Extraits des Hauts faits des saints abbés (Gesta abbatum) du monastère de Fontenelle (rédigé entre 823-845)

Abbaye de Saint-Wandrille – anciennement abbaye de Fontenelle (rédigé entre 823-845)

Ce texte, qui concerne l’abbaye de Saint-Wandrille – anciennement abbaye de Fontenelle (Seine-Maritime). La chronique des abbés mentionne que la façade de la basilique (édifiée entre 732 et 743) a été construite à l’aide de « pierres taillées » provenant de l’enceinte antique de Lillebonne, édifiée par Jules César et distante d’une vingtaine de kilomètre.
(Stéphane Büttner, Christian Sapin)

Références
Chronique des abbés de Fontenelle (Saint-Wandrille), texte établi, traduit et commenté par frère Pascal Pradié, Paris, Les Belles Lettres, 1999

Texte
Sub huius denique tempore Ermharius, praepositus eius, aedificauit basilicam beatissimi archangeli Michaeli, licet modico, pulcherrimo tamen opere, allatis uidelicet petris politis de luliobona, castro quondam nobilissimo ac firmissimo, ad contruendos arcus seu frontispicium eiusdem templi. Haec namque ciuitas fertur aedificata fore a Gaio Iulio imperatore Romanorum ante aduentum Domini, dum Gallias uastando circuiret. Ipsum namque castrum Caletus antea uocabatur, quod destructum et in maiori eligantia reparratum, ex suo nomine luliobona uocare placuit.

Traduction
C’est aussi à l’époque de cet abbé, qu’Ermier, prieur de Teutsinde, construisit la basilique du bienheureux archange Michel, un ouvrage sans doute de proportions modestes, mais cependant un très bel ouvrage, avec des pierres taillées apportées du très célèbre et très puissant fortin de Lillebonne, pour édifier la façade de ce temple. On rapporte que cette cité fut édifiée par l’empereur des Romains Jules César avant la naissance du Seigneur, alors qu’il parcourait les Gaules en les dévastant. Or cette place, dénommée auparavant Caletus, étant détruite, il l’avait restaurée avec une grande élégance et décida de lui donner son nom et de l’appeler Iuliobona.

Mots-clés :
A. Type de bâtiment
– Église
– Abbatiale
B. Elément remployé ou récupéré
– Pierre de taille
C. Matériau et produit concerné
– Pierre
D. Notions documentées
– Démontage
– Destination
– Justification (admiration de l’Antique ?)
– Justification (opportunisme ?)
– Origine des remplois
– Récupération
– Remploi antique

Jérusalem, XIIe siècle Extrait de l’Histoire des croisades de Guillaume de Tyr (vers 1130 – 1186)

Jérusalem, XIIe siècle

Extrait de l’Histoire des croisades de Guillaume de Tyr (vers 1130 – 1186). Description de la construction du château d’Ibelin (Yavne) faite par Guillaume, clerc né à Jérusalem vers 1130, qui devint archevêque de Tyr en 1175 et mourut en 1184. La traduction française qui accompagne le texte latin date au plus tard des années 1245-1250 (cf. Bibliothèque nationale de France. Département des manuscrits. Français 9081 consultable sur https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10506571b/f379.image.).

Ce document évoque l’existence de plusieurs bâtiments ruinés comme sources d’une partie des matériaux employés dans la construction du château. La traduction française fait état de ce qui apparaît comme un dicton pour le XIIIe siècle « Chastel abatuz est demi refez ». (Philippe Bernardi)

Source :
Historia rerum in partibus transmarinis gestarum a tempore successorum Mahumetii usque ad anum domini MCLXXXIV edita a venerabili Willermo Tyrensi archiepiscopo
L’estoire de Eracles empereur et la conqueste de la Terre d’Outremer; C’est la translation de l’estoire de Guillaume arcevesque de Sur.

Edition : Recueil des historiens des croisades. Historiens occidentaux, Paris, Imprimerie royale, 1844-1895, 5 vol., t. I (1844), p. 696-697.

 

Liber XV

Capitulum XXIV

Rex et regni principes, ante Ascalonam[1] castrum fundant, cui nomen Ibelin[2]

Interea dominus rex Hierosolymorum Fuco, et alii regni principes, una cum domino patriarcha, et aliis ecclesiarum praelatis, volentes Ascalonitarum insolenter nimis desaevientium impetus refrenare ; et discurrendi per regionem nimiam aliquatenus artare licentiam constituunt de communi voto, in campestribus juxta urbem Ramulam[3], non longe a Lidda[4], quae est Diospolis, castrum aedificare. Erat autem in eadem regione collis aliquantulum editus, supra quem unam de urbibus Philistinorum, traditiones habent, fuisse constitutam, Geth[5] nomine, juxta illam aliam eorum civitatem, quae dicta est Azotum[6], ab Ascalona distant milliaribus decem, non lone ab ora maritima. Convenientes igitur unanimiter ex condicto, in praefato colle, firmissimo opere, jactis in altum fundamentis, aedificant praesidium, cum turribus quatuor, veteribus aedificiis, quorum multa adhuc supererant vestigia, lapidum ministrantibus copiam ; putei quoque vetusti temporis qui in ambitu urbis dirutae frequentes apparebant, aquarum abundantiam, tum ad operis necessitatem.

Livre XV

Chapitre XXIV

Comment li chastiax de Ibelin fu fermez

Bien avez oï dire meintes foiz comment li Turc grevoient les Crestiens toutes les foiz qu’il en avoient le pooir. Por ce, pristrent conseill li rois, li patriarches et li autre baron comment il leur porroient estrecier le bandon de corre par la terre. Il s’en alerent tuit ensemble à un acort è prez delez Rames, assez près d’une cité qui a non Lidde ; là empristrent à fermer un chastel, quar il i avoit un tertre qui estoit auques hauz. Là sist une des citez au Filistins que l’en clama Geth. N’estoit pas loing d’ilec cele qui a non Azore, près d’Escalonne, à dis milles, seur la marine. Ilec assemblerent tuit li baron, et orent grant planté d’ouvriers. Premierement giterent les fondemenz, après firent qatre tors ; pierres trouverent assez en cel leu des forteresses qui jadis i avoient esté [car, si comme l’en dist : Chastel abatuz est demi refez]. Puis i trouverent grant abondance d’eue.

 

Thèmes documentés :
– Pierre
– Dicton
– Origine des matériaux de remploi
– Château
– Opportunisme

 

[1] Ascalon, Ashkelon, actuellement en Israël.

[2] Yavne (Israël)

[3] Ramla, Ramleh (Israël)

[4] Lydda, Lod (Israël)

[5] Gath, Gat ou Geth (Israël)

[6] Ashdod (Israël)