traduction tirés de Paul Cattin, Billiat et sa région (Ain) au XIVe siècle d’après les comptes de la châtellenie, Cahiers René de Lucinge, 4e série, N° 32, 1997, p. 278 et 281-282.

Opera castri

In emptione quater viginti duodenarum grossarum latarum de muyssone emptarum a diversis personis et diversis temporinus, qualibet duodena precio quindecim denariorum gebennensium pro domicilio turris castri domini de Billiaco in tecto de novo omnino domificando quod tectum propter impetum venti ad terram omnino ceciderat et fusta ejusdem tecti putrefactum et vetus erat et quasi nullius valoris ita quod de ipsa fusta in reffectione dicti tecti nec etiam de clavino nil potuit implicari sed de ipsa et clavino veteri in eodem existentibus feci reparari et recoperiri supra furnum dicti castri.

[…]

In stipendis quinque carpentariorum furnum domini de Billiaco decopertum propter impetum venti quasi per unam diem de scindulis et clavino veteribus que et qui ceciderant de turri recoperientium et domificantium capiente quolibet inclusis expensis duos solidos gebennenses inclusis III s. gebennensibus datis in stipendiis trium hominum quasi per unam diem dicta scindula vetera declavantium clavinum dirigentium et ad predicta se juvantium – XIII s. geb.

Proposition de traduction :

Travaux au château

Pour l’achat de 80 douzaines de grosses lattes achetées à diverses personnes et en divers temps, à 15 deniers de Genève la douzaine, pour le bâtiment de la tour du château du seigneur de Billiat, pour construire à neuf le toit qui à cause de la violence du vent était tout entier tombé à terre et dont le bois était pourri et vieux et de presque aucune valeur, en sorte que pour la réfection du dit toit, il ne put rien employer de ce bois, ni même du clavin. Mais du vieux clavin qui se trouvait dans ce toit, il fit réparer et recouvrir le four du dit château.

[…]

Pour les gages de 5 journées de charpentiers pour recouvrir et rebâtir le four du seigneur, de Billiat, découvert à cause de l’impétuosité du vent, avec les vieux bardeaux et clavins qui étaient tombés de la tour, à 2 s. de Genève la journée, y compris les dépenses. Y compris 3 sous de Genève donnés pour les gages de 3 journées d’hommes pour « déclaviner » les dits vieux bardeaux, redresser les clavins et aider à ces travaux – 13 sous de Genève.

Thèmes abordés :
– Bois
– Clous
– Changement de destination
– Préparation des matériaux récupérés
– Valeur des matériaux de seconde main
– Coût de la récupération
– Château

Les décombres comme mode de paiement de travaux à Codognan (III) (1686)

Codognan (Gard), 1686

Suite à la révocation de l’édit de Nantes (16 octobre 1685) et dans la perspective de soutenir le culte catholique dans une région protestante telle que le diocèse de Nîmes, le roi de France lance en 1686 une grande campagne de reconstruction ou d’agrandissement des églises de ce diocèse. Pour ce faire, de nombreux prix-faits de construction sont donnés aux enchères dans le courant de l’année 1686, d’après des plans et devis établis par l’architecte carcassonnais Guillaume Cailhau. Dans ces contrats, la question de la récupération des matériaux intervient soit du fait de la démolition partielle du bâtiment préexistant soit à travers référence aux décombres du temple protestant local. Les travaux de l’église paroissiale de Codognan[1] furent, comme ceux de l’église de Vergèze, confiés à Jean Cassefiere, fils de Guillaume, maçon habitant de Vergèze, le 1er avril 1686. Dans le prix-fait passé ce jour, le maçon, chargé de réaliser les travaux en fournissant « toutz les materiaux a ce necessaires comme pierre de taille, moilon, chaux et sable, bois, fer, vitres et toutte sorte de charrois et manœuvres » peut disposer des « démolitions » de l’église, c’est-à-dire des matériaux des parties qu’il sera amené à détruire. Mais alors que ces « démolitions » sont simplement mentionnées, sans que leur valeur soit estimée, et que leur cession apparaît relever d’une pratique courante, les matériaux issus de l’ancien temple protestant subissent un traitement particulier. La rapide mention qui en est faite montre tout d’abord que bois et tuiles ont été rapidement vendus – sans doute par les consuls de la communauté comme le précise le prix-fait de Vergèze. Ne demeurent sur place qu’une partie des décombres (la pierre ?) qui est alors cédée à l’entrepreneur Cassefiere. Notons que l’ensemble avait fait l’objet d’une évaluation par l’architecte Cailhau, sans doute au moment où celui-ci s’était rendu à Codognan pour préparer son devis de rénovation de l’église paroissiale. Dès le projet, les autorités ont prévu de tirer parti de la destruction du temple protestant dont la dépouille permet de « compenser » une partie de la dépense. Dans le cas présent, le versement d’un sixième du prix total, fait au moment de la signature du contrat, doit se monter à 250 livres payées pour partie (170 livres) en argent comptant et pour partie avec ladite dépouille (80 livres), soit en matériaux, soit sans doute en argent pour ce qui a été déjà vendu. La dépouille du temple protestant représente avec ces 80 livres, un peu plus de 5% des 1500 livres pour lesquelles les travaux ont été adjugés à Cassefiere.

Archives départementales du Gard, 2 E 36-545, fol. 464

Davantage induira et blanchira touttes les murailles du dedans de lad. eglise et crespira aussy icelles par le dehors faira aussy un petit clocher pour placer une cloche sur une des murailles de lad. eglise de pierre de taille avec une croix au dessus a l’endroit qui luy sera marqué finalement l’entrepreneur et les demolitions luy apartiendront tout lequel ouvrage led. Cassefiere entrepreneur a promis faire conformement aux articles cy dessus pour et moyenant le prix et somme de quinze cent livres et d’avoir entierement achevé icelluy dans dix mois prochains a peine de toutz despens dommages et intheréz payable la somme sçavoir presentement la sixieme partie qui est deux cent cinquante livres Sçavoir en compensation pour les materiaux provenus de la demolition du temple dud. lieu <tant ceux quy ont resté sur ces lieux que ceux quy ont esté vendus ou dispersés comme bois et tuilles> que led. entrepreneur a promis et promet de prendre pour employer aud. bastiment la somme de quatre vingt livres a laquelle lesd. materiaux ont esté estimés par led.sieur Calhaud et en argent comptant cent septante livres.

Thèmes abordés :
– Récupération
– Bois
– Tuile
– Eglise
– Matériaux de récupération comme moyens de paiement
– Valeur des matériaux récupérés
– Tri
– Revente sélective

[1] Codognan (Gard, ar. Nîmes, can. Vauvert)

Consignes données pour la remise en œuvre des matériaux issus de la démolition de divers bâtiments lors de la construction de la nouvelle église et de la maison curiale de Briançon, le 21 février 1703.

Briançon, 1703

Extrait du devis de l’église paroissiale de Briançon (actuelle collégiale Notre-Dame-et-Saint-Nicolas), de la maison curiale et du pavage des rues de la ville, dressé le 21 février 1703 par Isaac Robelin[1], ingénieur du roi. L’église paroissiale de Briançon ayant été volontairement démolie pour ne pas nuire à la défense de la ville, à la fin du XVIIe siècle ; la construction d’un nouveau bâtiment est projetée à l’abri de l’enceinte aménagée par Vauban. Nous ne donnons ici qu’un extrait du devis qui fut confié à l’entrepreneur Pierre Renckens, connu pour avoir également été entrepreneur général des fortifications de Mont-Dauphin en 1693. Les deux premiers articles de ce devis concernent tout particulièrement la récupération et la remise en œuvre des matériaux issus de la démolition des bâtiments se trouvant sur l’emplacement prévue pour la nouvelle église ainsi que ceux issus du démontage de l’ancien lieu de culte. Le texte distingue ainsi (article 1er) les « meilleurs matériaux », mis à part et destinés à être réutilisé, et les « décombres et immondices » qui, eux, doivent être portés hors de la ville et servir de remblais pour le glacis des fortifications. L’entrepreneur doit nettoyer la place et garder « à son profit » les matériaux récupérés dont la valeur totale, estimée à 2000 livres, sera défalquée du prix des travaux.

C’est, en effet, l’ensemble des matériaux (bois de charpente, ardoises des couvertures, fers et plombs, moellons et pierres de taille) qui seront récupérés par l’entrepreneur, ce dernier ne pouvant cependant remettre en œuvre sur place que les matériaux de qualité. Pour chacun des matériaux envisagés des critères de choix sont alors énoncés conduisant à des remplois sélectifs en fonction de la qualité estimée et au rejet des matériaux jugés « inutiles et pernicieux ». Loin de s’en tenir à des prescriptions vagues ou générales, le document décrit avec précision les modalités de sélection des matériaux (article 2e). Les bois seront ainsi choisis en fonction de leurs dimensions mais aussi « de bois sain, sans fausse mortaise ou fausse entaille ». Les ardoises de couverture seront, elles, sélectionnées en fonction de leur taille, l’entrepreneur veillant à les retailler d’équerre en cas « d’écornures ». Les pierres de taille devront « souffrir l’épreuve du gros marteaux » et leurs parements seront « reblanchis a la boucharde ». Mais celles qui « sonneront le pot ou le pourry » seront brisées « en gros morceaux pour servir de moellons ». Quant aux gravats employés comme sable par « la plupart des particuliers, par abus et par avarice », on n’en conservera que les meilleurs, bien tamisés, pour servir de remblai sous les pavements. (Philippe Bernardi)

Archives municipales de Briançon, DD 105

Texte :

L’an mil sept cents trois et le vingtunieme jour du mois de fevrier deux heures de relevée en l’hotel de monsieur Bouchu[2] conseiller d’estat intendant de Dauphiné et des armees de sa majesté en Italie, nous Jean Guy Basset[3], premier presidant au bureau des finances de laditte province commis par le roy pour l’execution de ses ordres en l’absance de monsieur Bouchu, sçavoir faisons qu’en suitte de l’arrest du conseil du 9e mars 1700 estant necessaire de passer un bail pour la construction de l’eglise parroissialle de Briançon prebitere ou maison curiale d’un canal pour l’ecoulement des eaux et pour faire le pavé des rues de lad. ville, les plans profils et devis en auroient esté dresses par le sieur Dampierre[4] ingenieur ordinaire du roy en consequence de quoy mondit sieur Bouchu auroit ordonné le premier octobre mil sept cents deux que lesd. ouvrages seroient publiés et l’adjudication passée a sondit hotel par le sieur Marcelier[5] avocat en parlement qu’il auroit commis et subdelegué a cet effect le premier de 9bre suivant lesquels ouvrages ayant été publies tant aud. Briançon qu’en la presante ville suivant les certifficats de publication des 6, 11, 13 et 22 dudit mois d’octobre avec declaration que lad. adjudication seroit faite desd. ouvrages led. jour premier novambre pardevant led. sieur Marcelier auquel jour ledit sieur Marcelier ayant de nouveau fait proclamer lesd. ouvrages au devant dudit hotel par De Bourges crieur juré dud. Grenoble et plusieurs personnes y estant entrées elles auroient fait des offres au rabais lesquelles ne s’estant pas treuvees asses avantageuses apres plusieurs chandelles eteintes l’une apres l’autre led. sieur Marcelier auroit renvoyé laditte adjudication au dixième janvier dernier depuis lequel temps ayant été jugé a propos de faire dresser par le sieur Robelin ingenieur du Roy a Briancon des nouveaux devis plans et profils desd. ouvrages il y auroit satisfait duquel devis la teneur s’ensuit :

Devis et conditions que seront obliges de suivre ceux qui se rendront entrepreneur pour la construction de l’eglise parroissialle et maison curiale, du canal en pierre de taille pour le cours des eaux et du pavé dans les rues ordonné de faire a Briançon le tout conformement aux desseins des plans, et elevations de coupes et profils et suivant les mesures qui en seront données lesquelles ils suivront et observeront exactement sans en rien augmenter ny diminuer de tout l’ouvrage que par ordre de monsieur l’Intendant ou de l’ingenieur qui en aura la conduite

Ier

La demolition des bastiments qui seront indiques pour former la place de l’eglise et maison curiale sera faicte de fond en comble et les meilleurs materiaux seront mis a part pour estre employés dans la construction de l’eglise, en cas qu’ils soient treuvez de bonne qualité. Tous les decombres et immondices seront transportees dehors des portes de la ville au pied des glacis aux endroits qui seront marques par l’ingenieur de la place lesd. demolitions et netoyements de la place seront faits aux dépans des entrepreneurs, moyenant quoy ils auront a leur profit les materiaux qui en proviendront comme aussy ceux de l’ancienne eglise et il leur sera precompté sur le prix de leur rabais la somme de deux mil livres a laquelle a été extimée la valeur des debris desd. maisons

2

Materiaux de demolition

Tous les materiaux provenant de demolitions des maisons et autres bastiments pour la place de l’eglise et maison curiale comme bois de charpente, ardoises des couvertures, les fers et plombs gros et menus qui tiennent a un clou, les pierres de moilons et pierres de taille tant des maisons a demolir que celles que l’on a enserréés[6] des debris de l’ancienne parroisse generalement tous lesd. materiaux et autres seront au proffit des entrepreneurs et aux usages qu’ils voudront les employer ailleurs a leur gré mais dans la construction de l’eglise et maison curiale on n’y employera que les materiaux qui seront reconnus de bonne qualité et des conditions dites cy apres scavoir les bois de charpente comme chevrons, pennes et arbalestiers et autres pièces qui se treuveront des longueurs et grosseurs et de bois sein sans fausse mortoise ou fausse entaille, les entrepreneurs pourront les faire employer dans la construction de la charpente pour la maison curiale les ardoises entieres comme celles qui seront ecornéés en les faisant recouper a l’équairre sur leur hauteur pour en oster l’écornure moyenant que l’ardoise ait encore six pouces en largeur et non au dessous pourront être employéés a la couverture de la maison curiale en premier lieu et s’il se treuvoit des ardoises au dela que lad. couverture en peu contenir l’on fera choix des meilleures pour être employéés a la couverture en apentis au dessus des chambres des sacresties et il n’en sera employée pas une autre a la couverture du grand comble de l’eglise et clocher des tours que celles qui proviendront des carrieres dites cy apres articles 25 et 26

Les gros quartiers de pierre dure faisant forme de libage pourront etre employes dans les fondations pour premiere assise des murs sur toutes les longueurs et epaisseurs a bein de mortier et non autrement, et les pierres dit moilons, generalement tous les gros moilons de pierre dure pourront estre employes dans l’interieur de la maçonnerie et non en parement des plus gros murs en fondation, les moilons faisant parement devront etre de pierres vives nouvellement tirées des carrieres aux environs de Briançon afin que y entrant de pierres neuves en partie la maçonnerie se treuve en estat de faire une meilleure liaison.

Les pierres de taille tant celles qui se treuveront dans les bastiments que celles de l’ancienne parroise generalement toutes qui pourront souffrir l’epreuve du gros marteaux et les parements reblanchis a la boucharde pourront etre employées aux endroits convenables pour la construction de l’eglise et maison curiale moyenant que lesd. pierres de taille ayent les longueurs les lits joints et auteurs qu’il est dit cy apres aux articles ou il est fait mention de la pierre de taille ; les pierres de taille qui n’auront peu soufrir l’epreuve du marteau ou se rompant ou se fendant par des delits de même celles qui sonneront le pot ou le pourry seront achevées de rompre en gros morceaux pour servir de moilons si la pierre est dure dans le millieu des gros murs en fondation et non autrement.

Les vieux mortiers, les platras et les roquilles jusques a la grosseur du poing seront rejettees comme materiaux inutiles et pernicieux et seront transportes avec tous les decombres hors de la ville comme il a ête dit cy dessus

Il ne sera pas non plus permis aux entrepreneurs d’employer pour la construction de l’eglise et maison curiale le sable que l’on tire ordinairement des demolitions de murs comme tres dangereux en fait de bastiment cependant passé en usage pour la plus par des particuliers par abus et par avarice mais le sable qui sera reconnu d’asses bonne qualité et passé a la fine claye pourra être employé pour servir de plate forme au pave en pierre de taille ou pave ordinaire tant celuy de l’eglise que celuy que l’on doit faire dans les rues de la ville estant tres bon pour ces usages

Les entrepreneurs ne pourront entreposer les materiaux de demolition et autres qu’aux endroits indiques par l’ingenieur de la place pour ce qui regarde la fortification et par messieurs de ville pour ce qui regarde les dedans de la ville de plus il ne sera pas permis aux entrepreneurs de fonder en partie pour l’employ de leurs materiaux s’ils ne sont pas en état de continuer tout le circuit de l’église immediatement apres au mesme niveau de trois en trois pieds de hauteur il en soit fait de même pour la maison curiale

Au surplus il sera permis aux entrepreneurs de faire de breches dans le parapet des bastions 18 et dresser un pont pour le transport et passage de leurs materiaux aux conditions de reparer bien les breches immediatement apres leur ouvrages fait.

[…]

Thèmes abordés :
– Récupération
– Tri
– Modalités de sélection
– Stockage
– Traitement des matériaux récupérés
– Remplois sélectifs
– Répartition des matériaux neufs et vieux
– Valeur des matériaux récupérés
– Bois
– Pierre
– Plâtras
– Gravats
– Métaux
– Ardoises de couverture
– Sable
– Mortier

[1] Isaac Robelin (1660-1728), ingénieur du roi formé par Vauban, fils de l’ingénieur militaire Isaac Robelin (1631-1709), également collaborateur de Vauban.

[2] Étienne-Jean Bouchu (23 septembre 1655-27 octobre 1715), marquis de Sancergue et de Lessart, baron de Loisy et de Pont-de-Vesle, intendant du Dauphiné de 1686 à 1705, intendant du Dauphiné et des armées d’Italie, conseiller d’État en 1702.

[3] Jean-Guy Basset (12 février 1635-10 mai 1724),pPremier président du bureau des finances de la généralité de Grenoble de 1691 à 1724, subdélégué général dans la généralité de Dauphiné, en l’absence de l’intendant Bouchu, par commission du roi de France du 14 janvier 1702. Voir Laurent Perrillat, Notes complémentaires au Dictionnaire des magistrats du sénat et de la chambre des comptes de Savoie (1559-1848), par L. Perrillat et C. Townley, Chambéry, 2018. 2019. halshs-02061599.

[4] Aucun renseignement n’a été trouvé sur ce personnage lors de la rapide recherche qui a été menée à partir des indications données par nos sources.

[5] François Marcelier, avocat au Parlement du Dauphiné chargé par Louis XIV de la rédaction des 35 volumes de l’Inventaire des titres de la chambre des comptes du Dauphiné, entre 1688 et 1706. François Marcellier, auteur de l’Inventaire général des titres qui sont dans les archives de la Chambre des comptes de Grenoble, réalisé sur ordre du roi du 19 juin 1688. Subdélégué de l’Intendant à Gap.

[6] Sans doute pour « enterrées ». Nous savons que ces pierres ont été enterrées par un texte de 1693 (Archives communales de Briançon, DD 104) dans lequel les consuls de la ville expliquent que « désirant d’obvier à la perte et dépérissement des pierres qui sont restées dudit démolissement tant de celles qui sont taillées que des brutes dont il en a esté enlevé une partie ladicte année précédente nous avons faict enterrer toutes les pierres taillées que nous avons encores trouvé existantes sur le sol de ladicte église dans un champ inférieur appartenant à la cure dudit Briançon ».

Traité de charpenterie (1890)

Paris, 1890

Dans la partie introductive consacrée aux « Définitions et notions générales » de son Traité de charpente en bois, Gustave Oslet (1852-1936), ingénieur des arts et manufactures qui deviendra, en 1896, professeur de dessin et chef d’atelier des travaux d’architecture à l’Ecole Centrale des Arts et Manufactures, propose (p. 13) une « Classification des ouvrages de charpenterie ». Parmi les cinq cas de figure qu’il évoque, il fait une place à part aux bois de récupération (« vieux bois »). Il évoque clairement la commercialisation de ceux-ci, faisant état de différences de prix suivant que le charpentier a eu ou non à y tailler des assemblages. En revanche, les opérations de transformation consistant à scier la pièce récupérée sont, selon lui, à distinguer du prix d’achat de la pièce et payées à part. (Philippe Bernardi)

Gustave Oslet, Traité de charpente en bois. Encyclopédie théorique et pratique des connaissances civiles et militaires. Partie civile. Cours de construction, publié sous la direction de G. Oslet. IVe partie, Paris, H. Chairgrasse fils, 1890, p. 13.

Texte

VII. Classification des ouvrages de charpenterie.

  1. Les ouvrages de charpente sont classés, selon leurs dimensions et leurs qualités :

En bois ordinaire, jusqu’à 30 centimètres d’équarrissage sur 9 mètres de longueur, ou de qualité, s’ils dépassent l’un de ces dimensions.

Bois sans assemblage ou avec assemblage ;

Bois entiers ou de sciage, c’est-à-dire carrés, ou provenant de bois carrés refendus à la scie. Dans ce dernier cas, le bois est classé selon sa plus grande dimension et on distingue s’il est à un ou à deux traits de scie ;

Bois bruts ou refaits, c’est-à-dire grossièrement équarris, tels que le commerce les livre, ou à vive arête et blanchis à la bizaiguë ou au rabot, sans tenir compte alors du sciage.

Vieux bois. Les vieux bois, remis en œuvre, sont payés à des prix différents selon qu’ils sont avec ou sans assemblage et le sciage se compte à part lorsqu’il y a lieu.

Thèmes évoqués
– Bois
– Commercialisation
– Transformation
– Qualité

Toisé des ouvrages faits à la collégiale Saint-Paul de Lyon (1779)

Lyon, 1779

Dans le cadre des travaux concernant l’agrandissement de l’abside et la «baroquisation» de l’église collégiale Saint-Paul de Lyon, dans les années 1779-1784, le maître-maçon Meunier intervient. Il a récupéré une grande quantité de vieux tufs qu’il utilise pour voûter la nouvelle construction. Il ne précise pas l’origine de ces pierres, mais l’ensemble est facturé 60 livres au chapitre. (Hervé Chopin)

Références :
Archives départ. du Rhône et de la métropole de Lyon, 13G323, pièce n°9 : « toisé des ouvrages que Meunier, maître maçon à Lyon, a fait et fourni la réparation de l’église de Saint-Paul, indépendamment des murs du couvert du chœur ». Inédit.
Chopin (H.), Collégiale Saint-Paul de Lyon (Rhône). Etude des archives relatives à l’église, CERIAH-MH, 2000, p. 49.

Texte
« un millier de vieux tufs employé tant à ladite voûte qu’aux pilastres des piliers, 60 livres ».

Mots-clés :
Collégiale–tuf–destination–voûte-abside-prix-qualité

Extrait du traité d’agronomie Le théâtre d’agriculture et mesnage des champs d’Olivier de Serres, publié en 1600

Le Pradel, 1600

Extrait du traité d’agronomie Le théâtre d’agriculture et mesnage des champs écrit par Olivier de Serres et dans lequel ce dernier livre, entre autres, la recette d’un ciment de fontainier utilisant des « tuiles vieilles ».

Olivier de Serres, Le théâtre d’agriculture et mesnage des champs, [1600], rééd. Arles, Actes Sud, 1996, p. 1085.

Texte
Et à ce que nostre père-de-famille ne se mette en peine d’envoyer loin cercher des cimens pour sa fontaine (selon que la farfanterie des fontainiers en tienne chères les receptes, ne les donnans que rarement, et encores sous promesse de ne les publier), je lui monstrerai le moyen de faire composer en sa présence, les deux cimens susdicts. Pour le ciment chaud, est requis bolus, caillou de rivière, verre, escume de fer des mareschaux, autant de l’un que de l’autre, tuilles vieux, ou à leur défaut des nouveaux, en telle quantité, seul, que de toutes les choses susdictes ensemble : tout cela sera mis en poudre subtile, sassée à travers d’un bluteau, et meslé ensemble. Puis de poix-rexine, sera mise fondre, le double du poids des choses sus-dictes, dans un pot de fer, sur feu de charbon, avec un peu d’huile, plutost de nois que d’autre, et de graisse quelle que soit ; et lors que cela bouillira, jetterés dedans les poudres susdictes petit à petit, en les meslant et remuant sans cesser, jusqu’à ce que verrés avec la spatule, cela filer comme térébentine, et s’endurcir promptement dans l’eau, y en ayant jetté une goutte pour essai. Lors osté du feu, sera le tout versé dans une terrine vernie, y ayant au fons un peu d’eau, pour engarder que la matière ne s’y attache, où soudainement s’affermira, comme métal, que garderés pour provision.

Thèmes évoqués :
– Tuileau
– Fer
– Ciment de fontainier
– Qualité du matériau de récupération
– Recyclage

Extraits des comptes de fabrique de la cathédrale de Rouen (1480)

Rouen, 1480

Extraits des comptes de fabrique de la cathédrale de Rouen qui mentionnent la récupération et la refonte de plomb provenant d’une « tourelle ou feulolle » de la tour lanterne de cette cathédrale en 1480. Les quantités récupérées ainsi que l’équivalent obtenu en « plomb pur » ou en « plomb neuf » sont évoquées, de même que l’opération de lavage des cendres du fourneau, destinée à en récupérer le plomb perdu lors de ces fontes et refontes. (Maxime L’Héritier)

Arch. dép. Seine-Maritime G 2510 fol. 55 r

Texte
55v
En la sepmaine commençant le IIIIe jour de septembre audit Legois et Pierre Pontiz plommiers pour leur paine d’avoir fait IICC XL l. de souldure, avoir fondu IIM VIIXX V l. de plonc (2145 l.) venu de la feulolle de la gresle tour, lequel plonc est venu a XIXCC LXXIII l. de plomc pur (1973 l.) et avoir espaille en partie ledit plomc. Et avoir vacque en ladite sepmaine chacun par quatre jours et demy au pris de V s. pour chacun jour et III s. IIII d. pour le demy jour pour ledit legois vallent et paie XXIII s. IIII d.
Audit Pontiz au pris de V s. pour chacun jour et III s. IIII d. pour le demy jour paie XXIII s. IIII d.

55v-56r
En la sepmaine commencant le XIe jour dudit mois ausdit Legois et Pontiz pour leur paine davoir assis et soulde deux pieces de plomc neuf sur les allees des chapelles de saincte coulombe et saint pierre. Lune pesante VIXX II l. et lautre pesante IIIIXX XVIII l. pour cause que le vieil plomc estoit casse en plusieurs lieux et tout plain de souldure. Et aussy avoir fondu le demourant du plomc vieil venu du pie de la feulolle lequel est venu en plomc neuf a VICC XXXIX l. Et de soudure CXVI l. Et avoir vacque en ladite sepmaine chacun par IIII jours et demy au pris de V s. pour chacun jour et III s. IIII d. pour le demy jour paie XXIII s. IIII d.

56r
Ledit Pontiz au pris de V s. pour chacun jour et III s. IIII d. pour le demy jour paie XXIII s. IIII d.
En la sepmaine commencant le XVIIIe jour dudit mois ausdit Legois et Pontiz pour leur paine d’avoir espaille les tables de plomc nouvellement fondues et avoir lave les cendres lesquelles estoient plaines de plomc affin de les mectre en ung saulmon lequel poise VIC XXX l. Et avoir vacque en ladite sepmaine c’est assavoir ledit Legois par deux jours et ledit Pontiz par IIII jours et demy au pris de V s. pour chacun jour pour ledit Legois paie X s.
Ledit Pontiz au pris de V s. pour chacun jour et III s. IIII d. pour le demy jour paie XXIII s. IIII d.

Thèmes évoqués :
– Plomb
– Prix des matériaux vieux et neufs
– Coût du recyclage
– Opérations de recyclage
– Cathédrale
– Vocabulaire et expressions
– Nature et qualité des matériaux
– Couverture

Acte de fondation de la collégiale de Sainte-Marie et saint Thomas Becket de Fourvière, à Lyon (1192)

Lyon, 1192

Jean Bellesmains, archevêque de Lyon (1182-1193), décide en 1192 d’ériger une chapelle qui avait été fondée quelques années précédemment par un ancien doyen du chapitre cathédral, en l’honneur de la Vierge et de Thomas Becket, son ami, canonisé vingt ans plus tôt. Il s’associe au doyen du chapitre Etienne de Saint-Amour dans cette fondation. En dehors des éléments purement institutionnels, comme toute fondation, celle-ci doit s’accompagner d’une dotation afin de veiller à la construction des bâtiments, mais aussi à l’organisation de la vie des chanoines. Parmi ces dotations, on fait référence aux vestiges antiques. Une répartition est faite entre le chapitre de la cathédrale et la nouvelle collégiale, dépendante. Ainsi, les chanoines du chapitre cathédral conservent le droit de récupérer sur les terres données les marbres et les choins, c’est-à-dire des blocs de calcaire froid, provenant de la carrière de Fay dans l’Ain, qui avaient été utilisés massivement dans la construction antique, la nouvelle collégiale de Fourvière devant se satisfaire des autres pierres. Ce sont les termes fodere et cavare qui nous indiquent qu’il s’agit de blocs anciens. (Hervé Chopin)

Source
Lyon, Archives départementales du Rhône et de la Métropole, 14 G 28 14 G 40 ; 10 G 527 ; 10 G 1595 (copie du xviiie siècle). Longin, Émile, Recherches sur Fourvière : fondation de l’église et de la chapelle Notre-Dame, suivie du Barbet ou recueil de chartes, Lyon : Brun, 1900, p. 83-87. Traduction tirée de Hervé Chopin, « Fondation du chapitre de Saint-Thomas de Fourvière (1192) », Lyon, entre Empire et Royaume (843-1601). Textes et documents. A. Charansonnet, J.-L. Gaulin, P. Mounier et S. Rau (dir.), Classiques Garnier, Paris, 2016 (Bibliothèque médiévale, n°14), p. 245-251.

 

Texte original

Johannes, Dei gratia prime lugdun. Ecclesie, sacerdos humilis et Stephanus ejusdem ecclesie decanus, cum universo capitulo, Dei fidelibus imperpetuum. Ea que in ecclesia Dei, ipso auctore, noviter plantatur, firmis oportet radicibusroborari, ne tractu temporis per oblivionem et incuriam aliquando possint metuere ruinam.

Ea propter,nos presenti scripto future posteritati notum facimus quod nos, in capitulo nostro communiter residentes, capellam de Forverio ab Oliverio bone memorie quondam decano, in fundo nostro, in honore beate Marie et sancti Thome Cantuarians. archiepiscopi et martiris inchoatam, sicut infranotatum est, deo inspirante, instituimus et dotavimus.

In primis concessimus eam fore ecclesiam conventualem, ita quod, ad cultum Dei et ad honorem beate Marie et novi martiris, novi creentur canonici, quibus preficiatur unus de cannicis nostris, et non alius, in capitulo nostro, communi consensu venerabilis pro tempore archiepiscopi et tocius capituli, concorditer electus […].

Donavimus tamen eis ipsum locum, in quo sita est ecclesia, liberum ab omni alia consuetudine, excepta ea que infra notata est, et domiterium, domum et cymiterium et vineas et ortos et campum, ita tamen quod nullum in campo fiat edificium, et quicquid primi capellani tenebant a Crota Rotonda usque ad vineam Vulgrimorum, et locum illum qui vulgo dicitur les Sales, ea tamen platea retenta in qua boves vendi consueverunt.

Dedimus etiam eis plateam in qua turris de Collia fuerat, retento tamen per omnia supradicta quod, si major et mater ecclesia fodere vel cavare voluit, marmorei lapides et illi qui vulgo ducuntur Chaon, proprii erunt ipsius majoris ecclesie; reliqui vero tam ipsius ecclesie, quam ecclesie Sancte Marie et Sancti Thome. Si autem ecclesia Sancte Marie et Sancti Thome fodit vel cavaverit, marmorei lapides et chaon majoris erunt ecclesie, reliqui autem proprii erunt ecclesie Sancte Marie et Sancti Thome.

 Factum est hoc anno ab incarnatione Domini M° C° XC° II°, anno a passione memorati martiris XX°, indictione X, epacta IIII, concurrente III, presidente Rome Celestino Papa III°, imperante Henrico Romanorum imperatore, regnante Philippo Francorum rege. Ut autem super hac nostra donacione nullus successure posteritati oriende dubietatis scrupulus relinquatur, immo firmum et inconcussum vigorem semper obtineat et tenorem, tam archiepiscopi quam ecclesie sigillo presentem cartam fecimus insigniri.

 

Traduction :

« Jean, par la grâce de Dieu, humble prêtre de l’église primatiale de Lyon, et Etienne, doyen de cette même Église, avec tout son chapitre, aux fidèles de Dieu pour l’éternité. Les plantes que l’on vient de planter dans l’Église de Dieu, et que lui-même fait pousser, il faut les renforcer grâce à des racines solides, pour éviter qu’avec le cours du temps, par oubli ou par incurie, elles n’aient à craindre la ruine.

C’est pourquoi, par le présent écrit, nous faisons savoir à la postérité à venir, que nous, siégeant en commun dans notre chapitre, avons institué et doté de la manière indiquée ci-dessous, sous l’inspiration de Dieu, la chapelle de Fourvière, fondée en l’honneur de sainte Marie et de saint Thomas de Canterbury, archevêque et martyr, sur nos possessions, par Olivier de bonne mémoire, autrefois doyen.

En premier lieu, nous avons concédé qu’elle sera une église conventuelle de sorte que, pour le culte de Dieu et en l’honneur de Sainte Marie et du nouveau martyr, de nouveaux chanoines soient créés, qui auront pour chef l’un de nos chanoines, et personne d’autre, choisi en chapitre avec le commun accord du vénérable archevêque siégeant alors et de l’ensemble du chapitre ; […].

Nous leur avons toutefois fait don du lieu même où se trouve l’église, le donnant libre de toute autre coutume, exception faite de celle qui est notée ci-dessous, ainsi que du dortoir, d’une maison et d’un cimetière, de vignes, de jardins et d’un champ, à condition toutefois qu’aucun édifice ne soit bâti dans ce champ ; et tout ce que tenaient les premiers chapelains, de la Grotte ronde[1] jusqu’à la vigne des Vulgrimes[2], ainsi que le lieu qui est appelé en langue vulgaire Les Sales, en conservant cependant la place où sont habituellement vendus les bœufs.

Nous leur avons donné aussi la place où se trouvait la tour de Colle[3], en conservant toutefois, concernant ce qui vient d’être énuméré, ceci : si la grande église mère veut creuser ou fouiller, les blocs de marbre et les pierres que l’on appelle choins en langue vulgaire seront propriété de celle-ci ; le reste en revanche appartiendra autant à cette même grande église qu’à l’église Sainte-Marie-et-Saint-Thomas. Cependant, si c’est l’église Sainte-Marie-et-Saint-Thomas qui fouille ou creuse, le marbre et le choin seront propriété de la grande église et les autres pierres le seront de l’église Sainte-Marie-et-Saint-Thomas.[…]

Ceci a été fait l’année de l’Incarnation du Seigneur 1192, la 20e année de la passion dudit martyr, dixième indiction, épacte 4, troisième concurrent, sous le gouvernement du pape Célestin III à Rome, sous le règne d’Henri empereur des Romains, et alors que Philippe était roi des Francs. Et pour que ne soit laissée à la postérité qui ne nous succèdera pas même la possibilité d’un commencement de doute ou de soupçon sur cette donation que nous faisons, et pour qu’au contraire elle conserve toujours une force et une teneur ferme et inébranlable, nous avons fait marquer la présente charte du sceau tant de l’archevêque que de l’Église. »

 

Thèmes évoqués :
– Nature et qualité des matériaux de récupération
– Propriété des matériaux récupérés
– Pierre
– Marbre
– Remplois antiques
– Modalités de récupération

 

[1] Grota rotonda, peut-être la grotte Bérelle, c’est-à-dire une citerne souterraine gallo-romaine, située sous l’esplanade du lycée Saint-Just à Lyon.

[2] Toponyme non identifié.

[3] Le lieu dénommé Croix de Colle (des décollés) est lié, d’après la tradition, aux martyres des saints Irénée, Alexandre et Epipoy et des 19000 chrétiens qui auraient été décapités sous l’empereur Anthonius Verus.