Extraits des Hauts faits des saints abbés (Gesta abbatum) du monastère de Fontenelle (rédigé entre 823-845)

Abbaye de Saint-Wandrille – anciennement abbaye de Fontenelle (rédigé entre 823-845)

Ce texte, qui concerne l’abbaye de Saint-Wandrille – anciennement abbaye de Fontenelle (Seine-Maritime). La chronique des abbés mentionne que la façade de la basilique (édifiée entre 732 et 743) a été construite à l’aide de « pierres taillées » provenant de l’enceinte antique de Lillebonne, édifiée par Jules César et distante d’une vingtaine de kilomètre.
(Stéphane Büttner, Christian Sapin)

Références
Chronique des abbés de Fontenelle (Saint-Wandrille), texte établi, traduit et commenté par frère Pascal Pradié, Paris, Les Belles Lettres, 1999

Texte
Sub huius denique tempore Ermharius, praepositus eius, aedificauit basilicam beatissimi archangeli Michaeli, licet modico, pulcherrimo tamen opere, allatis uidelicet petris politis de luliobona, castro quondam nobilissimo ac firmissimo, ad contruendos arcus seu frontispicium eiusdem templi. Haec namque ciuitas fertur aedificata fore a Gaio Iulio imperatore Romanorum ante aduentum Domini, dum Gallias uastando circuiret. Ipsum namque castrum Caletus antea uocabatur, quod destructum et in maiori eligantia reparratum, ex suo nomine luliobona uocare placuit.

Traduction
C’est aussi à l’époque de cet abbé, qu’Ermier, prieur de Teutsinde, construisit la basilique du bienheureux archange Michel, un ouvrage sans doute de proportions modestes, mais cependant un très bel ouvrage, avec des pierres taillées apportées du très célèbre et très puissant fortin de Lillebonne, pour édifier la façade de ce temple. On rapporte que cette cité fut édifiée par l’empereur des Romains Jules César avant la naissance du Seigneur, alors qu’il parcourait les Gaules en les dévastant. Or cette place, dénommée auparavant Caletus, étant détruite, il l’avait restaurée avec une grande élégance et décida de lui donner son nom et de l’appeler Iuliobona.

Mots-clés :
A. Type de bâtiment
– Église
– Abbatiale
B. Elément remployé ou récupéré
– Pierre de taille
C. Matériau et produit concerné
– Pierre
D. Notions documentées
– Démontage
– Destination
– Justification (admiration de l’Antique ?)
– Justification (opportunisme ?)
– Origine des remplois
– Récupération
– Remploi antique

Extraits des Miracula sancti Germani écrit par Heiric d’Auxerre (vers 860-875)

Auxerre (vers 860-875)
Le texte évoque la construction de la crypte carolingienne de l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre qui débute dans les années 840. Pour répondre à la magnificence du lieu, et le matériau n’étant pas disponible dans la région, des moines entreprennent d’aller chercher une grande quantité de marbre dans des ruines du sud de la France (Arles, Marseille). Le premier extrait évoque seulement la nature du matériau sans en préciser la nature architecturale. Le second extrait évoque très clairement des colonnes. L’étude archéologique n’a pas permis de mettre en évidence l’utilisation de marbre dans les phases carolingienne de la crypte.
(Stéphane Büttner, Christian Sapin)

Références : J.-Ch. Picard 1990, « Les Miracula sancti Germani d’Heiric d’Auxerre et l’architecture des cryptes de Saint-Germain : le témoignage des textes », in Saint-Germain d’Auxerre – Intellectuels et artistes dans l’Europe carolingienne (IXe-XIe siècles), Auxerre, Abbaye Saint-Germain, p. 97-101 et 105-108.

Texte
Texte cité dans l’édition de la patrologie latine, 124, 1207-1270

Traduction
[Traduction de J.-Ch. Picard]
II, 92. Pour une construction si magnifiquement élaborée, il n’était pas d’ornement qu’ils ne mettent toute leur énergie à se procurer ; et parce qu’en notre région, on est loin de disposer d’une grande abondance de marbres, ils décidèrent d’aller en chercher dans des contrées lointaines. C’est pourquoi quelques frères affrontèrent par deux fois les difficultés d’une expédition dangereuse et, au prix d’un voyage plein de péril dans les énormes remous du Rhône, se rendirent à Arles et ensuite à Marseille, à l’autre bout de la Gaule (…). Aussi, après avoir déblayé les ruines des vieux édifices à l’entour, ils rassemblèrent, soit gratuitement, soit à prix d’argent, une très grande quantité de marbres précieux ; chargeant ce butin de choix sur des navires, ils conduisirent par deux fois un triomphe rendu mémorable par l’issue victorieuse d’entreprises audacieuses.
[…]
II, 95. C’est presqu’un miracle, à mon avis, ce qui s’est produit quand les marbres furent arrivés à destination : toutes les colonnes que l’on avait transportées s’adaptèrent par leur forme à l’ensemble des parties du monument ; elles s’accordaient sans discordance et, comme on dit, impeccablement, adaptant elles-mêmes leur propre contour au projet du modèle. Ce qui, entre autres choses, lors de leur mise en place, est apparu clairement comme une manifestation merveilleuse, j’estime qu’il faut le raconter. Une équipe de manœuvres robustes unissant leurs forces mettait en place sous un arc une de ces colonnes, d’une dimension non négligeable, déjà posée sur sa base. Ils y mettaient toutes leurs forces ; alors que déjà elle se tenait presque debout, la masse monstrueuse fut plus forte que ceux qui la poussaient et, échappant déjà à leurs mains, elle était conduite à la ruine par son propre poids. Tous s’étaient reculés par peur du danger, s’attendant, non sans un profond et douloureux regret à la chute du marbre qui allait bientôt éclater en morceaux. La présence de Dieu renversa la situation contre toute attente ; et ce que la main des hommes n’avait pas été capable de faire fut réalisé par l’intervention de la force divine, beaucoup mieux et beaucoup plus facilement ; si d’abord on la vit dans son élan se précipiter à terre, tout autant on vit ensuite sa masse regagner les hauteurs sans aide visible. Ainsi fixée en place, elle offre superbement un témoignage immobile d’un miracle perpétuel.

Mots-clés :
A. Type de bâtiment
– Église
– Abbatiale
B. Élément remployé ou récupéré
– Colonnes
C. Matériau et produit concerné
– Marbre
D. Notions documentées
– Démontage
– Destination
– Don ou cession
– Origine des remplois
– Récupération
– Remploi antique

 

Extraits des comptes du châtelain de Gardanne Jean de Ponthion (1474)

Gardanne, le 12 avril 1474

Compte du châtelain de Gardanne Jean de Ponthion. Extrait des recettes dans lequel il explique avoir vendu 5 charges (saumées) de plâtras pour 5 gros. (Philippe Bernardi)

Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 1663, fol. 85v.

Texte
Item plus a XII d’avril [1474] jou susdit pause avoir receu dudit Jehan de la Barre et pour de gipasses[1] vieulx que lui ay vendut que n’y a environ cinq sommades[2] desquelx n’en scavois que faire ne en quoy les esplectier. C’est assavoir cinq gros et pour ce  fl. – gr. V d.

Thèmes évoqués :
– Plâtras
– Origine des matériaux récupérés
– Commerce des matériaux récupérés
– Prix des matériaux récupérés
– Justification de la commercialisation
– Bâtiment agricole

[1] Plâtras.
[2] Unité de mesure de capacité valant cinq émines, soit 163,18 litres.

Extraits des comptes du châtelain de Gardanne (1457-1458)

Gardanne, le 21 décembre 1457-28 février 1458.

Extraits des comptes du châtelain de Gardanne évoquant : la démolition de bâtiments ou parties de bâtiments ainsi que le tri des pierres de ces derniers, mises de côté pour servir à d’autres constructions projetées sur place ; le déplacement d’une porte, récupérée sur une maison pour être mise au verger du château de Gardanne. (Philippe Bernardi)

Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 1657.

Texte
fol. 33
Item plus lesd. jour et an [21 décembre 1457] met cy en despence et ce par quatre hommes lesquelz ont besoingne par l’espasse de deux jours a raison de deux gros et quatre pata[1]s chacun jour par homme a cause de adouber la place que par le passe estoit estable pres le portal dudit lieu de Gardane c’est assavoir de aplener les creux estans dedans ledit estable et abatre les murailles et trier les pierres et les mectre a part a cause de y faire aucuns hedifficies des offices dedans la court comme est paneterie, chanconnerie, fruicterie par ledit seigneur ordonnes a fere audit lieu que valent a ladite raison a florins ung florin et huit gros pour ce fl. I gr. VIII.

Fol. 34v

Item plus ledit an et le XXVIIIe jour dudit mois de decembre met cy en despence a cause de six hommes lesquelz ont besoingne a cause de curer et applener d’autre messonnaige tenant lesdits offices dedans ladite court dudit seigneur et abatre les murailles et trier les pierres et les mectre a part et ce a cause de finir et achever lesdits offices et ce par trois jours a raison de deux gros et quatre patas chacun jour que valent a ladite raison trois florins et neuf gros pour ce fl. III gr. IX.

Fol. 45
Item plus lesdits jour et an [15 février 1458] met cy en despence a cause de remuer une porte de pierre de taille que par le passe estoit a la maison dudit president au vergier nouveau dudit seigneur en la mectant en point marche fait avecques Reymond Cheyne a trois florins pour ce fl. III

Fol. 46
Item plus lesdits jour et an [18 février 1458] met cy en despence a cause de deux hommes lesquelz ont tire de pierre du fondement des murailles estans par le passe es vieilles murailles des sueilles[2] et aussi dautres murailles dehors ledit lieu de Gardane converties a la maison des gallines a raison de deux gros et quatre patas le jour par homme et par deux jours que vaulent a ladite raison cinq gros pour ce gr. V

Fol 49
Item plus ledit an et le XXVIIIe jour dudit mois de fevrier [1458] met cy en despence a cause de deux hommes a cause d’avoir abatu les murailles des sueilles et d’autres hors ledit lieu de Gardane et trouver les pierres dans dedans la terre et les mectre en lieu que lesdites charretes les puissent charger et ce par cinq jours a raison deux florins et six gros pour ce fl. II gr. VI

Thèmes évoqués :
– Pierre
– Tri
– Stockage
– Coût de la récupération
– Origine des matériaux de récupération
– Autoconsommation
– Processus de récupération
– Porte
– Bâtiment agricole
– Transport

[1] Un patac valait deux deniers.
[2] Sueille : fosse à fumier.

Extraits des comptes de la Chambre apostolique (Avignon, 1363)

Avignon, les 31 juillet et 30 septembre 1363

Extraits des comptes de la Chambre apostolique dans lequel sont enregistrés : la somme due au forgeron Pierre de Pinu pour la fourniture de diverses pièces métalliques avec déduction de la valeur du métal récupéré par ce dernier lors de la démolition d’un mur dans le jardin du palais pontifical ; le salaire de 8 hommes qui ont descendu les vieilles pièces de charpente de la terrasse de la chapelle pontificale, lesquelles pièces ont été réutilisées pour la couverture d’un passage, pour une chaire et une banquette du pape et pour retenir la terre des fondations du jardin et pour la maison où ont été mis les raisins du pape. (Philippe Bernardi)

Archives Secrètes Vaticanes, Introitus et Exitus 307, fol. 84v et 86v.

Texte
Fol. 84v
Item, computat se tradidisse Petro de Pinu XI quintales et LXV libras ferri quod recepit de pariete qui fuit dirutus in viridario domini nostri pape, pretio cuiuslibet quintalis LXII solidorum. Et sic valebant in summa : XXXVI libras II solidos III denarios.
Et recepit ab eo X quintales, IIIIxx III libras ferramentorum de quibus sibi fuerunt, pro quolibet quintale VI libras, XIII solidos, III denarios, et ita ascendebant in summa : LXXII libr. IIII s.
Et sic restabant ad solvendum quas sibi solvit XXXV libras I solidum IX denarios. Que ferramenta recepit in XVIII magnis aspis pro magnis fustis, IIII circulis, IIII gautis magnis pro ingenio et I magna cavilla pro prima porta palatii que est juxta Peyrolariam.

Fol 86v
Item, pro VIII hominibus qui descenderunt fustas veteres de terrassia capelle nove et eis congregaverunt ad rationem VI solidorum pro dieta XLVIII solidos.
De quibus fustis fuerunt facta et reparata, videlicet quedam copertura et solerium in androna que est retro gradarium capelle veteris, quedam cathedra et quoddam scabellum pro domino nostro papa, et puncharrata terre fundamenti viridarii et quedam domus in qua fuerunt positi racemi domini nostri pape.

Traduction
De même, il compte avoir été livrés, par lui, à Pierre de Pinu, 11 quintaux et 65 livres de fer qu’il a reçus du mur qui fut détruit dans le jardin de notre seigneur le pape, au prix de 62 sous chaque quintal. Et ils valaient ainsi au total : 36 livres, 2 sous et 3 deniers.
Et il a reçu de lui 10 quintaux et 83 livres de ferrures, desquels lui sont revenus, à raison de 6 livres 13 sous et 3 deniers chaque quintal, et s’élevaient ainsi au total de 72 livres, 4 sous.
Et ainsi restaient à verser, qu’il lui a versés : 35 livres, 1 sous et 9 deniers. Lesquelles ferrures il a reçues sous la forme de 18 grands agrafes pour les grosses poutres, 4 cerces, 4 grandes joues pour l’engin [de levage] et 1 grande cheville pour la première porte du palais qui est près de la Peyrolerie.

De même, pour 8 hommes qui ont descendus les vieilles pièces de charpente de la terrasse de la chapelle neuve et les ont rassemblées, à raison de 6 sous par jour : 48 sous.
Desquelles pièces de bois ont été faits et réparés, à savoir, un toit et un plancher dans la ruelle qui se trouve derrière l’escalier de la vieille chapelle, une chaire et un escabeau pour notre seigneur le pape, et [desquelles ont été] étayées la terre de la fondation du jardin et une maison dans laquelle ont été entreposés les raisins de notre seigneur le pape.

Thèmes abordés :
– Fer
– Bois
– Prix du métal d’occasion
– Provenance des matériaux de récupération
– Commerce de deuxième main
– Récupération comme mode de paiement
– Conversion des matériaux
– Différence de valeur entre neuf et vieux
– Palais

Contrat notarié de démontage (prix-fait) de l’ancienne église des clarisses d’Aix-en-Provence (18 avril 1368)

Aix-en-Provence, le 18 avril 1368

Contrat notarié par lequel les clarisses d’Aix, en la personne de leur abbesse, Huga de Sosmeyre, demandent aux charpentiers Pierre Seguberti et Colin Néble et au plâtrier Hugues de Alvernha, tous habitants d’Aix, de démonter (littéralement « descendre ») avec précaution plusieurs baies de leur ancienne église, hors les murs, ainsi que des éléments appelés coronelli, sans doute en vue de les réemployer dans la nouvelle église qu’elles s’apprêtaient à faire construire en ville. Les artisans sont également chargés de transporter l’ancienne pierre d’autel dans le bâtiment qui sert alors momentanément d’église aux religieuses. Le tout pour 20 florins d’or. (Philippe Bernardi)

Archives départementales des Bouches du Rhône, 308 E 11, fol. 15

Texte
Pro monasterio et pro Seguberti Colino Neble et Hugoni de Alvernha

Anno domini MoCCCLXVIIIo, die XVIII aprilis VIe indictione noverint etc. quod Petrus Seguberti et Colinus Neble, fusterii, et Hugo de Alvernha, giperius, habitatores Aquis, sponte convenerunt cum religiosa domina sorore Huga de Sosmeyre, abbatissa monasterii sancte Clare de Aquis, davallare[1] O[2] quod est in ecclesia ubi prius erat ipsum monasterium, salvo modo et sine fractione aliqua, et coronellos[3] dicte ecclesie ac fenestragia retro altare dicte ecclesie, necnon adducere salvo modo lapidem altaris ipsius ecclesie ad locum ubi nunc est ipsum monasterium, eorum sumptibus, pro precio viginti florenorum auri.

De quo precio, incontinenti, in presencia mei notarii et testium subscriptorum, habuerunt et receperunt florenos auri decem. Et postquam davallaverint ipsum O integre debent habere florenos V, et residuum completo eorum opere.

Fuit de pacto quod ubi per culpam ipsorum magistrorum aliquis lapis de fenestragiis vel de ipso O <et coronellis>[4] frangeretur, quod ipsi teneantur eam facere retalhari simili modo ut prius, eorum sumptibus, de lapidibus tamen dicti monasterii.
[…]

Traduction
Pour le monastère, pour Seguberti, pour Colin Néble et Hugues de Alvernha

L’année du Seigneur 1368, le 18e jour d’avril, 6e indiction, sachent etc. Que Pierre Seguberti et Colin Néble, charpentiers et Hugues de Alvernha, plâtrier, habitants d’Aix, spontanément ont convenu avec [sa] religieuse seigneurie, sœur Huga de Sosmeyre, abbesse du monastère de sainte-Claire d’Aix de déposer l’oculus qui est dans l’église où jadis se trouvait ce monastère de manière sûre et sans aucun bris, ainsi que les corniches ( ?) de la dite église et les fenestrages derrière l’autel de la dite église, et de conduire de manière sûre la pierre d’autel de cette église jusqu’au lieu où, à présent, se trouve ce monastère, à leurs frais et pour le prix de 20 florins d’or.
Du quel prix, sur-le-champ, ils ont eu et reçu 10 florins d’or. Et après qu’ils auront déposé cet oculus, ils doivent avoir 5 florins et le restant, une fois achevé leur travail.
Il a été convenu que si, par la faute de ces maîtres, quelque pierre des fenestrages ou de cet oculus et des corniches était brisée, que ceux-ci soient tenus de la faire retailler de la manière dont elle était auparavant, à leurs frais, avec des pierres, toutefois, dudit monastère.
[…]

Thèmes abordés :
– Pierre
– Baies
– Table d’autel
– Modalités de récupération
– Transport
– Origine des remplois
– Coût de la récupération
– Organisation de la récupération
– Eléments architecturaux récupérés
– Démontage

[1] Pour devallare.
[2] Pour Oculus.
[3] Le sens exact de ce terme nous échappe. Il doit s’agir d’un élément de couronnement.
[4] Ajouté au-dessus de la ligne.

Extrait de la Chronique rimée de Mauriac par Loys Mourguyos (XVIIe siècle).

Mauriac, XVIIe siècle

Chronique relatant la reconstruction d’un couvent à Mauriac, dans le Cantal, au XVIIe siècle. Le monastère, alors ruiné, est rebâti grâce à la démolition d’édifices alors conservés « dans leur état ancien ». (Laura Foulquier)

Edition : Jeanne Missonnier, « La Chronique rimée de Mourguyos et les nouvelles recherches sur les origines de Mauriac. 1, Chronique rimée de Mauriac par Loys Mourguyos », Revue de la Haute-Auvergne, 65, 1994, p. 291-347.

 

Texte :
A la fin dans Mauriac, ils vinrent à refaire
Le couvent qui estoit presque tout mis à terre
Et en piteux état et à rendre icelluy
Dans son lustre et tout tel qu’on le voit aujourd’hui (v. 845-848).
[…]
Et ce fut en ce temps qu’estant besoin de pierre
On vint à démolir et à mettre par terre
Le cloître et deux maisons de Monsieur le Doyen
Qui estoient lors encore en leur estat ancien
Afin de se servir comme l’on fit d’icelle
Pour la construction de cette œuvre nouvelle,
[…] (v. 853-858).

 

Thèmes évoqués :
– Pierre
– Destruction pour construction
– Origine des matériaux remployés
– Autoconsommation
– Couvent

Extrait des Lettres écrites d’Orient du comte Jaubert (1842)

Aydın (Turquie), 1842

Dans les nombreux récits de voyages rédigés au XIXe siècle, on peut glaner des informations précieuses sur la patrimonialisation des ruines et sur les pratiques de récupération à l’œuvre à cette époque. Celles-ci sont, de façon plus ou moins implicites, vues comme un témoignage de la « barbarie » de l’Orient qui vandaliserait un patrimoine dont l’Occident a contrario serait pleinement conscient  de la valeur. Il faut bien sûr avoir à l’esprit ces grilles de lecture qui s’imposent aux voyageurs de l’époque, comme l’a montré Edward Saïd dans L’Orientalisme, et qui biaisent leur analyse. Le comte Jaubert, dans ses « Lettres écrites d’Orient » parues en 1842, évoque l’exemple d’Aidin où les marbres antiques font l’objet d’une récupération et d’une transformation avant d’être réutilisés à des fins funéraires.

Jaubert, « Lettres écrites d’Orient », Revue des Deux-Mondes, 1842, p. 325-379 (p. 343)

 

Texte :
Aidin[1] a, comme Smyrne, des rues étroites, tortueuses, mal pavées, des aqueducs en mauvais état : la misère y étale partout ses tristes livrées, mais la situation est charmante ; les maisons sont entremêlées de verdure ; un vallon, au débouché duquel la ville est bâtie, fournit de belles eaux. C’est de ce côté que se trouvent le kiosque du pacha, le champ de manœuvres de la garnison, et quelques cafés où les oisifs vont faire le kief (repos). Au-dessus, sur un plateau que nous avons parcouru hier matin, était bâtie la ville antique de Tralles[2] ; on n’y trouve pas d’autres vestiges que trois grandes arcades qui s’aperçoivent de très loin, et qui peut-être appartenaient à ce gymnase fameux où s’enseignaient jadis, selon le témoignage de Strabon, la grammaire et la rhétorique. Chaque jour, les marbres épars sur le sol sont employés à décorer les cimetières turcs et juifs, mais après avoir été recoupés et retaillés. C’est ainsi que va s’effaçant tout ce qui restait de l’antiquité ; il ne faut plus guère compter, en fait de sculptures et d’inscriptions, que sur ce que les fouilles bien entendues pourraient fournir.

 

Thèmes évoqués :
– Marbre
– Remplois antiques
– Traitement des matériaux récupérés
– Destination des matériaux récupérés
– Origine des matériaux de remploi

 

[1] Aydın (Turquie), Cæsarea, pendant l’Antiquité.

[2] Nom de la ville pendant la période byzantine.

Extrait de la correspondance entre Georges Rohault de Fleury et l’Abbé Cyprien Perrossier (Valence, 1900).

Valence, 1900

En 1900, l’architecte et historien de l’art Georges Rohault de Fleury (1835-1905) travaille à un ouvrage destiné à réunir des planches et de brèves notices sur tous les couvents dominicains de France, la Gallia dominicana (paru en 1903). Pour rassembler la documentation archivistique et surtout iconographique nécessaire à son projet, Georges Rohault de Fleury correspond depuis son hôtel parisien avec des gens sur place (ecclésiastiques, architectes, érudits membres de sociétés savantes, etc.). Toute cette documentation préparatoire est aujourd’hui conservée à Rome, dans les archives générales de l’ordre des Frères prêcheurs (couvent de Sainte-Sabine).

Dans le dossier sur le couvent de Valence, se trouve une lettre datée du 29 octobre 1900 envoyée par l’Abbé Cyprien Perrossier, archiviste diocésain de Valence. Cette lettre accompagnait un estampage du seul fragment conservé de la pierre tombale du maître général de l’ordre des Frères prêcheurs Humbert de Romans, mort en 1277. Georges Rohault de Fleury publie une reproduction du fragment dans son ouvrage (ci-dessous).

Humbert de Romans avait été inhumé devant l’autel majeur de l’église du couvent de Valence. Le couvent médiéval fut intégralement reconstruit au XVIIe siècle, puis l’église fut détruite deux siècles plus tard. La lettre de l’Abbé Perrossier témoigne du remploi de la plate-tombe du XIIIe siècle comme vulgaire matériau de construction, peut-être dès le XVIIe siècle dans l’église, et comme élément de pavement dans une cour de maison lors de la destruction de l’église au XIXe siècle. (Haude Morvan)

Rome, Archivio Generale dell’Ordine dei Predicatori, XIV.112.

Le texte est édité dans H. Morvan, « Sous les pas des frères ». Les sépultures de papes et de cardinaux chez les Mendiants au XIIIe siècle (à paraître en 2021 aux éditions de l’Ecole française de Rome, collection Befar)

 

Texte :
« Ce précieux fragment a été découvert, il y a environ quinze ans, dans une maison de Valence (rue du Pont-du-Gât) où il servait de pavé à la cour intérieure. Il me fut signalé par un jeune professeur du Petit-Séminaire qui était de la ville, et qui connaissait la maîtresse de la maison, une veuve, dont le mari était entrepreneur de maçonnerie. Celui-ci avait sans doute trouvé cette dalle dans un lot de matériaux provenant de démolitions, comme il lui arrivait souvent d’en acheter. Sa veuve n’a pas su me dire s’il avait trouvé la dalle entière et si c’était lui-même qui l’avait mise en pièces. […] Elle est d’une pierre assez épaisse et d’un grain assez fin de couleur jaunâtre que je crois être de l’Échaillon (près de Grenoble). […] Le tombeau se trouvait dans le chœur de l’église, laquelle est complètement détruite ; elle était dans le clos de l’arsenal actuel, établi dans les bâtiments de l’ancien monastère, à la Basse-Ville. Il en reste peu de choses. […] Ajoutons que l’intérieur des lettres de l’épitaphe était peint en noir, et encore maintenant dans certaines parties, il est rempli d’une sorte de mastic qui en a rendu la reproduction moins nette. »

 

Thèmes évoqués :
– Remploi médiéval (au XIXe siècle)
– Pierre
– Origine du remploi
– Modalité de récupération

Gérone, 1432-1433. Décision des conseillers municipaux (jurats)

Gérone, 1432-1433

Décision des conseillers municipaux (jurats) par laquelle ceux-ci s’engagent à donner les clous et les pièces de bois provenant de l’ancien pont pour servir à la réfection de celui-ci. (Sandrine Victor)

AHMG, Manuals d’Acords, 1432-1433, reg. 17544, fol. 92v-93

Texte :
Item los honorables senyors jurats prometen donar e liurar als dits Pere Fuyan e Gonsalvo a obs e en ajuda de les dites obra e reperacions del dit pont tota aquella clavacion qui es stada treta del apartret del dit pont e es en poder del dit Pere Vilar alias Fuyan. E daltra part los dits Pere fuyan e Gonsalvo prenguen e haran tota fusta veya qui sia exidi e exira del apartret del dit pont.

Traduction :
(à faire)

Thèmes abordés :
– Bois
– Clous
– Pont
– Autoconsommation
– Origine des matériaux récupérés
– Mode d’acquisition des matériaux d’occasion
– Intermédiation des artisans

Herculanum, 47 ap. J.-C. Le sénatus-consulte « hosidien »

Herculanum, 47 ap. J.-C.

Le sénatus-consulte « hosidien ». Appelé ainsi par convention, parce qu’il fut pris sous le consulat de Cn. Hosidius Geta, probablement en 47 de notre ère, ce sénatus-consulte est connu par l’épigraphie. Il fut gravé sur une plaque de bronze, retrouvée à Herculanum en 1600, puis perdue, mais dont le texte avait heureusement été recopié sur trois manuscrits. Le texte que nous possédons s’ouvre par les attendus, précisant les motivations des sénateurs en des termes généraux et emphatiques, puis expose un dispositif complexe, sanctionnant les acheteurs et les vendeurs de demeures en vue d’une démolition, mais préservant les propriétaires qui détruiraient leurs maisons tout en en restant propriétaires. (Charles Davoine)

Édition Salvatore Riccobono, Fontes Iuris Romani Antejustiniani I, Florence, 1941, p. 288-290, n. 45; traduction et commentaire de Charles Davoine, « Encadrer le remploi. Destruction des édifices et réutilisation des matériaux dans les textes juridiques romains (Ier – IIIe s. ap. J.-C.) », Ædificare 2018 – 2, n° 4 – Revue internationale d’histoire de la construction, p. 255-276.

 

Texte :
Cn. Hosidio Geta, L. Vagellio cos. | X k. Octobr. S. C. | Cum prouidentia optumi principis tectis quoque urbis nostrae et totius Italiae aeternitati prospexerit, quibus | ipse non solum praecepto augustissimo sed etiam exsemplo | suo prodesset, conueniretq(ue) felicitati saeculi instantis | pro portione publicorum operum etiam priuatorum custodi[a] | deberentque apstinere se omnes cruentissimo genere | negotiationis, ne[que] inimicissimam pace faciem inducere || ruinis domum uillarumque, placere : si quis negotiandi causa | emisset quod aedificium, ut diruendo plus adquireret quam | quanti emisset, tum duplam pecuniam, qua mercatus eam rem | esset, in aerarium inferri, utiq(ue) de eo nihilo minus ad senatum| referretur. Cumque aeque non oportere[t] malo exsemplo uendere quam | emer[e, u]t uenditores quoque coercerentur, qui scientes dolo malo | [co]ntra hanc senatus uoluntatem uendidissent, placere : tales | uenditiones inritas fieri. Ceterum testari senatum domini[s nihil] | constitui, qui rerum suarum possessores futuri aliquas [partes] earum mutauerint, | dum non negotiationis causa id factum [sit]. | Censuere. In senatu fuerunt CCCLXXXIII.

Traduction :
Sous le consulat de Cn. Hosidius Geta et L. Vagellius, le 10e jour avant les calendes d’octobre [22 septembre], sénatus-consulte. Comme la prévoyance du très excellent prince était attentive aussi aux édifices de notre Ville et à l’éternité de toute l’Italie, auxquels lui-même contribuait non seulement par sa très auguste règlementation, mais aussi par son propre exemple ; et comme la conservation des édifices privés proportionnellement aux édifices publics convenait à la félicité du siècle qui s’ouvre ; et comme tous devaient s’abstenir de ce genre très sanguinaire de commerce, et ne pas entraîner une apparence complètement ennemie de la paix par des ruines de maisons et de villas, il a été décidé ceci : si quelqu’un a acheté un édifice dans l’intention d’en faire commerce, pour en retirer plus en le détruisant qu’il n’a dépensé en l’achetant, que soit alors versé au trésor le double de la somme à laquelle il a acheté ce bien, et qu’il n’en soit pas moins référé au Sénat. Et comme il ne fallait pas davantage donner le mauvais exemple en vendant qu’en achetant, afin que soient également punis les vendeurs qui, sciemment et avec une intention mauvaise, auraient vendu contre la volonté présente du Sénat, il a été décidé que de telles ventes seraient nulles. Pour le reste, aucune disposition n’a été prise par le Sénat pour les propriétaires qui, devant rester en possession de leurs biens, auront changé quelques parties de ceux-ci, pourvu que ce ne soit pas fait dans l’intention d’en faire commerce. Ils ont décidé ainsi. Les sénateurs présents étaient 383.

 

Thèmes abordés :
– Réglementation de la récupération
– Commerce des matériaux récupérés
– Origine des matériaux de remploi
– Autoconsommation (remploi in situ)

Jérusalem, XIIe siècle Extrait de l’Histoire des croisades de Guillaume de Tyr (vers 1130 – 1186)

Jérusalem, XIIe siècle

Extrait de l’Histoire des croisades de Guillaume de Tyr (vers 1130 – 1186). Description de la construction du château d’Ibelin (Yavne) faite par Guillaume, clerc né à Jérusalem vers 1130, qui devint archevêque de Tyr en 1175 et mourut en 1184. La traduction française qui accompagne le texte latin date au plus tard des années 1245-1250 (cf. Bibliothèque nationale de France. Département des manuscrits. Français 9081 consultable sur https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10506571b/f379.image.).

Ce document évoque l’existence de plusieurs bâtiments ruinés comme sources d’une partie des matériaux employés dans la construction du château. La traduction française fait état de ce qui apparaît comme un dicton pour le XIIIe siècle « Chastel abatuz est demi refez ». (Philippe Bernardi)

Source :
Historia rerum in partibus transmarinis gestarum a tempore successorum Mahumetii usque ad anum domini MCLXXXIV edita a venerabili Willermo Tyrensi archiepiscopo
L’estoire de Eracles empereur et la conqueste de la Terre d’Outremer; C’est la translation de l’estoire de Guillaume arcevesque de Sur.

Edition : Recueil des historiens des croisades. Historiens occidentaux, Paris, Imprimerie royale, 1844-1895, 5 vol., t. I (1844), p. 696-697.

 

Liber XV

Capitulum XXIV

Rex et regni principes, ante Ascalonam[1] castrum fundant, cui nomen Ibelin[2]

Interea dominus rex Hierosolymorum Fuco, et alii regni principes, una cum domino patriarcha, et aliis ecclesiarum praelatis, volentes Ascalonitarum insolenter nimis desaevientium impetus refrenare ; et discurrendi per regionem nimiam aliquatenus artare licentiam constituunt de communi voto, in campestribus juxta urbem Ramulam[3], non longe a Lidda[4], quae est Diospolis, castrum aedificare. Erat autem in eadem regione collis aliquantulum editus, supra quem unam de urbibus Philistinorum, traditiones habent, fuisse constitutam, Geth[5] nomine, juxta illam aliam eorum civitatem, quae dicta est Azotum[6], ab Ascalona distant milliaribus decem, non lone ab ora maritima. Convenientes igitur unanimiter ex condicto, in praefato colle, firmissimo opere, jactis in altum fundamentis, aedificant praesidium, cum turribus quatuor, veteribus aedificiis, quorum multa adhuc supererant vestigia, lapidum ministrantibus copiam ; putei quoque vetusti temporis qui in ambitu urbis dirutae frequentes apparebant, aquarum abundantiam, tum ad operis necessitatem.

Livre XV

Chapitre XXIV

Comment li chastiax de Ibelin fu fermez

Bien avez oï dire meintes foiz comment li Turc grevoient les Crestiens toutes les foiz qu’il en avoient le pooir. Por ce, pristrent conseill li rois, li patriarches et li autre baron comment il leur porroient estrecier le bandon de corre par la terre. Il s’en alerent tuit ensemble à un acort è prez delez Rames, assez près d’une cité qui a non Lidde ; là empristrent à fermer un chastel, quar il i avoit un tertre qui estoit auques hauz. Là sist une des citez au Filistins que l’en clama Geth. N’estoit pas loing d’ilec cele qui a non Azore, près d’Escalonne, à dis milles, seur la marine. Ilec assemblerent tuit li baron, et orent grant planté d’ouvriers. Premierement giterent les fondemenz, après firent qatre tors ; pierres trouverent assez en cel leu des forteresses qui jadis i avoient esté [car, si comme l’en dist : Chastel abatuz est demi refez]. Puis i trouverent grant abondance d’eue.

 

Thèmes documentés :
– Pierre
– Dicton
– Origine des matériaux de remploi
– Château
– Opportunisme

 

[1] Ascalon, Ashkelon, actuellement en Israël.

[2] Yavne (Israël)

[3] Ramla, Ramleh (Israël)

[4] Lydda, Lod (Israël)

[5] Gath, Gat ou Geth (Israël)

[6] Ashdod (Israël)

Saint-Denis, vers 1144. Extrait du De consecratione ecclesie sancti Dionisii, écrit par Suger.

Saint-Denis, vers 1144

Extrait du De consecratione ecclesie sancti Dionisii, écrit par Suger. Dans ce passage, l’abbé de Saint-Denis raconte qu’il envisageait, pour la construction de la basilique, de faire venir des colonnes de marbre tirées de plusieurs monuments de Rome, dont le palais de Dioclétien. (Ph. Bernardi)

Suger, Écrit sur la consécration de Saint-Denis, in Œuvres, texte établi, traduit et commenté par Françoise Gasparri, Paris, Les Belles Lettres, 1996, p. 1-53 (p. 13-15).

 

Texte :
In agendis siquidem huiusmodi, apprime de convenienta et cohaerentia antiqui et novi operis sollicitus unde marmoreas aut marmoreis aequipollentes haberemus comlumnas, cogitando, speculando, investigando per diversas partium remotarum regiones, cum nullam offerenderemus, hoc solum mente laborantibus et animo supererat, ut ab urbe (Romae enim in palatio Diocletiani et aliis termis saepe mirabiles conspexeramus) ut per mare Mediterraneum tuta classe, exinde per Anglicum, et per tortuosam fluvii Sequanae reflexionem, eas magno sumptu amicorum, inimicorum etiam Sarracenorum proximorum conductu haberemus.

Traduction :
Nous réfléchissions et nous nous demandions où trouver des colonnes de marbre ou de matériau équivalent ; nous cherchions dans diverses régions de pays lointains et nous n’en trouvions aucune ; à notre pensée et à notre esprit anxieux une seule idée dominait : les faire venir de Rome car dans le palais de Dioclétien et dans les autres thermes nous en avions souvent remarqué d’admirables, [les faire acheminer] par une flotte sûre à travers la mer Méditerranée, de là à travers la mer d’Angleterre et par le cours sinueux de la Seine, les obtenir à grands frais de nos amis et même de nos ennemis les Sarrasins les plus proches, moyennant un droit de passage.

 

Matériaux et thèmes documentés :
– Réemploi et admiration de l’Antique
– Marché de la récupération
– Origine des matériaux réemployés
– Transport des réemplois
– Coût(s) de la récupération
– Marbre
– Colonnes